/ / Language: Français / Genre:det_irony / Series: Le Commissaire San-Antonio

Chauds, les lapins!

Frédéric Dard

Les Editions Fleuve Noir ont longuement hésité avant de publier cet ouvrage. Car les événements qu'il retrace sont rigoureusement authentiques et mettent en cause l'épouse d'un ministre. L'aventure survenue à cette courageuse femme est hors du commun, c'est pourquoi, seule une acceptation de sa part pouvait nous décider à éditer ce livre. Ce consentement héroïque, elle nous l'a donné sans réserve. Nous prions donc Mme Alexandre-Benoît Bérurier de trouver ici l'expression de notre admiration et de notre reconnaissance.

San-Antonio

Chauds, les lapins !

A Marc BONNAND

dont le cœur est aussi musical que la voix, avec mon admiration, ma reconnaissance et ma tendresse.

San-A.

Y a lurette que je t’avais pas prévenu : la plupart exceptés, tous les personnages de mes books sont fictifs. Inutile de venir me briser les claouis avec un procès en diffamance, tu l’aurais dans le prose !

San-A.

PREMIÈRE PARTIE

AUTANT EN EMPORTE

LE VAN

I

L’ÉTRANGE MÉSAVENTURE SURVENUE À L’ÉPOUSE D’UN MINISTRE ET QUI VA AVOIR DES CONSÉQUENCES DONT JE NE TE DIS QUE ÇA

Le chef du protocole néerlandais, un grand blond avec une Rolex en or à cadran champagne, accueillit le ministre français à l’aéroport d’Amsterdam un peu avant midi. Les homologues européens de ce dernier étaient déjà tous arrivés, qui la veille, qui plus tôt dans la matinée, car la conférence européenne organisée par Interpol devait débuter par un déjeuner prévu pour 13 heures.

Le chef du protocole portait, outre la Rolex ci-dessus mentionnée, un complet gris foncé à rayures plus foncées encore qui le faisait ressembler à un platane parisien pourvu de sa grille protectrice.

L’Excellence apparut au sommet de la passerelle. Elle n’était pas seule : une dame l’escortait ; aussi volumineuse qu’elle. Le ministre était vêtu d’un pantalon marron et d’une veste noire qu’il avait tort de boutonner car elle était trop juste de dix bons centimètres. Une grande traînée glaireuse maculait l’un des revers du vêtement, ainsi que le devant de la chemise, plus le bas de la cravate bleu ciel pour faire le bon compte. Quant à la personne du sexe (l’expression avait été créée pour elle) qui l’accompagnait, elle était entièrement habillée de rose. Robe, manteau, bas, chaussures, tout était d’un rose exalté d’aubépine en fleur. Seul, son maquillage se situait dans les tons cyclamen.

Le couple demeura un instant immobile sur son piédestal, à admirer le sol batave ; puis le ministre fit un salut passablement romain avant de descendre la passerelle. Sa compagne le suivit, mais rata une marche et se mua aussitôt en avalanche pour entraîner l’Excellence jusqu’aux pieds du chef du protocole. Le malheureux considéra avec une incrédulité paralysante ces deux pachydermes à la renverse : grouillement épais, ponctué de cris et d’imprécations.

La dame ne portait pas de culotte et cette absence fascinait les assistants. L’on se précipita néanmoins, des mains hollandaises se saisirent des mains françaises et les halèrent. Le couple retrouva la verticale.

Le ministre s’époussetait rageusement en invectivant l’avalanche :

— Toi, la Gravosse, tu changeras jamais : souple comme un bâton à merde, bordel ! Quand t’est-ce on n’est pas capab’ d’descend’ un escadrin d’avion, on rest’ chez soi !

— C’est mon talon qu’a ripé dans les rainures ! plaida la personne en rose.

— Talon ton cul ! Mets des bottes si t’es pas foutue d’arquer av’c des escalpins !

L’Excellence se calma devant les visages stupéfaits qui les arc-de-cerclaient.

— Mande pardon pour l’interlude, messieurs, fit le ministre en souriant, mais mon épouse dont j’me permets d’vous présenter est pas un’ surdouée d’l’aréobic.

— Nous ignorions que madame nous ferait l’honneur de vous accompagner, Excellence, bafouilla le chef du protocole, visiblement très emmerdé.

L’arrivant le rassura :

— Faut pas vous cailler la laitance, mon grand ; inutile de rajouter un couvert, maâme ma femme a juste profité d’la voiture. Elle veut visiter Amsterdam dont elle a entendu causer du quartier des putes en vitrine. Simp’ment s’rend’ compte ; v’savez comment sont les gonzesses ? Dès qu’il est question d’cul, é s’mettent à mouiller comme des folles. Bon, Berthe, on va pas casser les burettes à m’sieur. Tiens, v’là un bifton d’cent florentins, amuse-toi bien et rends-moi la mornifle c’soir. Rambour à l’hôtel qu’j’t’ai écrit l’blaze s’un papelard ; perds-le pas, s’rtout. Prends un taxi, à moins qu’monsieur t’avance un bout en direction d’la ville ? Oui, vraiment, ça vous dérange pas, grand ? Merci, v’s’êtes bien serviab’. Auriez-vous-t-il un peu d’eau écarlate dans vot’ boîte à gants ? Ces enfoirés nous ont servi des toasts dans la vion et j’m’ai emplâtré d’mayonnaise comme c’est qu’vous pouvez voir. J’aim’rais bien arriver nickel à c’te circonférence. Non v’n’n’avez pas ? Tant pis. Vous m’frez stopper d’vant une droguerie.

Le cortège se forma enfin.

Puis s’ébranla.

L’épouse du ministre français fut déposée en plein cœur de la ville. Son tendre mari se retourna longuement pour lui adresser un signe affectueux par la portière, bras tendu, main à la renverse, médius dressé. Il abandonnait cette énorme praline au milieu de la populace vélocipédiste et son cœur généreux d’époux se serrait.

Il rentra sa main dans l’habitacle et déclara au chef du protocole :

— Elle a son caractère, mais c’t’une bonne p’tite, et alors, au plumard, mon pauv’ vieux, pour vous arracher l’copeau, y en a pas deux pareilles !

Demeurée seule, la femme du ministre décrivit sur place un cent quatre-vingts degrés, histoire de prendre ses repères. La foule grouillait sur des vélos noirs, de formes archaïques. Cela dit, il y avait pas mal de bagnoles également. La grosse femme en rose ne remarqua point une Opel bleue, stationnée en double file non loin de là. Cette voiture avait filoché la leur depuis l’aéroport. Deux hommes se tenaient à son bord. Le conducteur portait des lunettes teintées, très foncées. Son passager se tenait à l’arrière, il était fort, brique de teint, avec des cheveux blonds, rares, collés sur le crâne. Il fumait un cigare long et mince qu’il tenait d’une main gantée de cuir.

Un policier en tenue noire fit signe aux gens de l’Opel de ne pas stationner. Le conducteur acquiesça. Il était jeune, avec le crâne rasé et une mâchoire rigoureusement carrée comme un tiroir. La peau de son crâne dénudé formait une tache blême, écœurante, qui ressemblait à une maladie du cuir chevelu.

Il obtempéra à l’injonction de l’agent et démarra très lentement. Mais il n’alla pas loin car, providentiellement, une fourgonnette de livraison déboîtait de la file ; il manœuvra pour prendre sa place.

Pendant ce temps, la grosse dame en rose abordait le flic.

— Scouez-me, per favor, do you sprechen français ? lui demanda-t-elle avec un sourire comme un sexe de jument en rut.

Le policier hocha la tête d’un air penaud, comme si on venait de le prendre en défaut. Il passait toutes ses vacances dans un goulag pour caravanes, sur la Côte d’Azur française, et y avait acquis de vagues rudiments de la plus belle langue du monde[1], mais il ne pouvait pour autant prétendre la parler.

— Je petit peu, fit-il en rougissant devant le regard avide de sa terlocutrice qui le trouvait seyant dans son uniforme à boutons d’argent.

— Pourriez-vous-t-il m’indiquer le marché aux Putes ? demanda l’épouse du ministre. J’sus de passage et j’voudrais pas rater l’spectac. On m’a dit qu’av’c le marché aux fromages, c’tait c’qu’avait de mieux.

Le flic eut du mal à comprendre ce qui lui était demandé. Il fronçait les sourcils et haussait les épaules par petites saccades pour exprimer sa perplexité. La rose passante entreprit alors de ponctuer par des planches en couleur.

— Vitrine ? You pigez ? Petit magasin ? Dedans jolies mademoiselles. Pétasses, vous voyez ?

Elle releva un côté de sa jupe jusqu’à la taille, exhibant au malheureux agent médusé un bas de soie vaste comme une hotte à vendange, maintenu par une jarretelle à fleurs. Au-dessus, continuait une formidable cuisse pleine de fossettes profondes, de cellulite bien ancrée, de vergetures marmoréennes et, de-ci, de-là, de grains de beauté velus.

Tout en dévoilant ces trésors inestimables en pleine rue, l’épouse de l’Excellence, donc Excellence par alliance, elle entrouvrit sa bouche et dégaina une langue taillée dans le filet, d’au moins une livre et demie, qui se mit à frétiller comme un poisson arraché de l’onde. L’organe charnu possédait une agilité d’écureuil ; il était évident qu’il avait léché davantage de pénis jusqu’à ce jour, qu’une postière retraitée de timbres au cours de sa carrière. Le policier en fut impressionné et recula.

— Petites mademoiselles salopes ! reprit la dame du ministre après avoir récupéré sa menteuse. Amour, baisanche very gode, monnaie ! You scie ?

Elle s’escrima avec tant d’obstination que son terlocuteur finit par comprendre. D’entrée d’explication, il assura que l’endroit était proche et désigna, au loin, le pont en dos-d’âne qui y conduisait.

La dame remercia chaleureusement. Elle s’était à ce point parfumée avant de quitter Paris, que tout Amsterdam commençait déjà à fouetter « Gerbe de Printemps » de Croquignol et Bézu. L’agent éternua à quinze reprises avant de se réinsérer dans le trafic.

Les deux occupants de l’Opel quittèrent leur voiture et éternuèrent à leur tour dans le sillage de la femme en rose.

C’étaient des voies tranquilles, étroites comme celles du Seigneur, piétonnes de surcroît. D’un côté, un canal romantique, bordé d’arbres. De l’autre des maisons basses, aux rez-de-chaussée en vitrines. Chacune d’elles s’encadrait de rideaux pimpants. Au-delà de la grande vitre, on découvrait un intérieur intime, figurant un salon coquet.

Une ou plusieurs femmes occupaient chacun de ces salons. Certaines avaient les seins nus, d’autres se trouvaient en guêpière et bas résille, d’autres encore portaient des déshabillés vertigineux, quelques-unes au contraire étaient attifées d’ensembles de cuir dans lesquels on avait ménagé des ouvertures pour la poitrine et le sexe ; et il s’en trouvait — mais elles étaient rares — en robe du soir dans le style « presse du cœur », chiquant les jeunes filles de bonne famille selon la conception que s’en font les midinettes, les serveuses de bar et les garçons bouchers.

Ces personnes proposées aux sens exacerbés des mâles bataves et des touristes en mal d’exotisme ne se montraient pas racoleuses. Ce qui frappait chez elles, c’était leur sagesse exemplaire. La plupart brodaient ou tricotaient, les moins nombreuses lisaient des bandes dessinées[2], d’autre somnolaient, languissamment allongées sur des canapés recouverts de satin, parmi des poupées de fête foraine et des animaux en peluche.

L’épouse du ministre contemplait chaque alvéole avec intérêt. Elle était la seule femme de la rue (à l’extérieur), mais la gent masculine ne lui prêtait guère attention, la prenait pour l’une de ces dames sortie s’aérer.

Elle suivait le comportement des mâles qui passaient la revue. Guettant les visages tendus de ceux qui désiraient consommer et qui, tout à coup dynamités par leur désir, poussaient une porte et pénétraient dans l’un des studios de travail. La pute choisie l’accueillait mornement et tirait les rideaux. Cet occultage de la vitrine ne chassait pas les chalands ; au contraire, l’étoffe tendue les fascinait car ils se mettaient alors à imaginer ce qui se passait derrière. C’était un écran sur lequel ils projetaient les films X de leur rêve salace ; le support plissé de leurs fantasmes. Les plus avides tentaient de dénicher une brèche dans les rideaux et se contorsionnaient sans pudeur, allant même jusqu’à s’accroupir dans la rue pour essayer d’utiliser un intervalle ou un accroc.

Tout ce manège énervait la visiteuse dont le sensoriel démarrait généralement au quart de tour. C’était une personne très portée sur les choses de la vie surtout quand elles étaient grosses. Aussi, lorsqu’elle sentit sur sa croupe impétueuse un effleurement qui ressemblait à une caresse, eut-elle un frisson délicat qui se propagea par toute sa personne et établit des têtes de pont à ses centres nerveux.

Elle chercha d’abord à capter la physionomie de celui qui s’intéressait à son postérieur dans la vitre isolant une admirable péripatéticienne travestie en dompteuse (bottes noires très montantes, culotte noire très menue, veste rouge à brandebourgs très ouverte). Elle décela confusément un visage jeune de S.S. au crâne rasé, porteur de lunettes sombres. Jusqu’alors elle n’avait accordé ses faveurs qu’à des hommes plutôt débonnaires, ou à des galantins pour noces et banquets. L’aspect du personnage lui intimida le glandulaire. Cet être athlétique et froid avait un aspect un peu sadique qui inquiétait et troublait à la fois.

Comme elle ne le rebuffait pas, l’homme accentua ses avances. Ce furent ses deux larges mains qui se plaquèrent sur le michier de madame l’épouse du ministre. Elles les caressaient en décrivant des cercles symétriques pour se rejoindre au bas de la raie médiane. Et là, les deux pouces prenaient leur autonomie par rapport au reste des mains, leur conformation se prêtant à la chose, et montraient des intentions parasitaires certaines. Il y avait de la technique dans la manœuvre, elle faisait bien augurer de la suite possible des événements.

La dame en rose tourna le plus possible la tête en arrière pour rencontrer le regard du polisson afin d’y lire ses intentions. Il pouvait s’agir d’un simple touche-à-tout, comme il en est dans les rassemblements humains et qui font avec leurs mains ou leur sexe des promesses qui restent sans lendemain. Mais les verres des lunettes étaient si foncés qu’elle n’y apercevait que son propre reflet. Cela dit, l’homme lui décocha un léger sourire.

L’arrivante y répondit spontanément.

— Vous aimeriez visiter l’un de ces studios ? demanda-t-il avec un fort accent du genre germanique.

— Pourquoi ? demanda la personne en rose.

Sa forte poitrine se souleva, vingt-cinq kilogrammes de glandes mammaires atteignirent la hauteur de son menton, puis retombèrent mollement.

— Vous semblez intéressée, murmura l’homme au crâne rasé ; il faut aller y voir de plus près.

— Croyez-vous-t-il ? minauda l’invitée.

— Je suis certain que vous y prendriez de l’agrément, affirma le type en se plaquant contre sa conquête.

Elle sentit du costaud à travers leurs étoffes respectives, ses ultimes hésitations cédèrent.

— C’est p’t’êt’pas raisonnab’, mais c’est offert de si bon cœur, fit-elle.

L’homme au crâne rasé la prit par un bras, presque tendrement. La dame en fut chavirée.

— Venez !

Il l’entraîna vers une ruelle perpendiculaire au quai dans laquelle s’alignaient d’autres vitrines.

— Vous alors, on peut dire qu’ v’s’allez vite en besogne ! gloussa la ministresse.

Son nouveau compagnon ne répondit pas. On devinait un être qui avait le sens du verbe et, donc, économisait le sien.

Ils avancèrent rapidement, sans plus prêter attention aux vitrines. Au bout de quelques centaines de mètres, l’homme stoppa devant une ravissante maison du dix-septième siècle, à colombages et fenêtres à meneaux.

— C’est là, fit-il en ouvrant la porte.

Ils pénétrèrent dans une entrée de pierre où flottaient des remugles de parfum à bon marché, de hareng fumé et d’eau de Javel. L’homme pivota pour frapper à la porte de gauche. On lui ouvrit. Il fit claquer ses doigts avant d’entrer et l’hôtesse s’en fut fermer les rideaux. Ensuite seulement l’homme et sa conquête pénétrèrent dans le studio.

La dame en rose était excitée comme une folle. Cet intérieur douillet lui portait aux sens, directo. En grande baiseuse experte, elle y retrouvait, condensée, l’odeur forte et étourdissante de la fornication.

La personne d’accueil était métissée et portait un ample vêtement de soie tenant du kimono et du boubou. Ses lèvres abondamment fardées avaient quelque chose de presque surréaliste, tant elles étaient larges et épaisses.

Elles ressemblaient à un dessin de Man Ray. Le blanc de ses yeux était jaune ; une cicatrice en forme de fermeture Eclair courait sur sa joue gauche.

Elle ne salua personne et ne se départit pas de son expression indifférente, aux limites de l’hostilité. Elle baignait dans une rêverie à base de « H » ou de trucs peut-être plus durs.

— Teddy est ici ? demanda l’homme au crâne rasé.

Elle opina (étant là pour ça, non ?) et appuya sur un timbre électrique. Une porte percée dans le fond du studio s’écarta. La dame du ministre, qui venait de prendre place sur un fauteuil, regarda mais ne vit rien car le canapé s’interposait entre elle et la porte. Elle crut qu’un chien venait de la pousser et eut un sursaut en voyant apparaître un nain. Elle n’en avait jamais vu d’aussi petit. Comme la plupart des hommes frappés de nanisme, l’être en question était nanti d’une tête de dimension courante sur un petit corps compact. Il avait les jambes torses et des bras de poupée. Il n’était vêtu que d’un peignoir de soie jaune à col bleu, aux couleurs d’une maison fameuse d’apéritif anisé.

Cet homme possédait un visage de notaire, aux cheveux grisonnants, au nez chaussé d’élégantes lunettes à monture noire.

Il fit « Hello », avec un geste d’effaceur de tableau.

Le grand garçon rasé vint s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil où s’était abattue sa conquête.

— Vous allez voir comme c’est fascinant, promit-il.

Tout en parlant, il avait coulé sa main par le décolleté de la dame en rose et se mettait à lui palper les seins avec une insistance minutieuse quasi clinique.

L’hôtesse défit son kimono. Elle avait un corps superbe, luisant, nerveux.

Une toison noire et crêpée, luxuriante, recouvrait entièrement son bas-ventre. Elle s’approcha du couple et posa un pied sur l’accoudoir demeuré libre. Un moment passa. L’homme au crâne rasé continuait de prodiguer des caresses lascives à la femme en rose. Celle-ci respirait de plus en plus fort, donnant l’impression qu’une machine haut le pied s’aventurait dans le studio. La pute laissa admirer son intimité à loisir, et au bout d’un temps interminable, elle fit signe au nain qui se précipita et se coula entre ses jambes. Il exhiba une langue de caméléon, follement active. La métisse parut sortir quelque peu de sa léthargie maussade et sa figure se crispa. Le nain l’abandonna pour sauter sur les genoux de l’épouse du ministre. Il s’y blottit comme un enfant peureux, puis écarta les pans de son peignoir. La dame poussa alors une exclamation qui dut s’entendre jusqu’à La Haye.

— Oh ! c’est-il possiblement possible ! balbutia-t-elle.

Elle avait sur ses cuissots (ou même cuisseaux) un être hyper-phallique en comparaison duquel la statue du dieu Priape aurait ressemblé à un tire-bouchon.

La dame en rose ne se remettait pas de sa stupeur.

— Pis qu’mon homme ! confia-t-elle à Crâne-Rasé. Pis qu’mon homme ! Et pourtant…

Teddy, le nabot, s’amusait de sa surprise. Il lui prit la main et la porta sur son monument encore non classé mais ça n’allait pas tarder. La dame en rose ne parvenait pas à opposer son pouce à son médius de l’autre côté de sa prise, et il s’en fallait même de beaucoup.

— Il serait peut-être temps de s’amuser sérieusement, vous ne croyez pas ? lui souffla à l’oreille l’homme aux lunettes noires.

Il ajouta :

— Allons, chérie, déshabillez-vous ; vous allez voir comme c’est beau, la Hollande. Ici, il n’y a pas que des tulipes et des moulins à vent.

La dame s’abandonna en ahanant de plus en plus bruyamment. Elle créait autant de tapage qu’une gare régulatrice en effervescence.

Galant, son mentor l’aida à se dévêtir.

II

LE CALVAIRE D’UN MINISTRE ET L’ANGOISSE DU RÉGIME QU’IL SERT AVEC DÉVOUEMENT. APPEL PATHÉTIQUE AU TRÈS ILLUSTRE ET TRÈS BANDANT COMMISSAIRE SAN-ANTONIO

Son Excellence m’avait donné rendez-vous chez Finfin, un petit troquet des Gobelins, coincé dans une ruelle qui sentait le charbon mouillé et la peinture fraîche. Nous le fréquentions, jadis, en nos débuts professionnels. C’était un petit restau de six tables et un comptoir, encore recouvert de véritable zinc ouvragé. Les murs marronnasses fonçaient d’année en année et les quelques trophées d’obscures sociétés gymniques qui le décoraient se confondaient maintenant avec la tapisserie couleur de merde dure. Un fanion tricolore portant un sigle doré en son milieu dénaturait le drapeau français. A l’en croire, au lieu d’être bleu, blanc, rouge, nos couleurs étaient violet, jaune, marron. Le coquet établissement était géré par le père Finfin qui allait cahin-caha sur ses soixante-quinze balais.

Le bonhomme rouge de peau et blanc de poil ne se montrait que vêtu en bleu d’ouvrier. Son futal, sa limace, son tablier de caviste et les grosses veines de son nez étaient d’un même bleu intense, ainsi que le dessous de sa moustache gauloise qu’il mettait perpétuellement à macérer dans le vin rouge. Derrière le comptoir où il régnait, se trouvait une cuisine grande comme celle d’un F4, isolée de la salle par une vitre enfumée, à travers laquelle on voyait s’affairer Rirette, l’égérie du vieux, une gaillarde obèse boiteuse, affligée de la plus énorme poitrine du treizième arrondissement.

Cette personne, d’origine savoyarde, cuisinait des petits plats de grand-mère riches en cholestérol, mais agréables à déguster lorsqu’on était porté sur les abats, le gratin dauphinois à la crème et les salades frisées truffées de croûtons, d’œufs mollets et de lardons.

Une espèce de Cosette souffreteuse jouait la serveuse dans cette pièce à trois personnages. Elle devait aborder la quarantaine, mais en paraissait vingt tant elle était rachitique. Les clients la surnommaient « Fleur de Misère » parce qu’on avait beau chercher, il n’y avait vraiment pas moyen de lui dénicher un autre sobriquet. Elle assurait le service du restaurant furtivement. Chaque fois qu’elle traversait le comptoir les bras chargés, Finfin lui foutait la main au cul en grommelant :

— Va falloir me remplumer ça, Moustique.

Aussitôt, la grosse Rirette qui avait l’œil mugissait depuis son fourneau :

— Hé ! doucement les basses, patron ! Endormez-vous pas sur le rôti !

Seule, Fleur de Misère se taisait, étant passive, résignée et asexuée au-delà de tout.

Dix minutes que je poireaute devant un Byrrh cassis, l’apéro obligatoire chez Finfin. Le vieux a tellement changé depuis l’époque où nous fréquentions sa taule qu’il a eu du mal à me reconnaître. Quand il m’a « remis », un grand sourire jaune et noir lui a remonté les bacchantes.

— Salut, p’tit gars, qu’est-ce tu deviens, toujours chez les draupers ?

Faut dire qu’il ne lit que Le Cantal à Paris, Finfin. Les grands mouvements de société, les gloires, les exploits, il s’en torche.

Sa voix brisée par le côtes-du-Rhône, son élixir favori, est devenue plus graillonnante. Dès qu’il attaque une phrase, ça fait comme lorsque la mère Rirette plonge les pommes paillettes dans son bac à friture.

Je lui ai sobrement résumé ma vie professionnelle. Il n’a pas attendu la fin (provisoire) pour demander :

— Et ton copain, le gros lourdingue ?

— Vous allez le voir, j’ai rendez-vous avec lui.

— L’est devenu commissaire aussi ?

— Non : ministre.

— Tu m’en diras tant !

Ça l’épatait pas, Finfin. Rien ne pouvait l’émouvoir vraiment, hormis une mise en bouteilles ratée ou un contrôle fiscal. Il sortait jamais et je me demandais s’il lui était arrivé de franchir le seuil de son estanco depuis l’armistice.

Je le regarde se servir un ballon de rouge et se le téléphoner en priorité-presse, le coude remonté plus haut que l’oreille, le petit doigt pointé, le regard verrouillé pour cause d’extase. Sa lèvre inférieure parvient à emprisonner sa moustache pour l’essorer. Il clape de la menteuse et lave son glass dans le bac à plonge. Dans le fond, Gaston, ce ne serait-il pas cela, le bonheur ? Une vie close, réduite à l’excès ? Un petit job immobile, une ébriété endémique, le cul à portée de main… La vie vient à lui sous forme d’habitués et de fournisseurs. Il règne sur ses quarante mètres carrés d’empire, en potentat sûr de lui et dominateur. Troussées à la mère Rirette dont il aime l’opulence des formes, quelques caresses osées à Fleur de Misère, pour se mettre à jour les perversités ; du matin au soir, il picole son vin, la nuit il recompte sa recette et demain est un même jour ; surtout pas un autre, comme les cons se figurent. Un tout pareil, programmé à la minute, avec les mêmes sensations, les mêmes sons, les mêmes odeurs. Il se fout du temps, Finfin. Les saisons, c’est l’affaire des autres. Chez lui, y a pas de printemps et pas d’hiver non plus.

Ce qui me turlubite, c’est la raison qui a poussé M. le ministre à me filer le ranque dans un lieu si humble.

Nostalgie du passé ? Souci de discrétion ? Tôt, le matin, J’ai été réveillé par le brigadier Poilala, son factotum au ministère.

« — Commissaire, escusez si je vous demande pardon pour l’heure induse, c’est rapport à Bér… à môssieur le miniss qui vous demande de le retrouver à midi chez Finfin, aux Gobelins, pour une urgerie de la plus grande importance. Môssieur le miniss vient de m’appeler d’Amsterdam où qu’y l’a été pour la conférence internationale d’Interpoule. Y compte rigoureusement sur vot’ présence. »

J’attends. Ma tocante raconte midi vingt. J’attaque mon second Byrrh cassis. Une grosse vilaine mouche gavée arrive de la cuistance et vient me draguer. Je lui fais signe que je ne suis pas libre. Elle se rabat sur un peintre en bâtiment en train de claper la frigousse à Rirette, à la table du fond. A cet instant, pétarade dans la strasse. Deux motards gantés de blanc. Une CX noire… M. le ministre en descend. Il passe la tête dans le troquet, m’avise.

— Mouais, il est laguche, fait-il à son chauffeur ; faut reviendre me prendre dans une heure pile, compris ?

Et il s’apporte, le ventre pointé, soucieux, le front en accordéon, le regard déjanté, la lèvre lippeuse.

Le père Finfin veut se la ramener pour les gratulations d’usage, mais d’un geste l’Excellence le bloque à son rade.

— Pas d’infusions, Finfin, j’sus t’ici en coquelicot.

Il me presse la louche et prend place en face de moi. Son expression m’alarme. Je crois déceler des larmes au bord de ses cils et son menton tremble.

Je pose ma main sur la sienne.

— Ben, que t’arrive-t-il, Gros ? T’as l’air en pleine Berezina ?

— J’y suis, confirme-t-il.

Et il se prend le mufle dans ses grosses pattounes pour chialer en plein, sans retenue.

Jamais je ne l’ai vu pleurer de la sorte, mon gros patapouf ! Un chagrin d’enfant. Il hoquette.

Le père Finfin se rabat d’urgence avec un double Byrrh cassis.

— Allez, buvez-moi vite ça, m’sieur Bérurier.

Sa Majesté écarte les doigts, aperçoit le verre et le gloupe à travers son rideau de pleurs.

— Je vas vous en apporter un autre, décide Finfin, manière de vous remonter la pendule. Fleur de Misère ! Bon Dieu de bois, donne la carte à ces messieurs pour qu’ils vont pouvoir choisir entre l’andouillette panée et le boudin aux pommes.

Il emballe bien, Finfin. Ça crée la belle diversion souhaitable. Alexandre-Benoît s’ébroue et reprend du poil de la bête. Puisque Finfin est à dispose, on remplit notre bon de commande. Après la salade aux lardons, j’opte pour le boudin. Béru décide d’intercaler l’andouillette entre les deux. Après ce sera du saint-marcellin bien coulant et la poire au vin. Du beaujol-pif pour arroser le tout.

Finfin s’affaire. Fleur de Misère apporte des tranches de sauciflard. Elle sent un peu le rance et a une gueule de Toussaint, la pauvrette.

— Bon, tu racontes, Gros ?

M. le ministre ne s’offusque pas de ma familiarité.

— Tel que tu m’voyes, j’sus t’en pleine agonie ! dit-il.

Il rafle trois tranches de rosette qu’il enfourne manière de faciliter son élocution.

— J’sus été à la conférence…

— D’Interpol, je sais.

— Ma Berthe avait voulu viendre av’c moi en touriste, visiter la ville du temps qu’j’allais m’plumer à discutailler av’c c’paquet d’glandeurs. J’l’ai larguée en ville après y avoir noté l’adresse de l’hôtel dont auquel on logeait. La journée s’passe. Banquet, discours, jactances… Moi, je roupillais comme un bébé, vu qu’leurs techniques nouvelles, ces cons, c’que j’en ai à cirer, hein ? J’ai les miennes et tu les connais. Brèfle, l’soir je m’arrache enfin et m’v’là à l’hôtel. Pas de Berthy. A sa place, une bafouille et un album de photos. Voilà la lettre.

Il me déballe de sa fouille un rectangle de bristol chiffonné.

J’en prends connaissance.

Excellence,

N’attendez pas votre épouse, nous l’avons enlevée et elle ne se trouve déjà plus en territoire hollandais.

L’album ci-joint vous montrera qu’elle a du tempérament au cas où vous ne le sauriez pas.

Si vous n’acceptez pas de souscrire aux conditions que nous vous dicterons ultérieurement, un jeu de ces photos sera adressé à l’Élysée et à tous les grands quotidiens français et internationaux.

Ceci dans un premier temps.

Dans un second, votre charmante femme serait abattue.

Nous espérons ne pas être contraints d’en arriver là, c’est pourquoi nous comptons sur votre silence et votre coopération.

Nous prendrons contact avec vous sitôt que vous serez de retour en France.

Croyez, Excellence, à notre considération.

Mouvement Justice et Fraternité

Je tends le bristol à Bérurier, sans lui marquer mes sentiments.

— Tu t’rends compte ? murmure le Mastar. A quoi ça sert-il de parviendre aux places d’honneur si faut qu’on les paye si chérot ! Moi, veuf ! Tu juges ? Et pas veuf d’n’importe qui est-ce ! Veuf d’Berthe ! Une femme pareille ! Tiens ! Regarde comment t’est-ce qu’elle est belle !

Il puise dans un porte-documents de cuir noir un album de photos que je soupçonne être celui annoncé sur la missive.

Je l’ouvre et la sidérance me cloue.

Les photographies (en couleurs s’il vous plaît) constituent un rare documentaire sur la manière dont la Baleine s’envoie en l’air. La progression est savante. On part de son discret ensemble rose bonbon, puis en deux clichés on le lui voit ôté. La chose a dû aller bon train (si je puis dire) car nulle part on ne trouve trace de dessous : soutien-loloches, slip et encore moins combinaison. Voici Berthy à poil, pardon : à poils car Dieu sait (et moi maintenant) si elle en a ! Son académie est impressionnante. Imagine quatre sacs de farine, pour figurer seins et fesses, arrimés à un baril. Les pointes des loloches sont pareilles à des pommeaux de porte. La tripaille pendrait si elle n’était à ce point volumineuse mais sa surabondance donne l’illusion de la fermeté.

Je tourne la page.

Là, ça devient intéressant. Berthe plonge dans le décolleté sud d’un monsieur dont ne voit pas la tête.

Photo suivante, elle en sort un braque honnête auquel, sur l’image d’après, elle applique la fellation contrôlée pour le conduire au succès.

Mais, que se passe-t-il sur le cliché qui succède ? Quelle est cette chose phénoménale, indicible, violacée qui entre dans le champ ? Se pourrait-il que… ? Eh bien, oui, mon vieux pays ! Le membre du siècle ! La pièce de musée ! Du jamais vu ! De l’in-envisageable ! De la rapière forcenée ! De l’ogive chercheuse ! On franchit le seuil de l’irrationnel ! The monster !

Que va-t-il se produire ? Un engin aussi surdimensionné, cela sert à quoi ? Est-il utilisable seulement ? Quelle fonction lui trouver ? Le mettre où ?

Photo suivante : Berthe répond à ma dernière question. Donc, il est possible de conserver à ce pénis sa qualité essentielle !

Le Gravos qui suit à l’envers ma progression me désigne l’image prouvant la mise sur orbite.

— Une chopine d’c’t’ampleur, y avait qu’Berthe qui pouvait ! déclare-t-il sobrement, en réprimant sa fierté. Un cent’ d’héberg’ment comme Maâme Bérurier, c’t’unique au monde ; ou alors ça d’vient l’entrée du ferry-boîte.

Il me reste encore quatre photos à découvrir ; elles sont de celles qui conduiraient le plus chaste des pères chartreux à la damnation. Etant un auteur gaulois, certes, mais non licencieux, je me garderai bien de te les décrire. Sache seulement, infortuné lecteur (ou trice), qu’elles impliquent quatre personnages en des postures tellement lubriques que si je te les montrais, tu ne lirais plus ce livre que d’une main.

Chose importante, de ces quatre protagonistes, seule Berthe Bérurier montre son visage, les autres se contentant de livrer la partie d’eux-mêmes qu’ils tiennent à l’ombre généralement.

Fleur de Misère qui apporte la salade aux lardons jette un œil machinal par-dessus mon épaule et se met à trembler.

— C’est dégueulasse ! s’écrie-t-elle.

Je garderai son exclamation en guise de conclusion et referme l’album.

Le Gros remet la pièce à conviction dans le porte-documents.

— Enfin, s’il devrait arriver quéqu’chose à ma Berthy, ça m’fera toujours un souv’nir, soupire le saint homme.

Je suppose que si mon vieux compagnon d’équipées m’a mandé toutes affaires cessantes, c’est pour réclamer mon aide. Il est bien que je prenne l’initiative. Lui n’est que ministre, moi je suis commissaire. Je dispose donc de moyens d’action plus performants et d’une liberté plus grande.

— Il y a longtemps que tu es rentré d’Amsterdam ?

— Je descends de la vion.

— Donc, tu n’as pas encore été contacté ?

— Pas encore, non.

— Et depuis hier soir, tu n’as rien tenté en Hollande pour récupérer ta rombiasse ?

— Que voudrais-t-il-tu que j’eusse tenté, coincé par tout c’bordel à cul diplôme antique ? Les gaziers du prortocole collants comme des mouches à merde, les agents d’la sécurité au fion, plus une belle gonzesse offerte par l’comité des fêtes, j’pouvais quoi ? Et n’oublille pas qu’la vie à Berthy est en danger. Une mauvaise manoeuv’ et on r’trouve ma pauvrette av’c une praline dans l’chignon. Douc’ment les basques ! Faut y aller en espadrilles dans c’t’affure, mec ! Illico, j’ai songé à ta pomme. J’m’ai dit : « Y a qu’mon Sana pour m’arracher à c’te mistouille. »

— Merci pour votre confiance, monsieur le ministre.

Il s’enfourne une fourchetée de salade avant de répondre, manière de s’éclaircir la voix :

— C’est la moind’ des choses. J’ai beau être eu grimpé à l’échelle sociable, j’sais t’encore où qu’est mes vrais potes !

Il mâche, avale, arrose, ravale.

Finfin continue de gorgeonner derrière son rade, en palpant à chacun de ses passages la piètre moulasse de Fleur de Misère. Et la mère Rirette d’aboyer au milieu de son nuage de graisse telle une divinité de la bouffe.

Quelques habitués sont venus occuper les tables voisines. Ça ronronne doux. Ces fragrances de beurre cuit, cette paix des ventres en travail nous enveloppent comme un peignoir nids-d’abeilles tiède.

— Qu’est-ce tu crois qu’y peuvent m’vouloir, gars ? demande Béru. J’ai pas de fraîche. Juste trois quat’ pions su’ nos livrets Ecureuil.

— Ils n’attendent pas de blé de toi, Gros. Ça se situe sur un autre terrain.

— Lequel ?

— Je l’ignore encore, mais tu le sauras avant la fin de la journée.

— Qu’est-ce tu ferais à ma place ?

— Je commencerais par démissionner.

Il tressaille.

— Comme t’y vas !

— Réfléchis : en abandonnant tes fonctions ministérielles tu te places dans l’impossibilité de leur donner satisfaction.

— Et pou’ s’venger, y envoyent les photos au Président et aux journals et me butent ma poupée d’amour.

— S’ils divulguent ces photos, elles ne concerneront plus la femme d’un ministre, mais celle d’un ancien ministre ; ta démission immédiate ferait que l’impact serait moins grand, bien moins grand : tu devancerais le scandale, comprends-tu ? Seulement tu ne dois pas perdre une seconde !

— Et s’ils butent la Grosse ?

Je hausse les épaules.

— Là est le risque ; mais je te pose une question, Alexandre-Benoît : en admettant que ces gens exigent de toi une trahison quelconque de ta fonction, es-tu disposé à la commettre pour sauver la vie de ta femme ?

Pour lors, sa fourchette bien lestée redescend lentement sur son assiette. Il réfléchit.

— Tu sais bien que nous autres, les Bérurier, on est trop cons pour pas avoir l’essence du d’voir, grand. On s’fait buter à Verdun ! On chasse pas sans permis ! On paye nos tiers approviseurs ! Et quand quelqu’un se noye, on saute à l’eau sans savoir nager. Donc, pas question qu’je fasse une salopade, même qu’y découperaient ma merveilleuse Berthe en rondelles.

C’est dit avec une grande fermeté, sans trémolos.

Je lui tapote la dextre.

— Alors, fais comme je te dis !

Il hoche sa belle hure jaspée au rouquin qui tache.

— N’empêche que ça m’fait mal aux seins d’mouler mon port’feuille de miniss.

— Tu sais bien que de toute manière, ce genre de gadget est provisoire. Ce qui importe, c’est de vouloir l’être, puis de l’avoir été, sinon il s’agit d’un instant de fausse gloire, sans consistance ni lendemain. Tu auras connu les honneurs, bravo. Maintenant il est temps de te réveiller.

Son andouillette grésillante vient à point nommé pour disperser la noire cohorte des mauvaises pensées.

Le président referme l’album d’un geste sec, le repousse comme s’il exhalait des miasmes insupportables, puis, mains jointes, œil en code, se met à réfléchir. Nous respectons sa méditation, naturellement. Un président qui pense, t’irais le chatouiller sous les bras, tézigue ?

Au bout de sa trajectoire mentale, il s’ébroue comme à la sonnerie de son réveille-matin (lui, il possède un réveil mâtin).

— Ce qui me frappe le plus dans toute cette histoire, commence l’Illustre, c’est l’abondance du système pileux de Mme Bérurier, mon cher ministre. Il m’est arrivé, jadis à mon époque estudiantine, de renverser quelques gaillardes velues, mais aucune d’entre elles, jamais, ne m’a proposé un pelage aussi fourni.

Il ramène l’album à soi, l’ouvre à une page révélatrice et contemple.

— N’a-t-elle jamais été tentée de s’épiler ? demande cet homme courtois.

— Il n’eusse pas fallu qu’elle s’y risquâte, m’sieur le président, riposte Béru. Je l’ai mariée biscotte sa toison noire, ’maginez-vous. Le poil me porte aux sens, c’est bestialiste. Si j’vous disais, la seule unique fois qu’j’ai pas pu m’embourber une polka, c’est parce qu’étant jobastre et s’étant rasé le tablier. Moi, une moule chauve, ça m’la coupe ! V’s’allez pas m’dire, président, qu’une chaglatte comme celle à Berthe ça vous manigance pas l’sensoriel ! V’s’avez noté c’te p’louse ? Ell’ lu part d’puis le nombril du ventre jusqu’à plus bas qu’les jambons ! Vous parlez d’un régal ! Quand v’s’y faites minette, v’s’avez l’impression d’embrasser notre pauv’ cher Hernu su’ la bouche ! Si jamais on peut récupérer c’te mignonne, j’vous montrerai son frifri ent’ quat’ z’yeux, là vous vous rendrez vraiment compte, car une photo, c’t’une photo, on peut pas toucher, ça reste lisse. Ma Berthe, lorsque vous baladez vot’pogne dans sa fourragère, vous vous prenez pour Rambo dans la jungle chez les Niacouets : ça s’referme su’ vot’ passage. Y a des poils, quand l’temps veut changer et qui frisent féroce, j’sus t’obligé d’ m’effrayer le chemin av’c des ciseaux pour qu’m’sieur Bigbraque pusse aller folâtrer dans ses marigots, qu’autrement sinon, mon copain Zidor s’rait tout meurtri. C’est pas à vous qu’ j’vais apprendre la chose, mais un poil d’cul, c’est traître, m’sieur l’président. Déjà, quand v’s’en avez un dans la bouche vous v’là salement handicapé. V’s’avez-t-il déjà prononcé un d’vos discours av’c un poil ent’ les dents, président ? Vous qu’avez les chailles écartées, ça d’vait vous arriver plus souvent qu’à vot’ tour. Une p’tit’ broutance, vous, denté d’la sorte, c’est kif d’râteler les foins. Dites-moi pas l’contraire, je vous croirerais pas. T’nez, j’me rappelle d’une fois, vous causiez à la téloche. C’tait avant qu’vous fussiez président, président, en causant, j’remarquai qu’vous vous suciez les ratiches. J’m’ai dit : « C’t’homme-là, il a un poil d’cul qui l’taquine et y n’arrive point à l’recracher. »

Le président sourit nostalgiquement.

— Vous m’amusez, Bérurier ; je crois que je vous regretterai, et cependant je ne regrette jamais grand monde.

Il presse un timbre. Un secrétaire surgit.

— Demandez à Bajazet de venir me voir ! fait le Monarque.

Presque tout de suite, son conseiller à la Cour des Cons se présente. Je te l’ai déjà évoqué dans mon précédent, j’y reviens pas, t’as qu’à tous me les lire ; je les écris bien, moi !

Je te rappelle simplement que ce mec, c’est un intellectuel pur fruit. L’esprit en marche. Un cerveau dans un corps humain. Tu dis rien : il pense pour toi.

Il nous sourit chétif, trouvant superflue cette dépense d’énergie. Ce gonzier, les choses matérielles l’encombrent. La bouffe, la baise, la dorme sont autant de contraintes qui le perturbent. Avant de devenir oracle d’Etat, il s’emmerdait dans des activités collectives. A présent, et pour une durée supposée septénaire, il est assis dans un bureau et il pense tout son soûl. Libre penseur, quoi. De temps à autre, le président l’appelle pour lui demander un coup de méninges. Bajazet le donne et retourne penser. A midi, on lui monte une assiette garnie qu’il ne pense pas toujours à consommer, car il pense trop pour penser à s’alimenter. Absent par surméditation ! Il n’est pas parce qu’il pense, lui, tu comprends ? Le contraire de nous autres qui faisons avec la matière grise du bord.

Bon, alors voilà Bajazet.

Le président se tourne vers moi.

— Résumez brièvement la situation sans indiquer toutefois vos conclusions personnelles, commissaire.

Etant de nature suicidaire, je m’exécute.

Grande éconocroque de mots. Je raconte à la corde.

Rien de plus duraille que d’aller à l’essentiel et d’y rester.

Bon : le voyage du Gros à Interpol Amsterdam. Sa rombière qui insiste pour l’accompagner. Quelqu’un la drague, probablement, l’embarque en partouze, puis elle est kidnappée. Et voici le message et l’album qui en consécutent.

Bajazet a reniflé deux fois pour m’indiquer qu’il suivait. Un regard à la bafouille. Il feuillette rapidement l’album sans s’y attarder, indifférent au cul velu de Berthe et au membre gulliverien d’un des deux protagonistes mâles.

De l’index, il plaque ses lunettes rondes au sommet de l’arête de son nez. Ses yeux sont vagues derrière les gros verres. Tu dirais deux poissons des mers chaudes intrigués par les hublots d’un bathyscaphe.

— Quelle tactique adopter devant une telle situation, Bajazet ? demande le président en se tapotant les dents du bout des ongles.

— Révocation immédiate de M. le ministre, déclare Bajazet de sa voix douce et calme. Ensuite, M. l’ex-ministre entre dans une maison de repos pour quelques jours, de manière à être inatteignable. Vous, monsieur le président, vous faites une déclaration aux médias pour dire que votre ministre n’a commis aucune faute professionnelle, mais que certaine personne de son entourage a un comportement incompatible avec ses fonctions. C’est tout. Du très sec et très bref ! On sent votre courroux ! Vous êtes horrifié !

Le silence revient.

— Mais, et mon honneur ? balbutie le Mammouth.

Impitoyable, Bajazet pose la main sur l’album, comme sur une bible pour prêter serment.

— Il est enterré là, monsieur le ministre ! fait-il doucement.

Je me risque :

— J’avais pensé que la démission de Bérurier…

— Insuffisante, trop cool, mon cher commissaire. Une démission, c’est une compromission, du bricolage. Seule la destitution sera efficace.

Le président lisse ses cheveux sur ses tempes inestimables. Bajazet réfléchit déjà à autre chose. J’aime bien ce type, je devine en lui un univers que je souhaiterais visiter.

— Merci, Bajazet, murmure le Tout Grand.

L’autre nous moule après une inclination du chef.

— Si vous me permettez, monsieur le président, attaqué-je, je vous fais observer que Bérurier est venu vous révéler spontanément l’affaire. Il aurait pu attendre, louvoyer avec ces gens, essayer de se tirer sans trop de casse de ce guet-apens.

— J’apprécie, déclare l’Empereur. Cela prouve que je sais m’entourer de gens courageux et entièrement dévoués.

— Son attitude vaut bien que vous lui accordiez de démissionner, monsieur le président. Le point de vue de M. Bajazet me paraît par trop clinique et ne tient pas compte du facteur humain.

Il opine.

— Peut-être, mais la raison d’Etat, commissaire ? Hmm ? La raison d’Etat, qu’en faites-vous ?

Lors, j’assiste à une scène très belle, qui mériterait d’être enregistrée pour la postérité, sans vouloir faire l’apologie de l’éphémère.

Bérurier, enfin pâle (c’est la première fois), se dresse.

— Mon président, fait-il, j’vous remercille d’la confiance dont vous m’avez accordée en me nommant miniss. J’aurai fait mon boulot du mieux qu’j’ai pu. Y s’produit un couac de par ma chère femme, souate, je lui subis les conséquences ; mais faut pas pousser Berthe dans les orties. J’ai venu ici v’s’apporter ma démission, pointe à la ligne. Qu’vous m’débarquiez après n’rime plus à rien. J’ai déjà démissionné. Y a un témoin : l’v’là. Commissaire Santantonio, siouplaît. Officier de police assermenté dont auquel la réputation n’est pas à r’faire. Sana, j’doute pas d’ton intégralité, mon grand. T’es bel et bien témoin, raison d’Etat ou pas, que j’ai donné ma démission ?

— J’en suis le témoin, Alexandre-Benoît, confirmé-je.

— Mercille.

Le Molosse s’approche du bureau.

— Ce qu’j’voye, président, c’est qu’ma bergère a disparu et qu’j’la reverrai p’t’être plus jamais vivante. Ça, c’t’un point. Second deuxième point : on n’sait même pas ce que ses kidnappeurs me veuillent. Je largue mon minissère avant qu’y m’auront contacté. Donc, c’qui se passera doré de l’avant n’regarde plus l’Etat mais ma pomme occlusivement. J’r’tourne même plus au burlingue, v’serez gentil d’me faire déposer au bar-tabac du coin mes effets personnels, c’t’à-dire : une caisse de beaujolais Dubeuf, quèqu’ conserves de tripes à la mode de Caen, mes charentaises d’délassement et un slip qu’j’m’étais oublié d’dans à la suite d’un malentendu qu’j’ai eu avec un pet, sauf vot’respecte ; j’signale qu’y s’trouve dans l’tiroir du bas de mon bureau. Quant à ce qu’est d’aller en maison de repos alors qu’ma chère épouse est en perdition, comptez-y pas. A partir de tout d’sute je m’lance à sa recherche. Là-dessus, avec mon bon souv’nir à vot’dame, j’vous prille d’agréger, m’sieur l’président, l’assureur d’mes salutations respecteuses, empressées, distinguées et particulièrement françaises.

Il sort.

Son fumet demeure. Des relents de gibier, de sueur prolétarienne, d’andouillette grillée, de chaussettes surmenées, d’abattoirs en effervescence, de…

Le président pose le bout de ses deux mains sur le bord de sa table pour en contempler les ongles.

— Cet homme est dangereux, commissaire, murmure-t-il. Dans l’état où il se trouve, il est capable de n’importe quel acte insensé ; occupez-vous de lui ! Ne le quittez plus sous aucun prétexte.

Je me lève.

— A-t-il démissionné ou est-il révoqué, monsieur le président ?

Le Monarque me jette un regard en faisceau de lampe électrique d’ouvreuse.

— Il a démissionné, soupire-t-il.

— Merci, monsieur le président ; en ce cas, je vais m’occuper de lui.

III

DÉBUT DE L’ENQUÊTE ENTREPRISE SUR LA DISPARITION DE MME ALEXANDRE-BENOÎT BÉRURIER. PREMIÈRES DISPOSITIONS. PREMIÈRES DÉDUCTIONS. PREMIÈRES MANŒUVRES

Sachant bien que je vais le rejoindre, le Gros m’attend sur le perron de l’Elysée en discutant le bout de gras avec un factionnaire qui sabre au clerc. Le chauffeur du ministre peau-de-chamoise son pare-brise et ses chromes. Lorsque je me pointe, Bérurier enfonce ses mains de fée dans les vagues de son grimpant et dévale les marches, la tête dans les épaules en une attitude de plombier-zingueur sortant du bistrot. Il fait un crochet vers son ex-voiture de fonction et lance au conducteur :

— Tu peux les mettre, Gégène, t’auras un autre patron ce soir ; j’ai rendu mon tablier.

Ahuri, le chauffeur reste figé. Sa Majesté sort sa dextre pour lui tapoter la joue.

— T’as un job d’première, mec, garde-le ; pour tout t’confier, j’t’ai vach’ment envié pendant mon séjour d’miniss. Surtout quand t’est-ce qu’après un banquet à la con où j’avais clapé des tristesses, tu t’ramenais av’c des renvois d’escarguinches à la parisienne ou d’bœuf mironton qui m’embaumaient la bagnole. Les gens croivent pas, mais la planque idéale, c’est pas miniss, c’est chauffeur d’miniss.

Il lui en serre cinq.

— A la r’voyure, bout d’homme. Maint’nant qu’on appartient à la même classe sociable, on trinquera quand on s’rencontrera.

Et sur ces belles paroles, nous quittons l’Elysée, à pinces, comme le cher Giscard le fit à la fin de son turbin.

Le Mastar hume l’air chargé de Paname.

— Y aurait pas l’souci d’ma Berthe, j’serais joyce comme un piaf, me dit-il. Dégagé ! C’que j’ai pu m’plumer à ces conseils des miniss, mec ! C’est chiant à crever. Se croirerait à l’école !

On tourne le mur de la caserne pour gagner les Champs-Elysées. Y a de la mollesse autour de nous.

Le Gros arque un bout et demande :

— Alors, c’est quoi la tactactactactique du gendarme, chef ?

C’est vrai : me voilà redevenu son supérieur. Mais, au fait, est-il encore flic ? Son maroquin n’a-t-il pas balayé totalement sa situasse antérieure ? Faudrait savoir, non ?

— Surtout, tu disparais, recommandé-je. Ne retourne chez toi à aucun prix. Là, tu les fais marrons, mon pote ! Ils ont kidnappé l’épouse d’un ministre afin de le faire chanter, mais y a plus de ministre. Fini, remplacé, envolé. Ces cons se retrouvent avec ta Baleine sur les bras.

— Ils vont la scrafer si ell’n’sert plus à rien !

— Mollo ! Toi, tu leur claques dans les doigts, mais le gouvernement demeure. C’est maintenant sur lui qu’ils vont exercer leur pression, en menaçant de publier les photos qui tout de même la foutent mal pour lui. La femme du ministre démissionnaire en pleine partouze, à s’offrir un mandrin gros comme un séquoia géant, ça fait pas tellement smart pour le régime. T’imagines, l’opposition, ce qu’elle va organiser comme galas sur le thème ? Bon, ton départ et les belles et fortes déclarations du président (compte sur lui pour composer des alexandrins sur son déchirement) écraseront le coup, n’empêche qu’il restera des taches durailles à effacer.

— Conclusion, ils vont pas carboniser ma Berthy avant la fin des pourparlers ?

— Une monnaie d’échange pareille, on la joue pas sur un numéro plein, gars.

Nous voici à l’abri des marronniers ombreux. Des enfants se coursent sous l’œil distrait de bonniches portugaises. Un sadique erre dans son vaste pardessus (lequel mérite bien son nom, car si tu savais ce qu’il trimbale par-dessous !). Paris de tous les jours, Paris tranquille !

— T’as un plan, Sana ?

— Bien sûr.

— Lequel est-ce-t-il ?

— Le même que le tien : récupérer ta Grosse en catastrophe.

— Comment on va s’y prendre, puisque tu me coupes de ces charognards ? On les eusse laissés me contacter, ça nous offrait un début d’piste possib’.

— Tu les prends pour des branques ? Ils sont organisés et outillés, les révérends frères de Justice et Fraternité !

— Elle est connue, c’te boutique ?

— Première fois qu’on en entend parler ; mais ce genre de raison sociale pullule de nos jours. Seulement, la façon dont ils ont opéré pour embarquer ta rombière et la flasher dans ses débordements les plus épiques en dit long sur leur technicité. Je les juge hautement opérationnels.

— Bon, alors c’est quoi, ton plan ?

— On file à Amsterdam.

— Mais, sur la bafouille, y disent qu’elle n’est plus en z’Hollande.

— Tu coupes dans leurs vannes toi, Moudu ? Et quand bien même elle n’y serait plus, le début de la piste, lui, s’y trouve.

— C’est quoi, le début de la piste ?

— Le lieu où a été organisée la partouze, mon pote ! Tu m’as bien dit que la Grosse voulait visiter les rues aux putes ?

— Ça l’intéressait, voui, pourquoi ?

— Tu te doutes bien que c’est dans le quartier chaud que la chose s’est passée. Ton ogresse devait avoir ses vapeurs à mater les donzelles en vitrines et les julots accourant pour les calcer. Elle se sera laissé faire du contrecarre par un beau ténébreux et l’aura suivi.

— Par curiosité ?

— Bien sûr : Amsterdam-vice !Visite organisée ; ça ne se refuse pas quand on a la manette du réchaud perpétuellement sur la position 6.

Le Gravos fait la moue.

— J’le connais l’quartier des radasses d’Amsterdam, il est grand ; tu comptes faire du porte-à-porte ? En moins de jouge on s’ra retapissés et mis à l’indesque.

— Un élément va nous faciliter le travail.

— Lequel-t-il ?

— Ouvre ton bel album de famille, Gros, et mate l’avant-dernière photo…

Il s’arrête et obtempère.

— J’y sus.

— Que représente-t-elle ?

— L’enfourchement cosaque de ma Merveilleuse par le gus au baobab.

— Et ça se passe comment, cet épisode guerrier, mec ?

— Mon adorée est à genouxe et l’sagouin la grimpe en danseuse.

— En effet. Et en dehors de son goumi féroce, à l’artiste, tu aperçois quoi d’autre de lui ?

— Ses gesticules : on dirait deux gourdes en peau d’chèvre de deux lit’ chacun.

— Toujours exact. Et, outre ces outres, que distingue-t-on encore ?

Le Monumental examine l’image.

— Ses mains sur le michier à ma Grosse.

— Bravo ! Comment les trouves-tu ?

— Bizarres.

— Sais-tu pourquoi elles le sont, monsieur l’ancien ministre ?

— Cause !

— Parce que ce sont des mains de nain.

— De nain ?

— De nain !

Il hoche la tête, incrédule.

— Tu voudrais m’faire croire qu’un nain peut être membré si gigantesqu’ment ? La monstre bombarde que ma pauv’ Berthe s’ingurgite appartiendrerait à un nabot ? Tu débloques, mon pote !

— Pas du tout, Mastar : la chose m’a sauté aux yeux d’emblée. Regarde leur potelé, l’arc de l’avant-bras, l’aspect compact des doigts. Par ailleurs, il est fréquent que les nains soient dotés par la nature de cette compensation. Nous nous trouvons bel et bien en présence d’un gnome. Voilà qui va faciliter nos recherches.

— Tu crois ?

— D’autant que les quelques éléments que nous découvrons du décor sur ces photos me confortent dans la certitude que le petit documentaire a été réalisé dans le studio d’une pute professionnelle du quartier aux vitrines.

— T’es sûr ? bredouille l’épave.

— Non, mais je le sens.

Elle portait un boléro en lamé argent qui scintillait dans la lumière d’un projo comme un poisson au soleil. Du bas, elle était vêtue de quelques centimètres de cordonnet qui passait entre ses cuisses après avoir ceinturé sa taille. Je l’aurais probablement trouvée sexy sans sa frime de pute plus vraie que nature qui détruisait le charme. Cette personne faisait radasse pire que dans les films du muet, quand fallait forcer sur l’expression pour remplacer la parole encore non avenue.

Quelque chose, dans son visage, me racontait des banlieues de France : Paris, Lyon, Marseille ? (En voiture !) Elle avait ce côté pauvrement vache des connasses prostituées. Ce genre de pétasse n’est jamais une affaire, car pour bien se vendre, il faut disposer d’un minimum de psychologie qui, probablement, manquait à cette fille. Pour me conforter dans mon impression qu’elle était ma compatriote, un écriteau rédigé à la main et placé dans un coin de la vitrine, indiquait : Ici, on cause français.

Je recommandai à Béru de m’attendre en faisant du lèche-vitrines le long de la rue et je pénétrai dans le studio de la demoiselle.

L’endroit empestait le parfum, si toutefois l’on peut donner le nom de parfum à l’infernale et âcre odeur qui m’agressa dès le seuil.

Une vue de la tour Eiffel, peinte sur une tranche de bouleau, acheva de me persuader que cette prostituée était made in France.

— Salut, môme ! fis-je joyeusement.

Elle dit, de dos, en fermant les rideaux pour isoler nos dégueulasseries en devenir de la chaussée :

— Bonsoir, Chouchou, alors, t’es français ?

— Entièrement taillé dans la masse.

Elle me fit face. Je constatai que son air con était encore plus grave, vu de près. Une tache de vin en forme de la Suisse se voyait sous son maquillage de la joue gauche.

— T’as des florins, au moins ? s’inquiéta la donzelle. Parce que je prends pas l’argent français.

Je la rassurai : j’en avais.

Elle s’empressa de m’indiquer ses tarifs et je lui remis la somme forfaitaire qu’elle réclamait pour me confectionner une pipe.

Elle garda le blé dans la main et pleurnicha :

— Sois gentil : rajoute-moi un petit quelque chose.

Bon pigeon, j’y allai d’un bifton supplémentaire.

— Toi, ma grande, t’aurais une vieille mère à charge et un enfant en nourrice que ça ne m’étonnerait pas ! ricanai-je.

— Comment le sais-tu ?

— J’ai des dons de voyance.

Elle s’en fut planquer son blé dans un coffret délicatement orné de petits coquillages multicolores et qui jouait Happy birthday to you quand on en soulevait le couvercle.

— Tu me montres ton petit bijou, Chouchou ? fit-elle en revenant.

Je la décidai trop infamement stupide, même pour un petit calumet express ; ce genre de vache aurait pu me mâchouiller pendant dix ans sans que je gode. Pas que je sois porté sur les intellectuelles — grand Dieu non —, mais le néant me flanque le vertige.

— Je préférerais qu’on parle un peu avant : tu m’intimides, lui dis-je.

Elle se rembrunit.

— Parler ? Mais ça va te coûter un max, Max ! riposta l’élue de mon cœur. C’est long, parler. J’ai pas de temps à perdre, moi. D’autant que c’est le soir, l’heure qu’on affure. Je suis très demandée, moi, Chouchou. Je fais mes dix passes facile d’ici la fermeture.

Je sortis de nouveau des bank-notes de ma vague.

— Pleure pas, Ninette. Tiens, pour tes pauvres.

Elle happa. Son regard brillait comme les Champs-Elysées le soir de Noël. Elle flairait la bonne pomme fastoche à éponger et sentait qu’en usinant bien elle pourrait m’en griffer toute une liasse.

— C’est la première fois que tu viens voir les filles d’Amsterdam ? demanda-t-elle.

— Non, ça m’arrive de temps en temps.

— T’es dans l’import-export ?

— Affirmatif.

— Quelle branche ?

— Le poulet… surgelé.

— Et tu dérouilles chez ces mange-merde ?

— Ça boume.

Je rigolai :

— La dernière fois que je suis venu tringler dans le secteur, j’ai participé à une partouzette tout ce qu’il y avait de mimi. J’arrive plus à retrouver la boutique : il faisait nuit et j’étais drivé par des copains.

Elle se pinça car elle détestait la concurrence. Que je célèbre les mérites d’un autre baisodrome la désobligeait. Pourtant, il me fallait savoir.

— Ouais, j’ai des collègues qui font ça, dit-elle d’un ton réprobateur.

Elle abordait le bécébégisme, Ninette. Fallait pas la ramener devant elle, question dépravation. Sa conscience pour elle, si tu vois le genre. Elle y allait du cul, mais dans les normes admises par la morale pour peu qu’elle fût élastique.

Je poursuivis :

— Note que c’était assez dégueulasse, ce rodéo. Si je te disais : y avait un nain dans le ballet, mais chibré comme Jumbo l’éléphant.

Elle exclame :

— Ah ! c’était chez cette salope de Marika !

— Tu connais ?

— Tu parles. Une paumée camée à mort et qui s’explique avec son oncle, Teddy.

— Le nabot, c’est son tonton ?

— Ouais. Il travaillait dans un cirque. Et puis quand sa nièce s’est faite pute, il s’est mis en association avec elle. Ils ont des couples comme clients, ou des pédoques qu’ont pas froid aux miches. Teddy, paraît qu’il se traîne la chopine du siècle !

— Colossal !

Amère, mon hôtesse se lança dans des rancœurs :

— Elle fausse le jeu, cette salope. C’t’une Asiatique par sa mère alors elle se fout de tout, ces gens-là, tu les connais ! On a essayé d’intervenir pour qu’ils cessent cette concurrence déloyale, mais ils sont protégés, ces salauds.

— Par qui ?

— Le Syndicat.

— Quel syndicat ?

Elle me vitriola du regard.

— Tu débarques, hé, plouc ! Le Syndicat de la drogue, bien sûr. Ici, il est plus puissant que le gouvernement.

— Et où se trouve leur petit atelier à baise ?

— A cent pas d’ici : la rue sans trottoir, à gauche en sortant.

— O.K., merci.

Je me levai. Alors, comprenant que je m’en allais, la gonzesse entra en transe.

— Quoi ! Tu me largues pour aller chez cette pute ! Non mais t’es un emmanché de première ! Une grande lope ! Tu veux te faire fourrer par le nain, hein, bougre de sale dégueulasse ? Pédale ! Enfoiré !

Je partis précipitamment sous ses invectives. Elle me coursa jusqu’à la rue et me désigna à la foule en hurlant des malsonnances. Dans sa rogne, elle les clamait en français, et peu de gens les comprirent en dehors du Gravos.

Les rideaux de miss Marika étaient fermés lorsque nous parvînmes devant sa boutique.

— Que faisâmes-nous ? demanda Béru à qui je venais de rapporter ma conversation avec la Française expatriée.

— On attend que le taxi soit libre, gars. Je me vois mal questionner une dame qui a la bouche pleine.

Nous nous mîmes à arpenter la strasse en attendant que la tenancière referme ses jambes pour pouvoir rouvrir son établissement.

Le Dodu s’assombrissait comme un ciel d’orage.

— J’croive pas que tu fusses bien aspiré en m’am’nant ici, Sana, bougonna-t-il ; on perd son temps. J’serais resté chez moi, les gaziers annonçaient la couleur et l’contac s’nouait…

Comme tous les gens dans l’ennui, il avait besoin de s’en prendre à quelqu’un de son infortune ; je comprenais sa réaction. Les autres sont notre seul exutoire possible, le réceptacle et la cause de presque tous nos maux. Nous n’avons qu’eux pour nous décharger des tourments qu’ils nous créent.

— Ecoute, mec, murmuré-je. Peut-être as-tu raison et peut-être as-tu tort. Pour l’instant, nous n’avons pas d’autre solution que de foncer dans la voie choisie.

A l’instant où j’humectais mes lèvres asséchées par cette phrase bien sortie, j’aperçus, débouchant du fond de la venelle, un personnage qui me fit dresser les poils des bras sur la tête.

Un nain !

Un vrai.

Un de moins d’un mètre ou de pas beaucoup plus. Homme d’un certain âge, massif, avec une tête de notable et un corps de motif chinois. Il ressemblait à un « 8 » à cause de ses bras et de ses jambes torses. Un « 8 » à tête.

Il marchait en se dandinant, le menton dressé pour tenter de gagner deux centimètres. Je le trouvai élégant dans son costard prince-de-Galles bien coupé et son polo de soie noire.

— Mords un pneu ce qui nous arrive, Gros !

Bérurier eut un hennissement de licorne (à chaussures) en rut.

— T’veux parier qu’c’est not’bout d’zan ? bavocha le Prophète.

— Allez, go ! Laisse-moi usiner.

Je me dirigeai vers le nabot d’un air décidé non sans avoir accroché un sourire à ma face, comme l’écrit mon cher Aznavour dans son célèbre tube : Tu te laisses haler.

— Vous êtes mister Teddy ? je lui demandai en anglais.

Le nain portait des lunettes, ce qui n’était pas incompatible avec sa taille ; il les assura sur son nez, comme le font tous les binoclés.

— Oui, pourquoi ?

— J’aimerais m’entretenir avec vous, mister Teddy. Je suis un réalisateur de cinéma français. Et voici mon producteur, mister Montgau. On nous a beaucoup parlé de vous et il se trouve que nous aurions un rôle important à vous proposer dans un film sur la Rome antique.

Il sourit, hocha la tête et me tendit vingt-cinq centimètres de bras terminés par une main que je pressai sans grand enthousiasme.

— Je dois vous prévenir que je suis artiste de music-hall, mais n’ai jamais fait de cinéma, déclara cet homme intègre.

— Ce n’est pas une objection valable, mister Teddy, ripostai-je ; car il faut un début à tout.

— Juste ! admit-il, bien que nain.

— Où pourrions-nous discuter tranquillement, mister Teddy ?

Il hésita.

— J’habite ici, fit-il en désignant l’immeuble. Un petit appartement que je partage avec ma nièce, c’est très modeste, je vous préviens.

— Nous n’avons pas l’habitude de signer des contrats dans des palaces, mister Teddy, lui répondis-je tout en m’efforçant d’avoir l’air moins grand que nature afin de le mettre à l’aise.

Il nous fit pénétrer dans cet immeuble du dix-septième siècle où la Hollande souffrante venait copuler. Justement, le client de la demoiselle Marika était en partance pour Panardland et poussait des clameurs de goret saigné en offrant à l’univers blasé quelques centilitres de semence à perpétuer la connerie.

Nous gravîmes un escalier de pierre, ce qui nous permit d’atteindre le premier étage où habitaient le nain et sa nièce. Le logis était en grand désordre ; visiblement, la Marika ne s’occupait pas du ménage. Elle vendait son cul et se camait, là se limitaient ses activités. Le nain ne se cassait pas non plus la nénette.

Il débarrassa un canapé d’un monceau de hardes féminines qu’il déposa précieusement par terre ; libéra un fauteuil de la vaisselle sale qui l’encombrait et nous pria de nous asseoir. L’endroit puait la bière et le H, avec des relents bizarres de cuisine honteuse et de mauvaises digestions consécutives.

Escalier grimpant, j’avais raconté un joli petit scénar au gnome comme quoi il allait jouer un nain maître de plaisirs à la cour de Stradivarius le Grand. Il devait organiser les réjouissances du corps et montrer l’exemple en « aménageant » des vierges pour les préparer à la verge impériale. Il assura que ce rôle le bottait.

Il se voyait déjà en péplum, la bitoune aux quatre vents sous des dais de brocart, mystifiant les colonnes marmoréennes avec son formidable appendice.

Lorsque nous eûmes pris place, il sortit une bouteille d’aquavit ainsi que trois verres douteux qu’il remplit à ras bord et nous offrit.

Bérurier prit alors la parole. Jusque-là il m’avait laissé manœuvrer sans moufter, mais la menteuse lui démangeait.

— Ecoute, grand, m’apostropha le Gros, j’ai rien pigé aux vannes qu’t’as sorties à ce basset artésien, vu que si je parle couramment l’anglais, j’le comprends pas très bien ; mais moi j’trouve que ça va commak et qu’on doit enclencher la vidéo. D’penser qu’c’est c’te moitié d’homme qu’a engouffré ma Berthe av’c sa matraque d’C.R.S., ça m’démange d’le massacrer.

— Calmos, mon lapin.

Béru vida son glass cul sec.

— As-tu une photo de ta bonne femme sur toi ? demandai-je.

— Ben voilions, ça croule de source.

— Donne !

D’un portefeuille marocain en peau de chameau repoussée (et repoussante), mon ami sortit[3] un rectangle de papier glacé sur l’avers duquel figurait sa dame attablée devant une choucroute.

— Un souv’nir d’nos vacances aux Baléares, commenta le cher homme.

Le cliché montrait B.B. épanouie, la bouche grande ouverte prête à y accueillir une saucisse.

Elle avait l’air heureuse et son homme se mit à pleurer.

Je présentai sans un mot l’image au nain.

— C’est cette dame qui nous a parlé de vous, lui dis-je.

Je le sondai à mort. Mes falots ? Deux lasers. De son expression allaient dépendre beaucoup de choses. Fallait le percer à jour en un flash. Il était loin du compte pour le moment, batifolant dans des rêves technicolor sur écran large.

Il prit la photo et regarda.

Top !

Ça y était. Une fraction de seconde. Le sursaut interne, si je puis dire ! Il venait de l’avoir. Instantanément, il avait cessé de rire. Il hocha la tête et eut une moue d’incompréhension.

— Je ne connais pas !

En guise de réponse, je tirai une autre image de ma vague. Celle qui le représentait en train d’emplâtrer la Berthe.

— Pourtant c’est bien vous, là !

Nouveau regard. Mais chargé de crainte et d’angoisse. Il tombait de haut, le petitou. Finie la superproduc. Il venait de se faire piéger comme un bleu.

— Vous plaisantez !

— Pas le moins du monde.

Je m’emparai de sa dextre et la comparai avec celle qui se cramponnait au monument des poilus d’Orient de Mme Bérurier.

— C’est l’évidence, mister Teddy ! Non ?

Je lui repris les deux photos.

Il restait indécis, craintif et tendu, comprenant mal où je voulais en venir, mais sachant déjà que ça n’était pas fameux pour sa quiétude bourgeoise.

Béru, surtout, alimentait son anxiété par les regards meurtriers qu’il ne cessait de lui décocher. De plus, le Gros dégageait une sale odeur de haine et le nabot (Léon) la percevait parfaitement.

Je pris plaisir à laisser se prolonger le silence. Rien ne prépare mieux un homme inquiet aux confessions que de le faire macérer dans une ambiance calamiteuse.

Pour tromper l’attente, je bus mon godet d’aquavit à petites gorgées de rouge-gorge.

Le nain ôta ses besicles pour les fourbir à l’aide de sa pochette de soie. Il tentait désespérément d’avoir l’air dégagé, mais n’y parvenait pas.

Il les reposa sur son tarin et murmura :

— Que désirez-vous, au juste ?

— Qu’est-ce y dit ? demanda Béru.

— Il demande ce que nous lui voulons.

— C’t’une bonne question à dix balles, ronchonna l’Immense. Déballe-z’y le topo, mec. Et ajoute-z’y qu’si y n’répond pas franco, j’sus prêt à exercer su’sa pomme des pressions psychologiques, comme on dit dans nos émanuels professionnels.

Je brandis la photo de Berthe déguisée en levrette devant la frite du nain.

— Qui prenait les photos pendant cette délicate manœuvre ?

— Ma nièce.

Je compulsais les images de la partouze que, pour la commodité de manœuvre j’avais ôtées de l’album et fourrées dans ma poche. Sur l’une d’elles on apercevait, en amorce, la hanche d’une seconde femme.

— Vous mentez, votre nièce participait aux réjouissances.

— Y t’chambre ? gronda Béru.

— Pas mal.

— C’est marre, laisse-moi l’usiner ! Quand j’m’aurai occupé d’lu, il aura grandi d’cinquante centimètres.

Et Bérurier quitta son fauteuil pour aller prendre un tabouret dans la kitchenette attenante. Il plaça celui-ci sous le lustre de perles pendu à un crochet scellé dans le plafond. D’une secousse, il arracha la chaînette de suspension. Le lustre tomba avec fracas et son abat-jour se brisa.

Sa Majesté tira alors de sa poche une paire de menottes dont il ne s’était jamais séparé durant son mandat ministériel. Il passa l’un des bracelets dans le crochet ; après quoi, il vint au nain, le décolla du plancher et lui emprisonna le poignet gauche avec l’autre boucle. Puis il le lâcha et le petit bonhomme resta suspendu à moins d’un mètre du plancher.

— Reste plus qu’à attendre qu’il va causer, décréta Alexandre-Benoît.

Il ôta son veston et le plaça sur un dossier de chaise, puis revint à son fauteuil après avoir raflé au passage la boutanche d’aquavit.

Le nain pendant au bout de son bras comme une chauve-souris au bout de sa patte, grimaçait de douleur. Cet être disgracié, ainsi suspendu, me donnait un sentiment de honte.

Je n’eus pas le temps de le subir car on gratta à la porte. J’allai ouvrir et vis, en face de moi, une fille de type asiatique plus ou moins vêtue d’un kimono noir à ramages jaunes. La nièce ! Le bruit du lustre brisé avait dû l’alerter. Elle ouvrit aussi grand qu’elle le put ses yeux bridés en m’apercevant. Elle avait eu ce double look cher aux comiques d’antan, mais à l’envers. C’est-à-dire qu’elle regardait au niveau de ma braguette, croyant planter son regard dans celui de son tonton. Puis l’avait brusquement hissé jusqu’au mien. Par-dessus mon épaule, elle apercevait pour le même prix l’onclet suspendu.

— Entrez, Marika ! fis-je en lui prenant le bras.

Et nous fûmes quatre dans la pièce.

Elle était farcie de came, la petite chérie, ce qui ne l’empêchait pas de réaliser l’importance de la situation.

Tonton geignait misérablement. De temps à autre, Béru lui envoyait une bourrade pour qu’il se balançât.

La môme avait ses réflexes engourdis par la drogue, aussi ne fut-ce qu’après un moment de flottement qu’elle se précipita vers la fenêtre en appelant au secours. Très vigilant, le Gros la stoppa avec l’un de ses souliers rudement lancé qui atteignit la pute au creux des reins, lui coupant le sifflet. Il la ceintura et l’entraîna dans la salle de bains. Je laissai faire ce mari douloureux soucieux de retrouver sa chère moitié (laquelle aurait pu constituer deux entiers sans fournir d’efforts excessifs).

— Délivrez-moi ! supplia le nain, j’étouffe.

— Je le ferai volontiers dès que vous m’aurez dit ce qu’il est advenu de cette grosse dame, cher Teddy.

Cette photo implacablement placée sous son nez devait lui flanquer la gerbe.

Il gémit :

— Je ne sais pas : ils l’ont emmenée.

— Qui, « ils » ?

— Des gens du Syndicat.

— Leurs noms ?

— Je l’ignore !

— Attendons que ça vous revienne.

Histoire de lui filer le moral à zéro, je le laissai et allai voir comment Béru vivait sa nouvelle idylle avec Marika.

Ça ne se passait pas trop mal. Il l’avait ligotée au moyen de son kimono, déchiré en lanières et à présent la couchait dans la baignoire, n’ayant plus de place sur son testament.

Imperturbable, sûr, précis, d’un calme quasi effrayant, il ouvrit les deux robinets en grand.

— Questionne, questionne, mon pote ! m’invita-t-il. Sur les deux, y en aura bien un ou une qui crach’ra le morcif s’il veut pas crever !

La haine le rendait cruel.

Mais elle porta ses fruits.

Ils parlèrent l’un et l’autre, coup sur coup, à haute et intelligible voix.

Ce qu’ils me dirent séparément concordait.

Nous les laissâmes après les avoir délivrés et leur avoir fait avaler à chacun une bouteille d’aquavit, manière de les mettre sur la touche pendant quelques heures.

IV

JE POURSUIS D’INTÉRESSANTES VISITES. AVIS AUX ARMATEURS !

La secrétaire était du genre revêche à moustache, avec un gros cul carré comme un coffre de bateau. Jaunasse de peau, ses cheveux noirs torsadés et plaqués sur la tronche en un chignon du genre nid d’hirondelle, elle appartenait à cette catégorie de femmes dont le haut protège le bas.

Je lui demandis si M. Hans Bergens pouvait m’accorder un bref entretien ; et ce fut comme si j’émettais la prétention de convier le Président Reagan à passer ses vacances avec moi (ce qu’à Dieu ne plaise). Elle eut l’air tellement horrifiée par ma prétention que je crus un instant avoir déclenché sa ménopause. Son visage se convulsa, son regard, par contre, se révulsa et ses dents lui sortirent de la bouche tel un dentier expulsé par une quinte de toux ; cependant c’étaient bien les siennes : dents de piano jaunies par la nicotine.

Elle observa une minute de silence, probablement pour rendre un dernier hommage à mes illusions, mortes à la fleur de nave. Puis elle me demanda si je rêvais.

Je lui répondas que ça m’arrivait souvent, surtout lorsque je me trouvais en manque d’amour, et que chaque fois mes songes étaient en couleur et grouillaient de belles personnes dans son genre.

Elle n’apprécia pas trop. Ses lèvres se firent un peu plus minces, ses dents un peu plus longues, son nez un peu plus pincé. Je n’osai imaginer sa culotte.

Je repris, avant qu’elle en eût terminé avec son indignation :

— Qu’est-ce qu’un homme de race blanche, dont l’état de santé est irréprochable et le quotient intellectuel nettement au-dessus du Zuiderzee doit faire ou ne pas faire pour espérer rencontrer M. Bergens, jolie mademoiselle[4] ?

— Ecrire, répondit-elle, en exposant de façon détaillée l’objet de sa requête.

— Faut-il joindre un timbre pour la réponse ?

— Ce n’est pas nécessaire : si M. Bergens ne donne pas suite, il s’abstient de répondre ; s’il donne suite, il prend l’affranchissement à sa charge.

— Je savais que c’était une grande âme généreuse, approuvai-je. Le bruit en courait, je suis heureux d’avoir pu le rattraper et, ainsi, vérifier qu’il est l’expression de la vérité.

Bon, on tournait dans le persiflage oiseux.

J’eus un sourire au caramel au lait, fondant. Il n’amadoua pas ce dragon hépatique. Le temps était venu de mettre à la cape, c’est-à-dire de réduire ma voilure.

— Ecoutez, belle enfant, je ne veux pas vous faire davantage perdre votre temps : je dois voir Hans Bergens et je le verrai, quitte à tirer au bazooka à travers ces cloisons pour me faire une brèche et parvenir jusqu’à lui. Sachez que, quel que soit son emploi du temps, rien n’est plus urgent pour lui que de me recevoir.

L’indignation de la donzelle se mua en effarement. Jamais personne n’avait encore tenu pareil langage dans cet immense buildinge verre et béton dominant le port d’Amsterdam où des marins meurent chaque nuit, pleins de bière et de drame, les pauvres !

Je fis un pas vers ses appas. Son fauteuil n’étant point à roulettes, elle ne put reculer. Lors, je me penchai sur elle.

— Comprenez quelque chose, miss Pays-Bas : il y va de sa vie. Or, bien qu’étant milliardaire en florins, Bergens n’en a qu’une. Il y aura une foule immense à ses funérailles et la reine enverra une couronne ; mais ça ne le ramènera pas à l’affection des siens. Vous enregistrez bien tout ça dans votre cervelle de surdouée, ma belle ? Bravo ! Alors on drope chez le patron !

Je reculas jusqu’à la baie vitrée d’où l’on voyait les gros bateaux ventrus : des noirs à bande rouge, des blancs à bande bleue, et puis des jaunes et noirs battant des chiées de pavillons, ceux à croix des pays scandinaves, des à faucille et marteau, affrétés par le Saint-Siège, des barlus allemands, anglais, ricains, panaméens surtout ! La plus grande flotte du monde, Panama (un million cinq cent mille habitants mais chacun possède son paquebot ou son yacht, mon vieux). Et les grues grises se mouvaient avec lenteur parmi cette flotte disparate. Ce qui surprenait, c’était combien les hommes restaient clairsemés dans tout ce bigntz. La main-d’œuvre devient de plus en plus inutile. Quelques pelus pour actionner des mécaniques, et puis ça va bien. Dockers ? Zob ! Au chômedu !

Lorsque je me retournai, je constatas que le burlingue était vide. La vilaine s’était taillée en silence, grâce à la moquette qu’on avait oublié de faucher.

Je me dis qu’elle allait revenir, et pas seule, probable. Je pressentais des foirures. On entrait dans le vif. L’essentiel était d’en sortir. A cause de la pute du Gros je venais de me fourrer dans une cuve de mélasse vachement épaisse et engloutisseuse.

L’endroit était fonctionnel et cossu. Moderne à foutre la chiasse verte à un antiquaire : acier, verre, béton, les trois mamelles du design. Et puis des reproductions de peintures sinoquées aux murs.

Quelques instants s’écoulèrent et la secrétaire blette réapparut avec son cul carré, sa frite jaune comme un melon d’Israël, son chignon de directrice d’internat libre d’avant-guerre. Deux gaillards l’accompagnaient. Drôles de bâtiments d’escorte. Imagine deux haltérophiles endimanchés. Pas très grands, mais très larges, avec des biscoteaux qui saillaient dans leurs manches comme des ballons de rugby. Ils se trimbalaient des bouilles impressionnantes : nez cassés, oreilles en chouf, pommettes tailladées, arcades souricières proéminentes. Des gaziers de Cro-Magnon, arrivés du paléolithique supérieur par l’escalier de secours. Le plus trapu, surtout, filait les foies. Il était pâle comme un nichon de laitière, le cheveu blond albinos, et un regard de chien de faïence mémorable.

Ce fut lui qui s’adressa à moi, en anglais mâtiné d’allemand :

— C’est vous qui insistez pour voir mister Bergens ?

— En effet.

— Vous avez parlé de mettre sa vie en danger ?

— J’ai seulement déclaré que ce que j’avais à lui dire pouvait lui sauver la vie ; c’est le contraire, n’est-ce pas ?

— Levez les bras !

— Croyez-vous que ce soit indispensable ?

— Vite et faites plus le malin !

Je levai les bras. Il me palpa des deux pognes, rapidos, mais avec une dextérité professionnelle. Ce mec-là avait dû faire ses classes chez des épées.

— Je peux les baisser ? demandai-je lorsqu’il eut terminé son inspection.

Il acquiesça.

— Bon, et maintenant racontez-nous ce que vous avez à dire à mister Bergens.

— Pas question, c’est à lui que je dois parler.

— Vous ne le verrez pas, alors accouchez !

Nous nous défiâmes du regard. Il m’était aussi sympa qu’un crocodile en train de bouffer la jambe d’un missionnaire.

— On ne va pas y passer la semaine, mon pote, lui dis-je. Je vois Bergens ou pas. Si je le vois je lui parle, si je ne le vois pas je me tais, et c’est pas en me regardant avec des yeux pareils à deux trous du cul de chat que ça changera quelque chose.

Comme il ne pouvait pâlir davantage, il rougit. Puis il se tourna vers son pote, quêtant un conseil. L’autre lui réclama l’une de ses oreilles et mon cosaque lui accorda la droite qui devait être probablement sa meilleure. Il y eut des chuchotements. C’était pas la peine de réduire l’intensité du son : leur aurait suffi de jacter en néerlandais puisque j’entrave ballepeau à cet argot-là. Dans le doute, ils s’abstenaient.

Je louchai sur la pendule. Elle indiquait dix plombes. Je me dis que le bigophone ne devrait pas tarder à sonner. Et, obéissant à mon vœu, il se mit à vrombir. La secrétaire décrocha.

Elle écouta.

— Pouvez-vous répéter ? demanda-t-elle.

Et alors je sus que c’était Béru. Je lui avais écrit phonétiquement la phrase anglaise qu’il devait prononcer, comme dans la méthode à cinq ou six mille. Mais ce gros nœud coulant devait parler la bouche pleine, ou bien en rajouter, question accent. La môme avait du mal à entraver. Elle finit par me demander :

— Vous êtes le commissaire Antonio ?

— Jawohl, my doll.

Elle hésita, puis me tendit le combiné.

— Allô ! Non, je n’ai pas encore pu voir M. Bergens, mais je ne désespère pas d’y arriver, fis-je en anglais. C’est cela, je vous appellerai !

Je raccrochai. Les trois me frimaient avec une perplexité montante. Bientôt, si le flux continuait, ils allaient devoir bâtir des digues pour le juguler. Je leur souris, confiant.

Quelque chose me disait que je tenais le couteau par le manche. Ce coup de grelot, dûment prévu et minuté, intervenait au moment où il le fallait.

Les deux vilains chuchotèrent à nouveau, puis l’un d’eux se retira. Le blafard resta pour me couver de son œil fumelard. Il rêvait de me fourrer son poing dans les gencives et il dut l’enfouir dans sa poche pour pouvoir résister à la tentation. La secrétaire avait repris sa place derrière son bureau. Elle tripotait des papiers inutiles afin de se donner une contenance. Comme elle y parvenait mal, elle finit par tailler des crayons au moyen d’un appareil électrique qui les rendait pointus comme des aiguilles.

L’acolyte revint et annonça que mister Hans Bergens consentait à me recevoir.

Je leur fis grâce de mon triomphe et accompagnai les deux hommes à travers de grands couloirs aux couleurs pimpantes, m’offrant même le luxe de m’arrêter un instant devant une litho de Paul Klee.

Parvenu à ce stade de mon historiette, laisse-moi te dire que la noye a été rude et qu’on n’a pas chômé, le Gravos et moi.

Mais comme je vais bonnir tout ça à mister Bergens, dans un peu moins que pas longtemps, il est inutile que je doublonne en t’annonçant tout de suite la couleur. Ce temps mort, juste pour te prévenir que je ne m’amène pas ici sans biscottes. Egalement que cette affaire est vachement particulière. Je n’ai encore jamais conduit une enquête de cette manière. T’assistes à une grande première, mon chérubin. Perds pas les évolutions de l’artiste et n’oublie pas de l’applaudir bien fort quand il exécutera son triple saut périlleux en arrière, ce qui ne saurait tarder.

Et voilà qu’on me fourre dans un ascenseur. Un moment je me demande si mes deux forbans joueraient pas aux cons et s’ils ne m’embarqueraient pas dans une benne à ordures plutôt que chez Bergens. J’en sais suffisamment sur la race humaine pour piger que les gaillards en question sont capables de te perforer les méninges comme t’allumes une tige et t’assurer ensuite une sépulture de choix dans un cimetière de voitures. Mais non, mes craintes sont verveines : on retrouve un autre couloir silencieux terminé par une vaste lourde à deux battants, tellement blindée qu’en comparaison les coffres de la Banque de France ont l’air d’être confectionnés avec des boîtes de camembert vides.

Le méchant blême presse un timbre. Un voyant vert s’allume. Il s’approche d’un microphone encastré et dit son nom. Il s’agit d’une cellule acoustique obéissant à des voix mémorisées par l’appareil. La porte s’ouvre.

J’eus un haut-le-corps.

Suivi d’un haut-le-cœur.

Rien de ce que je découvris n’était imaginable.

Si ! Peut-être par Jérôme Bosch à la rigueur, mais le cher grand génie est mort en 1516 (des suites de la bataille de Marignan, tu crois ?). N’importe, cesse de te masturber, ôte ces bananes de tes oreilles et écoute. Alors que nous sommes dans un immeuble ultramoderne, je t’y répète, le bureau du célèbre armateur Hans Bergens représente une étable. Une vraie. Avec des murs de planches rugueuses et une poutraison festonnée de toiles d’araignées. Une crèche, où sont attablés un âne et un bœuf. La litière est en train de devenir fumier. Une brouette, d’ailleurs, est emplie de cette chose fertilisante dans laquelle est plantée une fourche, mais je doute qu’elle produise des rameaux.

Sur la gauche : un hangar à foin odorant. Sur la droite, devant une fenêtre rudimentaire, une planche posée sur deux tréteaux et sur cette planche, anachroniques, des ustensiles sophistiqués : téléphones multiples à carénage nucléaire, téléscripteur, écran vidéo, etc.[5]

A cette surprenante table de travail, un homme : Hans Bergens. Un petit homme vêtu d’un complet beaucoup trop grand pour lui, en velours côtelé marron. Il porte à la taille l’une de ces interminables ceintures de flanelle comme en avaient les paysans de jadis. Sa chemise est de laine grisâtre. Il a un chapeau rond, cabossé, luisant de crasse, sur le sommet de sa tête de nœud triangulaire (la pointe étant tournée vers le bas). Son front est bombé, mais, très vite, le reste du visage va s’amenuisant. Le regard est en guidon de course, le nez plongeant, la bouche gobeuse ressemble à un jeune coquelicot et le menton à cet os du coude qu’un anthropologiste adepte du Front National a baptisé « petit juif ».

Il a les joues creuses, d’un rose tirant sur le mauve, des oreilles en forme d’anses (larges du haut, étroites du bas) et il est à ce point bigleux qu’il commence à distinguer le dos de ses interlocuteurs avant leur visage. Il me guigne, accoudé à sa table, son menton posé sur ses deux poings superposés. Sa tête ressemble à une coupe trophée.

— Mettez des sabots ! m’enjoint le vilain blafard.

Je note alors, derrière la porte, une théorie d’énormes sabots de bois taillés dans la masse. J’en chausse deux pour faire la paire et, ainsi alourdi, patauge dans le fumier en direction du père Mathieu.

Des branques, j’en ai déjà recueilli pas mal dans mes pages hospitalières, pourtant je dois admettre qu’il est mon premier dingue à idée fixe rurale. J’aurais imaginé tout différemment les folies d’un armateur. Qu’il eût transformé son burlingue en roof, cambuse, poste de pilotage, soit. Mais une étable, alors là…

J’atteins la grande table. Entre les appareils nucléaires, refroidit, dans un grand bol en Delft, une soupe d’autrefois, épaisse (la cuiller tient verticalement dedans, kif la fourche dans le fumier de la brouette) et un morceau de lard, gras comme le livret militaire de Bérurier, attend le bon vouloir du strabismé sur une planchette à découper.

L’homme n’a pas relevé sa tête en forme de poire renversée.

Il m’étudie avec âpreté.

— Heureux de vous rencontrer, monsieur Bergens, je déclame, façon Caruso faisant une annonce à l’avant-scène ; et merci de bien vouloir m’accorder un entretien.

Il désunit son édifice poings-tronche pour, d’un index noueux, appuyer sur une espèce de réveille-matin posé face à lui.

— Quatre minutes exactement, fait-il d’une voix si grinçante que je devrai me filer quelques gouttes d’huile d’amande douce tout de suite après cette entrevue hystérique, tu m’y feras penser ?

— Ce sera plus qu’il ne m’en faudra, monsieur Bergens.

— Je vous écoute.

— Je ne parlerai pas devant témoins, assuré-je calmement en désignant les deux sbires.

Et d’ajouter :

— Je suis désarmé, si vous craignez quelque acte violent de ma part, j’accepte qu’on me lie les mains dans le dos. Correct ?

En guise de réponse, il fait signe à ses pieds plats de s’éjecter et les deux sortent.

D’instinct, je cherche une chaise. Mais il n’en existe qu’une seule dans ce « bureau » : la sienne. Comme elle lui obstrue le trou du cul pour l’instant, je me résigne à garder la verticale, dont nous ne profiterons jamais suffisamment, nous autres, les futurs horizontaux définitifs. Dans le fond, rester debout est un luxe.

— Mais qui êtes-vous donc pour montrer tant d’audace ? me demande le bonhomme en un superbe alexandrin qui me flanque envie d’hugoliser.

En guise de réponse, je lui produis ma brème professionnelle.

— Commission rogatoire ? il murmure, manière de me prouver qu’il est rompu aux questions de droit policier.

— Démarche privée.

— Je vous écoute.

— A vrai dire, monsieur Bergens, l’affaire ne nous concerne ni l’un ni l’autre, du moins directement.

— Alors que faites-vous ici ?

— J’y viens.

— Vous devriez déjà aborder votre péroraison, riposte Tête-de-poire-renversée, de sa voix en coup de frein de tramway.

Sale type ! Un Foccard de la pire engeance ! Dingue et teigneux !

— Une réunion des ministres de l’Intérieur européens s’est tenue à Amsterdam voici trois jours. L’épouse de notre représentant a été kidnappée pendant qu’elle visitait les rues chaudes de la ville. L’opération s’est déroulée alors qu’elle participait à une partie fine ; car c’est une personne très portée sur le sexe et, par conséquence, imprudente.

— J’appelle ce genre de femelles des truies, déclare le bigloche.

— Moi aussi, monsieur Bergens, ce qui prouve que nous avons une certaine similitude de jugement. Ce rapt avait pour objet de permettre d’exercer un chantage sur le ministre français.

— Quel chantage ? interroge le faux derche.

— Le ministre l’ignore car il a pris les devants et démissionné après avoir franchement exposé la situation à l’Elysée.

— Dangereux pour sa femme, murmure le bigleux.

— Il en prend le risque étant homme de devoir avant tout.

Voilà : les dés sont jetés, comme dit mon tailleur.

Hans Bergens se lève, fait quelque pas dans l’étable et se met à pisser sur le fumier. C’est un petit homme un peu bosco et déclaveté. Pudiquement, je m’approche de la lucarne. Elle donne sur le port. (Elle devrait plutôt donner sur le porc étant lucarne d’écurie.) Je consulte ma tocante. Va falloir usiner rapidos car l’heure « H » approche. J’espère qu’il n’a pas la prostate, l’armateur ?

Il refourre son bistougnet verseur dans ses hardes, se reboutonne (il en est resté à la braguette à boutons) et revient s’asseoir non sans avoir flatté la croupe du bœuf au passage.

— Vous disiez, commissaire ?

— Notre ministre, et c’est là que nous entrons dans le secteur confidentiel, appartient à une organisation occulte très puissante en France, l’équivalent de la Mafia italienne pour vous la situer, qui s’appelle « le Groupe Beaujolpif ».

— Jamais entendu parler.

— Ce qui vous prouve combien elle est secrète.

— Passons, ensuite ?

— Ensuite, le Groupe Beaujolpif a décidé d’assumer le problème de l’ex-ministre et de récupérer l’épouse dévergondée de celui-ci.

— En quoi cela me concerne-t-il ?

— Ces gens ont choisi une personnalité importante d’Amsterdam, en l’occurrence vous, l’armateur numéro un de ce pays et entendent la rendre responsable de la vie de la dame que nous évoquons.

— Qu’est-ce que c’est que cette fable ?

— Une histoire vraie, monsieur Bergens.

— Mais c’est de la pure folie !

— J’en suis convaincu.

— Qu’ai-je à voir dans cette histoire stupide ? Tout cela ne me concerne pas ! s’écrie le bigleux.

— Pas plus que la femme enlevée n’est concernée par les mauvaises intentions de ses ravisseurs. C’est une salope, certes, mais innocente. Vous êtes également innocent, bien sûr, mais choisi, monsieur Bergens. Il leur fallait un bouc émissaire et c’est dans cette étable qu’ils le prennent.

L’autre se crispe. Il me fixe avec une si vive intensité qu’un bref instant ses lampions se refoutent droit.

— Et vous êtes le porte-parole de ces gredins ?

— Ne m’insultez pas, monsieur Bergens. Je suis un magistrat français. J’ai été mis au courant de ce qui se tramait par des indicateurs et je vous préviens officieusement.

— Vous me prévenez de quoi ? espèce de gros malin, s’emporte le vilain.

— Du danger que vous courez et que court votre vaste entreprise. Le Groupe Beaujolpif ne recule devant rien. S’il arrivait malheur à vos bateaux d’abord, à votre famille ensuite, ce serait cher payer la vie d’une grosse truie désormais inutile.

— Mais qu’y puis-je, moi ?

Je hausse les épaules.

— Le Groupe Beaujolpif a pensé, en portant son choix sur vous, que vous possédiez d’immenses relations qui seraient à même d’intervenir…

— Sortez !

Je n’ai pas besoin de me lever puisque je suis debout. Le vieillard frappe un timbre du plat de la main. Les gorilles reviennent. Il leur crie en néerlandais de me virer. Comme ils n’attendent que ça et faisaient brûler des cierges dans le couloir pour que le ciel leur accorde ce bonheur, ils se précipitent afin de m’alpaguer.

A cet instant, un bruit néolithique retentit. Je louche sur ma tocante. Mathias et Béru ont deux minutes de retard sur l’horaire. Pas grand-chose, mais je commençais à me cailler la laitance.

Le petit bonhomme Bergens se met à glapir comme un rat qui s’est coincé la queue dans un moulin à légumes. Il se lève, trépigne, va et vient dans tous les sens.

L’un de ses scouts se porte à la lucarne pour visionner le port.

Il annonce, en hollandais, mais je pige sans l’aide de sous-titres puisque je sais de quoi il retourne :

— C’est le Carolina !

Que je te préviens-je : le Carolina est un petit cargo de la Compagnie Hans Bergens S.A. En ce moment, il est en cale sèche pour réfection, sur les chantiers navals situés face à l’immeuble. L’armateur se précipite. Il regarde. Se retourne.

— Vous ! C’est vous ! hurle-t-il.

Alors là, l’Antonio prend son air le plus angélique, celui qu’il adopte pour faire traverser la rue aux vieilles dames impotentes et pour offrir des bonbons aux petites filles sans qu’elles eussent peur d’être violées.

— Prenez garde à ce que vous dites, monsieur Bergens. Je suis venu loyalement vous prévenir qu’un grand danger pesait sur vous et votre environnement. La chose commence à se manifester, ce qui vous prouve que je ne plaisantais pas. Vous devriez me marquer de la reconnaissance au lieu d’écumer. Je vous l’avais dit : le Groupe Beaujolpif est très puissant. Si Mme Bérurier n’est pas remise en liberté dans les meilleurs délais, vous risquez d’avoir des surprises avec tous vos bateaux qui sillonnent les océans ! Cela dit, à vous de juger. Mais ne comptez plus sur moi pour vous aider, j’ai fait ce que me dictait ma conscience, à la vôtre de prendre le relais.

Les sbires veulent me sauter sur le poil. Mais comme je suis en colère, l’un a droit à un terrible coup de pied dans les roustons et l’autre à un monstre coup de boule dans les badigoinsses.

Je sors la tête haute, sans saluer davantage l’assistance.

L’âne pète au moment où je referme la porte. J’y décèle comme une approbation. Bérurier aussi donne de ces marques d’estime.

V

LES AFFRES DE L’ATTENTE. Ô COMBIEN DE MARINS, COMBIEN DE CAPITAINES… LA DAMNATION D’ACHILLE

Baudelaire a écrit un texte fameux sur la griserie. Un texte à la con, selon moi qui n’engage personne. Un texte comme quoi la vie est si tant tellement brève et merdique, inhospitalière affreusement qu’on doit passer son temps terrestre à se griser : de vin, de poésie, de tout ce qu’on voudra, mais se shooter coûte que coûte pour ne plus voir ça et filer dare-dare au trépas sans regarder les gens du voyage, ni le compartiment fumeur, non plus que le paysage du long de la voie. Il fleurdumalait à tout-va, le pauvre Charly ! Mort à 46 piges, faut dire. Donc : pressentiment d’une fin précoce, ça tu peux y compter. Il le sentait qu’il allait paumer le meilleur, ne jamais connaître le bel âge du renoncement ; la griserie d’acceptation. Cette « démarche »-là lui est passée au-dessus de la tronche.

Toujours est-il qu’il a fait des adeptes. Alexandre-Benoît Bérurier entre z’autres. Depuis trois jours que nous sommes rentrés de Hollande, notre coup fourré perpétré, il ne dessoûle pas.

On attend les résultats, tu comprends ?

Pinaud s’est joint à nous et nous voici à bivouaquer chez le Mastar, dans sa porcherie quatre-pièces. Regardant la téloche, jouant aux brèmes, éclusant sa cave et bouffant les plats cuisinés qu’on va acheter dans la grande épicerie italienne de sa rue. On se biche des kilogrammes excédentaires, à la sournoise, à coups de cannellonis, de lasagnes verde, et autres poivrons farcis.

Béru ne dessoûle plus. Le chagrin. Il dit que c’est râpé pour sa rombière. On a joué les mauvaises brèmes. Y aurait fallu attendre et voir venir au lieu de foncer comme des taureaux branques dans le quartier chaud d’Amsterdam pour retrouver le nain et sa pute de nièce, les faire parler, en apprendre des bioutifoules sur le Syndicat drivé occultement par Hans Bergens, le fameux armateur, et risquer le tout pour le tout en piégeant l’un de ses barlus (en cale sèche manière de ne blesser personne).

Quand je l’ai quitté, le vieux frappadingue, j’étais convaincu de l’avoir impressionné ; sûr-certain qu’il allait rengracier, mettre les pouces. Ça lui servait à quoi, dès lors, de pousser dans une voie capoteuse ? De se mâchurer avec la police française ? On allait faire craquer sa flotte, à l’armateur-paysan. Le foutre sur la paille, déjà qu’il passe sa vie comme Job sur un tas de fumier !

Et puis non. Rien ne se produit. On a eu un coup de grelot de Marie-Marie, troublée par la démission de m’sieur l’miniss ; sinon : ballepeau.

Sa Majesté déplore l’infamie du sort. Il était heureux, ministre, adulé, fêté, comblé. Et puis, en quelques heures, plus d’épouse ni de portefeuille : la dégringolade absolue. Il raconte au cœur de ses ivresses baudelairiennes que si sa gerce a été zinguée, il retournera à Saint-Locdu-le-Vieux, son pays natal. Il possède encore la ferme paternelle, là-bas, qu’il a donné à exploiter à son cousin Arsène. Il la récupérera et se remettra à la culture. Il dit comme ça qu’il prendra une fille de ferme, une jeune, bien dodue pour la fourrer sur la table de la cuisine, au retour des champs, comme le fit son père, et avant lui son grand-père. La table de la cuisine. Elle est pile à la hauteur idéale, nous explique-t-il. Bouillaver dessus est un vrai bonheur. Les donzelles se servent d’une miche de pain comme oreiller, pendant qu’elles confient les leurs aux assauts de la dynastie béruréenne. Peut-être se fera-t-il élire maire, chose aisée pour un ancien miniss, d’autant que Célestin Martinet, le maire actuel, commence à prendre de la gîte à septante-huit balais passés ! Mais il ne se remariera jamais, Alexandre-Benoît. Une Berthe, y en avait qu’une et il l’a eue, vous comprenez ?

Ç’a été lui, l’élu. Le vainqueur. Il est inutile de s’en chercher une autre. Ce serait un sacrilège, quelque part.

Et les boutanches vides s’alignent sous le bloc évier.

Au début, il me décochait des reproches, Béru. N’est-ce pas sur mes initiatives qu’il en est là, veuf et déministré ? Mais son ressentiment a été submergé par la peine pure. Puis par la biture géante dans laquelle il est entré comme en religion.

Parfois, Pinuche et moi, on conciliabule à propos de l’avenir immédiat. On va rester jusqu’à quand chez le Mastar ? L’attente est un supplice infâme. Négatif. Il t’use sans te donner l’impression d’être courageux. La passivité détruit. Nous nous fixons un délai d’encore vingt-quatre plombes ; après quoi, je risquerai une nouvelle démarche, mais d’envergure, chez Hans Bergens. C’est un duel sans merci entre ce fou et moi. Bras de bois, bras de fer…

Je suis occupé à faire réchauffer un gratin de fruits de mer. Pinuche débouche des bouteilles de pouilly-fumé ; André Arnaud, sur Europun raconte les misères de la planète, et enfin le bigophone grelotte.

J’accours, mais déjà, l’ancien miniss a répondu.

— Moui, c’est moi, lui-même personnellement, maâme… Comment t’est-ce vous dites ?… Oh ! escusez : j’v’s’avais pas r’connue. J’vous l’passe.

Il me tend le combiné.

— Ta mère !

Car j’ai prévenu maman de mon séjour chez le Gros, sans toutefois lui en préciser la raison.

— Bonjour, m’man. Rien de cassé ?

— Non, mais il faudrait que tu viennes tout de suite.

— Que se passe-t-il ?

— Je préfère ne pas en parler au téléphone.

— J’arrive !

Je traverse Paris comme un forcené, puis ensuite notre jardin, et je pousse à la volée la porte laissée entrouverte. Je suis si brutal que je décroche le ravissant éventail chinois fixé au mur (souvenir d’une de mes missions en Orient).

Dieu soit loué, et même acheté : m’man est là, intacte, avec son petit sourire tendre.

— Je t’ai fait peur, je sais, mais il valait mieux, me dit-elle.

La porte du salon est ouverte et je reste coi, ou pantois, ou sidéré, ou comme un con, selon tes préférences intimes[6].

Berthe Bérurier est assise devant la cheminée, dans une tenue rose praliné passablement chiffonnée et ternie.

Son beau visage d’ordinaire rouge et mafflu ressemble à un masque d’ogresse en caoutchouc. Sa moustache broussailleuse, son regard glauque, sa bouche ravinée traduisent son épuisement.

Je vais à elle, porté littéralement par l’hymne d’allégresse qui retentit en moi.

— Chère Berthe, dis-je, vous enfin ! alors que nous désespérions. Qu’est-il arrivé ?

Elle a un geste las :

— Parlez-moi-z’en pas, commissaire.

— Moi, non, mais vous si ! insisté-je doucement ; que s’est-il passé depuis Amsterdam ?

— J’sus morte !

Elle laisse pendre ses beaux jambons de part et d’autre du fauteuil. La dame aux camélias, sur la fin. Fleming, connaît pas… Dans son état, il ne faut rien brusquer mais attendre que ça vienne tout seul. Je questionne m’man :

— Il y a longtemps qu’elle est ici ?

— Une heure environ. Je lui ai fait du café.

— Elle t’a parlé ?

Félicie hausse les épaules.

— Elle m’a dit qu’elle était épuisée et n’osait plus rentrer chez elle.

Compassionné tout plein, je m’installe face à Berthy et prends ses genoux entre les miens.

— Allons, dites-moi tout, mon enfant. Vous en avez vu de dures, n’est-ce pas ?

Elle acquiesce, songeuse.

— Des dures, des raides, des vertes et des pas mûres, Antoine. Répondez-moi, siouplaît, y a combien t’est-ce de mat’lots su’ un cargo ?

— Cela dépend de l’importance du bâtiment, ma chère amie.

— Un grand,’v’c deux ch’minées ?

— Ma foi, au hasard, je dirais une bonne centaine.

Elle soupire, mourante :

— Plus Antoine, croilliez-moi, beaucoup plus davantage.

— C’est possible.

— C’est certain. Au début j’ai pas pensé à les compter, et puis quand j’en ai eu l’idée j’m’ai plus rappelé combien j’en avais déjà « fait ».

— Vous voulez dire ?

— Tous, Antoine, tous ! A commencer par le commandant, c’qu’était flatteur ; ses officiers aussi, j’admettais volontiers, mais ils m’ont eguesigé qu’ j’épongeasse ensut’ tout l’équipage ; et j’m’ai tout respiré, mon bon ami, tout : les mécaniciens, les cuisiniers, des Noirs, des Chinois, même des Zollandais. En deux jours ! Nonne stop ! Juste manger un morceau entr’deux pafs et un brin d’tolette histoire d’m’remett’ en cale sèche si vous verriez c’que j’veux dire. C’est bien simp’, Antoine, su’la fin, j’dormais tandis qu’ces sagouins m’limaient. J’su’ persuadée qu’une bonne quinzaine de matafs, j’les ai s’l’ment pas vus.

Je tire la conclusion qui s’impose :

— Donc, vous étiez sur un bateau.

— Textuel, Antoine.

— Il naviguait ?

— Œuf corse, Antoine, ce qui m’flanquait l’mal d’mer en suce ! Essayez d’pomper un braque en ayant la gerbe, vous, et v’m’en direz des nouvelles !

— Je préfère vous croire sur parole, chère Berthe. Où vous ont-ils débarquée, ces gueux ?

— N’m’ont point débarquée, m’ont pris en coléoptère en pleine mer.

— Pour vous conduire où, belle dame ?

— En pleine campagne, loin d’tout. On m’a cloquée dans un’camionnette et conduite jusqu’à l’autoroute de l’Ouest, en pleine nuit. Là, ils m’ont virée de la camionnette sur un parkinge. J’avais du sparadrap sur les yeux, regardez : je m’ai arraché les cils en l’ôtant. Quand j’ai pu r’voir, j’ai plus rien vu.

— Le nom du bateau ?

— Comment le suçai-je, Antoine ? Ils m’ont flanqué un somnifère avant d’m’y porter et j’ai resté claqu’murée dans un’ cabine.

— Les matelots ont en général le nom du bâtiment écrit sur le maillot.

— P’t’être, s’l’ment y n’avaient point d’maillots ! Y passaient dans une cabine communicante avant de venir m’voir et y s’pointaient en costume d’Adam.

Je réfléchis. On devrait pouvoir identifier le barlu sans trop de difficultés. Primo parce qu’il appartient à la flotte de Hans Bergens, deuxio parce qu’il a appareillé le jour de l’enlèvement de Berthe.

— Vos ravisseurs n’ont rien exigé de vous ?

Ses yeux bovins se font porcins.

— Ah ! parce qu’vous trouvez qu’d’me faire vider les burnes à plus d’cent matafs c’est pas une eguesigence, Antoine ?

J’ai envie de lui répondre que, compte tenu de son appétit forcené, elle devrait prendre la chose avec philosophie. Qui sait même si un jour, l’âge étant venu, elle n’évoquera pas la prouesse avec un brin de nostalgie ?

— Je me plaçais sur un autre plan, Berthe, pardonnez-moi. J’entendais par là que vos kidnappeurs avaient peut-être des idées de rançon ou d’échange contre quelque chose ou quelqu’un. On n’enlève pas une femme de votre qualité simplement pour la contraindre à s’embourber un équipage.

Elle soupire si profondément que son volume diminue d’un mètre cube.

— Y m’ont rien d’mandé, Antoine, enfin, rien d’aut’, s’l’ment y z’ont fait quéqu’chose de pas catholique.

— En vérité ?

— Y m’ont filmée, Antoine.

Elle baisse la tête.

— Vous jugez du désast’ ?

Décidément, ces gens font un complexe de voyeur.

— En êtes-vous certaine ?

— Bédame : y avait un gonzier av’c tout son matériel au pied d’mon lit. Et y tournait z’autour comme un busard pendant mes ébats. Deux projecteurs braqués en permanence : on mouille son Rasurel, espérez ! Charogne ! Ces suées qu’j’ai prises.

— Le type a tout filmé ?

— Y en a eu deux : y s’sont délayés pour rien laisser perd’. L’un f’sait équipe d’jour, l’aut’équipe de nuit… Y portaient des masques d’velours noirs et des bonnets enfoncés jusque z’aux sourcilles.

— Si bien qu’ils ont tout enregistré ?

— Tout ! Y en a eu des bobines, j’vous prille d’croire.

Je me livre à un rapide calcul. Cent vingt matelots en admettant qu’ils se comportent comme des chauds lapins, cela représente six cents minutes, soit dix heures de projection !

— C’est Dallas, rêvassé-je.

Berthe me prend les mains.

— J’ai v’nu chez vous espontanément, Antoine, pour qu’vous m’aidereriez.

— A quoi faire, dear Berthe ?

— A faire admett’ à mon homme, qu’au cas qu’le film lu r’viendrait aux oreilles, il en prendrait pas ombrage. J’le connais, mon Alexandre-Benoît : jalmince comme un Espagnol ! Qu’ j’me fasse un’ p’tite galipette, çà et là, c’est d’bonne guerre. Une bite, ça va, ça vient, Il en est conscient. Mais plus d’cent, Antoine ! Plus d’cent ! Ça lu resterait en traviole d’la gorge, cet homme ! Faut l’comprend’. Y voirait c’film, c’s’rait l’divorce rectal. Surtout que, confidentieusement, les pr’miers, j’savais pas que j’allais m’embourber l’équipage et j’les ai soignés. L’commandant et son s’cond surtout : le prestige d’l’uniforme, Antoine, c’est dur d’résister.

« L’commandant, j’m’rappelle y avoir chipolaté l’nougat et tutoyé l’souverain poncif. D’en plus, j’croye bien qu’j’y ai fait le vilebrequin farceur et aussi la bagouze friponne ; à moins que c n’soye au chef radio. Moui, c’est l’chef radio, un espèce d’pédoque chichiteux qui gobait du rond comm’ un fou. Sandre visionne le blaud, y d’vient mauvais. C’est l’carnage assuré ! Y peut tuer, c’t’homme, dans ses colères. »

Elle dégouline, la Baleine. Des chandelles suiffeuses lui dévalent la devanture. Son beau regard couleur de rubis se fait albinos dans la peine.

— Qui vous dit que ce tournage est destiné à Béru, ma bonne amie ? Ces infâmes coquins ont peut-être simplement voulu réaliser un film porno à l’œil, rassuré-je.

Mais elle n’est pas dupe.

— J’vous croive pas, Antoine. Ces types, c’est pas pour l’art qu’ils m’ont filmée. J’sus certaine qu’ils manigancent. Si je cache la vérité à mon homme, un jour ou l’aut’ l’escandale éclatera et je me r’trouverai grosse Jeanne comme devante.

— Dites-lui que vous avez été droguée.

Là, elle réagit. Un sourcil se soulève. Je viens de placer du cohérent dans son feuilleton.

— Vous croilliez-t-il, commissaire ?

— Naturellement. Il n’aura rien à objecter. Il vous aime tant que tout argument valable lui sera bon et qu’il s’y accrochera désespérément.

Rassérénée, dame Berthe reprend des poils de sa bébête oursonne (noirs et frisés).

Messire Bibi continue dans ses méditations à une voix :

— Ce tournage poursuivait le coup de l’album, il visait à démolir le ministre, mais du moment qu’il a démissionné…

La Gravosse me stoppe en pleine carburation.

— Vous disez, Antoine, qu’l’miniss a démissionné ? Quel miniss ?

— Mais Béru, bien entendu.

Alors là, elle se mue en tornade, Berthaga.

— Qu’est-ce vous m’racontez ! Il est con, ce con, ou quoi ? Démissionné ! On était miniss, on était acidulés par les uns et les aut’, on avait droit à tout, on roulait carrosse, on pétait dans l’velours, on pouvait plus compter nos larbins, on voiliageait à l’œil et en feurste, on clapait des choses délicates dans d’la porc’laine de Limoges, les meilleurs couturiers du Carreau du Temple m’f’saient des prix, on avait not’bouille dans les journals sous l’moind’ prétesque, les hommes m’comblaient de galantines à n’en plus pouvoir, on étaient r’çus chez l’Elysée, dans les ambrassades, à l’Opéra, et cet enfoiré de cocu de merde à la con divorce d’son minissère ! L’est d’venu fou, ce gros sac à merde, ou quoi, commissaire, hein, ou quoi ?

Je sors de ma vague, pour la énième fois, les photos du nain escaladant cette grande Vorace par sa face nord.

— Il y a été contraint par ça, ma belle enfant !

Elle se tait, porte la main à son cœur, libère un gros renvoi.

Puis, troublée :

— C’t’une bacchanale qu’a été montée cont’nous, commissaire. On nous fait le coup du Ringar Avarié qu’a été coulé en Nouvelle-Légende. Y veulent not’peau.

— Je ne le pense pas, Berthe. Ça cachait autre chose ; mais nous ne saurons jamais quoi puisque vous avez été délivrée et que l’affaire tourne court.

— Alors j’m’ai encastré dans le frifri cent et quèques mecs pourerien ?

Je réprime un sourire.

— Pour la beauté de l’exploit, ma douce. Quelle femme peut se vanter d’une telle prouesse ?

Elle bat des cils, pleine d’une fausse modestie touchante.

— Ça, c’est vrai, ça, mèredenise-t-elle.

— Ces gens ne vous ont rien dit, avant de vous relâcher ?

— Non, rien. Juste le médecin du bord qui m’a passé une visite très complète, comme quoi, pour éviter les maladies wagnériennes possib’, du fait de ces matafs qui vont tremper l’biscuit dans tous les ports av’c des personnes pas toujours conv’nab’. J’ai z’eu droit à des soins escrupuleux. C’tait un homme charmant. J’l’avais passé en troisième position, derrière l’commandant et son s’cond et déjà, sa délicatesse estrême m’avait frappée ; tout c’qu’on voudrera, mais l’éducation, c’est l’éducation, Antoine.

— Dites-moi, tendre Berthe, les cameramen ont-ils opéré pendant que vous vous farcissiez l’état-major du bord ?

Elle réfléchit.

— Oui, Antoine. Y z’ont démarré billot en tête.

— Vous ne voyez rien de particulier à ajouter ?

— Rien, sinon qu’j’peux à peine marcher.

— Je le conçois, murmuré-je, toute la flotte marchande hollandaise dans les baguettes, c’est plus fatigant qu’une étape de montagne du Tour de France. Il est temps d’aller réconforter votre cher époux maintenant.

— J’espère qu’y va pas vouloir fêter trop fort nos r’trouveries, minaude l’ogresse (d’oie), parce que lui, quand les ardeurs le prendent, j’ne vous dis qu’ça !

Je te passe les cérémonies du retour au bercail. Bérurier fut parfait. Il pleura ce qui convenait, étreignit en trombe, bisouilla jusqu’à ce qu’il eût la bouche salée comme de la morue en baril, déclara qu’il en avait rien à cirer de son maroquin ministériel du moment qu’il avait retrouvé sa raison de vivre et fit des projets d’avenir attendrissants. Il dit qu’ils iraient montrer leurs organes à des espécialistes, lui et Berthe, pour tenter de procréer avant fermeture et inventaire du stock. Ils s’étaient trop facilement résignés à la stérilité. A l’époque dont on vivait, d’vait y avoir moilien d’bricoler un lardon quand t’est-ce on était les deux en bonne santé, bordel ! Il entendait s’assurer un chiare d’son vivant, Béru. A y songer, tout c’foutre perdu l’épouvantait. Il y noyait son destin de mammifère traqué par la mort. Alors, c’était dit, juré : ils allaient s’atteler à du poupon surchoix, les deux. Assurer leur descendance pour rendre gloire à l’humanité et apporter leur participation au grand cirque, au grand cycle. Berthe, émue par la foi de son gros conjoint, pleurnichait dans ses moustaches.

Il était réconfortant comme un âtre, Alexandre-Benoît. Devant ce feu de serments de vigne, sa légitime commençait d’oublier les matafs en rut qui l’avaient tringlée d’importance sous pavillon hollandais. Elle fondait.

Pinaud et moi nous nous retirâmes pudiquement, les abandonnant à leur bonheur recommencé.

Nous hésitions entre aller boire et rallier la Grande Couveuse. Tout poulet, même élevé en batterie, a besoin de son poulailler. Nous optâmes donc pour la Maison Pébroque. Comme nous en passions le seuil, nous fûmes hélés par une voix familière. Et distinguée puisque c’était celle du Vieux. Il descendait de sa CX noire, impec dans son bleu croisé éclaboussé par le gyrophare pourpre de la Légion d’honneur sur canapé.

— Justement, j’aspirais à vous rencontrer, modula cet archichic.

Je notai qu’un cheveu blond vénitien serpentait sur son revers. Je lui demandai la permission de l’en débarrasser et l’ôtai avec précaution. Achille (l’homme qui prend un pied léger) sourit masculinement. Rictus de loup s’en revenant de combler une chienne de rencontre. C’était l’homme des fredaines et il tenait à ce qu’elles fussent connues ; comme tous les mâles de son âge qui appréhendent de lire le doute quant à leur virilité dans les yeux de leurs jeunes interlocuteurs.

— Partant de ce cheveu, je serais, je crois, capable de reconstituer celle qui l’a perdu sur votre épaule, flagornai-je. Une bien lumineuse blonde, n’est-ce pas ?

Un instant il eut l’air heureux et je crus qu’il allait m’embrasser, mais il se ressaisit à temps et se contenta de m’adresser une mimique expressive.

Son sourire révélait un poil logé entre deux de ses incisives. Ledit m’apporta la certitude que la personne qu’il dépilait du haut et du bas était réellement blonde.

Je n’osai le lui enlever, c’eût été passer les limites de la familiarité.

— Venez donc bavarder un peu dans mon bureau, bon ami.

Bon ami répondit que volontiers et calqua son angle de marche sur celui du Vieux. Pinaud nous suivit machinalement, pareil à ces vieux clébards de ferme qui n’interviennent plus dans le troupeau pour le régenter mais s’obstinent pourtant à le suivre en boitillant, par force d’habitude. Il était à ce point insignifiant qu’on ne remarquait pas sa présence.

Parvenu dans le saint des saints, réintégré depuis peu par Achille, j’éprouvai une grande paix solennelle, faite de confiance en la vie et de sécurisation. Je retrouvai le fauteuil d’interlocuteur, de l’autre côté du bureau et me remis à admirer le personnage incommensurable placé devant moi. Glabre, calme, noble en ses fonctions. Conçu pour et les assumant avec autorité et harmonie. Je lui souris d’aise.

Achille tira sur ses manchettes immaculées. Geste éternel, souverain. Ses mains en forme de colombes au repos picoraient le sous-main de cuir repoussé.

— Cher San-Antonio, commença le Dabe, depuis mon retour à ce poste, j’ai un peu l’impression d’être pris pour un fossé !

— Qu’entendez-vous par là, monsieur le directeur ?

— J’entends par là qu’on me saute. Et paradoxalement, je ne l’entends pas de cette oreille. Des choses graves se déroulent dans mon dos et sont traitées à mon insu. Un homme occupant ce fauteuil ne peut accepter une telle humiliation. Ce serait déchoir et réduire ma fonction à une babiole honorifique.

— Expliquez-vous, monsieur le directeur, dis-je sans m’émouvoir.

— Je veux parler de la démission de ce grotesque que, dans un instant d’aberration, on avait fait ministre.

Le sang me bout illico dans les veines.

— Ce grotesque n’a rien eu de plus pressé que de vous rétablir dans vos anciennes fonctions, monsieur le directeur ! lâchai-je.

Et pof ! Plein la gueule, vieux daim !

Il dégusta la tarte à la crème sans broncher.

— Fonctions qu’il occupait avant d’obtenir un portefeuille ! En somme, il restituait un poste qui lui était devenu inutile, grinça la vieille girouette rouillée.

O ingratitude humaine ! O torves que nous sommes, mains tendues et perfidies aux lèvres ! Au lieu de « merci », nous crions « salaud », à qui nous donne, confondant dans nos rancœurs l’impitoyable et le charitable pour les peindre l’un et l’autre en haine qui a la couleur de la merde !

Je me tus, préférant regarder ailleurs. Ma félicité venait de s’envoler à tire-d’aile. Pinaud toussa longuement et expectora sur le tapis, chose qui lui était incoutumière car sa maman l’avait bien éduqué.

Un temps fâcheux s’écoula. Nous bivouaquâmes de longues secondes sur nos positions ; enfin le Vieux raccrocha les wagons :

— Des bruits fantaisistes circulent sur la motivation de cette démission. Vous avez lu la presse ? C’est à son retour d’Amsterdam que votre Bérurier a crié pouce. Pourquoi ? Mystère.

— A propos, quel est désormais le nouveau statut de notre ancien ministre, monsieur le directeur ? coupai-je.

Il eut un sourire fumier.

— Mais, mon cher commissaire, j’ai la reconnaissance chevillée au cœur. Moi aussi, je le rétablis dans ses anciennes fonctions. Son ex-Excellence redevient donc officier de police ; tout est bien qui finit bien, n’est-ce pas ?

Il devait mouiller dans son slip de luxe, en admettant que la gonzesse qui paumait poil et cheveux ne lui eût pas complètement déshydraté les aumônières.

Béru, simple flic !

Dans le fond, il serait heureux de remettre ça comme autrefois après sa croisière dans les honneurs suprêmes (de volaille). C’était son blaud, au Gros. Poulardin ! On a dormi, on se réveille…

— Ces questions matérielles étant réglées, j’attends de vous un rapport verbal, très complet sur les événements que je ne perçois qu’à l’état de bruits de couloirs.

Il dardait ferme, l’apôtre, avec son regard polaire. Une banquise pareille dans les châsses et ça allait naufrager dur chez les Titanic en vadrouille.

Bon, fallait pas glandouiller, ni bidouiller, encore moins chercher à le baiser en canard, Achille. Il avait la préhension dans la tronche. Jeter son dévolu sur un gazier et ce dernier — Sana ou pas Sana — devait s’allonger dare-dare.

J’y allai de mon voyage. Je narrai tout bien, en souplesse. Conteur-né, l’Antoine. Le ton bonnard : veillée d’hiver devant l’âtre ; l’image pittoresque, le mot choc, la fioriture embellisseuse, la touche émouvante, la parenthèse efficace et donc vite refermée, le regard qui te vague à l’âme, l’a peu près exact, le sarcasme opportun, la critique suggérée, le sous-entendu éloquent, le point de suspension catégorique. Pépère me voyageait dans le récit, toutes voiles dehors. Temps à autre, il bougeait sa glotte ; ou un cil. Pas davantage. Sinon : sphinx !

J’ai craché mes kilomètres de saucisses. L’en sortait encore, et toujours. Sans fin. Tout de même, quand j’ai eu dit les retrouvailles bérurières de tout à l’heure, fallait sortir le train d’atterrissage et poser le Boeinge, non ? J’ai réussi une approche impec et me suis tu en souplesse, comme meurt grand-mère, ou une rose d’automne. Y avait moi, ténu, confidentiel ; et puis il n’y a plus eu que du silence, encore mélodieux. Nos regards, Achille et ma pomme. Accrochés. Quelque chose comme la complicité de deux musicologues au concert. Soupir vaporeux, fini…

Pinuche a toussé encore. Mais cette fois-ci il a épargné le tapis pour glavioter dans son tire-gomme. L’était revenu civilisé, l’ancêtre. Urbain. Il a maté longuement le résultat au creux de son chiftir, puis a murmuré :

— Ma bronchite remet ça.

Et on s’est encore offert du mutisme à s’en neutraliser les centres nerveux. On entendait courir une mouche sur le crâne lisse du Dabe. Je ne sais pas où elle allait, mais ce qu’elle paraissait pressée, la vilaine !

Achille a fini par la chasser d’un geste. La mouche a pris la tangente, et il a dit, froidement :

— Et tout cela sans m’en référer !

J’espérais que l’intérêt de l’anecdote aurait dissipé sa mortification, mais ouichtre ! Elle revenait au galop, comme n’importe quel naturel chassé.

— Quel gâchis ! Quel gâchis ! se mit-il à psalmodier.

— Où, le gâchis ? m’emportai-je. Mme Bérurier n’est-elle pas de retour, saine et sauve sans que son Illustre ait rien eu à monnayer ?

— Il est bien question de cette vache lubrique ! tonna Achille. Que m’importe ce tas de merde, commissaire ! Vous ne comprenez donc pas que l’affaire n’est pas réglée ? Que ce qu’on voulait obtenir de notre ministre sera réclamé plus tard, autrement ? Il y avait là une occasion unique de coiffer ces gens à moindre risque ; car, entre nous soit dit, San-Antonio, la vertu et même la vie de la Bérurière ne constitueront jamais des enjeux nationaux, je ne vous le fais pas dire, merci de le déclarer aussi spontanément !

Il déraillait, Pépère. Selon sa bonne habitude, il allait me faire endosser la paternité de son odieuse déclaration. Je l’entendais d’ici, égosiller en haut lieu : « Et comme me le faisait remarquer mon collaborateur, le commissaire San-Antonio : la vie et la vertu de cette dame Bérurier ne tirent guère à conséquence ! » Inutile de protester. Plus je râlerais, plus il répandrait ma réplique apocryphe, ce vieux bandeur. Un viceloque dans son genre.

Il poursuivait, dans un bel envol de glotte :

— Sans ordres ! Mêmes occultes ! Aller me couler des bateaux à deux pas de chez nous, dans le port d’Amsterdam ! Mais sacrebleu, l’affaire de Greenpeace ne vous a donc pas suffi ? Et encore, le Rainbow c’était à Pétaouchenoque, aux antipodes, dans un pays dont tout le monde se contrefout y compris, je gage, ceux qui l’habitent. Mais là, en Hollande, à trois heures de voiture ! Et comme ça sans en parler à personne ! Monsieur le commissaire, je ne peux pas tolérer. Ce serait une inqualifiable complaisance de ma part. Je ne me suis pas laissé réintégrer pour éponger des scandales, moi ! Payer les pots cassés, merci bien ! Chacun son addition. La vôtre est lourde, payez-la ! J’exige votre démission immédiate.

Je me dressai comme une bite de collégien regardant se déshabiller la bonne par le trou de la serrure.

— Vous l’avez ! Mes respects, monsieur le directeur.

Et je fonçai à la lourde, tremblant de colère, la nausée au ras des lèvres. Ce que les gens sont dégueulasses, Seigneur ! Pourquoi nous avoir infligé une telle promiscuité ?

Au moment où je passais le seuil, une voix de stentor hurla, à en fêter les vitres :

— Non… on… on !

Le moyen de ne pas stopper, de ne pas se retourner, de ne pas attendre une suite ?

C’était Pinaud qui venait de clamer ainsi. Il se tenait debout dans le burlingue, face au Vieux, le mégot à la main pour une fois, et non plus vissé aux commissures (de police), le cache-nez pendant, le chapeau rejeté en arrière.

Tu veux que je te dise ?

Beau !

Vraiment beau. Sublimé par un courroux profond, comme l’est le volcan par son éruption.

Je ne l’avais jamais entendu hurler, le Fossile. C’était une grande première. Qui aurait pu croire que ses cordes vocales étaient aptes à fournir de tels sons ?

Ils restaient audibles nonobstant, et, mis bout à bout, composaient le dialecte suivant :

— De tous les gens qui se trouvent présentement dans cette Grande Maison, je suis le plus âgé. J’y étais avant vous, directeur, avant Hubert, l’archiviste et même avant les archives ! J’ai vu beaucoup de choses pas drôles, pas propres, mais on s’y est bagarrés de notre mieux et on a risqué notre peau, les uns et les autres, plus souvent qu’à notre tour pour un salaire qui ferait ricaner n’importe quel petit malfrat de grande banlieue. Quand on gagnait de méchantes parties, c’était vous qu’on complimentait, directeur, vous qui figuriez à la une des quotidiens ou qui blablatiez au Journal télévisé. Le régime vous a chassé parce que vous êtes un affreux réac, facho sur les bords ; mais nous sommes parvenus à vous récupérer, grâce au Gros et à vous remettre le cul dans ce fauteuil. Et voilà que vous n’avez rien de plus pressé que nous virer ! Alors moi, l’Ancêtre comme ils m’appellent tous, je vous dis un mot, un seul : « Honte ». Oui : « Honte ». Votre carrière, c’est nous ! poursuit César. Votre belle réputation, c’est encore nous ! Votre légende, toujours nous ! En nous chassant, vous vous suicidez ! Nous partis, vous ne serez plus qu’un vieil oiseau empaillé derrière ce bureau. Moi aussi, je démissionne.

Il tourne les talons et vient à moi.

— César ! m’exclamai-je, tu étais donc capable de cela ?

— De tout, me dit-il d’une voix oppressée, de tout, Antoine, mais à mon heure !

VI

LA NOBLESSE DES MÉDIAS. ECHANGE STANDARD. LE VIEUX SERA TOUJOURS LE VIEUX. ET MOI TOUJOURS LE MÊME TRIQUEUR

Pourquoi tardé-je à partir, alors que la Pine est déjà out, cramponnée à la rampe vernie par cent millions de paumes, descendant les degrés de la liberté à pas prudents d’arthritique ? Quelque chose m’atteint dans l’attitude du Dabe. Une expression de mourance sur sa bouille de marbre ivoire.

Je déglutis :

— Ça ne va pas, monsieur le directeur ?

Il me lance un appel de la main, ses lèvres font la tanche hors d’eau. Je me précipite.

— Un malaise ? J’appelle un docteur ?

La main encore dénègue : « Non, non. »

Quoi alors ?

Il me tend les bras, pivote pour accueillir mon buste altier.

Il sent l’eau de toilette délicate, rarissime, à des millions de francs lourds la bonbonne.

— San-Antonio…

Dans un souffle.

Silence… Il a la joue froide comme les pieds d’un serpent. Pourtant, lui reste la force de m’étreindre.

— Pardon, mon petit !

Et sur ce, il se met à chialer, ça libère. Sauvé ! Je craignais un infarctus, ce n’était qu’un sanglot rentré. Crevé, l’abcès ! Ah ! pleure, chef bien-aimé, chef bourreau, chef de bourreau !

Il en déverse tout en hoquetant.

— Je suis odieux, je le sais. Mais cet exil, Antoine, ce cruel exil ! On aigrit, c’est fatal. On se croit devenu paria. On rumine des rancœurs. Et le retour, un triomphe croyez-vous ? Que non pas : une faveur d’ancien subalterne balourd se payant le luxe de la magnanimité. Un os lancé à un chien par un milliardaire repu de la réussite politique, la plus imbécile de toutes ! Retour sans gloire ! En rasant les murs. Et la preuve, on agit sans m’en parler. On fomente des coups pendables dans mon pauvre dos courbé par le déshonneur. C’est moi, commissaire, qui vais démissionner. Ma place n’est plus ici. Je suis une ombre de retour. Inconsciente, voire gênante. J’ai été, Antoine, je fus, je ne suis plus qu’un relent du passé.

A mon tour de le presser contre moi. Cher Achille ! Inoubliable et somptueuse baderne. Emanation d’une France qui n’existera plus jamais et même jamais plus ! Lui, les privilèges à jamais abolis. Non pas nuit, mais jour du 4 août ! (Désabolition des privilèges).

Il me chiale contre, à bout portant. M’humidifie, me mouille de ses larmes hors de prix.

Je le berce comme un enfant, ce bon vieux facho de mes fesses… Pleure, Achille, pleure sur les siècles enfouis, sur les pouvoirs enfuis. Mouille de tes larmes du seizième l’aube de la liberté, chère statue de square, impropre à la récupération des métaux non ferreux puisque étant de marbre.

Une toux nous sursaute.

Le brigadier Poilala se tient dans l’encadrement, guindé, gêné et réprobateur.

— Escusez, messieurs-dames, bafouille-t-il, j’aurais frappé, mais la porte était ouverte.

Nous nous désunissons. Il aperçoit les pleurs du Suprême et se permet une question :

— Un deuil, monsieur le directeur ?

— Oui, Poilala, dans mon cœur ! répond noblement le Bien-aimé qui ne rechigne jamais sur les formules.

Poilala se contente de l’explication.

— Y a là deux journalistes qui veulent vous verser une pension, monsieur le directeur, annonce le cher brigadier.

— Me verser une pension ! s’écrie le Calvitié. Qu’est-ce que vous me racontez là, Poilala ?

— Ben, ils disent qu’ils veulent vous entretenir…, bafouille l’huissier, reconverti du ministère à la Grande Cabane depuis que l’ancien ministre a quitté ses fonctions.

— Ils ont donné leurs cartes, poursuit le brigadier.

Il fouille ses poches, en ressort : un sifflet, un porte-monnaie de cuir en matière plastique, une carotte de tabac à chiquer, un trousseau de clés, quatre morceaux de sucre, un préservatif dûment exploité, une épingle de… sûreté, une noisette probablement propre à faire philippine tant elle est ventrue et enfin deux bristols déjà plus du tout blancs, déjà froissés, qu’il remet en forme avant de les tendre. Le Vieux s’en saisit et lit à voix menue :

— Louis Pauwels, Serge July…

Il dépose les deux rectangles sur son sous-main, les contemple et murmure :

— Vous voulez dire, Poilala, que ces messieurs sont là ?

— Tout ce qu’il y a de là, monsieur le directeur.

Le Dabuche est en transe.

— Eux-mêmes ?

— Tout ce qu’il y a d’eux-mêmes, monsieur le directeur.

— Ensemble ? émet encore Achille dans un râle proche du dernier soupir.

— Tout ce qu’il y a d’ensemble, monsieur le directeur.

Le Scalpé me jette son regard d’agonie.

— Qu’est-ce que cela veut dire, Antoine ?

— Rien de bon, mais pour en savoir davantage, recevez ces princes du journalisme.

Il me saisit le poignet.

— Ne me quittez pas, surtout !

— Je suis à votre disposition.

J’escorte Poilala jusqu’à l’antichambre. Effectivement, j’avise les deux illustres visiteurs, devisant avec urbanité car, s’ils sont d’opinions divergentes, ils sont d’esprit concomitant, et t’auras beau retourner sept fois ta langue dans la bouche de ta voisine et sept fois ta bitoune dans ton Eminence, mais deux hommes intelligents, d’idées opposées, trouvent beaucoup plus de choses à se dire que deux cons appartenant à un même parti.

Je les salue et leur annonce que « M. le directeur » va les recevoir à l’instant, ce dont ils n’attendaient pas moins, comme dirait Bérurier. Je note que l’un et l’autre tiennent un paquet, chacun sous son bras, de même volume. Celui de July est enveloppé de papier kraft, celui de Pauwels plié dans un emballage Hermès désaffecté.

July cède le passage à Pauwels et le dirluche se précipite pour la toute grande représentation de gala, bouche en violette, œil en fleur de lys, voix de velours, main d’archevêque. Il installe ses deux visiteurs. Leur demande s’ils voient une objection à ma présence. Ils assurent que pas le moins du monde, vous pensez : San-Antonio est un copain !

— Et bon, chers brillants messieurs, que puis-je pour votre service ?

Les deux se regardent. Brillants causeurs l’un et l’autre, ça démange chacun d’attaquer. Ils se font des politesses muettes : « Disez, disez ! » « Non, vous d’abord ». Et ce qui doit arriver se produit : ils parlent en même temps.

— Eh bien, à vrai dire, monsieur le…

— Eh bien, à vrai dire, monsieur le…

Comme ils ne se voient pas faire un duo, malgré l’intérêt qu’ils portent à la stéréophonie, ils sourient et, d’un tacite consentement, parlent en alternance.

Leur récit ?

Ils ont eu la surprise de se rencontrer dans l’antichambre du Vieux où un même élan les a portés. A midi, ils ont reçu l’un et l’autre une cassette vidéo intitulée : « Les prouesses amoureuses de Mme Alexandre-Benoît Bérurier, femme de ministre. » Se la sont passée et ont été abasourdis. Si vous disposez d’un appareil, monsieur le… Oui ? Alors, vous allez tout de suite comprendre…

Ensemble, ils présentent leur cassette. Pour ne vexer personne, Achille les tire à pile ou face et c’est celle de Serge July qu’on enclenche.

Je m’attendais au pire !

Eh bien ! c’est pire que le pire !

Tous les dons amoureux de Berthe sont rassemblés dans ce document exhaustif. Pour être performante, elle l’est, la Baleine !

Heureusement que j’ai prévenu le boss, sinon il tombait raide ; tu vas me dire que, malgré ses carats accumulés, raide, il l’est plus souvent qu’à son tour, Chillou. Moult bergères au fessier réputé te le confirmeront. Là, il est scié par les exploits de la Bérurière. Confus, il se tourne vers ses visiteurs.

— Messieurs, c’est inimaginable, prodigieux, insoutenable…

— Ah ! certes, la dame a du tempérament ! souligne Serge July.

— Et l’art de s’en servir, renchérit Pauwels.

— On ne peut regarder cette bande jusqu’au bout, c’est insoutenable ! déclare Achille en arrêtant la diffusion.

Il ajoute :

— Je boirai certes le calice jusqu’à la lie, mais seul, stoïquement, comme mes fonctions m’en font obligation. Il est noble de m’avoir apporté ces monstruosités, messieurs, au lieu de les exploiter à des fins politiques, ou, simplement, par souci du sensationnel !

— Nous ne mangeons pas de ce pain-là, jette Louis Pauwels.

— Nous essayons de faire dans la satire et l’humour, non dans le porno, ajoute Serge July.

Il réfléchit.

— Mais si les gens qui nous ont adressé ce chef-d’œuvre l’ont également remis à tous nos confrères de la presse, il s’en trouvera fatalement qui voudront tirer parti de l’aubaine, attendez-vous au pire.

Le Dabuche se biche la théière à deux mains.

— Vous me glacez le sang, monsieur July.

Le beau Serge amorce une moue équivoque :

— Je n’ai pas pour règle de venir au rapport chez le chef de la police, monsieur le directeur. Si je m’y suis décidé — et croyez qu’il m’en coûte —, c’est parce que je pressens quelque part une volonté occulte de déséquilibrer les institutions par les moyens les plus bas. C’est le journaliste qui a reçu cette saloperie, mais c’est le citoyen qui vous l’apporte.

— Pour une fois, je suis en plein accord avec vous, assure Louis Pauwels, et n’ai rien à ajouter ; mes motivations sont identiques aux vôtres. Vous devez agir vite, monsieur le directeur. Question de minutes. L’affaire va éclater d’un instant à l’autre.

Le diro laisse aller son désarroi.

— Que faire ?

— Nier l’évidence ! laissé-je tomber.

Les trois personnages me redécouvrent. Leurs fronts sont plissés, leurs yeux interrogateurs.

Achille se met à beugler comme un goret sous l’égorgeoir :

— Nier ça ? Nier des images ? Nier ce qui se voit, nier la réalité ?

— Machination ! rêvassé-je.

— Machiner quoi ? Un film montage ? Avec cette affreuse pétasse qui en prend de partout, en gros plans et à n’en pouvoir plus ?

— Pétasse, vous venez de prononcer le mot, patron. Seule une pétasse de haut vol est capable d’une pareille performance.

— Alors ?

J’hésite à parler devant les deux journalistes, mais l’esprit civique dont ils viennent de faire preuve ouvre à deux battants les portes de ma confiance.

— Alors il nous faut trouver une fausse Mme Bérurier susceptible de passer pour la vraie et mettre la vraie au tapin.

— Vous avez trouvé cela tout seul ? gouaille le directeur.

A cet instant, on totoque à la lourde. De nouveau le brigadier Poilala.

Il vient annoncer comme quoi le rédacteur en chef du Monde est arrivé, ainsi que celui du Quotidien de Paris, celui de France-Soir, celui du Parisien, celui de l’Humanité, celui du Matin, celui du Progrès de Lyon, celui d’Ouest France, celui du Provençal, celui de l’Est Républicain, celui du Dauphiné Libéré, celui de…

Le Vieux l’interrompt.

— Mon Dieu, s’exclame-t-il, ces salopards ont donc inondé la France de cassettes ! Mais, en revanche, quelle noble réaction en chaîne, messieurs ! On est encore patriotes dans les médias ! Je vous salue, gens de plume, dont la réputation n’est pas toujours à la hauteur de la mission sacrée, mais qui, dans les heures graves, soudain embrasés par le sens du devoir et celui plus sublime encore de la patrie en danger, savez vous grouper en un formidable consensus, pour tendre au pays en danger les mains secourables de vos rotatives !

Terriblement émouvant. On larmalœille. Pauwels demande, à mi-voix, si on ne devrait pas entonner la Marseillaise. July répond que ce serait extrêmement volontiers, mais qu’il ne se rappelle que le refrain et qu’en plus il le trouve un peu bateau. Alors on sursoit. Poilala introduit les autres patrons de presse. Les cassettes honteuses s’accumulent sur le bureau du Vioque. Le Dabe, de plus en plus exalté, annonce qu’il va y avoir distribution de Légions d’honneur, si ces messieurs veulent bien remplir leurs fiches…

Je m’esbigne discrètement au milieu de la fête.

Giuseppe, c’est le top niveau du maquillage. Un crack du cinoche. Réclamé dans le monde entier. L’orfèvre, le magicien.

Il « traite » les plus grandes dames : leur efface les ans, les mocheries, les pires hideurs. Les gloires au formol de jadis accourent pour qu’il les plâtre les soirs de jubilé. Avion spécial. Tu tires une star des temps anciens de son sarcophage et il se pointe avec sa mallette secrète pour la bricoler, la remettre en vie. C’est le poumon d’acier des visages mis en charpie par le temps. L’irréparable outrage, avec lui, ça n’existe pas.

Tu le verrais, l’artiste : plutôt comique. Un mètre cinquante-deux de la tête aux pieds et quatre-vingts centimètres de la queue à la tête. Il est coiffé aile de corbeau, très noir, la mèche masquant son œil accidenté qui lui est remonté au mitan du front, façon cyclope. Il porte une moustache effilée, à la duc de Guise, sauf qu’une fois clamsé, on dira de lui : « Mon Dieu qu’il est petit ! » Entre ses dents, en permanence, un fume-cigarette d’ambre blond sans cigarette dedans. Ce morceau de concrétion intestinale de cachalot, c’est sa marque de fabrique, Giuseppe. Le détail aristo du minuscule personnage.

Il prend du recul pour considérer les deux dames assises côte à côte sur un canapé Barbès. Puis il va à la fenêtre un instant, comme pour se nettoyer la vue de ce double cauchemar. Ensuite il revient se planter devant ses « sujets ».

— Alors ? grogné-je, un chouïa impatienté, c’est possible ou non ?

T’ai-je dit que les deux dames offertes à son savoir sont entièrement nues ? Et pour du bestiau, c’est du bestiau, espère ! Un étalage de gras-double pareil, y a qu’a la foire aux abats que tu peux trouver le même.

Giuseppe hoche la tête.

— Tout est toujours possible, commissaire.

Il a gardé son accent italien du sud.

Il met sa main en écran, à quelques centimètres de lui, pour « cadrer » certains points particuliers des intéressées.

— Mais réussir à un fort pourcentage, là est le problème, ajoute le maquilleur.

— Vous pensez y parvenir dans quelle proportion ?

— Quatre-vingts si elles veulent bien se montrer coopérantes.

Il se tourne vers Mathias.

— Tirez-moi une série de posters de ces deux femelles (Giuseppe est pédé). Leurs têtes rapprochées, je vous prie. Préparez-m’en une bonne douzaine car j’ai une période de tâtonnements avant de trouver le déclic.

Prolixe, il s’explique :

— La ressemblance siège toujours dans un point précis qu’il faut découvrir et, ensuite, cultiver, développer.

— L’opération pourrait être terminée à quelle heure ?

Giuseppe se renfrogne mochement.

— C’est comme si je vous demandais à quelle heure vous aurez fini de chier demain.

Je rengaine ma maussaderie.

— Il faut faire vite, Giuseppe, nous jouons contre la montre.

Il grince :

— Le Seigneur a mis plus de quarante ans pour fabriquer ces deux pots de merde, laissez-moi au moins quatre heures pour les modifier !

Il se plante à nez portant devant Berthe.

— Il va falloir raser cette vacherie, si elle avait pas ce machin de jument entre les jambons, on la prendrait pour un grenadier ! Par contre, je devrai poser des postiches à l’autre morue.

Le plus surprenant : il insulte les deux viragos, mais aucune des deux ne proteste. On accepte tout de Giuseppe. C’est un mystère. Il est comme ça. Ses insultes ne tirent pas à conséquence. Ça vient de ce qu’il est tout mignard, tu crois ?

Il sort de sa fouille des gants de caoutchouc, les enfile à la saint-cyrien (avant d’aller se faire crever la paillasse au Chemin des Dames), mais au lieu de faire la vaisselle, il tripatouille les nichons des deux vachasses.

— Y a au moins dix kilos d’écart, estime-t-il ; ceux de la vraie pute sont plus légers, par contre ils s’affalent ; ça me flanque la gerbe ces tas d’immondices, quand je pense qu’il y a des gros dégueulasses qui s’enfouissent le nez là-dedans pour prendre leur pied !

Et à moi :

— Moi, le glandulaire, j’y peux pas grand-chose, je suis maquilleur, pas chirurgien. On renforcera le soutien-loloches de la rouquine pour donner meilleure manière à ses bas morceaux.

— Carte blanche, Giuseppe, réponds-je.

Mathias tire le portrait des donzelles. Le climat est bizarre ; ça fait un peu antre de faiseuse d’anges. Les dames sont silencieuses, intimidées. Elles ressemblent à deux cétacés rejetés sur la grève.

Il a les larmes aux yeux, Béru.

Depuis la bagnole, il considère sa rombiasse en action, rue Saint-Denis ; changée sans doute, mais égale à elle-même malgré le maquillage vermillon, la bouche cyclamen, le short de cuir noir, les bas noirs, les jarretelles noires et le corsage blanc dans lequel on a découpé deux hublots pour laisser sortir les seins. Berthe tient une cravache à la main et en fouette ses santiagues armoriées tout en toisant hardiment les mâles de passage.

Au moment où je vais décarrer, il s’écrie :

— Non, attends, faut que j’y dise encore quèqu’chose, mec !

Il sort sa tête pensante de la tire et interpelle sa moitié.

— J’ai peur qu’tu vas prend’ froid, Berthy, lui lance-t-il, d’t’voir dépoitraillée pareill’ment. Y fait pas un’ noye à se balader la laitance à l’air.

— Fais-toi pas d’souci, j’sus pas frileuse, rassure l’Héroïque.

Le brave époux masque son scepticisme et ajoute :

— Et gaffe-toi de la vérole, ma grande : si tu grimpes des troncs, mates-y bien la rapière, pas m’ram’ner un’ch’touille de gala ensute.

— Pour qui est-ce tu m’prends, Sandre ? J’sais r’connaît’un paf contaminé d’un joufflu bien portant, Dieu mercille. C’est pas d’hier qu’j’aye faite ma première communion, quoi, merde !

Estimant que ces époux infernaux n’ont plus rien d’essentiel à se bonnir, j’embraye. Berthe hurle pour que sa voix nous rattrape :

— Et técolle, gaffe-toi d’pas prend’goût à Carmen ! J’tolérerais pas qu’é s’implantasse chez moi.

Sa Majesté passe le bras à l’extérieur pour rassurer sa femme d’un geste.

Ayant agi, il remonte la vitre, se tourne vers moi et murmure :

— C’te Carmen, à propos, j’espère qu’elle’m’f ra une intérimerie convenab’. D’ordinaire, les radeuses de trottoir ont tendance à bâcler, ça, j’supporterais pas : une partie d’fion, si j’ai pas mes aises, je préfère bouffer une choucroute garnie à la place.

On filoche dans la circulanche. Bérurier rumine des arrière-pensées qui ne sont pas seulement d’ordre sexuel puisqu’il demande, le ton ronchon :

— Tu croyes qu’ça va servir à quèqu’chose, c’t’esmascarade, grand ?

— C’est une grille pare-feu, bonhomme. Comme ces fumiers ont arrosé la presse de cassettes, fatalement t’auras des journaleux pourris qui sauteront dessus comme des mouches sur une charogne. Il faut avoir la parade, clamer à la machination. J’espère que ces deux dames ont bien assimilé leurs rôles et qu’elles ne se couperont pas, le cas échéant. Carmen est devenue Berthe, Berthe est devenue Carmen. Le mac de celle-ci m’a pas l’air con et restera sur la brèche. Il est prêt à dire que des gens sont venus rôder rue Saint-Denis avec des photos de ta femme, lui cherchant un sosie, et qu’ils ont engagé son brancard pour une expédition de grand style. Berthe qui joue Carmen « avouera » et, ayant vécu la chose, en parlera en connaissance de cause.

— Et si des petits futés ostinent et découv’ent le super-refuge ?

— N’importe : on battra à niort ; ce qui importe c’est d’avoir, au moment de l’impact, quelque chose à opposer. Que cette chose soit controversée par la suite n’est pas grave. L’actualité, c’est tout de suite. Dès le lendemain elle est défraîchie, au bout de huit jours elle est périmée, ensuite elle fait chier tout le monde. D’autres événements se bousculent au portillon, gars.

Il opine.

— Dans le fond, j’m’ai un peu précipité d’démissionner, non ? Av’c ta combine, j’pouvais voir viendre.

— Ne crois pas cela. Le fait que tu ne sois plus ministre désamorce déjà l’intérêt des médias. Tu redeviens un anonyme, Gros. Les prouesses bandantes de la femme d’un anonyme n’excitent plus les masses.

Le Mammouth admet la logique de ma démonstration et la ferme. Il est triste et regrette son époque glorieuse.

L’ayant confié aux soins attentionnés de Carmen, je retourne à la Grande Maison malgré l’heure tardive. Un message gigantesque s’étale sur mon bureau : Contracter Môssieur le Direqueur drugence.

Je reconnais le style et l’orthographe de l’honorable brigadier Poilala. Que me veut encore le père Achille ? Il va pas commencer à me les briser pour assurer sa souveraineté durement reconquise !

Je l’appelle et il décroche.

— Ah ! tout de même ! Quelle idée d’avoir foutu votre camp comme un malpropre pendant que je m’employais à remercier ces messieurs de la presse pour leur geste magnifique, unanime et édifiant ?

— Vous parlez tellement bien, monsieur le directeur, que je n’aurais rien eu de valable à ajouter ; par contre il était urgent que j’agisse.

— Montez !

J’escalade à pincebroque les deux étages de pierre glissante. Poilala est debout devant la double porte capitonnée, solennel et égrillard dans le fond de l’œil.

« Il » n’est pas seul, me confie-t-il.

— Qui est là ?

— Une beauté qu’il appelle « Zouzou ».

— C’est le surnom qu’il donne à toutes les femmes qu’il carambole.

— Vous allez en prendre plein les vasistas, monsieur le commissaire, je vous préviens : attention les yeux !

Et il m’annonce.

Il est resté nettement en dessous de la vérité, Poilala. La miss Zouzou, oh ! pardon ; tu parles d’un lot d’exception. Ce châssis, madame ! L’équivalent d’une levrette primée ! Grande, mince, élancée, des jambes fabuleuses, un visage de madone salope, des prunelles bleues, exaltées. Cette gonzesse doit te déménager le kangourou en moins de jouge !

Pour l’instant elle est vachetement boudeuse, l’exquise ; je suis la cause de cette humeur car son vieux julot la contraint à poireauter au lieu de la driver jusqu’à sa gamelle de caviar.

Dans ce burlingue administratif, mal éclairé et qui pue le dossier rance, elle se sent pousser des champignons, la Zouzou !

Présentations, je salue. Souris. Toute la gomme dans mes incisives. Lèvres bellement retroussées. L’œillade racoleuse. Des promesses à ne pouvoir les tenir, style « Bouge pas, ma grande : que je te trouve entre quatre murs et je t’opérerai la féerie cosaque. »

On est salingues, les vrais mâles. Cupides atrocement concernant les miches de ces dames. On les voit et les convoite aussitôt, le leur exprime muettement, au mieux de nos regards faisandés. « T’v’ ’oir ton cul, pétasse ! »

Elles comprennent très bien cet espéranto de la pointe. Elles sont douées pour les langues, nul n’en ignore. Tu vois naître un imperceptible sourire sur leur minois ; quelque chose qui ressemble à une complicité tacite, à un acquiescement informulé. « Grimper au chibre avec vous, gentil caballero ? Et comment ! Mon heure sera la vôtre ! Vous verrez comment je remue admirablement du fion ! Et ma technique capiteuse, l’agilité folle de mes muscles linguaux. » Ça, elles te répondent si tu sais les regarder.

La Zouzou, j’arrête pas de me détroncher dessus. Plus je la cueille des yeux, plus je lui débusque des qualités secrètes, des beautés souveraines.

Le Vieux, tout à son autorité, ne se gaffe de rien. Un vieux nœud de cet âge, aux as et qui va encore à la botte, se croit souverain absolu. Il règne sur la greluse qui lui accorde ses faveurs. L’idée ne lui viendrait pas qu’avec sa Légion d’honneur on pourrait le doubler. Il roule pour lui, Achille. En installe superbement afin d’impressionner sa conquête.

— J’ai contraint cette exquise personne à moisir dans ce bureau, alors que nous avons tant à faire, elle et moi !

— J’aurais pu ne pas repasser ? objecté-je.

Là, il grimpe en rogne, le dirluche :

— Ne pas repasser ! Alors que j’avais laissé des messages dans tous vos points de chute pour vous signaler que j’ai à vous entretenir !

— Je ne fréquente pas toujours mes points de chute, monsieur le directeur, n’étant pas du genre routinier.

Holà ! Holà ! Où ça va, ça ! Mais qu’est-ce que je dis-je ? Il est à la limite du hors jeu, l’Antonio, question respect. Il frise l’impertinence, l’artiste. Dites, c’est pas parce que son poste a été souillé par Bérurier, ce monstrueux successeur éphémère et sordide qu’il compte pour du beurre rance, mon dirlo bien-aimé. Il a repris les rennes, comme disent les Lapons. Faut plus confondre gras-double et foie gras truffé.

Mam’zelle Zouzou s’amuse de la joute. Son riche protecteur, elle déteste pas de le voir chahuté par un subordonné frondeur.

Pépère se met à arpenter le burlingue, mains aux dos, avec la frite de Chateaubriand regardant au large pour voir si j’y suis.

Le parquet grince, ses souliers neufs idem. Plus ses vieux os délabrés par l’âge et la bonne vie queutarde (mieux vaut queutard que jamais).

— Voyez-vous, mon cher commissaire, j’ai fait le tour de cette histoire des Bérurier. (il prononce le nom du Gros comme il le péterait après un cassoulet.) Le tour complet. Pas vous. ?

— Je pense l’avoir fait aussi, monsieur le directeur.

— Résumez-moi l’affaire, je vous prie.

— Notre ministre de l’Intérieur se rend à Amsterdam avec son épouse. Pendant qu’il assiste à la conférence européenne d’Interpol, sa femme que nous savons très portée sur… la chose, visite le quartier de la prostitution. Pendant qu’elle s’échauffe le sang devant les fameuses vitrines, un homme l’aborde, lui fait du rentre-dedans et lui propose une partie fine qu’elle s’empresse d’accepter.

— La gueuse ! lâche Achille qui n’est pas d’un modernisme éperdu dans l’invective.

Je salue d’une courbette, souris à Zouzou et poursuis :

— Elle participe à des ébats assez osés et on la photographie à son nain nu[7]. Ces photos hautement licencieuses sont alors adressées au mari avec menace d’être remises à la presse s’il ne cède au chantage. Pour couper court, le ministre accepte le risque de ne plus revoir sa femme vivante et démissionne. Ainsi le coup est désarmorcé. Mais, pendant cette période transitoire, la dame de sa vie est embarquée à bord d’un bateau et on la contraint à — je vous demande pardon, mademoiselle — se faire l’équipage au complet.

— Pour une femme contrainte, cette abominable truie a montré un esprit coopératif plein de fougue ! s’exclame le Dabe.

Moi, impavide de continuer :

— On avait photographié sa première prestation, là on filme la seconde. Une enquête éclair m’a permis de retrouver le promoteur de ce coup de main : un armateur qui passe pour diriger un réseau de trafic de drogue international. J’exerce une pression sur lui…

— Il appelle cela une pression ! barrit le Dabe. Ah ! ma chère Zouzou, si vous saviez ! Mais passons… Continuez, commissaire, continuez !

— J’exerce une très forte pression sur lui, reprends-je, en appuyant sur les mots comme toi sur la pédale du frein quand tu vois une jolie mousmé faire du stop. Et cette audace est couronnée de succès : la Bérurière est relâchée sans que le chantage annoncé soit exercé. Ne reste plus à nos ennemis que la consolation de la vengeance, ils tirent des copies de leur film porno ayant Mme l’épouse de l’ex-ministre pour héroïne et les expédient à toute la presse française. Heureusement, dans un élan magnifique, les médias indignés rejettent cette ordure et font bloc. On peut s’attendre toutefois à des dissidences, mais nos moyens de défense sont en place. Si l’affaire vient à être divulguée, nous plaiderons la machination, preuve à l’appui ; pour ce faire, j’ai permuté une pute de la rue Saint-Denis et Berthe Bérurier.

Là, le Vieux opine.

— Bonne idée. Enfin telle qu’en elle-même, l’infâme houri ! Bon, quelles conclusions tirez-vous de votre résumé, par ailleurs parfaitement succinct, San-Antonio ?

Il me colle, l’Ancêtre.

Voilà que je sèche devant une ravissante nana !

— Comment, une conclusion ? Que… qu’entendez-vous par là, monsieur le… ?

Il ricane.

— Rien ne vous saute aux yeux ? Pour vous l’affaire est finie. Ils ont rendu la grosse vache, se sont vengés mesquinement en diffusant ces cassettes, et point final ?

— Mais…

Alors là, il mouille, Pépère. Y en restera plus pour son éblouissante, tout à l’heure. Elle aura plus droit qu’à de la fumée, la belle-belle.

— Ne me décevez pas, mon petit !

Il murmure, avec une paternalité dont je ne te dis que ça :

— Vous seriez à ma place, vous classeriez l’histoire ?

— Eh bé…

Achille, on n’a jamais fait mieux sur les scènes des théâtres subventionnés. La manière dont il claque des talons (Achille, tu penses !) et redresse le menton pour mieux regarder la France au fond des yeux, s’assurer qu’elle nous fait pas une remontée de bile avec toutes les vacheries qu’on lui fait avaler, la pauvrette.

— Je vais vous dire, commissaire. Pour moi, directeur de cette maison, elle ne fait que commencer, l’affaire.

— Vraiment ?

— Oui, mon brave. Parce que moi je ne me contente pas des solutions de facilité ; vous me recevez bien ? Moi, je vais au bout des choses. Moi, je n’abandonnerai la partie que lorsque je saurai ce que ces gens voulaient de votre ministre en peau de lapin ! Tout ce micmac pour en arriver à quoi, hmmm ? Qu’allaient-ils exiger de votre Excellence merdeuse ? Vous pouvez continuer sans savoir cela, vous ? Moi pas, môssieur le commissaire. Je vous charge de découvrir la vérité au plus tôt, compris ?

Je le visionne dans des fluorescences dorées, le Vénérable. Eclairé du dedans, par-dessus et par-dessous. Oui, oui : radieux, mon Achille. Toujours number ouane au box-office. Le cerveau compétitif ! The big chief, quoi, n’ayons pas crainte de nous entartrer les muqueuses avec des mots ronflants.

Loyal, Sana, tu me connais ? Un homme juste, maman qui m’a fait te le dira sans majoration de ton tiers provisionnel.

— Patron ! m’écrié-je en lui proposant ma meilleure main droite, patron, vous êtes for-mi-da-ble. The right man at the right place ! Je revis ; merci, bravo !

Il saisit ma dextre et la pétrit.

— Cet hommage venant d’un garçon aussi valeureux que vous me va droit au cœur, San-Antonio. Vous savez que vous êtes mon chouchou, n’est-ce pas ? Mon élève préféré, mon disciple d’élection ?

Son regard s’embue.

Sans but !

Il se tourne vers sa merveilleuse.

— Il est beau, n’est-ce pas, Zouzou ? me désigne-t-il à elle.

— Pas mal, convient la garce avec une moue aguichante.

— Et c’est un tendeur inouï, si vous saviez !

— J’en suis ravie pour ses petites amies, rétorque la greluse avec, dans l’intonation, un espoir d’être bientôt d’icelles.

Le Vieux marque un temps.

— Si nous l’emmenions dîner avec nous, ce polisson ? suggère-t-il.

La môme frétille de la touffe. De plus en plus, je rêve de lui confectionner un slip avec ma main. Elle a un haussement d’épaules :

— Comme vous voudrez, Achille.

Elle biche, mais rusée jusqu’aux glandes les mieux enfouies, elle feint l’indifférence, voire la quasi-réprobation. Le Daron en est éploré. Bon, voilà qu’il la fâche, cette chérie. Déjà qu’il l’oblige à m’attendre, maintenant il veut lui imposer ma présence, à elle qui ne rêve que d’un tête-à-tête avec lui ; à elle qui piaffe de planter ses yeux dans les siens et de caresser sa main sur la nappe entre les assiettes à pain et le beurrier.

A perfide, perfide et demie (tiens, déjà la demie de perfide !).

Je prends mon masque gravissimo.

— Je ne voudrais pas vous importuner, monsieur le directeur, et puis j’ai du pain sur la planche à voile.

Heureux que je répare sa propose inconsidérée, il saute sur l’argument.

— C’est vrai, commissaire, où lavé-je la tête !

Du coup, la môme, comprenant que je me lui échappe, enfourche son palefroi ; ou plutôt non : son destrier puisqu’il s’agit d’un cheval de bataille.

— Ce qui est dit est dit ! tranche la belle enfant. Vous me cassez les oreilles avec vos questions de travail. Allons manger, vous enquêterez ensuite ! D’ailleurs, vous n’allez pas vous y coller en pleine nuit ! Je me suis laissé dire qu’il y a une heure légale pour se rendre chez les gens !

Et dans une pirouette, elle nous entraîne. Dans la cour de la Big Taule, Achille déclare que, compte tenu de l’heure effectivement tardive, nous allons claper au Coupe-Chou. Miss Zouzou s’exclame que bonne idée. Puis, constatant que je m’apprête à grimper dans ma Maserati, elle trépigne qu’elle veut y monter avec moi « pour l’essayer ».

— Ça ne vous ennuie pas ? me demande l’old man, rêveur ; c’est une enfant, je requiers votre indulgence, commissaire.

— Tout le plaisir sera pour moi, pressens-je. Seulement je dois auparavant faire un détour par Neuilly, si vous n’y voyez pas d’inconvénient ; ce sera l’affaire de vingt minutes.

— Je ferai le menu pendant ce temps, dit Mister Director, je vous conseille le poêlon d’aubergines et la souris de gigot.

— Très bien, acquiesçons-nous, la Belle et moi avec un synchronisme de duettistes américains.

— Bordeaux ou bourgogne ?

— Champagne ! répond Zouzou tandis que je démarre.

On ne se dit pas une broque. Je fonce comme un sauvage au volant de ma biturbo-mayonnaise en direction de l’Hôtel de l’Alizé que tient une ancienne langouste à moi, la môme Rita, une petite Antillaise avec qui j’ai eu un peu de bonheur. Elle a toujours une piaule pour ma pomme, cette gentille potesse. Et quand son baisodrome affiche complet, elle me prête sa chambre personnelle qui ressemble à la cabine de Pierre Loti. C’est plein de zinzins exotico-maritimes dans sa carrée, Rita. Dépaysement franc et massif ! Les conquêtes que j’y drive au débotté (pour la botte) en raffolent. Elles croient s’envoyer en l’air aux Nouvelles-Hébrides ou à Papeete. La pointe est superbissimo quand elle est exécutée sous d’heureux auspices.

Je freine en catastrophe devant l’hôtel. Toujours pas un mot de prononcé. Rapidos, je me parkinge sur le trottoir et ouvre la portière de ma compagne. Une docilité pareille, crois-moi, c’est l’enchantement. Enfin une frangine qui vient à la longe sans te faire tarter avec des protestations bidons et autres considérations vaseuses sur le « pas raisonnable ».

Elle accepte ma main pour s’arracher au cuir somptueux de ma Maserati. Je l’entraîne à l’Alizé. Rita est justement à sa banque, discutant de la vie des termites avec un vieux crabe auquel sa gerce a posé un monstre rabbit. Elle est parfaite, ma copine. Décroche une clé de son tableau et me la tend sans même me regarder, comme si j’étais un pensionnaire. Ça évite les mesquines transactions, toujours gênantes et contraignantes, ces préliminaires de merde dégodants en diable.

Le 24 ! J’engouffre Zouzou dans l’ascenseur. Puis dans la chambrette tapissée d’un papier peint représentant Paul et Virginie à pied d’œuvre dans un décor pour production caramel hollywoodienne.

Je t’ai pas dit qu’elle porte un Chanel wonderful, moucheté, dans les grèges somptueux. Elle en ôte le bas prestement, le jette sur le dossier du fauteuil et va se mettre à four pattounes sur le plumard : en travers, merci ! Pas de collants ! C’est une femme de l’élite ! Des vrais bas pour obsédés sexuels. La chère âme ! J’ai un élan de gratitude, d’amour peut-être ! Te vais la charger à la soudard, c’est ce qu’elle souhaite. Son slip ténu ? Tiens, craaaac ! T’as vu ce que j’en fiche de son slip ténu ? Charpie (pas celui de la Lettre de la Natation, la vraie). Elle se cale bien sur ses montants et j’y vais plein cadre ! Tu croirais les Panzerdivisionen déferlant sur Paris, en 40. Sauf que je ne fais pas de bruit ; du moins au début. Ensuite c’est le clapotis berceur des soirs sur la Dordogne. Que de vraies joies en ce monde : simples, pures, moi je dis, humaines comme l’a souhaité notre Créateur.

Elle part, je la rejoins. Chant des Partisans interprété à pleine voix par toute la troupe !

Gloria, gloria.

Un instant plus tard, je lui présente son exquis slip dévasté et nous éclatons de rire.

Alors, tu sais quoi ? Mais t’y répéteras pas, ça me gênerait. Elle le plie, le fait bouffer et l’engage dans la poche supérieure de mon veston pour m’en faire une pochette.

— Vous n’avez pas été aussi longs que vous me l’annonciez, fait, avec satisfaction, le Vieux, lequel nous attendait en dégustant un kir royal.

— J’ai opéré au plus vite, monsieur le directeur : je ne voulais pas vous faire attendre.

VII

EN PLEINE TRAGÉDIE. GOD SAVE BÉRU

Ça se passe de la manière ci-dessous, ’magine-toi. Je débarque à Amsterdam le lendemain par le premier avion.

Taxi. Poum ! En droite ligne pour les bureaux de ce vieux frappadingue d’Hans Bergens, car je suis décidé à mettre cartes sur table. Cet homme est bien le « cerveau » de l’affaire puisqu’il a répondu à notre menace en libérant Berthe. Me reste plus que d’aller l’interviewer sérieusement pour lui faire cracher ce qu’étaient ses intentions de départ.

De quel argument userai-je ? Je l’ignore, comptant sur le climat de l’entretien et mon esprit d’initiative pour choisir le meilleur le moment venu.

Me voici devant l’immense immeuble dominant le port où une partie de sa flotte se mire dans les eaux mazouteuses. Mais quel n’est pas mon étonnement d’apercevoir plusieurs voitures de police carrément stationnées sur le trottoir avec plein de draupers en noir, moustaches blondes et joues roses, fourmillant dans l’entrée garnie de marbre. De toute évidence, il se passe du bizarre dans cette masure. J’aborde un jeune flic, frais émoulu, tout freluquet et monté en graine et, lui ayant présenté ma carte de poulet où s’étale en caractères gras ce mot international qui figure également sur la sienne, lui demande en allemand ce qui se passe.

Le jeunot hésite, regarde autour de lui ; puis, constatant que ses confrères ne nous prêtent aucune attention, lâche, très vite :

— L’armateur Hans Bergens vient d’être assassiné.

Je le sentais. J’ai des flashes par instant. Des intuitions poussées, si tu préfères. En découvrant ce déploiement poulardin, j’ai immédiatement pensé que le vieux maboul venait de se faire rectifier. L’idée m’a sauté à la gorge, je précise. Pas à l’esprit : non, dans la gargane. Ça m’a fait comme une boule de coton.

— Dans ses bureaux ?

— Oui.

— Mais il était bien gardé, cependant ! objecté-je.

— Pas suffisamment, il faut croire, répond avec pertinence le jeune rat blond.

Tiens, il a plein de boutons rouges autour de la bouche, cézigue ! Ne doit pas suffisamment limer, ce tendron. L’acné, ton doux regard se voile !

— On l’a tué comment ? poursuis-je.

Le poulet de grain réagit :

— Demandez à mes supérieurs, je n’ai pas qualité pour vous renseigner.

Je lui vote un sourire.

— Pourquoi me taire ce qui sera longuement commenté à la radio dans quelques minutes, à la télé dans quelques heures et dans les journaux cet après-midi ?

— Vous êtes policier, monsieur, par conséquent vous savez que nous sommes tenus au secret, riposte le boutonneux.

— Ce qui me complique les choses c’est que les commentaires en question seront faits en néerlandais et que j’ai l’impardonnable défaut de ne pas parler cette merveilleuse langue si musicale.

Je cligne de l’œil.

— mdash ; Je suis chargé d’une commission rogatoire : je devais entendre le témoignage de M. Bergens concernant un commandant de cargo ayant eu quelques démêlés avec les autorités françaises.

Regardant ailleurs, j’ajoute :

— J’ai tout de suite vu que vous étiez un intellectuel et que vous deviez parler plusieurs langues. Merci de votre compréhension. Il a été assassiné de quelle manière, ce pauvre M. Bergens ?

— On lui a écrasé la tête avec un appareil vidéo, répond très vite mon interlocuteur.

Puis, comme effrayé par sa confidence, il me salue de trois doigts portés à son képi et s’éloigne.

Ton Tantonio balance un brin, ce qui est toujours bon pour les testicules, puis s’éloigne. Pas la peine d’aller ramener ma fraise dans le P.C. du vieux Bergens où je risquerais d’exciter la curiosité de mes collègues bataves.

Me voilà à la fois déconfit et surexcité. Drôle de relance de cette foutue histoire, non ? C’est pas demain que j’apprendrai la vérité sur les manigances mises en œuvre à l’endroit de la dame Berthe. L’assassinat de Bergens a-t-il un quelconque rapport avec l’enlèvement de la Baleine et la faramineuse troussée qu’elle a dû s’effacer ?

Me voici gêné aux entournures. Enquêter dans un patelin dont on ne parle pas la langue n’est pas « évident », comme ils disent tous, à présent. Evident ! Un de ces mots bateaux qui flottent sur toutes les conversations sans les conduire nulle part.

Tout en suivant les quais pleins d’énormes bites que la mère Bérurier ne pourra jamais étouffer de ses miches, je trouve un début de soluce. Elle s’appelle Mathias. Le Rouquemoute, surdoué professionnel, jacte une vingtaine de langues, dont le néerlandais, j’en ai eu la preuve l’autre jour quand il est venu à Amsterdam me bisser le grand air du Rainbow Warrior. Cézigue, quand il part en vacances il emporte une méthode Assimil et, tandis que sa progéniture se déchaîne autour de lui, que sa mégère le houspille, il apprend le thaïlandais, le gujarâti, le turc ou le letton et revient en étant capable de lire ces dialectes dans le texte et de les causer aussi bien que le français. Un phénomène, quoi !

Un bureau de poste m’offre, en un temps très court et pour un prix modique son inestimable voix. Je l’engage à ne pas mettre en chantier son dix-septième chérubin dans l’immédiat, mais plutôt à venir me rejoindre immédiatement à Amsterdam. Toujours aux ordres, il me promet d’être là dans l’après-midi, dût-il passer par le pôle Sud pour me rejoindre.

Satisfait, je me rends à l’hôtel où nous sommes convenus de nous retrouver ; j’y fais l’acquisition d’une chambre avec bain et commence par m’étendre sur le lit tout fringué, sans même ôter mon veston ni mes targettes. J’adore gamberger dans un lit inconnu. Les mains sous la nuque, je me sers du plafond blanc comme d’un écran pour y projeter les différentes séquences de l’affaire.

— Tout cela n’est pas sérieux, ronchonné-je. Ça cache quelque chose. Ils s’en foutent, de la grosse Berthe. La faire tringler par un équipage entier ressemble, dans le cas de l’Ogresse, à un canular. Ils n’ont pas agi de la sorte par sadisme. Ces gens ont d’autres préoccupations. Et maintenant, la mort du vieux branque dans son étable du vingt-cinquième étage, le crâne pété par un appareil vidéo !

Mes yeux se ferment sur ces mystères vaporeux. Il est fourbu, l’artiste. T’ai-je dit qu’après le dîner au Coupe-Chou, la petite Zouzou a prétexté une grande fatigue pour demander d’être ramenée dard-dard chez elle ? Le Vieux, déçu, m’a prié de la reconduire, ce que j’ai fait jusqu’à cinq plombes du matin dans un exquis appartement pareil à un écrin de chez Cartier.

Cette fois, on s’est mis en tenue de plongée, la petite et moi, et on est sortis du mutisme pour entonner les grandes tyroliennes sous la lune. Le Dialogue des Carmélites, quand tu baises, ça va un moment, mais faut pas en abuser.

Dans l’arrière-boutique de mon sub je me dis :

« Merde, voilà que je me mets à ronfler ». Et ça me bidule la pensouillarde biscotte je trouve ça gentiment glandu. Ça fait pépé au coin du feu, après son verre de gnole. Que je me rappelle le mien dans son exercice périlleux, bon gu ! je croyais chaque fois qu’il allait s’étouffer, l’ancêtre. Sa manière de chuter après une longue période, kif le moteur d’un vieux zavion. Des ratés, des glaviottements non expectorés, l’angoisse du piston qui pistonne ballepeau. Ses naseaux perdaient de l’altitude. Sûr qu’il allait se planter, pépé ; se fraiser sur le plancher, apoplexié d’un coup d’un seul. Ça chuintait faiblard, menu menu, avec des cascades, des sautes, des arrêts interminables. Et puis il redécarrait dans une espèce de hennissement revigorateur. Franc un bourrin, t’aurais juré. Un gail en prairie, dans le matin fou fleurant le chou. Il ramenait tout l’oxygène de la pièce dans ses soufflets de Verdun, le chéri. Une monstre reniflante, comme après le fâcheux nuage d’ypérite, en 17, salement vésicatoire. Retour à la vie. Le zinc se remettait à ronronner et reprenait de la hauteur. J’étais soulagé. J’avais l’impression d’un miracle et je remerciais le petit Jésus de lui avoir décamoté les muqueuses in extremis, grand-père.

Donc, je me dis que je ronfle. J’essaie de me retenir. En dormant c’est pas trop commode. Et je m’aperçois qu’il s’agit du téléphone. Les postes bigophoniques heurfs, de nos jours, ne sont plus équipés d’une sonnerie mais d’un ronfleur. Ce qui est disgracieux pour l’homme devient élégant pour ses appareils.

Je bâille à en décrocher la suspension et tends une main hagarde vers le biniou.

Une voix anonyme, compassée, rétribuée, m’annonce que : « M. Mathias est en bas, monsieur. »

Qu’il monte !

Je m’assieds au bord du lit. Ma montre prétend qu’il est seize heures dix-neuf. Comme il n’y a pas de raison que je mette sa parole en doute, j’en accepte l’augure et vais délourder au Rouquin. Parmi tous ces blondinets et dans la patrie de Van Gogh, il passera inaperçu, le Rouillé.

Il entre dans un costard prince of Walles aux tons marronnasses assortis à sa peau cuivrée.

Il paraît soucieux.

— Dites donc, monsieur le commissaire, ça va très mal, on dirait, non ?

Il brandit un baveux roulé en sceptre dans son poing. Une feuille d’ici, avec un titre à la con que je te fais cadeau.

Qu’entend-il par là, le lauréat du dernier prix Cognacq ?

— Qu’est-ce qui va mal, vieux Flamboyant ?

— Pour Bérurier.

Il me déroule ses tables de la loi. A la une, un grand titre et deux illustrations. La première est une photo de Hans Bergens, prise au temps des cerises ; la seconde, un dessin représentant Alexandre-Benoît Bérurier.

Nonobstant les images, l’article reste aveugle pour moi.

— Tu me résumes, mon biquet ; je ne comprends pas le patois d’ici.

— L’armateur Bergens a été assassiné ce matin par un homme dont voici le portrait robot.

— Béru ?

— Ça m’en a tout l’air. D’autant que dans l’article il est précisé que la police connaîtrait l’identité du meurtrier et qu’il s’agirait d’une personnalité française.

Je visse mon poing droit dans ma main gauche. L’ahuri ! En pleine vendetta ! Quelle bouffée de colère l’a entraîné à Amsterdam et l’a fait se précipiter chez l’armateur ? Lui fracasser le globe avec un appareil vidéo, c’est bien dans le style de mister Dulard ! L’autre devait persifler et il lui a pété le cigare, cet emporté.

Je me replace sur le plumard.

— Assieds-toi et traduis-moi ce putain d’article, Mathias !

Il le fait aussitôt. Tu sais qu’il lit le néerlandais comme toi les bulles de tes bédés ! Un cas !

Là-dedans, ça raconte comme quoi, this morninge, à l’heure d’ouverture des burlingues, un homme a téléphoné à M. Hans Bergens pour lui demander d’être reçu d’urgence. L’armateur a accepté et le gars s’est pointé peu après, un gros type, français, ne parlant aucune autre langue que la sienne. On l’a introduit chez M. Bergens. L’entrevue a été brève : une dizaine de minutes tout au plus, selon les familiers. Puis le gros homme est sorti comme un fou du bureau en claquant la porte.

Les « secrétaires » de Bergens ont eu un mauvais pressentiment et ont voulu prendre des nouvelles de leur patron. Celui-ci n’a pas répondu. La porte du bureau ne s’ouvrant que depuis l’intérieur, grâce à un système de sécurité particulièrement sophistiqué, il a fallu alerter la maison qui l’a posé. Un technicien a mis près d’une heure à ouvrir la porte. On a alors découvert l’armateur mort, le crâne fracassé. La police a immédiatement fait dresser et diffuser le portrait robot de l’assassin. Au moment où le journal mettait sous presse, on tenait des autorités que son identité était déjà connue et serait révélée en temps utile. Il s’agirait d’une personnalité politique française ayant fait tout récemment un voyage professionnel à Amsterdam.

L’homme a tenté, peu après son crime, de reprendre l’avion pour la France. Mais son portrait robot venait de tomber et la police de l’aéroport l’a interpellé et entendu. Mais au début de son interrogatoire, l’homme a mis K.-O. les quatre policiers présents dans la pièce et s’est enfui par la fenêtre. Un policier lui a tiré dessus et l’a blessé car on a retrouvé des taches de sang. Des barrages ont été aussitôt mis en place et toutes les forces de police se trouvent sur le pied de guerre.

L’Incendié laisse tomber le baveux.

— C’est tout, commissaire.

— C’est beaucoup ! Putain de Berthe ! Dans quel noir merdier ce gros connard s’est-il fourré ! Blessé ! Est-ce grave ? Qui peut le dire… Le voilà, l’ancien ministre, traqué comme un outlaw dans Amsterdam. Mais qu’est-ce qui lui a pris, tonnerre du ciel ! Il n’avait pas l’air revanchard lorsque je l’ai quitté. Au contraire, il paraissait presque fier de la performance de sa putasse d’épouse ! Si le Gros devait massacrer tous les matous qui se sont embourbés sa Baleine, ça serait un nouveau Hiroshima.

J’interromps ces stances pour tubophoner chez lui dans l’espoir que la douce Carmen s’y trouve encore et pourra éclairer ma lanterne (rouge).

Ça diguedouille un max et je m’apprête à raccrocher lorsqu’une voix fourbie à la chartreuse verte dégustation finit par répondre :

— Ouais, quoi ?

Je crois reconnaître l’admirable organe de la fausse dame Bérurier.

— Carmen ?

— C’est qui ?

— L’ami Sana, vous savez, le beau gosse qui a manigancé notre petit scénario.

— Ouais, je vous reconnais.

— M. Bérurier n’est pas auprès de vous, ma tendre enfant ?

— Non : l’est parti en Zollande par le dur de nuit.

— Ça l’a pris comment, cette bougeotte imprévue ?

— Hier soir, j’étais à l’établi, à lui tailler la troisième pipe de la soirée, et ça, je vous le recommande pour les maxillaires, avec le chibre du bonhomme ! Vous l’avez vu, son monument classé ?

— Nous avons été présentés au cours de parties qui n’étaient pas aussi fines qu’on le prétend ; alors ?

— Alors il a reçu un coup de grelot qui l’a rendu furax vu qu’il était arrivé au point de fusion. Il est allé causer au salon. Ça n’en finissait pas. Et puis il est revenu et m’a dit : « Finis-moi en catastrophe, la môme, faut que j’allasse faire un aller-retour à Amsterdam pour une urgerie extrêment urgente. Mais je serai là demain soir, rassure-toi ! » J’ai terminé sa mise à jour, il s’est fringué et il est parti ; depuis je suis sans nouvelles. Vous pensez qu’il va rentrer aujourd’hui ?

— Sûrement pas, je crains qu’il n’ait eu ce qu’on appelle un fâcheux contretemps.

— C’est dommage, je le trouve bon vivant. Cézigue, bite et kil de rouge même combat, hein ?

— Oui, c’est une nature réconfortante.

— Qu’est-ce que je dois faire ?

— Restez chez lui jusqu’à nouvel ordre et continuez de jouer le rôle de l’épouse.

— Je me plume un peu, toute seule… Et puis j’aurais besoin d’aller au coiffeur pour ma couleur, j’ai mes racines qui redeviennent noires, alors que je suis teinte en auburn…

— Ça peut attendre quelques jours encore, reposez-vous, mignonne, et refaites-vous une virginité.

Elle éclate de rire.

— Avec le guiseau de M. le ministre, pour retrouver sa virginité, faudrait prendre des bains de siège de jus de citron jusqu’à la saint-glinglin.

On se quitte.

Mathias m’interroge de l’œil.

— On lui a téléphoné longuement hier, et à la suite de cet appel mystérieux, le Gros a sauté dans le train de nuit pour Amsterdam.

Mon ventre gargouille d’affamure, faut dire que j’ai déjeuné avec les anges. Mais je claperai une autre année, pour l’instant s’agit de retrouver mon pote et ça urge d’autant plus qu’il est blessé !

— On dirait que vous savez où aller, remarque Mathias en s’efforçant de calquer sa démarche sur la mienne.

C’est vrai que j’allonge ! Les mains aux poches, la tête en avant, alourdie par les tourments, je fonce.

La remarque du Rouquemoute me frappe de plein fouet. Sais-je où je me rends de cette vive allure ? Moi pas, mais mon instinct, oui. Alors qu’il me le dise, ce foutu cachottier. Hein ? Il va où, l’Antonio ? Quartier des putes ? Merci, j’avais remarqué, et pourquoi ? Pourquoi ? Mais parce que c’est le seul que Bérurier connaît. Nous y avons longuement déambulé. Ces ruelles aux vitrines alléchantes et aux éventaires à lécher doivent fatalement attirer l’espèce de goret lubrique. Carmen ne vient-elle pas de l’affirmer, elle, une pro : pour Béru, la bite et le kil de rouge même combat ! Traqué, blessé, il lui faut un refuge. Un coinceteau discret où il pourra se terrer et voir venir, tenter de m’alerter, c’est sûr. Un point d’ancrage possible m’obsède : le studio de la pute française qui m’a branché sur Marika et qui est sortie sur le pas de sa porte pour m’abreuver d’injures made in France. Non seulement il lui faut un terrier, à mon malheureux hyper-cornard, mais il a également besoin de pouvoir parler sa langue puisqu’il n’en connaît aucune autre. La virago de chez nous a dû s’imposer à son esprit au cours des instants critiques qu’il traverse, Alexandre-Benoît.

— Oui, Mathias, c’est vrai, je sais où je vais.

Bon, voici le quai. Je retrouve la maison de la môme Ninette. Ses rideaux sont tirés et aucune lumière ne brille derrière. Est-elle en « clientèle », à éponger un cavillon timide qui préfère se faire reluire dans les pénombres, si j’ose dire ?

On attend un bout de moment, en arpentant le front de prostitution. Le Rouillé doit être écarlate, vu sa pruderie, mais ça ne peut pas transparaître sur son visage couleur de tournesol. Il louche sur les beautés proposées aux mâles en tourment de cul et ses paupières palpitent, sa glotte yoyotte, ses lèvres carpent. Une hindoue somptueuse dans son sari vert et rouge le fascine particulièrement. Comment qu’il ferait un petit coup de contrecarre à sa mégère, le Rouquinos ! Qu’à force que toutes ses tringlées matrimoniales portent des fruits, il en a quine, l’artiste. L’aimerait fourrer un peu à tête de nœud reposée ; pas toujours opérer la cabriole de la truite avant de disjoncter pour s’éviter un chiare de mieux ! Eternuer dans son mouchoir, c’est p’t’être plus poli, mais ça t’éponge pas franchement le glandulaire.

— Si tu veux aller limer cette jolie grand-mère, je t’offre la passe, je lui fais-je.

Il s’étrangle.

— Oh ! monsieur le commissaire ! Je suis marié !

Bon, d’ac, il est marida.

— Comme tu veux, mon lapin.

Je retourne devant la vitrine de la Française teigneuse. Toujours fermaga.

— C’est peut-être son jour de fermeture ? hypothèse Mathias.

Moi, tu te rappelles, mon sixième sens, Hortense ?

Plus je gamberge, plus je me persuade que Sa Majesté traquée est venue chercher un gîte provisoire chez sa compatriote. Alors je pénètre dans l’immeuble et vais toquer à la lourde de la donzelle.

Silence.

Je frappe alors d’une manière particulière, c’est-à-dire que j’interprète à la percussion pure et simple l’air des Matelassiers si cher au Gros.

Aucun résultat. Alors, aux grands maux les grands remèdes : à moi, sésame.

Cric, crac, croc !

Si vous voudriez bien vous donner Le Pen (ou le pêne) d’entrer !

Je retrouve le niais studio, son parfum outrageant pour les narines subtiles, ses conneries pseudo décoratives, et même sa locataire.

Elle est allongée sur son cosy-corner de travail, saucissonnée et bâillonnée de telle manière que seul un grand pro a pu l’opérer. Son regard est resté libre et ce qu’il contient de fureur suffirait à motiver la charge des cuirassiers de Reischoffen.

Je lui adresse un petit signe aimable et je passe dans la seconde partie de la pièce, laquelle sert de cuisine-salle à manger. Une masse sombre en occupe toute la superficie. Le choc ! Il s’agit de Bérurier, inanimé, sanglant. Il est pâle, garde la bouche ouverte comme un mort ou un jeu de grenouille, la paupière baissée incomplètement. Nous tombons à genoux de ses part et d’autre, Mathias et moi, nos mains se rencontrent sur la poitrine d’Alexandre-Benoît telles les épées des familiers de César dans celle de ce dernier.

Le cœur est toujours de garde. J’écarte les pans de son veston et découvre que la chemise de mon immense ami est entièrement rouge. La balle du flic a dû lui soutirer un litre de raisin.

Mathias, qui a fait des études médicales, entre autres, dévêt le Mastar pour examiner la blessure de près.

Il grimace.

— Sous l’omoplate, à quelques centimètres du cœur, commissaire. Il faut le transporter d’urgence en réanimation.

Je me redresse.

— C’est la fin des haricots, si on l’hospitalise.

— Si on ne le fait pas, il va mourir ! La vie est le choix du moindre mal.

« Ça, c’est de moi », pensé-je, car je tiens à ma propriété littéraire.

Accablé, je reviens vers la pute et lui défais son bâillon. La voilà en pleine beuglante, tout de suite. Fissa, je plaque ma dextre sur son moulin à déconne.

— Boucle-la, môme, sinon je te remets ta muselière !

Mon ton, mon regard, mon geste brutal lui intiment la prudence. D’un battement de cils, elle me signale qu’elle est coopérante.

Je retire ma pogne.

— Avant d’aller plus loin, ma jolie, regarde ça.

Je lui montre mon éternelle carte professionnelle qu’heureusement qu’elle est plastifiée, mon vieux, parce qu’à force elle ressemblerait à du chouinegomme mâchouillé.

— T’es française, ma gosse. Je te demande de te le rappeler et d’aider ton pays. Il se passe des trucs capitaux, nous avons besoin de ta discrétion.

Je m’interromps car Mathias est en train de bigophoner à un hôpital, l’annuaire téléphonique à la main. Il jacte en cacaotien pour demander d’urgence une voiture équipée d’un matériel de réanimation. Puis il raccroche.

— Le pouls faiblit, m’annonce-t-il, très crispé.

— Prie ! lui enjoins-je, puisque tu as de la religion avec la manière de t’en servir. Et associe-moi à ta requête.

Puis, à la môme, tout en la libérant de ses liens :

— T’es d’ac pour t’écraser à propos du blessé ? On t’en saura gré, espère.

Elle opine.

— Maintenant, raconte.

— Quoi ?

— Tout : son arrivée, ce qu’il a dit, ce qu’il a fait ?

— Ce qu’il a fait, vous le voyez bien ! renaude la prostipute.

— Je t’écoute ! m’impatienté-je. Fais vite, on doit se casser avant l’arrivée des brancardiers.

— Ben, ce gros mec s’est pointé. J’ai cru que c’était un clille. Pourtant il était bizarre. Il parlait comme un mec qu’est gelé. Il m’a dit qu’il était français et qu’il me savait française aussi. Il avait besoin de secours car on l’avait flanqué dans une béchamel monstre, allant jusqu’à le flinguer comme un garenne. Il a ouvert sa veste. Il pissait le sang. Je me suis mise à hurler. Alors il m’a allongé d’un ramponneau sauvage, malgré sa faiblesse. Le temps que je sorte des vapes, il finissait de me ligoter. Il paraissait de plus en plus vaseux. Il m’a dit : « Pardon, ma loute, mais crois-moi, j’ai absolument rien fait de mal. Ils m’ont poivré dans un tour d’à l’œil ; faut que je m’en sorte. T’as sûrement un petit coup d’remontant, non ? » Il est allé de l’autre côté, et j’ai entendu un grand bruit : il venait de s’écrouler comme un bœuf à l’abattoir.

— Il t’a dit qu’il n’avait rien fait ? insisté-je.

— Oui.

Elle réfléchit et affirme :

— Il avait l’air sincère.

— Merci. Nous on se tire. Les poulets vont bientôt radiner, tu diras que ce mec est venu parce qu’il avait vu ton écriteau dans ta vitrine. « Ici on cause français. » Il était grièvement blessé, il t’a demandé de l’aide et s’est écroulé. Ne parle pas de son coup de poing, et de ton ficelage. Pour le coup de grelot à l’hôpital, comme tu ne jactes pas bien le néerlandais, t’as demandé à un passant de prévenir. A la revoyure, petite et affure un max.

Juste qu’on arrive au tournant du quai, une ambulance s’annonce à fond de ballon, toute sirène déchaîné : « Saint Alexandre et saint Benoît ne jouez pas aux cons : sauvez le Gravos. Amen ! »

VIII

RIEN NE VAUT L’ACTION. LE SILENCE ET LA PEUR

Deux gaziers jactaient à la téloche. Un zig qu’en interviewait un autre. Le questionné prenait un air vachement pénétré, comme s’il était convaincu jusqu’à l’oigne que ce qu’il balançait était de la plus haute importance.

— Que dit-il ? demandai-je à Mathias.

Le Rouquin écouta un instant.

— C’est un grand écrivain néerlandais. Il parle de la mort.

— Alors c’est que l’émission va bientôt finir. Il va lâcher un truc bien modulé et ils finiront par un plan fixe, manière d’en prolonger la résonance ; la mort, c’est la dernière question des interviewers.

Je n’attendis pas que se confirme mon pronostic et coupai le sifflet du génie batave. Qu’ensuite je décrochai mon bigophone pour appeler l’Elysée.

Il est incourant qu’un simple commissaire puisse demander de parler à son président de la République. Un concours de circonstances heureuses et ma forte personnalité me permettent d’obtenir pareille faveur.

Le César de la petite Gaule me prit très vite en ligne et sa voix caressante de marchand de tapis en gros me fut décernée à l’ordre du jour.

— Quel bon vent, cher ami ?

— Ce serait plutôt un typhon, monsieur le président.

Je lui relatai, le plus brièvement de mon mieux, les dernières périphéries de l’affaire Berthe Bérurier. Le Monarque m’écouta comme un prêtre, en son confessionnal, écoute tes chienneries miséreuses, silencieusement, conservant ses réactions pour après.

Elles vinrent, sans éclat, d’un ton uni :

— Seigneur, comme je fus mal inspiré d’offrir un portefeuille à ce fâcheux obèse. On ne se méfie pas suffisamment des sanguins, San-Antonio. On les croit gentils et ce sont les pires. Leur amour du cassoulet inspire confiance, mais leurs flatulences sont nocives. Bon, nous voici donc avec un nouveau scandale sur les bras. Mon ancien ministre meurtrier. Cela fait riche dans la noce.

— Justement, monsieur le président : il convient d’empêcher cela !

— Et comment, commissaire ? Ces Hollandais qui ont l’air tellement cons sur nos routes au volant de leur camping-car, sont les pires charognards de l’Europe. Vous parlez s’ils vont se régaler.

— Monsieur le président : Bérurier est victime d’une monstrueuse machination. Je me fais fort de le démontrer, mais il me faut un peu de temps. Intervenez au plus haut niveau pour qu’on muselle la presse néerlandaise.

— Vous plaisantez, commissaire. Aucune presse d’un pays libre n’est muselable.

— Pour les besoins de l’enquête on doit taire le nom de l’assassin présumé de cet armateur ! Ils nous vendent bien quelque chose, les Hollandais, non ? Les Nouveaux-Zélandais, c’était du mouton ; eux ça doit être du cacao ou des postes de télé, voire du fromage de Hollande. Qu’on leur mette la clé du marché en main !

Paroles outrepasseuses, intonations impertinentes. Le président se fâche d’un coup de gosier de force cinq.

— Dites-moi, commissaire, vous n’allez tout de même pas m’apprendre à régner par téléphone !

— Je vous livre seulement ma pensée, monsieur le…

Il a raccroché.

Le Rouquin n’en croit pas ses baffles.

— Comme vous y allez, commissaire !

— Si je « n’y vais pas », qui d’autre « ira », Rouquemoute ? C’est un service à lui rendre à Néron (ni carré, ni pointu). Au milieu de ses yes-men, il tourne prélat. On le lèche, le loue, l’oint. Encore un petit peu de pommade par ici, M. Monseigneur. Et une petite langue par là, juste dans le pli, si vous permettez. Merde, à la fin !

— Dommage ! Vous voilà brouillés, maintenant ! déplore mon excellent collaborateur.

— On ne se brouille pas avec le président de sa République, Mathias ; tout au plus est-on en disgrâce, ce qui est le lot de tout favori. L’essentiel est qu’il fasse droit à ma requête.

— Vous espérez encore ?

— Je suis certain qu’il est en train d’agir, car c’est son intérêt. Il faut toujours faire passer ton propre intérêt par celui des autres si tu veux pouvoir compter sur eux. Cela dit, ne nous faisons pas d’illuses : il va nous gagner vingt-quatre heures tout au plus, à nous d’en tirer parti.

— Vous avez un plan ?

— Un seul, ce serait trop beau, Rouillé, hélas j’en ai plusieurs.

Et je nous sers deux whiskies carabinés pour nous donner un coup de fouet. Assis dans un fauteuil, les pieds sur le plumard (excellent pour la circulation), je démarre.

— Si ma femme vous voyait avec vos chaussures sur le lit, ne peut se retenir de murmurer Mathias avec un frisson d’effroi.

Il ajoute :

— Il est vrai que nous sommes à l’hôtel.

Réflexion éminemment française. A l’hôtel, nous autres les Martin, Dupont, nous nous mouchons dans les nappes, déposons nos crottes de nez sur les abat-jour de velours et cirons nos pompes avec les rideaux brochés, sans parler des cigares que nous écrasons sur la moquette !

— Je formule plusieurs hypothèses, dis-je à l’aîné de mes soucis (il en a la couleur), nous allons donc commencer par la première.

La nuit venue, toutes les villes se ressemblent lorsque tu les contemples de haut ; que tu sois à Helsinki ou à Abu-Dhabi, c’est toujours un foisonnement de lumières coupées du tracé régulier des voies principales, plus lumineuses que le reste.

Planté devant la baie vitrée de ma chambre, j’attends des nouvelles du Rouillé. Je ronge mon frein et mon chanfrein car, pour l’homme d’action (et d’obligations) que je suis, il n’est rien de plus constipant que de ne pouvoir agir soi-même. L’action des autres me semble chaque fois aléatoire et susceptible d’échouer, alors que je crois en la mienne.

L’entrave de la langue ! Comment veux-tu questionner un portier, un chauffeur de taxi, une concierge ou un nettoyeur de carreaux ?

Bon, ces Bataves de mes chères deux à manche bredouillent souvent une vraie langue pour essayer de compenser leur idiome, il n’empêche que tu ne peux soutirer les épanchements d’un tordu qu’en s’adressant directo à son entendement.

Alors je compte les lumières d’Amsterdam pour passer le temps. J’en suis à trois millions six cent quarante-neuf mille six cent trente-trois quand, croyant m’être gouré, je reprends tout par le zébu. Et puis voilà le turlu qui m’appelle et je fonce répondre à Mathias.

Car c’est lui.

Ça ne peut qu’être lui, le chéri fluorescent.

— Ça a marché, commissaire, exulte mon précieux. Elle m’a donné rendez-vous au Miss Victis, un bar chic de Mandibüle Krackziboume.

— Quand ?

— Dans une heure.

— Parfait. Tu vas me la manœuvrer de première, Blondinet ; je compte sur toi.

— Vous pouvez !

Il raccroche.

Me voici tout piaffeur, hennissant presque d’impatience. L’action ! La chère action ! J’en veux, j’en redemande. L’action, c’est le mouvement, donc l’antimort, quand bien même elle y conduit parfois.

Je farfouille dans mes bagages, ouvre le double fond de ma valoche, sélectionne mon petit matériel particulier. Tête froide. Thermolactyl ! Méthode. Je me prépare à l’assaut. Que ça pète ou casse, tant pis.

Me voici harnaché. Dûment.

Demande au portier où se trouve le quartier de Mandibüle Krackziboume. Puis vais dégager ma tire de location du parkinge de l’hôtel. Une Saab noire scarabesque d’aspect.

La circulance est en train de se calmer dans Amsterdam où les marins, faut-il te le répéter, pissent comme je pleure. Je me repère et n’ai aucun mal à dégauchir le Miss Victis. Un bar d’angle, feutré, façade laquée noire avec l’enseigne tracée en belles anglaises blanches. Les vitres sont dépolies et agrémentées de motifs romantiques. Je visionne les abords et jette mon dévolu des grands soirs sur une place de stationnement permettant d’observer les allées et venues. Cela fait, je m’accagnarde de mon mieux derrière mon volant de manière à me rendre le moins visible qu’il se puisse. Attendre et voir. Je sens, je sais qu’il va se passer des choses. Je le veux ! Alors il se passera quelque chose.

Je regarde déambuler des Hollandais devant les maisons douillettes. Ces gens-là ont un sens hypertrophié du confort. Ils aiment loger dans des écrins. Leurs habitations sont moelleuses, pimpantes, fleuries, capitonnées. Il y a des housses sur les théières et même sur les œufs-coque. Des feux de cheminée dans chaque salon. Des coussins, des pompons. Tu te crois partout dans la loge de Sarah Bernhardt. Ils emmitouflent leur connerie, si tu vois. La dorlotent.

Des minutes passent.

Je pense au Gros, perforé, sur un lit d’hôpital. J’espère que le président aura fait le nécessaire et qu’il sera bien soigné. Qu’on le sauvera.

Au bout d’une demi-heure, une bagnole se pointe, grosse BMW bleue avec trois personnes à son bord. Elle cherche une place. Avant qu’elle ne l’ait trouvée, un homme descend de la tire. Je le reconnais : il s’agit d’un des sbires chargés naguère de veiller sur la sécurité de feu Hans Bergens, l’albinos trapu et pâle, au nez cassé, aux oreilles de chourineur.

« Ça boume, ça boume » exulté-je dans ma Ford intérieure ; oh ! là là ! ce que ça boume admirablement bien ! »

L’un des dividus (ce pauvre Béru dixit) pénètre dans le Miss Victis. La BMW finit par trouver une place devant une porte kascher et s’y incruste. Les occupants demeurés à l’intérieur ne bronchent pas.

Une cinquantaine de minutes s’écoulent ; Nez-cassé ressort du Miss Victis. Le driver de la BMW se signale par un infime coup de klaxon manière d’attirer son attention et le vilain rejoint sa base. Aussitôt après, la secrétaire au cul carré et au teint jaunâtre quitte le véhicule pour, à son tour, gagner le bar. C’est, je t’en préviens, avec elle que Mathias a rendez-vous.

Ça va être au célèbre commissaire Cent Ans du Tonneau d’agir. Promptitude et scélératesse, comme le dit encore si volontiers Alexandre-Benoît Ier, dit le Gros, roi des cons par voie héréditaire.

Je sors de ma vague un petit appareil gros comme un vaporisateur de sac pour l’excellente raison que c’en est un. Je quitte ma tire, remonte le col de mon imper et, d’une démarche nonchalante, me dirige vers l’auto bleue. Parvenu à sa hauteur je flanque un coup de périscope à la ronde. Nonobstant un couple dans le lointain et une jeune fille qui s’éloigne, la voie est libre. D’un geste preste je délourde la porte arrière de la BMW et, en me retenant de respirer, je vaporise l’intérieur du véhicule copieusement. L’un des deux gars assis à l’avant veut sortir et délourde ; d’un coup de hanche, je l’emplâtre. Il est renvoyé dans ses foyers sans douceur. L’a le temps de bieurler un grand coup avant de s’endormir biscotte, figure-toi que ses doigts sont restés à l’extérieur. Juste la moitié de ses salsifis, note bien, et encore pas le pouce. Ça fait tout drôle ces quatre griffes qui se dressent hors de la voiture.

Je relourde la portière arrière après une nouvelle seringuée pour faire bonne mesure. Une invention de Mathias, ce gaz soporifique. Une forte inhalation de ce gadget et t’en as pour deux plombes à roupiller comme un sénateur en séance de nuit. Les chérubins dorment joliment, épaule contre épaule. Etant plutôt perfectionniste de nature, je crève leurs deux pneus droits ; puis, peinardos, retourne à ma tuture.

Première partie de l’opération accomplie sans bavures. Le couple qui déambulait passe devant la BMW et n’accorde aucune attention aux deux dormeurs du val.

J’attends en faisant tourner mon moulin pour pouvoir déboîter en trombe.

Dix minutes encore, et la porte du Miss Victis s’ouvre sur la secrétaire et Mathias.

Ce qu’ils se disent ? Je n’en ai pas la moindre idée. La gonzesse louche sur la BMW, s’attendant probablement à voir intervenir ses potes. Comme rien ne se produit, elle se met en marche sur une avenue déserte, toujours escortée de Mathias. Elle jette de furtifs coups de périscope par-dessus son épaule. « Putain, se dit la chère dame, mais qu’est-ce qu’ils foutent, ces deux branques de mes fesses[8] ! »

Alors c’est une fois de plus messire Moi-Même qui entre en piste.

Décarrade éclair. Je parviens au niveau du couple. Freine sec, jaillis. Mes poucettes ! Tu verrais ça, Anna ! On devrait un jour faire un concours de passage de menottes chez les archers de la Femme sans tête. Toujours des concours de tir, style Buffalo Bill, classe à la longue ! Mais jamais de poucettes ! A celui qui met le moins de temps pour alpaguer une personne qui ne s’y attend pas. Ma technique ? Jure-moi que tu la répéteras pas ! Tu jures ? Je sais que tu ne tiendras pas parole, mais je m’en branle. Alors bon, je t’explique. Ce qui est indispensable pour agrafer les bracelets à crémaillère, c’est d’avoir les deux poignets de l’intéressé à dispose : bonne hauteur, rapprochés, tout bien. Ça se conçoit fastoche, non ? Tu te précipites sur lui en tenant une boucle prête dans ta main droite. Tu le menaces de ton poing gauche. Surpris, que fait-il ? Il lève ses bras pour se protéger la frite. Alors toi, tu profites de ce qu’il tient sa garde pour, clic ! Et d’un !.. Re-clic ! Et de deux ! Je te montrerai un jour que tu viendras tirer un coup à la maison, chérie.

La secrétaire jaunasse, je ne mets pas plus de deux secondes pour la neutraliser. Mathias a déjà déponné la portière arrière et la pousse à l’intérieur. Il monte à sa suite. Je reprends ma place. La gonzesse a un sursaut pour mater par la lucarne arrière.

— Non, ma belle, lui lancé-je, ils ne viendront pas à la rescousse : ces deux vilains méchants dorment comme des chatons dans un panier.

J’enfonce l’accélérateur et on trace le long de l’avenue.

— Fouille le sac de madame ! ordonné-je à Mathias.

Il s’empare de la sacoche de cuir que la fille portait à l’épaule et dresse à haute voix la liste de son inventaire.

— Un tube de rouge à lèvres ; un poudrier… (un temps), mais il contient du poivre moulu ; une boîte de Tampax, très lourde car il y a un pistolet extra-plat à l’intérieur ; un briquet — non il s’agit d’un vaporisateur ! un paquet de cigarettes marque Marlboro… Attendez… Parmi les cigarettes en question se trouvent deux petites sarbacanes qui, je suppose, doivent expédier des fléchettes empoisonnées ; un trousseau de clés. Un porte-cartes avec ses papiers d’identité. La demoiselle s’appelle Elsi Van Tauzensher, née à Fromtobock, demeurant…

Je n’écoute déjà plus. Ma moulinette farceuse s’emballe. C’est très bien d’avoir la môme à dispose ; mais où la conduire pour pouvoir recueillir ses confidences en toute tranquillité ? Dans cette tire, on est un peu à l’étroit. Aller chez elle serait trop risqué. J’ignore si elle vit seule, de plus des gars de son équipe peuvent venir la visiter.

Mathias demande :

— Qu’est-ce que je fais de son petit bazar, commissaire ?

— Dans tes poches, grand. En tout cas, les intentions de cette mocheté étaient claires : avec un tel attirail, elle allait pouvoir te souhaiter ta fête.

Roulant toujours, je traverse les faubourgs d’Amsterdam. Bientôt c’est la douce campagne hollandaise, plate comme un discours d’officier supérieur. Tout cela est découpé sagement en rectangles, et sur chacun il y a une maison cossue ; voire un moulin à traction à vent. Les forêts, c’est pas ce qui domine ici. Alors l’idée me vient, pour trouver un coin de quiétude nocturne, de rallier le bord de mer.

Pas moyen de te gourer : tu prends à l’ouest toute !

Pas besoin de commentaires entre le Rouillé et moi. Aucune question. Il s’en remet à mon autorité souveraine. Un quart de plombe après ma sage décision, je stoppe entre deux dunes de sable recouvertes d’herbacées. La nuit est plus noire que la conscience d’un huissier : ciel bas, lourd, pour peintres flamands, justement. La mer du Nord ronchonne dans un infini où ballottent de confuses loupiotes. Entre les dunes galeuses et l’eau sombre, une étendue de sable gris clair sur lequel souffle un vent acide chargé de particules granitiques. C’est abrasif et ça te mord la gueule comme une râpe à fromage. Le coin me paraît sinistros tout plein. Je respire l’air marin à pleins poumons. Tout cela est formidable, si vaste, si redoutable. Tu piges que nous sommes les participants chétifs d’une pauvre planète en péril. Tous agrippés aux maigres poils d’une balle de tennis lancée dans le cosmos. Si frelus, si que dalle, si moins que nuls et non avenus que t’en prends le tournis, Henri.

— On est peu de chose, hein ? je dis à Elsi.

En anglais.

Elle ne répond rien. Ses traits se sont vachetement creusés à moins que ce ne soit un effet dû à l’obscurité.

Je la vois frissonner. Miss Mademoiselle a les glaglas, je t’affirme. Tiens, touche comme elle trembille, la vilaine !A croire qu’elle roule en Parkinson décapotable, non ?

— Mathias, je dis-je à mon pote, j’ai cru remarquer, en mettant ma valdingue dans la malle arrière, qu’une pelle à manche court figure parmi les outils. Tu veux bien t’en munir ?

Docile, il obtempère. Effectivement, c’est une pelle campinge, avec un manche de quatre-vingts centimètres formant une boucle. Le fer est pointu, incurvé.

— On y va ! décidé-je.

Je dévale la dune, bien droit, enfonçant mes talons dans le sol fluide. Tu me dirais le père de Foucauld arpentant le Sahara à la recherche d’un bar-tabac. La fille menottée est à mon côté car je lui tiens le bras d’une main ferme.

Parvenu au pied du mamelon[9] je m’arrête. Voici une grosse touffe de plantes vivaces qui ressemblent à du genêt.

— Je crois que cela ira, fais-je au Rouquemoute, tu peux creuser ; quand tu seras fatigué, je te reprendrai.

Et je m’assieds à quelques mètres de là sur une espèce de fausse souche rejetée par le flot un soir qu’il en avait marre de trimbaler cette saloperie.

La secrétaire de feu Hans Bergens reste debout, de plus en plus grelottante. Elle regarde Mathias agenouillé, qui creuse à tout-va, comme une taupe qui aurait oublié de fermer le gaz en partant de chez elle. Les pensées qui la bitent (pardon : qui l’habitent) sont aisées à deviner. Il est clair qu’on va la buter et l’ensevelir là. Un monstrueux effroi grimpe le long de ses jambes, traverse son cul carré pour aller escalader sa poitrine en caisse d’horloge. La scène est d’autant plus intense que nous ne mouftons pas. Mathias creuse, creuse. Moi je me tais, tais. La bise souffle, souffle.

Une ambiance folle ! T’aurais ça dans un film d’épouvante, les gens du troisième âge (à gauche en sortant) flouzent plein leurs hardes.

Le trou s’agrandit. Devient éloquent par sa forme. Un consciencieux, le lauréat du prix Cognacq. Il le sait bien que je vais pas refroidir la nana et que tout cela c’est de la mise en scène, mais il met autant de cœur à l’ouvrage que s’il était fossoyeur professionnel !

A un moment, il s’arrête pour souffler.

— Tu veux que je te reprenne ?

— Non, pas la peine.

— Passe-moi le pistolet de cette Vénus que je l’examine.

Il me tend l’arme extra-plate. Je l’ouvre pour l’examiner. Je connais l’outil : fabrication polonaise. Certains agents des pays de l’Est s’en servent volontiers car ça crache des prunes explosives minuscules mais terriblement efficaces et ça ne tient pas de place, la crosse étant repliable.

— Charmant objet ; peut également servir de presse-papiers ; c’est le feu de la femme élégante, murmuré-je.

C’est là que la frangine craque.

— Vous n’allez pas me tuer ? baglatouille-t-elle.

— Pourquoi serions-nous là, comme trois cons, à creuser un trou, sinon ? objecté-je d’un ton indifférent.

Elle gémit :

— Mais je ne vous ai rien fait !

— Si !

Comme si je ne tenais pas à poursuivre la converse, je me lève pour faire quelques pas. Alors la môme se fout à hurler. J’attrape une poignée de sable et la lui flanque dans la trappe. Magique ! Elle s’étouffe, crache, halète, tandis que je continue mon petit footinge en rond autour de la tombe qui s’approfondit de plus en plus.

— Ça irait, comme ça ? demande Mathias.

Je saute dedans. Le niveau du sol m’arrive aux genoux.

— Encore un chouïa, mon gars, le premier petit carnassier venu viendrait la déterrer, tel que c’est maintenant.

Mathias reprend ses fouilles énergiques. San-A. joue avec le pistolet noir qui ressemble à une petite équerre, tant il est plat. Miss Tauzensher sanglote en crachotant ses grains de quartz.

J’ai raison de ne pas moufter. Les grognaces, tu les as au mutisme plus aisément qu’au baratin. T’as remarqué, avec mam’zelle Zouzou, la souris du Vioque, la manière dont je l’ai plombée directo, sans en casser une ! Eh bien à présent, avec Elsi, c’est du kif. Ma partie de mutisme l’affole. Les hommes silencieux sont les plus dangereux.

Elle tombe à mes genoux, saisit mes fumerons à pleins bras, me câline de la joue.

— Je ne vous ai rien fait. Ne me tuez pas !

Peut-être serait-il opportun de commencer à dérouler cet écheveau de laine, non ?

— Ce que vous avez fait à mon ministre ne mérite pas de pardon.

Elle égosille :

— Mais ce n’est pas moi ! Je n’y suis pour rien.

— Tous dans le même sac, et vous y passerez tous, lâché-je.

J’arme le feu et dis à Mathias :

— Arrête, ça doit coller. On va l’allonger dedans et je lui ferai sauter la tête quand elle sera au fond du trou, ça ne laissera pas de trace en surface.

D’un mouvement violent, je la fais basculer à la renverse ; elle s’affale dans la fosse. L’horreur la paralyse !

Le contact du sable, humide dans le fond du trou, la mène aux rives de l’évanouissement. Elle défaille à force de terreur, cette pauvre dame.

J’avance la main.

Elle geint :

— Je ne veux pas ! Je ne veux pas !

En hollandais. Mais Mathias me traduit.

Alors je pousse une monstre gueulée sous le grand ciel de nuit du Seigneur.

— Eh bien, si tu ne veux pas, parle, saloperie !

Quoi ! Qu’est-ce à dire ? Elle a peine à comprendre. Y aurait une lueur d’espoir pour elle ? Il subsisterait un poil de cul de chance de ne pas crever dans l’instant ? Je lui mens, c’est fatal, mais tant pis. Elle peut pas laisser échapper ce brin d’espoir. N’a pas le courage de souffler sur cette faible lueur.

Elle parle, très vite, presque en chantonnant. Elle débite comme grignote un insecte. Cric, cric, cric, crac !.. Elle dit, elle s’affale. Ne laisse rien traîner, rien dans l’ombre. Tout ce qu’elle sait, tout ce qu’elle croit savoir. Tout ce dont elle se doute, qu’elle a cru deviner, subodoré, déduit. En voilà, en voilà encore. Elle sait que tant qu’elle babillera, je ne tirerai pas. C’est de la vie qu’elle se tricote. Elle brode, Pénélope éperdue, un petit coin de tapisserie à sa vie qu’elle juge achevée. Encore un petit moment, monsieur le bourreau, comme disait la Du Barry[10] avant d’y aller du cigare.

On l’écoute, Mathias et moi, accroupis au bord du trou. Etrange scène. Tu la tournerais pas, toi, si tu avais une caméra ? Tu juges de la séquence, Hortense ? Cette femme étendue au fond d’une fosse, nous, l’entourant. Et puis la nuit, la mer grondante.

O flots, que vous avez de sinistres histoires !

Sa confession s’achève par des larmes.

— Va chercher de quoi écrire dans la boîte à gants, Mathias. Il a un carnet d’assurances pour les déclarations d’accident, on fera ça au dos des feuillets.

Il y court.

Moi, je continue de fixer la malheureuse. Je suis le boa constructeur hypnotisant la souris malade d’épouvante. Du canon du pistolet, je tapote le cadran de ma montre. Un petit bruit agaçant accroît toujours la tension. Dans ma belle tronche pensante, je bâtis un résumé de ce qu’elle vient de nous cracher. Inutile de faire long. Du concis, du ramassé, succinct (Béru dit suce sein, le pauvret).

On lui tend le carnet, un stylo. On l’arrose de la lumière d’une torche.

Tu la verrais, Poupette, recroquevillée, haletante à en crever ses soufflets.

— Vous nous avez bien dit ceci, cela, miss Van Tauzensher ?

— Yes, yes…

— Alors, écrivez-le. Et puis ça encore ! Et n’oubliez pas de mentionner ce nani-nanère, non plus que ce gouzi-gouzou. Voilà, très lisible, je vous prie. Maintenant vous signez et datez.

Je reprends le carnet. Elle a écrit en néerlandais. Mathias vérifie, acquiesce. Correct !

Nous nous relevons.

— Donnant, donnant, ma poule : je vous laisse la vie sauve. Seulement, après nous avoir rédigé ce papier, si vous tenez à la conserver, vous avez intérêt à aller vous réfugier dans un couvent ou une léproserie. Je doute que les gens que vous y mettez en cause songent à vous verser une indemnité vieillesse après cela.

J’époussette mon futal ensablé, rengaine le pétard.

— En somme, fais-je au Rouquin, tu auras construit un château de sable à l’envers !

Nous regrimpons la dune, abandonnant notre victime au fond de sa fosse.

Pas très fraîche, mais vivante !

IX

RENCONTRE AVEC L’HOMME AUX CHEVEUX D’OR

— Voilà une affaire rudement menée, commissaire, déclare Mathias tandis que je drive à vive allure en direction d’Amsterdam.

— Elle est loin d’être terminée, réponds-je ; il me manque encore une soixantaine de pages.

— Tant que cela ?

— Je n’aime pas faire court.

Il médite, puis :

— Voyez-vous, commissaire, par moments, dans mon lit, tandis que mon épouse dort, je rêve que je suis vous.

Quel bel hommage !

— Chacun son idéal, gouaillé-je, le mien serait d’être selle de vélo de femme.

Il éclate de rire.

— Le sexe, c’est votre péché mignon, commissaire.

— Que dis-tu là, con suprême ! Un péché, le sexe ? Tu veux dire que c’est ma qualité dominante, ma seule véritable. Quel plus grand hommage rendre à son Créateur, si l’on est croyant, ou à la nature, si l’on est agnostique, que de devenir le complément d’un autre être.

On s’annonce à l’aéroport. Il n’y a plus d’avion pour Paris avant demain, mais il reste un vol pour Bruxelles. Il est décidé que Mathias va le prendre et se louera une tire dans la capitale belgium pour pouvoir rallier Paris dans la nuit. Je demande au préposé où il me serait possible de tirer une photocopie d’un document. Il me répond d’aller voir dans les bureaux si toutefois il y a encore du personnel à pied d’œuvre. On s’y rend et on a la chance de dégauchir une grande fille un peu chevaline, coiffée Louis XIV, avec un rouge à lèvres qui pourrait servir à faire des raccords sur une bagnole de pompiers. Mathias lui gazouille le service qu’on implore d’elle. Banco, elle est partante. La voici qui décoiffe de sa housse de plastique un appareil orange comme la maison de Hollande. Un zonzonnement et la photocopieuse recrache mon document flanqué d’un double parfait. Je tends l’original au Rouquin.

— Tu remets ça au Vieux dans les plus brefs des laids, mec. Je vais essayer de l’atteindre pour l’affranchir de ce qui se passe.

On s’en presse cinq et il galope vers la salle d’embarquement.

La dame blonde passe un manteau de drap à col de lapin travaillé.

Elle louche sur la pendule électrique dont la trotteuse rouge fait dit zèle.

— Je vais rater mon bus ! elle dit. C’est le dernier.

— Qu’à cela ne tienne, lui fais-je, j’ai une voiture ; service pour service, il est normal que je vous reconduise chez vous.

Elle dit que bon, très bien, merci, c’est gentil et on s’emporte dans ma Saab.

Chemin roulant, l’employée de la raie au porc m’explique qu’elle est mariée à un pilote de ligne. Son julot est en train de baguenauder des pégreleux au-dessus de l’Atlantique Nord car il assure le vol Amsterdam-New York. Il rentrera demain soir.

Moi j’enregistre le coup en me demandant si je fais chauffer la colle ou si je laisse quimper. La madame n’est pas un prix de beauté, avec son menton galochard, sa bouche en entrée de métro et sa géographie pas tellement féminine. Si je me l’emplâtre, j’aurai l’impression de me respirer un travelo. Mais tu sais l’à quel point le loup fait sortir la faim du boa ? Voilà que je la défrime à la dérobanche, l’imaginant les tifs noués queue de bourrin, les lèvres nettoyées de cette laque fluorescente et merdique, et loquée d’un déshabillé vaporeux… Le balcon est bien accroché, le cul possède un beau volume et, si les chevilles sont un peu fortes à mon goût, par contre les cuisses peuvent constituer deux pilastres de qualité.

Je lui explique que je suis en voyage d’affaires, seul à l’hôtel. Ah ! mélancolie… Soupir d’un cœur qui n’a pas (encore) tout ce qu’il désire. Elle enregistre sûrement ma langueur poétale et sentimentique. Les gonzesses, tu sais !.. Bataves ou Périgourdines, hein ? Cela dit, Je comporte très bien : pas de main tombée baladeuse, pas de vannes mouillants, pas d’œillades salaces aux feux rouges. Impec, l’Antonio. Monsieur bien sous tous rapports. Grosse bite, ça, compte-z’y, friponne, t’as vu la largeur de mon pouce et la dimension de mon pif ? Mais question du maintien, l’est irréprochable, l’artiss.

Elle crèche dans une délicieuse maison sam’suffit dans la banlieue. Elles sont des chiées identiques, ces baraques ; faut pas être nazebroque quand tu rentres at home, sinon tu risques d’embroquer la veuvasse retraitée des postes ou bien la grand-mère du voisin.

Moi, empressé, hop ! Je me désaabe pour galoper lui ouvrir sa portière. Elle est sensible à l’argument. Me cloque un regard qui filerait la débâcle dans les banquises du pôle Sud. Je prends sa main.

— Ç’a été un grand, un très grand plaisir de vous raccompagner.

« Eh ben ! qu’est-ce que t’attends, connasse ! » pensé-je très intensément.

Ça vient :

— Voulez-vous prendre un café, j’ai un Cona ?

Un Cona, une connasse ! Tout pour plaire.

— Je ne voudrais pas vous faire veiller…

— Un quart d’heure seulement.

J’entre.

Le lendemain matin, c’est sa cafetière-radio qui me réveille. Elle est drôlement branchée sur le caoua, la mère. T’as des tas de frangines qui se survoltent les miches à la caféine. Mais ça lui réussit parce que pour ce qui est de s’envoyer dans les azurs, championne ! Pas frigide, Frida ! Avec elle c’est du boulot de première. L’ouvrage en force. Sans chichis ! Par ici la belle rapière ! Et vas-y, mon grand, montre-moi comment ça se passe dans l’Hexagone !

Qu’à la fin de ma prouesse je me suis endormi comme ton charcutier, le soir de fermeture, après s’être ajusté sa charcutière.

Donc son réveil-radio se met à débloquer dans ce putain de langage à la con qui s’appelle le néerlandertal, tant il est demeuré paléolithique.

Elle s’étire, glousse, s’éveille, puis se met à m’identifier les hémisphères du plat de la main.

Soudain, elle interrompt son mouvement giratoire.

— Qu’est-ce qu’il y a ? m’enquiers-je dans un bâillement organisé.

— Terroristes ! elle répond.

— Ah oui ? Ici ?

Elle écoute et branle tu sais quoi ? Son chef (mais je ne perds rien pour attendre), en faisant des « tsssit tsssit tsssit ! » de commisération.

— Mais qu’est-ce qui se passe ? insisté-je.

Frida, de la main, m’intime de patienter. Et puis, tout en continuant de prêter l’oreille à ce qui doit être des commentaires à propos de l’information, elle me raconte comme quoi deux terroristes ont flanqué une bombe incendiaire, tôt ce matin, dans la chambre 606 de l’hôtel Zuiderzé-Mejmezoigne. Un monstre incendie a pris presque immédiatement et les deux derniers étages de l’établissement ont cramé malgré une prompte intervention des pompiers. On estime que le sinistre a dû causer une dizaine de morts.

Là, elle m’intéresse, ma gentille hôtesse, vu que c’est à l’hôtel Zuiderzé-Mejmezoigne que je suis descendu (ou plutôt monté puisque ma chambre se trouvait justement au sixième étage) et que j’y occupais l’appartement 606 !

J’interroge Frida pour lui butiner ce qu’elle a esgourdé dans sa cafetière-informatrice. Elle me bonnit comme quoi deux hommes se sont pointés pour demander après un Français qu’elle a oublié le nom ; le concierge leur a répondu que le dividu en question piogeait au 606 mais qu’il devait dormir. Les gars ont répondu que « Merci bien, on repassera. » En loucedé, d’après un groom, ils ont grimpé en empruntant l’escadrin. Un touriste jap au nez les a vus enfoncer la porte de la piaule 606 d’un double coup d’épaule exécuté en duo et balancer un projectile dans la pièce, après quoi, ils se sont taillés à une allure dingue pendant qu’une fantastique déflagration déguisait la chambre en ruines.

Quelque chose me turluqueutant, je saute du lit de l’aviateur (où sa dame s’envoie en l’air) pour aller palper mes poches. J’y trouve la clé de ma chambre d’hôtel. Hier, lorsque Mathias m’a tubé de le rejoindre, je me suis tellement manié le train que j’ai omis de la déposer sur le rade du concierge et c’est cet oubli qui a donné à croire ce matin au préposé que je me trouvais dans mon plumzigue.

J’ai un élan de gratitude pour la Providence qui m’a donné une gueule et une bitounette de séducteur ; car si je n’avais pas séduit la mère Frida hier soir, à l’heure où je te raconte je ne serais plus qu’un petit tas de cendres mélangées à de la laine carbonisée.

Ma belle hôtesse me sert du café en chantonnant.

Les gerces bien vergées ont le cœur aussi en fête que le prose, j’ai toujours remarqué.

Je le lui caresse (pas le cœur, le prose) avec reconnaissance tandis qu’elle me sucre. Dans mon job et avec ma vocation de tendeur, je me fais des tas de maîtresses-Kleenex, j’entends par ce mot composé les femmes d’une troussée dont on prend à tout jamais congé d’un patin distrait. Celle-là, bon, je vais la mouler comme les autres, en lui réservant toutefois un petit coinceteau discret dans ma mémoire. Chevaline, un peu grenadière, mais comment elle te m’a ravaudé le destin, la mémé ! Je lui revaudrai ça à l’occasion, espère ! Tiens, si je lui accordais un petit coït d’honneur avant la séparade ? La troussée du matin, celle qu’arrête pas le pèlerin ? Gentille, pas alambiquée, presque amicale. Early morninge la baisade en camarades, au petit train, si tu vois. Qu’il est pas question d’interpréter Roméo et Juliette, Paul et Virginie, Roux et Combaluzier, Tristan et Yseut, Rivoire et Carret, que non ! Une simple tringlée de copains. Cousins, cousines. Une dégorgeance printanière, entube bien tour d’honneur. Une fredaine quasi matrimoniale, manière de la remettre dans le droit chemin, la préparer au retour de son pilote migrateur.

Ça se passe cordialement. On se marre presque, c’est te dire, alors que l’amour, merde, je la prends au sérieux, comme dit Béru. Aimable enfourchement en guise d’au revoir. Après ça, la douche s’impose. Elle confectionne des saucisses grillées, des œufs frits, des jus d’orange. Reconstituants. Bonnard ! Merci, Frida. Que la vie te soit légère. Encorne pas trop le pilote hors ligne. Garde-z’en pour lui. Il a droit au septième ciel, lui aussi.

Je me casse guilleret, après l’avoir déposée à son arrêt d’autobus.

Une gentille fumelle, peu compliquée.

A présent, ça va devenir délicat. J’ai bouffé mon cul blanc le premier, gars. Pour manœuvrer faudra garder les yeux rivés sur les instruments de bord.

Escale dans un bureau de poste. J’obtiens le Dabe rapidos.

— Mathias m’a remis la confession de cette bonne femme, commissaire, on va essayer de négocier avec ça, mais vous savez : ce n’est en fait qu’un témoignage écrit. Si votre témoin n’est pas à disposition pour confirmer, ou s’il se rétracte, on est Gros Jean comme devant.

— Pas tout à fait, le document contient des informations capitales ainsi que des noms importants.

Il ronchonne.

— Mouais, mais ça n’est pas de la tarte, vous le savez bien. Et ce qui complique les choses c’est que ce sac à vinasse de Bérurier s’est évadé de l’hôpital.

Je bondis.

— C’est sérieux, patron ?

— Comment ça, si c’est sérieux ! Vous m’avez déjà entendu plaisanter avec le travail, San-Antonio ?

— Racontez !

— Il a été opéré d’urgence. On lui a extrait la balle qui s’était logée sous son omoplate. Quatre heures après l’intervention, au beau milieu de la nuit, l’animal reprenait ses esprits, neutralisait l’infirmière ainsi que le policier chargé de surveiller le couloir et se débinait.

Le Dabe soupire et ajoute avec une pointe d’admiration au milieu de son mépris :

— Il faut le faire, hein ?

Un grand rayonnement de joie intérieure me transforme momentanément en ostensoir éclairé par un projecteur.

— Oui, il faut le faire ! reprends-je. Intervenez en sa faveur, monsieur le directeur, pour obtenir de nos confrères néerlandais qu’ils ne le flinguent pas comme un garenne s’ils l’aperçoivent.

— Vous en avez de bonnes, mon vieux ! Intervenir, intervenir, ils commencent à trouver que nous leur pompons l’air, les braves gens ! Nous allons faire les zouaves chez eux, et ensuite on leur demande de ne pas s’en formaliser !

Pour l’arracher à ses bougonnades, je lui raconte l’attentat auquel je viens d’échapper à l’hôtel.

— Dites, ils n’ont pas perdu de temps pour vous identifier et vous retrouver.

— Les sbires de feu Hans Bergens m’ont reconnu lorsque je les ai soporifiés.

— Prenez garde à vous, mon ami, vous devriez essayer de rentrer par la route, vous passeriez davantage inaperçu. Profitez de ce que l’on vous croit mort pour filer !

— Telle n’est pas mon intention, patron. Je n’ai pas encore rempli ma mission. Vous m’avez demandé de revenir ici pour découvrir ce qu’ils attendaient de Bérurier, or cela nous l’ignorons toujours.

— Ce que vous avez appris est déjà important, déclare le Dabuche.

— Mais ne répond pas à votre question initiale, monsieur le directeur. Or je ne suis jamais rentré bredouille des safaris où vous m’avez envoyé.

Il soupire.

— Laissez tomber. J’annule cette mission : je ne la sens pas.

— Alors je vais la sentir pour vous, patron.

— Vous avez un plan d’action ?

— Parfaitement.

— Dites un peu.

— La fille dont j’ai obtenu la confession met en cause un haut personnage de l’Etat hollandais ; je vais rendre visite à cette personnalité.

— C’est se loger dans la gueule du loup, San-Antonio ! se récrie le boss.

— Elle constitue parfois un refuge, patron. Auparavant, je vais prendre mes précautions.

— A savoir ?

— Ce rendez-vous, c’est vous qui allez le solliciter pour moi.

Il en est soufflé, Pépère.

— En somme, vous me donnez des ordres ? résume-t-il.

— Non, monsieur le directeur, j’implore votre caution.

Il y a un nouveau silence.

— Vous êtes un drôle de corps, San-Antonio ; Mlle Zouzou me le faisait remarquer hier au soir et c’est une fille qui a de la jugeote, vous savez ! On ne la lui fait pas, à elle !

« Non, certes, me dis-je : on ne la lui fait pas ; par contre on le lui fait. »

— Alors c’est dit, vous faites le nécessaire tout de suite, n’est-ce pas ? Je me présenterai chez le personnage dans une heure. En attendant, je vais tenter de retrouver Bérurier.

Et je raccroche.

Avant de quitter ma cabine, je me mets à siffler Roses de Picardie. J’ai toujours un même air dans la tronche, des années durant. J’ai « fait » toute mon adolescence avec O sole mio. Ensuite, beaucoup plus tard, je me suis filé dans le cigare un succès de Sinatra dont j’ai oublié le titre, mais ça fait « Ti lali tala tala lalère », tu vois ce que je veux dire ? Depuis quelques mois, c’est Roses de Picardie. Me rappelle plus où je l’ai contracté. Le générique de l’Eté meurtrier, me semble-t-il. Ou bien une cassette de Montand… Mais à tout bout de champ ça serine en moi : « Souviens-toi, ça parlait de la Picardie et des roses qui naissent là-bas ».

Marrant, non ? A Amsterdam, plongé dans le chaudron d’huile bouillante d’une dangereuse affaire je siffle Roses de Picardie. Sans quitter la cabine alors qu’une vieille morue néerlandaise, poudrée blanc comme un verger de printemps, avec des mistifrisettes et un regard courroucé attend que je dégage pour appeler sa vieille amie Margret.

Béru en fuite ! Son Excellence en décapilotade jouant les outlaws dans une ville où, quelques jours auparavant, le chef du protocole venait l’accueillir à sa descente d’avion ! La vie est cocasse, moi je dis. Bourrée d’imprévus jusqu’à l’oigne.

Il ne sera pas retourné cette fois-ci chez la pute franchouillarde où il s’est fait ramasser. Alors ? L’ambassade de France ? Pas son genre d’aller quémander asile, l’artiste. Péquenot, donc fier.

Attends, je gamberge… Alexandre-Benoît, vous êtes avec moué ? Je me biche les tempes à deux mains, ferme les yeux. J’en sais pas suffisamment sur sa fuite, le Gros. On venait de l’opérer, il devait être en tenue d’hosto, et ses fringues civiles ne se trouvaient plus à sa portée. Alors…

La vieille dame aux frisures toque à ma vitre et me fait « Grrohoum gringggzzz », sa face pierrotte collée à la vitre. Un vrai fantôme, Milady ! Roncharde, la douairière. Je porte mes deux mains à ma braguette et souligne le renflement des bontés divines dont j’ai bénéficié. Offusquée, elle ouvre grand sa gueule sur un cri muet. Elle a la langue chargée comme un boat people.

Je chope l’annuaire du bigophone pour dénicher le numéro du consulat général de France. Au diable la varice, comme disait un spécialiste du système circulatoire, c’est le consul en personne que je demande. Ma qualité et mon grade font qu’il me « prend » immédiatement. Un homme très bien, dynamique, la voix jeune. Je lui expose mon problème. Ne quittez pas, commissaire. J’attends. Dehors, la vieillarde a rameuté des gens disponibles et me désigne à la vindicte publique. Peut-être que Je vais me faire lyncher en sortant, non ?

Le consul m’annonce que le « meurtrier » de l’armateur Bergens se trouvait à l’hôpital Schodpiz, bâtiment « C », second étage, salle des soins intensifs « Y L ».

Merci du renseignement.

Plus que trente minutes avant de me rendre chez l’homme en place que m’a balancé Elsi Van Tauzensher. Tant pis si je suis à la bourre. Béru d’abord !

Je franchis la porte peinte en un beau vert épinards dégueulés. Toujours avoir l’air déterminé quand on s’introduit dans ces lieux surveillés. Je vais d’un pas pressé à l’ascenseur, m’offre un billet pour le second étage. Le couloir, lui, est d’un vert cadavre plus velouté que celui de l’entrée, très large, avec un personnel affairé. On pousse des épaves sur des chariots. De mignonnes infirmières seulement vêtues de leur blouse (pas toujours boutonnée entièrement) trottinent silencieusement. Des toubibs compassés compassent, avec des assistants frétillants à leurs chausses. Je retapisse bien les lieux. Les chambres, le bureau des infirmières, la pharmacie, la tisanerie… La pièce des soins intensifs, marqué « Y L ». Il est parti de là, le Mammouth.

Je crois le voir, le torse bandé, cul nul, avec sa toison naturelle pour tout vêtement. Y a fallu qu’il s’arrache les aiguilles des veines, le gueux ! Increvable, pis que Raspoutine, mon pote ! La créature du cher docteur Frankenstein, né de la matière inerte et qui part en déambulance. Il a « neutralisé » l’infirmière dans un premier temps. C’est quoi « neutraliser » ? Ensuite, il s’est « occupé » du flic en faction dans le couloir. Il n’y avait donc personne en circulation à ce moment-là. Et après, il a comporté comment, mon gros larduche ? Toujours à poil, pansé, trébuchant sous l’effet de la douleur et des médicaments en vadrouille dans ses tuyaux. Tu l’imagines, longeant tout le couloir, descendant les deux étages, traversant le hall des entrées et passant devant le box d’accueil ? Impossible ! Alors il y a autre chose. Et moi, je devine d’un seul coup d’un seul la vraie vérité. « On l’a enlevé, Pépère. » Il a beau être un roc, voire un auroch, il ne lui était pas possible, quatre heures après une grosse intervention, d’accomplir tout ce circus.

Drogué à bloc, mal sorti des vapes, affaibli par une forte hémorragie, il n’a pu avoir raison du poulet chargé de le surveiller. King Kong, je veux bien, mais avec des limites. Et puis tu conçois qu’il ait pu se casser avec les pouces dans le prose, à défaut de poches ?

Ce que je regrette de ne pouvoir interroger le personnel ! Encore que ça ne m’avancerait pas à grand-chose, celui du jour n’ayant rien à voir avec celui de la nuit. Machination ! On a profité des effectifs réduits pour venir le ramasser, mon Jumbo, On l’aura évacué à l’aide d’un chariot par les sous-sols. Il suffisait d’avoir les témoignages d’une infirmière et d’un poulet. Fausse infirmière ? Faux poulet ? Probablement.

Rageur, je m’esbigne.

Je suis impuissant. Le morceau est trop gros pour mes quenottes françouaises. Ici, je suis paralysé.

Je fonce jusqu’à la file de bahuts stationnés devant l’hôpital. Jette l’adresse du personnage compromis par le témoignage de mam’zelle Elsi Van Tauzensher. Elle est brève : « Hôtel de Police ! » La Volvo s’effraye un passage à travers un flot dense de cyclistes. Ce qu’ils locomotionnent à deux-roues, les Pays-Bassistes ! Je veux bien que leur bled est nivelé comme un plat d’offrandes, ça n’empêche qu’ils chialent pas l’huile de genoux, les blondasses, souquant des cannes comme des galériens pour faire avancer leurs grosses bécanes noires sur les pavetons. Guidon à guidon, roue dans roue, ils constituent un immense et sombre peloton qui rappelle un peu le départ du Tour, au petit morninge des étapes peinardes.

Partout que tu vas dans les grandes villes, c’est le même enlisement. Plus la vie va rapidement, plus les déplacements sont durailles. On perd sa jeunesse et, qui piset, sa vieillesse pour se rendre d’un point à un autre. Heureusement que l’informatique permet de plus en plus de rester chez soi. Bientôt personne décarrera plus de sa boutique. On se terrera dans son alvéole, à balancer des messages, des données, des coderies en tout genre. On gagnera son bœuf avec son ordinateur, on se reproduira grâce à lui, on vivra de lui et par lui, tu verras. L’existence sera plus qu’une mémorisation de la vie. Y aura même plus mèche de se branler : on n’aura plus de bite.

Mon taxi driver se range en triple file dans une voie houleuse où grouillent les voitures de police. Il me désigne un vaste bâtiment de béton et verre fumé, neuf mais déjà patiné par la pollution.

J’y plonge. Un peu terrifié à l’idée de prendre d’assaut (comme dit Marcel) cette place forte, mais mon appréhension est injustifiée car tout est vachement balisé dans la grande taule d’Amsterdam. Un vaste hall rappelant celui de l’hosto, avec, au centre, une bulle vitrée qui ressemble à la coupole d’observation du mont Palomar (dont le télescope a 5 mètres d’ouverture, comme me le rappelait l’autre soir l’aîné des frères Lissac). Cette coupole est ponctuée de guichets derrière chacun desquels tu as une préposée en uniforme bleu et taches de rousseur jaunes. Ces dames disposent toutes d’un clavier et d’un écran récepteur rappelant ceux des compagnies aériennes (section enregistrement).

Je me dirige vers une lucarne libre. S’offre à moi une bouille pas baisante, toute en grandes dents excluant mes rêves de fellation les plus impétueux. La demoiselle a dépassé la trentaine à tombeau ouvert, sans marquer le stop, et braque d’autant plus aisément son regard sur moi qu’il est affligé de strabisme tout ce qu’il y a de convergent.

Je tente de la désamorcer avec mon regard 28 bis, celui qui figure sur mon manuel du parfait dragueur à la rubrique « Enjôlage d’une pécore rébarbative » ; mais il reste inopérant. Je risque alors le 29, puis le 30, mais c’est du kif, d’où je conclus : soit que cette péteuse est aveugle, soit qu’elle est de sexe contrarié.

J’allonge ma brème par sa lucarne.

— Je suis un collaborateur du chef de la police parisienne, lequel a dû prendre un rendez-vous pour moi auprès du directeur Hieronymus Krül pour une affaire de la plus haute importance.

Le dragon avance des griffes interminables sur ma carte, l’empare, la dépose devant lui et se met à frapper, très vite, sur son clavier.

Qu’ensuite il guette le résultat, comme un croupier songeant à ses hémorroïdes en attendant que s’immobilise la roulette qu’il vient de propulser. Je poireaute en risquant cette fois mon sourire 56, celui qui est réservé exclusivement aux aliénées réputées dangereuses.

Elle n’y prend pas garde.

Un bruit soyeux se produit et la gorgone concentre son attention sur son cadran. Elle me parle enfin :

— Quatrième étage, couloir A, porte 17.

Je lui virgule une courbette.

— Mille mercis, jolie mademoiselle. Vous savez, il ne faut pas vous tracasser, comme l’on dit chez moi : on n’a que l’âge de ses jarretières.

Dans un pullulement de poulets, je me rends au bureau indiqué. Il est moderne mais plutôt modeste, pas du tout ce qu’on envisage pour un big boss de la Rousse.

Un officier de police en bras de chemise fume un cigare dégueulasse dont il chasse la fumée avec la main pour pouvoir prendre connaissance du dossier étalé devant sa bedaine full of beer.

Il se dresse à mon entrée et hoche la tête. Un malgracieux, cézig, tu peux le chatouiller sous les testicules avec une plume d’autruche tout en l’assurant qu’il est la huitième merveille du monde, il conservera toujours son expression de chiotte bouchée.

— Capitaine Van Dhäl, se présente-t-il, ravi de faire votre connaissance, monsieur le commissaire.

Il parle un bon français, un peu guttural. Accent gestapiste. Et son expression est aussi avenante que celle du gars qui faisait macérer mon ami Samuel dans une baignoire pleine d’eau et de volts.

Le capitaine me désigne un fauteuil en tubulures chromées auquel je confie le contenu de mon pantalon.

Il attend et j’attends, si bien que nous attendons tous les deux. A la fin, comme je ne me décide pas à brancher ma sono, il dit, assez rogue :

— Eh bien, je vous écoute, commissaire ?

Sourire angélique dudit.

— Je suppose qu’il y a eu une erreur dans les transmissions, fais-je, c’est à votre directeur, M. Hieronymus Krül, que je dois parler.

Mon vis-à-vis balaie de la main la cendre de cigare qui vient de choir sur sa limouille.

— Il m’a chargé de le remplacer car actuellement il préside une conférence.

J’opine.

— Alors j’attendrai la fin de celle-ci car je dois lui parler en main propre[11].

Mon électrocuteur tire sur un coin de sa bouche et son mégot de cigare se met à pendouiller comme une quéquette de vieil Annamite (phalloïde).

— Vous risquez d’attendre longtemps : elle vient seulement de commencer.

Toujours mon désarmant sourire de prince consort gardant en point de mire le cul de son épouse régnante.

— La patience fait partie de notre profession, capitaine, ça n’est pas à vous que je vais l’apprendre. Sans elle un flic ne peut réussir. Comme je ne veux surtout pas vous importuner, je vais attendre dans le couloir où j’ai remarqué des chaises qui m’ont l’air confortables.

Je me lève et gagne la porte. Il commence à suer, le gros lard. Il arrache de sa gueule tordue cinq centimètres de merdouille brune enrobée de bave et mugit :

— Hé ! commissaire, un instant !

Me retourne.

— Oui, capitaine ?

— Vous auriez meilleur compte de repasser cet après-midi.

Je plante deux mètres dix de regard intense dans ses vasistas crapauteux.

— Cet après-midi, j’ai rendez-vous avec la presse et il est capital, je dis bien : capital, que j’aie auparavant un entretien avec M. Krül.

Il erre dans une sorte de no man’s land de l’esprit, à la fois emmerdé et perplexe, rageur aussi, mais en sourdine.

D’un geste d’acupuncteur, il plante son reliquat de cigare dans un gros cendrier de métal.

— Asseyez-vous ! grogne l’ours mal léché (s’il l’était mieux, il aurait meilleur caractère).

Je me redépose dans le fauteuil chromé.

— Attendez-moi là, je vais voir ce qu’on peut faire, déclare le capitaine Van Dhäl en décrochant sa veste d’uniforme du portemanteau où elle se reposait.

A cause de son embonpoint ça lui pose autant de problos que s’il s’agissait d’une tenue de scaphandrier. Il finit par se harnacher tant mal que bien sans omettre un seul bouton et sort en claquant la lourde.

Le fils unique et préféré de Félicie prend alors une pose détendue devant l’œilleton du système vidéo dont la pièce est pourvue. Mon petit doigt de pied me souffle qu’on m’observe et je tiens à donner de moi une idée qui me soit avantageuse. Je fais dans le relax. Le gazier sûr de soi et dominateur, comme disait le Grand Colombin de mes deux (étoiles). Je pousse même la décontraction jusqu’à sortir mon petit canif Piaget avec lime à ongles pour me rogner les griffes, du temps que je suis seulabre.

Au bout d’un moment, le capitaine revient, l’œil terne, le front plissé, son gros pif agité de petits soubresauts nerveux.

— Dès qu’il y aura une pause, le directeur vous verra entre deux portes.

— C’est très gentil de sa part, capitaine. Je dirai au président de la République française de quel esprit de coopération vous faites montre à l’égard de la police française.

Il me mate en biais.

— Vous avez des contacts avec votre président ?

— Moi, oui. Disons que je jouis d’un statut particulier. Je suis rattaché à l’Elysée, en quelque sorte. Le président est un homme qui a ses têtes. Il tient à un certain style et à des habitudes, c’est humain, presque hygiénique.

Vingt minutes plus tard, Van Dhäl me pilote lui-même jusqu’au saint des saints.

Le bureau de Hieronymus Krül pourrait être celui d’un gros P.-D.G. d’une société aéronautique. Vachement design, comme on dit en français. Vaste, clair, d’un luxe très moderne. Il y a même quelques sculptures absconnes sur des cubes d’acier et des tableaux peints à la lampe à souder.

— Installez-vous, m’ordonne le capitaine, M. le directeur va venir dans un instant.

Qu’à peine il achève, la porte du fond s’ouvre sur un bonhomme peu banal. Ce qui te court-jute la rétine avant tout, c’est la couleur de ses tifs comme on dit en Algérie[12]. Il est d’un blond d’or en fusion, si vif, si lumineux, qu’il éclaire la pièce. Tu ne vois que ça. Sa chevelure t’éblouit comme le ferait un spot braqué en plein dans ta poire. Cette ardente blondeur paraît d’autant plus intense que le visage de l’homme est d’une pâleur extrême. Des lunettes sans monture accroissent encore sa blafardise. De même que ses yeux d’un bleu délavé embusqués derrière. Il a un petit nez très pointu, une toute petite bouche en anus de jouvencelle, des traits rectilignes. Ses oreilles roses font songer à celles d’un clown blanc.

Que te dire encore du personnage ? Ben non, ça suffit, hein ? On ne va pas le passer au scanner, cézigue pâteux. Ah ! si, plus que deux choses : son âge, la quarante-cinquantaine, et sa mise, noire, stricte.

Il me prend les mesures de son côté à l’aide de son bodygraphe mental, me situe dans les tapageurs fiers-à-bras téméraires. Me salue d’un bref mouvement de tête et me désigne un fauteuil en cuir blanc face à un autre tout pareil. Nous prenons place silencieusement comme deux tagonistes avant une prestation télévisuelle.

De la main, il congédie le capitaine Haddock.

Ses genoux sont serrés, kif ceux d’une marquise dans un salé de thon[13]. Il a les coudes à l’équerre et ses mains blêmes croisées horizontalement à hauteur de sa poitrine.

— Parlez-vous allemand ? chuchote-t-il d’une voix onctueuse.

— Mal, monsieur le directeur, et seulement lorsqu’il n’y a vraiment pas moyen de faire autrement.

— Alors anglais ?

— Avec plaisir.

Il approuve, puis il murmure dans la langue de William Churchill[14] :

— En ce cas, je vous écoute.

Achtung ! Gefahr !

Un type pareil est plus redoutable que le S.I.D.A. Lui, pas besoin de le sodomiser pour qu’il ravage les existences. D’un seul coup d’un seul, je me dis que la mère Elsi ne m’a pas berluré quand, au plus intense de sa terreur, elle m’a balancé l’étincelant. C’est du reptile hautement venimeux que messire Hieronymus, du cobra surchoix, mâtiné serment pinute. Un regard comme celui qu’il me darde, l’aminche, j’en ai rarement subi. Beaucoup de commak et tu te lances dans la digitaline à fond la caisse ; l’absorbes par bombonne (ou bonbonne, au choix, l’essentiel est qu’elle soit pleine).

— Je suppose que vous avez dû recevoir une communication de votre homologue français, monsieur le directeur ? commencé-je.

Sables mouvants. Canne blanche ! Ce que je me sens mal à l’aise !

Il hoche la tête.

— Mon secrétaire m’a parlé de la chose en effet ; à vrai dire j’ignore ce dont il s’agit. Simplement, M. le directeur de la police parisienne nous informait de votre visite. Que puis-je pour vous ?

Impénétrable, pis que la rosière du village ! Alors bon, on va pas se mettre à tresser des paniers d’osier ou à confectionner un gâteau de riz, non ?

— Il s’agit de l’affaire Hans Bergens, je déclare, en soutenant ses lotos (qui peuvent ne pas me rapporter gros, à la manière dont s’engagent les pourparlers).

— En quoi vous concerne-t-elle ?

— Elle met en cause notre ancien ministre de l’Intérieur, M. Alexandre-Benoît Bérurier, lequel a été blessé par un policier de l’aéroport, comme vous n’avez pas pu ne pas l’apprendre.

— Effectivement, celui-ci a eu le réflexe de tirer sur un meurtrier en fuite ; je suppose que ce genre de chose doit se produire également en France ?

— M. Bérurier n’est pas un meurtrier, mais une victime. Il a servi de bouc émissaire dans un règlement de comptes entre magnats hollandais du crime.

L’homme aux cheveux lumineux articule posément, sans cesser de me fixer jusqu’à l’orée de mon slip :

— Votre point de vue diffère totalement du nôtre. Et comme c’est la police d’Amsterdam qui conduit l’enquête…

— Je suis en possession d’un document prouvant que je dis vrai, monsieur le directeur.

— Qu’appelez-vous un document ?

— Le témoignage olographe de la secrétaire de feu Hans Bergens. En voici une photocopie. Je vous signale que l’original se trouve en possession des autorités françaises.

Je lui présente la confession nocturne de miss Van Tauzensher. Il le saisit d’un geste calme, du bout des doigts, comme tu ramasses un papier-cul usagé tombé à côté de la lunette.

Le lit attentivement, puis le lisse (dans la vallée) avant de me le rendre.

— C’est pour me montrer cela que vous avez interrompu ma conférence, monsieur ?

Flétrisseur, le bougre ! Ecœureur ! A le voir comporter, on a envie d’aller se dégueuler dans le premier canal venu.

— Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais Mlle Van Tauzensher vous met en cause, monsieur le directeur. Elle vous accuse de collusion avec Hans Bergens dans un trafic de drogue international et prétend que c’est vous qui avez fracassé le crâne de l’armateur après le départ de Bérurier. Elle précise même avoir surpris une conversation téléphonique que le de cujus aurait eue avec vous la veille de son assassinat, conversation au cours de laquelle vous l’incitiez à faire venir d’urgence Bérurier. Ce qui indiquerait la préméditation. La mort de Bergens était décidée et on avait trouvé cette grosse poire française pour porter le chapeau, si je puis dire, et je le puis.

Mon vis-à-vis ne bronche pas d’un muscle, pas d’un poil, pas d’un cil.

— Je devrais vous faire mettre en état d’arrestation, commissaire, déclare-t-il paisiblement, pour répondre aux très graves accusations que vous portez contre moi en utilisant une déposition arrachée à une malheureuse femme par la violence.

Il se lève, va ouvrir un tiroir de son bureau et s’empare d’un papier qu’il m’apporte.

— Voici la plainte que Mlle Elsi Van Tauzensher est venue déposer cette nuit à l’hôtel de police, accompagnée de deux de ses collègues de bureau, eux aussi victimes de sévices de votre part.

Alors là, mon pote, j’en mène pas plus large qu’un signet dans une bible. La méchante recuite me biche. Je vois se projeter la catastrophe. Il avait raison, Achille : sans confirmation verbale du témoin, sa pseudo-confession ne pèse pas lourd. J’ai eu tort de l’encorner, le Vénérable : il est plus intelligent que moi ! On ne devrait jamais limer les gerces de ceux qui nous dominent !

— Pardonnez-moi, je ne lis pas encore le néerlandais, trouvé-je la force de répondre, je me promets de l’apprendre incessamment, de même que le braille et le sanscrit, mais pour l’instant il reste pour moi lettre morte.

Un homme de fer, Hieronymus Krül, qu’en comparaison, la mère Tate-chair est ramollie comme un vieux Tampax venant de faire sa période militaire. Il coiffe toutes les situasses et tous les mectons avec un brio hallucinant, le big boss. Pour l’empailler, faut être sorti de la faculté d’Enrire. Mais que s’est-il passé après que la mère Elsi m’eut signé confession ? Elle a pigé que, dorénavant, après un tel coup d’arnaque à ses potes, le monde deviendrait trop petit pour garantir sa santé. Alors, elle a essayé de faire face en allant s’affaler auprès d’eux comme quoi je l’avais martyrisée pour lui arracher des confidences. Les deux julots que j’ai envapés dans leur tire ont dû la décider à porter le pet. Une fois prévenu, Krül leur a fait signer une plainte pour voies de fait. Soyons objectifs : il me tient.

M’ayant repris le papier, il me le traduit brièvement. Incontestable, je l’ai dans le baigneur ! Peaufiné tout plein, le papelard. Avec un document pareil dans les pattoches, je pige mal qu’il ne m’enchriste pas illico, le gnard aux cheveux d’or. S’il renonce, c’est uniquement pour pas que soit livré au gros public mon papelard à moi ; car tu connais le vieil adage (pas confondre avec l’Adige cher aux amants de Vérone) ? Quand t’es traîné dans la merde, même si tu te disculpes, il en reste toujours quelque chose, ne serait-ce que l’odeur !

Hieronymus me laisse sonder la fosse septique d’un air sceptique.

— Compte tenu des bonnes relations que nous avons toujours entretenues avec la police française, reprend-il, je vais me contenter de vous faire expulser séance tenante.

Il décroche son biniou et néerlande deux trois trucs.

Le capitaine Fracasse revient, avec sa barrique de bière dans son pantalon et sa trogne de lèche-cul qui ne se rince jamais la bouche.

Nouvel échange dans ce bas patois pour pays situé au-dessous du niveau de la mer. Le capitaine opine, servile ganache ventrue.

— Venez ! m’enjoint-de-culasse-t-il.

Je le suis dévotement, sans prendre congé de l’horrible blondinet.

Dans ma boîte à rêves ça fermente tant si fortement que de la fumaga me sort des narines et p’t’être bien des oreilles aussi, sans parler de l’anus que je peux moins contrôler de par sa position.

Expulsé comme un malpropre ! Et Béru ? Et le mystère ? Je dois tout laisser quimper ?

Le capitaine Van Dhäl remue lourdement ses compas en direction de la sortie. On marche vers le parking de l’hôtel de police où des tires rutilantes sont alignées, bien fourbies par des pandores désœuvrés.

L’officier interpelle un chauffeur inactif. L’homme s’empresse.

— Montez ! m’ordonne le gros.

Je prends place dans une Saab (d’abordage) bleu marine. Le gros sac me rejoint et le malheureux véhicule se met à donner de la gîte.

On décarre aussi sec.

Les rues d’Amsterdam défilent. Des vitrines pimpantes, des quais romantiques, des façades du dix-septième cercle, tout ça. Et puis alors : vélos, bicyclettes, bécanes, vélos, vélos, à en prendre une indigestion de rayons.

Moi, je mate les roues noires en action.

Je pense :

« On m’expulse ! Je l’ai dans l’oigne. C’est fini pour le Gros, fini pour la vraie vérité ! Echec et tarte, l’Antonio ! Fabriqué guignol ! Pomme à l’huile rance ! Noix vomique ! La Hollande le pond comme un colombin. C’est un piteux, un chou paumé, un furoncle incisé ! Il appartient à la race des sous-merdes ! Finito, le bel Antoine ! Crêpe suzette, le langoureux.

J’éternue. Porte la main à ma fouille pour y chercher un mouchoir. Y découvre ma tabatière ancienne dans laquelle je trimbale toujours du poivre moulu. Faut pas croire, mais c’est pas fastoche de filer un nuage de poivre dans les prunelles de son voisin de bagnole. Si tu n’es pas ultra-paré pour la manœuvre, t’en écopes autant que ta victime. Reusement, j’ai potassé l’exercice à tête reposée, comme disait Louis XVI.

Tout va très vite. J’ouvre le couvercle de la tabatière dans ma fouille et dégage la petite boîte de mes profondeurs. Qu’en même temps, mon autre main se pose sur la poignée de la portière. On atteint un carrefour populeux. Notre chauffeur ralentit. Moi : tzouc ! tzouc ! Le poivre emplit les yeux couleur de rubis de mon mentor et la porte brusquement ouverte bée. Je me jette à l’extérieur sans refermer. Un cycliste m’emplâtre et choit. Je le dévélote d’une bourrade, acalifourchonne sa monture et m’attaque au record de l’heure, toujours détenu par Moser, je crois ?

En deux minutes je me trouve hors d’atteinte. La tire de police crée un bouchon spontané. M’en soucie peu.

Et même pas du tout.

La tête en avant, les épaules enveloppant mon buste, j’actionne le pédalier comme un enragé.

X

JE FAIS DU VÉLO, DU RODÉO, DES DÉCOUVERTES

Tout en fonçant à travers la circulation, je m’enrogne. « Tu viens de faire du joli, l’artiste ! Cette fois, te voilà homme traqué à ton tour. Après Béru, disparu de l’hosto, c’est à ta pomme de chiquer les outlaws. »

Voies de fait sur un capitaine de police, vol de bicyclette… Plus, bien sûr, le « dossier » explosif que brandit Hieronymus Krül, ce Machiavel aux cheveux d’or, s’il me repique, je suis assuré d’aller moisir dans les geôles néderlandaises.

Où vais-je ainsi, dressé sur mes pédales, comme le cher Roger Peyrefitte quand il fait la tournée des papotes ou la fouinée des tapettes ?

Je fuis.

L’homme en fuite est celui qui vit le plus parfaitement son présent puisqu’il conjugue toutes les forces vives de son individu à l’accomplissement de la seule chose désormais importante pour lui qui est « d’aller ailleurs ».

Donc, je vais ailleurs, le plus rapidement possible, compte tenu de mon mode de locomotion.

Et voici brusquement que ma vélocité vélocipédique est stoppée par un obstacle d’autant plus redoutable (de ping-pong) qu’il est mobile également et contondant : une bagnole. Pas le temps de piger, je suis à terre, à me ramoner la gueule sur le pavé d’Amsterdam. Sonné !

Ma perception est altérée par l’impact comme un ivrogne par de la morue mal dessalée. Je remue avec une gaucherie de crabe à la renverse. Quelqu’un me saisit la pince et me hale. J’ébroue, regarde. J’avise beaucoup de choses simultanément : une Volkswagen décapotable blanche dont je viens de défoncer l’aile avant gauche. Une femme blonde vêtue d’un pantalon gris et d’un blouson de daim noir. C’est elle qui tire sur ma main.

— Vous me faites mal ! geins-je.

— Vous êtes français ? demande-t-elle en français.

Elle a un accent délicieux. Charmante bonne femme : pas fardée, aux manières brusques, au regard décidé, presque insolent, à la voix autoritaire.

— Quelque chose de cassé ?

Je visionne le vélo qui ressemble à un sac de « 8 » majuscules qu’on viendrait de vider sur la chaussée.

— La bicyclette, ça oui, je crois.

Je me lève et essaie de remuer.

— Pour le reste, parlons seulement de meurtrissures.

— Vous avez la figure en sang. Je vais appeler un policier pour dresser un constat.

— Non, laissez, ça n’en vaut pas la peine, m’empressé-je.

— Qu’est-ce que vous racontez ! Votre visage n’est plus qu’une plaie ; il faut vous conduire à l’hôpital.

Des gens se sont attroupés, qui nous regardent en échangeant des propos. Je sens que si je ne mets pas les adjas dans la seconde qui suit, il m’arrivera tellement d’emmerdes que je pourrai en distribuer autour de moi et en conserver suffisamment pour me faire chier jusqu’à la fin de mes jours.

Alors, je joue mon va-tout.

Sortant ma brème de police, je la colle sous les yeux de la gentille tomobiliste.

— Je vous en conjure : pas de constat, pas d’hôpital, je suis en mission. Pouvez-vous me prendre un moment avec vous ? Je vous dédommagerai pour votre carrosserie.

Elle fronce les sourcils et me scrute. J’adore être scruté par une jeune et jolie fille.

— Montez, décide-t-elle. Mais, et votre vélo ?

— J’en fais cadeau aux éboueurs, assuré-je en traînant mon épave jusqu’au trottoir où je l’abandonne.

Elle roule en me lorgnant. Après la scrutance, la lorgnance s’impose. Ouvrant son sac à main posé entre nous, elle y prend un mouchoir.

— Commencez déjà à étancher votre sang. La pommette droite est très touchée.

Je tamponne mes plaies. Elles commencent à me faire chanter, espère. Une affreuse cuisance m’envahit la frite. Me semble qu’on balade sur mon physique de théâtre la flamme impétueuse d’un chalumeau oxhydrique.

J’abaisse le pare-soleil côté passager et m’examine dans le miroir fixé derrière. Pas chouettos, l’Antonio ! Je vais devoir me farder au mercurochrome pendant un bout.

— Il est indispensable de voir au moins un médecin, assure la jeune femme.

— Non ! réponds-je catégoriquement, je n’ai pas le temps de me dorloter, ni de me soigner, pas même celui de mourir.

— Ainsi, vous êtes le commissaire San-Antonio, murmure la conductrice d’une voix plaisante.

— Vous me connaissez ?

— Je viens de lire votre carte.

— Je veux dire : de réputation ?

— Bien sûr.

— Et vous êtes pays-bassesse ?

Elle plonge une nouvelle fois la main droite dans son réticule ouvert.

— Une confidence en vaut une autre, non ?

Elle me balance à son tour une carte qui me semble être de presse bien que rédigée en néerlandais (avec des frisons partout).

— Vous êtes journaliste ? m’ébaubis-je.

— Comme vous le voyez.

— Et vous vous prénommez Gerda ?

— Oui.

— Cette photo ne vous ressemble pas.

— Vous avez déjà vu des Photomaton qui vous font ressembler à l’original, vous ?

Elle range sa carte de presse.

— Maintenant, vous allez tout me raconter, n’est-ce pas ? Quand vous êtes journaliste et qu’un scoop défonce votre voiture, il faut en profiter.

— Logique, admets-je.

Et je loue le Seigneur qui a placé cette gentille pécore en travers de ma route. J’étais seul, démuni, traqué. Me voici deux, assisté par une frangine qui ne paraît pas avoir froid aux châsses.

— Vous connaissez ce chef de police qui possède des cheveux en or massif ?

— Hieronymus Krül ?

— Ja, Fraülein, qu’en pensez-vous ?

— Pas le plus grand bien. Il passe pour être très puissant et pour entretenir certaines relations avec le Milieu. On a bien essayé de le mettre sur la sellette, mais il est surprotégé et ce genre de tentative tourne court.

— Si j’apportais ma petite contribution aux vilains bruits dont il est l’objet ?

— Vous feriez probablement une bonne action, monsieur le commissaire, mais je ne nourris plus beaucoup d’illusions sur sa vulnérabilité ; Krül est un colosse qui n’a pas des pieds d’argile. Enfin, allons toujours nettoyer vos plaies chez moi, ensuite vous me raconterez votre histoire avec un verre d’aquavit en main pour faciliter les épanchements.

On sort de la ville, du moins du centrum, et on se paye le quartier résidentiel : des propriétés de rêve posées sur des engazonnements qui fileraient la diarrhée verte à un billard de concours.

In petto je trouve qu’une lueur de chance brille dans mon malheur. C’est bathouze d’avoir percuté la tire de cette mignonne. La Providence m’a à la chouette.

V’là Gerda qui stoppe face à une grille de fer forgé. Elle donne quelques coups de klaxon pour signaler son arrivée et un crabe, saboulé esclave, se pointe en claudiquant afin de déponner. Au-delà de la grille, l’est un parc avec des cèdres centenaires[15], de belles et larges allées bien dessinées qui décrivent de jolies courbes dans la prairie et puis, tout au fond, une grande et noble maison de briques roses, massive, au toit plongeant bas et avec des colombages par en dessous.

— C’est chez vous, ça ? fais-je, ébloui.

— J’habite chez mes parents.

— Et il fait quoi, votre papa ? Je doute qu’il soit rempailleur de chaises avec une crèche pareille.

— Négoce.

Mot sobre et percutant. Qui veut tout dire. Négoce. « Est commerçant toute personne qui achète avec l’intention de revendre en réalisant un bénéfice. »

On contourne la belle propriété, altière, pimpante. Derrière, le parc continue encore, plus touffu. Les allées se raréfient et les arbres changent d’espèce. On a droit à du bouleau (aux troncs argentés), à du sapin commun, à du chêne rugueux.

— Pour garder mon indépendance, je me suis aménagé un logement dans les communs, m’explique Gerda.

Je ne suis pas contre. Tu me connais ? Je songe déjà que pendant qu’elle nettoiera mes plaies j’aurai les mains libres. Ça m’est souventes fois arrivé, la douce infirmière, debout entre mes jambes, réparant mes gnons et autres ecchymoses, délicatement, tandis que mézigue, non moins délicatement, je lui glisse la paluchette dans l’entre-deux.

Je sens que ça promet. Il y a un côté pas bégueule chez cette frangine qui me laisse bien augurer de l’avenir.

Les communs dont elle parle ne sont pas si communs que ça. Figure-toi une construction d’un seul niveau, toit de chaume et de blanc crépie. Une chaumière et un cœur, comme ils disent. Ils ont toujours des aspirations modestes, sauf que la chaumière, pour que le panard s’accomplisse bien, doit faire la couverture de Maisons et Jardins.

Ma gentille hôtesse remise sa bagnole sur le côté et m’invite à la suivre.

On entend les zoziaux dans les frondaisons, qui me font un baroud d’honneur avec leur ramage de Hollande.

C’est bucolique. Un sentiment de bien-être m’envahit, malgré mon visage abîmé et ma position inconfortable d’homme traqué.

Gerda tourne le loquet de la porte et pénètre dans un logis ravissant, pile ce que j’aime avec ses poutres apparentes, ses carreaux pain brûlé, ses vieux meubles cirés.

— Un nid d’amour ! m’exclamèche (d’amadou).

M’est avis qu’elle doit bien l’utiliser son pied-à-terre du fond du parc, la chérie pour y prendre son pied (à terre). S’y faire sabrer d’autor, Ninette !

Elle clôt la lourde derrière nous en un mouvement que moi, gambergeur comme tu me sais, j’estime prometteur.

J’entrevois déjà les délices de Kaput, les blandices des sens, la volupté éclairant le monde.

On se regarde dans le blanc des lotos. Va-ce être pour tout de suite ou seulement pour bientôt ?

Elle avance sa main jolie vers mon visage tuméfié. Caresse sanglante. Oh ! qu’elle est perverse, la Hollandaise ! Vampire, un rien ! Ça arrive. Y a des gens que le raisin fait mouiller. Je me rappelle un terrible accident, une nuit, sur la Côte d’Azur. Ça cramait partout, y avait un motocycliste avec la frite éclatée sur l’asphalte. Un grand type plongeait ses mains dans le magma glougloutant avec autorité, chiquant au toubib. Mais je voyais bien qu’il délectait, l’horrible. Cette façon de s’en foutre plein les paluches. Sadique. Des gens impressionnés le regardaient, croyant qu’il avait des compétences et essayait l’impossible.

Il était à genoux sur la route. Je me suis incliné sur son oreille et j’ai murmuré :

— Va prendre ton pied ailleurs, bougre de vieux sadique, sinon je te shoote en pleine gueule !

Il s’est relevé avec ses pattes draculesques.

Un grand, je le revois, avec des cheveux gris coupés court, genre officier de réserve. J’ai rien contre les officiers, rien pour non plus. Si y en avait pas, on serait obligés de faire les guerres tout seuls, et on risquerait de les gagner.

Donc, la petite journaleuse avance sa dextre jolie vers mes plaies. Et tout soudain, elle me plante ses ongles dans la viande et laboure ma pauvre frite déjà martyrisée. Rrrran ! Oh ! cette douleur atroce ! Je pousse un rugissement de souffrance à l’intérieur duquel, si tu tends bien l’oreille, tu peux percevoir un cri de surprise. Me jette en arrière. Si fort que je vais tomber. Non ! Deux canons de revolver me retiennent. Heureusement, que sinon je pouvais me bigorner le bulbe contre l’angle du mur.

Les deux tubes d’acier me poussent en avant. Ça fait mal au dossard, mais ça me rattrape l’équilibre.

Ce qui s’opère alors, y a pas de mots, dans aucune langue autre que le sourd-muet pour le raconter. Pourquoi le sourd-muet ? Simplement parce que la langue sourde-muette n’utilise que des gestes et que c’est par gestes que s’écrit la suite. Je t’explique. Ça t’empêchera pas de mourir idiot, mais j’aurai ma conscience pour moi.

Mon sub réalise les choses avant ma pensée pourtant aussi rapide que la lumière (j’ai la preuve, on en a fait l’expérience à l’observatoire de Saint-Alban-de-Roche et le professeur Bauzob m’a fait un certificat que je tiens à ta disposance).

Deux flingues dans les côtelettes. Tu fais quoi ? Tu lèves les bras. C’est d’un classique à se cloquer des pointes Bic dans l’oigne à la place de suppositoires vitaminés. Donc, je lève les mains. Pas longtemps car, avant d’avoir achevé ce mouvement de soumission, je les abats (c’est mon jour d’abats) sur les épaules de Gerda, toujours debout face à moi et dans un élan irrésistible, la fais pirouetter de manière à ce qu’elle occupe ma place et moi la sienne. Tout ça n’a pas duré le temps d’un battement de cils. Dans le mouvement je reconnais les deux gorilles de feu l’armateur que j’ai soporifiés la nuit précédente. Le plus moche tire, mais trop tard et Gerda se chope la bastos dans la hanche. Elle hurle. Ça confusionne. Moi, je feins de braquer une arme entre les superbes nichemards de la gonzesse.

— Laissez quimper vos seringues sinon je la bute et vous avec : je suis premier prix du Conservatoire, classe de Parabellum ! Allons, vite ! beuglé-je.

Les deux argousins de mes fesses lâchent leurs feux. Alors je propulse de toutes mes forces la perfide salope contre eux. Ils trébuchent, tombent, elle de même. L’Antonio joli ramasse les deux pétoires qui gisent sur le plancher. Cela s’appelle avoir la situation bien en main, non ?

— Maintenant, faut vous retenir de respirer, les gars ! je les avertis-je, car au plus léger mouvement je presse les deux détentes à la fois et le joli pied-à-terre ressemblera au garage où se perpétra le vilain massacre de la Saint-Valentin.

Ils restent cois, honteux comme des poules (de luxe) que des renards auraient prises (en levrette). Faut dire que je les ai joués de première, ces deux malfrats et avec une aisance que même au cinoche, dans les superproducs ricaines d’action où tu vois le gars Rambo buter la moitié de l’Asie, torse nu, avec juste des couilles grosses comme ça et un ruban autour de la tête, tu ne trouves pas pareil. T’as mordu un peu, mon neveu, l’efficacité santoniaise ? Deux pétards dans le dos. Et en un temps trois mouvements : bras levés, bras abaissés, pirouette, il reprend l’avantage. Tu crois pas rêver, ta pomme ? Si, bon, alors continue sur ton matelas multisoupirs pendant que je vaque.

Tu sais quoi ? Je glisse un des pétards dans ma ceinture pour garder la main libre et, vite fait, prends une deuxième capsule de gaz soporifique dans ma poche gousset.

« Ptchouff ! »

Le trio roupille illico. Moi je me retiens de respirer et, quand je les juge K.-O., vais au fond de la strasse ouvrir une fenêtre afin de renifler de l’air de bonne qualité. La vue donne sur un bosquet gracieux avec plein d’oiseaux en guise de fruits[16]. Charmant tableau qui incite à la méditation. Je médite donc (à compte d’auteur). Et ce que je parviens à tirer de mes méninges sollicitées suffirait à permettre la réinvention de la fission de l’atome au cas où un con aurait paumé la formule. Ma conduite se développe harmonieusement, telle une route fleurie dans un tableau de Monet. J’envisage, je projette, structure, échafaude, concocte, établis, développe, rectifie.

Primo : neutraliser les trois rigolos de manière à ne rien redouter d’eux quand ils sortiront des vapes. Deuxio : leur faire dire ce qu’il est advenu de l’ex-Excellence Bérurier. Troisio : gagner des contrées plus hospitalières avant que l’homme aux cheveux d’or ne déploie le grand fourbi pour me soustraire à la circulation.

Allez, vzoum ! Passons à l’action !

Si les galériens de jadis étaient entravés de cette manière : les chevilles unies par une chaîne, les poignets attachés dans le dos avec une autre chaîne pour rejoindre celle des chevilles, c’est que la méthode était éprouvée. A quoi bon se mettre le caberluche à l’envers à tester de nouvelles astuces ? J’use de la recette des bagnes d’antan avec mes vilains. Les sangles internes du canapé constituent des liens surchoix. J’emballe mon petit monde comme pour un long voyage et quand je me redresse, satisfait de mon œuvre pis que Bernard Palissy quand il eut découvert l’émail Diamant, j’ai un fort mal de reins dû à mon accroupissure prolongée.

A cet instant de répit, un léger coup de klaxon me fait tressauter (ou sursaillir, si t’aimes pas les verbes du premier groupe). Je mate par la fenêtre et c’est pour entraver une fourgonnette de fleuriste arrêtée devant la porte. Un mec en blouse bleue de livreur saute de son siège et se radine : un rouquin qui pourrait faire le tournesol du fond dans une toile de Van Gogh. Il est maigrelet, avec un pif de belette tuberculeuse. Ses joues mal rasées, du fait de sa rousseur congénitale, le font ressembler à un souci en train d’éclore. C’est fou ce qu’on peut rencontrer comme rouquemoutes aux Pays-Bas. Un patelin situé au-dessous de la mer, c’est fatal que ses naturels aient une pigmentation de carotte, faut comprendre.

Le gus avance son bras pour toquer à la porte, mais j’ouvre dès l’amorce de son geste, le happe par le revers de sa blouse, l’attire à l’intérieur et lui colle mon front olympien dans les gencives.

La douleur que me cause cet impact me fait mesurer l’intensité de la sienne.

Il en tombe à genoux pour une prompte prière. Manchette superbe sur sa nuque. Pourri ! Ecroulaga. Re-bravo, Santonio, cette fois t’es bien l’invincible superman annoncé sur le bon de livraison. J’aurais bouffé une pizza à la cocaïne, je ne serais pas plus puissant. Ethéré, si tu vois. Je plane.

J’emporte mon gus jusqu’à un fauteuil et l’y attache. Dans le fond du local, y a un mignon aménagement en kitchenette. Une casserole d’eau ! Vlaouf ! Dans la bouille à monsieur ! Il ranime. Monte ses stores pour une vérification. Mais ses lanternes sont sourdes. Je lui administre une nouvelle branlée de flotte. Ça réveille. Il extirpe sa langue que mon coup de tronche lui a tuméfiée et, malgré son mauvais état, s’en sert pour repérer les brèches faites dans sa denture. Trois incisives et une canine qui ne valaient pas tripette manquent à l’appel.

— Do you speak english ? je lui demande.

Il négate.

— Deutsch ?

Il acquiesce (à savon, évidemment).

Va pour cet idiome. Le gars continue de languer ses ratiches. Après celles du haut, il dénombre celles du bas.

Y en manque pas, mais ça branle au manche.

— Tu te feras faire un damier complet, lui conseillé-je. Comme ça, pendant quelques jours t’auras les dents propres. Tu venais faire quoi, mon grand ?

Il me fixe avec angoisse, sans répondre. Il vient d’apercevoir les trois gisants et comprend qu’il y a une voie d’eau dans la cale. Il n’a pas l’air d’un intellectuel surmené, pourtant il sait interpréter les signes et lui, quand il découvre trois personnes K.-O., ligotées serré, il en tire la conclusion que tout ne marche pas si bien que ça dans le plus dégueulasse des mondes.

Je les lui désigne :

— Ils n’avaient pas l’air de mon avis, tu comprends ?

Je tire un flingue de ma ceinture et joue au cove-bois en le faisant tourniquer au bout de mon index.

— Pourquoi disais-tu que tu es venu ?

L’extrémité du canon vient se loger dans son oreille, gauche.

— T’entends le bruit de la mort, fiston ? Kif celui de la mer dans un coquillage !

Je lui place, pour l’achever, mon couplet philosophique :

— T’as peur de la mort, toi ? Non, hein ? Moi non plus. La seule chose qui me gêne c’est ce gros tas de viande dégueulasse qu’on laisse aux autres en s’en allant. Ils sont obligés de composer avec. Ils la chouchoutent, la mignardent, l’encensent ; n’empêche qu’elle est lourde et malodorante et qu’ils ont vachement hâte d’aller la balancer au fond d’un trou profond. T’es marié, Vincent ? Oui ? Et t’as fait souche ? Les pauvres ! Ben pense à eux et dis-moi ce que tu viens fiche ici.

Alors il dégoise. Sa voix est perchée sur la plus haute branche de son larynx ; cézigue, quand il en pousse une, il doit être capable de grimper jusqu’à l’ut dièse.

— Je suis venu chercher le corps.

— Quel corps ? frémis-je, pensant à Bérurier, ce géant de la connerie universelle.

— Celui qui est en bas.

Je bondis pire qu’un kangourou, sauf que je ne prends pas appui sur ma queue.

— En bas !

Je cherche un escalier descendant (car il existe deux sortes d’escaliers bien distinctes : les montants et les descendants). Comme je n’en vois pas dans le studio, je reviens à l’homme-belette.

— Où ?

Il me montre le grand tapis étalé au centre du local. J’empresse de le rouler et une trappe m’apparaît, carrelée comme le reste de la pièce.

N’apercevant pas de poignée, je demande au croque-mort fleuriste comme elle s’ouvre. Il me désigne deux boutons, l’un rouge, l’autre noir, placés près de la cheminée.

J’appuie sur le rouge et la trappe se soulève, mue par un système à crémaillère fonctionnant électriquement. Le fameux escalier descendant se présente alors à moi et en 17 degrés me conduit à un département que j’appellerai morgue-geôle puisqu’il recèle un cadavre et un prisonnier. Le cadavre est celui de Fräulein Elsi Van Tauzensher, horriblement mutilé car on lui a fait le grand jeu avant qu’elle ne décède ; le prisonnier est un certain Alexandre-Benoît Bérurier. Pas brillant, amaigri, le teint plus plombé qu’un fourgon postal, le regard jaunasse.

— T’as fait long, soupire l’Enflure. Jusque-z’alors tu m’avais habitué z’à mieux.

Car, pour cet être exquis, la reconnaissance n’est pas une vertu cardinale.

XI

LE VOYAGE INSENSÉ. L’ARRIVÉE FOLLE. LA RÉBELLION DÉMONIAQUE

Le « livreur » donne quelques petits coups de klaxon légers et le vieux crabe qui a ouvert à Gerda naguère, pour lui permettre d’entrer, ouvre au « fleuriste » maintenant pour lui permettre de sortir.

— A propos, demandé-je à ce dernier, une fois le portail franchi, elle appartient à qui, cette masure ?

— Au chef de la police.

— Il doit être bien payé, apprécié-je. Et puis quel confort ! C’est rare les flics qui possèdent leur propre prison et leur propre morgue.

— Où allons-nous ? coupe l’homme.

— L’autoroute sud, mon brave. Et tâche de piloter impec, sans commettre d’infractions. Une bavure et je te promets une crise de coliques de plomb pas bégueule.

Pour lui signifier la réalité, je vrille le canon de mon feu dans sa hanche. C’est classique mais ça prend toujours. Tout homme redoute le contact sur sa chair d’un engin de mort. D’autant que ce mec n’est pas un Bayard. Il cantonne dans les sous-fifreries, lui. Manutentions macabres, à la rigueur, mais il n’est pas volontaire pour escalader les barricades.

— C’est comment ton nom ?

— Ernst.

— Tu travailles pour qui ?

Comme il tarde à répondre, je lui file une secouée dans le foie avec mon arme.

— Répète, j’al pas entendu !

— Le Consortium.

Ils en ont plein le bec de leur Consortium, les Amsterdamers. Un mot qui paraît les impressionner. Mot anglais, du latin association, signifiant « groupement d’entreprises ». Doivent être un peu louches, les entreprises de ces entreprises-là, fiston !

— Et c’est quoi, ton job ?

— Livraisons.

— Dans le cas présent, t’allais pas livrer, t’allais chercher.

— Oui, c’est vrai.

— Et où devais-tu l’emporter, le cadavre de la dame ?

— Dans une usine, pour l’incinérer.

— Sympa.

— Pratique.

— T’en charries beaucoup ?

— Ça arrive.

On sort de la ville. Il roule peinard. Pas téméraire, que je te dis. Soucieux de se tirer à la verticale du méchant coup fourré.

— Elle est loin, l’usine d’incinération ?

— Cinquante kilomètres.

— Et le petit barbe-cul terminé, c’était quoi ton programme, frérot ?

— Je rentrais chez moi.

— Avec cette camionnette ?

— Oui, parce que j’habite près de l’usine.

Bonno. Les employeurs de la Belette ne s’inquiéteront pas d’elle avant demain, donc nous avons la nuit devant nous. J’entrevois l’embellie, mézigue. Grosse comme le palais de Chaillot.

On roule maintenant dans la campagne. Les champs de tulipes s’étendent à l’infini, quadrilatères aux couleurs variées, composant le plus wonderful des patchworks. Mes pensées roulent à bonne allure, elles aussi. Pour les réaliser, faut attendre la noye.

— Dis voir, Burnecreuse, les tulipes on en trouve jusqu’à la frontière belgium ?

— Oui, pourquoi ?

Je souris.

— Je t’expliquerai plus tard, mon chéri.

Je fais coulisser la vitre me séparant de l’intérieur du véhicule où mes quatre voyageurs sont alignés. Seul Béru, qui est en first, a droit à des couvrantes et des coussins.

— Tu vas, le Gros ?

— Soif ! J’m’f’rais bien une bibine. Ces mecs, y sont cons, mais y z’ont d’la bonne bière.

— T’es cap de braquer notre taxi-driver pendant que j’irai dans un bar ?

— J’sus même cap’ d’lu défourailler contre.

— Alors je t’arrangerai ta soif au prochain troquet.

Il émet un soupir de pré-jouissance.

— J’admets qu’tu f’rais un bon nain firmier, dit-il.

La nuit venue, à ma demande pressante, la Belette rousse largue l’autoroute pour s’engager dans des chemins de terre rectilignes qui quadrillent les plantations de tulipes.

— Roule mollo, Peinajouir.

Il obtempère et on avance à une allure de funérailles nationales.

Soudain, je crie : « Stop ! »

Qu’est-ce qu’il y a ? demande-t-il, la gorge nouée par la trouille.

— Tu vois ce sentier ? Manœuvre de façon à t’y engager en marche arrière.

— Mais…

— Non, mon fils : pas de mais ! Jamais de mais entre nous. Exécution !

Il glaglate mochement, pensant que je vais le seringuer dans le champ de tulipes. Avec ma pomme, il ne sais pas très bien sur quel pied danser. Sa manœuvre, jugée par un moniteur d’auto-école, ne lui vaudrait pas des compliments. Lorsqu’il s’est enquillé dans le sentier, je lui enjoins de descendre.

— Maintenant, Jusdebite, tu vas ouvrir les portes de ta fourgonnette. Et, ensuite, procéder à la cueillette des tulipes, mon gland. Je veux que tu en ramasses assez pour recouvrir ces quatre personnes. Un tas haut commak, tu piges ?

Non, il pige pas, mais il cueille. Chantez, chantez magnanarelles, car la cueillette aime le chant ! L’Arlésienne opus 106. Il amène des brassées et des brassées de fleurs que je lui fais disposer sur nos clients.

— En quoi ça consiste-t-il ? s’informe Béru.

— T’occupe pas, Gros.

Il résigne. Au bout d’une heure, notre chargement est terminé. J’ai ménagé des brèches dans le monceau floral de façon à ce que mes passagers puissent respirer et nous repartons.

— Rejoins l’autoroute, Manchacouille !

J’ai du pot d’avoir affaire à un toutou. Ce type, plus docile que lui, y a qu’un esclave eunuque.

On roule ainsi jusqu’à la frontière. J’explique seulement alors mon dessein au zigomuche :

— Si on passe sans encombre, t’as la vie sauve ; s’il y a du pet, tu rentreras chez toi en fourgon mortuaire ; alors tache d’être naturel, Glandu. Nous livrons un chargement de tulipes à Bruxelles, vu ?

— Oui, oui.

Tout juste s’il ajoute pas : « Patron ».

Les douaniers sont rares et somnolents. Ils n’en ont rien à branler de notre chargement. Qu’à peine ils entrouvrent l’une des deux portes arrière pour mater la moisson.

On passe.

Ouf ! Adios Bas-Pays.

En territoire belge je me sens délivré. Ici, l’homme aux cheveux d’or ne peut rien contre nous. J’offre une collation dans un relais d’autoroute à mon vaillant chauffeur. Rasséréné, il clape de bon appétit et ne fait aucune difficulté pour répondre à mes questions.

La douane franco-belge est encore plus aisée à franchir. Un beurre.

Et maintenant : à nous deux Pâris[17] !

Ils ne sont pas très frais, mes passagers, une fois dégagés de leurs tulipes. Dans l’impossibilité de se mouvoir et la nature l’exigeant, ils ont fait sous eux. Que ça te serve de leçon, baron, lorsque tu embarques des gaziers dûment ligotés, n’oublie pas de leur mettre des Pampers.

Contrairement à ce que tu peux imaginer, c’est à l’hôtel particulier du Vieux que je carillonne sur les quatre plombes du mat’, après avoir menotté mon chauffeur à son volant et confié l’un de mes feux à Béru en lui recommandant d’ouvrir l’œil.

Le vaiet de chambre anglais d’Achille vient me délourder, en robe de chambre en tissu-éponge, aux couleurs britanniques, achetée je suppose dans Carnaby Street. Le cheveu gris-blond collé sur son front plat par la sudation nocturne, l’œil farineux et aussi éloquent que celui d’un mérou défunt, il m’accueille avec son impassibilité proverbiale. Aussi raide et gourmé que lorsqu’il trimbale le Dabe dans sa Rolls Phantom des années 30.

Ma frime sinistrée, que j’ai juste lavée à un lavabo d’autoroute, ne le trouble pas plus que ma mise fatiguée et ma barbe poussante. Je lui déclare que je dois parler au Vieux d’urgence et il me prie de m’obstruer le trou duc avec le satin perle d’un canapé chinoisant.

Le salon est très cossu. On sent qu’il n’est pas issu d’un garde champêtre, Achille. Que madame sa maman n’a jamais fait de ménage, fût-ce le sien. Un cartel émaillé bat la breloque sur une cheminée Louis XV. Des tableaux aux cadres dorés représentent des oisifs de cette époque à la con, en train de nouer des rubans à des moutons stupides ou de pousser, pousser, l’escarpolette. Une odeur de vieille richesse héréditaire flotte dans la pièce tendue de soie jaunissante. Des livres inlus, aux reliures mordorantes, mettent une touche de culture au milieu de ce luxe bateau pour bourgeois indécrottables.

Mon épuisement prend le dessus, soudain, à cause de mon immobilité et du silence. Je m’endors en trombe.

La toux forcée, sèche et péremptoire du Daron me sursautenréveille. Il est là, sublime : pyjama de soie bleue, robe de chambre en velours marine, avec des brandebourgs pour s’il voulait interpréter le Concerto brandebourgeois (si cher aux Calaisiens). Il a pris le temps de s’oindre et il sent l’eau de fleur de cédrat, ce parfum discret de chez Guerlain (Pinpin) dont usent les aristocrates, les officiers supérieurs en retraite, les vieux urologues amoureux ainsi que ton serviteur, car c’est le seul que je supporte sans éternuer seize fois lorsque je débouche le flacon.

— Votre visite est bien matinale, mon cher, fait-il d’un ton de reproche suffisamment proéminent pour être remarqué.

C’est un tyran, Achille, faut oser l’admettre. Chef goulaguier par vocation. Y a du chat à neuf queues dans sa prunelle, certaines fois. De l’intonation pour peloton d’exécution, à d’autres. Il me dévisage avec cet écœurement léger qu’on marque vis-à-vis d’un serveur de restaurant sentant fort des aisselles.

Ses collaborateurs, il aime pas les trouver sanguinolents et hâves dans son salon, au petit morninge. Il les lui faut toujours pimpants, lumineux comme les images représentant Bayard au pont du Garigliano.

— Je reviens de loin, lui dis-je.

— Amsterdam, c’est presque la périphérie de Paris, ricane-t-il.

— Mais l’Enfer notre territoire d’outre-mer le plus lointain, monsieur le directeur.

Il hoche la tête.

— Que de grands mots. Nous allons voir cela.

Il sonne son vieux branleur rosbif et lui demande de lui apporter le café.

— En prendrez-vous aussi ? me demande Achille, style pourboire.

Je me fâche :

— Je crois plutôt que c’est vous qui allez en prendre aussi, patron !

Le Déplumé encaisse sans broncher. Juste son regard qui fermente un peu. Il s’assied face à moi, croise ses jambes. Son panard d’aristo est veiné de bleu pâle. La mule vernie qui le chausse se balance au bout de ses radis pédicurés[18].

— Ça a été tellement dur ? compatit-il, tout de même frappé par ma délabrance.

— Pas mal, merci.

Et me voilà à narrer consciencieusement, sans rien omettre.

Il écoute en examinant ses ongles, puis en buvant sa tasse de caoua pur arabica, goût grand-mère avec arôme gringo.

Ça aussi, il sait faire : écouter. Ecouter sans se manifester. Restant sur son piédestal, le bougre, pour à la fin, slalomer à sa convenance après une période de méditance impressionnante.

— D’après vos affirmations il appert[19] que le chef de la police d’Amsterdam serait un gangster, un chef de bande, un…

— Oui, monseigneur.

— Se peut-il ?

— Il se pneu, réponds-je en me régalant de ce bas calembour qui ne lui est pas perceptible.

Le Vioque masse ses tempes glabres, puis enfonce son auriculaire dans l’une de ses cages à miel qui le démange et l’y secoue fortement pour mieux écouter ensuite la voix de sa conscience.

— Cela paraît insensé ! déclare-t-il.

Ça l’est, mais cela est !

— Admettons.

— Oh, oui, de grâce : admettez, patron ! Admettez de fond en comble !

— Si j’en crois les résultats de votre enquête, ce chef félon (y a que lui pour employer encore ce mot tombé en désuétude) était acoquiné avec l’armateur Hans Bergens pour diriger un empire de la drogue étendant ses ramifications sur l’Europe et l’Amérique du Nord ?

— Exact, patron. Mais comme toujours sur les bateaux commandés par deux capitaines, on s’aperçoit qu’il y en a un de trop. Commence alors une sourde lutte entre les deux hommes pour l’élimination de l’autre.

Je me sers, sans y être invité, une deuxième tasse de café.

— Dans le cas présent, monsieur le directeur, la lutte fut unilatérale. C’est Hieronymus Krül qui décida la liquidation de son partenaire pour l’excellente raison que celui-ci perdait la raison. Il n’est que de visiter le bureau où il conduisait ses affaires pour s’en convaincre : une étable ! Dans un gratte-ciel ! Au vingt-cinquième étage !

Achille sourit.

— Effectivement, reconnaît-il, c’est déconcertant.

— Je ne vous le fais pas dire.

J’avale quelques gorgées du breuvage reconstituant, dont Honoré de Balzac m’a enseigné toutes les vertus, car il m’avait à la bonne, ayant très vite pressenti que je deviendrais un jour son successeur.

— Certes, d’après ses familiers, Bergens a toujours été un « original » ; mais peu à peu, sa fantaisie tournait à la folie ; ses caprices excessifs inquiétaient son entourage. Krül attendait une occasion de se débarrasser de lui ; mais comme les deux hommes avaient pas mal d’associés mineurs, il tenait à ce que la chose se fît de telle sorte qu’il ne fût pas suspecté.

— Plan génial, me devance le Marmoréen en se grattant sous les testicules avec distinction. Utiliser Bérurier comme bouc émissaire dénote un esprit d’à-propos machiavélique. Après la propagation de ce film odieux dont la Bérurière en chaleur, sautée par tout un équipage, est la vedette, il n’était pas difficile de transformer en assassin le mari ivre de vengeance. Krül a fait appeler votre abruti de copain de toute urgence par Bergens. Le poussah immonde a donné tête baissée dans le panneau. Il est allé hurler dans le bureau de Bergens où se tenaient les deux hommes. Ce gros sac à tripes prétend qu’ils l’ont asticoté en lui disant que sa digne épouse (digne de lui, s’entend) avait insisté pour copuler avec tous les hommes de ce bateau. Fou de rage, l’Apôtre est parti en vociférant. Dès qu’il a eu claqué la porte, Krül a fait éclater la tête de son associé et s’est débiné par une issue secrète connue seulement des deux compères. C’est bien cela, n’est-ce pas ?

Son truc, Achille, c’est qu’après chaque rapport que tu lui fais, il te le raconte à son tour, comme pour en prendre possession pleinement, et il y met tant de conviction que tu finis par te demander si c’est toi ou lui qui a réuni les éléments. L’art de s’approprier les marrons que tu t’es brûlé les paluches à sortir des braises.

— Vous comprenez, San-Antonio, il ne restait plus qu’à ébruiter l’affaire Bérurier et à donner des instructions pour qu’on tire à vue sur le meurtrier du fameux armateur. Pas mal combiné, hé ? Mais j’ai pigé tout de suite la malice. Moi, vous me connaissez, mon petit ?

— J’ai cet honneur, conviens-je.

— Bergens trucidé par un ancien ministre français cocu ! Vous parlez d’une facture ! Ça, c’est le style ! Mon homologue néerlandais est franchement démoniaque. Et le voici seul maître à bord.

— Seul maître à bord, mais considérablement gêné aux entournures, monsieur le directeur, puisque nous avons pu glisser entre les mailles de ses filets, Bérurier et moi. Et que nous disposons désormais de quatre témoins.

Achille réfléchit, arrange le col de son pyjama par-dessus celui de la robe de chambre. Et le voilà qui se dresse, statue du Commandeur, droit, haut, grand, impressionnant.

— Votre affaire est foireuse, mon vieux ! fait-il, d’un ton presque haineux. Vous vous pavanez. Vous vous prenez pour Superman. Vous faites des effets de voix, de style, de menton. Qu’y a-t-il derrière tout ça ? Je le dis ou je le dis pas ? Tant pis, je le dis : de la merde ! Vous croyez rapporter la vérité, mais elle est restée en Hollande, mon petit ami, la vérité. Vous êtes très fier d’avoir amené ici de force et arbitrairement des gens qui au grand jamais, sauf en cas de sévices, ne parleront. Que voulez-vous que j’en foute, moi, de vos témoins kidnappés. Les arrêter ? Pour quel motif ? C’est eux qui porteront plainte et qui auront gain de cause. Car vous les avez molestés et expatriés de force. Si la chose est connue, j’aurai le monde entier sur le poil. La Ligue des Droits de l’Homme, les Affaires étrangères, l’Intérieur dont le nouveau ministre n’est pas un va-de-la-gueule analphabète, lui ! Tout ce que vous pourrez affirmer, l’excrémentiel Bérurier et vous, concernant les événements d’Amsterdam, sera démenti, fera l’objet d’un monstrueux incident diplomatique. On réclamera l’extradition de votre pachyderme et la France ne pourra la refuser. Coup d’épée dans l’eau. Vous savez ce que vous allez faire, San-Antonio si malin ? Vous allez rebrousser chemin et vous démerder pour reconduire ces gens dans leur pays. Je ne veux pas qu’ils sortent de ce fourgon ! Bérurier oui, à la rigueur, il est blessé et ressortissant français ; mais les autres, les autres : ramenez-les à leurs moulins à vent. Et tout de suite !

Il se tait. Comme il est sombre de mise et blanc de peau ! Il ressemble à un condor des Andes, avec sa tronche déplumée et son regard de rapace.

— Monsieur le directeur, comment pouvez-vous exiger une pareille chose ? questionné-je, sceptique.

— Parce que c’est la seule manière d’éviter une catastrophe, ou du moins de l’atténuer. Partez, San-Antonio. Allez cracher l’Obèse sur le seuil d’une pharmacie de garde et reprenez l’autoroute du Nord. Et maintenant autre chose, l’ami : vous avez brassé d’étranges bouillons sans exécuter la mission que je vous avais confiée, mon drôle.

— Ah ! vraiment ! articulé-je en produisant le bruit gluant d’une cuiller de bois dans un pot de mélasse !

— Pourquoi vous ai-je expédié en Hollande, commissaire ? Vous ne vous en souvenez peut-être plus après ces tribulations pour bandes dessinées. Eh bien ! je vais vous rafraîchir la mémoire ! Je vous ai prié de retourner chez ces marchands de fromages pour découvrir deux choses précises. La raison du rapt de la Bérurière et de son viol collectif par tout un équipage. Et ce que l’on comptait exiger du ministre de l’Intérieur. Vous n’avez apporté de réponses à aucune de ces deux questions que je sache ?

Il sonne son vieux kroum à roulettes.

— Raccompagnez le commissaire ! lui ordonne-t-il. Moi je retourne me coucher à moins que… Non, vous sortirez la voiture, je vais aller finir ma nuit chez Mlle Zouzou, histoire de lui faire une bonne surprise.

— Vous la saluerez pour moi, monsieur le directeur, lancé-je sur le pas de la porte. Et méfiez-vous : pour prometteuse qu’elle soit, la bandaison du matin n’est pas toujours opérationnelle !

L’avantage, avec les personnes placides, c’est qu’elles sont un tout petit peu moins chiantes que les autres du fait qu’elles jactent avec précaution. Le con bavard, vibrionnant, est le pire de tous car sa connerie te fait l’effet d’une ruche en activité. La fausse Mme Bérurier est une personne calme qui regarde venir comme une dame pipi dans son antre, assise et tricotante. Elle salue les vessies pleines qui arrivent, remercie les vessies vides qui s’en vont sans jamais se départir de son impassibilité de pissotière.

Elle est en chemise de nuit froufrou, puisée dans l’armoire de la Berthe, sans doute, car aucune véritable pute ne saurait posséder la même.

Ses paupières gonflées attestent qu’elle dormait profondément. La digne femme ne s’étonne pas de ma venue hyper-matinale. A arpenter des kilomètres de bitume, à s’effacer quinze biroutes variées (voire avariées) par jour, à écouter les confessions express d’une cohorte de fantômes humains venus en elle se donner une petite fête des sens, elle a fini par acquérir un fatalisme proche de la sérénité. Son unique philosophie est celle des piastres. Pourvu qu’elle affure de quoi exister décemment après avoir récupéré son cul pour son propre usage, elle n’en demande pas plus, Carmen.

— Excusez le dérangement, lui dis-je. Va falloir que vous m’aidiez. Béru est blessé sérieusement et j’ai des pensionnaires à vous confier.

— Ah bon ! C’est grave pour Alexandre-Benoît ?

A sa marque d’intérêt je comprends que le Mastar lui plaît et que, pour blasée qu’elle soit, elle a été sensible à son paf monumental. Il arrive que des dames putains, saturées de braquemards, trouvent au tournant de l’existence un brusque contentement sensoriel avec un partenaire solidement équipé. Ça me rappelle une amazone un soir de brume, à Londres, à qui j’avais fait une tyrolienne fortement jodlée[20] et qui, sans crier gare mais en criant « maman » avait pris un panard monstre, comme par inadvertance. Qu’au début je croyais à du chiqué et qu’elle m’interprétait sans supplément de frais, le grand air de Lakmé. Mais foutre (si je puis dire), c’était du vrai, preuve à l’appui ; la terrible envolée, le grand valdingue dans les délices et orgues. Je me disais qu’après un fade de cette ampleur elle allait me rendre ma fraîche. Pas que je sois âpre au fric, tu me connais ; mais ç’aurait fait bien sur mes cartes de visite « Remboursé par une pute à la suite de sa prestation. » Autrement plus ronflant que « Membre de l’Académie française » ou « Commandeur des Arts et Lettres », je trouve. Pas toi ? Les gens se trompent sur le compte de la gloire et mettent régulièrement à côté de la plaque. Ils vont au plus pressé, à la boutique cadeaux, alors qu’il faut aller au plus subtil.

La mère Bourrepaf passe une robe des champs qui la fait ressembler à une pomme de terre en robe de chambre et vient m’aider.

Pour grimper le Bérurier jusqu’à sa crèche, c’est croix et bannière, espère ! Il est dolorié en plein, le pauvre Gravos.

Je devrais le driver à l’hosto, dans son état, mais il refuse avec véhémence, comme quoi il est assez grand pour guérir tout seul dans son lit à lui, à l’aide de son propre beaujolais-primeur et que des cachets pour calmer la douleur, mercille beaucoup, y t’les donne ; une bonne p’tite pipe lu suffit, Sandre. Une bergère vaillante qui te gloutonne le turlututu sans bâcler, de tout son p’tit cœur, t’assure des repos aux réveils vachement clean.

Lorsqu’il est installé, j’entreprends alors le transfert de mes prisonniers. Le chauffeur, toujours aussi docile malgré sa grande fatigue, m’aide à grimper les trois autres et nous les déposons en rang d’oignons dans la salle à manger des Bérurier. Ils puent que c’en est une malédiction, ces bons Bataves, pourtant aussi propres que des Suisses, habituellement. Note que leur malodorance, chez les Bérurier, choque moins qu’en d’autres lieux.

Le transbordement achevé, je tubophone à Pinaud. Son timbre aigrelet ne tarde pas à répondre.

— Oh ! bon, c’est toi. Je me faisais un sang d’encre à votre sujet. J’avais de mauvais pressentiments et je ne parvenais pas à dormir.

— Viens me rejoindre dare-dare chez Béru, auparavant munis-toi de menottes, je suis en manque. Et puis téléphone au brigadier Poilala, dis-lui d’arriver également chez le Gros. Qu’il se fasse porter pâle car je risque d’avoir besoin de vous deux pendant plusieurs jours d’affilée. Compris ?

— J’arrive.

Je raccroche, exténué. Pourquoi mandé-je Poilala, qui est huissier-chef au ministère, au lieu d’un inspecteur ? Parce que, désobéissant aux ordres formels de mon supérieur, je ne veux mouiller dans ce coup de force que des copains comme César, ou des ganaches comme le Corsico.

La fille blessée, la belle Gerda, pousse des plaintes sous son bâillon. Il serait temps d’examiner sa blessure, tu crois pas ?

La pute de remplacement qui occupe la couche matrimoniale de dame Bérurier ne se prénomme pas Carmen, mais Bérénice, fait assez rare dans le milieu de la prostitution où des prénoms tels que Solange, Irma, voire Léa, sont davantage en vigueur.

Il est très exactement huit heures du matin lorsque Bérurier, s’arrachant à un sommeil fiévreux réclame une omelette au lard. Sa très provisoire épouse, docile, se rend à la cuistance pour faire droit à sa requête de grand blessé. Tiré de ma somnolence cafardeuse, je l’y rejoins. Les odeurs de lard frit, au matin, quand tu es vanné, sont toujours stimulantes.

Je regarde la dame au gros fessier s’activer devant la cuisinière à gaz.

— Avez-vous reçu des visites ou des coups de téléphone pendant l’absence de votre glorieux mari, Bérénice ? j’enquiers, ravi d’utiliser ce prénom dont elle m’a fait confidence.

— Voui, me répond-elle, un homme est venu hier.

— Quel genre ?

— Plutôt chinois qu’autre chose.

— Messe en corps ?

— Un type bien mis, grand, avec de belles lunettes à monture d’or. Une petite valise de croco à la main.

— Que voulait-il ?

— Y m’a demandé si j’étais bien Mme Bérurier, la femme de l’ancien ministre. Je l’ai répondu qu’oui. Il m’a dit alors que j’allais être invitée aujourd’hui à inaugurer la nouvelle estation de télé à la tour Eiffel et qu’allait falloir que j’alle, surtout pas manquer ça, qu’aurait du beau monde, à débuter par le président de la République, le Premier minisse, le maire de Paris et t’essaieras, et t’essaieras. D’ailleurs, y m’a remis l’invitation.

— Montrez-me-la ! imploré-je.

Elle va farfouiller dans un tiroir, car elle a déjà établi ses quartiers chez les Béru, Bérénice alias Carmen, et me ramène un beau carton gravé en anglaise brillante.

La Société de la Sixième Chaîne « prie Monsieur et Madame Alexandre-Benoît Bérurier d’assister à l’inauguration de son nouvel émetteur. Cette inauguration, placée sous la haute (la tour Eiffel, tu penses !) présidence de Monsieur le… et cetera, et cetera, etc. »

— Intéressant. Que lui avez-vous répondu, à votre élégant Asiatique ?

— Que mon mari était en voyage et que je ne pouvais guère y aller seule.

— Et alors ?

— Il m’a objecté que c’était justement à cause que Bérurier serait absent que je devras y aller, histoire de le représenter.

— Et qu’avez-vous décidé ?

— J’ai accepté. Vous m’aviez bien fait jurer de comporter comme si je serais la vraie Maâme Bérurier, non ?

— Exact.

Elle fait glisser l’omelette grasse et dorée piquetée de bruns lardons dans une large assiette.

— Vous voulez que j’annulerais ? Y a un téléphone en petit, dans le bas du carton, pour si on aura un empêchement.

— Non, non. Faites-vous belle, Bérénice, et allez-y.

— Vous êtes certain ? Moi, les mondanités, vous savez, c’est pas rue Saint-Martin à éponger de l’émigré, que j’ai pu les acquir.

— Rassurez-vous, ma chère, dans ces sortes de réceptions, il n’y en a que pour les vedettes ; les invités sont de simples figurants qui doivent se contenter de sourire en courbant l’échine. Soyez présente et silencieuse et tout ira bien.

Je passe dans la salle à manger où mes pensionnaires gisent à même la moquette râpée. Les deux hommes, enchaînés au tuyau du chauffage central, comme il se doit, poussent des mines sinistros. Gerda est très pâle et elle geint, bien que sa blessure au côté ne me paraisse pas trop grave. La balle est ressortie après avoir provoqué une forte entaille dans la chair. J’ai désinfecté la plaie de mon mieux et lui ai posé un pansement digne d’un professionnel.

Bien entendu, Pinaud dort dans un fauteuil voltaire. Quant à Poilala, excité par ce rôle de garde-chiourme, il va d’un prisonnier à l’autre, leur shootant dans les miches sans raison, juste pour établir, puis maintenir, une autorité qu’onc ne lui conteste.

— On va demander à Bérénice de nous préparer du café, annoncé-je à mes équipiers. Pinaud va aller chercher des croissants. Vous en prenez combien, Poilala ?

— Six, monsieur le commissaire, mais je préférerais des brioches.

Je tire Baderne-Baderne de sa somnolence endémique et lui tends les clés de la fourgonnette.

— Tu vas prendre la camionnette de fleuriste, immatriculée Hollande, stationnée à quelques mètres de la porte cochère et tu iras la foutre quelque part, assez loin d’ici, César. Ensuite tu achèteras un monceau de brioches et de croissants frais et tu prendras un taxi pour te rapatrier. Cette mission délicate est-elle dans tes cordes ?

— J’en viendrai à bout ! promet-il en frappant du talon pour marquer sa farouche détermination.

Il part.

Le logis des Béru est plein d’odeurs lourdes et d’une ambiance de veillée d’armes. Atmosphère angoissante. Je te propose l’image du baril de poudre sur lequel tu es assis tandis qu’un long cordon qui bique aussi fort que moi apporte, immobile, la petite flamme fatale.

Ça doit remuer ferme à Amsterdam. Mes ennemis sont puissants. Je suis désavoué par mon chef et je me cache en compagnie des forbans que j’ai neutralisés mais qui ont le droit pour eux. Ça va où, ça ?

Et puis il y a cette invitation apportée à Mme Bérurier. Elle cache quoi ? Quelqu’un se promet-il de la virguler par-dessus la rambarde de la tour Eiffel ? A quoi bon ? Il était facile de la planter chez elle.

Je regarde ma tocante. Mathias ne va plus tarder. Je lui ai demandé de nous rejoindre car j’ai besoin de ses dons d’interprète. J’entends questionner mes lascars séparément et dans leur langue. M’est avis qu’après ces tribulations ils doivent être à point.

Sinon ils ne le seront jamais !

XII

ET SI LA TOUR FAISAIT UN TOUR ?

Ça m’incommode toujours d’entendre baragouiner une langue que je ne comprends pas. Notion d’impuissance. La pire que puisse avoir un homme d’action. J’observe avidement les expressions des interlocuteurs aux prises, tendant l’oreille à leurs inflexions et essayant désespérément de saisir les nuances, les cillements, les regards dérobés. Mais ces syllabes qui traversent mes tympans sans les impressionner me filent rapidement mal au cœur.

Pourvu que le trio s’affale ! Pourvu qu’il puisse nous éclairer un grand coup ! Je sens bien que quelque chose se noue, de grave, de déterminant ; quelque chose qui méritait qu’on mette sur pied tout ce micmac.

J’écoute Mathias, le docte, le sage, l’érudit, l’inépuisable. Mathias le Savant ! Il a tout appris, ce rouquin de mes deux ! Tout assimilé, n’importe la matière. Ses connaissances sont plus vastes que l’empire de Charles Quint. Il règne sur le Savoir comme Gorba-le-Chef sur l’Oignon soviétique ; panacée rouge et universelle.

— Alors ?

Il est en train d’entreprendre la fille, n’ayant rien obtenu de positif avec les deux gorilles.

— Elle n’en sait pas davantage que ses petits copains, commissaire, soupire-t-il très vite.

— Ils n’ont aucune idée de ce qui a pu motiver le rapt de la mère Bérurier, son viol collectif dûment filmé ? Ils n’ont pas la moindre idée de ce que Hans Bergens et son complice pensaient exiger du ministre ?

Le Rouillé lève des bras de plainte, comme le moulin de Verhaeren, tournant au fond du soir.

— Ils n’étaient pas dans la confidence. Ce sont des exécutants, commissaire, des hommes de main. La fille était attachée aux services parallèles de Krül. Elle vous a suivi depuis l’hôtel de police, ayant pour mission de vous neutraliser au moment de votre embarquement. Elle devait, avant que vous ne fussiez appelé à bord, vous piquer discrètement avec une aiguille contenant du curare. Celle-là même… (Il me montre un minuscule tube de métal pareil à ceux qui contiennent des recharges pour mine de crayon.) Elle vous piquait dans la foule et jamais vous n’auriez revu Paris. Vous pensez bien que puisqu’elle consent à passer de tels aveux, elle répondrait à vos autres questions si elle le pouvait.

— Alors, disons-le : chou blanc ?

— Hélas.

J’appelle Poilala.

— Besoin de moi pour un passage à tabac ? s’inquiète-t-il, plein d’appétit. A mes débuts, c’était la seule méthode employée dans les interrogatoires et elle donnait des résultats. On n’a jamais refait mieux depuis, commissaire, demandez à Béru. A force d’à force, ils ont invertébré la police avec leurs droits du prévenu, ceci, cela !

— Pour l’instant, réenchaînez ces messieurs et cette dame dans la salle à manger, mon bon brigadier.

— Vous pensez vraiment pas qu’une petite torgnole sur les testicules donnerait aux hommes envie de chanter et qu’un manche à balai bien placé pour la petite médème lui serait salutaire ?

Je hausse les épaules.

— Je crains fort qu’ils ignorent ce que nous souhaitons apprendre.

— Vous le craignez, mais en êtes-vous sûr ?

— A peu près.

Avec un soupir de regret, le père Fouettard reprend en charge les prisonniers et nous nous retrouvons en tête à tête dans la cuisine, Mathias et moi.

— Qu’allez-vous faire d’eux ? s’inquiète-t-il.

— Je n’en sais fichtre rien, avoué-je.

— Vous ne pouvez pas les séquestrer ad vitam aeternam !

— Je sais bien.

— Puisque le dirlo ne veut pas entendre parler d’une arrestation, il n’y a pas d’autre solution que de les relâcher.

— Et ils iront réclamer vengeance auprès de Hieronymus Krül ; lequel, sûr de sa position de force, déclenchera un patacaisse international contre nous !

— Alors ?

— Alors, rien. Je les garde encore pour l’instant.

La Pine se pointe, chargé de croissants et brioches odorants.

— J’ai abandonné la voiture à Péreire, déclare-t-il. Et je ne trouvais pas de taxi pour rentrer.

Bérénice refait du caoua en bac. Le jour est gris, pas bandant. Une torpeur annonciatrice de fin du monde nous accable.

— Il faut que nous trouvions réponse à ces questions, déclaré-je tout à coup. Il le faut absolument. Nos cerveaux, la chose est connue, ne fonctionnent qu’à cinq pour cent de leurs possibilités. Ne peut-on les stimuler pour faire grimper la barre ! Mathias, toi qui es un surdoué mensualisé, insuffle-moi le fluide magique qui me permettra de lire ce qui est encore invisible !

Il sourit pâle.

— Vous m’en demandez trop, commissaire.

Pour la énième fois (environ), je reprends tout haut les données fondamentales de ce problème.

— Bérurier, ministre, allait participer à une conférence d’Interpol. Sa bergère décide de l’accompagner pour visiter les quartiers chauds d’Amsterdam. Les billets d’avion, l’hôtel, ont été retenus plusieurs jours à l’avance, donc « nos gens d’Amsterdam » étaient au courant de cette visite marginale. Ils filent la Baleine depuis sa descente d’avion, l’abordent lorsqu’elle est sur le quai aux putes, lui proposent la botte, ce qu’elle accepte sans coup férir. A la faveur de la partouze qui s’ensuit, on la flashe, puis la kidnappe. Des photos sont adressées à l’époux en même temps qu’un avertissement : s’il veut récupérer bobonne, il va devoir passer par les conditions qui lui seront dictées. Fin de la première partie.

Je m’octroie un croissant et deux gorgées de café. Mathias et Pinuche me contemplent dans la grisaille du matin défaillant. Depuis sa chambre, Béru sollicite de Carmen-Bérénice qu’elle lui pratique une bonne manière. Elle objecte que dans son état ce serait imprudent. Le Gros se fâche. Si elle refuse, qu’on aille lui chercher sa vraie bonne femme, cré bongu ! Elle est pas prostipute professionnelle, Berthy, mais jamais elle a rechigné sur une propose de cette nature. C’est de la femme toujours partante, tu cries « sésame » : elle s’ouvre. Tu lui demandes si elle en a déjà vu des comme ça, qu’aussitôt elle te saute sur le micro pour te faire une déclaration aux gonades mâles, la bougresse !

Bérénice finit par céder. C’est à ses rixes et puérils, Alexandre-Benoît. Elle décline les conséquences, la gagneuse. Puisqu’elle assure un intérim conjugal, souate ! Mais faudra pas, ensuite, s’il tourne pâle, le Gros, qu’on vienne la chicaner sur sa responsabilité engagée dans l’affaire. Ah ! mais que non ! Elle veut bien tout ce qu’on veut : se déguiser en mégère, poireauter dans cet appartement qui fouette le zoo surpeuplé, coexister avec des flics et des truands enchaînés aux radiateurs, tailler des calumets sur demande, faire le ménage, seulement qu’on lui garantisse qu’elle participera pas aux retombées fatales. C’est la moindre des choses, non ?

Bérurier s’impatiente. Il grogne comme quoi, dis, la mère, si tu gueules que c’soye au moins la bouche pleine. Alors bon, elle va chipolater l’ancien ministre. Au bout d’un instant, un clapotis berceur évoquant un bruit de rames, le soir, sur les bords de Loire (Raboliot) nous avertit que Sa Majesté a eu gain de cause à effets. On l’entend même qui dit, la voix gentiment voilée :

— Poilala, mon petit, si tu voudrais profiter d’ce que maâme se tient à genouxe su’l’pucier pour lui pratiquer une petite calçade levrette, en camarade, gêne-toi pas quand t’est-ce y en a pour un, y en a pour deux !

— Vous croyez qu’j’ose, m’sieur l’ministre ?

Nous trois autres, dans notre cuisine, on s’efforce de ne pas se laisser distraire par les festivités du Parc aux Cerfs.

Alors je continue mon capitulatif :

— Je conseille à Béru de désarmorcer le coup en démissionnant d’urgence. Il le fait. Pendant ce temps, Bergens a fait embarquer la Vachasse sur un de ses nombreux barlus et l’a offerte en prime à l’équipage. L’exploit est filmé. Des copies sont expédiées aux principaux journaux de France. Pourquoi ?

— Vengeance ! assure Pinaud. Alexandre-Benoît leur a coupé l’herbe sous le pied en abandonnant son poste, donc en devenant incapable de souscrire à leurs exigences et ça ils le lui font payer.

J’émets une mimique de doute.

— C’est aussi ton avis, Rouillé ?

— Hypothèse valable, commissaire, admet l’Incendié.

— En attendant, c’est pas ton avis qui va faire avancer le schmilblick, hargné-je, car on est injuste dans l’impuissance.

Il ne rougit pas, à l’impossible nul n’étant tenu, par contre, ses narines se pincent sous l’effet de la vexance.

Moi, monstrueux d’indifférence, de poursuivre :

— Krül fait revenir Béru à Amsterdam, l’utilise comme bouc émissaire dans la liquidation de son associé ; mais le fameux commissaire Sang en Tonneaux se pointe et fout la merde. Il bouleverse le jeu, s’empare de plusieurs personnages de la bande et parvient à les amener à Paris. Son chef désavoue odieusement cette action et le pauvre cher valeureux San-Antonio, que le Seigneur ne protégera jamais suffisamment, est obligé de séquestrer les forbans chez Béru avec la complicité d’une poignée de fidèles, en se demandant bien ce qu’il va en foutre. Fin de l’histoire.

Mathias réagit :

— Il reste un épisode en devenir qui, sans doute, apportera une explication à vos questions sans réponse, commissaire.

— Tu veux parier de l’inauguration de cet après-midi à laquelle est conviée Carmen-Bérénice ?

Mathias hoche le chef.

— Ce n’est pas Bérénice qui est invitée mais Mme Alexandre-Benoît Bérurier, ne l’oublions pas !

— Qu’est-ce que ça change ?

— Tout ! répond le Surdoué.

— Je jouis ! annonce le brigadier Poilala depuis l’alcôve.

Grand bien lui fasse !

Elle est ineffable, Bérénécide en grande tenue d’inaugurance. Comme ineffable se traduit par « ne peut être exprimé avec des mots » ou quelque chose comme ça, je renonce. Sache seulement qu’elle a abondamment puisé dans la garde-robe de la Bérurière (rénovée depuis que son gros peigne été promu minisse). Elle y a dégauchi une robe imprimée fort discrète, que ça représente des nénuphars blancs et leurs feuilles vertes sur fond bleu de nuit. Un boléro qui n’est pas de Ravel mais de Révillon, fait de deux malheureux renards occis parce qu’ils avaient le malheur d’être argentés, complète sa mise. Sac d’Hermès, plize ! Frisures exécutées par Alfred, le coiffeur attitré de Berthe. Elle en jette, la radeuse de la rue Saint-Martin (priez pour elle). La pimpante pompeuse se présente devant l’enceinte faite de palissades entremêlées de ruban tricolore. Des hôtesses à jabot accueillent des notables à bajoues. Gardes républicains. La presse, la tévé, les radios. On attend le Monarque. Mais les invités sont priés de gagner le second laitage où une décollation sera servie ainsi qu’un devin d’honneur. L’ascenseur ne chôme pas.

Mathias m’adresse un petit cygne et engouffre à son tour après avoir produit le laissez-passer en bonnet difforme que je lui ai obtenu grâce à la parfaite coopération de l’Elysée. Notre commando se scinde en trois éléments : Mathias qui grimpe avec les officiels pour « couvrir » la fausse Bérurière, Pinuche qui attend au volant d’une tire stationnée en bordure du Champ-de-Mars (en Carême) et moi, au pied de la tour, qui observe et centralise. L’astucieux Rouquin nous a dotés tous trois d’un système de liaison radio parfaitement camouflé dans le nœud de notre cravate. Chacun peut chuchoter bas et être sûr d’être reçu par les deux autres, grâce au récepteur logé dans les branches de nos lunettes. J’ai hésité avant de renoncer à grimper. Ce qui a déterminé mon choix, c’est que je finis par être un peu trop connu de la bande à Hieronymus Krül et que si certains de ses membres manigancent un coup fourré, là-haut, ils risqueraient de me retapisser d’emblée.

Mais ce que je me sens nerveux ! Je vais, viens, m’éloigne du pôle d’attraction pour m’y rabattre au bout d’un moment ; le cœur au ralenti, l’œil partout, les nerfs aiguisés comme des rasoirs de justiciers arabes, je me dis qu’il va se passer quelque chose. Je le prévois, le sens et, qui sait, le veux !

Les voitures officielles affluent. Des gardes gantés de blanc les font se ranger sur un parking improvisé au pied du tas de ferraille le plus célèbre du monde. Et puis v’là des motards qui précèdent la calèche présidentielle. L’auguste véhicule stoppe devant l’entrée. Napoléon V en descend, nu-tête, ivoirin, élégant avec son pardingue poil de camel et son cache-nez tricoté par sa grande-tante des Landes. Il a le sourire coagulé, le rictus bien égoutté, l’œil de verre, l’avant-bras droit à 45 degrés pour les effusions d’arrivée. Son chef du protocole lui présente les responsables de la septième chaîne : M. Césario Tuticanti, M. Paolo Torticoli, etc. L’Empereur serre des louches, ça ne mange pas de main. Il conserve un coin de lèvres débloqué pour laisser filtrer les brefs compliments inoubliables qui donnent aux heureux bénéficiaires l’envie de courir se masturber dans les chiottes après pareille distinction.

Le Monarque se dirige alors vers l’ascenseur au sein d’une grappe de gorilles. Il s’élève, pour le ravissement général, pareil aux chers frères Montgolfier, et l’on distingue, à travers l’entrecroisement de poutrelles sans cesse repeintes, la tache blême du beau visage. Féerique ! D’art !

« J’aurais dû monter, me dis-je, de plus en plus angoissé. Maintenant il est trop tard. Faudrait que je rameute la coterie pour qu’on me laisse grimper à mon tour. »

En bas, la foule s’écarte, n’ayant plus rien à voir. D’instinct, elle se recule pour tenter d’apercevoir l’arrivée du président, tout là-haut, sur la seconde plate-forme où ce vrai faucon va se percher et bénir les nouvelles antennes dispensatrices de guimauve et autres cataplasmes de connerie.

Instant solennel. Très vite, l’esplanade est dégagée. Ne subsistent autour de la barrière pavoisée que le service d’ordre et des chauffeurs de guimbardes officielles. Rien de plus con qu’une inauguration ; rien de plus vain, de plus triste : un cortège de gens « en place » et des pégreleux à la colonne vertébrale souple comme une cravache qui s’efforcent de le serrer du plus près.

La paix soit avec eux, chers nœuds volants toujours affamés de glorioles. Qu’ils mouillent plein leurs hardes, les gentils crevards ! Prier pour eux ? Marre à la fin. On s’y use l’âme et ce qui vous subsiste de foi. Alors, halte, pas de ça Louisette ! Je veux conserver pour moi ce qui me reste, vais en avoir besoin bientôt. Quoi de plus sinistre que le doute ? Et voilà qu’on acharne à implorer un doute. C’est cela, la foi, mon ami : prier un doute pour qu’il te protège des réalités.

A force de torticoler, je prends mal à la nuque, fatal. Me masse le bulbe et sa tige.

L’esplanade est très éclaircie. Et alors, mon bon monsieur, me choit le cadeau du ciel. Je l’aperçois, adossé un arbre. Un hasard ? Non. S’agit-il de qui je crois ? Ma conviction est formelle. L’instinct, tu connais, Firmin ?

Donc adossé à un platane ou un marronnier (le sais-je, j’ai pas le temps de lui ouvrir la braguette, à cet arbre, pour en déterminer l’essence) il y a un Asiatique, grand, bien mis, avec des lunettes cerclées d’or. Il tient un attaché-case de croco à la main.

S’agit-il du personnage qui a rendu visite à Bérénice pour lui remettre le carton d’invitation ?

Je suis prêt à en mettre ma main dans ta culotte, chérie, si toutefois il y a suffisamment de place pour l’héberger. L’homme concorde totalement avec la description que m’en a faite la fausse Bérurière. Il regarde vers les hauteurs. Il paraît attendre.

Je bitougne ma phonie :

— Allô, Mathias ?

Un léger graillonnement, puis l’organe du Rouquin :

— J’écoute.

— Comment ça se passe, là-haut ?

— On en est aux poignées de main.

— La mère Bourremiche ?

— Intimidée, elle regarde de tous ses yeux, comme un môme à Guignol.

— Quelqu’un semble-t-il s’occuper d’elle ?

— Non.

— Regarde de plus près…

Un temps… Je décèle une rumeur salonnarde dans mon récepteur avec, en surimpression, la respiration de Mathias :

— Non, commissaire, personne ne lui prête attention.

— O.K. ! Ouvre l’œil !

Là-bas, l’Asiatique se décolle de son arbre.

Il s’éloigne en direction de la Seine. Il marche avec souplesse, sans balancer sa mallette. Je le suis à distance. Je sens qu’il prépare quelque chose. Quoi ? Et d’abord, que peut-il préparer ? Les officiels simagréent à deux cents mètres de haut. Lui, il est sur le Champ-de-Mars, piéton inoffensif. Seul. Il s’arrête au feu, attend le vert, traverse sagement la large chaussée entre les clous pour gagner le quai. Parvenu sur celui-ci, il néglige le pont et marche le long du parapet. De temps à autre il se retourne histoire de regarder la tour, comme s’il formulait une évaluation. Quelques pas encore. Nouveau regard vers l’immense presse-papiers de fer. Il décide de s’arrêter et dépose son attaché-case sur le parapet ! Il l’ouvre et se penche dessus.

Je presse le pas. M’entendant survenir, l’Asiatique se redresse et rabat presto le couvercle de l’attaché-case. Je passe près de lui sans le regarder, et puis, quelque diable me poussant, je décris une foudroyante volte-face et flanque une bourrade à l’homme. Surpris par mon attaque, il choit. Je relève le couvercle de son machin chose et ce que j’aperçois me fait frissonner.

Des cadrans, des boutons moletés, des voyants lumineux. Cet attaché-case est un poste de déclenchement volant. L’homme allait-il faire sauter la tour Eiffel ?

Pas le temps de méditer plus avant car il réagit sec. Sans se relever, le Chinois vert ! Un saut de carpe et je prends ses deux talons dans les frangines !

Haeurrrrkkk ! Une formidable douleur accompagnée d’un incoercible besoin de dégobiller me dévaste instantanément. Le gars est déjà debout après une nouvelle cabriole. Il me balance une manchette sur la pomme d’Adam ! Ce qu’il y tâte, l’Annamite phalloïde ! J’asphyxie carrément. Ma poitrine enfle, se gonfle de flammes ardentes. J’ai mal partout, je suis naze, je suis out, plus bon à nibe. Je voudrais rentrer chez moi : retrouver maman, mon Dubonnet, apprendre la broderie et aussi à confectionner de la confiture de marrons dont je raffole. Je suis totalement anesthésié. Incapable de broncher ; tout mon être cherchant désespérément une goulée d’oxygène. Les couilles en feu ! Elles vont devenir bleues comme des figues mûres, les pauvrettes ! Et gonfler encore, je gage. Pour les transporter, me faudra une brouette.

L’Asiate, lui, c’est calme et précision. Il sait que je suis hors circuit pour un moment. Posément, il déploie une antenne télescopique logée dans le couvercle de son attaché-case, en braque la pointe en direction de la tour.

Je veux gueuler que non fais pas ça ! Ça râle feu de forge en moi. Mais aucun son articulé. Un projet de crachat tout au plus.

Sur le quai la circulation continue indifférente. C’est plein de tutures pressées qui s’entrombent à qui mieux mieux. Peu de passants, sauf de l’autre côté de la chaussée, par-delà la guirlande de bagnoles.

Le Chinois, je le regarde manipuler, ne puis m’empêcher d’admirer sa parfaite maîtrise. Un chirurgien opérant dans le délicat. Il fait comme s’il était seul dans un laboratoire. Vérifie des trucs, ou plus exactement des bidules (je cherchais le mot, pardonne-moi). Il semble sûr de lui. Et moi, un vrai naveton ! Me suis laissé estourbir recta, écrabouiller comme un cafard. A dégager, le bouillant commissaire ! Une loque ! Une lope !

L’homme procède à un ultime réglage. Ensuite il avance son index sur une grosse touche rouge qui éclabousse au milieu de toute cette grisaille technique d’acier sophistiqué.

Non ! Empêcher absolument ce geste fatal ! Oh ! oui, fatal, je le sens intensément. Ça y est, il a le doigt dessus. La touche s’enfonce. L’homme regarde en direction de la tour Eiffel. Lui aussi, lui surtout s’attend à un badaboum monstre. Mais rien ne se produit. Je le vois, à travers mon brouillard de souffrance, qui se crispe. Ha, ha ! y a un os ! Une couille ? Il fébrilise à présent. Bye-bye son impassibilité, sa froideur. Mister Lajaunisse tripatouille ses bitougnets pour une nouvelle mise au point, s’assure que l’antenne est bien connectée ; rappuie sur la touche ! C’est lui qui y reste, sur la touche ! C’est râpé !

— Tu l’as dans le cul, Tchang ? je tente d’ironiser.

Ce qui subsiste de mon intention de phrase ressemble à un gargarisme qu’on crache. Le Chinois rabat presto son couvercle et détale.

Je fais un effort surhumain pour brancher mon talkie.

— Pinaud ? râlé-je.

— Présent ! Qu’as-tu, Antoine, tu parles bizarrement ?

— Regarde sur le pont, un Chinois court en direction du Trocadéro, rattrape-le, neutralise-le par tous les moyens ! Vite ! Je te dis : tous les moyens !

Le reste, je sais pas. Je suis au bord de la fosse à pommes. L’esprit qui dodeline. Je glisse à genoux et me mets à gerber. Ma vue est rouge, ma poitrine en éruption.

— Vous êtes malade, monsieur ? demande une voix.

J’aperçois une petite vieillarde biscornue (tu parles d’une scoliose, Berlioz !) qui promène un loulou de paumé ravi.

En guise de réponse, je balance une nouvelle fusée à base de croissants mal assimilés.

— Voulez-vous que je prévienne la police ?

— Occupez-vous de votre clébard, madame Michu ! je lui riposte entre deux spasmes.

Elle s’éloigne en maugréant des maudissures.

DEUXIÈME PARTIE

AUTANT EN RAPPORTE

LE VENTRE

XIII

L’ATTENTAT DU SIÈCLE

La radeuse est fringuée d’un péplum taillé dans un filet de pêche à grosses mailles. Juste un slip noir en dessous, moins grand qu’une carte de vœux. L’air acide de la rue Saint-Martin lui mord les meules, les bleuissant vilainement.

Elle me regarde survenir, intriguée par ma démarche en chasse-neige, pieds écartés because mes testicules endoloris. Me prend pour un micheton et, se référant à mon costard bien coupé, s’apprête à m’engourdir un max.

— Salut, ma mignonne, lui balancé-je, t’as pas aperçu la grosse qui remplace Carmen ?

— Elle est en passe, grommelle l’aimable femme. J’sais pas ce qu’elle a pour dérouiller de la sorte, mais ça fait la queue devant sa boutique.

Elle me désigne deux pèlerins faussement innocents qui regardent la devanture d’une épicerie orientale.

— Ces deux pommes, c’est pour elle ; elle est en train d’essorer un veuf d’au moins soixante-dix balais !

— Je vais l’attendre, soupiré-je.

— Tu sais qu’avec moi, mon loup, tu perdrais pas au change, je peux te pratiquer tout le catalogue, même l’œil de bronze si ça te chante ; je suis pour la franche régalade du clille, moi !

J’ai dans l’idée que Berthy crée un drôle de manque à gagner chez ces dames de la rue ; elles envisagent de baisser leurs prix pour lutter contre la concurrence, de consentir des « passes en promotion », d’établir des tarifs réduits, d’instituer des tickets-primes.

— Tu es très aimable, ma chérie, mais c’est pas pour la brosser que je viens rambiner la Grosse ; on a des affaires ensemble…

— T’aimerais pas une petite feuille de rose en l’attendant ?

— J’aurais peur de la rater, et puis, pour l’instant je ne suis pas opérationnel ayant morflé un coup de saton dans les bas morcifs.

Résignée, elle renonce. On se met à jacter de ceci cela : la politique, l’insécurité, la vie chère, ces cons de la mairie qui voudraient faire déménager les putes du quartier. Qu’au bout d’un temps de parlotes, voilà Berthe qui sort enfin de son immeuble, toujours salace dans sa jupette de cuir noir, son soutien-loloches froufrouneux, ses bottes montantes, son fouet de postillon et son immense peigne scintillant dans les cheveux, tout pareil au phare de Guénolé, la nuit. O combien de marins…

— Antoine ! exclame la nouvelle reine de la rue Saint-Martin en m’apercevant. Comment est-ce que vous allez-t-il ?

Le petit veuf annoncé à l’extérieur prend la fuite en rasant gratuitement les murs.

— Votre temps de pénitence est terminé, chère Berthe, vous allez pouvoir rentrer au bercail, je lui annonce gaiement.

Elle rembrunit chouchouïe.

— Dommage, je m’y f’sais. J’sus t’une personne de grand contact, moi, comprenez-vous-t-il, Antoine ? On voit des têtes nouvelles sans arrêt, c’t’intéressant.

— Des têtes de nœud ? souris-je.

Elle m’aboie un grand rire dépeceur.

— Vous avez toujours l’humour à portée, Antoine !

— Allons-y, ma tendre amie, invité-je en lui désignant ma Maserati stoppée à quelques encablures.

Ma belle hétaïre hésite.

— Vous n’voudrez pas que j’épongeasse en vitesse ces deux messieurs dont j’aperçois, devant l’épicerie, avant de quitter ? Y viennent tous les jours pour moi, des gentlemants très bien, très portés.

— Prenez leur adresse, vous leur écrirez, mais nous sommes pressés.

La Baleine soupire à travers ses fanons, adresse une mimique de profond regret à ses deux clients potentiels et consent à me suivre.

La voici qui se détend une fois dans ma voiture.

— C’est un enlevage ! roucoule-t-elle. Vous m’emmenez où est-ce, Antoine, à la maison ?

— Auparavant, nous allons rendre visite à un gynéco de mes amis pour un petit contrôle, chère amie. Après ces quelques jours de remplacement, il est bon de prendre certaines précautions.

— Vous croilliez, Antoine ? J’ai toujours grimpé des gens bien, vous savez ; dont auxquels je f’sais prend’ des précautions. Ces choses du cul, quand elles s’passent ent’ gens du monde, y a jamais de problème.

On sonne.

Fort !

Beethoven sonnerait, il carillonnerait pas avec plus de vigueur. Y a de la véhémence dans ce cigognage du timbre. Une impatience forcenée, de la colère sous-jacente.

Poilala va délourder. Je m’attends à un bonjour, à n’importe quoi de poli, voire d’accueillant, mais fume : silence !

Je m’apprête à aller aux renseignements dans le vestibule lorsqu’on vient à nous.

Et tu sais quoi ? Tu sais qui ?

Tu insistes ? Il faut vraiment tout te dire ?

Le Vieux ! En personne ! Elégant et sombre ! Le regard plus transparent que du cristal d’auroch.

Pas seul. Un type patibulaire l’escorte en qui je reconnais le capitaine Van Dhäl, le collaborateur, et probablement le complice de Hieronymus Krül, celui-là même à qui j’ai faussé compagnie lorsqu’il « m’expulsait » de Hollande.

Oui, ils s’avancent, massifs, terribles. Le Dabe surtout. Les voici qui pénètrent dans la pièce où gisent, enchaînés, les quatre malfrats néerlandais. Ils regardent. Se regardent. Me regardent. Le Big est très pâle, comme le marbre d’une poissonnerie.

— Je le savais ! finit-il par articuler. Je le sentais ! J’en étais sûr.

Ceci n’est que le préambule, l’introduction au vrai discours qui va suivre.

Et que voilà :

— Vous n’êtes qu’un misérable, San-Antonio ! Un renégat. Me faire ça, vous ! A moi ! Enfreindre mes ordres à un tel point ! S’en gausser ! Prendre leur contre-pied ! Tout est consommé entre nous. Depuis deux minutes vous ne faites plus partie de la police ! Radié à vie. La geôle ! Je témoignerai aux assises contre vous ! Je choisirai un bon avocat pour me porter partie civile au nom du gouvernement français que vous aurez bafoué ignominieusement. Association de malfaiteurs. Où est le téléphone ? Vous êtes en état d’arrestation, tous. Association de malfaiteurs ! Vingt ans pour Pinaud qui arrive au bout du rouleau, et perpète pour les autres, j’y veillerai, j’ai le bras long. Et si perpète ne suffit pas, il y aura des rallonges !

« Pas de pardon, aucun, jamais ! Qu’est-ce que je voulais dire encore ? Oh ! oui : je vous maudis ! Vous ne saviez pas que je vous maudissais, commissaire ? Eh bien ! voilà qui est fait ! Vous êtes radié de ma vie. Je vous biffe de mon passé. Vous oublierai sitôt le verdict prononcé. Ferai désinfecter votre bureau. Ou plutôt abattre. Raser ! A la place on y fera une salle de projection. Ou autre chose, je verrai. Une chapelle, peut-être, car c’est vrai, ça, il n’y a pas de chapelle ici. Un flic veut se recueillir, prier un bout, il doit aller jusqu’à Notre-Dame qui est toujours emplie de Japonais ahuris ou de ministres hollandais. Je vous demande pardon, capitaine Van Dhäl. Allez donc vous recueillir dans une cathédrale où crépitent des flashes ! Je hais les touristes, les assimile à des prédateurs, tous les touristes, à l’exception des touristes hollandais, capitaine Van Dhäl, je vous le dis tel que je le pense.

« Comment ? Que dites-vous, si on voulait bien délier ces personnes ? Mais comment donc ! Qu’attendez-vous, vous autres, effroyables tortionnaires, gestapistes, pour délivrer ces charmantes gens ? Regardez-vous dans quelle posture ils se tiennent, les malheureux ! La France leur votera des dommages et intérêts, je m’y engage, et si la France montre quelque carence à ce propos, je débourserai de ma poche ! Mais soyez sans inquiétude, capitaine Van Dhäl, on ne va pas recommencer un nouveau Greenpeace. »

Il roule, le capitaine, prend un fade monumental. Il est en civil, bien sûr, puisqu’à l’étranger, genre officier de réserve dans un complet au ton épinard. Il manque un bouton à sa chemise et on aperçoit son ventre rose et gras de porcelet où frisottent quelques poils blonds.

Il me frime avec ironie. Chapeau ! ils sont gonflés, ces mecs ! Venir récupérer leurs complices officiellement en s’offrant le luxe de porter plainte contre nous !

Alors une lame de fond m’empare. Elle décarre de mes doigts de pieds et grimpe inexorablement jusqu’à mon chapiteau après avoir traversé mes burnes tuméfiées. Je me ramasse sur moi-même, pareil au tigre du Bengale, d’après ce que je me suis laissé raconter. Et je bondis ! Ma boule, il se la cueille en plein pif. Ce fracas de porte enfoncée, tu crois qu’il est produit par ses cartilages qui déclarent forfait, toi ? Oui, probable. Sa bouille est instantanément en sang. Je n’en reste pas là. Un crochet au bouc suit. Puis un uppercut à la pommette. Je recule pour lui ajuster enfin un penalty forcené sous le ventre. Le capitaine ne cherche pas à jouer au plus fin avec sa lucidité et perd conscience. Ça fait « Vraonggg ! » quand il s’abat sur le plancher des Bérurier.

— Oh ! mon Dieu, balbutie le Vieux, pétrifié, à peine réintégré me voici de nouveau limogé !

Epuisé, comme s’il était au cœur d’une cruelle hépatite virale, il s’assied sur une chaise qui proximitait. Il est aussi sonné que Van Dhäl. Il marmonne des bribes de misère. Il raconte comme quoi les temps sont de plus en plus difficiles. Que la vie, s’il aurait su, il se serait lancé dans la culture de l’endive, ou l’élevage du basset artésien ; à moins qu’il aurait pu être pêcheur grec dans les Cyclades. Il va se retirer dans un monastère avec Zouzou. Ils seront habillés de bure et prieront avant et après chaque coït. Des larmes lui jaillissent. Il lève sa tête de saint Sébastien martyrisé vers moi.

— O San-Antonio, vous que j’aimais paternellement, vous que j’ai formé, pétri dans l’argile de mon expérience, vous qui me devez tout et davantage encore, pourquoi me faire cela ?

Je tire une chaise de sous la table, prends place face au Vieux, lui saisis les mains sans qu’il résiste et plonge mon regard flamboyant dans ses yeux de chien battu.

— Je vous ai fait tout cela, patron, pour vous éviter de sombrer dans le déshonneur. Si je ne vous avais pas « fait cela », à l’heure où nous parlons la France serait sans président, Paris sans maire et les télévisions françaises sans antennes pour annoncer au monde ces fâcheuses nouvelles. Car si je ne vous avais pas fait cela, ces requins de haut vol à la solde de je ne sais quelle puissance maléfique auraient réussi l’attentat le plus terrible depuis celui qui coûta la vie à Kennedy.

Je vais chercher une petite boîte de carton sur le buffet des Bérurier. L’ouvre. A l’intérieur se trouve une chose sombre, brillante, ayant le volume de deux pièces de cinq francs superposées.

— Qu’est-ce que c’est ? murmure Achille.

— D’après Mathias qui y a jeté un premier coup d’œil, il s’agirait d’une charge de Chibrium endurci. L’explosif le plus puissant avant la bombe atomique. Si ce truc explosait, il ne resterait de l’immeuble que ses caves et peut-être la cage à serins de Mme Glansale, la concierge, accrochée à la porte de sa loge mais, que je vous raconte… Quand Berthe a été baisée par cet équipage de chauds lapins, on lui a fait subir ensuite un contrôle médical. Au cours dudit contrôle, le médecin qui l’effectuait a placé cette bombe miniaturisée dans le corps de Mme Bérurier. Ne restait plus que d’attendre l’occasion de la faire exploser. Pour cela, il convenait que Berthe se trouvât dans l’entourage du président, chose qui n’avait rien d’impossible puisqu’elle était l’épouse du ministre de l’Intérieur. A ce moment-là, un technicien compétent, se trouvant à bonne portée, provoquait l’explosion de l’engin. La chose a failli se produire tout à l’heure, au second étage de la tour Eiffel. Si je n’avais pas remplacé la vraie dame Bérurier par une fausse, c’était l’apocalypse. Vous réalisez, monsieur le directeur ? Berthe était partie chercher l’amour à Amsterdam et elle en a rapporté la mort dans son ventre.

Pépère est à bout de crédulité.

— Tout ce que j’avance, je peux le prouver, dis-je. Grâce à Pinaud qui a télescopé l’Asiatique chargé de la manœuvre (et qui se trouve à l’hosto dans un piteux état), nous possédons la mallette de déclenchement. Un gynécologue de renom peut témoigner qu’il a bel et bien prélevé cette bombe dans les profondeurs de notre chère Berthe après l’y avoir décelée à la radioscopie. Mais il y a mieux, boss. Je me fais fort d’obtenir les aveux de cette tête de lard de capitaine Van Dhäl.

« Si je l’installe en plein champ avec ce machin-là dans sa poche et que Mathias soit prêt à actionner l’attaché-case contenant le détonateur, il vous racontera tout, je vous le garantis. Alors cessez de faire dans votre pantalon en appréhendant les conséquences diplomatiques. Ces gens sont des démons, pour employer votre langage toujours imagé ; il est temps que les coupables paient. Et c’est nous qui allons avoir la peau de Hieronymus Krül ! »

PILOGUE

Le reste, c’est-à-dire la fin, t’as dû le ligoter dans les baveux. Ça a fait assez de cris ! Le suicide de Krül. La démission en chaîne de hauts fonctionnaires néerlandais placés sous ses ordres. La confession du capitaine Van Dhäl. Son extradition. Sa condamnation aux assises d’Amsterdam. La mise à jour d’une Mafia internationale de trafiquants frappant tous azimuts : drogue, prostitution, ventes d’armes, aide largement rétribuée à des brigades terroristes, que sais-je ! De là est partie la Croisade pour un monde assaini, dont notre cher président a pris la tête, ce qui va lui valoir le Nobel de la Paix à la prochaine distribution de gadgets. Tout ça grâce à qui est-ce ? N’aie pas crainte de le dire, Casimir. Oui, grâce à ton San-Antonio joli, que rien n’arrête et qui n’aura jamais froid aux châsses. Car, si je n’avais pas exigé de Béru qu’il démissionne, si je n’avais pas inventé une fausse Bérurière, si je… Enfin merde, je ne vais pas recommencer ce book, il est suffisamment long comme ça, non ?

Carton reçu une huitaine de jours après les dramatiques événements relatés dans ce chef-d’œuvre impérissable :

Monsieur Alexandre-Benoît BERURIER, ancien Ministre et Madame Alexandre-Benoît BERURIER, sa femme et épouse, ont le plaisir de vous inviter à la projection du film que Berthe Bérurier est la vedette et qu’a été réalisé à bord du paquebot Shöen Zobar av’c la participance de tout l’équipage.

Vu le caractère osé du film, vous êtes priés de pas amener vos enfants.

C’te projection aura lieu le 28 mai à 20 h 30 dans la Salle des Fêtes de Saint-Locdu-le-Vieux, sous la présence affective du maire, Auguste Mangetoux.

Tenue de ville obligatoire.

Un vin d’honneur suivra, pendant l’au cours duquel, Madame Alexandre-Benoît Bérurier dédiera sa photo.

FIN