/ / Language: Français / Genre:det_irony / Series: Le Commissaire San-Antonio. Hors-série

Napoleon Pommier

Frédéric Dard

Ils sont tous là : San-Antonio, Marie-Marie et leur petite Antoinette, Sa Majesté Napoléon IV, alias Béru, et son Impératrice, la grosse Berthe, Pinaud, le vieux Lion de l’Atlas, Jérémie Blanc, aux prises avec Monosperme, le dévoyé de la famille, Mathias, le magicien du labo, M. Félix, la plus grosse queue de France et des départements d’outre-mer, Félicie et sa blanquette de veau. Et aussi : des trafiquants de came, des tueurs à gages, des tueurs sans gages, des oies blanches bonnes à plumer, des journalistes pourris, des princes criminels, sans omettre Salami, le chien surdoué. San-Antonio vous les offre pour l’An 2000, dans un ouvrage au rythme frénétique où vous trouverez le rire, la gaudriole, le délire à vous en faire éclater la rate et les testicules !

Napoléon Pommier

Béru Empereur

A Françoise, mon ange gardien

S.-A.

PROLOGUE

Habituellement, il ne se départait jamais de son chapeau. Un solide atavisme paysan l'incitait à considérer ce couvre-chef comme un toit à l'abri duquel l'existence paraissait moins redoutable. Grâce à lui, le soleil et les intempéries se montraient peu cruels.

Sa coiffure, abandonnée la nuit sur un marbre de commode, provoquait son premier geste cohérent. Après le pet du matin, coup de semonce de ses intestins reprenant vie, il s'en saisissait et la posait sur son crâne, ainsi que le fit jadis avec sa couronne un comique troupier nommé Bokassa, pour s'autoproclamer souverain d'un Etat africain.

Ce jour-là, qui allait marquer le grand tournant de son destin, il rentra chez lui tête nue, un brutal coup de vent ayant offert à la Seine le feutre acheté vingt ans auparavant chez un chapelier de la rue d'Aboukir.

Sa presque calvitie se trouvait délimitée par une couronne de cheveux à la couleur mal définie ; d'un châtain sale éclairci de pellicules larges comme des lentilles.

Non content de le déchapeauter, la bise l'ébouriffait, lui composant une sorte d'ornement impérial fané.

Cette pensée lui vint en apercevant son image dans la glace d'un magasin de modes. Il s'arrêta pour la contempler. Indiscutablement, il « lui » ressemblait, en plus gros, en sanguin. Naguère, la couverture de son livre d'Histoire (qu'il avait ouvert seulement pour regarder les illustrations) représentait Napoléon sur le trône, peint par Ingres. Le tableau montrait le fils Buonaparte dans les oripeaux impériaux, gonflé, herminé, colleretté de dentelle, les mains ensceptrées, l'épée bloquée contre la jambe gauche, chaussé de targettes brodées, le fort collier de la Légion d'honneur étalé sur son foutrical poitrail, le teint livide, la bouche en cerise, avec ce regard noir, désabusé, du bichon d'Artois en train de déféquer. Une couronne de lauriers, probablement en or, achevait de transformer le petit Corsico de Brienne en Imperator à durée limitée.

Cette reproduction devait troubler à jamais un paysan normand que ses vêtements de velours côtelé et ses sabots réduisaient à l'état de serf syndiqué.

« Y a pas d'doute, j'lu ressemb' ! » admit Alexandre-Benoît Bérurier en reprenant sa marche.

* * *

Parvenu chez lui, il trouva Berthe, son épouse, sur une table de massage pliante d'où elle débordait en cascades graisseuses. Le masseur, un primate velu, plus proche du paléolithique que de Tony Blair, pétrissait ses festons adipeux au rouleau de caoutchouc. Le kiné geignait, la dame gloussait, l'effort de l'un assurant la félicité de l'autre.

Exténué, le thérapeute cessa de malaxer la région culière de la donzelle afin de décrisper ses doigts.

— Vous pourreriez pas m'pratiquer un' p'tite caresse d'la moniche, m'sieur Hervé ? implora la copieuse personne.

L'interpellé hésita brièvement, puis déclara :

— Auparavant, je boirais volontiers une bière : la minette que je vous ai prodiguée en début de séance m'a donné soif car vous avez le con salé, madame Bérurier.

Elle rit, flattée.

— Allez chercher un' Tuborg à la cuisine, consentit l'hôtesse.

Sur cette émouvante réplique, l'époux pénétra dans la chambre, grave et majestueux.

— Déjà d'retour ! déplora la languide.

Il fit un geste donnant à constater l'indéniabilité de cette remarque.

— Si tu saurais c'qui nous arrive ! soupira l'époux en se déposant dans leur fauteuil voltaire.

— Quoive ? s'inquiéta sa compagne d'existence.

Le kiné réapparaissait, tétant une bouteille au contenu ambré.

— J't'y dirai plus tard, quand m'sieur Hervé t'aura terminée.

L'empêcheur de forniquer en rond croisa les jambes et renversa son front altier pour admirer les tulipes muraniennes du lustre.

* * *

— Alors, qu'est-ce t'as tant à raconter ? demanda l'épouse relaxée, après le départ du tritureur de glandes.

Son compagnon d'attelage préambula d'un rot dont il étudia le fumet avant de commencer :

— J'croive t'l'avoir dit, j'ai r'çu un turlu de m'sieur Félisque, not' ami l'ancien prof…

— Çui qu'a la bite encor' plus grosse qu' la tienne ?

— Testuel ! Y voulait m'rencontrer à cause d'un' affaire me concernant. N'en c'moment, y travaille comm' documentaleur pour un homme d'lett' qu'aime pas écrire ses bouquins.

— Si y trouve des cons qui les torchent mieux qu'lui, où est le mal ?

L'époux refusa d'entrer dans une discussion pour laquelle il se sentait désarmé. Au reste, peu lui chalait[1] que certaines gens signassent certains textes sortis des ordinateurs d'autrui.

Passant outre la pertinente considération, il en vint au sujet qui déstabilisait sa journée.

— Les r'cherches hystériques dont Félix vient d' faire l'ont conduit, tu sauras jamais où est-ce ! A Saint-Locdu-le-Vieux, mon village natable !

— Comment se peut-ce ? exclama sa camarade de vie.

— Figure-toive qu' nous aut', les Bérurier, sont cousins germanophiles des Pommier dont Léon, le père, avait comme sous-briquet Poléon, biscotte ça donnait, tu y auras remarqué : « Poléon Pommier », c'qu'était drôle dans son genre.

— J' trouv' pas tellement, assura la rabat-joite.

L'Obèse n'en fut pas mortifié. En matière d'humour, chacun réagissait selon son tempérament… Avec une sûreté de laboureur, il reprit :

— Pour en reviendre aux Pommier, l'prof a découvert qu' leur nom n'datait qu' d'quéques générations. A l'originel, y s'app'laient Ramolino.

Il attendit.

Rien ne vint.

En initié de fraîche date orgueilleux de son savoir, il demanda :

— T'sais c'que c'est, ce blase, ma poule ?

Elle secoua sa tête enrichie de bigoudis couleur « fausse gencive pour dentier d'occasion ».

— C'est çui d'la mère à Napoléon : Laetitia Ramolino.

— Et alors ? questionna la prudente ogresse.

— S'lon Félix, les Pommier descendent d'la même branche qu'elle.

— Ça nous fait une belle jambe ! rouscailla la gorgone, jalouse.

— Plus qu'tu croives, la mère ! Plus qu'tu croives ! T'oublilles not' cousin'rie av'c les Pommier, dont laquelle r'monte à l'ennui d'étang. D'après c'te vieille membrane d'prof, un' partie populacière d'Saint-Locdu-le-Vieux origin'rait de Corse. Félix m'éducationne à ce propos[2].

« Y aurait eu, au cercle dernier, des familles, à Jacio, mouillées dans des giries av'c Paoli, le dictateur d'là-bas. E s' r'aient espropriées en France et placardées en Normandie, faisant des fausses souches à Saint-Locdu. Tu piges ? »

Elle commençait.

Une impressionnante gravité succédait à son scepticisme sardonique. Les voiles de sa vanité se gonflaient.

— Se peut-ce ? chuchotait-elle, feignant l'incrédulité, mais déjà convaincue.

Et lui, plus modeste mais davantage ébloui, acquiesçait lentement, accablé par l'époustouflante parenté dont il se croyait investi. Oubliant combien elle était lointaine et douteuse pour mieux conserver intacte la révélation.

Son enfance au cul des vaches, à les traire, les fumasser, les conduire aux pâtures, les aider à vêler. Sa jeunesse à récolter des pommes à cidre et à ployer sous des sacs meurtrisseurs d'échine. Tous ces jours d'intempéries, de sabots et de soupe dans la boue fienteuse de la ferme. Une longue jeunesse en clair-obscur, à obéir, à joindre ses jeunes jurons aux imprécations des vieux, éternels mécontents. Ses masturbations champêtres dans le tronc éclaté d'un saule, ses exhibitions entre copains, ses paillardises inabouties avec la fille Marchandise dont le père tressait des paniers. L'école communale où chaque matière constituait un épouvantail dressé sur sa route, à lui, descendant d'empereur !

— Va nous falloir du temps pour s'faire à c'te couronne, dit-il à sa femme. A propos : l'vent a emporté mon chapeau.

1

Nanti d'un substantiel à-valoir sur son travail de recherches, Félix Galochard, professeur en retraite de l'Enseignement supérieur, s'était offert un costume neuf, ce qui constituait un événement majeur dans sa vie foutriquette.

Le vêtement, un peigné pure laine couleur muraille, devait logiquement l'accompagner dans la tombe car cet homme sans apparat ménageait ses effets (à tous les points de vue, d'ailleurs). Vivant de peu, il ne convoitait rien. Son sexe et le savoir représentaient les deux pôles de sa vie.

Sa modeste existence générait des frais auxquels une pension grise lui permettait de faire face. Il accepta cette besogne sans esprit de lucre, par pur plaisir, et s'il fit avec ses gains l'emplette du complet mentionné plus haut, ce fut pour la raison péremptoire que son meilleur veston venait de le lâcher aux coudes, points névralgiques des fringues d'intellos.

Titan Ma Gloire, de l'Institut, personnage sot et pompeux, venait de l'engager à titre de documentaliste. Un nègre rédigerait l'ouvrage consacré à Napoléon car le Maître n'avait jamais écrit que ses déclarations d'impôts, plus quelques autres, d'amour celles-là, destinées à des dames changeant plus fréquemment de dentier que d'amant.

Le vieux fat en question s'appelait en réalité Tristan Magloire. Jugeant Tristan trop plébéien, il l'avait modifié en Titan, par l'ablation de deux consonnes sans défense, avant de diviser son patronyme, pour lui donner plus de « jus ».

Cet homme de « lettres en souffrance » existait dans un presque château de la banlieue ouest où il aimait à se faire photocopier[3] dans des poses châteaubriesques. Son père, enrichi sous l'Occupation dans le commerce du juif et des métaux non ferreux, lui avait laissé une solide fortune grâce à laquelle il put conquérir une renommée littéraire sous cellophane qui impressionnait les éligibles bivouaquant dans son antichambre.

L'âge venant, avec son cortège d'impuissances, il délaissa peu à peu le beau sexe pour l'autre ; il s'intéressait désormais à des éphèbes aux yeux de licorne qui le mâchouillaient sans grand appétit. Il prisait, par nostalgie, leur corps lisse et musclé mais n'en tirait pas de vraies satisfactions sensorielles.

Il se serait assuré une cour de lévriers afghans, le résultat eût été identique. Privées de sève, les plantes périclitent.

Comme il n'avait rien écrit depuis dix ans, il sentait l'oubli tendre ses rets, aussi décida-t-il de frapper un grand coup en publiant « son » Napoléon, sujet incontournable pour un écrivain à la longue durée littéraire. La biographie de l'Empereur est à l'homme de lettres patenté ce que sont les rhumatismes articulaires au vieillard investi par l'acide urique : un mal auquel on n'échappe pas.

Maître de forges accompli, Titan Ma Gloire se fit organiser un staff opérationnel comprenant un documentaliste pugnace (M. Félix) dont la provende serait mise en forme par un rédacteur habile ; ne resterait plus alors au Glorieux qu'à signer l'ensemble.

Cette mise en place effectuée, nous devons revenir à Galochard dans son costume neuf.

Un taxi frété à la gare le déposa devant le château. Après avoir réglé sa course, le retraité tira la poignée de la cloche. Consécuta un carillon fêlé en harmonie avec la glycine débordante. Le Maître détestait les parlophones qui vous crachent dans les tympans des noms difficiles à saisir. D'ordinaire, la grosse servante martiniquaise accourait avant que les aigres sonorités ne se fussent dissipées mais, dans le cas présent, la façade fin de siècle restait imperturbable.

D'autres sollicitations de la cloche laissant la situation inchangée, Félix prit l'initiative de pousser la grille. Elle s'ouvrit.

Sa vieille serviette sous le bras, râpée tel un cul d'haridelle, il arpenta la centaine de mètres qui le séparaient du perron.

S'approchant, il constata que la double porte munie de verres sertis de plomb se trouvait incomplètement fermée. Il s'en montra surpris, car l'académicien était du genre « barricadé ». Comme la plupart des égoïstes, il aimait interposer une frontière entre l'humanité et sa personne ; tout pleutre se prend pour une proie convoitée.

Après avoir dûment toqué et hélé, il passa outre son éducation. Entra.

Homme de sang-froid (n'ayant rien à perdre, donc rien à craindre), le professeur resta parfaitement maître de soi en découvrant la sombre ancillaire étendue sur le carrelage à damiers dans une posture pour roman policier de Grandes surfaces. L'aimable femme avait la robe retroussée au-dessus du pubis, sa culotte descendue montrait la partie la plus crépue, sinon la plus pileuse, de sa personne. Un plantoir de potager, en métal vert, profondément enfoncé dans son intimité. Par ailleurs, si l'on peut dire, une serpe à bois fendait sa tête de façon à composer une fourche dont le menton formait la base.

Son décès paraissait à ce point indiscutable que Galochard ne se pencha même pas pour le constater. Prenant soin, au contraire, de se tenir à distance, il contourna la victime et se rendit dans les différentes pièces du rez-de-chaussée ; à la grande honte de l'auteur, celles-ci étaient vides, donc sans intérêt.

Avant de signaler le crime, le digne homme emprunta l'escalier menant à l'étage. Cette partie de la maison lui était inconnue. Une antichambre de style Louis XVI, dans les tons bleu pâle, semée de compositions florales roses, l'intrigua, à cause d'un pantalon masculin, vide, qui y faisait le grand écart. Galochard pénétra dans la chambre à coucher du Maître, qu'en espagnol on nommedormitorio, vaste pièce particulièrement chargée, dont le lit à baldaquin, juché sur un praticable représentait le principal élément. Malgré sa pompe, cette couche attirait moins l'attention que les deux corps jetés sur le tapis.

Celui de l'académicien voisinait avec la dépouille d'un superbe minet décoloré, drapé dans une robe de chambre de velours grenat, à brandebourgs.

Le spectacle frappait par son aspect ahurissant, où la guignolerie se mêlait à l'horreur.

Le giton avait le sexe tranché. Le répugnant bas morceau emplissait la bouche de Titan Ma Gloire, constituant une monstrueuse poire d'angoisse. L'écrivain, travesti en Napoléon Ier, portait la fameuse redingote verte à col rouge et boutons dorés, le gilet blanc, la culotte serrée, les bottes souples, et surtout, surtout, le légendaire bicorne noir à cocarde sans lequel Bonaparte serait peut-être passé à côté de l'immortalité.

Le normalien demeura longtemps en contemplation devant ce littérateur en peau de lapin dont le prestigieux uniforme accroissait la dérision.

Un profond sentiment d'écœurement le submergea, causé non seulement par cette mutilation mais aussi par la mascarade l'ayant précédée.

Il était clair qu'avant la survenance de l'assassin, Titan Ma Gloire et son partenaire forniquaient miséreusement. Et puis « quelqu'un » avait surgi pour mettre fin à ce lamentable batifolage.

Le retraité regrettait de n'avoir pas donné l'alerte, après la découverte de la servante. A présent, il se sentait incapable d'assumer son rôle de témoin face à cette tuerie.

Il quitta la propriété sans hâte, marcha longtemps à travers Louveciennes, sa serviette sous le bras, à la recherche d'un autobus.

2

L'homme qui m'avait succédé à la tête de la Poule me remplaçait mal. A peine commençait-il à se familiariser avec « l'Usine », qu'on lui avait découvert un authentique cancer de la vessie.

Cela débuta par des mictions trop fréquentes et se poursuivit par des élancements douloureux de l'alambic. D'où investigations, comme disent les « hommes en blanc » ; puis la sale révélation : Pépère était daubé de la durite…

Opération d'urgence pour tenter de sauver son pipe-line portatif. Intervention réussie ! jubilaient les mécanos de la viande. Depuis, il lancequinait à l'aide d'une sonde, mon successeur ; la bistougne de ce bon vivant s'abandonnait dans des langueurs, style : « Elle n'a godé qu'un seul été. » Il attendait le retour des beaux jours, guettant les frémissements avant-coureurs qui lui auraient donné des raisons de fourbir son gland pour la chouette kermesse du prose. Mais que tchi ! Il donnait dans le flan caramel ; question consistance, le seigneur de son slip jouait les nymphes dolentes.

En haut lieu on avait prié M. Moi-Même de bien vouloir reprendre les rênes de la Grande Taule en attendant. L'Administration, si impitoyable la plupart du temps, sait parfois se montrer compatissante.

Conclusion : depuis des semaines, le cuir noir du fauteuil servant de trône hébergeait mon fondement.

Le boulot ne manquait pas, cependant je me faisais tarter à superviser des enquêtes, à conseiller, à admonester aussi, moi qui n'ai pas une âme de pion !

J'étais précisément en train de laver la tête d'un jeune inspecteur, coupable d'avoir carbonisé une planque délicate, lorsque le planton[4] m'avertit qu'un nommé Galochard demandait à m'entretenir dans les meilleurs délais.

Ce patronyme quelque peu ridicule me rappelait quelque chose. J'expédia le jeune flic et ordonnis qu'on introduisât le visiteur.

Forte fut ma surprise de voir surgir notre vieux copain Félix dont je n'arriverai jamais à retenir le blase.

Vêtu de neuf, mais la mine en détresse, l'homme au plus long sexe de France ressemblait à un albatros infoutu de regagner la rive, pour avoir trop longtemps escorté un navire.

Nonobstant sa maigreur, il subsistait sous son menton un rabe de peau l'assimilant à un dindon, voire à un pélican. Une mousse gerbante marquait sa bouche, et il pleuvait autant de pellicules sur ses épaules qu'il tombe de flocons de neige dans Docteur Jivago.

— Salut, bon ami, claironnai-je en désignant l'un des deux sièges « visiteurs » ; vous ne paraissez guère en forme !

— Je n'ai pas sujet de l'être, rétorqua le Vieux Nœud en s'asseyant.

Il se mit à narrer l'effroyable aventure à laquelle il venait d'être confronté et que je ne vais pas vous faire chier la bite à répéter quelques centimètres plus loin.

Je lui déclaras qu'il avait bien fait de venir me trouver et lui conseillis de boire cul sec (exercice impossible à pratiquer par certaines dames de mes relations) le verre de vodka glacée que j'allai nous servir.

Il m'obéit scrupuleusement, puis s'en fut rendre visite à une péripatéticienne affligée de nanisme, figurant parmi les rares donzelles capables d'accueillir son effarant braquemart.

Avant de quitter le sol sacré de la Grande Volière, je passai ramasser Jérémie dans son bureau, situé au même étage.

Il conversait avec un autre Black, d'âge et de carrure similaires aux siens. Le visiteur arborait une élégance un tantisoit frelatée, me parut-il. L'impression provenait-elle de son costume noir aux larges rayures blanches, de sa chemise mauve égayée d'une cravate jaune, ou des quarante-deux bagues alourdissant ses doigts ? Mystère ! Toujours était-il qu'il ne passait pas inaperçu.

— Je te présente mon cousin Monosperme Blanc, fit le plus efficace de mes collaborateurs.

Je tendis spontanément au personnage étrangement prénommé la dextre de l'amitié.

La sienne était sèche et froide. D'emblée, l'homme me déplut. Son regard fuyant et son sourire faux-derche incitaient à la défiance.

— Ravi de vous connaître, articulai-je néanmoins.

— Ne te donne pas la peine, recommanda Jéjé. Tout ce que ce rat puant mérite, c'est ça !

Et il plaça au bouc de son parent ce genre de taquet qui devait conduire jadis Marcel Cerdan au championnat du monde.

Monosperme tomba à genoux. Maintenant sa stabilité des deux mains posées à plat sur le tapis, il se mit à traiter son cousin d'enculé de sa mère, bien que la dame évoquée fût la sœur de la sienne.

Manière de le faire taire, mon adjoint lui shoota un penalty dans le portrait, ensuite de quoi il demanda par le téléphone intérieur qu'on vienne ramasser ce « tas de merde » (ce furent ses propres paroles) et qu'on l'enferme dans la cage à poules où il aurait le loisir de réfléchir.

— Je croyais que tu avais l'esprit de famille ? fis-je à Blanc.

— Pas quand ladite se mouille dans un trafic de came. Cette tête de nœud s'est fait serrer par les stups et a cru opportun de m'appeler. Il va vite comprendre que l'idée n'était pas bonne.

Sur cette déclaration froidement débitée, nous partîmes pour Louveciennes.

* * *

Il régnait sur le parc un calme quasi céleste.

La brise froissait les feuillages et des oiseaux ramageaient comme des cons.

Le portail entrouvert invitait le visiteur, de même que la porte dont les vitraux peints représentaient des ajoncs sur fond d'océan breton.

Nous entrâmes.

Le corps d'une forte Noire gisait sur le damier du hall, dans l'état décrit par Félix. Sa tête fendue créait une horrible impression de bicéphalité tandis que le plantoir vert enfoncé dans son sexe donnait un côté surréaliste au tableautin. De superbes mouches bleutées avaient été prévenues de l'aubaine et se rassemblaient en un meeting de muscidés survoltés.

Un fauteuil Louis XIII se trouvait dans les parages, je m'y assis ; non que j'eusse les jambes coupées, mais cette position était adaptée à ma réflexion. Blanc respectait ma méditance.

— Meurtre de fou, n'est-ce pas, mon cher Watson ? lui fis-je au bout d'un laps de temps déraisonnable.

Il n'avait pas changé de chemise et commençait à renifler le soutier surmené.

— On pourrait le penser, acquiesça-t-il, ces mutilations sont par trop excessives.

Quelque part, dans le castel, une horloge sonna un coup pour signaler la demie de quelque chose.

A cet instant nous perçûmes un bruit en provenance de l'étage. Il était pesant et précaire à la fois. S'accompagnait de grincements : ceux des marches de l'escalier.

Des âmes moins bien trempées que les nôtres en eussent été alarmées.

Un silence, une plainte…

Puis le pas (car c'en était un) reprit.

Et alors nous vîmes surgir, sur le palier intermédiaire, une apparition en bonne et due forme.

En bon uniforme, serais-je en droit d'ajouter.

Napoléon Premier soi-même.

3

Pas le Napoléon du pont d'Arcole ! Plutôt celui de Sainte-Hélène.

Grassouillet, blême et bouffi, le bitos de traviole, le gilet déboutonné. Il avait bédolé dans sa culotte blanche car de brunes traînées la souillaient.

Sa bouche barbouillée de sang l'apparentait à un vampire (si tant est qu'un vampire soit apparentable). Son regard exorbité évoquait les gros phares éteints d'une torpédo des années 30.

Il ne se cramponnait pas à la rampe, aussi ses jambes flageolantes le portaient-elles à peine. Chaque marche dégravie menaçait sa verticalité.

Jérémie s'élança à son secours mais intervint trop tard. L'Empereur, à bout de forces, renonça aux lois de l'équilibre pour céder à celles de la pesanteur. Sa tête heurta un nez de marche. Le bicorne salua la chute en quittant ce chef déplumé. Napo demeura immobile, gueule béante, tête en bas, dans sa fausse gloire et sa vraie déchéance.

Nous le ramassîmes et l'étendâmes sur le tapis du hall où son apparence devint plus noble.

Je l'avais vu en photo ou à la télé, cela m'avait suffi pour être convaincu de sa connerie ; mais je compris, lorsqu'il fut à mes pieds, que mon impression était erronée. Même inconscient, sa physionomie exprimait la suffisance et beaucoup d'autres travers que je n'ai pas le temps d'évoquer en ces pages brillantes.

— Mort ? demandai-je à Jérémie. (Non qu'il fût plus averti que moi en matière médicale, mais il tenait sa main plaquée sur la poitrine de Titan).

— Non, répondit mon ami : le cœur bat.

— Préviens Police Secours !

Jéré dégaina son portable pour composer le numéro.

Pendant qu'il faisait le nécessaire, je grimpis à l'étage, traversis l'antichambre jonchée d'un pantalon et parvins dans l'antre fornicatoire de l'écrivain par contumace. J'y découvris le minet blond décrit par le cher Félix. Le garçon (que je continue d'appeler ainsi), reposait sur le dos ; ses jambes ouvertes rendaient plus évidente la mutilation. Je ne pus m'empêcher d'évoquer une fille mise en congé de baise par ses ragnoches.

Le blondinet se trouvait nu sous une pompeuse robe de chambre, j'étais prêt à parier un kopeck neuf contre un dollar usagé que le futiau de la pièce attenante lui appartenait.

N'étant pas convaincu que l'ablation de sa zézette avait causé son trépas, je m'accroupissas auprès de lui pour effectuer des constatations plus poussées. Ne tardis pas à me rendre compte que son meurtrier lui avait enfoncé la tige d'un poinçon d'acier à la base du cerveau. Un manche de buis formait une étrange excroissance à travers sa longue chevelure décolorée. Le criminel usait d'un matériel varié !

Jérémie me rejoignit, l'air désemparé.

— Quelle pétaudière, murmura-t-il. L'affaire va déclencher un cirque du diable !

On pouvait y compter.

— Ces meurtres ont été exécutés par un familier des deux hommes, notai-je. Il semble évident que les victimes ne furent pas paniquées au moment du crime. J'aimerais qu'on fasse venir Mathias avant le patacaisse médiatique.

— Je viens de le prévenir : il arrive !

— Tu es chiant, grommelai-je, tu penses toujours à tout !

— Parce que j'ai été à bonne école, assura le flatteur.

Un ronflement de moteur deux-temps retentit, venant de l'extérieur. J'allis à la fenêtre et découvris un Arabe en bleu de travail qui commençait à tondre le gazon.

— Examine les lieux pendant que je vais aller discuter le bout de gras avec l'ami Mohamed, ordonnai-je.

L'homme, un ancien harki blanchi sous le harkoi, possédait une gueule mourante de gars consacrant son existence à des valeurs qu'on lui avait certifiées solides. Ses tifs gris restaient drus, ses sourcils ressemblaient à deux brosses à habits et sa moustache était gauloise par excès de fidélité à notre pays. Son regard, brillant malgré l'âge, contenait une gentillesse bouleversante tant on la devinait sincère.

Il me vit approcher d'un œil surpris et, comprenant que je voulais lui parler, arrêta le raffut de son engin. Il n'osait sourire car mon personnage l'intimidait.

Lorsque je fus à lui, je lui tendis spontanément la main.

— Bonjour ! fis-je-t-il avec un enjouage que j'étais loin d'éprouver.

Il m'offrit sa patte calleuse comme une brebis[5].

— Vous êtes le jardinier ? demandai-je, car je ne rechigne jamais à souligner une évidence.

Il me répondit par l'affirmative, ce qui n'est pas fait pour te surprendre.

— Vous venez souvent entretenir le jardin ?

— Trois fois la semaine.

— Depuis longtemps ?

— Dix ans au moins.

Estimant ce préambule suffisant, je lui appris alors qu'il s'était passé « des choses terribles » au château. Le cher homme, qui cependant en avait vu de sévères au cours de son existence militaire ne devint pas gris (il l'était déjà) mais se mit à grincer des dents, manifestation d'autant plus regrettable qu'il s'agissait des siennes, miraculeusement préservées malgré l'âge et les combats.

Je l'entraînai vers la maison. Il avançait mollement, comme lorsque tu affrontes en espadrilles une étendue marécageuse.

Nous parvînmes dans le « hall tragique ». Il se prit à grelotter en découvrant les deux gisants ; la servante surtout l'épouvanta.

— C'est pas moi ! C'est pas moi ! chevrota l'ancien guerrier, sachant combien, en France, on est enclin à accuser le jardinier quand il y a meurtre au château.

J'entrepris avec gentillesse sa rassénération, après lui avoir assuré que je ne doutais point de son innocence. Nous avions besoin de renseignements, les plus précis possibles.

Les corps l'hypnotisant, je le conduisis au salon où une tortue silencieuse consommait mélancoliquement une feuille de laitue dans un parc disneylandien.

J'invitai mon nouvel ami à partager avec moi un siège en forme d'hélice, baptisé « conversation ». Il y déposa gauchement un bout de fesse en alerte et me confia son regard de servitude.

— Comment vous appelez-vous ? attaquai-je.

— Moktar El Djam.

— Eh bien, Moktar, vous allez me parler de cette maison : la manière dont y vivait Ma Gloire, les gens qu'il recevait, les incidents s'y étant produits… Rassemblez bien vos souvenirs et parlez sans crainte, vous avez ma parole d'officier de police que tout ce que vous me direz restera entre nous.

Le bon harki possédait une importante qualité parmi beaucoup d'autres : l'intelligence du cœur. Je m'aperçus rapidement qu'il savait négliger les détails pour aller à l'essentiel. Sa terreur surmontée, il parlait juste et clair. Certes, il venait de façon intermittente au château, pourtant sa besogne l'amenait fréquemment à soigner les plantes d'intérieur et à suivre ainsi le va-et-vient des livreurs et des visiteurs. Ces derniers semblaient de deux ordres : les quémandeurs et les familiers.

Les premiers satisfaisaient la vanité du Maître, car le principal mérite des demandeurs est de flatter. Titan se goinfrait de l'obséquiosité d'autrui. Il se laissait lécher avec volupté. Les louanges les plus suintantes le mettaient en pâmoison. Quand on l'avait bien oint et lubrifié, il congédiait ces sodomites gigognes avec brusquerie et sans leur laisser le moindre espoir.

Hormis ces passereaux de la gloire, l'académicien possédait une petite cour privée réservée à ses fornications. Il ne se cachait pas pour tripoter ouvertement ses minets. Moktar se rappelait notamment un épisode où le châtelain (disons plus justement, le « castelain ») s'était fait tutoyer le pontife à l'ombre du grand cèdre bleu, orgueil du parc.

Le gentil Kabyle me fit bien d'autres récits de ce tonneau, mais Jérémie intervint pour m'avertir que l'ambulance était là. J'interrompis cette première livraison pour accueillir nos croix-rougiens.

Les deux infirmiers s'apprêtaient à charger le Maître sur leur civière lorsque mon fabuleux Mathias, directeur de notre labo, survenit, blousonné de cuir et casqué martien car il venait d'acquérir une impressionnante moto japonaise, au grand dam de sa mégère.

Notre confrère ôta son heaume et sa rousseur emplit le hall comme la lumière d'un projecteur.

Il nous salua à peine.

— Qu'as-tu ? questionnai-je. Tu viens d'apprendre que ton compte à la Banque du Sperme est à découvert ?

— Marthe est ENCORE enceinte !

— Donc, j'ai vu juste : tu es à sec ?

L'éminent garçon en avait un himalaya sur la patate car il maugréa :

— Ça fait plus de deux mois que je ne l'ai pas touchée !

— Et alors ?

— Sa fécondation est récente ; Marthe me trompe.

— Hé, moment ! Ne précipite pas les choses : les dates, en matière d'obstétrique, sont souvent spécieuses !

Il plongea son regard au fond du mien jusqu'à pouvoir déchiffrer la marque de mon slip.

— Ma femme jure qu'il est de toi !

J'en suffoquis. Puis j'éclatis de rire[6].

— La moto ! déclarai-je.

— Comprends pas ?

— Tu viens de la braver avec l'achat d'une ronfleuse, alors elle se venge en prétendant t'avoir cocufié !

Il devint perplexe, me considéra de plus rechef, puis sa mine de constipé chronique se fit presque sociable.

— Penses-tu qu'elle soit capable d'une telle perfidie ?

— Pour une épouse irritée, ce n'est pas de la perfidie ; ta jugeote n'est guère plus haute qu'un bonsaï !

Cette fois, il irradia au point que je faillis chausser mes lunettes de soleil.

— Qu'arrive-t-il ? demanda l'exquis personnage, si prompt à l'inquiétude, mais si facilement rassurable.

— Des choses, rétorquai-je.

Empruntant le geste auguste du semeur, je lui désignas tour à tour, la Martiniquaise et l'écrivain.

Il reconnut ce dernier et tiqua :

— Mais c'est ?…

— En personne ! Commence par l'examiner car il vit encore et il faut le driver à l'hosto ! Pour les autres, il n'y a plus d'urgence.

— « Les » autres ? s'effara-t-il, oubliant qu'il s'agit d'un verbe transitif (je parle d'effarer).

Sous les regards du jardinier et des deux ambulanciers, l'abondant procréateur se livra à un examen à la fois rapide et précis de l'intéressé. Il le mit sur le ventre, sur le côté, ouvrit grande sa gueule de saurien, souleva ses paupières à demi baissées et déclara :

— L'émotion a été trop forte, il a été terrassé par sa panique.

Ce diagnostic posé, on évacua le Mirobolant.

Comme la gent ambulancière s'apprêtait à le charger, un vacarme retentit, composé de cris et de sonneries de clairon. J'écris clairon au singulier car il n'y en avait qu'un seul, mais qui faisait autant de boucan que, jadis, la clique de Pont-de-Chéruy.

Nous gagnâmes le perron, Jérémie and me, et vîmes surgir une vénérable bagnole jaune, aux ailes noires, ressemblant à un énorme hyménoptère aculéate, moins connu sous le nom savant d'abeille.

Deux personnes occupaient la vénérable torpédo, l'une et l'autre vêtues en costume Empire. La conductrice était, sauf erreur, en Joséphine de Beauharnais, son compagnon en maréchal Ney.

— Qui sont ces olibrius ? questionnai-je.

— Les familiers de Monsieur, renseigna le jardinier. C'est aujourd'hui son anniversaire et une petite fête devait avoir lieu.

— Drôle de sauterie !

Je fis signe à Moktar qu'il pouvait partir et laissai la tire stopper près du perron. Les passagers en descendirent, lestés de paquets aux rubans affriolants.

En les regardant approcher, je réalisai que la première épouse de l'Empereur était un travesti.

Ils poussèrent la porte et se ruèrent dans le hall en braillant :

— Joyeux anniversaire ! Joyeux anni…

Ce qu'ils découvrirent alors leur coupa le sifflet.

4

On dit volontiers : « Con comme un moulin à vent. »

Je ne pige pas pourquoi : c'est pas con un moulin à vent, bien que la plupart soient hollandais !

En tout cas, les deux arrivants ont l'air authentiquement glandus, eux, espère. Pis que le mec faisant par inadvertance de la plongée sous-marine dans une fosse à purin.

Reconnaissons toutefois que les déguisements ne contribuent pas à exalter leurs qualités intellectuelles. La Beauharnais a de la moustache et du poil aux pattes ; le maréchal Ney, un rouquinos[7] avec du rouge à lèvres, compisse la banquette où il est assis, tant il a peur.

Ces chéris essaient de ne pas regarder la femme torturée, mais c'est tellement fascinant, l'horreur, que leurs yeux reviennent s'y poser comme des mouches sur une charogne.

Mathias étudie, avec son attention pointue, la servante « plantée du bas, fendue du haut ». Quand il examine un mort, c'est comme s'il cherchait à devenir son ami, à l'apprivoiser pour se faire confier LA VÉRITÉ. Il lui chuchote des choses, l'écoute, crée une extravagante connivence entre eux.

Je le regarde agir, assis face aux deux biches épouvantées. A un certain moment, l'époux de la Marthe pondeuse retire le plantoir, puis la serpe à bois et joint les deux parties de la tête fendue en maintenant l'ensemble serré par un large élastique sorti de sa trousse.

Il prend un bloc de papier et consigne les points capitaux de son rapport, agenouillassé sur le carreau, le cul dressé comme un adorateur ou un sodomisé.

Ça dure chouchouïe, qu'à la fin il chope une crampe et change de position, s'asseyant, calé contre le gros cadavre de la patiente (si je puis risquer ce mot). Noircit ou plutôt bleuit (son stylo a des cartouches couleur Sainte-Vierge), feuillet sur feuillet, kif un étudiant en philo penché sur sa disserte.

Jérémie, qui était allé raccompagner le jardinier, revient, tenant un sac de plastique de ces Galeries Lafayette grâce auxquelles le nom du courageux marquis n'a pas été oublié. Mystérieux, il le dépose sur mes genoux.

Je l'interroge du regard.

D'un sourcillement, il m'encourage à considérer l'intérieur de la pochette.

J'ouvre.

Un pistolet monumental, de tueur à gages assermenté ! Une pièce d'artillerie susceptible de percer des trous dans la coque du Titanic si le fameux iceberg n'avait pas suffi.

— Où ? briévé-je.

— Le coffre de la torpédo, murmure le Mâchuré.

J'acquiesce et lui rends sa trouvaille.

— A voir ! fais-je.

Mathias vient de se redresser et nous rejoint.

— Tu as dit qu'il y avait un autre client ? me demande-t-il.

— Montons tous ! décidé-je, en adressant un geste péremptoire aux follingues.

Ney et Joséphine grimpent sur les talons de notre scientifique ami.

Une atmosphère sentant la foudre écrase la maison. Seul, l'homme à la semence incoercible semble à présent détendu. Pour cet être, le travail est un véritable bonheur.

Naguère (voire même plus récemment), une bite sectionnée emplissait la clape du Maître. En reprenant conscience, il l'aura crachée, peu soucieux de ce quartier de noblesse tombé en déshérence. Le zob gît sur le tapis, privé du cadre sympathique que lui fournissaient un bas-ventre et une paire de testicules quand il était opérationnel.

Les minets émettent des glapissements de renards découvrant qu'ils sont devenus manteau sur le dos d'une pute ! Faut dire que c'est terrible, une verge toute seule.

Et puis nous pénétrons dans la chambre. Alors, les deux tantines chiquent aux pleureuses africaines. Cris et gargouillements ! Lacérage et trépignage !

— Guytou ! Guytou ! strident-elles devant le pauvre ébité.

— Calmez-vous, mesdemoiselles ! interviens-je.

Tu sais quoi ? Voilà la maréchale qui me donne un coup de griffes sur la joue.

Un chat sauvage !

Ma réponse est aussi fulgurante que positive : uppercut au bouc !

Ça a craqué ? T'es sûr ? En tout cas il est foudroyé de première, le gazier qui m'antagonise. Bras en croix, yeux brouillés pour une extase intérieure en comparaison de laquelle celle de ton épouse, lorsque je la saute, est pur chiqué.

Pendant que Mathias fait rebelote avec ce nouveau défunt, j'attire la Beauharnais dans une embrasure.

— Ma chère petite, commencé-je, le moment des révélations utiles est arrivé. Montrez-vous coopérative si vous ne voulez pas avoir la gueule pareille à une collision mortelle sur la Nationale 13.

Elle véhémente du menton. « Oui, oui, yes, si, da : elle est partante pour une converse à bâtons (mais non à menton) rompus. Elle dira tout, plus le reste ! En inventera au besoin ; mais ce qu'elle souhaite, c'est préserver notre amitié naissante.

Ne voulant pas t'infliger un procès-verbal de pandore, je te résume.

Elles sont trois folles guêpes partouzardes qui draguent le riche micheton sur le retour. Ces chéries ont pu constater que le septuagénaire fraîchement converti offre une aubaine idéale. Sa sève subsistante l'invite à des dépravations qu'il n'a jamais pratiquées auparavant. Comme tout initié, il est prêt aux excès.

Les trois amis ont su mettre leurs pattes de velours sur l'académicien, l'ont entraîné loin dans la perversion et l'ont photographié en cours d'ébats. Ces images seraient susceptibles de ruiner sa réputation si elles cessaient d'être confidentielles.

Aujourd'hui marque l'anniversaire du grand homme. Aussi a-t-on décidé d'organiser un dîner de têtes en son honneur. Le Premier Empire se trouvant à l'ordre du jour, le thème de la fiesta prévue a été tout naturellement Napoléon, d'où ces déguisements. La réception doit avoir lieu dans une hostellerie réputée des environs : La Cage d'Or, à partir de vingt heures.

— Un instant ! l'interromps-je.

Je m'approche de Mathias, toujours en plein flirt avec la défunte chochotte.

— La mort de ces gens remonte à quand ?

Il hausse les épaules :

— Trois ou quatre heures.

Je consulte ma toquante.

— Soit entre douze et treize heures ?

— L'autopsie t'apportera une réponse plus précise.

— Donc, depuis midi, personne n'a ramené sa fraise (Henri III) au manoir ?

In petto, j'ajoute : « A l'exception du père Félix. »

Accaparé par ces constatations, le Rouque ne juge pas opportun de répondre. Cézigus dirige le laboratoire de Police technique. Il n'est pas officiellement médecin légiste, mais en sait plus long que le code civil sur les questions morticoles et leurs dérivés ; je le sollicite volontiers sur les affaires de meurtre.

Ney n'a pas un meilleur sort dans mes books que dans l'Histoire[8]. Voyant qu'il commence à remuer des épaulettes, je réinterviens.

— Ne vous agitez pas ! conseillé-je au prince de la Moskva en lui mettant une délicate talonnette sur la glotte.

Il juge mon conseil judicieux et se rendort, façon chérubin que sa nounou vient de branler, comme ces chères femmes le faisaient au bon vieux temps ; thérapie grandement préférable au Phénergan, toutes les nurses compétentes te le confirmeront.

Revenu auprès de Joséphine, je dépose sur ses genoux mon légendaire calepin à couverture de moleskine noire.

— Ecrivez votre nom et ceux de vos copines, ainsi que les adresses.

La langue pointée, elle s'exécute, gentille écolière pleine de bonne volonté.

Coup d'œil à son devoir de vacances.

— Olympio, c'est vous ?

Battements de ses longs cils en poils pubiens amidonnés.

— Et Guy, le pauvre défunt ? Norman, le gisant à la mâchoire d'argile ?

— Exactement.

— Vous demeurez à la même adresse ?

— Les parents de Guytou sont morts dans un accident, il s'est retrouvé seul dans leur grand appartement de l'avenue Paul-Doumer…

Cela allait de soi.

— Comment se fait-il que le gentil Guy[9] soit arrivé ici avant vous ?

— Gros Poutou a téléphoné ce matin en lui demandant de venir le premier.

— Cela se produisait fréquemment ?

— Parfois, son humeur l'incitait à réclamer la présence de l'un de nous : besoin de tendresse.

— Et aujourd'hui fut le tour de ce malheureux ?

— Hélas !

La pauvre biche met la main devant ses yeux beauharniens et éclate en sanglots.

Je respecte sa détresse.

— Coup dur pour vous deux, remarqué-je : votre logeur refroidi, le micheton dans le coma, et la police sur les endosses. Comment est-il venu ici, le chérubin ?

— Gros Poutou l'a envoyé chercher par son chauffeur.

— Il en a un ?

— C'est un retraité des taxis habitant le quartier qui lui en tient lieu.

— Son nom ?

— Montmajour, je crois me rappeler, comme l'abbaye de Provence ; il demeure au bout de l'avenue.

Voilà qui justifie une ligne supplémentaire dans mon fameux carnet.

Je cherche Jérémie du regard. D'un imperceptible acquiescement, il m'indique qu'il fonce interviewer l'ex-collaborateur de la G7[10]. Je te le répète : ça fonctionne rond, nous deux.

Pour laisser à Joséphine le temps d'essorer ses pleurs, je retourne à l'Embrasé.

— Tu en as encore pour longtemps ?

— J'ai terminé, le légiste prendra le relais.

— Premières réflexions ?

Il se dresse, m'entraîne dans l'antichambre.

— Ces meurtres n'ont pu être commis par un homme seul, assure le planteur de spermatozoïdes ; si je peux me permettre cette formulation : l'ASSASSIN ÉTAIT DEUX !

5

— Faut qu' j'vais d'mander à Félisque de fectuer des r'cherches plus poussives ! fit l'empereur-à-forfait en tentant de décoincer sa braguette à la fermeture Eclair de laquelle manquaient deux dents (il en manquait bien davantage à sa propre mâchoire). Tu voyes pas, ma belle, qu' j'soye l'héritier naturel d'Napo ?

— Qu'est-ce tu f'rais ? s'enquit l'éventuelle impératrice ?

— J' vendiquerais mes droits !

— T'sais bien qu'on est en République, mon pauv'.

— Un' République qu'a tourné comme la mayonnaise, ma grosse ! Un' République d'noces et banquets qu' personne n'y croive plus. Y a pas si lurette, quand un homme d'Etat causait à la téloche, tout l'monde s'arrêtait d'claper ou d'visionner Zorro su' un' aut' chaîne. A présent, sitôt qu'tu voyes surgeindre un quéconque chef d'parti, c'est la fuite aux abris ! La monstre carapate ! Tu t'branches su' n'importe quoive, n'importe où… Tu préfères mater la pube su' la pauv'dame perdant d'la valve et licebroquant dans ses jupailles ; n'ou bien un documentaire su' la chauve-souris femelle qui reste enfoutraillée des mois avant d'êt' fécondante. La population en a quine des blablateurs à mandats ! Ell' va plus voter ! L'premier gonzman se pointant pour prend' l'pouvoir n'a qu'à s'baisser pou' l'ramasser. Alors si moive, Béru, citoilien irréprochab', se pointe en annonçant qu'il est l'descendant de l'Emp'reur, j' t'prille d'croire qu'ça fait un cri dans la lanterne haute, fillette. J'passe à l'unanimisme, plus un' voix !

Elle l'écoutait, charmée par l'énergie de son jules, amoureuse de lui à nouveau ; presque dominée !

Elle questionna cependant :

— C'est quoi t'est-ce, l' paquet, su' la table ?

Peut-être espérait-elle un cadeau ?

— Tu vas voir, fit-il d'un ton gourmand.

Et il sortit du papier un bicorne napoléonien, agrémenté de la cocarde.

S'en coiffa.

— Où c'qu'tu l'as déniché ? béa Berthe.

— Chez un costumeur du Palais-Royal, c'tait la plus grande pointure.

Il s'en fut chercher son impérialité dans la glace, l'y débusqua et se perdit dans une fascination suave.

Sa bouille porcine planturait sous le légendaire couvre-chef qui lui donnait l'air totalement con.

— Tu voyes un' différencité ent'moive et lui ? questionna le Mastard.

— Non ! répondit-elle, impartiale.

Ils en étaient là de leur délectation quand on sonna.

Berthe s'en fut délourder.

— M'sieur Félisque ! cantonada-t-elle d'une voix lubrifiée par la reconnaissance.

Elle convoya triomphalement leur ennoblisseur jusqu'au salon.

— La vache ! T'en jettes ! s'écria le Mahousse, surpris par l'élégance inhabituelle du bonhomme.

L'universitaire se montra imperméable au compliment. Son air crispé, lointain et désabusé[11], dérouta Napoléon IV.

— T'as la tête d'une vieille banane tigrée, soye dit sans t'déconvenir. Des misères ?

— On peut appeler cela ainsi ! admit Galochard.

Sans plus tarder, le documentaliste narra au futur empereur la sanglante aventure qu'il avait connue le matin.

— Pourquoive t'as-t-il prév'nu Sana et pas moi ? bougonna celui que la postérité surnommerait vraisemblablement un jour le Gros Caporal.

L'interpellé eut une réponse qui n'arrangea pas les choses :

— J'ai alerté les instances supérieures !

— Tu croives qué sont plus compétentes, tes insistances supérieures ? J't' parille l'cul à Berthe cont' un' dinde truffée qu'je vais êt' en moins de jouge branché su' l'affaire…

Il dit.

Et, par miracle, le téléphone retentissit.

San-Antonio réclamait Bérurier.

Ce dernier poussa la clameur émise par le stade de São Paulo quand l'équipe brésilienne marque un but, puis s'élança en omettant de changer de coiffure. Mais qu'importe : les modes sont cycliques.

6

Mon Vendredi (saint) réapparaît, flanqué d'un petit sexagénaire rondouillard.

— Voici M. Montmajour, présente-t-il.

Le taxoche retraité a les joues fourbies au Chinon (il est natif de l'Indre-et-Loire), le nez comme un champignon de couche et une voix évoquant celle d'un chanteur d'avant Quatorze enregistrée sur cylindre. Ses yeux pâles ressemblent à ceux de l'épagneul tibétain, en moins expressifs.

Il est carrément épouvanté en avisant des pattounes noires dépassant de la couverture.

L'angoisse le point.

— Un accident ? chevrote-t-il[12].

Au lieu de répondre du geste, je lui péremptoirise de me suivre au premier. Je les aurais gravies une chiée de fois, ces marches !

L'émotion n'atténue pas son asthme chronique lui rendant l'ascension d'un escabeau aussi pénalisante que celle de l'Annapurna.

Lorsqu'il pénètre dans la chambre où repose toujours le corps de Guytou, il porte la main à sa poitrine et se laisse tomber sur un pouf.

Il ne peut parler, consacrant à sa respiration épisodique ce qui lui reste de vitalité. Pour lui, cet éphèbe équeuté, c'est du jamais vu, de l'impensable. Des morts ? Soit ! Il connaît ! En a même ramassé sur les routes vacancières ; mais des macchabées sectionnés du brise-jet, never !

D'en plus, il identifie ce joyau de la rondelle à poils ! Pas plus tard que ce matin, il est allé le quérir à Pantruche pour l'amener dans cette maison où devait se perpétrer son destin. Se rappelant qu'il est catholique, le driver s'exécute un magistral signe de croix sur le placard, pas lésiner avec la religion dans les cas critiques !

J'attends qu'il retrouve un semblant de souffle pour lui demander son témoignage. Me le fournit en haletant comme le vainqueur du marathon olympique à qui tu demandes de réciter le théorème de Pythagore.

Lorsqu'il s'est pointé chez les frivoles, Guytou savourait une tasse de thé anglais aromatisé à la rose. Paré pour le départ, son petit baise-en-ville à terre, près de la porte.

— Et ses deux copains ?

— Je ne les ai pas vus, mais comme il a déposé la clé de l'appartement sous le paillasson, j'en ai déduit qu'il était seul.

— Il vous a parlé, pendant le trajet ?

— Pensez-vous ! Une mijaurée pareille ! Elle se serait crue déshonorée de faire la conversation à un chauffeur de taxi ! Ces lopes sont une insulte à la moralité publique, et se prennent pour des aristos !

— Tout vous a paru normal, en arrivant ici ?

— Sans problème. La domestique a ouvert le portail et le Maître est sorti sur le perron.

— Pour vous régler ?

— Non, je lui envoyais ma note en fin de mois car il me confiait beaucoup de travail.

— Au noir, naturellement ? charogné-je, en parfait poulet semant la merde partout où il passe.

Niqué, il retrouve son asthme ; hausse les épaules, rendu fataliste par les circonstances vérolantes qui viennent perturber sa retraite sans flambeaux.

— Le baise-en-ville dont vous parliez, comment était-il ?

— En croco gris avec des coins d'argent.

Curieux, qu'il ait disparu. Mais peut-être ne l'avons-nous pas suffisamment cherché, Jéjé et ma pomme. Faudra voir…

— D'une façon générale, quelles sortes de courses faisiez-vous pour Titan Ma Gloire ?

Là, il rengorge :

— Je le conduisais à l'Institut, ou bien chez son médecin ; parfois il participait à des réceptions. Lorsque je devais l'attendre, il m'offrait le restaurant près de l'endroit où il se rendait. On ne peut pas dire qu'il soit rapiat. Il me recommandait toujours de boire une bonne bouteille, pourtant il craignait les accidents. Quand nous roulions, il me répétait : « Pensez à la princesse de Galles, mon vieux : allez doucement ! »

— En une phrase, comment le définiriez-vous, monsieur Montmajour ?

— Un pédant, pas mauvais cheval, qui sur le tard s'est fait mettre le grappin dessus par une équipe de petites frappes. Il ne s'était jamais marié et devait « couver » des mœurs spéciaux.

— Vous savez que mœurs est un nom féminin, glissé-je.

Il hoche la tête :

— Possible. En tout cas c'est pas mes oignons.

Le chauffeur évacué, je rejoins Olympio et Norman dans un boudoir voisin où ces deux chevaliers de la rondelle moletée boudent, justement. Je les devine aussi à l'aise que le cuistot distrait voulant se laver les mains dans son bac à friture.

Ils sont assis entre les bras d'un canapé à deux places. D'après leurs frimes, tu les croirais chez le dentiste.

— Pas marrant, tout ça, hein ? leur fais-je avec un brin d'urbanité (le Gros dirait « urbanisme »).

— Affreux, conviennent-elles en chœur.

Je sors du sac en plastique l'impressionnante pétoire saisie par Jérémie dans leur torpédo, la brandis.

— Auquel de vous deux appartient ce poudrier ? Mais peut-être faites-vous flingue commun ?

Ils passent du vert olive au brun excrément sans changer de slip. Ne se consultent pas du regard. Restent tu sais quoi ? Cois !

— Le premier qui me fournira la bonne réponse aura droit à une carte de demi-tarif sur les tramways sahariens, reprends-je en m'avançant.

Le méchant traczir les biche. Olympio se met à sucrer.

— Il n'est pas à nous !

Son pote, la belle Norman, explique :

— C'est un vieux tacot emprunté pour la fête prévue.

— L'identité du propriétaire ?

L'un des compères extirpe de sa vague une carte grise délivrée à une époque où la préfecture de la Seine était dirigée par Philippe IV le Bel et me la présente. Le véhicule appartient au sieur Jérôme Bauhame, garagiste à Créteil, Val-de-Marne, rue du Maréchal-Féran, 26.

N'étant pas vergogneux, je l'enfouille.

— Un ami à vous, mes jolies ?

— C'est un parent de Guy, murmure Norman.

— Sa tante ?

Il ne sourit pas. Il sent bien que l'heure est fauve pour eux, un tant soit peu crépusculaire, même.

Je me penche pour leur mettre à chacun une main sur l'épaule.

— Vous me berlurez trop, mes agnelles, c'est mauvais pour votre avenir immédiat !

— Mais…, bêlent-elles.

En chœur.

Je les lâche pour appliquer deux mandales simultanées, et de puissance sensiblement égale, sur leurs joues de rosières pubères.

— Réfléchissez, les mecs. Je ne vous ai pas dit que le riboustin provient de la torpédo, et vous vous récriez comme quoi la bagnole n'est pas à vous. Conclusion : vous saviez qu'il s'y trouvait !

Coincés ! Je donne dans l'Hercule Poirot pour les confondre. La méthode sent le rance mais elle a du bon. Comme quoi c'est dans le pot des vieilles Agatha qu'on fait les meilleurs polars !

Oh ! les frimes de ces tourterelles tombées du nid ! Nicht gut !iètrement piégées. J'espère qu'elles ne vont pas chialer.

— Y a encore autre chose : lorsque le chauffeur de Titan est venu prendre la pauvre biche, il l'a trouvée seule à l'apparte ; où étiez-vous ?

— On avait été chercher la bagnole de Jérôme Bauhame.

— Et vous lui avez laissé la vôtre ?

— Vi.

N'ont plus la force d'articuler trois lettres.

N'à cette seconde je perçois, provenant du rez-de-chaussée, les tonitruements d'une grosse voix mêlécassissienne : l'incontournable Bérurier.

Il clame :

— Ah ! v'là la serviteuse scrafée ! Laisse un peu qu'j'r'monte la carouble ! Vache ! C'coup d'hache dans les naseaux ! Ell' craint plus les rhumes d'cerveau, la pauv' grande. Et ça ? Quoi-ce ? Un plantoir dans la moniche ? Tu parles d'un gode,myéfiouve. Quelle sauvagegerie ! C't'un drôle d' syndic, l'jolibrius qu'a équesécuté ce viol à la tire ! D'pus qu'les nazzezis sont r'd'venus allemands, on n'voye plus d'crimes pareils !

« Tu t'rends compte, Félisque, d'un carnage ! Ben t'es tout pâlot, mec ! T'vas pas nous la jouer fillette, un briscard comme toi, av'c un membre classé au Patrimoine d'France !

« Tiens, l'Négus ! Salut, Jéjé ! Dis voir, on a du bred su' la planche ! Où c'qu'il est, l'Antoine ? En n'haut ? Y a rabe d'viande froide à l'étage ? J'grimpe ! »

7

Ayant passé pas mal de temps à m'affairer, d'un macchabe l'autre, j'eus soudain besoin de quitter ce lieu sentant la morgue mal ventilée. J'alertai enfin les services compétents pour un ramassage de la viande froide et laissai le Gros s'occuper de nos petites loutes, Olympio et Norman. J'avais bien « préparé » ces frivoles et le moment des manières frustes et dures me semblait arrivé.

M. Félix s'en fut dans la bibliothèque, pendant qu'Alexandre-le-Grand-Benoît prenait en charge le tandem.

Nous regagnâmes Pantruche, Jérémie et Bibi, aussi vite que le permettait la circulation foutrailleuse. Mon black pote tenait à rentrer at home de bonne heure, afin de fêter en famille l'anniversaire de Cadillac V 12, la sœur de Ramadé.

Après l'avoir craché à la Maison Poupoule, je poursuivis en direction de Créteil.

Une fin d'après-midi grisailleuse, coupée de rayons solaires intermittents, couleur de pâtisseries arabes, donnait à la capitale cet aspect mi-figue, mi-raisin qui lui sied si bien.

Je gambergeais béatement. La violence du drame de Louveciennes me sidérait. Quelques meurtres de sadiques exceptés, nous tombions rarement sur de telles affaires ! Celle-ci allait faire un drôle de cri. Tous les ingrédients se trouvaient réunis pour décrocher les « Cinq colonnes à la une ». Le lieu : un manoir ! Le propriétaire : un académicien ! La faune : des zomos ! La sauvagerie : sexes mutilés, tête fendue ! La France entière retiendrait son souffle, la Presse nous charognerait à bloc pour obtenir des tuyaux. Je vivais mes dernières minutes de tranquillité bourgeoise.

* * *

Le garage de Jérôme Bauhame se composait d'un parc d'exposition et d'une construction blanche, en ciment et verre.

Je laissai ma tire en compagnie de beaucoup d'autres qui eussent pu être ses bisaïeules et me mis en quête du proprio. Un minet, doré sur tranche dans une combinaison immaculée, décrocha un parlophone et déclara que « Jérôme » était demandé à la réception. Je continuai d'évoluer au milieu d'un essaim de folles guêpes.

Compte tenu de cette constatation, je m'attendais à voir surgir une nouvelle biche au regard mouillé. Quel ne fut pas mon déroutement lorsque s'avança vers moi un gazier dont la crinière grise à ressorts évoquait les diables en boîte, d'autrefois. Il portait un short bleu cambouiseux, un polo distendu dans les tons verdâtres, et des espadrilles crevées du bout, écrasées du talon. Comparée à la peau de son visage, celle d'un crocodile évoquait la frimousse du bébé illustrant une marque de savon. Des touffes de poils jaillissaient des narines et des portugaises de ce primate. Il ne devait plus beaucoup les faucher car elles exubéraient comme la mauvaise herbe sur la tombe d'un célibataire.

L'hirsute me flaira avec défiance, kif la gazelle se rendant à un point d'eau fréquenté par des lions. Il avait un œil crevé, lequel, désormais, ressemblait à une agate. Son unique pupille dispensait le plus étonnant monoregard de fumier jamais rencontré, si on excepte celui du gars qui confondait les fonds récoltés pour la lutte contre le cancer avec son propre compte en banque.

— Bauhame, annonça-t-il d'une voix de bétonnière trop remplie.

— Police, répondis-je en écho.

— Service des cartes grises ?

— Non : des homicides !

Son lampion crevé marqua de la surprise.

— Ça veut dire quoi ? demanda-t-il.

— Qu'il y a des meurtres à propos desquels j'enquête.

— Qu'ai-je à voir là-dedans ?

— Vous avez prêté une vieille Talbot à deux petites follingues, exact ?

— Et alors ?

— On a trouvé ceci à l'arrière du véhicule.

Je sortis mon sac de plastique, l'ouvris en grand pour qu'il puisse voir son contenu.

— Ce pistolet est à vous ?

— Je ne l'ai jamais vu !

Mon incrédulité par trop criarde l'irrita :

— Parole !

— Joignons le geste à votre parole ! Venez par ici !

L'entraînai jusqu'au bureau sur lequel, parmi d'autres objets, figurait un tampon encreur. Sans la moindre gêne, je pris un papier à en-tête de sa taule.

— Si vous voulez bien m'accorder votre main, fis-je-t-il, non que j'entende vous épouser, mais j'aimerais relever vos empreintes.

Promptement, il plaça ses paluches sur ses fesses.

— De quel droit ? rebuffa le borgne.

— Simple vérification. Ça ne fait pas mal, ça ne coûte pas cher et ça permet d'éclaircir certains points.

Le Jérôme eut un barrissement d'éléphant pris dans un éboulis en franchissant les Alpes pour ce con d'Hannibal[13].

— Ecoutez, monsieur le flic, enchaîna-t-il, la police n'est pas la Gestapo, que je sache ! On ne débarque pas chez les honnêtes gens en se livrant à de tels agissements ! Si vous avez quelque chose contre moi, je téléphone à mon avocat et vous vous démerdez avec lui !

En parlant, il avait retrouvé l'usage de ses mains pour les poser sur le bureau.

Sa vocifération achevée, je saisis la feuille, naguère blanche, qu'il venait de maculer de cambouis, la pliai en deux pour la glisser dans la pochette avec le pétard.

— En matière d'empreintes, encre ou graisse, c'est du kif, dis-je. Je suis convaincu que nous nous reverrons très bientôt.

Le minet blond, pâle réplique de l'Ange Heurtebise, me regarda partir d'un œil plus humide que le slip d'une hôtesse d'accueil en train de me fournir des renseignements sur la couleur de celui-ci.

8

Il en va des chiens comme des hommes. Ils traversent des périodes roses et d'autres d'un vilain gris. C'est le cas de Salami, mon basset, le cador le plus intelligent de la création. Un surdoué de l'espèce canine ! Il sait tout de la vie. Il ne lui manque même pas la parole puisqu'il nous est possible de communiquer, lui et moi. Il pige le langage humain et je capte sans difficulté ses pensées.

Le brave clebs vient de se payer une méchante série noire : hernie, gastrite et, pour en terminer, s'est fait shooter par un chauffard auquel j'aurais volontiers retiré son permis de conduire si je m'étais trouvé là.

Présentement, il boitille, because l'un de ses quatre cylindres[14] est encore nase, mais je sens qu'il a récupéré son énergie.

Je passe à la maison pour changer de limouille et appliquer un bisou dans le cou de Félicie. Au moment de repartir, messire Bite-à-terre me la joue pathétique, le regard ovalisé, les oreilles en vol de faucon, la truffe brillante et le fouet battant la mesure.

— Ecoute, lui réponds-je, je veux bien t'emmener, mais à la condition que tu ne te fatigues pas !

Il est d'ac. Me l'assure d'un hochement de tête. En fait de quoi, je le coltine jusqu'à ma Jag et l'allonge sur la banquette arrière.

Tu le verrais se « royaumer »[15], t'en serais attendri. Il halète un peu, because la douleur, et tient la tronche au-dessus du tapis de sol pour épargner sa bave au cuir blanc du siège.

Je mets le cap sur l'hosto où a été conduit Ma Gloire. Si le fameux écrivain vit toujours, je veux absolument l'interviewer. Une foule de photographes se pressent dans le hall. Cette fois, la nouvelle est bien sortie ! Rien de plus pénalisant pour entreprendre une enquête !

Le personnel, prévenu, joue mystère et bouche scellée. Mais le groupe n'est pas fastoche à contenir. Reusement, on a disposé quatre agents dans le pavillon, des implacables habitués aux débordements.

Mon arrivée me vaut une grappe sur les endosses. Je la leur fais « bon pote débarquant sur l'affaire » mais me dégage à coups d'épaule et de promesses.

On a placé l'académicien au troisième étage, dans la chambre où l'on soigne les prostates de l'Etat et ses cancers qui n'osent encore dire leur nom.

On m'accède.

Au chevet du Glorieux, dûment tuyauté, le professeur Jouvance, l'abbé Soury, deux infirmières dont la plus vioque est gouine et l'autre gratifiée d'un bec-de-lièvre (son père était un chaud lapin).

Me présente.

Le prof n'est pas d'accord quant à ma venue qu'il estime prématurée.

— Le patient ne saurait subir le moindre interrogatoire ! me prévient-il.

— Je peux tout de même prendre de ses nouvelles ?

— Etat stationnaire.

— Comme moi, ricané-je. De quoi souffre-t-il, au juste ?

— Injection d'une substance en cours d'analyse.

— Mortelle ?

— Lorsque nous aurons le résultat du laboratoire nous pourrons poser un diagnostic.

Je regarde les instruments dressés autour du lit.

— En tout cas, la vie continue pour lui.

Il ne répond pas. L'aumônier me miséricordise d'un regard que plus chrétien, tu te fais bonze !

— Déjà à pied d'œuvre, mon père ? lui lancé-je, aimable.

— Je me trouvais dans le couloir lorsqu'on l'a amené et je l'ai reconnu.

— Grand écrivain, n'est-ce pas ?

Il s'abstient de me répondre par l'affirmative, preuve qu'il a horreur du mensonge.

M'adressant derechef au professeur Jouvance, je demande :

— Où lui a-t-on pratiqué l'injection dont vous parlez ?

— A la base du cou ; sur l'épaule gauche.

— Cela vous ennuierait de me montrer ?

Il émet un « Tssst ! Tssst ! » révélateur d'un agacement congénital.

Manière de l'amadouer, je lui roucoule :

— J'ai lu votre livre relatif à l'hypoglycémie chez les cultivateurs de betteraves sucrières ; il m'a littéralement envoûté.

Il s'amadoue comme un vieux briquet. Son visage grave se décrispe dans la région labiale.

— Heureux qu'il vous ait plu. Pour en revenir à notre blessé, vous pouvez voir ici la marque de la piqûre auréolée d'une légère rougeur.

J'acquiesce. L'infirmière au bec-de-lièvre me sourit, ce qui n'arrange pas son problo.

Je demande au G.P.[16] de me cheminer dans un coinceteau peinard.

Nous gagnons son burlingue, au bout du couloir. Diplômes aux murs, photos de ses chiares, sur la table de travail, portrait d'un politicien éminent débarrassé par ses soins d'une vacherie malfaisante et qui l'en remercie chaleureusement avant que la convalescence ne génère l'ingratitude.

Jouvance, c'est pas le genre G.M.[17] du Club Med. Cheveux trop noirs, bordés de blanc, là où la teinture n'a pas bien pris. Teint pâle, lèvres minces, pomme d'Adam en pic de piolet, regard ombragé et ombrageux ; m'est arrivé de rencontrer plus joyeux drilles.

— Monsieur le professeur, attaqué-je, on a trouvé Titan Ma Gloire sans connaissance auprès d'un homosexuel émasculé. Il avait le pénis sectionné du garçon dans la bouche. Un certain temps s'est écoulé avant que mes services soient prévenus.

« J'ai dû survenir dans la maison des meurtres une bonne heure, peut-être davantage, après leur découverte. Or, comme je venais d'arriver, l'écrivain qui se trouvait au premier étage est apparu en haut de l'escalier. Il a descendu quelques marches et s'est écroulé. Ce qui veut dire que, longtemps après l'injection, Ma Gloire a repris connaissance. Cette "résurrection momentanée" ne vous laisse-t-elle pas perplexe ? »

Il n'a pas le temps de formuler sa réponse. On frappe à la porte ; une belle jeune fille blonde, moulée par une blouse verte, s'annonce, tenant un feuillet tapuscrit. Elle le présente au grand patron, ce qui me régale d'une plongée rapide dans son décolleté. Ils sont deux, avec une émouvante façon de se faire la paire. Servis sur un matelas moelleux, t'en as pour la nuit et tu finis les restes au petit matin, sans avoir besoin de les réchauffer.

— Voici le résultat des analyses, m'informe, avec un brin de solennité, l'éminent praticien.

Il lit :

— Du « brillasavarinus » mélangé avec du « sirop orgeacien ».

— Substance mortelle ? interrogé-je.

— Elle peut l'être chez un sujet souffrant de défaillances cardiaques prononcées, n'est-ce pas, Candice ?

Acquiescement de la hübsch interpellée.

— Mlle de Montaloigne va vous en parler de façon plus complète. Quant à moi, vous voudrez bien m'excuser, mais je dois me rendre à un symposium.

Il se lève, me tend une main de trois doigts (sans doute parce qu'il a eu un accident de faf à train avec les deux autres en se torchant l'œil de bronze) et passe dans son vestiaire.

Me voici miraculeusement seul avec la créature de rêve. Et tu prétends ne pas croire en Dieu, toi ! Insensé que tu es !

— Depuis le temps que j'espérais ce tête-à-tête ! murmuré-je en l'enveloppant d'un regard qui ferait fondre une glace vénitienne biseautée.

Elle hautecorpse.

— Pardon ? fait-elle, simultanément outragée et surprise, ce qui n'a jamais été incompatible.

« Bigre ! me dis-je en aparté (car je parle couramment cette langue), le minois de mademoiselle est plus seyant que son caractère ! »

Elle a la peau bronzée, des taches de son aux pommettes, une bouche dont j'aimerais faire une collerette à mon paf et des yeux gris-bleu saupoudrés d'or.

— N'importe l'humeur : vous êtes très belle, assuré-je. Il est regrettable que vous accueilliez si mal un compliment parti du cœur sans esprit de retour.

Ce discours la perplexite sur les pourtours. Elle décide d'en rester là.

— A défaut d'amour, parlez-moi du « brillasavarinus », l'imploré-je avec une contrition tellement outrée qu'elle en sourit, enfin !

— C'est un produit toxique et hallucinogène extrait d'une plante mexicaine, m'informe-t-elle d'une voix si mélodieuse que la peau de mon testicule droit se craquelle comme une potiche chinoise de l'époque Ming. Il est consommé par des initiés capables d'en user avec mesure, sinon il génère, le professeur vous l'a dit, des crises cardiaques souvent mortelles.

— Dans le cas présent, la victime a subi cette injection l'ayant privé de conscience pendant un temps assez long, puis elle est revenue à elle et a parcouru quelques mètres avant de s'effondrer. Cela vous semble cohérent ?

— Pas tellement, mais la nature humaine réagit souvent de façon inexplicable.

Jolie phrase, qui ne fait cependant pas mon blaud.

Je sors mon biniou miniature et presse la touche réservée à Mathias.

Il répond presto.

— Es-tu certain de bien avoir examiné l'écrivain ? demandé-je.

— Naturellement.

— Tu n'as pas remarqué une trace de piqûre à la base de son cou, sur l'épaule gauche ?

— Non. Et sais-tu pourquoi ? Parce qu'il n'y en avait pas ! répond froidement le motocycliste fécond.

— Tu pourrais le jurer ?

— Je le jure ! Tu ne peux pas me voir, mais j'ai la main droite levée !

— Merci. C'est tout pour l'instant.

Lorsque j'interromps la communication, la belle Candice a déjà quitté le burlingue.

Tu ne la trouves pas un peu bêcheuse, dans son genre, toi ?

9

Salami contemple le ballet des ambulances en m'attendant. Ses yeux chaleureux cherchent les miens.

— Y a comme une couillerie dans cette affure, dis-je.

Il m'invite aux confidences à sa manière : orientant sa truffe vers le haut avec un léger cri.

Je lui narre les faits. Il m'écoute gravement, puis se passe une langue sur les roustons et grommelle en hound courant :

— Allons faire un tour au château !

Je décarre à l'instant où d'autres journalistes se pointent. Putain, si je m'écoutais j'irais enquêter à la Grande Chartreuse ou dans le désert du Sahel pour qu'on me foute la paix (en anglais : the peace !).

* * *

Dans quel film ancien y a-t-il des gens silencieux qui attendent la mort au salon ? Chef-d'œuvre du noir et blanc, compassé, funèbre de par son sujet. Des plans me reviennent : un mec endeuillé, au visage blafard de Pierrot tragique ; une vieillasse « du monde », emplumée, enfourrurée, plâtreuse, aux yeux ruisselant de khôl !

L'image que je prends dans le portrait lors de mon retour au château me déclenche une émotion similaire à celle provoquée par cette œuvre.

Des invités sont assis sur les banquettes du hall, en costumes Empire. Ils muséegrévinent dans une effarante mornitude.

Ma venue les intéresse tout juste.

Ils sont quatre : une fille blonde en Marie-Louise, un gussier loqué Talleyrand, un autre avec une tenue de cantinière, le dernier enfanfreluché pour figurer, je pense, le général Duroc, grand maréchal du palais.

Pareille enquête m'échoit pour la première fois. Peu banale ! Y aurait de quoi pouffer si cela ne baignait pas dans la tragédie et le ridicule !

Je vais pour m'enquérir du Gravos lorsqu'une plainte, désespérée comme les chants les plus beaux, parvient du premier.

Grimpette express.

Spectacle récompensant !

Béru, en bras de chemise, le bicorne de traviole, les paluches sanguinolentes, brise le médius gauche de Joséphine, comme toi une langue de chat lorsque tu prends le thé chez la marquise.

La folle guêpe est au bord extrême de l'évanouissement. Son copain est étalé, hors d'usage, sur le tapis qu'il fertilise de son sang. A la place du joli nez aquilin parant naguère son minois : une tomate italienne quenelliforme. Une chiée de dents, l'une avec plombage, deux autres couronnées d'or, parsèment les alentours.

Je me pétrifie.

— Tu les cognes depuis des heures, Sandre ?

L'eau gouline de sous le bicorne comme d'un bac transparent recelant des tranches de noix de coco.

— Yes, mec ! Mais ça paie !

D'un crochet conclusif, il envoie la Beauharnais rejoindre le maréchal Ney au pays des vapes.

— Quinze minutes d'anthrax ! annonce-t-il.

Il se dirige vers une délicate table Louis Chose en marqueterie sur laquelle paradent une dizaine de bouteilles prestigieuses.

— Ça vient d'où ? questionné-je en les désignant.

— Bédame, d'la cave, mec. D'où viendraient-ce-t-elles sinon ? Les interviouves m'foutent la pépie. J'ai envoilié c'vieux nœud d'Félisque en r'connaissance et y m'a sectionné c'lot d'flacons. Ton agadémicien, sa bibliothèque, j'peuve pas juger, mais sa picrathèque est d'feurste bourre.

Généreux, il me sert un godet de sainte-croix-du-mont provenant de chez Camille Brun. Ce miraculeux breuvage gagnerait à être servi plus frais, mais n'en reste pas moins éblouissant.

Je porte un toast au Valeureux.

— Garde-le en bouche longtemps, conseille l'œnologue ; ça s'avale quand t'est-ce il a largué tout son aromate.

J'en conviens.

— Tu disais que cet interrogatoire longue durée avait payé ?

— Assoyons-nous là-bas, près d'la fenêt', qu' j' t' narrasse.

Installation dans des sièges capitonnés. L'énorme cul du Mastard s'y implante comme une pierre rare dans les griffes d'une bague.

— Figure-toive, commence-t-il, qu'à la seconde où j'ai maté ces pédoques, j'ai su qu'y z'étaient glauques. J'fais pas alluvion à leurs enculeries. Chacun utilise son fion comme bon lu semb'. Mais quéqu'chose m'a prév'nu qu'y z'étaient signés fum'lards. L'instincte d'perdreau, tu connais aussi bien qu'moive…

J'admets d'un battement de paupières.

— Où j'en avais, c'tait à propos du riboustin que l'Noirpiot avait dégauchi dans leur vieille charrette et dont j'ai j'té un œil dessus avant qu'tu l'emportasses. Pas du gadget pour dame peureuse, mais un' authentique rapière d' pro. Des calibres commaks n's'trouvent point dans les vent' d' charité ! D'un aut' côté, j'm'aye dit qu' si tu prêtes un' guinde, t'y oublilles à la rigueur tes lunettes ou tes cigarettes, n'en aucun cas un canon antichar. J'm'ai centralisé su' c'point et j'ai eu raison !

Il rajuste son chapeau à tout jamais légendaire. Se penche pour capter son image sérénissime dans une glace à trumeau.

— C' pourtant vrai qu' j' lu ressemb', murmure mon Alexandre-Benoît d'un ton épanoui.

— Son sosie ! confirmé-je. Alors, pour en revenir aux deux gamines ?

— Des dileurs, Grand ![18]

— Ils te l'ont avoué ?

— Pas facil'ment, mais j'y ai arrivé. Av'c l' temps, la patience et des beignes dans la gueule, t'finis toujours par triompher la vérité ; c't'un grand principe qu'm'a enseigné l'commissaire Marmelon à mes débuts. Sa d'vise, c'tait : « Pour mett' un gussier au gnouf, faut des preuv', et pour avoir des preuv', faut cogner ! » R'marque, d'son temps, les bavures eguesistaient pas. Nos aînés avaient les coudières plus franches…

Il exhale le soupir qu'eut Chimène en apprenant que messire Rodrigue venait de zinguer son paternel.

— Ça te contrarierait beaucoup d'entrer dans le vif du sujet ? pressé-je.

— Momente !

Il se dirige vers un meuble gracile supportant le livre le plus fameux de Titan Ma Gloire. Il s'agit d'une édition reliée de : Il faut qu'une vessie soit remplie ou vidée, œuvre lui ayant valu d'entrer à l'Institut l'année où il a fait si chaud.

— Tiens, mate ! enjoint cet ami sans précédent dans l'histoire des relations humaines, c'en vaut la peine.

J'empare l'ouvrage.

Format 13 x 18, relié pleine peau de salamandre, dos à nerfs de phacochère mort-né, tranche dorée au jaune d'œuf de caribou, impression sur Arche du pont des Arts. Un chef-d'œuvre, nonobstant son contenu.

Je l'ouvre.

La page du faux titre comporte une dédicace de la main du géant des lettres :

A Guytou, mon soleil de minuit.

Titan

Après avoir pris connaissance de cette déclaration fulgurante, je feuillette le book.

Chaque cahier est ponctué d'une illustration de Brueghel (pas l'Ancien, l'un de ses descendants), tirée sur bouffant anorexique.

— Eh bien ? demandé-je.

Comblé par mon manque de perspicacité (tous les subalternes sont charognards), il adopte un air avantageux.

— Mate de près les pages de dessins !

— Elles sont épaisses, noté-je.

— Elles peuvent !

Il se penche sur l'incunable, avance ses gros doigts aux ongles noirs vers une illustration, la grattouille à l'un de ses angles et finit par l'ouvrir sur sa partie supérieure, ce qui révèle une sorte de pochette.

Il renverse alors le livre et le secoue légèrement.

Une poudre blanche pleut.

— Paraîtrait qu'y mettaient vingt-cinq grammes de schnouf par gravure, assure mon collaborateur. Multiplié par dix, ça donne un' demi-livre d'neige. Idéal pour coltiner d'la blanche, tu croives pas ?

— Chapeau ! complimenté-je.

Il lisse l'ouverture entre pouce et index : la planche récupère son aspect normal.

— Ils ont avoué ?

— La Beauharnais ! L'aut' bat à Niort ! Mais j'désespère pas. On a tout' la noye pou' travailleller la question. J'suve persuadé qu'ils ont bien d'aut' confidences à larguer. Leur pétard, si tu voudras l'fond d'ma pensée, n'était pas nécessaire pour livrer d'la neige !

Je médite, obscur témoin. Fortement ébranlé par ses déclarations et découvertes.

— Qui sont les gens en train de poireauter dans le hall ? bifurqué-je.

— Des invités à la fiesta, j'sus été leur mett' quèques baffes dans l'portrait pour qu'y prend' patience…

Un aboiement réverbéré par le hall attire soudain notre attention.

— Salami ? identifie Alexandre-Benoît.

— Ça m'en a l'air.

Je dégouline jusqu'au rez. Fectivement, mon zélé cador est au bas des marches, qui m'attend.

A peine dégravis-je l'ultime degré qu'il s'élance à l'extérieur.

Lui file le dur.

Le cador ne va pas loin. A deux mètres du perron, il oblique sur la gauche et stoppe près d'une bordure de buis artistiquement taillé de manière à composer un motif grec.

De sa truffe à la Mickey, il me désigne un objet coincé dans les feuilles coriaces.

Je reconnais une minuscule seringue, moins grosse que mon auriculaire (dont je ne me sers pas pour me curer les oreilles, malgré son nom, mais pour m'assurer que le café n'est pas trop chaud). Elle fait partie de ces ustensiles périmés après usage, dont la pratique est en plein développement. T'as les slips, les appareils photo, les couverts, les nappes et même le papier-cul, jetables après usage. Le rêve de l'homme : être le seul à se servir de quelque chose. Il souhaite en secret des gonzesses qu'il pourrait flanquer dans le vide-ordures, son coup tiré. Besoin d'exclusivité absolue. Une manière de régner sur sa consommation.

Je vais jusqu'à ma guinde prendre une pochette plastifiée, utilisée par les grands détectives pour protéger leurs indices.

Salami me scrute avec attention.

— Tu as pigé, toi aussi ? lui demandé-je.

Il affirmative des feuilles.

— Pas surprenant que le Rouillé n'ait pas trouvé trace de piqûre sur Ma Gloire : on lui a pratiqué l'injection après son examen et avant de le charger dans l'ambulance !

Le clebs traque une puce chiante qui jouait Jim-la-Jungle dans son pelage. M'a-t-il entendu ?

Pendant cette battue, je tube à Jérémie dans sa gentilhommière du dix-huitième (arrondissement).

— La fête bat son plein ? demandé-je.

— J'aide Ramadé à préparer son « Goût aux piments rouges ».

Heureusement que je ne suis pas convié à cet annif, car demain j'aurais eu le petit guichet en flammes. A la suite du dernier repas auquel j'ai participé chez les Blanc, mon oignon a failli flanquer le feu au fond de mon bénoche.

— Concentre tes souvenirs, black Bocuse. Tu étais présent lorsque les ambulanciers ont emporté l'académicien ?

— Oui, pourquoi ?

— Quelqu'un s'est-il approché de sa civière ?

— Attends que je réfléchisse… Les deux folles sont arrivées au même instant en faisant un foin du diable, mais elles n'ont pas dû voir l'ambulance qui stationnait derrière ta voiture.

— Personne d'autre ne s'en est approché ?

Sa respiration de M. Muscles africain me titille les trompes.

— Si ! fait-il. Le jardinier.

10

Comme c'était le ramadan, Moktar El Djam bouffait sa soupe de pois chiches parce que le soleil avait lâché la rampe. Son épouse, une grosse fatma sans dents, l'imitait en produisant un bruit de pompe aspirante. Elle devait mesurer un mètre cinquante avec ses chaussures, et une barbe frisottée cernait sa bouche, kif les poils d'un trou du cul.

Le couple vivait en compagnie d'un enfant consécutif à l'union de sa dernière fille avec un ivrogne polonais qui la battait abondamment. Ils élevaient le môme pour le soustraire aux brutalités de son père.

Ces braves gens occupaient deux pièces dans un pavillon loué par l'administrateur d'une hoirie interminable. M. El Djam entretenait le parc attenant pour payer son loyer.

Ils ne me virent pas arriver et je dus toquer au carreau. En me reconnaissant, le jardinier abandonna son brouet pour venir m'accueillir. Dans la lumière glauque de sa crèche, il me sembla plus vieux que précédemment ; faut dire que la présence de son Antinéa lui filait un coup de buis redoutable. Le vieillissement d'un couple est générateur de rides soucieuses et de surcharge pondérale calmante.

— Vous avez besoin de moi ? s'enquit l'aimable bonhomme.

— Vous étiez derrière l'ambulance lorsque Titan Ma Gloire y a été chargé ?

— C'est vrai.

Il faillit presque ajouter : « fallait pas ? », tant les humbles s'estiment en perpétuel état de culpabilisation.

— Personne d'autre ne s'y trouvait ?

— Si : les infirmiers.

— Naturellement ; mais excepté eux… et vous ?

— Personne.

Je lui montre la minuscule seringue dans la pochette de plastique.

— Quelqu'un a jeté cet objet ; ça ne vous dit rien ?

— Non. C'est une piqûre ? s'informe-t-il gauchement.

— Exact. Vous la voyez pour la première fois ?

Il acquiesce, l'air profondément surpris.

— Pourquoi ? se risque-t-il à demander.

Je me tais. Tous les perdreaux de l'univers détestent répondre à des questions, car interroger appartient à leurs prérogatives.

Et puis, il émet une proposition dictée par la proverbiale hospitalité arabe :

— Vous voulez manger avec nous ?

Mon regard va au plat en cours de consommation. Pauvret mais appétissant. J'aime la tortore des modestes, souvent plus ingénieuse que celle des tables étoilées.

— Je ne voudrais pas vous déranger.

Il se récrie, bonnit des trucs à sa gravosse dans la langue de Mahomet. Docile, elle va quérir une assiette de sa jaffe, une cuiller, et les dépose devant moi sans m'avoir salué. Ça sent à la fois bon et bizarre, comme si la vioque avait filé de l'huile de ricin dans le potage.

Je bouffe.

Déconcertant, mais pas mauvais. Si ça se trouve, ce repas impromptu va me provoquer le même effet que ceux de Ramadé ! Le goût africain, faut s'y faire, y habituer doucettement ses intestins chichiteux.

Je marque un temps.

La mère El Djam en profite pour placer un rot décoiffant, sans la moindre gêne, comme il est d'usage dans son pays ensoleillé.

Le brave harki murmure :

— C'est normal chez nous.

— Je sais, dis-je ; foin d'hypocrisie, le corps a la parole.

Il remarque :

— Je ne voyais pas les policiers français aussi détendus.

— Parce que vous ne les fréquentez pas.

Etrange dîner auquel j'étais loin de m'attendre.

La maîtresse de gourbi me lorgne par en dessous, exercice qui lui est facilité par sa taille. Si elle était capable de se poser des questions, se demanderait ce que je branle sous leur misérable toit.

Son petit-fils, par contre, ne semble pas constipé des méninges. Il me visionne de ses yeux mobiles de rongeur, ne perdant pas une miette des propos que nous échangeons, son big-dabe et ma pomme.

Moktar vide complètement son sac à propos de l'Illustre. Brave homme n'ayant servi qu'une patrie (la nôtre) et fourré qu'un seul prose (celui de sa moukère), il a une vision stéréotypée de l'existence. Que Ma Gloire ait consacré tant de temps, de foutre et de blé à son équipe de lopes le vertigine. Un homme comme lui, avec des minets comme eux : c'est horrible.

Quand il la boucle, je saute dans sa roue.

— Revenons à l'instant où les infirmiers s'apprêtaient à le charger dans l'ambulance, fais-je. Selon toute vraisemblance, c'est à ce moment qu'a été pratiquée l'injection. Conclusion : trois personnes seulement ont pu accomplir ce geste, rapide mais déterminant : les deux brancardiers et vous !

Tu connais ce magnifique cliché de « la foudre tomberait sur lui que nani-nana », utilisé en littérature destinée à l'exportation dans les pays d'outre-mer ?

Il convient pile à la situation.

L'ancien harki s'arrête de mastiquer, pour mieux me contempler. Aux frontières du réel, il est ! A mi-chemin du Sahara et de la porte des chiottes.

Mon Dieu ! comme il est touchant dans son éberluement.

— Mais, mais, je… je ne sais pas faire les piqûres, assure-t-il.

Saint-Gentil ! J'ai envie de fredonner La fille du Bédouin, autre chanson de papa qu'entonnait déjà Evariste, son père : un vieux type à peine aperçu dans mon enfance, qui avait été gazé pendant la Grande Guerre et glaviotait ses éponges dans un immense mouchoir à carreaux. T'as envie de grimper dans mon arbre généalogique ? Rien à voir, tu peux circuler ! Juste une famille de braves gens sans histoire ni histoires, dont les guerres furent l'Aventure et l'amour le Roman. Il se conjugue sur une patte, le verbe « exister », chez nous.

Pour le père El Djam, c'est kif-kif-bourricot.

Je pose la main sur son bras. Putain, il est pas flasque des biscottos, le bougre ! Ça conserve, le travail du rez-de-chaussée.

— Ne vous méprenez pas, cher Moktar, lui dissipé-je-t-il les affres, je ne fais qu'énumérer des possibilités d'assassinat. Croyez-vous que si je vous estimais coupable, je mangerais à votre table cette délicieuse ragadasse ?

Soulagé, il finit par avaler ce qu'il conservait en bouche.

Après quoi, il déclare :

— Les infirmiers non plus ne l'ont pas piqué puisqu'ils tenaient le brancard.

Il scrute ses souvenirs à bout portant, parle…

— Ils ont déposé un moment la civière à terre pour ouvrir les portes de l'ambulance, puis l'ont saisie sur les côtés pour la faire glisser à l'intérieur ; après quoi, ils l'ont bloquée. L'un des hommes est monté près de Monsieur, l'autre a refermé et s'est mis au volant. Ils sont partis.

— C'est parfaitement raconté, apprécié-je. Je vais vous annoncer quelque chose, Moktar : votre description de la scène est capitale pour l'enquête.

Ses sourcils se joignent.

— Vraiment ?

— Je vous l'affirme !

Tout à coup, il soubresaute, ou plutôt tressaille (ne nous laissons pas emporter par le récit).

— Moi qui oubliais de vous servir du vin ! déplore-t-il. Nous n'en buvons pas, mais j'en ai quelques bouteilles pour mes amis non musulmans.

— Laissez, ce thé à la menthe me convient parfaitement.

— J'y tiens ! Je possède du mouaskar, qu'on appelait mascara autrefois. Je le conserve dans la remise, parce qu'elle est beaucoup plus fraîche que notre logement.

Et le voilà parti.

Sans lui, l'atmosphère de son gourbi devient pesante comme des testicules de taureau dans le réticule d'une dame de charité.

Par réaction, je pose au gamin cette question qui tant fait chier les écoliers de la planète :

— Ça marche, les études ?

— Pff ! me répond-il avec éloquence, refusant d'entrer dans des détails susceptibles de desservir son standing.

— Tu as quel âge ?

N'a pas le temps de me délivrer sa réponse. Les aboiements furieux de Salami, suivis d'un grand cri de douleur, rompent la sérénité nocturne.

Pressentant de la mocherie, je me précipite.

11

Qui a déclaré que la vie n'était pas un roman ?

C'est quoi, en ce cas, l'existence, pour ce glandu aux cellules oblitérées ? Une croisière à bord du Poséidon ?

A la fin du chapitre que nous venons de quitter et qui demeurera dans la littérature hexagonale un modèle du genre, je t'ai averti (si mes souvenirs d'il y a dix secondes sont exacts) que je sortais en trombe du pavillon.

Ai le temps de distinguer une silhouette sombre qui s'éloigne en courant et disparaît dans la rue des Fran-Macs. L'explosion d'un moteur appartenant à une ronfleuse de 125 cm3 retentit, s'éloigne…

Me reste à vérifier ce qui m'entoure.

Pas jouasse.

Moktar est couché en chien de fusil et Salami en fusil d'homme. Au cas où cette seconde posture ne te serait pas évidente, je précise : il est allongé sur le flanc, immobile.

Accordant sottement la priorité à l'espèce humaine, je me penche sur le jardinier.

Pas long à piger qu'il vient de se prendre un coup de surin dans le burlingue, au niveau de l'estomac ; la douleur lui a fait adopter cette position plus ou moins fœtale. N'est pas mort, n'envisage même pas cette éventualité, mais il a du mal à trouver une respiration de croisière.

Je sors mon turlu pour lancer un S.O.S. Message reçu par qui il convient. Je recommande l'extrême urgence et m'agenouille près du vieux harki.

— Ne bougez pas, Moktar, l'en conjuré-je. Vous pouvez parler ?

Un début de vagissement me répond.

— Vous avez reconnu l'agresseur ?

Il gémit un son que je considère comme une négation.

— Il guettait dans le noir ?

Autre gémissement, d'acquiescement, cette fois.

Je le moule pour aller mater le Blaise Pascal des canins. Bonheur âpre et intense : Salami revient à lui. Je constate, à la clarté de la bicoque, qu'il a le dessus du crâne ecchymosé par un vilain chtard. On l'a estourbi, mais rien de grave.

— Tu n'es pas dans une période de chance, fais-je. J'espère que cette fois ce sera pour solde de tout compte !

Et de caresser doucement son flanc haletant.

— Tu as vu qu'un type attaquait notre brave Arbi et tu es intervenu ?

— Exact, acquiesce le toutou dans ce langage bizarre qui nous unit.

— Tu es en état de me narrer la chose ?

Il l'est !

Le prouve.

D'après ses « explications », il m'attendait à côté de ma chignole. Il venait d'en descendre pour humecter le pied d'un lampadaire, lorsqu'il a aperçu une ombre près de la masure où nous post-ramadions.

Alerté, Salamoche s'est approché sans bruit.

C'était le moment où Moktar quittait la table pour quérir du picrate. En voyant sortir l'Arabe, le guetteur se placarda derrière une cabane joliment percée d'un cœur, servant de gogues à la famille. Il attendit un instant, puis, quand le jardinier fut proche de la remise utilisée comme cellier, se précipita sur lui.

Le basset vit scintiller la lame d'un ya et comprit qu'on allait liquider mon hôte. Alors il aboya avec force. Moktar se retourna, vit la silhouette en train de foncer et tenta une esquive. Ce mouvement ne lui épargna pas le coup de surin, du moins dévia-t-il l'impact et, au lieu de transpercer son guignol, le lingue atteignit l'estom'. En même temps, Salami, l'héroïque, plantait ses canines dans un mollet de l'agresseur lequel, endoloré, se débarrassa de la bête en abattant sur sa caboche un manche de bêche passant par là. K.-O. de mon brave clebs. Fin de son récit.

Réalisant qu'il venait de rater son coup, l'homme au poignard détala.

Une période d'intense confusion succède. Radinage de la mère El Djam et de son petit-fils. Découvrant son harki en fâcheux état, la vioque se met à goualer arabe. Ses lamentos montent dans la nuit. L'enfant y joint ses appels désespérés : « Pépé ! Pépé ! » Tout ça grimpe en mayonnaise. Scène dingueste sur les bords.

Rameutage du quartier paisible. Mais nous vivons une époque où il suffit d'appeler « au secours » pour obtenir le couvre-feu. Quelqu'un en danger de mort ? Portes et fenêtres se ferment, les lumières s'éteignent ! Pas d'histoires ! Le courage ? A la télocheonly, quand on nous passe un film de guerre. Chacun fait chiasse à part, composte son slip à la moindre alerte. Trop d'héroïsme dans le passé ! Tous ces mectons morts pour rien ! Roncevaux ! Valmy ! Verdun ! Décrochez, c'étaient des erreurs ! T'as qu'une peau, mon drôle, prends-en soin !

N'heureusement, l'ambulance s'annonce (apostolique, ne manqué-je jamais d'ajouter). Si mon aventure continue à ce rythme, je ferais mieux d'en louer une pour la saison !

On embarque Pépère d'urgence afin de le driver à l'hosto de Garches. Sa coéquipière veut partir avec lui, le petit-fils itou. J'ai du mal à leur expliquer qu'il ne s'agit pas d'une croisière romantique et pour calmer la mère, je consens à appeler sa fille.

Celle-ci possède une très jolie voix sans accent, grave et chaleureuse. Lui dresse un état de la situasse. L'assure que son dabe s'en sortira ; simplement, il devra bouffer moins de piment pendant sa convalo.

Elle me déclare qu'elle se rend immédiatement à son chevet. Lui réponds que j'y vais aussi…

Ah ! les soirées de Louveciennes au clair de lune !

Tu veux que je te dise, Venise, en comparaison, c'est Aubervilliers le 1er novembre !

12

Il est sur la pente ascendante, Moktar (dirait ce reliquat du Premier en pire nommé Béru). L'œil vif sous ses stores en friche. On le ramène de la salle d'op', nippé d'une liquette d'hosto l'apparentant aux bourgeois de Calais. L'anesthésie fut de pure forme car, le toubib de garde me le confirme, le lingue de l'agresseur n'a fait qu'entamer la paroi stomacale. Il en a pour trois jours, mon harki.

Je place une chaise à son chevet et lui fais face.

— Ça va jouer ? demandé-je.

— Je pense. Mais sans votre chien, « il » me poignardait dans le dos.

— Qui, « il » ?

Il amorce une moue de gargouille médiévale.

— Ben… celui qui m'a fait « ça » !

— Vous le connaissiez ?

— Pas du tout.

— Vous avez eu le temps d'apercevoir son visage ?

— Rapidement et dans l'ombre.

— Le peu que vous en avez vu ressemblait à quoi ?

— Un homme de ma taille, plutôt jeune.

— Qu'appelez-vous jeune ?

— Moins de trente ans.

— Et encore ?

— Il faisait une grimace qui ressemblait à un rire.

— Il a dit quelque chose ?

— Presque.

— Qu'entendez-vous par là ?

— Juste un mot. J'ai cru comprendre « vérole ».

— Quelqu'un a des raisons de vous en vouloir ?

— Sûrement pas !

— Sûrement si ! On ne poignarde pas les gens qui vous sont indifférents.

— Franchement, c'est impossible : je n'ai jamais fait de mal à personne.

— En ce cas, mon brave Moktar, vous devez être au courant d'un secret qu'on craint de vous voir divulguer.

— Je ne sais rien ! assure l'ancien mercenaire français.

Un silence suit cet échange verbal (voire verbeux).

— Ecoutez, réattaqué-je, vous allez vous remettre de cet attentat sans bousculer vos méninges. Reposez-vous un max, laissez-vous soigner. Lorsque l'énergie vous reviendra, procédez à un examen minutieux des événements s'étant déroulés au château. Vous avez fatalement assisté à un fait particulier dont vous ne mesurez pas l'importance qu'il revêt pour votre agresseur.

Comme je viens de parler, on toque et un couple pénètre dans la chambre. Le mec est un pas très joyce, à la peau rose blême constellée de bubons en cours d'assèchement. Il a un nez de rapace constipé, le regard loyal des spadassins en train d'assassiner le duc de Guise, et des poings qui lui pendent au bout des bras pareils à deux enclumes. Je devine, sans mérite, qu'il est le gendre du jardinier.

Son épouse martyre le suit. Etre plein de grâce, donc de charmes, qu'on fourrerait sans réclamer de dommages et intérêts.

En général, je déteste les filles formellement brunes qui se font teindre en blondes. Mais dans la présenterie, force m'est d'admettre que la réussite est indéniable. Sa peau mate est transcendée par la décoloration. Quant à ses yeux noirs et légumineux (pardon : lumineux), ils te pénètrent jusqu'au fin fond de l'âme, là que débute ta sexualité. D'emblée, cette jeune femme m'inspire intérêt et compassion avec, en supplément gratuit, un désir charnel incompressible.

Comme elle semble malheureuse ! Et cependant inrésignée. Elle subit, en thésaurisant un capital de haine. La haine ! Ce soutien des brimés !

Mais bon, je te décris la scène.

Monsieur gendre va droit au lit pour mater son beau-dabe.

— Bonsoir, Kozeck, fait le jardinier planté.

En guise de réponse, le Polonais volte sur son épouse.

— Où as-tu prendre que ce vieux salaud mourant ? l'apostrophe-t-il en lui délivrant une mandale de deux livres. Lui aller mieux que moi !

Il parle avec un accent centreurope à la limite de l'audible.

— C'est pour faire chier moi que tu vouloir viendre !

Cette fois, il lui porte un taquet à l'épaule. L'adorable en chancelle.

Si je n'intervenais pas illico, tu serais profondément déçu, n'est-ce pas ?

Rassure-toi, Baby, il est toujours laguche pour défendre l'opprimé, ton Sana joli. Surtout s'il s'agit d'une adorable fille aux longs cils recourbés.

Je lui tapote le dos.

Il me fait face (si on peut appeler une face sa gueule vérolo-charognarde).

— Qu'est-ce que toi te mêles ? grommelle l'éleveur de furoncles.

— Interdiction de frapper une femme, fais-je.

Sur ce, j'y vais d'un uppercut du droit qui transforme sa mâchoire inférieure en tiroir vandalisé par un cambrioleur pressé.

Il y porte la main, glaviote une molaire qu'une carie en cours de développement avait déjà fragilisée, puis se rue sur ma Pomme. Je tire un coup de pied pénalisant dans son sac en peau de couilles. L'affreux Jojo pousse un son d'ébrouance et tombe à genoux.

Sans me départir, comme on dit dans les ouvrages de Titan Ma Gloire, je sors mes menottes et les lui passe en un tourne-chose.

A moitié envapé, il regarde ce bijou bi-poignal en ayant l'air de se demander s'il est en acier ou en or gris.

Je place ma carte à quatre centimètres Fahrenheit de son nez. Comme il est éloquent, le motPolice barré de tricolore !

Quel poème de Le Pen ou de Mallarmé peut rivaliser avec pareille décharge émotionnelle ?

Je déclare à l'olibrius :

— Tapage nocturne dans un hôpital, voies de fait sur une femme sans défense, attaque caractérisée d'un officier supérieur de police, vous allez avoir des vacances longue durée, d'autant que j'entends saler mon rapport.

Dégainant mon portable une fois de plus, je réclame un panier à salade en service rapide, puis murmure à l'adresse de Moktar :

— Vous me permettez d'utiliser votre lavabo ? Je me lave toujours les mains lorsque j'ai touché de la merde.

Il m'emmitoufle d'un regard rayonnant de reconnaissance.

13

Tu vas voir à quel point l'existence est bien juxtaposée, parfois. La fille du jardinier se nomme Schéhérazade, nom enchanteur pour les oreilles d'un roumi auquel on a lu les Mille et Une Nuits pendant qu'il stationnait encore sur son pot.

La scène de l'hôpital l'a profondément bouleversée.

— Il me tuera ! balbutie la chère mignonne.

— Non ! insurgé-je. Désormais je vais le tenir à l'œil.

— Vous ne serez pas toujours là ! pertine-t-elle.

Argument valant son poids de lentilles chez Esaü.

La voix faible de Moktar s'élève :

— Ma fille, le temps est venu de te séparer de ce mauvais homme ! Pour commencer, reviens habiter chez tes parents !

Je renchéris à guichet fermé.

— Il faut savoir négocier les virages de la vie, fais-je, citant avec impudence un verset puisé dans l'œuvre tentaculaire de Bernard-Henry Lévy.

Le dabe perforé reprend :

— En sortant d'ici, va chez toi, réunis tes affaires et rentre à la maison.

— La voiture est en bas, mais je ne sais pas conduire, raisonne-t-elle, tel Tell.

« Bayard, en avant toute ! »

— Je vais vous mener ! clame ce héros au sourire si fou, connu des masses populaires et de quelques intellos courageux sous le nom de San-Antonio.

* * *

Elle habite, avec son Polack, un banal apparte de trois pièces, dans l'immeuble cafardeux d'un quartier merdatoire.

Destin, est-ce toi qui frappes à ma porte ?

Aucune euphorie ne pourrait résister à ce coin puant la crasse, le beurre rance, les menstrues mal contrôlées, l'excrément inévacué, le destin de pauvre, et la fornication bâclée.

Je la contemple, en train de réunir ses harnais modestes mais qui, sur elle, trouvent de la grâce. Mon émotion en est accrue.

T'as des gens qui conserveront toujours un côté « chèvre de M. Seguin ». Ils bataillent toute la nuit, pourtant au jour, le loup finit par les manger. Ainsi fut réalisée la « distribution » de départ. Les victimes d'un côté, les bourreaux de l'autre. Inch' Allãh, comme nous disons, nous autres Dauphinois.

Elle s'active par petits gestes automatiques, sans trop songer à ce qu'elle fait.

— Vous l'aimez encore ? lui demandé-je, sachant à quel point les réactions les plus invraisemblables peuvent exister.

Elle a un sursaut.

— Kozeck ?

Une expression inquiétante brouille sa joliesse.

— Comment ne l'avez-vous pas fui plus tôt ?

— Il disait qu'il s'en prendrait à notre enfant si je le quittais. Il le fera ! Il est capable du pire !

— Sa situation de séjour est régulière, en France ?

— Je ne sais pas.

— Eh bien, moi si. Faites-moi confiance.

Voilà la sublime Schéhérazade qui fond en, tu sais quoi ? Oui : larmes ! Et vient se jeter contre moi, haletante, ardente, éperdue. (Attends, que puis-je-t-il ajouter pour te donner la pleine mesure de son comportement ? Rien : ça suffit comme ça ? D'ac !)

Je referme mes bras sur elle telles les mâchoires tentaculaires d'une grue, l'étreins avec violence. Mes paluches sont de partout à la fois : au four et au moulin à poivre. Et je te malaxe une fesse ! Et je te glisse un médius de miséricorde dans la moniche ! Et je te coule ma jambe droite (ou gauche, je ne sais ; toujours est-il que c'est l'une des deux) entre les cuisses ! Et je te retrousse jupe, te descends slip, te fends, te suractive. J'éperduse ! Elle pis encore. Je la goûte, la suce, la mâche, l'investis, la promène. On forme une boule de baise ! Un feu au cul de la Saint-Jean ! Gloire à Toi, souverain maître de toutes choses et du reste ! Vois à quel point nous Te célébrons, Te portons aux nues d'où Tu règnes sans pontification inutile !

Elle en chevrote, ma petite Arbi ! Des années sans fade qui explosent ! Ah ! la façon dont sa chaglatte enserre Mister James ! L'aspirant du bas ! Faut avoir des générations de danseuses du ventre derrière soi pour parviendre à pareil résultat. Et l'affreux Polack qui la molestait ! Sombre inconscient ! Fauteur de guerres ! Ces gaziers-là boivent l'alcool à brûler au goulot en ignorant qu'ils possèdent le paradis ! Je ne veux pas empiéter sur le territoire de Béru, mais il faudra que je lui remette une rouste très bientôt et sûrement avant ! Une réelle ! Remboursée par la Sécu. Il n'a pas tort, Alexandre-Benoît ; le moment arrive où le gnon est l'ultime mode d'expression !

* * *

Lorsque nous nous sommes essoré les glandes à l'extrême, je l'aide à bouclarer sa valdingue de carton et l'emporte à Louveciennes.

La lumière luit dans le pavillon délabré. Le petit garçon pionce dans un renfoncement meublé d'une paillasse et d'une bougie éteinte.

Tu verrais la naine retrouvant sa fille ! Gémissements, larmes à l'harissa ! Elle n'entonne pas de la glotte, biscotte le mouflet endormi ; mais ce sera pour to morrow morninge. Elle rassérène en apprenant que Pépère s'en tire bien ; frissonne de soulagement à la pensée que son fumier de gendre est au gnouf. Me baise les mains, reconnaissante.

Ma Pomme contemple Schéhérazade, prêt à remettre le couvert en lui sortant mon service trente-deux pièces. Un trou, des poils, on ne peut pas mesurer leur impact sur un individu qui n'a pas besoin de se faire chauffer la membrane au bain-marie pour emplâtrer une fille ! Je continue de vivre en elle. De lui prospecter les Frères Lumière par la pensée. La réenfilerais sur la table de cuisine aux El Djam, si je me laissais aller.

Mais il est tard et la journée fut rude !

Au fait, pourquoi en parlé-je au passé ? Elle n'est pas encore terminée.

Tu vas en avoir la preuve !

14

Eternel retour à la case départ !

Le manoir est illuminé comme pour la fiesta qui devait s'y perpétrer. Ce que le Mastard appelle : éclairé à Giono, et cependant, il a tout juste assez de lettres pour écrire : « je vous encule tous » avec du charbon de bois sur un mur immaculé.

Malgré ces illuminages, le hall est vide. Je vais pour grimper, lorsque des râles me parviennent du sous-sol.

Pars en reconnaissance.

L'escalier conduisant à la cave.

M'y engage.

Ce que j'ai jugé plainte est en réalité un bruit d'intense dégueulage.

J'avise M. Félix étendu dans une mare de charmes-chambertin dont les flacons prestigieux sont réduits à l'état de tessons (mon tesson, nos voleurs, aimé-je à calembourer).

Miraculeusement, le vieux prof ne porte aucune entaille. Il a raté la première marche et les boutanches se sont brisées en même temps que son col du fémur. Cette chute a déclenché les vannes assurant la maintenance de son trop-plein, et l'universitaire accroche les wagons (foudres) avec une violence de Drac en crue.

Estimant que l'instant n'est pas encore venu de lui porter secours, je pars à la recherche de mon Boulimique professionnel.

Enquête à rebonds.

Pleine de folles surprises.

Je te donne un exemple : sur le palier du premier, je trouve avec tristesse le cadavre d'Olympio[19]. Un calibre pour superman de la gâchette l'a décoiffé en lui faisant éclater la boîte crânienne. Ce qui subsiste de sa tronche tiendrait aisément dans une louche à potage. M'est avis qu'on lui a tiré ce coup de canon dans les méninges par-derrière et qu'il ne s'est pas rendu compte de la farce.

Ah ! Depuis l'extérieur, Salami m'envoie un signal sonore.

Je bondis à une fenêtre et avise mon toutou d'élite en stoppance devant une Renault au Safran, la queue basse et les oreilles semi-dressées.

— Qu'il y a ? lancé-je.

— Viens voir ! répond ce compagnon plein d'exquisité.

— Je te demande cinq minutes ! crié-je dans l'air nocturne lesté de vapeurs incertaines.

Je moule le cadavre de la tantine pour continuer l'exploration de ce palais des horreurs.

Voici la chambre du Maître, antérieurement décrite, et si parfaitement, qu'il serait vain d'y revenir.

Image de paix, enfin ! Bérurier-Ramolino endormi sur la couche d'apparat du grand écrivain ! Ronflant gras, pétant flou ; les battoirs sur son bide dans une posture de gisant marmoréé pour tombeau d'époque gothique.

De son côté, rien à signaler, sinon qu'il s'en tient une qui mettra vingt-quatre bonnes heures à se dissiper.

Rassuré sur le sort de cet ivrogne exceptionnel, me mets en quête de l'autre pédoque. Serait-ce lui qui a débulbé son pote ?

Non !

Car Norman gît dans le bureau. C'était le jour des questionnaires « poussés » pour les deux pécores. Il est allongé sur le burlingue, en croix de Saint-André, chacun de ses membres arrimé à un pied du meuble, la tête à la renverse. Vision désagréable pour un homme venant de faire l'amour à la perfection (et là je pèse mes testicules en même temps que mes mots).

Qu'est-ce qui provoque et réalise cette épidémie d'assassinats ? Une banlieue si chic, si calme…

Un nouvel appel de Salami, plus bref et marqué d'impatience, m'arrache à des réflexions mord-bites.

Je me hâte de le rejoindre. Dressé sur ses antérieurs, il s'efforce de regarder dans la bagnole.

— Il y a du suif, là aussi ? demandé-je en le rejoignant.

Il arbore sa gueule goguenarde des occasions particulières, celle que je n'apprécie pas car j'ai l'impression qu'il se fout de la mienne.

Seigneur ! Quelle hécatombe !

Ils sont là, les mecs qui poireautaient naguère dans le hall : Marie-Louise, Duroc, Talleyrand et le minet travesti en cantinière d'opérette. Cireux, atones, les yeux exorbités.

Le hound renifle délicatement la bagnole, s'attardant aux encadrements de portière.

Ça me donne l'idée de l'imiter.

Je décèle une odeur chimique, vaguement écœurante.

— Ils ont été gazés, hein ? fais-je à mon adjoint.

Il confirme.

Je braque le faisceau de ma loupiote de fouille sur les passagers. De toute évidence, ces messieurs-dames sont aussi morts que la momie de Ramsès II, quoique depuis moins longtemps.

— Eloignons-nous ! conseillé-je. Inutile de respirer ne serait-ce que les relents de cette saleté !

Un vent de nuit chuchote dans le parc. La lune s'est déplacée. Me sens nazebroqué en plein.

Un banc m'accueille, frais à mes noix. Une fois de mieux, mon turlu entre en lice.

Quelques appels irrésultueux. J'insiste. Enfin, la voix grumeleuse de mon pote Jéjé !

— Vouais ? lâche-t-il avec hargne.

— Votre petite sauterie est terminée ?

— Je venais de m'endormir.

— Eh bien, maintenant tu viens de te réveiller, et sûrement pour un bon moment.

— Qu'est-ce qui se passe ?

— Trop de choses !

— Où es-tu ?

— Toujours à Louveciennes : la vie de château me devient indispensable.

— Du neuf ?

— En pagaille, mais pas du raisonnable : j'en suis à huit morts et deux blessés !

— Tu te fous de moi ?

— Jamais à deux plombes du mat', grand primate, ça me flanquerait des gerçures au gland.

Je coupe la communication et m'allonge sur le banc, peu soucieux de porter secours à Félix.

Une chouette se met à débloquer au-dessus de ma tête.

Paraît que ça porte bonheur.

15

Son pyjama bâillait de haut en bas et l'on pouvait, à loisir, admirer son sexe monumental avec lequel il baisait et pissait en viager, l'ayant cédé par acte notarié à la faculté de médecine de Paris[20].

La journée ensoleillée permettait que l'on eût poussé son siège mobile sur le balcon, aussi Félix jouissait-il d'une vue romantique sur les roseraies d'un pépiniériste voisin de l'hôpital. Il appréciait peu la rose, l'estimant pleine d'affèterie. Mais ici leur nombre, leurs variétés, leur relatif éloignement, créaient un phénomène d'enchantement.

Rat des villes, la nature le tentait peu. Il la jugeait simpliste et répétitive dans sa morne obéissance aux saisons, lui préférait le côté haletant de Paris où chaque jour diffère du précédent. Des sédatifs judicieux le dispensaient de souffrir, lui apportant même une félicité frelatée qu'il savourait sans vergogne.

Il crut entendre frapper, se dit qu'il s'agissait d'une femme de service car elles venaient à tour de rôle lorgner son formidable braque, n'y prêta pas attention, envoûté par ces admirables rosiers qui alimentaient en gerbes prétentiardes bien des salons stupides. Une voix connue le troubla :

— Alors, l'zob numbère ouane s'r'charge les accus ?

Bérurier s'avança en ses malodorances irréversibles. Il venait de troquer sa chemise à bout de crasse contre un superbe polo rouge exaltant son teint de pêche. Le vêtement lui donnait l'aspect d'un syndicaliste de 36 à la tête d'un cortège agressif. Il ne portait plus le bicorne impérial, mais un chapeau de toile, presque sans rebord, qui conférait davantage d'ampleur à sa tête, accroissant son indéniable obtusité.

Il repoussa les jambes du prof avec brusquerie, déclenchant la foudre dans son fémur ravaudé, s'assit d'une fesse sur le repose-jambes.

— Dans c'te taule hurff, t'vas t'faire raccommoder d'première ! annonça-t-il. N'en outre, les infirmières n'ont pas z'été sélectivées dans des poubelles. Elles ont toutes l'air plus feu-aux-miches l'un' que l'aut' ! J'ai r'tapissé un' rouquemoute dont j'y bouffererais la craquette sans r'cracher les noyaux !

Il rit si fort que le siège orthopédique trembla sur ses roulettes. Le « brisé » grimaça et, afin de ramener son visiteur à l'immobilité, demanda :

— Où en est votre histoire ?

Instantanément, le descendant de l'Empereur retrouva son sérieux.

— T'as visionné les niouves à la téloche ?

— Tu sais bien que je hais les écrans, qu'ils soient grands ou petits.

— Huit morts, deux blessés ! lança fièrement l'officier de police, comme s'il annonçait les résultats d'un match.

— Impressionnant ! admit Félix.

Sa Majesté évoqua par le menu le tableau de chasse. Il ne le connaissait que par le récit du grand Jérémie puisqu'il barbotait dans le schwartz pendant la nuit précédente.

— C'est San-Antonio qui dirige l'enquête ?

— Mouais. S'l'ment, j'y trouve l'air bizarre, à croire qu' l'importance d' l'affaire l'dépasse. J'lu voye pas son mordant habituel ; comme si qu'y pens'rait à aut' chose.

— Un grand amour ? hasarda l'homme de savoir.

Le Gros émit un bruit de pet avec la bouche, auquel il fournit une rime venue de son rez-de-chaussée.

— T'sais, Sana, l'amour, s'il faudrait qu'ça lui masturbe la profession, y s'rait à la circulation d' grande banlieue d'puis lurette !

— Sa santé ?

— Lui ? pouffa l'Obèseur. L'Pont-Neuf !

— Celle de sa mère ?

— J'croive pas : j'ai vu Mâme Félicie ces jours, m'a paru d'équerre.

— Ne m'as-tu pas dit qu'il possédait une petite fille ?

— Si, av'c Marie-Marie, ma nièce par alliance. N'en effet, c'est p't'êtr' de c'côté qu'y faudrait chercher ; mais enfin, brèfle, c'est pas pour t'causer d'ses états d'âme qu'j'ai v'nu t'voir. Tu connais l'gazier qui écrit la vie d'Napoléon-mon-ancêtre-légitime ? Çui dont auquel tu documentionnes ?

— Yvan Dressompert ?

— Exaguete. On voudrerait l'interroger à propos de Titan Ma Gloire, s'l'ment j'arrive pas à y fout' la main d'ssus. Il a un' maison d'famille en Provence, près des Baux, où qu'vivent sa gerce et ses chiares, plus un estudio à Pantruche dans l'huitième, mais personne n'l'a aperçu depuis plusieurs jours. A son baveux non plus : Le Cahier et la Plume où il est rédactaire en chef. T'aurais pas des détails à fournir su' l'endroit qu'on pourrerait l'dégauchir ?

L'homme au fémur scrafé secoua la tête.

— Aucune idée, assura-t-il.

— Tu l'connais ?

— Je l'ai vu une fois, chez Ma Gloire, pour parler du livre projeté.

— Quelle impression est-ce qu'il t'a-t-il faite ?

— Ni mauvaise, ni bonne. C'est un scribouillard sans importance collective ; tout juste un individu, dirait Céline.

— J'la situe pas celle-là, avoua le Cataclysme ; la seule Céline dont j'ai fréquenté taillait des pipes l'samedi dans l'claque d'la mère Solange.

— Pourquoi le samedi ? demanda machinalement Félix.

— Biscotte son mari n'travaillant pas, y pouvait garder leurs chiares du temps qu'é s'espliquait.

Le vénérable enseignant du second degré aimait, en Bérurier, son côté pragmatique. Alexandre-Benoît ne s'embarrassait jamais de ce trop-plein verbeux des gens réputés instruits. Félix avait depuis longtemps compris que si le gros homme faisait merveille dans la police, c'était à cause de son bon sens terrien.

Le Mammouth se dressa, abaissa son futal et, présentant son dos pachydermique au blessé, implora :

— T'voudrerais bien m'gratter l'en haut des miches, prof, ça m'démange au-d'ssus d'l'os qui pue.

Altruiste, le dabe racla de ses ongles endeuillés la partie émergée du Brontosaure sur laquelle se développait une tache présentant les contours de la Sibérie orientale.

— Tu devrais demander à un pharmacien une pommade contre le psoriasis, conseilla-t-il.

Le gratté ricana :

— Moive, les pommades, j'les passe su' mon trognon d'chou quand est-ce y s'attaque à un' minouche pas suffisamment estensibe ! Pou' t'en r'viendre au journaleux qu't'as pas l'air d' r'priser beaucoup, c't'un mec d'quel carat ?

— La quarantaine, répondit l'Erudit.

— Il a fait des choses bien ?

— Disons qu'il noircit du papier.

— Et son canard ?

— Du papier noirci.

— S'lon toive, pourquoi il a disparu ?

— Comment le saurais-je ? On l'a peut-être assassiné, lui aussi ? Le manoir de Ma Gloire ne porte pas chance à ses visiteurs.

— Pour nous deux, ça n' s'est pas trop mal passé, fit observer Bébé-rut. Pourtant, schlass à not' point, c'tait pas dif' d'nous carboniser. Pense que dans c'château, on a buté, en quéqu' z'heures : la bonne, l'minet du Maît', les deux traficoteurs de came dont j'les interrogegeais, quat' potes d'leur bande, le Titan qui vadrouille ent' la vie et la morgue, sans oublier son jardinier blessé d'un coup d'eustache dans l'armoire à ragoût ! Les médiateurs sont su' les nerfs et s'apprêtent à réclamer la démission du Grand. Dans l'état dont j'le voye, il s'rait cap' d'la donner !

— Il devrait le faire, soupira l'intello ; rien ne vaut la tranquillité.

Béru barrit :

— C'est pas son style d'quitter la table sans avoir payé la note !

Comme il lançait cette réplique d'estoc et de taille, un petit bonhomme fit son entrée dans la chambre.

Les deux compères sursautèrent.

— Pinuche ! glabouilla Jumbo.

16

A la P.J., quelques heures plus tard…

Effectivement, le Pinaud nouveau venait d'arriver. Très différent de celui que mes fidèles lecteurs ont connu et aimé, paraît-il.

Par coquetterie et désœuvrance, la Vieillasse s'est fait teindre en brun, lui que nous avons toujours vu poivre et sel. Je ne sais dans quel souk marocain on lui a badigeonné le poil, mais la sombre lotion dégouline de sous son panama de paille blanche et de sa moustache. On jurerait Dirk Bogarde dans la Mort à Venise.

Il porte un veston pied-de-gallinacé, une chemise pervenche, un futal perle au pli tranchant. En dépit des artifices, il me semble passablement vieilli. Un peu plus ridé et parcheminé, le regard davantage atone, la stalactite nasale accrue, la pomme d'Adam pointée comme jamais. Mais son sourire est toujours pareil : si doux, si miséricordieux, pardonnant les péchés du monde, faute de pouvoir les racheter.

Mes yeux béent telle une chatte de sorcière qui se serait enquillé son manche à balai dans le bigorneau en voulant le chevaucher.

Je m'abstiens d'interjectionner avec des « Toi ! », des « Non, mais je rêve ! » en usage dans cette situation. Le visionne, ouvre mes bras, le happe, le lape.

Il se laisse bercer, le vieux petit garçon. Tu ne crois pas qu'il roucoule ? Oui, hein ?

— Par quel prodigieux hasard es-tu ici, Indicible Membrane ? Depuis quarante-huit heures, je pense à toi de manière obsessionnelle.

— J'ai dû le sentir. Des ondes circulent entre les gens qui s'aiment.

Nouvelles effusionnades.

— Tu te fais chier au Maroc ?

— A la longue, oui.

— Et ta ravissante compagne ?

— Elle m'a quitté, il y a un an, en emportant l'argent liquide et les objets de valeur. Elle vit avec un agent immobilier espagnol.

— Tu en souffres ?

— Au contraire ; elle me fatiguait.

— Tu l'as remplacée ?

— Par un bordel discret que tient une Française, veuve d'un ancien légionnaire. Cette dame sélectionne admirablement son personnel. Je fréquente l'établissement davantage pour l'ambiance que pour « la chose ».

— Ton épouse ?

— Elle a eu une hémorragie cérébrale et vit à l'état de légume dans une maison de retraite grand standing.

— Pas de peine, de ce côté-là ?

Il branle son chef peinturluré.

— Tu sais, les vieux époux se détestent depuis trop de temps pour que la disparition de l'un anéantisse la quiétude de l'autre.

Il ajoute, avec un rien de mélancolie :

— La vie est bien faite.

Puis, s'ébrouant de la pensarde.

— Il semble que tu traverses une zone marécageuse ?

— Qui te l'a dit ?

— Jérémie d'abord, puis Béru me l'a confirmé.

— Tu les as vus ?

— En arrivant j'ai téléphoné ici et suis tombé sur notre excellent Sénégalais ; il m'a fait part de son inquiétude à ton propos. J'ai ensuite tenu à rencontrer le Gros, lequel était allé visiter le professeur Galochard à la clinique. Ces deux braves amis m'ont fait un récit complet de vos tribulations. Il paraît que vous vous trouvez en plein désarroi. Si l'œil neuf d'un vieux flic désœuvré peut vous être de quelque utilité…

Emu, les cils frangés de rosé, comme disent les restaurateurs auvergnats, je cueille sa chère dextre ressemblant à une patte de canard sectionnée et la réchauffe au creux de la mienne.

— Tu viens m'apporter une recharge d'énergie ! assuré-je.

— Quelque chose te mine ?

Je hausse les épaules.

— Les copains t'ont dit que je suis père d'une petite fille ?[21]

Il opine :

— Que tu as eue avec Marie-Marie ? C'est merveilleux ! Tu es à l'âge où un homme apprécie sa paternité.

— Seulement sa mère refuse de vivre en France ; il faut dire que l'enfant a été en grand danger… J'en suis à me demander si je ne ferais pas mieux de laisser quimper la Rousse pour élever des bovins dans le Loir-et-Cher ? La Musaraigne consentirait peut-être alors à se rapatrier avec Antoinette…

La Pine fait un geste rarissime : il tire un étui à cigarettes de sa fouille et s'empare d'une cousue. L'allume avec un briquet qui ne ressemble plus du tout à son lance-flammes de jadis.

— Ne brusque rien, Antoine, conseille le cher homme : l'existence c'est tous les jours un petit peu. Fais ton travail, téléphone beaucoup à ta fillette et à sa mère. La logique s'imposera d'elle-même.

Un silence nouveau, toujours aussi harmonieux, s'établit.

Puis il réagit après avoir dégazé un filet de fumée légère :

— Maintenant, occupons-nous de ce massacre.

Il se découvrit et posa son bada sur le cuir blond de mon sous-main, le gratifiant d'une auréole brune.

17

Il avait conservé sa carte de police et la montra aux perdreaux de garde qui le saluèrent.

Satisfait d'avoir renoué avec le passé, César pénétra dans la chambre de Titan Ma Gloire.

La pièce baignait (comme on dit puis à Machin-les-Bains) dans une douce pénombre. Le volet vénitien qui la créait laissait filtrer un peu de soleil entre ses lamelles incomplètement plaquées.

Le célèbre blessé reposait sous la potence lestée de produits chargés d'assurer sa survie. Pinaud remonta jusqu'à son chevet et prit place sur la chaise destinée au médecin. Il s'assit, se mit à contempler fixement le gisant.

Ce dernier respirait doucement et gardait les yeux clos.

L'Ancêtre le scruta sans broncher d'un poil ni émettre le moindre bruit : crotale fascinant sa proie[22].

On ne percevait, outre les glissements du couloir, que le minuscule chuintement du goutte-à-goutte.

L'homme de Marrakech devenait minéral. Il se sentait capable de rester ainsi des heures entières.

Du temps s'écoula, flou et sans notion de durée. Enfin, ce qu'escomptait le vieux flic se produisit : les paupières du blessé commencèrent à frémir, puis à s'entrouvrir. Le bout de regard qui s'échappa paraissait d'une totale lucidité.

— Je savais, murmura doucement Pinuche.

Rien de plus, l'autre avait déjà rétracté son coup de projecteur.

Une nouvelle attente s'ensuivit.

L'opiniâtre Baderne reprit son étrange guet. Une douce jubilation mettait de l'euphorie dans toute sa personne. En cet instant particulier, il se demandait comment il avait pu vivre si longtemps séparé de la vie policière. On ne devient pas poulet par vocation, celle-ci se déclare au fil des années.

A la suite d'une autre période de guet, comme rien ne se passait, il fit craquer sa chaise et exécuta sur place un léger piétinement donnant à croire qu'il se retirait.

Aussitôt, une frange de regard coupa le visage du gisant.

La Pine se prit à rire sans ironie, pour libérer un peu de sa satisfaction.

— Ecoutez, cher Maître, dit-il, nous n'allons pas finir la journée avec ce petit jeu indigne de nous. Vous comprenez bien que vous perdriez. Normalisons nos relations, vous avez tout à y gagner.

Mais l'autre se murait toujours derrière son inconscience feinte.

— Vous avez simulé votre agression, et vous saviez parfaitement que, pour la rendre crédible auprès du corps médical, il fallait payer de votre personne. La seringue était prête dans votre manche. Vous l'avez utilisée le plus tard possible avant que les brancardiers ne vous chargent dans l'ambulance. Et lorsqu'ils ont déposé la civière sur le sol, vous n'avez eu aucune peine à la jeter discrètement dans une plate-bande. Je l'ai retrouvée : elle porte vos empreintes.

Pinaud se tut, puis s'éventa avec son chapeau.

— Maintenant, il me reste à vous apprendre une chose, enchaîna l'affable personnage. Je suis un ancien officier de police à la retraite qui vit au Maroc dans une coquette maison blanche de la Palmeraie. Mes rentes sont juste suffisantes pour assurer mon train de vie. J'ai donc résolu de me procurer des revenus complémentaires en usant de mon ancien métier. Je gage que vous commencez à saisir. J'ai conservé la possibilité de m'introduire où bon me semble, la preuve, me voici à votre chevet alors que des agents sont en faction dans le couloir. Ma proposition est la suivante : rachetez-moi cette petite seringue, sinon je la déposerai au dossier. Je ne suis pas gourmand, cher Maître ; à mon âge on sait rogner ses ambitions. Moyennant deux cent cinquante mille francs l'affaire est conclue. Je pense que c'est peu par rapport à ce que vous voulez dissimuler…

César cessa de parler pour rallumer son clope défaillant.

— Il est interdit de fumer dans un hôpital, je ne l'ignore pas, mais je cours le risque des réprimandes ! fit-il plaisamment.

Le blessé demeurait inerte, sans regard. Pourtant, Pinaud constata que sa respiration s'accélérait.

— Ma cigarette achevée je m'en irai, annonça le Revenant. Et quand j'aurai franchi cette porte, vous serez pratiquement en état d'arrestation.

Il continua de tirer sur sa cousue, voluptueusement.

Ce fut au moment où il quittait sa chaise que l'homme lauré se manifesta.

— Non, restez, murmura-t-il.

César stoppa et s'abstint, en vieux roublard, de scruter celui qu'il venait d'accuser aussi formellement. Il tenait son chapeau à la main, prêt à s'en coiffer, mais s'en éventa le visage, tourné vers la fenêtre. Des échos chargés de vie courante humanisaient l'instant. Un pigeon en déplumade se posa sur le rebord de la croisée et se mit à contempler la Pinade d'un œil incrédule.

— Monsieur ! appela faiblement le prince de la littérature sous-traitée.

— Je vous écoute ?

— Je voudrais mourir…

L'Ancêtre hocha la tête.

— C'est votre problème, répondit-il en s'asseyant.

— J'ai tenté de mettre fin à mes jours, mais c'est beaucoup plus difficile qu'on peut le penser.

— Dame, admit César, nous ne possédons qu'une vie et l'hypothèse d'un au-delà reste aléatoire.

— Néanmoins, je DOIS mourir sans tarder.

— Pour ne pas connaître le déshonneur ?

— Entre autres, et également parce que j'ai perdu tout appétit d'exister.

— En comprenant que je vous avais démasqué ?

Ma Gloire ne répondit pas. Se mit à pleurer. Sa détresse parut grotesque à son visiteur. Il ne ressentait pas la moindre pitié pour le pompeux terrassé.

— Si vous souhaitez mettre fin à vos jours, je vais vous laisser, prévint l'ex-officier de police. C'est le genre d'acte qui s'accomplit dans la solitude.

Il fit un nouveau pas vers la sortie.

— Non ! Non ! lança vivement Titan.

Il murmura, piteux :

— Si je vous dis tout, vous me jurez de détruire la seringue et de garder le secret ?

— Vous oubliez « mes » deux cent cinquante mille francs, objecta l'homme tranquille.

Cette cupidité feinte eut raison des hésitations de son interlocuteur.

— Vous les aurez !

— Quand ? demanda âprement le pseudo-maître chanteur.

— Donnez-moi la seringue et je vous ferai un chèque demain.

— Vous n'y pensez pas ! On ne règle pas les maîtres chanteurs de cette façon ! Vous voudriez peut-être que je vous établisse une facture, pendant que nous y sommes ?

— Mais je n'ai pas d'argent ici, vous vous en doutez bien !

— Procurez-vous la somme pour demain.

— Je vais faire le nécessaire auprès de mon homme d'affaires, maintenant que je suis sorti du coma.

— J'en prends note, fit Pinuchet. Je reviendrai en début d'après-midi.

Il ôta un bouton de rose du bouquet fourni par l'établissement et piqua la tige dans sa boutonnière, comme cela se faisait jadis dans les films en noir et blanc.

18

Si j'en juge à la modestie des locaux abritant la revue Le Cahier et la Plume, ce périodique n'est pas encore prêt d'atteindre les tirages de Paris-Match. Il occupe le quatrième étage d'un immeuble bourgeois dont l'ascenseur, conçu pour deux personnes sortant de cure, n'a guère envie de trop hisser. Il s'élève au ralenti dans un cliquetis semblable à celui que produisait avec ses médailles le cher maréchal Goering quand il utilisait un marteau-piqueur.

— Nous aurions dû emprunter l'escalier, maugrée Jérémie qui a tendance à « s'envelopper ».

— On a au moins le temps d'admirer le paysage, tenté-je de le rasséréner.

Effectivement, la cage d'escadrin, peinte en faux marbre brun colombin, est plutôt envoûtante, avec ses portes lie-de-vin aux pommeaux de laiton et ses plaques de cuivre gravées de patronymes suranonymes.

Lente, mais sans encombre est l'ascension.

Ensuite, une porte dont le haut est vitré. « Entrez sans sonner » conseille un écriteau composé en caractères « dymos ». Invitation acceptée. Nous pénétrons dans un vestibule sur lequel bée la double porte d'une vaste pièce. Nous découvrons une salle de rédaction classique : tables équipées d'ordinateurs, paperasses en fouillis, trophées plus ou moins bizarres, photos à tendance érotique. Mais le surprenant, c'est qu'il ne s'y trouve aucun être vivant.

Comme nous nous faisons part de nos perplexités respectives, un formidable bruit de chasse d'eau se déclenche, tout proche. Une porte s'ouvre sur une dame d'une soixantaine d'années appesanties, très brune, frisottée, portant lunettes, mal poudrée, mal équipée dentalement, le menton escamoté par-dessus des bajoues en pendeloques. Elle a la jupaille rassemblée sur le ventre et se livre à une œuvre charitable puisqu'elle remonte une culotte d'évacuée kosovar, nous privant ainsi de sa vieille moulasse dépecée par les coups de verge du temps jadis.

On la laisse requinquer du rez-de-chaussée. Après quoi je m'insère dans son champ de vision.

Tu crois qu'elle est gênée d'avoir été surprise le fion à l'air ? Que tchi ! dirait notre ministre des Affaires peu courantes.

— Oui ? aboie-t-elle avec fougue.

Ça y est !

Son cotillon est retombé sur la féerie évoquée ci-dessus.

La Carabosse trottine au premier bureau.

— Alors ? elle houspille.

Je parle.

Toujours le doux refrain de la Poule annonçant la couleur.

Elle acquiesce (sans déliquescer).

— Si vous venez aux nouvelles, vous en serez pour vos frais de déplacement : je ne sais rien.

— Pourquoi les locaux sont-ils déserts ?

— Une saloperie de grève de notre personnel rédactionnel.

— Pour quelle raison ?

— Ces jeunes cons n'étaient plus payés.

— Evidemment, ça crée des dissensions.

— Une bande de flemmards sans talent !

— Même sans talent, il faut bien vivre.

L'argument lui paraît stupide.

— Vous êtes communiste ! diagnostique Mémère, à bout de conjectures.

— Ça dépend des jours, réponds-je, et aussi de ce que j'ai absorbé au déjeuner. Mais nous ne sommes pas venus parler politique. Votre opinion sur Yvan Dressompert ?

— Lui, par contre, a un beau brin de plume. Vous avez lu son livre intitulé Physiologie de l'Escargot, avec lequel il ne lui a manqué que neuf voix pour avoir le Goncourt ?

— Pas encore, j'attends de me casser une jambe. Au plan humain, dans quelle catégorie le rangeriez-vous ?

— Pragmatique, avare, insensible. Il ne boit pas, mange peu, écrit beaucoup.

— Et sexuellement ?

— Onaniste convaincu ; il lui arrive de se masturber devant moi, voire en contemplant la photographie de Marguerite Yourcenar.

— Il doit avoir une grande confiance en vous pour s'autoriser un tel débordement ?

— Le vice n'a pas besoin de confiance pour s'assouvir, je dirais même : au contraire.

— Vous étiez au courant des travaux sur Napoléon qu'il exécutait pour Titan Ma Gloire ?

— Il ne m'en parlait pas, mais il y a dans son bureau une forte documentation sur l'Empire. En outre, il a reçu pas mal d'appels de l'académicien.

— Vous voulez bien nous conduire à son cabinet de travail ?

Elle hoche la tête.

— Je ne sais pas…

Je tire ma brème et la place à vingt centimètres de ses lunettes.

— Moi, si ! assuré-je. Excusez, j'avais omis de vous montrer ceci.

Vaincue à la fleur de l'âge par mon autorité, elle se prend par la barbichette pour nous entraîner dans une pièce à l'écart. Sorte de studio aménagé en antre de fin lettré : murs garnis de rayonnages recelant des trésors reliés plein cuir et de revues austères qui ne publieront jamais mes zœuvres en feuilleton.

La place disponible est occupée par un vieux coffiot des établissements Fichet et une table sur laquelle Copernic écrivit sa théorie des mouvements planétaires.

Aux premier, second et troisième coups d'œil, je constate effectivement que ce meuble est surchargé de paperasseries relatives à Bonaparte et à son alter ego Napoléon.

— C'est bon, je vous remercie, dis-je-t-il.

Comme elle n'a pas l'air de déceler que cette formule élégante est une mise en disponibilité, je poursuis :

— Vous pouvez nous laisser, madame Michu.

Youyouille ! Tu la verrais, Carabosse !

— Dites donc, mon bonhomme, elle gosille, je ne m'appelle pas Michu et je resterai ici ! Ce n'est pas parce que vous êtes flic que vous avez le droit de traiter par l'insolence et le mépris une femme respectable.

— Pardon, dis-je, penaud, je ne pensais plus à vos poils de cul blancs !

Tout de suite après cette grossièreté, si peu dans mon style, je fais noisette honorable[23], lui débitant mes excuses en alexandrins et posant sur sa joue ravinée un baiser de voyou qui humecterait le fion d'une salamandre.

Oui, sans doute.Vaincue, elle rengracie.

— Petite cervelle brûlée ! elle gazouille, vous devez en faire tourner des têtes !

Dès lors, elle s'emporte.

Nous cessons de perdre notre temps pour nous consacrer à l'exploration du P.C. Jérémie se charge du coffre, moi de la table de travail. Je dégauchis des piles de notes, des résumés sur le circus imperator du Corsico. Travail sérieux, bien construit. Tout ça archiconnu : Napo à Brienne, son papa, sa mother ramolinée, capitaine pruneau, général-enfant, 18 brumeux, Désirée Clarifiée, l'épopée jusqu'au cancer de l'estom' final, à l'ombre des bananiers en fleur de Sainte-Hélène avec, en bague ronde, diraient les Ricains, la présence de Joséphine de Béarnaise aux absences redoutables et aux empaffeurs nombreux…

Pendant que je révise mon Empire, kif si je préparais une licence, le beau Ténébré s'explique avec la Maison Fichet.

Je te le répète, sans surtaxe, le modèle est ancien. Au bout de tripatouillages stériles, mon pote va demander à la sorcière bien-aimée les prénoms de l'épouse et des chiares d'Yvan Dressompert. En secrétaire dévouée sachant tout de son patron, elle les lui fournit, de même que leurs dates de naissance. Conclusion, en moins de jouge, le coffre reste bouche bée.

Le viol est dans la nature de l'homme. Nous ressentons une certaine délectance à éplucher ce coin secret. Y dénichons cent mille francs français et des livres britannouilles à effigie de la grosse dondon qui gère la taule. Cela ne nous regarde point puisque nous n'avons pas d'accointances avec les Services fiscaux. Un dossier contient le tapuscrit du bouquin en cours d'élaboration. Rien à frictionner ! Poursuivons notre explorance.

Tiens : une chemise à rabat ! Dedans, quelle merveille ! nous découvrons de magnifiques photos de Titan en train de se faire taper dans la lune par un zig au cerveau plus petit que le membre ! Tu parles d'un insatiable, l'Illustre ! Tout-terrain, Cécolle ! Metteur-receveur ! Le pompeur pompé ! A en croire sa gueule, il aurait tendance à aimer le piston hydraulique. Poussant la pernicerie jusqu'à se faire mettre devant une glace triple face.

Le chibré qui le déterge est bâti orang-outan, avec du poil partout ! Une vraie fourrure ! Il a le nestor à boules fortement engagé dans la case de l'oncle Tom, mais la partie non immerdée de l'ustensile en exprime le calibre.

Jéjé murmure :

— Joli cul-de-lampe pour ses bouquins à tirages limités !

Nous passons à d'autres clichés de la même veine.

En fin de compte, il y a de la témérité chez ce glorieux. Faut-il qu'il soit semoulé de la coiffe pour se laisser flasher en pareille posture !

Poursuivant la fouille, nous exhumons une enveloppe « rebondissante » dirait Béru. Dedans, un épais carnet à couverture rouge. Il s'agit d'un répertoire contenant des noms et adresses. La plupart de ceux-ci ont été rayés ; n'en subsiste qu'une demi-douzaine.

— A conserver, dis-je à mon Ebéné en lui confiant le mémento, car j'ai remarqué qu'il possédait davantage d'ordre que moi.

Clôture du coffiot.

Brouillage de la combinaison.

Retour vers Miss Immonde.

Tu sais quoi ? Elle est occupée à se passer du rouge à lèvres, ce qui donnerait à croire que je lui ai percuté la Vallée des Commanches (à burnes).

— C'est pour moi que tu te fais belle, mon indicible passion ? lui chuchoté-je dans le cornet à frissons.

Elle minaude comme une vieille connasse.

J'enhardis. En pose cinq, articulés, sur sa fosse à langueur.

— Ne continuez pas ! supplie-t-elle en espérant le contraire.

Ah ! la carne. Juste de la moulasser à travers ses loques, j'en ai les premières phalanges qui sentent le coup de pioche intempestif dans un sarcophage !

Lors, je fais signe à Jéjé d'évacuer le terrain. Il annonce qu'il va modifier le disque de la bagnole.

Que nous voici donc en tête à tête, Mamy Gargouille et moi.

Elle soupire comme d'ici à Ton-âne-arrive[24]. S'imagine déjà avec mon beau joufflu dans le panier !

— Chérie, lui susurré-je, tu as compris que nous allons connaître un avenir de folie ?

— Vi, vi ! orgasme-t-elle.

— Seulement, avant de connaître ce rare bonheur, je dois faire avancer mon enquête. Tu peux m'aider si tu le veux, bioutifoule darling. Yvan Dressompert est un individu plus que douteux, tu le sais. Réponds-moi en toute conscience, ma Rose-thé : cet homme n'hésite pas à recourir au chantage pour avoir de l'argent, c'est l'évidence même ! Vivant dans son orbite, tu n'as pas pu l'ignorer.

Et de rougir à travers les grosses mailles de ses rides.

— Il ne faut rien exagérer, finit-elle par murmurer.

— Pendant des lustres, il s'est servi de son canard pour jeter le trouble dans certains esprits et impressionner des gens qui avaient la conscience glauque, continué-je.

En guise d'approbation, elle hausse ses belles épaules de cigogne décatie.

— Mais cette fois, il est tombé sur un bec. Ses manœuvres ont cacaté. Où est-il ? Tu le sais, toi, Poupée ? Sois franche !

— Parole que non ; je n'en ai pas la moindre idée.

— Nous le retrouverons ! promets-je. Tu as déjà contemplé le globe terrestre, naturellement ? Tu as vu comme il est petit ?

19

L'a si joliment écrit, Didier Van Cauwelaert : « Il vaut mieux rouler sa bosse que bosseler sa roue. »

Méditant sur cet aphorisme, je regagne mon bureau pour une conférence aux sommiers.

Une escouade d'inspecteurs viennent se délester de leurs butinages. Je les ai chargés d'enquêter sur les quatre personnes décédées dans la bagnole. Ils l'ont fait. Des gus très bien, les gazés, ne se singularisant que par leurs mœurs, ce qui, en l'an 2000, est d'une véniellerie absolue. Il y a cinquante ans, tu te faisais enculer, les gens se bouchaient le nez et se voilaient la fesse. A présent, c'est titre de gloire. Les parents sont fiers de leur chérubin quand il prend du rond. Le clament tous échos. S'en gargarisent. « Je vous ai parlé de mon fils ? Pas le grand connard qui est père de famille : celui qui est marié à un pharmacien. »

Moi, je veux bien. Chacun ses trous, hein ? Qu'une dame soit en ménage avec son caniche royal ou qu'un valet de ferme embroque ses chèvres, c'est pas ma bitoune qui trinque ! Faut prendre sonfootù l'on peut ! Celui qu'arrache les ailes d'une mouche pour la faire cavaler sur son gland émergé de la baignoire est aussi respectable que l'abbé Pierre. Le Seigneur se dépatouille avec !

Ce que j'en suis, c'est la pube faite autour, les manifs revendicatives de nos messieurs-dames énucléés de l'œil de bronze. L'importance qu'elles dévêtent. Tous ces adeptes du trognon de chou, peinturlurés, gesticulants, beuglant qu'ils ont droit au mariage, à la femme au foyer, au remboursement de leurs tampons périodiques et de leurs pommades émollientes ! On vit des temps que je ne regretterai pas mais qui m'auront fait marrer lugubre itou Dame Pomponnette, une étoile de la vie politicarde, frisottée dimanche, les nichebabes en capot de bagnole tout-terrain, grassouillette comme une caissière de supermarché rayon viande. Elle s'était jointe par esprit de liberté. J'eusse aimé la voir sodomisée par des lutteurs turcs, cette Exquise, que son entrée des artistes devienne béante comme celles du Printemps Haussmann une veille de Noël ! Puisqu'elle payait de sa personne, la chérie, puisqu'elle donnait l'exemple !

Ils sont givrés, tous, je te jure ! Ne savent plus ce qu'ils font, encore moins ce qu'ils disent !

Et la Terre tourne autour du Soleil. La Lune autour de la Terre !

Alors pan dans la lune, mes frères !

Je te disais donc que mes limiers me dressent un papier à propos des quatre asphyxiés de la voiture, lesquels me semblaient plutôt nickel.

Talleyrand était fondé de pouvoir dans une banque en renom, le général Duroc gérait un restaurant à étoiles, Marie-Louise dirigeait un service hospitalier dans un établissement de banlieue, assisté de la cantinière qui, dans le civil, était infirmier. Les deux amants éclectisaient, question baise.

Le quatuor fréquentait depuis peu le manoir de Titan Ma Gloire. L'écrivain (par Chronopost) les connaissait pour avoir un compte bancaire chez l'un, son couvert chez l'autre, et un traitement médical chez les deux derniers. Au fil des fréquentations, le Glorieux avait décelé leurs mœurs et des relations charnelles en découlèrent gentiment. Elles étaient sans histoires : je te suce, tu m'encules ; l'harmonie complète ! Partouzes assurées par le trio que nous savons, organisateur chevronné de cette discipline délicate.

Qu'ils eussent été conviés à l'annif du Maître semblait logique. Ce qui le paraissait moins, c'était leur quadruple assassinat.

L'enquête accroissait ma perplexité puisque ces gens, leur sexualité mise à part, menaient une vie « solide ».

De plus en plus, je penchais pour le carnage d'un ou plusieurs déséquilibrés.

C'est alors que César Pinaud arriva, les tempes toujours dégoulinantes de teinture marocaine, mais l'œil triomphant.

Il nous fit part de sa visite à l'hôpital et des étranges transactions engagées avec Titan Ma Gloire.

— Je le tiens ! exultait le cher homme. Demain il doit me remettre de l'argent en échange de la seringue.

Jérémie, dont le bon sens est proverbial, fit observer que l'écrivain se montrait léger en acceptant un tel marché, car la Pine pouvait fort bien lui donner n'importe quelle seringue ne comportant pas les empreintes de l'académicien.

Cette observation nous donna à réfléchir.

— Sa passivité cache quelque chose, prévint le Noirpiot.

Nous convînmes de voir venir. Demain serait un autre jour. En attendant, j'allais mettre le paquet sur le journaliste disparu.

A peine venais-je de prendre cette sage décision que Napoléon IV surgit, loqué d'une longue redingote couleur olive, d'un gilet blanc déjà marqué de taches de vin et coiffé du nouveau feutre noir qu'il portait en travers de sa hure.

Je lui brossis un résumé express des événements. Il se rangit sous notre bannière pour aller prendre le pouls des personnes figurant dans le carnet d'Yvan Dressompert.

Comme mes âmes damnées étaient trois et qu'il fallait se documenter sur six quidams, je leur en confias deux à chacun. En ce qui me concernait, je rentris tout bonnement chez moi.

Surtout ne te méprends pas, petite tête, je n'agissais pas ainsi pour tirer au flanc, mais simplement afin de récupérer mon brave Salami que l'agression chez le jardinier avait sérieusement ébranlé. Sur l'instant je l'avais estimé presque indemne ; un peu plus tard, je compris que cette dernière mésaventure, ajoutée à ce qu'il avait enduré au cours des semaines précédentes, l'avait remis sur les genoux. Sa série noire se déciderait-elle à mettre les pouces ?

* * *

M'man était allée rendre visite à Mme Tavassoni, une brave Italienne qui préparait souvent des lasagnes pour nos invités. Félicie avait remarqué que les pâtes de la vieille Ritale plaisaient beaucoup à nos convives. Elles composaient une entrée tonifiante dont il ne restait jamais rien, quelle que fût l'importance du plat.

Pilar, notre ancillaire ibérique, encaustiquait les pieds de la table du salon. En reconnaissant mon pas, elle remonta haut son abat-jour et s'épanouisit du baigneur. Je dois à la vérité, et à ma sympathie pour l'Espagne, de préciser qu'elle disposait d'un très beau postère dont, avec moi du moins, elle ne se montrait pas avare.

Je lui eusse volontiers accordé le coup de bite qu'elle quémandait à deux battants, mais mon enquête me dissuadait de m'égarer dans des fredaines, fussent-elles rapides, aussi me contentai-je de glisser le plat de ma dextre sur sa cicatrice s'ouvrant au sein d'une sylve amazonienne.

Elle interjecta dans son patois andalou, puis murmura :

— Muchas gracias, señor ! avec une telle gentillesse soumise que j'en eus le regard aussi mouillé que sa chatte.

Salami croupissait contre un radiateur éteint (mais seule compte la foi, m'a-t-on enseigné).

— Où en es-tu, vieux frère ? le hélai-je. Serais-tu cap' de venir en expédition avec moi ?

Instantanément, il se dressa et s'ébroua des oreilles, si j'ose dire.

— Ecoute, Rase-mottes, si tu ne te sens pas en forme, repose-toi !

Avant que j'eusse achevé ma phrase, il marchait déjà à la porte, s'efforçant d'adopter une allure bravache.

La fatalité était en route !

20

Il adore s'installer sur le siège passager, Salamoche. Ça lui permet de renoucher le panorama.

— Où allons-nous ? demande-t-il.

— J'ai envie d'aller retapisser le jardin de Moktar au grand jour, car je ne l'ai vu que de nuit.

Il trouve l'idée judicieuse, voire excellente, et chasse la poussière de son siège avec la queue.

— Tu as du nouveau ? hasarde-t-il.

— Des bribes de pas grand-chose, amertumé-je. Il y a lurette que je n'ai été confronté à pareil massacre. Ce qui me trouble le plus dans cette affaire, c'est que la majorité des meurtres semblent gratuits. L'œuvre d'un fou homicidaire ! Que les petites frappes aient eu besoin de buter Titan, ça peut se concevoir : il se passe des trucs pas jolis au sein d'un trafic de came. Mais à quoi bon une telle hécatombe ? Les quatre honorables gazés partouzards, la servante noire, le jardinier arabe n'étaient sûrement pas mêlés aux sales combines ! Et pourquoi cette cruauté, si ce n'est pour en éprouver de la jouissance ? Folie ! Le terme s'impose ; il est le seul mot susceptible de qualifier la tuerie.

Il n'y a pas grande distance entre Saint-Cloud et Louveciennes. Nous parvînmes chez El Djam en moins de jouge, et peut-être moins encore.

Le môme mangeait une tartine de beurre saupoudrée de Banania en poudre. Assis devant une télévision que je n'avais pas remarquée lors de mes précédentes visites, il contemplait une production ricaine qui aurait fait hausser les épaules à un pingouin.

— Tu es seul ? m'enquis-je-t-il.

— Maman a mené mémé à l'hôpital voir pépé, m'expliqua ce prodige, dans les veines duquel sangs slave et arabe se conjuguaient.

Et vite, il refit face à l'écran. Une pétasse rousse annonçait à un connard brun qu'elle tuerait Barbara s'il partait vivre avec elle.

Je mis à profit la fascination du jeune troudeballe pour explorer la turne des Arbis.

Le tiroir d'un buffet bancroche recelait une pochette en plastique imitation où le brave jardinier rangeait les papiers de leur petite existence foutrique. Elle contenait ses fafs d'identité, des témoignages de son héroïsme militaire et quelques pièces officielles traitant de ses droits à séjourner sur le sol français. Des bafouilles écrites en arabe complétaient le lot.

Au moment où je refermais la pochette, un lambeau de papier déchiré dans la marge d'un baveux s'en échappa.

Une adresse, griffonnée par Moktar probablement, l'écriture étant celle d'un Maghrébin connaissant le français. Elle restait néanmoins « vermicellaire »[25].

Je remis ce morceau de journal dans la chemise, et c'est à ce moment que je lus les mots s'y trouvant tracés : « Jérôme Bauhame Tél. : (…) »[26].

Il existait autrefois un gadget en forme de bague, prolongé par un vibrator. Lorsque tu serrais la main d'un pote, ça lui filait une espèce de décharge électrique dans la paume. C'était marrant. Moi, de lire ce blase chez l'ancien harki me produisit un effet similaire.

Comme tu n'as pas davantage de mémoire qu'une poêle à marrons, je te rappelle que Jérôme Bauhame est le vieux garagiste borgne chez qui les pédoques-trafiquants ont emprunté la torpédo contenant un pistolet. Tu y es ? Banco !

Je sors au moment où le petit-fils des El Djam fait connaissance avec cette pute de Barbara, alanguie au soleil de sa piscaille, sans se gaffer qu'elle va bientôt s'essuyer deux ou trois bastos dans le bustier.

A l'extérieur, mon copain Salami est en effervescence comme une pastille d'Alka Seltzer dans de l'eau. Il va de gauche et de droite, truffe au niveau des pâquerettes, oreilles battantes, émettant ces sortes de jappements escamotés des chiens de chasse sur le sentier de la guerre. De toute évidence, il renifle des choses intéressantes. Inutile de lui adresser la parole, ça le perturberait.

Je l'abandonne pour gagner la rue. L'agresseur de l'autre nuit avait laissé sa ronfleuse sur le trottoir de terre à une cinquantaine de mètres. La bécane devait être bien réglée car elle a démarré au premier coup de talon. Il y a quelques taches d'huile à l'endroit de son stationnement, également des gouttes de sang brunies, nombreuses et assez larges. Mon cador n'y est pas allé de dents mortes.

Perplexe, je looke (dérivé du verbe reluquer) les environs. Voie paisible, bordée d'un double alignement de platanes. De part et d'autre, des pavillons très banlieue parisienne se succèdent avec leur grille verte, leur jardinet poupette, leur crépi blanc. C'est la paix candide des environs de Paris, si douce à l'ombre des antennes TV en fleur.

Alors que je sonde la rue, le nez au sol, la bite (provisoirement) pendante, je perçois des heurts répétés. Le bruit provient d'une villa proche au style anglo-normand. Y regardant plus attentivement, je distingue, par-delà une large fenêtre à petits carreaux, un visage blafard, bouffé par de grands yeux sombres. Tête d'homme ou de femme ? Une épaisse et longue chevelure blonde m'orienterait vers le beau sexe (ah ! que je l'aime, celui-là).

Très évidemment, c'est moi que la personne hèle.

Je m'approche de la barrière délimitant sa propriété, en pousse la portelle, gagne la jolie maison « Mon rêve » dont la lourde est incomplètement close.

— Entrez ! me lance une voix plus feutrée que des charentaises de nonagénaire.

Répondant à l'invite, je pénètre dans un charmant living aux meubles rustique-de-qualité, aux murs ornementés de toiles approbationistes, époque albuplast.

Un être à l'aspect saisissant occupe un fauteuil d'infirme. Ma première impression était mauvaise car il s'agit d'un homme. Mais quel !

Il est très jeune. Convulsé, d'une maigreur à passer par la bonde de sa baignoire quand il la vide. Sa pâleur mortelle est intensifiée par le sombre regard mentionné plus haut. Que cet individu soit en vie constitue, sinon un mystère, du moins un prodige.

Ses pommettes sont à ce point saillantes qu'elles font songer aux genoux d'un enfant de la famine. J'ignore évidemment ce dont souffre le malheureux, toujours est-il que le sort ne lui a pas fait de cadeau !

— Pardonnez-moi de vous avoir interpellé, fait-il de son ton plus anémié que sa personne, mais je me demande ce que l'on cherche dans cette portion de notre rue.

La question me produit l'effet d'une couleuvre s'introduisant par mégarde dans ton rectum, l'ayant pris pour le terrier d'une taupe.

— « On ! » exclamé-je. Voulez-vous dire que d'autres sont venus inspecter l'endroit ?

— Pas plus tard que ce matin.

Je lui déballe ma brème flicardière.

Il la contemple avec un rien d'extase, puis demande :

— Je peux la toucher ?

Tout ce qu'il veut, tant qu'il ne s'agit pas de mon zifolo de parade !

Il la caresse un instant, puis murmure en me la rendant :

— J'ai toujours rêvé d'en voir une ; je lis tellement de romans policiers…

Pauvre gars. Mon guignol toujours prêt à la sensiblerie se perd en compassion.

— Vous me disiez donc que, ce matin, quelqu'un m'a précédé ?

— J'étais à peine levé, commence-t-il à narrer, lorsque j'ai aperçu un homme et une femme qui arpentaient le trottoir, là devant. Ils semblaient chercher quelque chose et se tenaient courbés. Ils allaient et venaient. Au bout d'un quart d'heure, la femme s'est baissée et a ramassé un petit objet. Je n'ai pas pu le voir, elle l'a montré à son compagnon qui a paru satisfait. Il lui a donné une tape dans le dos et ils sont repartis.

— Comment ?

— A bord d'une voiture verte à toit noir, une vieille Versailles d'au moins vingt-cinq ans.

— Vous n'avez pas noté le numéro minéralogique ?

— D'ici je ne pouvais pas le voir.

— Vous sauriez me décrire le couple en question ?

— Volontiers. L'homme, plutôt corpulent, portait une veste de toile beige et une casquette à carreaux ; la femme avait un ciré noir brillant serré à la taille par une large ceinture. La trentaine environ, des cheveux blonds, mal coiffés, tombant sur les épaules.

Je prends note de ses descriptions sur mon calepin.

— Merci de votre témoignage, dis-je à l'infirme, je gage qu'il nous sera précieux.

— Vous le croyez vraiment ?

— Tout ce qu'il y a de vraiment, mon cher ami. Puis-je vous demander votre nom ?

— Léandre Méandreux.

— Peut-être sommes-nous appelés à nous revoir ?

— Je l'espère. Vous êtes passionnant !

Sa petite patte flétrie est pantelante et froide dans le creux de la mienne.

21

En regagnant la bicoque des El Djam, je suis frappé par une évidence : les tortues femelles ne se mettent pas sur le dos pour baiser.

Il me vient de ces biscornances, parfois… A se demander si je ne devrais pas boire des tisanes d'hellébore de temps à autre, afin de me purger les méninges.

Je trouve mon tendre Salami, assis dans une flaque de soleil, près d'un massif de géraniums. Il dodeline du chef, en proie à un coup de pompe.

— Tu périclites, côté tonus ! lui fais-je.

Il bâille comme un piège à blaireaux prêt à fonctionner.

— J'ai peu dormi, la nuit dernière, m'avoue le prodigieux animal.

— Tu as déniché quelque chose ?

— Whoui.

— Quoi donc ?

Je sais parfaitement que tu incrédulises quand je te rapporte mes converses avec mon chien. Trop cartéconsien pour mordre à ce prodige ! Et pourtant, comme disait Galilée à son petit garçon qui ne savait pas utiliser sa toupie : elle tourne !

N'importe, mijote dans ton scepticisme pendant que je poursuis cette route qui me conduit à l'immoralité[27].

Comme il tarde à me répondre, je le houspille :

— Ben raconte, bordel !

Son regard cesse de ressembler à deux figues séchées ou aux burnes d'un castrat pour libérer une juste réprobance.

— Si tu dois me parler ainsi, revenons à notre vouvoiement du début ! me jette le brave compagnon, ulcéré.

— Je te demande pardon, j'ai les nerfs en pelote d'épingles, ces temps-ci, piteusé-je.

Magnanime, il s'écrase.

— Chacun a ses problèmes, assure ce canin d'expérience.

— Tu prétendais avoir découvert du nouveau ?

— C'est beaucoup dire. En humant les lieux où s'est déplacé l'agresseur de l'autre soir, je retrouve une odeur.

— De quel type ?

— C'est compliqué. Elle n'appartient pas à la maison. C'est quelque chose que je reconnais sans parvenir à m'en souvenir.

— Quel genre de fragrance ?

— Artificielle ; j'entends, ce genre de senteur ne se vaporise pas.

— A quel endroit est-elle la plus forte ?

— Viens !

Il me guide dans les parages de la remise, près d'un bosquet de sureaux. Se remet à flairer le sol.

Tu sais quoi ? Je l'imite. Vautré dans l'herbe, je me démène de l'olfactif. Mais je ne suis pas un chien. Tout ce que mon tarbouif récolte, c'est un parfum d'herbe fraîchement coupée et de compost humide.

J'en suis là de mon exploration lorsque la fille El Djam rentre de l'hosto avec sa vioque.

Sidérées, elles sont, en me découvrant à plat bide sur le sol.

Ma sublime Schéhérazade vient jusqu'à moi, indécise.

— Que fais-tu ? s'inquiète-t-elle.

— Je joue les Sherlock, mon amour.

Putain, même vue d'en bas, elle me porte au tricotin. Mon regard lui remonte l'entrejambe. Charitable, elle s'approche jusqu'à placer son Fragonard à l'aplomb de mon périscope géant. Vue imprenable sur un délicat slip blanc harmonieusement moustaché. Si j'écoutais mes pulsions, je me mettrais à genoux, plongerais du chef sous sa jupe et la déculotterais avec les dents. Seulement, y a Mémère bédouine et le petit en attente, tout près.

Bref instant pour dominer ma bandance, je me relève.

— La chasse aux indices, réponds-je avec retard.

— Tu en as découvert ?

— Non. Comment se porte papa ?

— Il va sortir demain. J'ai peur qu'on lui fasse encore du mal.

— Peu probable. Celui qui l'a attaqué sait que nous surveillons les lieux.

— As-tu des nouvelles de mon mari ?

— On le dorlote. Le processus d'expulsion est en cours ; n'aie plus de crainte, chérie.

Elle rosit et demande :

— On se revoit bientôt ?

— Peut-être avant ; mais je suis terriblement mobilisé par cette enquête, tu le comprends ?

Elle mouille, mais comprend. Je la quitte à regret, en embarquant un gros bâton de guignol dans ma soute à paf.

* * *

Cap sur Créteil, rue du Maréchal-Féran[28]. La vie n'est qu'un perpétuel recommencement. Faut pas redouter les allers-retours. Cent fois remettre son ouvrage sur le métier, disait Jacquard.

On investit les lieux au moment où Jérôme Bauhame s'apprêtait à partir.

Il a troqué sa tenue de marnage contre un blouson de daim luisant comme un cétacé fraîchement capturé, aplati sa chevelure ébouriffée à l'aide d'huile de vidange et mis une coquille de velours noir sur son lampion fané. Il fronce le sourcil de son quinquet valide en me voyant débouler derechef.

— Quelque chose ne va pas ? s'inquiète-t-il.

— Quelque chose, non : c'est TOUT qui ne va pas, mon bon ami, riposté-je.

— Comment cela ?

— Je suis sur une affaire dont les pistons sont fendus, le delco mortibus, les pneus crevés, les pédales folles et le pot d'échappement en haillons ; y a plus que le cendrier qui fonctionne encore, et hélas ! il est plein de mégots.

Nonœil paraît soucieux. N'a pas l'habitude de se faire chambrer ainsi.

— Tout cela pour en arriver à quoi ? demande-t-il.

— Je l'ignore encore. Il y a une période cafardeuse dans les enquêtes, c'est leur départ : le sol n'est pas très stable, réponds-je loyalement.

Il B. du C.[29] et, d'un ton rogue, demande :

— C'est tout ce que vous aviez à me dire ?

— Je voudrais que nous parlions d'une de vos connaissances.

— Encore !

— Cette fois-ci, il ne s'agit plus de la famille « Prends-du-rond » mais de Moktar El Djam.

— Qui, dites-vous ?

Je répète en articulant comme à la Comédie-Française.

— Non, franchement, je ne vois pas, assure le borgne. C'est un Arbi ?

— Ce blase ne prête pas à confusion. J'ai déniché vos coordonnées parmi les papiers de l'homme en question.

Bauhame semble explorer sa mémoire.

— Il m'est arrivé d'avoir des mécanos maghrébins, mais aucun d'eux ne portait ce nom.

— Alors pourquoi conservait-il le vôtre ?

— Quelqu'un le lui aura donné pour le cas où il lui faudrait une voiture ?

— Il ne sait même pas conduire.

— Alors, je ne vois pas. C'est si important que cela ?

— Ça pourrait l'être.

— Des gens qui vous sont inconnus peuvent posséder votre adresse, non ?

Sarcastique avec ça, l'enfoiré de mes deux ! Un jour prochain les hasards de l'existence créeront des relations entre mon poing et son menton, c'est inévitable !

En reprenant ma chignole, je constate l'absence du chien. Je ne vais pas lui faire l'affront de le siffler, il ne me le pardonnerait pas. Je préfère l'attendre en regardant s'éloigner le borgnot. Ses ateliers sont fermés et le silence n'est troublé que par les vociférations d'une meule du quartier.

Dans son parc automobile, symboliquement protégé par une chaîne et un cadenas (pareil à ceux que l'on donne à forcer en classe préparatoire des écoles de cambriole), une douzaine de tires font les putes pour aguicher l'amateur de tacots. Certaines sont très anciennes. Cependant un mec comme Bibi leur préfère les nouvelles bagnoles, bâclées mais performantes !

Alors que je passe en revue ces vieilles dames, Salami se ramène dans le parking, l'air soudain guilleret.

— Tu viens de satisfaire un besoin naturel ? questionné-je, indiscret.

— Non : j'ai retrouvé l'odeur qui m'obsédait.

— Celle de ton agresseur de l'autre nuit ?

— Affirmatif.

— Tu m'en dis davantage ou ça doit rester top secret ?

— Elle provient de l'une des voitures.

— Tu me la montres ?

Nous sinuons à travers les guindes et messire Burnausol stoppe devant une Juvaquatre souffrant du vilain chancre de la rouille. Sa truffe s'enfle, ses narines sifflent, son regard joue au balancier de pendule.

— Tu devrais pouvoir percevoir le parfum, à présent, assure-t-il, apitoyé par la carence de l'odorat humain.

— En effet, ça renifle le cannabis.

— C'est-à-dire ?

— L'autre nom de cette plante est chanvre indien, on en extrait le haschich et la marijuana.

Les stups restent étrangers aux animaux. Ils sont sains, eux. Ignorent les paradis artificiels.

— Mon glorieux ami, dis-je, tu viens de me rendre ce que les vieux cons appelaient autrefois « un signalé service ». Grâce à ton fabuleux flair, « un pan du voile se déchire », toujours selon les mêmes glandus.

Nous entreprenons un contrôle approfondi de tous les véhicules. Outre la Juva, seule une Rosengart contemporaine d'Héraclius Ier présente les caractères olfactifs précités.

— Une perquise du garage s'impose ! décidé-je, avec cette énergie ayant assuré ma proverbialité.

Ce qui s'ensuit, je n'ai pas l'outrecuidance de te le faire deviner car tu l'as tout de suite compris : à moi sésame ! Au diable la légalité ! Nous contournons le bâtiment jusqu'à la porte coulissante située à l'arrière. Les serrures sont coriaces, pourtant mon bistougnot joint à ma détermination obtiennent gain de cause.

Le vaste local est divisé en deux parties : le hall d'exposition et l'atelier de réparations. Les dimensions des lieux me font prévoir de longues recherches, mais c'est compter sans mon basset. Il est déjà en train d'arpenter le territoire, le tarbouif s'usant sur le sol carrelé. Si on lui cloquait un fil électrique dans l'œil de bronze, tu le prendrais pour un aspirateur. Fidèle au comportement des chiens de chasse, il décrit des figures géométriques désordonnées, fonçant en avant, louvoyant, revenant sur ses pattes, subjugué par sa mission.

Je le contemple, plein d'intérêt et d'attendrissement. En voilà un qui mérite son tournedos Rossini, espère ! Passionnant de contempler ses circonvolutions !

Sa frénésie quêteuse dure cinq bonnes minutes (peut-être six), après quoi il se penche sur la fosse à vidange, reniflant avec la force d'un aérateur pour salle de meetinges. Des échelons scellés dans une paroi de l'excavation permettent d'y descendre (et accessoirement d'en remonter).

— Qu'est-ce que tu attends ? me lance tout à coup le hound d'une voix irritée.

— J'hésite à cause de mon costard, réponds-je. Mais bon : « quand faut y alla, faut y alla », dit-on dans mon pays.

Et une livraison pour la teinturerie, une !

Je dégravis l'échelle. Au fond, c'est plein de flaques d'huile aux moirures vertes et jaunes. Je craignais pour mon Cerruti, mais mes targettes de daim dégustent davantage que lui !

Une chanson de papa disait comme ça : T'es au bal, faut qu'tu danses. Alors, me fiant à Salami, je commence les investigations. Aucune porte ni trappe n'est décelable. J'ai beau mater de près : ballepeau !

— Tu ne te serais pas excité pour rien ? lui lancé-je.

Ça lui hérisse le poil.

— Aide-moi, j'arrive.

L'Intraitable se jette horizontalement dans mes bras tendus. Le reçois quatre sur quatre (je fais allusion à ses pattounes) et le dépose à mes pieds.

Nouvelle série de fouinassements, puis il stoppe au bord de la grille par laquelle s'évacuent les huiles vidangées.

Faisant définitivement le deuil de mes hardes, je passe huit doigts agiles à travers les mailles de fonte et parviens à arracher le filtre.

Tu vas me dire que lorsqu'on cherche, trouver ne constitue plus une surprise ; cependant j'ai un sursaut en découvrant le sous sous-sol. Je m'attendais à un tuyau d'évacuation, mais nenni ! Figure-toi un énorme entonnoir dans lequel coule le résultat des carters purgés. Ledit occupe le centre d'une sorte de grotte artificielle. Tout autour sont rangés des sacs de toile blanche hermétiquement cousus. D'un coup de canif j'en éventre un. Il s'agit de came surchoix.

Evaluer la quantité rassemblée est presque impossible. D'après moi, cela représente plusieurs centaines de kilos.

Sans plus attendre, je remonte dans la fosse et, de là, dans l'atelier.

Mon turlu de gousset me permet de contacter la brigade des stupéfiants.

J'expose le topo et conclus :

— Arrivez sur la pointe des pieds, mes drôlets. Il convient d'établir une souricière ouatinée car il me faut toute l'équipe, depuis le grand patron jusqu'au mec qui rallume ses cigares.

22

Le prodige fit que les trois intimes de San-Antonio : Béru, Pinuche et le Négus se retrouvèrent simultanément à la Maison Poulardin après leur enquête sur les six personnes figurant dans le carnet d'Yvan Dressompert.

Ils eussent pu arriver à intervaux espacés, mais non, ils se rencontrèrent dans le vaste hall de la Cabane Bambou comme dans une comédie de boulevard.

S'exclamèrent sur ce caprice du hasard et grimpèrent de conserve jusqu'au bureau du célébrissime San-A. Le surhomme étant absent, ils s'y installèrent pour l'attendre.

Bérurier, se promouvant chef du groupe, prit l'initiative.

— La pêche a t'été bonne ? questionna-t-il.

César Pinaud (dont la teinture capillaire avait fini par sécher) hocha sa tête chenue.

— En ce qui me concerne, déclara-t-il, ça a été réglé rapidement : mes deux « clients » sont décédés.

— Pas possible ! s'écria Jérémie : les miens également. Tués ensemble dans un accident de télécabine.

— Pareil pour moi ! s'exclama la Pine.

Béru, qui se réservait pour la bonne bouche, intervint à son tour :

— Pavanez pas, les mecs. Mes zigus ont fait de même !

Nos amis passèrent rapidement et sans difficulté de l'étonnement à la stupeur. Confrontant leurs fiches, ils s'aperçurent que les six personnages (en quête de hauteur) s'étaient abîmés de concert, quatre mois auparavant, dans la station alpine de Pran-Deloigne, en Savoie ; suite à la rupture d'un câble, leur cabine s'était décrochée à mille cinq cents mètres d'altitude. Huit touristes l'occupaient : deux sportifs belges et les hommes sur lesquels San-Antonio avait demandé d'enquêter. Comme il ne pouvait s'agir d'une coïncidence, nos limiers d'élite décidèrent de pousser les recherches sur ces gens.

Constatant que San-Antonio ne réapparaissait point, Jérémie laissa un mot sur la table de travail, après quoi ils repartirent au charbon. A l'exception de César, qui s'en alla négocier les confidences promises par Ma Gloire en échange de la seringue compromettante.

* * *

La Pine passa par le labo et demanda à Mathias de lui remettre l'objet délictueux. Le Rouillé lui donna une réplique de cette pièce à conviction. Nanti de l'objet, la Vieillasse partit pour l'hôpital, tenir son rôle de ripou.

Cet emploi de maître chanteur ne lui messeyait pas et même l'amusait. Il est beaucoup plus attrayant pour un honnête homme de jouer les fripouilles que l'inverse.

En quittant l'ascenseur, il fut charmé par le spectacle d'une agréable infirmière qui remettait son collant en place.

Cet être aimable appréciait les scènes de qualité et remercia le hasard de lui en fournir une en cet instant fortuit, aussi fut-ce d'un cœur primesautier qu'il toqua à la porte de Titan.

Nul ne lui répondant, il se permit d'entrouvrir l'huis et eut droit à l'émouvante vision de l'académicien endormi avec, sur la poitrine, l'un de ses livres qu'il n'avait jamais eu encore l'occasion de lire.

Saisi par la majesté de l'image, Pinuche s'approcha jusqu'au siège de chevet, s'y déposa et consentit un sursis au dormeur.

Ce moment si calme lui fit l'effet d'un nuage de brumisateur lesté d'eau de rose.

D'un tempérament somnolent, il abaissa ses paupières plus fripées qu'une vessie de porc séchée[30].

Il n'eut pas conscience de ce sommeil.

Sut qu'il cessait lorsqu'un bruit de vaisselle brisée se produisit dans le couloir, par la faute d'une femme de service aussi maladroite que maghrébine.

Revenu aux réalités, il regarda Ma Gloire, pensant que ce vacarme venait également de le réveiller. Mais il n'en était rien : l'Illustre roupillait toujours, comme s'il se fût trouvé dans son fauteuil de l'Institut. Décidant de mettre un terme à cet endormissement, notre Chétif secoua la main du Maître.

La jugea froide.

S'aperçut qu'il était mort.

César Pinaud prit ce décès pour une trahison. Déplorant ardemment de n'avoir pas agencé les choses la veille, au lieu de finasser et d'affûter son rôle de maître chanteur. Maintenant, il était trop tard.

Il eut l'impression de déchoir et en éprouva une peine qui le fit pleurer. S'étant quelque peu ressaisi, il donna l'alerte.

En l'absence du professeur, l'un de ses adjoints vint constater le décès. Garçon tout en nez, aux cils farineux, il se prenait pour quelqu'un de considérable mais devait éprouver des difficultés à faire partager cette conviction à son entourage.

Il regarda hâtivement le défunt et conclut à une crise cardiaque, ce que l'infirmière qui l'escortait, une gaillarde chamarrée de bourrelets, mit en doute.

Le dadais au museau de tapir en prit ombrage et contesta. Pour lui juguler la rogne, la chère femme, qui connaissait son métier, retroussa les lèvres du mort et montra que sa bouche était bleue. Vaincu par l'évidence, le connard ferma la sienne.

Cher Pinuche observait en silence et sagacitait ferme. Il produisit au duo hospitalier son ancienne carte de police qu'il conservait jalousement, comme nos mères leur couronne de mariée sous une cloche de verre.

— A quand remonte le décès ?

— Deux bonnes heures, répondit l'infirmière après avoir palpé le cadavre.

— Donc, aux alentours de quatorze heures ?

Agacé de compter pour du beurre rance, l'interne foutit le camp dans des maugréances.

La Pine murmura :

— Ma Gloire est resté, par conséquent, plus de deux heures sans surveillance médicale ?

— Le professeur jugeait qu'il n'en avait plus besoin. Nous venions lui donner ses médicaments ou répondre à ses appels.

— Il a reçu des visites ?

— Une seule : celle de son homme d'affaires.

— A quelle heure ?

— Midi et demi.

— Est-il demeuré longtemps à son chevet ?

— Non, pas très, disons un quart d'heure.

— Avez-vous revu le malade après son départ ?

— Il a sonné pour réclamer de l'eau minérale.

— Comment l'avez-vous trouvé à ce moment-là ?

— Tout à fait normal.

— Vous n'avez rien remarqué de particulier dans la pièce ?

— Non.

— Vous êtes donc allée chercher cette bouteille d'Evian et la lui avez ouverte ?

— Exactement. Il en a bu un verre et a déclaré qu'il allait dormir car sa nuit avait été mauvaise.

Le retraité caressa sa moustache.

— Quelle est la nature du poison ? questionna-t-il du ton que prend le surintendant Mac Heussdress dans un film policier britannique.

La forte femme hocha la tête.

— Je ne suis pas spécialiste en la matière, mais je pencherais pour une substance toxique du genre cyanure, à cause de sa bouche bleuie.

— Effet spontané ?

— Je suppose. Une autopsie le précisera.

— Qui d'autre, en dehors du visiteur, aurait pu pénétrer dans cette chambre ?

— Je n'en sais rien. Puisqu'il y a un policier en faction devant la porte, c'est à lui qu'il faut le demander.

— Le professeur a été prévenu ?

— On va le faire.

— En attendant, ne bougez pas le défunt. Mon supérieur va venir ainsi que les services du laboratoire.

Ayant dit, le Déclaveté se livra à une action déconcertante : il souleva un côté du matelas, puis l'autre et, en fin de compte, mit la main sur une enveloppe rebondie contenant une grosse liasse de talbins.

Pinaud eut ainsi la preuve que feu l'Illustre était d'accord pour jouer le jeu. Seulement il s'était produit un événement imprévu : l'assassinat du Maître !

Devant cet argent exubérant, l'infirmière ouvrit d'énormes yeux, kif ta belle-doche quand elle te surprend en train d'enjamber sa femme de chambre.

— Pièce à conviction ! annonça César en plaçant le pognozof dans le tiroir de la table métallique. A présent, chère madame, veuillez recouvrir cette dépouille d'un drap et quitter la pièce. Je vous engage à ne pas parler de ce meurtre, sinon au professeur ; c'est bien d'accord ?

Elle fit ce que font toutes les femmes en pareil cas : elle promit en se demandant qui elle allait mettre dans la confidence en premier.

Le planton est d'origine asiate, cela se devine à son teint jaune, à ses yeux bridés et à sa perplexité de Bouddha ne sachant quel de ses bras utiliser pour tirer un bras d'honneur à Mahomet.

— Vous êtes de faction depuis quelle heure ? s'enquit le poulet retraité d'une voix annonçant sa proche sénilité.

— Dix heures, répondit l'Extrême-Oriental.

— Alors vous allez pouvoir dresser la liste des personnes qui ont franchi la porte de cette chambre.

Il convia l'agent à entrer dans la pièce. L'homme loucha sur le plumard. La forme du corps se devinait comme dans les toiles du peintre Gnoli.

— L'académicien est décédé ? demanda-t-il.

— Tout à fait, confirma le Flétri.

Il saisit la feuille de maladie accrochée au pied du lit, la retourna avant de la présenter au garde.

— Installez-vous à cette table, mon ami, concentrez-vous et faites le rapport que je vous ai demandé !

Ensuite de quoi, il se rendit à la fenêtre qu'il ouvrit en grand et alluma une cigarette.

23

Avec une enquête aussi démesurée sur les bras, j'aurais dû laisser mes friends des Stups s'occuper de l'histoire Jérôme Bauhame. Seulement j'avais une dent contre lui, plus mahousse qu'une défense d'éléphant, et j'aurais donné dix ans de la vie de la reine Mary pour confondre ce salaud !

Nous étions cinq sur le pied de grue (et de guerre).

Des heures à moisir !

L'un des hommes est allé acheter un peu de boustifaille lorsqu'on s'est mis à la piler sérieusement. Pas du produit Fauchon, mais de la tortore express au goût de carton. Dans notre métier, on mange plus souvent cette nourriture que celle de Lasserre. Je m'en console en bouffant des culs. Le plus possible ; la chatte, c'est le festin du pauvre.

Le temps s'est écoulé. Ou plus exactement s'écoule car il ne sera jamais au passé.

Enfin : la récompense. Alléluia !

« Le » revoilà.

Pas seul. Trois anachorètes bruns l'accompagnent.

Tout le monde descend.

Borgnicola dit à l'un de ses valets d'épée d'aller chercher la Juvaquatre et de l'amener dans l'atelier. Lui-même s'y rend avec les autres comparses. D'où je suis, j'assiste aux agissements du groupe. Ma placarde ? Une pile de pneus encore sous bandelettes (des boudins égyptiens, probable).

Le groupe poireaute près de la fosse à vidange jusqu'à l'arrivée du driveur de Juva.

Une fois la vieille tire rentrée, les mectons referment la porte coulissante et descendent dans l'excavation pour gagner l'entrepôt de schnouff, à l'exception du chauffeur chargé de faire le pet.

Ce dernier s'assoit sur un établi, sort un walkman de sa combinaison et s'enquille les fiches des écouteurs dans les cages à miel.

Ce glandu a eu l'excellente idée de se placer dos à moi. J'ignore ce qu'il écoute, mais ça ne doit pas être du Bach. Il trémulse des épaules. Avec le vacarme qu'il s'engouffre, il reste insensible à mon approche. Je lui pratique le gag classique de la petite tape sur l'épaule ; il volte. Ma droite correctement armée lui arrive dans le clapoir à la vitesse du T.G.V. en rase campagne, lui démolit le devant ; ses incisives larguent leur gencive pour se planter dans ses lèvres, comme des petites bougies d'anniversaire.

Histoire de lui en offrir pour son argent, je double d'un gauche en plein nose. Ce con se désétablise[31] pour aplatir sa gueule dans une flaque cambouisarde.

Dès lors, je cours rouvrir la lourde et virgule un coup de sifflet voyou à mes collègues. Ils se rabattent à tire-d'aile comme une volée de corbeaux sur une charogne.

D'un geste, je leur indique la marche à suivre : nous nous plaçons en demi-cercle au bord de la fosse et attendons.

Pas longtemps.

Un gusman s'extrait du terrier, chargé d'un ballot de came (rien de commun avec les arbres à cames dispersés dans l'atelier).

Il nous avise, va pour amorcer un mouvement de retraite que je paralyse en brandissant le camarade Tu-tues.

Impressionné, il s'immobilise.

Nouveau geste impérial du Très Fameux pour le sommer de remonter avec sa charge.

La docilité du convoyeur de drogue est totale. Il gravit l'échelle de fer, dépose son laxompem et présente spontanément ses poignets couverts de tatouages romantiques.

Le gazier suivant se montre moins passif. A notre vue, il lâche sa charge et replonge dans le terrier.

Doit y avoir conciliabule. Mais dans leur cas, toute converse est stérile. Constater un désastre n'a jamais servi à le juguler.

— Cher Jérôme Bauhame, crié-je, vous n'avez d'autres ressources que de sortir de votre terrier, les mains levées à la hauteur des épaules. Depuis des heures tous les services de police compétents sont au courant de votre trafic : vous arriverez à la Maison Mère accueilli par une haie d'honneur. Nous sommes ici une demi-douzaine de vilains, armés jusqu'aux sourcils ; essayez de faire du rebecca et, demain, vos familles écriront les enveloppes de vos faire-part.

Arguments incontournables.

Ils sortent dans l'attitude préconisée par ton ami San-A. Pas joyce, mais résignés, comme le sont presque tous les malfrats venant de se faire sauter. Le garaco ferme la marche, plus borgne que jamais !

Ils grimpent jusqu'à nous. Crépitement de cadennes. Ensuite, toujours selon mes instructions, nous attendons de concert, messieurs les draupers et messieurs les voyous.

Quoi ?

Qui ?

Je vais te le dire, Casimir : nos potes de la Presse, tout bonnement !

Pas souvent que je prends la pose et joue la star du muet ; mais là, j'en avais plein mes bottes de sept lieues de chiquer au patron débordé dont on réclame la tête.

A mon tour de tartariner.

Ma frime à la « une » ; œil intense, sourire Oréal-parce-que-je-le-vaux-bien !

Après le craque, le crack.

Logique ?

24

Pinuchet ne pouvait plus se séparer de son garde asiate. A preuve ? Ayant appris qu'il vivait seul, il l'invita à dîner et, pourvu de revenus confortables, l'emmena chez Marius et Jeannette où les huîtres et les prix sont de calibre triple zéro.

Comme beaucoup d'Annamites, le Jaune était natif du Puy-de-Dôme et préférait les tripoux d'Auvergne au canard laqué. Il raffolait également des fruits de mer et le meursault qui les escortait enchanta son palais.

Ils en burent trois bouteilles, mais en hommes raisonnables, n'achevèrent pas la dernière.

Je dois à mon lecteur une explication à propos de cette invitation que d'aucuns pourraient juger surprenante.

Dans le scrupuleux rapport établi par le brave Tu Chi O Po, ce dernier avait consigné la visite d'un infirmier dans la chambre de Ma Gloire. L'homme y avait séjourné brièvement et lui avait adressé un petit geste connivenciel avant de refermer la porte.

La déposition de l'Asiate prit un jus tout particulier lorsque le garde précisa que le Natel du mec avait sonné juste avant qu'il ne pénètre dans la chambre. Il y répondit brièvement et lâcha, en baissant le ton : « Vous tombez très mal. » Puis, après avoir écouté quelques secondes, chuchota : « D'accord, chez Marius et Jeannette, ce soir. »

Ce fut tout.

A la fois peu et beaucoup.

Manger des coquillages dans une grande boîte étoilée par Michelin est un instant divin parce que les produits sont très frais et qu'ils sont préalablement séparés de leur coquille, ce qui évite de charogner l'animal.

Le Chinago venait d'engloutir huit marennes, cinq belons, trois praires et quelques superbes moules crues pimpantes comme des clitoris de demoiselles indépucelées, lorsqu'il se figea brusquement, une Colchester en main.

Ses yeux obliques se débridèrent, peut-être rougit-il pendant qu'il y était, mais avec ces Safranés, va donc savoir…

— Que vous arrive-t-il ? demanda Pinaud auquel son trouble n'échappa pas.

— « Les » voilà, murmura l'Auverpiot des rizières.

— Qui « les » ? exigea son hôte.

— L'homme d'affaires et l'infirmier.

— Seigneur ! actiondegrâça César, trop bien éduqué pour ne pas voter à droite et conserver des relations courtoises avec le Créateur.

Les deux arrivants s'installèrent dans le discret renfoncement situé près de l'entrée et des cagoinsses.

— Vous êtes convaincu de ne point vous tromper ? insista la Pine.

— Absolument !

— Il y aurait par conséquent collusion entre ces deux personnages ?

Le garde lui laissa la responsabilité de sa conclusion et goba le mollusque bivalve au regard pervenche.

— Veuillez m'excuser, fit le retraité en se levant.

Il se rendit au téléphone de l'établissement et appela le « portable » de San-Antonio. La chance lui pouffa de rire puisqu'il réussit à obtenir le « bien-aimé » à la deuxième sonnerie.

A sa voix, il comprit que des libations étaient en cours. Lorsque le chef tutoyait la boutanche, ses intonations devenaient dauphinoises, c'est-à-dire que les « an » se muaient en « in », ainsi il prononçait « mamin » pour « maman », comme lorsqu'il passait, jadis, les vacances chez sa mère-grand.

D'emblée, il raconta à son vieux complice le succès remporté au garage de Jérôme Bauhame. Magnifique coup de filet, arrosé comme il se devait avec les collègues des Stups.

— Et toi ? demanda-t-il par politesse.

Alors, l'homme de Marrakech lui apprit l'assassinat de l'Illustre ainsi que le fabuleux coup de bol l'amenant à dîner près de son meurtrier.

La réaction du Sublime fut tranchante :

— J'arrive !

Sa voix avait perdu tout accent des Terres Froides.

25

Le temps de me restructurer le mental d'un Fernet-Branca menthe et je courais à ma bagnole. Comme j'allais l'extraire du parking, je vis débarquer Bérurier, toujours en redingote vert olive et gilet initialement blanc.

Le hélai.

Il me vint contre. Une longue traînée de foutre s'étalait sur son futal, qui justifiait son air pensif.

— Grouille-toi de monter ! lui dis-je.

Il le fit sans enthousiasme.

— I am vanné, mec, assura-t-il en déposant ce qui lui sert de cul sur la banquette.

— Tu as trop limé ?

— La femme d'un des types tués dans l'furonculaire. Ell' est r'toucheuse dans l'vingtième : une petite grosse frisottée, avec deux cloches à melon par-devant et deux aut' par-derrière. Sitôt qu' j'y ai causé d'son jules, a s'est mise à chialer ; j'sus t'allé la consoler dans sa cabine d'essayage. Charogne ! J'ai cru qu'elle m'extorquait l'membre. Souvent, les veuves, ça leur amène c'te rédaction quand é r'viennent au chibre, j'ai remarqué.

Je m'abstiens de le questionner à propos de ses démarches puisque l'instant presse. Au contraire, c'est ma Pomme qui lui expose le topo.

En parfait homme d'action, il admet ma priorité et, toute fatigue envolée, se déclare prêt à jouer sa partition dans mon orchestre de chambre.

Satisfait de cette totale adhésion, je pianote le numéro de Marius et Jeannette et demande à l'exquise préposée de me quérir le Suave.

* * *

Le Chenu, flanqué d'un aimable Jaunet, arrive en titubant un tant soit peu jusqu'à mon carrosse. Les deux y prennent place.

— Permettez-moi de vous présenter un ami : M. Tu Chi O Po, déclare César ; lui aussi travaille à la préfecture et son témoignage est capital.

Pressages de mains par-dessus les dossiers. Murmures avenants.

Le rentier poursuit :

— Nos gens en sont au dessert : profiteroles au chocolat. L'un d'eux est l'homme d'affaires de l'écrivain et, selon toute vraisemblance, l'autre son meurtrier.

— Nous allons nous séparer en deux factions, décidé-je. Toi et ton ami, le Gros et moi. Vous filocherez le gérant de fortunes et nous l'assassin. Vous avez une voiture ?

— Oui, répond l'Asiatique.

— Parfait.

— Et si qu'y s'sépareraient pas ? émet le roi Baudruche.

— En ce cas nous serions quatre à les suivre ; mais ça m'étonnerait : des gens qui se fixent rancard au restaurant ne repartent généralement pas ensemble.

Bien vu, l'Antoine.

Effectivement, les compères se prennent congé devant la terrasse de l'établissement. Le voiturier s'empresse d'aller quérir la tire du financier, tandis que le pseudo-infirmier se met à arpenter l'avenue en direction des Champs-Zés. Il arque sur le trottoir, les paluches enfoncées dans les fouilles de son loden.

— On le saute tout de suite ? grommeluche l'Enflure.

— Ce serait préférable avant qu'il arrive dans la partie animée. Je vais prendre la contre-allée ; quand nous serons à sa hauteur, tu l'opères.

— Le grand jeu ?

— Comme tu le sens.

C'est parti !

Ah ! la jolie cueillette ! Plus subtile que celle du thym en Provence. Là que tu reconnais le grand pro ! Une maestria époustouflante. Il y a soudain de l'orfèvre en haute joaillerie chez ce Ventru. Tant de simplicité confine au sublime. Béru se pointe par-derrière. Léger tapotement sur l'épaule du gazier qui se retourne. Coup de front taurin en pleine poire. Le gusman fléchit sur ses fumerons. L'Hénorme le rattrape de la main gauche tandis que, de la droite, il lui passe ses bracelets. Après quoi, il le soutient pour exécuter les trois pas les séparant de ma Jag. J'ai, depuis l'intérieur, déponné la lourde arrière. A.-B.B. y fourre son prisonnier, loufe un grand coup, façon vent du soir sur les frondaisons de la palmeraie.

— A vous d'jouer, Monseigneur ! fait-il avec sa classe coutumière.

Tout en pilotant, je détaille notre homme dans le rétroviseur. C'est un zigus du genre anguleux, avec une chevelure très brune et laineuse. Il a le teint pâle, les yeux jaune fauve, le nez découpé dans du contreplaqué.

— Qui êtes-vous et que me voulez-vous ? demande-t-il, ayant surpris mon regard dans le miroir « de courtoisie ».

Tu t'imagines que je vais tailler une bavette avec ce lépreux, toi ? Smoke !

Parvenu sur la première artère du monde, voire même du world, je vire à gauche pour la remonter.

L'Etoile, avec son carrousel toujours en folie. Traverse ce carrefour de part en part. Enquille la Grande Armée (si chère à « l'ancêtre » du Gros).

— Tu ne vas pas à la Maison Bourreman ? s'étonne-t-il sans toutefois marquer de surprise excessive.

— Je t'expliquerai.

Il n'insiste pas.

Arrivé à Levallois-Perret, le parent de l'Empereur déclare :

— J'croive savoir où qu'tu vas.

— Vraiment ?

— La Lélie Casson ?

— Gagné !

Je m'engage dans une venelle interdite aux chignoles. Le sol est mal pavé, avec des nids-de-dinosaure tous les cinquante centimètres. Ma Jag, inaccoutumée à ce terrain plus propice à un quatre-quatre, trépigne sur ses amortisseurs. Je me dis que je vais cesser de chiquer au milord et changer de tire pour prendre un véhicule mieux adapté à ma vie aventurière.

A l'extrémité de la ruelle, est une curieuse construction qui évoque une maison alsaco avec ses murs à colombages. La partie supérieure, ventrue, surmonte le rez-de-chaussée, et les fenêtres sont pourvues de petits carreaux.

T'heureusement, une courette au portail déglingué me permet de ranger ma brouette.

— Attends-moi ! enjoins-je à Poléon IV, et gaffe-toi de ce hotu.

Un rai de lumière bave sur la chaussée[32].

Je tambourine contre la lourde.

— Qu'est-ce y a ? s'informe une voix aussi fluide que de la liqueur de boudin.

— Un Magnaud ![33] réponds-je.

Mot magique ! A peine l'ai-je prononcé qu'un verrou est tiré et que la porte ouverte vomit de la lumière jaune.

Je vais m'autoriser quelques lignes digressives pour te mettre au parfum.

En ce logis d'aspect moyenâgeux, habitait, voici une dizaine d'années, un pittoresque receleur qui se nommait Pétrus Casson. Dauphinois pure huile de noix, le cher homme s'était enrichi en négociant les produits de certains larcins, allant jusqu'à vendre également leurs auteurs pendant qu'il y était. J'eus plusieurs fois affaire à lui au début de ma carrière. L'esprit de clocher jouant, j'arrangeai pas mal de ses bidons salement cabossés. Pétrus était veuf de longue date et vivait avec sa fille Amélie, plus connue sous le diminutif de Lélie. Un jour, des gens avec lesquels il « traitait » eurent à se plaindre du bonhomme et le coulèrent vivant dans un coffrage de béton d'où seules ses jambes dépassaient.

L'enquête m'échut. Je la conduisis à bien et arrêtai ses meurtriers. La Lélie me voua une reconnaissance que je n'ose déclarer d'éternelle mais qui, en tout cas, perdure encore. Depuis lors, nous nous voyons de loin en loin. On ne peut pas dire que nous nous fréquentons. Ça ne va jamais au-delà d'une brève escale dans son impasse. Elle ouvre une boutanche de crucilleux et on se l'écluse en jactant de n'importe quoi. Chaque fois j'ai envie de l'embroquer, Lélie. C'est une gerce de quarante carats, bien tournée. Brune aux yeux verts, si tu me comprends ? Elle fait un peu vamp de kermesse mais, dans la vie, il ne faut jamais bouder ses pulsions. Je suis archiconvaincu qu'elle serait partante pour la remontée hussarde, ma payse. On a une façon de se taire en se regardant, puis de sourire mystérieusement… Tu vois ce que je veux dire ? Toujours, on passe outre l'appel capiteux. Je ne sais pas à quoi est due cette timidité écolière ? Une solide paire de bises gauche-droite et je repars. « A bientôt, Amélie. » Et elle répond : « Quand tu voudras, Magnaud. »

Depuis la disparition tragique de son daron, elle continue dans la brocante, mais à la loyale. Je veille à ce qu'on lui foute la paix. Ne s'est jamais marida. Peut-être bouffe-t-elle des chattes ? J'en sais rien ; après tout, si elle aime…

Donc, me voici dans son rectangle de lumière. Elle porte une robe d'intérieur en satin vieux rose la rendant plus pétassière que les harnais tout-venant.

— Je savais bien ! dit-elle en m'apercevant.

— Quoi ?

— Aujourd'hui c'est mon anniversaire ; je sentais que quelqu'un me le souhaiterait.

Ça me fout comme un sanglot dans le gosier. La vie est extraordinaire, par moments.

Je saisis sa dextre, la place sur mon bénoche en pleine dilatation.

— Tiens ! lui dis-je, je n'ai rien d'autre à t'offrir.

26

Comme quoi c'est plaisant, la vie. Des années à la convoiter sans oser lui titiller l'angora, et voilà que je me pointe en coup de vent, au plus épineux d'une action délicate, pour me précipiter sur elle comme le pire des soudards !

A toute vibure ! La robe de chambre ouverte ! La cressonnière dégagée. On ne perd pas une minute à s'installer. L'horizontale est un luxe que nous n'avons pas le temps de nous payer. On baise debout, façon échassiers. Elle se tient sur une seule patte : les cigognes sont de retour ! Conserve sa canne levée bien à l'équerre, ce qui lui distord un brin le frigounet, mais en facilite l'accès. Le seigneur Dupaf s'arc-boute, cramponne ses belles miches et lui offre un tour de piste sur une membrane aussi dure que si elle était congelée.

La Lélie y met du sien en plantant ses ongles dans mon dossard.

Une telle furia, tu veux que je te dise, Louise ? Des années que je n'avais pas connu la pareille. Dantesque !

Elle ne dit rien, mais respire fort. Bibi de même. C'est fauvesque ! On y apporte toute notre quintessence. Je lui baratte la chatte tel un piston de loco ! Nous parvenons à dame exéco, comme toujours dans les troussées réussies.

On dolente contre la cloison, souffles emmêlés. J'ai vu des marathoniens plus frais que nous à l'arrivée.

Tu sais ce qu'elle murmure ?

— Ça devait arriver.

— Joyeux anniversaire ! complété-je.

Après quoi on se déchiffonne et je remise le cou de l'autruche dans ses plumes !

Une fille bien !

Je lui demande d'héberger un meurtrier pendant une durée indéterminée et elle est partante, kif je lui confierais mon canari pour les vacances.

C'est ça, les vraies femmes !

On fait le tour de sa médiévale crèche pour y dénicher ce qu'il nous faut : à l'extrémité d'un corridor, une pièce basse, sans autre ouverture que la porte. Je ne cherche pas à piger l'usage initial de ce cagibi ; il est là, le Seigneur en soit remercié !

Mes propres menottes servent à entraver les chevilles du mec. Celles du Mastard uniront son poignet droit à une conduite d'eau.

Le pseudo-infirmier se laisse bricoler en nous coulant des regards haineux. Quelque dignité subsistante le retient de se lamenter.

Nous sortons du réduit dont je ferme l'huis à clé. N'après quoi, je veux savoir si ma payse voit un inconvénient majeur à ce que nous poussions la grande bonnetière du couloir contre la lourde.

En guise de réponse, elle sourit.

C'est un jeu d'enfant pour l'Hercule forain de déplacer le meuble sus-indiqué.

— Voilà le gaillard dûment embastillé ! constaté-je. Quand bien même il hurlerait à s'en faire gicler les testicules, personne ne l'entendrait de l'extérieur.

— Maintenant, quelles sont tes instructions ? questionne Lélie.

— L'oublier ! réponds-je.

— Longtemps ?

— Jusqu'à ce que nous revenions, Gradube ou moi.

— Il va avoir soif, faim, envie d'aller aux chiches !

— J'y compte bien ; mais sois tranquille, je te ferai nettoyer la piaule après usage. Pas de sensiblerie, surtout, ma puce. Ce forban doit coûte que coûte être mis en condition. C'est capital, tu comprends ?

— Non, mais c'est ton problème !

Elle ajoute :

— On en zigouille une pour mon annif ? Tu le sais, j'en tiens toujours au frais.

Nous en avons bu deux. Béru a adoré le vin de mes paroisses. En flic de classe, il s'est abstenu de toute question devant ma potesse, concernant mon étrange conduite. Il commente parfois mes décisions sans jamais les contester vraiment.

La bise à Lélie après lui avoir promis une très proche visite à son nouveau locataire.

Pour changer, voilà la lance ! Une pluie aigrelette, prémice d'automne.

— Tu te l'ayes tirée avant d'nous faire entrer ? s'enquiert Sa Majesté impériale : ça sentait la baise.

Je ne réponds pas. Qui ne dit rien, qu'on sent !

— Parle-moi un peu de ton enquête sur les valdingués du téléphérique ! changé-je de sujet.

— Ceux qu' j' m'aye occupé s'connaissaient. Anciens potes des travaux publics, z'avaient marné ensemb' pendant plusieurs années à la construction du barrage d'Escouffian en Arabie Orthodontique.

— Comment se fait-il qu'ils se soient tous retrouvés dans cette putain de cabine ?

— Paraît qu'y s'payaient un dégagement, chaque année, av'c les aut' memb' d'leur coterie. Pour moi, c'est clair et net : cette escouade de gussiers a z'été carrément scrafée. La raison d'ces trépas doit z'être capitale, non ?

— Rentrons nous coucher, proposé-je ; la journée a été tellement remplie que je suis vidé ![34]

27

— Je vais moisir ici encore longtemps ? demanda le sombre Monosperme à son cousin Jérémie.

En forme de réponse, l'ancien balayeur devenu officier de police lui administra une tatouille sur sa pommette déjà tuméfiée.

— Ça te fait du bien de m'avoiner ? railla le pensionnaire de la cage à poules.

— Je l'espère toujours, admit Blanc, mais en réalité, ça me donne envie de te suspendre par les naseaux à un crochet de boucher après t'avoir bourré le pif de piment.

— Tu te souviens quand on plaçait des pièges à scorpions en allant à l'école et qu'on les relevait en sortant ?

— En ce temps-là, je ne me doutais pas que tu en deviendrais un toi-même, répondit l'époux de Ramadé. Amène-toi !

Il délourda et aida son cousin à sortir d'un coup de genou dans le michier.

Cette brutalité accentua son mal de reins.

Il entraîna Monosperme par un dédale de couloirs jusqu'en un local d'aspect monacal chichement meublé de deux chaises et d'une table supportant un magnétophone.

— Assieds-toi ! ordonna le black flic.

Vaguement intimidé, le dealer obéit.

— Qu'est-ce qu'on vient fiche ? interrogea-t-il avec la voix d'un nonagénaire venant de gravir à pinces les cent étages de l'Empire State Building.

Il regardait autour de lui, angoissé par la nudité de la pièce.

— Je vais enregistrer tes mémoires, avertit son parent.

— Tu te fous de moi ?

— Pas le moins du monde. J'entreprends ta rédemption dans la sérénité. Tu mets ta conscience à jour et je laisse quimper ton dossier.

— Je ne comprends pas, bredouilla l'autre.

— Aucune importance : il va te suffire de répondre à mes questions. Je te jure sur les mânes d'Ali Gathor, notre commun grand-père, que je travaille pour ton salut. Si tu refuses de coopérer, quand tu quitteras cette maison il ne te restera plus une dent, plus une couille et peut-être même plus un œil. Tu sais comme on se comportait avec les crapules au temps de notre aïeul ? Eh bien ça en pire !

Jérémie brancha l'enregistreur, sortit d'un tiroir la matraque de service 126 B. réglementaire et tapota sa cuisse sans lâcher son cousin du regard.

Nonobstant la température du local, Monosperme eut froid dans l'anus.

* * *

Berthe Bérurier, en slip et soutien-gorge, faisait des grâces devant son armoire à glace pendant que Siméone de la Fressure, sa couturière, lui essayait le bâti d'une robe prévue pour le sacre[35].

La dame de l'art qui travaillait pour Mogador avait été pressentie par la future impératrice. Cet ouvrage particulier la séduisait et elle apportait tout son savoir de costumière à la souveraine. C'était une petite femme bien tournée, au regard limpide, à la bouche prometteuse.

Le Gros flemmardait au lit dans des senteurs de pets tendrement accumulés, et suivait la scène complaisamment, en soufflant sur son bol de café.

Il nota avec émotion que Siméone portait un slip blanc bordé d'une délicieuse dentelle bleue. Il en conclut, avec cet instinct prodigieux de l'enfileur infatigable que, pour mettre cette culotte immaculée, la charmante ne devait pas être en cours de ragnagnas. Cette constatation équivalait pour lui à un feu vert. Il sentit son chibre se tendre et se tourner vers la lumière.

— P'tit' médème, appela-t-il, souhaitereriez-vous qu'j' vous montrasse quéqu'chose d'peu banal ?

L'habilleuse d'impératrice se tourna pour s'intéresser à la voix héleuse.

— Excusez-moi, fit-elle, je ne vous avais pas remarqué.

— Parc'que sous un édredon on passe inaperçu, mais v'nez jusqu'à là, j'vous prille !

Indécise, elle regarda sa cliente. Berthe, d'un sourire indulgent, l'engagea au déplacement. Alors elle s'approcha de la couche matrimoniale.

Le Mastard lui sourit.

— V's êt' mignon' toute pleine ! assura-t-il. J'vas vous donner un' sacrée occase d'vous estasier.

D'un geste noble, il rabattit la carouble. Son paf totalement libéré bondit en direction du ciel de lit.

La gente Siméone poussa un grand cri, puis resta figée dans les stupeurs.

— C'est une farce ? finit-elle par bredouiller.

— Des farces commak dans un' chagatte, ça produit son impression, ma chérie. Ce que j'vous présente en première mondiale, est la s'conde queue d'Europe. N'au cas qu'vous incrédulisez, ayez la bonté d'palper de visu l'instrument.

La jeune femme restant paralysée par la stupeur, Berthy lui apporta ses encouragements.

— Si, si, touchez, maâme de la Fressure, un' espérience pareille, on lu passe pas à côté de l'outre !

Vaincue, la couturière surdouée promena le bout de ses doigts sur un dôme lisse et brillant qu'elle sentit vibrer ardemment sous l'effet de sa caresse.

— V'n' v's' attendiez pas à ça, hein ? triompha Berthe.

Elle s'approcha, drapée dans le bâti de toile hérissé d'épingles.

— Les gens n'veuillent pas m'croire quand j'leur esplique l'paf à mon homme. Il pensent qu' j' galège. Et pourtant l'est indéniable, non ? Par cureriosité, essayez d' l' prend' dans la bouche, si vous y arriveriez. Gênez-vous pas, on est entr'nous ; si faudrait faire des manières av'c les choses d'la vie, où irerions-nous ? C'est pas croyabe, hein ? Et dans la chatte, c't'aussi contrasté comme effet ! Bougez pas, j'vas vous faciliter la rencontre en vous bouffant l'trésor au prélavable. N'soiliez pas timide. Dites, v's'avez un beau minou, maâme de la Fressure ! Rose et délicat comme j'les aime. Et frais, kif un coquiliage.

« Eh ben dites donc, vous n'chômez pas du côté d'la mouillance. Un' vraie machine à laver ! Béru va vous enfourner son pilon sans même vous craqu'ler le pourtour, c'qui y arrerive parfois av'c des personnes maniérées d'la chattoune. Vas-y voir, Gros ! J'suis connevaincue qu'elle est à point ! Fais douc'ment. N'au cas où y aurait z'encore d'l'obtruction, j'irerais chercher d'la margarine ! Allons bon ! l'téléphone ! Laisse sonner, Sandre, y rappelleront ! Comment ? T'as une enquête trop importante su' les endosses ? Si on peut plus s'faire r'luire quand ça nous prend, autant aller rempailler des chaises !

« Bougez pas, maâme d' la Fressure, j'vas continuer d'vous entr't'nir à la mano, pas vous laisser quimper l'sensoriel. Seigneur ! Quat' doigts t'à la fois ! Eh ben ! vous écarquillez du vasistas, vous alors ! Et puis quoi z'encore ! Qu'est-ce vous dites-t-il ? L'pouce dans l'petit borgne en même temps ? Vous voiliez grand, ma chérie ! Franch'ment vous aviez l'air polissonne, mais pas salope à c'point ! »

— Ah ! c'est toi, prof, fait Béru, dont le membre exaspéré tambourine la table. Comment tu vas-t-il ? Mieux ? Tu penses décamper bientôt ? On arrosesera ça ! T'as du nouveau à m'raconter ? Et tu peuves pas causer au téléphone ? J'vas t'aller voir, vieille loque. Just' l'temps d'embroquer une mignonne couturerière qu'ma Berthe lui active le mistigri. Un joli p'tit lot, j't' racont'rai. Tchao, prof !

Il raccroche.

Son braque, mahousse comme un périscope, continue de réclamer un orifice. Besoin d'être apprivoisé, et aimé pour soi-même, ce genre d'animal.

Deux aimables personnes le prennent en décharge, le flattent, cajolent, lèchent de manière longitudinale.

Sa Majesté l'Empereur ne tarde pas à vivre les péripéties d'un sacre quotidiennement répété.

* * *

Son petit dèje (thé, tartines beurrées, œufs coque) expédié, Pinaud composa le numéro de San-Antonio. Une personne à l'accent tellement espagnol qu'elle devait être ibérique l'informa que le maître venait de quitter le logis maternel.

César la remercia pour son inefficacité et, nanti de ce précieux non-renseignement, se rabattit sur la Grande Masure où le Génie policier se trouvait également absent.

Désemparé, il décida de se permettre une initiative et prit un taxi parisien drivé par un pachyderme au crâne rasé.

La nuit précédente, son nouvel ami Tu Chi O Po et lui, avaient filoché l'homme d'affaires de feu Titan Ma Gloire jusqu'à son domicile. Partant, il fut aisé à un vieux roublard de flic comme lui de trouver le nom du bonhomme : Kléber Dintzer, et d'apprendre qu'il occupait l'attique. Il s'en était tenu là. Mais, ce matin, son humeur chasseresse le poussait à des investigations plus complètes.

Un admirable ascenseur le propulsa à l'étage ultime en moins de temps qu'il n'en fallait au maréchal Pétain pour boutonner sa braguette.

Son coup de sonnette fit surgir, dans l'entrebâillement de la porte, une soubrette blonde en uniforme noir, tout droit sortie d'une comédie ricaine. Elle souriait et sentait bon. Son honorable poitrine tendait la robe et son regard donnait à croire qu'elle connaissait la différence entre une grosse bite et une pelle à tarte.

La Vieillerie expliqua qu'elle souhaitait parler d'urgence à M. Dintzer.

L'ancillaire eut l'air estomaquée par une telle audace et répondit que Monsieur ne recevait qu'en ses bureaux, exclusivement sur rendez-vous.

Cette assertion n'émut pas le frileux bonhomme. Une fois de plus, il produisit sa brème et bêla « Police » avec des accents déchirants dans la voix.

La fille prit dès lors sa requête en considération et demanda au frère aîné de Mathusalem de bien vouloir attendre.

Elle s'absenta peu et revint pour prier le visiteur de la suivre.

Le convive de Marius et Jeannette se trouvait en tenue d'intérieur : pantalon de soie bleu, veste de velours à brandebourgs, comme les généraux dans les pièces d'Anouilh.

La veille, en se rendant au téléphone, Badernoche ne lui avait jeté qu'une œillée indifférente. Là, il eut tout loisir d'admirer le long visage bronzé, encadré de favoris argentés, le nez aquilin, les yeux si clairs qu'ils incommodaient rapidement.

L'arrivée de l'Ancêtre le prenait en plein breakfast. Une autre tasse placée en face de la sienne proposait l'idée qu'une compagne partageait son repas et que cette visite intempestive l'avait mise en fuite.

— Inspecteur principal César Pinaud, annonça le dabe en pleine malassurance.

— Bonjour, asseyez-vous ! fit Kléber Dintzer d'une voix d'homme pressé, décidé à abréger l'entrevue.

César obéit.

— Vous venez, je suppose, me parler de l'académicien ? enchaîna l'homme d'affaires.

— De lui, de vous et du monsieur avec lequel vous dîniez hier soir chez Marius et Jeannette, dit-il.

Son interlocuteur broncha. Fut immédiatement moins beau, la peur produisant un choc enlaidissant. Son visage prit la couleur de ses cheveux et ses lèvres celle de ses dents.

Satisfait de cette transformation à vue, la Pine toussota dans le creux de sa main fermée.

— Je suis le policier véreux à qui étaient destinés les deux cent cinquante mille francs. Ils sont encore à la clinique et je ne vois guère comment les récupérer. De toute façon, cette somme est obsolète désormais, vous pensez !

L'homme eut une lueur de cohérence dans son désarroi.

— Vous étiez au restaurant hier soir, murmura-t-il ; il me semblait bien vous avoir vu quelque part.

— Je suis passé devant votre table pour téléphoner à des amis afin qu'ils prennent votre invité en filature au moment de votre séparation. L'affaire prend de l'importance, et à compter de l'instant où il m'a fallu engager de la main-d'œuvre, mes prix sont allés de l'avant. Vous savez qu'ils frisent le million ? Que dis-je : ils l'atteignent ! Si l'on attendait demain, ils le dépasseraient probablement.

Les couleurs de la vie réintégrèrent progressivement la face fugitivement dévastée de Kléber Dintzer. De toute évidence, le personnage possédait de la ressource.

— Mon petit bonhomme, déclara-t-il, je ne serai jamais le jouet d'un maître chanteur, quand bien même il appartiendrait à la catégorie « gâteux malfaisants ». Vous allez prendre vos cliques et vos claques et foutre le camp de cet appartement que vous polluez de vos miasmes !

Il agita la grêle sonnette de table. La femme de chambre surgit.

— Anita ! Raccompagnez cet homme et, s'il lui arrivait de revenir à la charge, appelez la police. Lorsqu'il sera parti, vous ouvrirez les fenêtres de cette pièce déjà imprégnée de sa mauvaise odeur.

Il attendit que l'intrus fût reconduit et, l'œil soucieux, s'empara du téléphone.

Mais il eut beau renouveler la manœuvre et laisser s'égosiller la sonnerie d'appel, l'interlocuteur espéré ne répondit pas.

28

Salami se tenait assis, bien droit, à mon côté, sur le siège passager. De temps à autre, il tournait le museau dans ma direction ; je surpris son regard de reproche.

— Qu'y a-t-il ? finis-je par lui demander. Ai-je commis une infraction ?

— Je trouve que tu pilotes sans plaisir, alors que conduire te met habituellement dans un état euphorique.

Cette déclaration (muette, mais on se comprend) me troubla par sa perspicacité.

— Je crois que j'ai besoin de changer de voiture, avoué-je. Ma Jaguar est une réussite de l'art automobile, pourtant sa dignité finit par me peser. Trop compassée, pour un flic de mon espèce.

— Tu la changerais contre quoi ?

— Une petite bombe quelconque… Un de ces jouets qui te collent au dossier sitôt que tu champignonnes.

Il émet une espèce de ricanement sarcastique :

— Vous êtes affligeants, les hommes, avec vos pauvres convoitises matérielles. D'avoir une autre bagnole modifierait ta vie ?

Pris de court, je ronchonne :

— Tu ne peux pas comprendre…

Salami bâille et se met à haleter doucement ; un filet de bave commence à dégouliner de ses babines.

— Ne salis pas mes coussins ! le rabroué-je.

Il ricane :

— L'autre nuit tu as emplâtré une fille et la banquette ressemblait à la coupelle d'un porte-cierge !

J'éclate de rire.

Le hound se marre à son tour.

Et nous arrivons aux Champs-Zés. La rue Cassela-Netiennes est située dans la toile d'araignée formée par les avenues entourant l'Arc. Brève et en marge du flot, elle est nantie de plantureux immeubles de style Haussmann River. Les pégreleux qui crèchent là tiennent à ce qu'on leur foute la paix et on la leur fout.

La porte du studio est située en face de l'appartement grand standinge sommant l'immeuble. Elle est basse mais laquée vert anglais, comme son opulente compagne d'étage.

Je dégaine mon sésame pour faire un doigt de cour aux trois redoutables serrures qui la défendent.

Ma surprise est réelle lorsque cet huis fortifié m'échappe brusquement. La raison en est qu'on vient de l'ouvrir de l'intérieur.

Je me retrouve à genoux devant une dame longiligne, à la chevelure couleur de lin. Plutôt belle because sa silhouette mannequine, mais moins sympa qu'une clé de boîte à sardines venant de se briser en début d'enroulage.

Le regard est noir, les sourcils peints façon porcelaine chinoise, le bustier kif un airbag crevé. Cela dit, elle me demanderait de me sucer, j'étudierais son devis avant de me prononcer.

— Qu'est-ce que vous faites là ! s'exclame-t-elle avec autant de gentillesse qu'une pétasse venant d'effectuer par erreur ses ablutions intimes à l'acide chlorhydrique.

Et que veux-tu que je lui réponde ?

Police ?

Oui, dans le fond.

Alors je déclare :

— Police ! en me désagenouillant.

Preuve à l'appui.

Elle visionne, acquiesce.

Bibi la refoule gentiment à l'intérieur, relourde de ce coup de talon qui m'est devenu si familier.

L'endroit est charmant ; je m'en ferais volontiers un nid d'amour pour mes tirages de luxe : murs tapissés de velours bleu roi, lit fanfreluche dans une alcôve, rares meubles de style anglouille, les coussins du canapé sont rouge vif, une série de gravures consacrées aux uniformes d'Empire (on n'en sort pas) court sur la cloison. Dans le privé, c'est un raffiné, décidément, Yvan Dressompert. Je l'imagine comme une sorte de caniche blanc dont le collier s'ornerait d'un mignon grelot. On est loin de l'austérité bricbrocarde de son bureau de journaleux.

— Puis-je savoir qui vous êtes et ce que vous faites ici ? m'enquiers-je.

— Je suis la cousine germaine d'Yvan. Son père et ma mère étaient frère et sœur.

— Votre nom ?

— Gudule de la Bruyne.

— C'est un nom flamand ?

— Mon père est d'Anvers.

— Vous habitez Paris ?

— Non, Bruxelles, mais j'ai une clé de son appartement et, lorsque mes occupations m'amènent ici, je descends chez lui.

— Vous dormez ensemble ?

Elle a un sourire aigrelet.

— Rassurez-vous, nous ne pratiquons pas l'inceste. Il y a un lit de camp dans la penderie jouxtant la kitchenette.

— Madame, riposté-je, il ne m'appartient pas de censurer les mœurs de mes contemporains.

Tout en déclarant, je vais délourder la penderie qui, effectivement, renferme un pucier roulable.

— A présent, s'impatiente la cousine belge, pouvez-vous m'expliquer pour quelle raison la police s'intéresse à Yvan ?

— Parce qu'il a disparu, chère madame.

Ça la barbouine du larynx.

— Co… comment ?

— Depuis une huitaine nul ne l'a vu et il n'a donné aucun signe de vie. Vous-même, auriez-vous de ses nouvelles d'une façon ou d'une autre ?

— Non, mais il s'agit d'un garçon du genre solitaire ; nous restons facilement plusieurs mois sans communiquer.

— Vous connaissez ses liaisons ou relations ?

— Aucune idée ; je vous répète qu'il ne se livre pas aisément.

— L'on m'a dit que son épouse ne sait rien non plus.

Elle désinvolte de la dextre.

— Pas surprenant, ils se voient tous les trente-six du mois. Ces deux-là, s'ils n'ont pas encore divorcé, c'est probablement à cause des enfants.

Depuis un instant, Salami cherche à capter mon attention en me grattant le jarret droit.

Je me penche, lui propose une œillade interrogeuse.

Lors, il s'écarte de moi pour se rendre à la patère flanquant l'entrée.

Que signifie ce manège insolite ?

— Ah ! oui, pigé ! Au temps pour moi, Rase-mottes !

Un imperméable de femme, noir et brillant, est accroché là.

Sans nul doute, celui de la femme qui cherchait je ne sais quoi en compagnie d'un homme, devant la maison de mon petit pote infirme.

29

Dans les polars que je lisais pendant les cours de maths, le moment incontournable arrivait où l'enquêteur tombait sans le vouloir sur l'élément révélateur.

Ô jubilance profonde ! Humidification spontanée ! Intense certitude d'une victoire surgie à l'improviste !

Ici, du kif !

Brave toutou auquel rien n'échappe.

Je me fends d'une caresse sur son sabot de croupier.

— Grazie mille ! chuchoté-je, l'italien étant sa langue maternelle malgré ses origines britouilles.

La Gudule est laguche, presque souriante. Elle ouvre la porte tellement elle a hâte que je calte. Aussi, imagine sa stupeur quand elle me voit décrocher son ciré et le lui tenir ouvert.

— Mais… je ne pars pas, dit-elle.

— Bien sûr que si ! fais-je en insistant.

Elle enfile l'imper, alors d'un geste prestidigité, je lui passe les bracelets.

— J'ai lu dans une revue de mode que l'acier conquérait le marché des bijoux.

Tu verrais sa sidérance, son abasourdissure ! Elle mate ses poignets humiliés, me regarde, chavirée.

— Vous êtes fou ! gémit-elle en aspirant tous les « h » de la phrase.

En forme de réponse, je la fais sortir et claque la lourde, non sans avoir récupéré la clé sur la serrure.

Pour la perquise, je reviendrai plus tard.

* * *

Elle est assise sur le siège passager dont la portière est bloquée, et se lance dans des fulminations véhémentes.

Au lieu de les endiguer, je branche France Inter à fond la sauce après m'être farci les portugaises aux boules Quies.

A l'arrière Salami se tient les baffles avec ses pattounes.

La circulation matinale laisse place à une relative accalmie, si bien qu'en un peu moins de pas longtemps j'arrive devant la crèche de Léandre Méandreux, mon jeune infirme. Galamment, j'aide Mlle de la Bruyne à s'extirper. Pressent-elle que son futur s'épaissit ? N'en tout cas, ses traits saillent sous sa couche d'Eclat Mat de Dior comme d'une sculpture de Giacometti.

Le gentil paralytique n'est pas à son poste derrière la vitre.

Je sonne.

Une dame de quarante moins quelques jours ne tarde pas à débonder. Châtaine, agréable, le regard clair, le sourcil droit prompt à l'interrogation. Elle porte un chemisier rose et, par-dessus ledit, un coquin tablier blanc froufrouté de dentelle.

Nous considère aimablement tout d'abord, puis avec une intense timidité dès qu'elle aperçoit les poucettes de ma compagne.

— Navré de vous déranger, madame Méandreux, pourrais-je voir Léandre ?

Elle opine avec brio :

— Certainement. Vous êtes, je pense, le policier qui ?…

— Lui-même.

On pénètre dans le charmant living au climat provincial. Mon jeune ami (et collaborateur occasionnel) se tient dans un renfoncement de la pièce où il exécute des exercices de la main droite à l'aide d'une petite haltère divisée en deux parties entre lesquelles se trouve un ressort.

La rééducation consiste à presser l'appareil ; ce mouvement, maintes fois répété, doit entretenir les muscles de sa dextre.

— Salut, cher Léandre ! claironné-je-t-il ; je n'aurai pas été long à revenir, n'est-ce pas ?

Plus que ma personne, c'est la Gudule qu'il défrime.

— Vous reconnaissez cette femme ? crois-je deviner.

Il opine.

— Exact. Elle était en compagnie d'un homme et cherchait quelque chose dans le caniveau.

— Pas d'erreur possible ?

— Je peux le jurer !

— Alors ? fais-je à ma prisonnière.

Alors, pauvre branque ! Tout va vite, trop vite. La Bruxelloise exécute un saut de tigresse, non pour passer à travers un cerceau de feu, comme au cirque, mais pour se jeter sur sa proie. Elle est derrière la voiture de l'infirme, armée d'un stylet qu'elle a dû sortir, malgré ses cadennes, de la manche de son ciré. En tient la pointe appliquée sur le cou blafard de mon petit pote, si fortement que le sang commence à sourdre.

Elle déclare de sa voix morte :

— Gardez tous votre calme ! Au moindre geste, je lui tranche la gorge.

— Et ensuite, ça fera quoi ? lui demandé-je.

— Un mort ! répond-elle. Vous n'allez pas laisser trucider ce garçon sous les yeux de sa mère ?

Que veux-tu répondre à une telle question, Léon ?

La gueuse, qu'on disait puis autrefois, enfonce davantage l'acier dans la chair du jeune homme.

Cri horrifié de sa mother.

— Je suppose que vous avez votre pistolet de service ? reprend l'aventurière. Sortez-le en le tenant par le canon et remettez-le à madame !

Le moment suivant n'est pas de ceux qui te donnent une érection spontanée !

Entièrement protégée par Léandre et son siège, la salope peut nous la jouerCavalière Elsa.

— Pressons ! aboie-t-elle.

Une folle ! T'as rien à espérer d'une dingue !

Je tends l'ami Tu-tues à notre hôtesse.

— Apportez-le-moi ! fait ma ci-devant prisonnière.

Mme Méandreux, tétanisée, obéit. Faut voir avec quelle prestesse l'autre s'en empare.

— Parfait ! approuve-t-elle. Maintenant, vous, le flic, donnez-lui la clé des menottes !

Nouvelle manœuvre. A présent qu'elle a un feu à dispose, tu penses si la garce est souveraine ! Je tends la clé. La pauvre femme va pour décadenasser, mais ses mains tremblent si fort qu'elle la lâche !

— Ramassez, connasse ! vitupère la de Bruyne.

Ici se place un incident à empaqueter avec soin, tant tellement il est unique en son genre : l'infirme profitant de ce que la pression du stylet sur sa gorge se relâche, enclenche la marche arrière de sa formule 1 et vibure à mort.

Chiasse d'ours, ce numéro !

L'agresseuse est projetée à la renverse. L'ado, maître de lui, passe en avant pour reprendre de l'élan et revient à la charge aussi puissamment que le permet le moteur électrique de son fauteuil.

Pris d'une rage que n'importe quel auteur nullard qualifierait de démoniaque, il actionne son kart d'avant en arrière à différentes reprises. Lorsque enfin il le propulse vers le milieu de la pièce, ce que nous découvrons ferait cracher son dentier à Dracula. Comment te narrer la scène sans indisposer mes lectrices en situation intéressante ?

Confiant en mon sens inné de la mesure et du langage châtié, je vais cependant essayer.

Figure-toi que les coups de boutoir du fauteuil mobile ont littéralement incrusté la garce dans une vitrine aux porcelaines précieuses. L'une d'elles, rarissime assiette sur laquelle était écritSouvenir du Croisic, s'est brisée, constituant une langue acérée profondément enfoncée dans la nuque de Gudule. La carotide sectionnée ! Je te recommande !

Moi qui m'y connais en anatomie, à force d'à force, je mesure illico qu'elle est fichue. La charogne le sait aussi. Ce sont des choses que tu piges illico quand elles t'arrivent ! Elle ne bronche pas ; ne peut émettre aucun son. Seul, son regard se déplace.

Mais quel !

Va nous falloir du temps pour extirper ces yeux de notre mémoire.

Mme Méandreux pare au plus pressé en s'évanouissant. Après tout, elle est chez elle, hein ! En revanche, son malheureux rejeton tient le choc. Quelque chose m'avertit qu'il n'est point mécontent de lui. Ce paralytique vient d'accomplir un exploit peu banal. Se défaire d'une houri meurtrière en se servant juste d'un doigt, cela confine au fait d'armes exceptionnel. A inscrire dans les manuels où sont consignées les actions d'éclats (éclats est le mot de circonstance).

Un qui passe pour une crêpe Suzette sans Grand Marnier, c'est messire Ducon-moi-même ! Fabriqué comme un pleutre, le Grand ! Tronche de cake ! T'as maté comment elle m'a désarmé, la Belgiume ? « Fais ceci, et puis fais cela. » J'avais pas assez de mains pour lui obéir.

Dame ! Il ne s'agissait pas d'une opération de commando dans la jungle birmane, mais d'une prise d'otage. Nuance : je ne songeais qu'au salut de l'ado.

Un gros « Plaouff ! ». La « meurtriée » vient de s'abattre en avant, entraînant dans sa chute le vaisselier et son contenu.

Ce coin de livinge ressemble aux séquelles d'un bombardement.

Mon pote Léandre demande :

— Vous pensez que ma mère sera dédommagée pour la perte de sa collection ? Personnellement, je la trouvais hideuse, mais elle y tenait.

30

Nous étions convenus d'un rendez-vous chez Amélie Casson, le Mahousse et moi, sur les couilles d'onze heures of the morning (ce que les Rosbifs résument par 11 A.M.).

Because le sauvage rodéo chez Léandre, je m'y pointai avec une plombe de retard. Il avait fallu évacuer la gonzesse égorgée, paperasser, turellement, mais surtout la fouiller avec minutie, ce qui m'avait permis de découvrir un truc intéressant dans l'une de ses godasses à talon gratte-ciel.

Cela consistait en un paquet de quatre petites clés plates comportant chacune une lettre et un chiffre gravés sur le panneton. L'avais conservé « par-devers moi » (dirait un ampoulé de mes miches), me proposant de soumettre ma trouvaille à Mathias.

Mais bon, je t'en reviens à ce descendant d'Empereur dont le chibre fait fantasmer toutes les criquettes[36] de la planète. Il m'attend, assis sur le perron de la Lélie, dormant à poings relâchés. Son hirsutance le fait prendre pour quelque clodo et une belle âme lui a glissé un talbin de cinquante points entre les jambes.

Je shoote dans son sac-de-cul. Il s'ébroue comme un caïman détorpeuré en plein marigot à l'heure de la sieste.

— Ah ! c'est toive ! On peut pas dire qu'tu soyes exaguete à tes rancards !

— Tu aurais pu entrer, au lieu de chiquer les S.D.F. sur le perron de ma payse.

— J'ai voulu, mais é n'a point répondu à mon coup d' sonnette.

— Tu es sûr ?

— Essaye, toive, si tu croives avoir davantage d' succès.

J'y vais de mon propre récital. En pure perte, comme dit Blanche.

J'aime pas ça !

Classique recours à mon furtif sésame. Il emballe la lourde d'autant plus zésaiement qu'elle était simplement tirée.

Une sale odeur de cramé nous fait chier l'olfactif. L'office est enfumé. Cuisinière incandescente. Flammèches lutinant les murs plus cloqués que la frime d'un apiculteur n'ayant pas mis son masque.

Le Mastard aux élans pompiéresques parvient à fermer l'arrivée du gaz en utilisant un torchon trempé dans l'eau. N'ensuite, il balance des casserolées de flotte sur les parois. Ça gronde, chuinte, bout, ruisselle.

— C'tait des œufs au jambon, déplore-t-il en se penchant sur la poêle noircie. Un peu étourdie, ta potesse, de quitter son frichti en cours qu'il cuit !

Je perçois sa phrase du couloir car me voici déjà dans l'escadrin. Trois enjambées me suffisent pour tout piger. Le meuble que nous avions mis devant la porte du réduit a été déplacé. La lourde ouverte m'annonce que l'oiseau s'est envolé[37].

Et puis je pénètre dans la geôle.

Ben non, j'avais tiré des conclusions hâtives. Il est laguche, l'oiseau. Et seule son âme noire peut s'envoler, compte tenu du fait qu'il est exagérément mort. Mais alors, mort à ne plus en pouvoir. S'il ne s'est pas morflé trois ou quatre chargeurs dans le pedigree, moi, je suis l'aide de camp du général Pinocheur. Fourré en plein ! Truffé valdas ! Exsangue ! Ses sept litres de raisiné sur le plancher de la chambrette. Un marécage de sang en coagulance ! Un congrès de bouchers en gerberait.

Je ne me donne pas la peine de patauger dedans pour m'approcher ! De belles pompes comme les miennes ! Je recule, au contraire.

Les flingueurs ont agi depuis la lourde car, hors de la pièce, pas la moindre étoile rouge ! (Même à Moscou, t'en trouverais point !)

Reste à savoir ce qu'il est advenu de ma Magnaude.

Je risque quelques hélages sans conviction. Mais foin de Lélie ! Je t'écrirais bien que « seul l'écho répond à mes appels », seulement il n'y en a pas plus dans cette taule que de traveller's chèques dans la culotte d'une femme de ménage malgache.

Alexandrovitch-Benito qui m'a rejoint dégaze sa stupeur.

— Vingt gu ! tonitrue-t-il, ceux qui y ont fait ça d'vaient pas beaucoup l'aimer !

Paroles dégoulinantes de sagesse !

— Cherchons ma copine.

On se lance dans une exploration éperdue, stimulés par l'angoisse.

— Y l'ont pas kidappingée avec des œufs au jambon su' le feu ! assure Sa Majesté. C'serait été risqué d'emballer un' souris contre son mauvais gré, en pleine matinée !

Les chambres explorées, nous dévalons à la cave.

Qu'à peine engagés dans l'escadrin, nous percevons des gémissades de souris agonique.

Je force l'allure.

Un local où est accumulé un monçal de potatoes en cours de germination, puis un second dont la saine odeur avertit qu'il s'agit de la cave à vin. Fectivement, des tonneaux sont rassemblés, cernés de claies en losange pour les boutanches.

A leur vue, Bérurier ne peut contenir un hennissement de bourrin qu'on dételle de la malle-poste après une chiée de lieues galopées[38].

La partie excavée comporte un troisième compartiment réservé au charbon mais, de nos jours, le charbon, hein ?

Sur le tas d'anthracite subsistant, gît ma bonne Dauphinoise. Elle est à ce point ligotée et bâillonnée que je suis illico rassuré. On ne saucissonne pas ainsi une personne qu'on entend zigouiller.

Opinel en pogne, nous nous grouillons de la délivrer, l'Obèse et moi.

— Ah ! bon Dieu, je trouvais le temps long ! exclame la gaillarde sitôt qu'elle le peut.

Elle est tellement ankylosée que nous devons pratiquement la porter jusqu'au rez.

Une fois cachalée dans un fauteuil du salon, nous entreprenons de rétablir sa circulation en la massant. Je m'occupe de sa partie sup', tandis que le Gros s'attelle à la région australe. Il lui masse les cannes avec tant d'ardeur qu'il lui égratigne la minouche.

Mais bon, vaille que vaille, elle est requinquée, donc à même de nous faire un récit circonstancié des événements.

Dans la matinée, on a sonné à la lourde. Elle est allée ouvrir et s'est trouvée en présence de deux gardiens de la paix ; les a fait entrer sans méfiance. Sitôt l'huis refermé, on l'a pétrifiée d'un coup de matraque sur la nuque.

Flamboiement céleste ! Cloches carillonnant frénétiquement ! Opacité zébrée de fulgurances. Bref, le k.-o. dans toute sa gloire.

Pendant qu'elle trampolinait dans les vapes, les vilains l'ont attachée et muselée, puis ont perquisitionné sa pittoresque demeure.

N'ont rien dégauchi.

Alors s'en sont pris à elle, lui demandant où se tenait l'homme que nous lui avions amené la veille.

Pour commencer, elle a chiqué l'idiote de service, ne pigeant pas de quoi on lui parlait. Ça n'a pas été du goût de ses tortionnaires ; l'un d'eux a fait de nouveau appel à son goumi. Il s'agissait d'une matraque truquée dont la partie caoutchoutée se dévissait. A l'intérieur se cachait une méchante seringue hypodermique.

« Voilà qui va te rendre bavarde ! » a assuré le mec.

Comme des flopées de gus, ma copine perd les pédales à la vue de cet instrument médical inventé par mon illustre pays Charles Gabriel Pravaz (né à Pont-de-Beauvoisin en 1791). Se disant qu'il serait idiot de mourir pour un truand, elle a cassé le morcif aux faux draupers qui l'ont alors évacuée à la cave.

Un temps de resalivage, puis elle demande :

— Y aurait pas eu du grabuge, Antoine ? J'ai cru percevoir des coups de feu…

Elephant Man répond avant moi :

— C'est l'moment d'ach'ter d'la lessive Saint-Marc, mon trognon : v's'allez n'en avoir besoin pour r'donner l'éclat du neuf à vot' gourbi !

31

On nous apporte les entrées.

Pinaud a choisi un poireau vinaigrette, Béru du boudin aux deux pommes, Jérémie du couscous en salade, et moi des filets de harengs à l'huile.

J'ai invité mes maréchaux à une bouffe de mise au point à Ma Bourgogne. Tellement d'événements se sont déroulés ces derniers jours qu'il est grand temps d'apporter un peu d'ordre dans tout ça. Après, on ne s'y retrouverait plus.

Lorsque j'étais chiare, papa me prônait l'organisation ; il était adepte convaincu du fameux : « une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place ». Mon tempérament un peu bohème m'inclinait davantage vers le : « là ou ailleurs, c'est tout bon ». Cela dit, j'ai pigé au fil du temps qu'un peu de méthode ne nuit jamais. Mais alors la pointe. Juste ce qu'il faut pour ne pas déraper dans la chienlit.

Nos hors-d'œuvre hors pair engloutis, avec l'aide judicieuse d'un sancerre comme seul Louis Prin sait en dénicher, nous passons à la partie conclave de notre réunion.

Désireux d'écouter le résumé de l'affaire de As à Zob, je donne la parole au Noirpiot.

Laissant un langoureux pet du Gros circuler autour de la table, l'homme dont la chevelure ignore ce qu'est un fer à friser s'empare du micro, mes gars[39].

Compte rendu impec. Tout y est : le château de Louveciennes, le meurtre de la servante et du minet ébité, l'académicien qui s'autoneutralise en se faisant une injection…

Puis : les deux folles guêpes trafiquantes, liquidées à leur tour ainsi que les quatre convives survenus les derniers.

Et encore : Moktar le jardinier, agressé près de sa masure ; la bagnole au pistolet provenant de chez Jérôme Bauhame, dont je découvre qu'il est un fourgueur de came d'envergure ; le couple venu chercher l'on ne sait quoi dans la rue de Léandre, le gentil et héroïque infirme…

De plus : Yvan Dressompert le journaliste, disparu comme par magie, les six mecs inscrits dans son carnet tués d'un décrochage de téléphérique…

Et pour terminer : l'assassinat de l'écrivain par contumace, la séquestration de son meurtrier, liquidé par de faux agents dans l'endroit où je l'avais mis en quarantaine ; sans parler de la mort « accidentelle » de l'énigmatique miss Gudule.

Beaucoup, hein ?

Trop, tu crois ?

Qu'est-ce que tu dis ?

Ah ! y en a jamais assez ?

T'as bien raison, mon chéri, si tu considères le nombre d'auteurs qui trempent leur plume dans du formol !

Un moment de récupération suit le diligent rapport.

Pinuche qui a pris des notes au dos du menu émet le premier ses réflexions :

— Sans doute, à cause de ma conversation avec lui, je pense que le nœud de l'affaire se situe chez Titan Ma Gloire. Il en est le pivot. Il s'est compromis dans ces meurtres.

— Moive, enchaîne l'homme de lard, j'sus turluqueuté par l'ad'venance d' la mallette d'croco. L'pédoque favori du Titan l'avait en arrivevant, n'ensute oncle n'l'a revue ! Quéqu'un l'a fatal'ment engourdie.

— Personnellement, démarre Jéjé, je suis troublé par les six noms trouvés dans le carnet du journaliste. Ces hommes avaient travaillé ensemble en Arabie et sont morts ensemble dans la cabine du téléphérique. Vous n'espérez pas me faire croire qu'il s'agit là de hasard ?

Nous dénégationnons alternativement.

— Et toi ? murmure le Pinaud gris s'adressant à mézigue. Tu te tais ?

Il me semble produire un léger mouvement d'épaules.

— Si je vous dis à quoi je gamberge, vous n'allez pas en revenir, mes amis.

— Vas-y toujours ! m'invite l'Echo des Savanes.

— Je songe à la grosse tortue, dans son vivarium, au fond du hall, à Louveciennes. Pourquoi ne lui avons-nous prêté aucune attention, les uns et les autres ?

32

Il est stupéfiant de constater la pérennité de notre subconscient. En voilà un auquel on ne pense jamais (si je puis dire) mais qui, inlassablement, tricote la toile de fond de nos idées de réserve.

Comment et pourquoi parlé-je soudain de cette tortue calme et silencieuse, bouclée dans une sorte de jardinet faussement tropical ? Ça m'est venu à l'improviste, comme un rot engendré par Perrier.

Mes compères me considèrent, déroutés.

— Quoi, la tortue ? interroge ce génie de la physique nucléaire ayant deux prénoms pour qualifier un seul glandu.

Sa question interloque ma méditation.

— Je ne sais, osé-je avouer ; ça m'a traversé l'esprit…

— Il n'existe jamais rien de gratuit, sentencieuse Pinuche. Nous devrions aller examiner cet animal de près.

Le baderneur entraîne l'adhésion maréchale. Le coq au vin et la tarte au foutre expédiés, nous partons de concert pour le Manoir tragique.

* * *

Par acquit de méfiance, nous avons laissé un homme vigiler dans la demeure du défunt copiste. Généralement, ce sont les jeunots inexpérimentés ou, au contraire, les fossiles effeuilleurs de leur dernier éphéméride, à qui nous dévoluons ces gardes ingrates.

Fectivement, à notre arrivée au domaine, une espèce de Gaulois moustachu, au kebour cabossé nous accueille.

Reconnaissant les Mousquetaires de la Maison Bourreman, il rectifie la position, comme on disait puis, à l'époque où les ganaches l'étaient davantage qu'à présent.

— Si vous venez pour quelqu'un, y a personne, croit-il bon de nous prévenir.

— Mais si, y a quéqu'un, Lamouche ! affirme Buffalo-Buffle qui connaît tous les perdreaux de Pantruche âgés de plus de vingt-cinq grelots !

— J'crois que vous vous trompez, m'sieur l'inspecteur principal.

Sa Majesté ricane :

— J'trompe souvent ma femm', mais moive, j'm'trompe jamais !

Sur cette vigoureuse affirmation, nous pénétrons dans le fameux hall si riche en péripéties.

Le parc de dame tortue se situe dans une zone morte du salon. C'est un bassin beaucoup plus petit que celui d'Arcachon, puisqu'il mesure un mètre cinquante de diamètre sur un mètre cinquante, comme le dit Glandulard. Imagine l'île de Robinson Crusoé en modèle réduit.

Cet atoll d'appartement est situé à je ne sais plus quelles longitude et latitude, dans un bac en plastique bleu évoquant l'océan Pacifique comme si on y était. Un lagon de vingt centimètres carrés où l'eau se renouvelle par tacite reconduction sert d'abreuvoir. Des palmiers nains en composent la flore. Pour ce qui est de la faune, une bonne grosse tortue de nos régions la représente. Maussade, avec la peur ancestrale qu'un tordu la retourne sur le dos.

On demi-cercle autour du vivarium.

Bérurier désigne la bête au garde.

— Vous voiliez ben qu'a quéqu'un ! déclare-t-il de ce ton supérieur qu'il prend pour parler à plus con que lui.

L'homme dont le fond du kebour est en contact avec le haut de son cervelet s'avoue vaincu et grisemine.

Moi, tu sais quoi ?

Rien !

Zéro, le vide, la penauderie intégrale !

Je mate l'animal antédiluvien, sa grosse carapace brune jaunissante vers le bas, sa tête reptilienne, sa tronche en corne et ses paupières comme des ailes de chauve-souris !

Pourquoi diantre cette pulsion m'incitant à venir ici avec mes potes ?

Me voici au pied du mur. Faut que je trouve à faire, à dire… Que je me compose une attitude de chef informé.

Impitoyable, Jérémie questionne d'un ton léger :

— Alors ?

L'insavoir me ulule dans les cages à miel[40] !

Des trois paires d'yeux me flashant, une seule conserve sa bienveillance : celle de Pinaud. Doucettement, il glisse son bras sous le mien, m'entraîne à l'écart.

— Tu as un blanc, murmure-t-il. Je connais. Une idée péremptoire s'impose. Et puis elle s'évapore…

— Exactement ! conviens-je.

— Ça va te revenir, ne force pas. Allons marcher un peu.

Adorable César ! Si doux, si intuitif !

Nous cheminons jusqu'au banc qu'abrite un arbre géant.

Le parc est froufroutant d'invisibles présences, dirait une littéreuse de mes adorables deux, qui écrit comme elle baise et baise comme elle écrit.

— Nous déjeunions, commence le cher vieux nœud à col de paf, brusquement l'image de cette tortue s'est imposée à toi et tu as eu un éclair divinatoire…

— Ça y est ! l'interromps-je. En réalité, ce n'est pas la tortue qui m'a fait sursauter.

— Quoi d'autre, en ce cas ?

— Son univers. Je me goure peut-être, mais quand j'ai un flash de cette intensité, il génère toujours des choses intéressantes.

Notre halte sous le sycomore (qui me laisse baobab) aura été rapide puisque nous retournons déjà dans la bâtisse.

Nos deux amis continuent de discuter le bout de gras près de l'animal, dont la protection naturelle est vouée à la fabrication des montures de lunettes.

Le garde-surveillant, subjugué, tripote son trousseau de clés ou sa paire de couilles à travers le tissu de son futal.

Je m'accroupis auprès du vivarium, en saisis le rebord de ciment et tente de le mouvoir ; mais zobinche !

— Tu espérais que le bassin était amovible ? questionne Jéjé.

Haussement d'épaules.

— J'y ai pensé également et j'ai tenté aussi de le remuer, mais le scellement est réel, déclare l'assombri du derme. Comme quoi les cerveaux performants obéissent à la même orbe.

Pinaud, toujours sagace, murmure :

— Qu'est-ce qui t'a amené à croire que ce vivarium hébergeait une cache, Antoine ?

— Son côté incongru, dans ce château. Titan Ma Gloire ne semblait pas homme à s'encombrer d'animaux superflus. Il n'avait même pas de chien !

— P't'êt' cet' bestiole y avait z'été offert par sa môman ? émet le Prodigieux. T'sais qu' ça vit longtemps un' tortue… Si ça s'trouv', il l'avait déjà dans sa jeunesse et l'aura conservée pour des raisons sentimenteuses ?

— Poète, prends ton luth ! ricane Blanc.

Sur cette réflexion déclamatoire, Pinuche change de besicles, troque ses carreaux courants contre des verres bathyscaphiques.

— Tu veux bien saisir cette bête ? demande-t-il à l'époux de Ramadé.

Obligeant, notre Bronzé se met à genoux devant le bassin et, sans mal, empare ce gros caillou vivant qui se grouille de remiser pattes et tronche dans son abri itinérant.

— Montre un peu ! requiert le Périmé en allongeant son cou.

Il étudie la cotte de mailles.

— Sois gentil, mets-là sur le dos, fait-il à son assistant.

Nous suivons l'opération avec un intérêt soutenu par des échafaudages.

— C'est son nombrille, qu'tu cherches ? rigole l'allié des Bonaparte.

L'Impalpable ne répond pas à pareille navreté. D'une main de thérapeute, il effleure la carapace ventrale, un peu comme un casseur de coffiot caresse les serrures qu'il doit amadouer.

Il s'interrompt pour tirer de son gousset un mignon canif à manche de nacre. De la pointe de sa lame, « bricole » une écaille. Surprise, celle-ci se détache de l'ensemble, incomplètement, puisqu'elle constitue une sorte de très mince couvercle ; gravée dans la corne, une inscription.

Nos respirations se font ténuses. Quatre visages, pathétiques à force d'encurieusement, tentent de capter le prodige.

César, l'empereur de la sagacité, nous dérobe le phénomène pour l'examiner à nez portant.

— Ecrivez ! fait-il avec cette dureté consécutive au triomphe.

Le Négus se fouille. Pour moi, inutile de noter car ma mémoire tentaculaire me permet d'enregistrer l'annuaire Paris-Banlieue en une seule lecture.

Le vieux bavoche :

— C cédille, trois, quatre, neuf. S majuscule, s minuscule, signe +.

Il se redresse en produisant le bruit du bois sec attaqué par les flammes. Ses lunettes renforcées lui font un regard de batracien constipé en train de déféquer.

— Bravo ! complimenté-je.

— Fallait le faire, renchérit Jérémie.

Bérurier se tait, loufe longuement, voluptueusement, comme dans de la soie.

33

Evidemment (chacouille), comme disait Mme de Gaulle quand elle allait soutirer le pus des lépreux, la découverte est sans doute de taille, mais elle ne fait pas avancer pour autant notre enquête, because sa mystériosité absolue.

Nous passons plus de deux plombes dans ce hall, assis sur les banquettes qui le meublent, à supputer la signification de l'étrange formule.

De paix dispos (toujours « de guerre lasse », ça finissait par m'électriser le tiroir à prostate), je décide d'en appeler à Mathias, notre rouquemoute tant aimé.

Il tarde à répondre. Je suis sur le point de raccrocher quand sa voix haletante me râle un « allô ? » coïncidant sûrement avec son lâcher de flocons.

— Tu tirais ton assistante ? péremptoiré-je sur un ton bannisseur de dénégations.

Seule sa respiration en chamade me répond.

Compatissant, je le laisse se détartrer le borgne à col roulé avant de le mobiliser.

— Pardon pour cet appel inopportun, finis-je par murmurer, la gosse a eu le temps de savourer son feu d'artifesse, au moins ?

— Oui, oui, ne t'occupe.

— Ça me créerait un cas de conscience, si j'avais porté atteinte à son équilibre sexuel.

— Non, non, ne t'occupe !

— Tu as un autre stylo que ta bite sous la main ?

— Naturellement.

— En ce cas, note !

Et je lui dicte l'espèce de rébus figurant sur une écaille de la carapace.

— A première vue, ça t'inspire quoi, Sherlock ? m'enquiers-je.

— Il ne s'agit pas d'un numéro de coffre. Non plus que d'une formule chimique ou physique…

— Cogite ! coupé-je. Et si tu as la moindre idée, appelle-moi sur mon portable. Surtout, n'oublie pas de te rincer le pénis ! Cela mis à part, tu as examiné les empreintes sur le pétard trouvé dans la vieille bagnole des pédoques ?

— Il y en a de nombreuses ; entre autres celles de Jérôme Bauhame.

— Putignasse de Diou, j'oubliais ! égosillé-je en plongeant la main dans ma fouille arrière. J'ai dégauchi des petites caroubles dans le talon d'une dangereuse aventurière impliquée dans mon big bazar, si tu pouvais les étudier et me dire à quoi elles correspondent… Je les laisse au château à ton intention. Le gardien de la paix Lamouche te les remettra.

Toujours d'une docilité de premier de la classe, il accepte. Clic ! je l'élimine provisoirement de ma vie trépidantielle.

La forêt de points d'interrogation dans laquelle nous errons devient de plus en plus inextricable. Quelle jungle !

— Fermez le trappon ventral de cette tortue et replacez-la à l'endroit ! bougonné-je. Ces bêtes sont le contraire des putes : elles meurent quand elles sont sur le dos.

Comment ces bestioles ont-elles pu franchir tant de millénaires en se trouvant à la merci d'une mauvaise position ? Quand tu y réfléchis, ça fait froid aux roustons, hein ?

— Tenez ! dis-je au garde, vous remettrez ce trousseau à un rouquin qui passera vous le réclamer.

Altruiste complet, le Mastard souffle dans la portugaise poilue du lardu :

— J't' r'commande la cave, vieux. Y a tout c'qu'y faut pour passer l'temps.

* * *

D'un commun accord, nous décidons de ne pas nous séparer. Quand le moral est en baisse, l'amitié doit être en hausse.

Lequel de nous propose de rendre visite à Félix dont c'est l'anniversaire ? Béru, je crois. Une petite trêve consacrée à la charité nous fera du bien.

Le tendre Pinuche déclare que nous devons apporter un cadeau au prof.

Suggestion acceptée d'enthousiasme.

Débat sur la nature du présent. Il y a les partisans de la cravate, et ceux du portefeuille.

Difficile de trancher.

Le Mastard a l'Idée. Nous nous y rangeons tous comme un seul homme.

On se pointe au chevet du misanthrope. Son hospitalisation accentue sa grincherie et tu dirais de Funès. Il en veut à la terre entière, pôles compris, de sa sédentarité.

Notre venue, certes, lui fait plaisir, mais ne dissipe pas pour autant sa rengrognance.

L'Empereur nous adresse un signe qui se veut d'intelligence et compte à voix stentorisée :

— Une ! Deuss ! Trois !

— Joyeux anniversaire, Félix ! clamons-nous en force.

Tu crois qu'il est amadoué, le Vieux Nœud ?

— Vous parlez d'une joie ! grince-t-il.

— On t'a apporté un cadeau qui va te faire plaisir, poursuit Napoléon IV, pas du tout déconcerté par la grise mine du blessé.

Il ouvre la lourde et adresse un signe à quelqu'un hors champ. Apparaît soudain une créature de rêve (selon, du moins, les canons d'Alexandre-Benoît). Vingt-cinq ans environ, les yeux d'un vert végétal, la chevelure abondante, presque léonine, tirant sur l'acajou violacé, un buste qui ferait pleurer de jalousie Mlle Rita Cadillac, un dargiflard pouvant servir de miséricorde à un frère convers (je ne suis pas certain de la couleur), et une jupe trop étroite pour constituer un bandeau dans le jeu de colin-maillard. La jeune personne portant des bas, son gracieux porte-jarretelles mauve se trouve à l'air libre.

Notre entrée à l'hôpital a créé une certaine sensation, malgré le cercle que nous formions autour d'elle pour la masquer le plus possible.

— Cher Félisque, déclame Big Patate, moive et les aminches, j'ai pensé qu'une belle bouffarde était c'qu'on pouvait offrir d'mieux à un féroce de la membrane comm' técole. La Vénus ci-joint est acousinée à ma Berthe par sa mère dont elles allaient à la communale ensemb'. Sa dabuche la prédestinait pour reprendre un jour sa mercerie, mais Junon s'sentait la vocation d'prostipute auquelle elle possède tous les dons. L'est grimpée à Pantruche où qu'a s'esplique au bois d'Boulogne. Une copérante d'première ! Son espécialité, just'ment, c'est le calumet cheyenne. Doive pas avoir d'glotte, biscotte é t'empiffre des chibres monumentals. J'voye pour moi, si j'te dirais quand é m'turlutte, s'en faut de trois quat' centimèt' pas plus qu'a m'fasse tout disparaît' !

« Junon va essayeyer de t'engouffrer, prof. Ça risqu' d'pas êt' fastoche, biscotte a s'trouvera en acné complète, comme disent les plongeurs d'éponges. »

Nous considérons le bonhomme : changement à vue. Il irradie (rose), son regard généralement sec s'embue.

— Mes amis, balbutie-t-il, je reste sans voix devant une aussi magnifique surprise ! Quelle délicatesse de votre part. Comme voilà un présent bien de chez nous !

Tout en parlant, il caresse le michier de Junon, obtient le « la » en pinçant une jarretelle tendue.

— Nous sommes ravis de vous apporter un peu de divertissement, fais-je. Pendant que vous déballerez notre cadeau, nous attendrons à la cafétéria de l'hôpital.

— Moive, j'rest' ! déclare péremptoirement notre sumo. Faut qu' quéqu'un monte la garde si des fois des pégreleux de service s'pointeraient !

Nous admettons le bien-fondé de l'argument et laissons s'accomplir l'écrémage de Félix.

* * *

Junon Martin en fut estomaquée.

— Pour du nœud, ça c'est du nœud ! s'exclama la jouvencelle en découvrant le formidable appendice du blessé.

Elle ajouta, en caressant la bête comme on le fait d'un chat primé :

— J'en ai déjà pompé, des pafs, mais au grand jamais d'aussi énormes ; je ne réponds pas qu'il puisse rentrer dans ma bouche !

— Faut qu'tu vas faire un gros effort, encouragea l'organisateur de la sauterie. N'évidemment, si un' pipe s'avérerait impossib', tu l'travaillerais à la mano. Mais c's'rait dommage pou' cet homme qui, malgré tout, trouv' des chaglattes à chausser.

La charitable personne promit de faire le maximum et étudia le parcours avec l'attention d'un golfeur tentant un coup décisif.

Après quoi, commissures tendues jusqu'à la déchirure, elle s'attela à la tâche.

— Tu croives qu'ça va aller, fillette ? s'enquit le Mastard.

Elle émit un grognement d'asphyxiée qui parut affirmatif à Alexandre-Benoît.

Un moment de presque silence s'écoula, troublé par la suffocation partielle de l'intrépide pute.

— T'as le fion qui fait rien, observa le Mastard. Si j'saurais, j't'ferais volontiers un p'tit canter en levrette, pas y laisser perd'.

Prenant le silence de Junon pour un assentiment, il modifia un tantisoit l'orientation de son armoire deux portes et, un copieux salivage préalable accompli, parvint à réaliser son ambitieux projet.

Toute blasée qu'elle fût, la chère enfant gémit de plaisir.

S'engageant dans la voie des voluptés, Bérurier déclara :

— Après ça, tu pourras t'vanter d'avoir encaissé les plus beaux pafs d'France en même temps !

Puis, comme dans Les Trois Mousquetaires, il piqua des deux !

* * *

Rien de plus mélanco qu'une cafétéria d'hôpital. Les gens qui la fréquentent sont lugubrissimo. On a voulu cet endroit pimpant, mais on y sent peser les souffrances et les détresses des étages supérieurs.

Le père La Pine dort sous son chapeau tutélaire. Blanc s'est abîmé dans de puissantes réflexions d'où il sortira tôt ou tard du positif.

Et moi ?

Je pense à ma petite Antoinette, dans cette Suède qui ne comprend ni l'œuvre de Daudet ni celle de Pagnol. Je me ronge les rognons à cause de ma mouflette exilée. Me dis que chaque heure vécue sans elle est un lambeau arraché à mon corps et à mon âme[41].

Le prochain week-end, j'irai à Stockholm pour la voir.

Vingt minutes viennent tout juste de se coaguler lorsque nous percevons un énorme ramdam en provenance du second étage.

Une voix dont on ne peut définir le sexe de la personne qui l'utilise, clame à en fêler les vitres et la faïence des gogues :

— J'avais encore jamais vu ça ! Venir dans cet établissement pour partouzer ! Et avec des queues de monstres préhistoriques ! Dites, c'est pas vrai !

Galopade dans l'escalier. Au tournant des degrés surgissent Béru, le bénoche sur les chaussettes, et Junon, la minijupe en guise de soutien-gorge.

Le couple fonce vers la sortie, pareil à deux astronautes traqués par des Martiens.

34

Nous avons à peine le temps de surmonter notre stupeur que le parlophone du hall, utilisé par un organe délicat, susurre :

— Le commissaire San-Antonio est demandé à la chambre 281.

Je me dresse comme un seul homme (et pour cause).

— Essayez de récupérer le Gros ainsi que sa radasse et attendez-moi à la voiture, dis-je.

Dans la piaule de Félix, l'esclandre court sur son erre. Une énorme infirmière noire vitupère après le prof, le traitant de noms peu gentils, parmi lesquels « Vieux dégueulasse à la monstre queue » tient une place privilégiée.

Crois-tu que Galochard en soit affecté ?

Que tchi !

Avec préciosité, il riposte :

— Aimable fée des neiges, faites taire ce courroux injustifié qui malmène vos traits harmonieux et n'ayez le cœur endurci contre ce membre effarant dont m'a accablé la nature.

« Si votre fente, que je devine admirable, recevait en partage l'objet de votre colère, mon instinct me dit que vous y goûteriez un plaisir extrême. Votre colère attise ma convoitise et j'éprouverais un bonheur éperdu à enfoncer mon pénis disproportionné dans votre cul nauséabond, divine pétasse ! »

Immobile dans l'encadrement de la porte, j'attendais que le trousseur de madrigaux en eût terminé. L'infirmière, débordée par son flot verbal, n'en cassait plus une. Ce que constatant, j'entris dans la chambre et m'approchas du plumard.

— Vous souhaitez m'entretenir, cher ami ? fis-je.

Il me dévolua un sourire en comparaison duquel celui de l'Ange de Reims (auquel je me réfère volontiers) ressemblerait à la grimace d'un constipé ayant avalé par erreur des clous de tapissier.

— Si fait ! m'ennoblit-il.

En guise de préalable, il murmura :

— Je vous apprécie énormément, Antoine. Vous représentez pour moi un bastion de l'esprit dans une mer de cons.

Après une inclination de buste pour saluer le compliment, je me risquai à lui demander ce qu'il avait à me dire, au sein de ce tumulte.

— Une réminiscence vient provoquer ma mémoire de plus en plus fréquemment. S'agit-il d'un souvenir, ou d'un flash imaginaire ? Ce sera à vous d'en décider.

Il constata que l'infirmière ne s'était pas évacuée et lui déclara :

— Chère âme, je n'ai aucun excrément à vous confier pour l'instant, vous devriez en profiter pour aller torcher d'autres orifices anaux.

L'interpellée évacua aussitôt son dargiflard en des lieux plus hospitaliers.

— Vous disiez avoir certaines réminiscences, prof ?

— Effectivement. Vous connaissez les circonstances de mon accident ? Nous étions davantage qu'éméchés, le porcin Bérurier et moi. J'allais pour un nouveau ravitaillement à la cave, lorsque, mon ébriété aidant, je chutai dans le roide escalier desservant le sous-sol et perdis connaissance, ce qui dut m'être aisé, compte tenu de mon ivresse.

« Or, Antoine, des sensations neuves assaillent mon esprit. Au cœur de la ténèbre s'impose la certitude que l'on a palpé mon sexe pendant mon inconscience. Longuement et à plusieurs reprises, ce qui me porte à croire qu'il s'agissait d'une "vérification" effectuée par deux personnes. Si tel est le cas, il faut conclure que les criminels sont des gens au fait de ma glorieuse infirmité. »

Il s'interrompit pour sonder la soute de sa mémoire, puis maugréa :

— Cette duègne de couleur a cassé mon érection, la donzelle qui la traitait n'avait rien d'exceptionnel, mais possédait une certaine technique.

Brave prof ; quelque part il m'émouvait.

— Vous ne pouvez savoir, cher Félix, à quel point cette affaire commence à m'exploser les bourses, comme disent les cardinaux réunis en conclave.

— Je le déplore d'autant plus vivement que j'en suis à l'origine, répond le monstre des craquettes.

— Vous n'en fûtes que le premier témoin, calmé-je ; sans vous, rien d'essentiel n'aurait été modifié dans cette tragédie aux accents de vaudeville. Je dois vous quitter, continuez à réfléchir et appelez-moi si d'autres impressions vous reviennent.

Je presse ses mains d'albâtre.

— Essayez d'amadouer votre ogresse noire, ajouté-je.

— Soyez sans crainte, bon ami. Je vous parie qu'avant demain elle aura agréé mon monumental pénis dans ses fesses de pachyderme femelle. Gueularde, mais honnête ; elle sait qu'elle me doit une troussée réparatrice et me l'accordera car elle en rêve déjà !

35

Une végétation qu'on peut qualifier de luxuriante a poussé sur les rives artificielles de la retenue d'eau.

Le formidable barrage d'Escouffian dresse sa masse bombée au-dessus des usines hydroélectriques chargées d'apporter la manne à l'Arabie Orthodondique, voire aux pays limitrophes.

Un hôtel réalisé par des Américains prévoyants s'élève, pimpant, au centre d'une oasis immense dont les palmiers n'ont pas encore eu le temps de devenir adultes : le Simoun Palace.

Construction de style arabe où l'eau glougloute dans des vasques de marbre blanc. De nuit, cet îlot de rêve est magnifiquement illuminé par un procédé digne des meilleurs « sons et lumières ». C'est dans ce paradis, arraché aux sables brûlants, que nous débarquâmes d'une Land-Rover climatisée, Antoinette, Marie-Marie et moi.

Tu dois te demander, mon lecteur préféré (comme disaient les romanciers d'autrefois, prompts à lécher), pourquoi je me pointe dans cette région désertique et altérée en compagnie de ces deux gentilles ?

Facile à piger : depuis un bout de temps le spleen me rongeait. Hier, dimanche, je me suis propulsé à Stockholm. Dans le zinc qui m'y conduisait, j'ai opéré un panoramique sur l'Affaire. La décision s'est imposée à moi : je devais me rendre au barrage où les disparus du téléphérique avaient travaillé de concert (et même de conserves, parce que dans ces bleds torrides, le panier de la ménagère, tu m'as compris ?).

Tu sais ma fougue et ma fantaisie ? A peine débarqué chez les Veaux-pas-cuits, je me suis renseigné sur les vols possibles. Justement : un avion de la K.L.M. y partait le lendemain aux aurores.

Bibi, ni une, ni moins, je propose l'escapade à mes chéries. Marie-Marie qui doit se faire tarter dans ce beau pays chiant, accepte, contre toute attente. Faut dire qu'une troussée épique venait de la mettre en (bonnes) conditions.

Et nous voilà donc au Simoun Palace. L'établissement n'est pas complet, tant s'en faut ! Je loue une suite de milliardaire professionnel et sors une boutanche de Mumm du réfrigérateur. Pendant que ma chère Musaraigne couche sa fille pour une sieste indispensable, je branche la téloche. Ne parviens à lui arracher qu'une émission interne consacrée aux merveilles de Sabouch' Huntrou, cité remontant au règne de Sallissan-le-Sodomite.

Marie-Marie revient, son devoir de maman accompli, après avoir plongé la pièce dans la pénombre.

On champagnise.

Puis je l'enfile avec dextérité. Une baise presque matrimoniale, mais extrêmement fougueuse. Elle gémit comme un petit carnassier pris au piège. Je lui repasse une nouvelle couche avec le pinceau qui va dans les coins. Elle repart à dame sans se faire prier. On se retrouve tout habillés sur le lit, avec juste les parties concernées à l'air libre.

Je mordille ses cheveux follets des tempes, comme je le faisais lorsqu'elle était une pécore facétieuse.

— Quand te décideras-tu à revenir en France ? demandé-je. Tu aimes tellement patiner sur les lacs ? Je t'achèterai des glaces Haagen-Dazs autant que tu en voudras, et t'emmènerai voir Holliday on Ice.

— Je te le répète, Antoine, nous habiterons ensemble lorsque tu auras lâché ce métier. Ta fille a le droit d'avoir un père normal ; un père qui ne ferait pas l'acrobate sur une poudrière en jonglant avec des torches allumées !

— D'accord, je vais prendre une carte de représentant en mercerie.

Elle rit flou.

Pour diversionner, je me toilette Coquette. Elle conserve un air avenant, bien qu'elle ne soit plus sponsorisée présentement par mes bas quartiers de noblesse.

— Tu veux bien me raconter ce que nous faisons ici ? s'inquiète la Pie borgne.

Spontanément, je lui bonnis l'histoire des six mecs qui travaillèrent à l'édification du barrage et disparurent ensemble dans l'Alpe homicide.

— Qu'espères-tu découvrir, à présent que les travaux sont achevés ?

— Tout et rien ; pourtant, je pense avoir plus de chance de piger leur tragique destin ici, que sur Sunset Boulevard ou dans la fruitière de Gruyère.

Marie-Marie acquiesce ; une flammèche d'intérêt brille maintenant dans sa prunelle encore espiègle.

J'ajoute :

— A la tombée du jour, lorsque le Mahomet calmera ses ardeurs, j'essaierai d'aller glaner des informations.

— Tu nous permettras de t'accompagner ?

— Bien sûr !

Et je passe un grand coup de langue dans ses babines salées par l'amour.

* * *

Toujours s'adresser aux humbles quand tu souhaites obtenir des renseignements importants. En l'occurrence, le garçon d'étage fait merveilleusement l'affaire.

Le sonne pour du thé.

C'est un être dont le sérieux professionnel dissimule mal la joie de vivre. L'attribution d'un billet de banque soutenu par les U.S.A. (infiniment charitables là où il y a des gisements pétrolifères) le met en état de disponibilité avancée.

Je lui raconte que je suis journaliste, désireux d'écrire une série de reportages sur les récents travaux babyloniens de la planète. Connaît-il des hommes ayant vécu l'épopée du barrage d'Escouffian ?

Décidément, j'ai l'oigne bordé de mayonnaise ! Magine-toi que son dabe et son frère aîné ont chié des bulles carrées à marner sur le titanesque chantier. Ils se sont établis depuis sur les rives du lac artificiel et travaillent à l'entretien du barrage.

Il me conduira chez eux dans une paire d'heures, après son service. Cela nous permettra d'admirer le désert environnant qui, à la fin du jour, prend des teintes ensorcelantes.

36

Monosperme ressemblait à un boxeur de troisième zone que l'arbitre, distrait par sa feuille d'impôts, a oublié de compter « out » et, de ce fait, s'en est pris plein le portrait.

Sa frime violacée, éclatée tel marron au feu, donnait envie de le driver d'urgence dans un dispensaire. Le plus spectaculaire, c'étaient ses lèvres, énormes comme des chambres à air de camion.

Il se déplaçait mélancoliquement dans Pantruche, sans se gaffer que l'irascible cousin Jérémie avait fait poser un bip dans le talon de sa godasse droite. Nous l'avons constaté précédemment, la chaussure constitue une cachette éprouvée, dont je ne me prive pas[42]. Celui d'Achille a créé un fâcheux précédent difficile à occulter. Il marchait sans but précis, et le jour, pour lui, était comme la nuit.

L'inspectrice de police, Marie Bizarre, qui le « négociait » au volant d'une adorable Clio rouge dont seulement trois ailes étaient défoncées, percevait la détresse du pauvre Sénégalais et ne pouvait se défendre d'un sentiment compassionnaire. C'était une fille au grand cœur, incapable de refuser un petit turlut à ses collègues en souffrance. Son altruisme l'avait conduite à sucer un « garde-à-vue », par une nuit de pleine lune. Le brigadier Vachar, témoin de ce manque grave, lui avait épargné les suites fâcheuses de cette faiblesse en échange d'une troussée levrette pratiquée contre un angle de son bureau.

A un moment donné, le Noir s'affala sur un banc pour étancher le raisin sourdant de sa gueule tuméfiée.

Marie Bizarre stoppa non loin de là, à l'ombre relative d'une colonne publicitaire et continua de le guigner dans son réflecteur.

Monosperme ne tarda pas à reprendre sa route.

Quand il parvint à la hauteur de la voiture, il se pencha pour toquer à la vitre.

Prise tu sais où ?

Oui : au dépourvu, la jeune inspectrice abaissa la glace et demanda sèchement :

— Vous désirez ?

— Parler un peu, mademoiselle inspecteur, assura le « cousin d'Afrique ».

Ce qui la laissa coite.

Monosperme en profita pour contourner la chignole et s'installer à la place passager.

— Qu'est-ce qui vous prend ! glapit la policière. Ça ne va pas, non ?

— Comment veux-tu que ça n'aille pas quand on se trimbale un chibre pareil ! riposta le cousin en dégainant un guiseau de taureau sauvage.

Le « parent-de-qui-tu-sais » conserva le micro pour ajouter :

— Tu t'appelles Marie ?

— Comment le savez-vous ?

— Jérémie Blanc, que tu dois connaître, a dit à un de ses collègues, sans penser que je l'entendais : « Tu le feras filocher par Marie-la-pute. » Comme tu me colles aux noix depuis ma sortie de la Maison, j'ai vite pigé que la pétasse en question c'était toi !

L'archère éprouva un choc et ses yeux s'emplirent de larmes comme ceux de ce fameux roi de Thulé quand il buvait à la coupe d'or ciselé, l'enfoiré.

Son désarroi fut si intense qu'elle ne le sentit pas prendre sa main pour la poser sur son chibre.

— Palpe ! ordonna durement le « relâché », c'est raide comme le caoutchouc, souple comme le caoutchouc, mais ça a le goût du paf !

Passant sa main gauche sur la nuque de la conductrice, il la força à venir au-devant de l'objet.

— Déguste ! poursuivit-il. J'ai pas pu faire toilette depuis quarante-huit plombes, ça doit vraiment avoir l'odeur du zob ! Un négro, tu penses !

Elle eut un réflexe.

— En pleine rue ! Vous êtes fou ! regimba l'écrémeuse.

— T'as raison, on va aller chez une copine. Tu ne le regretteras pas !

* * *

Flanqué de l'efflanqué Pinuche, Jérémie se rendait au domicile d'Yvan Dressompert pour une minutieuse perquise.

Tout en conduisant, il regardait sa main droite dont presque toutes les phalanges étaient endolories par la redoutable rouste qu'il avait mise à son cousin voyou.

Alors qu'il stoppait à un feu rouge, son berlureur de fouille retentit. Il jouait une marche altière et rapide incitant à une prompte réponse.

— J'écoute ?

Cela ne moufta pas illico, comme lorsqu'on achève d'avaler quelque chose. Puis la voix (rendue zézayante par des tuméfiances labiales) annonça :

— Ici Monosperme !

Blanc, vaguement gêné, murmura :

— De quoi s'agit-il ?

— Plusieurs trucs à te dire, cousin.

— Commence par le plus important.

Il y eut un ricanement méphistophallique.

— Le plus important, du moins pour toi, c'est que je vais te buter.

— Rien que ça ?

— Tu m'as foutu la tronche en compote, vérolé !

— Je l'avais remarqué.

— Je crois que je t'arracherai les couilles !

— Tu as toujours visé bas.

— C'est ça, mon con, persifle, tu rigoleras moins quand j'aurai enfoncé ta queue sectionnée dans ta grande gueule.

— Tu deviens lyrique, fit calmement Jérémie. Qu'as-tu d'autre à m'apprendre ?

— C'est à propos de ta gonzesse qui me filait : Sainte-Marie-la-pute ! L'attendez pas, elle risque d'avoir quelques années de retard.

Pris au dépourvu, Blanc resta silencieux.

— Vous êtes givrés d'embaucher des pétasses ayant pareillement le feu au fion ! Elle m'a pompé trois fois de suite avant de bouffer le cul d'une potesse à moi.

— Intéressant.

— Très. Puisqu'elle aime le paf et la moulasse, on va lui en fournir, cousin. Tu sais quoi ? On la garde en otage. Elle sera nourrie, logée et enfilée jusqu'à la glotte. Je compte m'établir en Amérique du Sud un jour. Si je ne l'embarque pas, vous pourrez la récupérer pour en faire un paillasson ! En attendant, ta peau n'est qu'en sursis.

— Rien de fâcheux ? s'inquiéta César quand le coup de fil cessa.

— Non, répondit Blanc. Tu sais ce que c'est : il y a souvent de petites frictions dans les familles…

Il se rappela un texte de Marcel Aymé sur des ouvriers se rendant au travail, à l'aube : « Ils étaient tristes et regrettaient les lampes. »

Lui, en cet instant, ce qu'il regrettait, c'étaient toutes ses années de jadis, en compagnie de Monosperme. Lorsqu'ils se baignaient dans une anse du fleuve Sénégal et capturaient d'étranges bestioles aquatiques qu'ils enfermaient à l'intérieur de bouteilles où elles ne tardaient pas à mourir. Ils confectionnaient des sarbacanes, ou bien des instruments de musique avec de grosses tiges de roseau.

Oui, il était triste et regrettait le soleil.

37

Du provisoire-qui-dure !

Pile ce qu'on pense en arrivant chez les Biouf : Une baraque arrondie, en tôle ondulée (merci pour la climatisation). A l'intérieur, un vaillant ventilo livre au lauchem une lutte perdue d'avance. Les occupants de cette gentilhommière ont eu beau rassembler des palmes par-dessus le zinc, il y fait une tiaffe d'enfer.

Au moment où nous nous présentons, ils allaient se mettre à table. Leur bectance m'a l'air, au premier œillard, moins comestible que la graisse pour lubrification des pompes à vidange.

Ils semblent aussi âgés l'un que l'autre, bien qu'ils soient père et fils. Gueules boucanées, labourées de rides profondes, regards enfoncés, plis des lèvres taillés au ciseau à froid. L'épuisement et le soleil ont transformé les deux visages en bas-reliefs illustrant la peine des hommes.

La venue de l'employé d'hôtel stoppe leurs gestes lents. Ils échangent quelques mots dans cette langue si éloignée de la mienne.

Le frangin me fixe, et lâche un rot en comparaison duquel le meuglement d'une vache en gésine ressemblerait au grand air de Manon chanté par la principale diva du Metropolitan Opera de Nouille York.

Par l'intermédiaire du fils interprète, je raconte mon histoire de reportage. Mes pourliches le rendent persuasif, il plaide ma cause avec la froide virulence de Me Vergès et de nouveaux talbins concluent magnifiquement sa péroraison.

Je pige, à l'émotion des Arbis, que me faire plaisir représentera pour eux une tâche sacrée.

Etant un littérateur partisan éperdu de l'antichiasse, je ne vais pas t'essorer la prostate avec le compte rendu de mon interrogatoire, long comme une envie de pisser dans un enterrement. Moi, t'es au courant : sobriété, efficacité !

Je branche les enturbannés sur les péripéties de la construction du formidable ouvrage. En fond sonore, le grondement cataracteux de l'eau s'évacuant selon un débit aménageable.

En fin de compte, j'apprends que peu après le début des travaux, une catastrophe se produisit sur le chantier : une grue géante bascula, tuant une dizaine d'hommes dont l'ingénieur en chef…

Les promoteurs engagèrent alors des effectifs de remplacement. Tiens-toi bien, Sébastien, ceux-ci se composaient des six personnages sur lesquels j'enquête, plus l'ingénieur belge mort avec eux dans l'accident de téléphérique.

Le staff reconstitué poursuivit l'immense ouvrage et conduisit à bien la réalisation d'Escouffian.

Le temps que je mets à rassembler toutes ces données est incalculable. Si je t'appliquais les tarifs horaires de mon garagiste, tu devrais vendre le vélo de course de ta grand-mère pour me payer !

Dehors, la lumière baisse son pantalon, mais la lune prend l'intérim. Je vois ma gerce et ma fille, assises sur un tronçon de canalisation. Marie-Marie conte une histoire de petit renard à Antoinette. L'animal rend chaque soir visite à un très vieil homme pour lui tenir compagnie. Un jour il est blessé par un vilain piège de braconnier, et le dabe le soigne. Touchant. D'autant que ma Musaraigne d'autrefois possède le sens de la narration.

Pardon. Je m'éloigne. Mais ne t'inquiète, j'ai des dons de boomerang.

Donc, le barrage est achevé. Inauguration pharaonique par le jeune Fouace, fils de Soliman-l'Albuminurique dont le père, chassé du pouvoir par la Révolution des Turbans Noirs, vend des merguez à la foire du Trône. Les réalisateurs de l'œuvre se dispersent.

L'Affaire s'écrit ainsi et s'arrête là. Seulement un homme survient, nommé San-Antonio. Un zig avec le cerveau encore plus volumineux que ses burnes. Il sent, IL SAIT, qu'il existe QUELQUE CHOSE.

Quoi ?

A lui de le découvrir.

Sur mes instances, les Arbis consentent à claper, à condition toutefois que je partage leur briffe.

L'horreur !

De la merde, fais confiance, y en a, et pas de la chouette ! Avec les graminées, tu trouves des parcelles d'animal. Mammifère ? Volatile ? Poisson ? Le mystère ne reste pas entier, hélas ! mais en charpie. Cruelle épreuve que je mène à bien. De retour au palace, je me ferai servir un grand verre de n'importe quel alcool pourvu qu'il dépasse 45°. Juste pour désinfecter, tu comprends ?

Et pendant que le repas se déroule, Marie-Marie continue de distraire NOTRE fillette dans la pénombre bordée de mauve. Image de sérénité. Chansonnette d'âme…

Brusquement, il m'arrive une inspire. Pile au moment où je glaviote un morceau de pas consommable dans le creux de ma main avant de l'évacuer sous le tapis berbère. Comment articuler ma question à ces messieurs pour qu'ils l'entravent ?

— Dites-moi, mes frères, après la mort de l'ingénieur en chef et de ses équipiers, des modifications dans les plans du barrage ont-elles été effectuées par les remplaçants ?

Ils ont de la peine à piger, aussi dois-je réitérer ma demande, en simplifiant le vocabulaire. Reusement, le palacier n'est pas glandu.

Quand il paraît avoir parfaitement assimilé ce que je peux savoir, il le transmet à son papa et à son frérot.

Concertation.

L'ampoule suspendue à la tôle voûtée diffuse une lumière crue qu'aucun abat-jour ne vient endiguer. On ressemble à des mineurs, à l'intérieur de ce logement cylindrique.

Ma question est dépecée, reprise, mise à plat. Ils se monosyllabent des trucs colmatés par des silences, et repartent.

Puis, sir papa, après un long pet cascadeur semblable à une salve de mitraillette tirée au plus profond du gouffre de Padirac, enfile ses mains laborieuses dans ses manches et tchatche longuement.

— Que dit-il ? m'impatienté-je.

— Qu'un conduit, non prévu initialement, a été percé dans l'épaisseur de l'ouvrage depuis la rive où nous sommes.

Une vibration éminemment musicale retentit dans le tréfonds de mon âme. Comme sensation, ça me rappelle une fellation au thé chaud que m'avait prodiguée une adorable Asiatique.

— Messieurs, fais-je à mes amis arabiens, si ce n'est pas Allãh qui vous a mis sur ma route, c'est au moins son cousin germain ou le mari de sa sœur ! La nuit est claire comme l'émoi d'une jeune mariée à l'instant où elle laisse transformer son hymen délicat en salade des quatre-saisons ; laissons tomber café, pousse-café et cigares pour nous rendre à ce mystérieux conduit. Je vous en saurai tellement de gré que vous ne saurez plus où le mettre.

Ils consentent.

Nous partons.

Au passage, je donne un baiser à mes chères donzelles.

* * *

Furet mesure qu'on approche, le grondement de la chute bouillonnante me cigogne la dure-mère. Si je prolongeais mon séjour ici, on devrait m'opérer de la cataracte !

En contournant légèrement le ventre du géant, on constate que des échelons de fer sont scellés dans le béton : une douzaine environ, espacés d'une vingtaine de centimètres.

Ton ami Bibi s'élance pareil à un sapajou, atteint une niche aménagée dans le flanc du barrage.

Le conduit, mon chéri !

Faisceau de ma torche.

— Boudi ! comme disent les Suédois. Y en a long sur le porte-bagages !

Derrière moi, le frère du garçon d'hôtel se fond dans mon ombre. Je ne distingue que son glissement et son odeur, laquelle est moins charmeuse que celle du parc de Bagatelle en été.

Un étrange malaise me point. Au fond, je suis content de ne pas me trouver seul dans cette expédition.

Je ne sais plus qui, du maréchal Lyautey ou de mon crémier, a dit : « A force d'avancer, on finit toujours par arriver quelque part » ? Comme il avait raison.

A quelques mètres : une porte.

Bleue !

Mais cependant rébarbative.

Mon faisceau la parcourt lentement. En manière de serrure, elle ne dispose que d'un clavier carré dont les dix touches sont numérotées de 0 à 9.

Classique ! Mais vachement couillesque ! Combien d'entre elles faut-il presser pour déclencher l'ouverture ? Et dans quel ordre ? Selon le calcul des probabilités, je peux passer la nuit, plus une partie de ma vie, sur ces chiffres avant d'obtenir un résultat.

Je déplace la lumière jusqu'au visage de mon équipier.

— Alors ? demandé-je.

— Dans le cul, la balayette ! déclare-t-il, à peu de chose près, dans sa langue.

— Tu as une idée ? insisté-je pauvrement et en désespoir de tu sais quoi ? Oui : cause !

Au lieu de proférer, il caresse les touches du clavier. Naturellement, rien ne s'opère (loi de Lavoisier).

— Tiens-moi la loupiote, Adalbert !

Mon geste est éloquent car il obéit gentiment.

Je récupère ma liberté de mouvements et reproduis sur mon calepin la composition du clavier. Je t'ai précisé qu'il comprenait dix touches numérotées de 0 à 9 ; toutefois, j'explique pour la compréhension générale, que cette numérotation ne s'effectue pas dans l'ordre. Sur la première ligne horizontale figurent : 0, 8, 2 ; sur la seconde : 7, 1, 3, 9 ; sur la troisième : 4, 5, 6.

Tu ne trouves pas ça étrange, voire simplement curieux ?

Non ? C'est parce que tu n'as pas pris tes pilules au phosphore, Nicéphore ! Ben moi, je tique !

Trois chiffres en haut, quatre sur la deuxième ligne, et à nouveau trois. Cherchez l'erreur !

Mon gambergium lâche des gaz qui me giclent par les oreilles, et peut-être même par le trou de la pine ? Viens contrôler, chérie !

Lillico, je fonce à la ligne comportant les quatre chiffres. Presse chacun avec une tactilité de non-voyant atteignant le clitoris de sa compagne.

Nothing !

— Arrzva chouïa zigoumi ? demande pertinemment mon compagnon.

— Pas encore, mais ça va venir ! le rassuré-je-t-il.

Je lui ai repris la lampe, laquelle trembille dans ma main comme les testicules d'un cavalier de jumping dans sa culotte.

Une idée lumineuse, et donc bienvenue, m'assaille.

Ne bouge pas, je vais te la révéler. Je sens que ça s'organise. La ligne du haut comporte des chiffres pairs (0, 8, 2), celle du dessous, des chiffres impairs (7, 1, 3, 9), la troisième comprend (4, 5, 6), un chiffre impair et deux chiffres pairs, mais les trois sont dans l'ordre.

Si, après une telle constatation, tu continues de répéter partout que je suis un con, je te fais bouffer le slip de Bérurier !

Je pourrais te laisser mijoter à feu doux jusqu'à ce que ta moelle épinière se caramélise. Mais, tu ne l'ignores pas, ma conscience professionnelle refuse ce pain-là.

Le prestigieux Sana a découvert que, pour obtenir les faveurs de cette porte, il convient d'appuyer 4 fois sur le 4, 5 fois sur le 5 et 6 fois sur le 6.

C'est pas grandiose, le génie humain ?

Ce que je ressens, en pénétrant dans ce lieu mystérieux, est proche d'une timidité mêlée de gêne. Le comprends-tu-t-il ? Un peu comme lorsque tu guignes ton épouse occupée à tailler une bouffarde à son masseur.

Chose curieuse, en délourdant, une lumière intense et froide pour salle d'opération s'est déclenchée, me révélant un local d'environ trente mètres carrés. En son centre un énorme caisson d'acier nanti de quatre cadrans sur un côté.

Pourquoi ce cube, seul dans un local creusé dans la masse du barrage, me cause-t-il un indicible sentiment de peur ?

Je looke mon cicérone.

Lui, la joue dans le genre passif, style : je ne pense pas, j'attends.

Craintif, j'approche du bloc qui me fait songer à la pierre noire de La Mecque, modèle réduit. Les cadrans sont disposés les uns au-dessus des autres. Quatre trous de serrure les flanquent. Sous chacun d'eux sont inscrits une lettre et un chiffre.

J'examine longuement ce bigntz.

Mon caberluche bat le beurre ! Des bribes de pensées s'agglutinent. Des images naissent. Des certitudes s'élaborent.

Je finis par ressortir mon légendaire calepin, sélectionne une page aussi vierge que la Cicciolina lors de son baptême, et note consciencieusement les lettres et les chiffres inscrits sur la carène.

Tu sais quoi, Eloi ?

Je songe aux quatre petites clés plates trouvées dans un talon de la mère Gudule. Par « acquisition de conscience », dirait le Gros, je relève l'empreinte des serrures sur un autre feuillet de mon carnet.

La trouillasse qui me nouait les tripes se dissipe. Un signe à Nez-de-dromadaire, mon guide, et nous partons rejoindre les autres.

A l'arrière de la Land-Rover, Marie-Marie et Antoinette se sont endormies, enlacées, sur la banquette.

Somptueux tableau qui me mettrait des larmes plein les yeux si j'avais le temps de les laisser sécher !

38

A l'instigation de l'impératrice, Poléon IV décida d'organiser la réception du sacreChez Finfin, dans le quartier de l'ancienne Halle aux vins. C'est dans cet établissement que Berthe avait rencontré son Empereur alors qu'elle y travaillait en qualité de maîtresse servante. Le taulier était mort d'une cirrhose entretenue avec amour. Depuis son décès, beaucoup de picrate avait coulé sous le pont.

L'établissement repris par un sien neveu, surnommé La Sardine, crevure huileuse faisant songer aux tuberculeux d'avant les sulfamides, aurait périclité, si le nouveau propriétaire n'avait eu pour épouse une solide luronne originaire d'Europe centrale, qui ne rechignait pas à relever ses harnais et à se faire tirer « toute debout » dans l'appentis de la cour pour peu qu'on le lui demandât poliment.

Cette pratique drainant une forte clientèle masculine, les affaires marchaient très convenablement.

La nostalgie du passé avait donc conduit le couple impérial à choisir ce lieu pour y consacrer sa prodigieuse élévation sociale. On avait tapissé les murs de drapeaux tricolores et d'un poster géant représentant le descendant de l'Empereur en petit caporal.

La société, peu nombreuse mais de qualité, réunissait quelques parents, les membres d'un club bouliste auquel avait jadis appartenu Alexandre-Benoît, et une escouade de blaireaux à trogne écarlate qui se blindaient la gueule avec lui les soirs où une soif incoercible l'emparait.

Le dernier des Ramolino avait troqué sa redingote vert olive contre une sorte de tunique rouge, taillée dans le velours d'un ancien rideau de scène ayant appartenu au Caméo Casino-Ciné d'une banlieue chiatoire. Sans doute était-il moins majestueux qu'il ne l'imaginait, mais il gagnait en pittoresque ce qu'il perdait en souveraineté. Un producteur de cinéma avisé n'aurait pas hésité à engager les bijoux de sa femme au mont-de-piété pour lui signer un contrat.

De ce côté, Berthe-Joséphine se la donnait impératrice à fond-la-caisse. Elle déployait un maintien hautain, accordait des sourires parcimonieux de constipé saluant des premières selles « conformes », distribuait des tapes mutines avec un éventail (emprunté aux campagnes espagnoles).

Le beaujolais nouveau coulait d'abondance, comme d'un chéneau le trop-plein d'un orage. Les convives déjà ivres entonnaient tour à tour La peau de couille et La petite Amélie. Il y eut bien un ténorino d'origine italienne pour se risquer dans le grand air de Manon, mais on le conspua et il s'en fut bouder derrière le portemanteau de l'entrée. Alfred, le coiffeur, amant en titre de la Bérurière, organisait « la claque » de cette réunion mondaine. Au moindre fléchissement du vacarme, il brandissait son verre en clamant :

— Pour l'Empereur et l'Impératrice, hip ! hip ! hip !..

— Hourra ! complétaient les homme liges.

Voyant que le nombre de soûlés s'accroissait vertigineusement, l'inconstante Joséphine souffla à l'oreille de son homme qu'il était temps de procéder à la cérémonie du sacre.

L'imminent Empereur qui commençait lui-même à patouiller de la menteuse en convint. Choquant à plusieurs reprises son verre vide contre une bouteille pleine, il requit le silence et l'obtint.

— Les mecs, annonça-t-il, c't'ici que les éteignoires s'éteignirent, l'moment d'me faire sacrer est v'nu. Si l'dévoué personnel voudrerait bien aménager l'autel, j'y saurais un plein pot d'gré.

Aussitôt on fit droit à son désir. Les loufiats et les tauliers groupèrent quatre tables pour former une estrade. On plaça deux fauteuils côte à côte sur ce praticable. Une chaise servit d'escalier.

Galamment aidée par son monarque, Berthe se jucha et il la suivit. Dès lors, les acclamations crépitèrent, que Napoléon jugula d'un geste romain.

S'adressant à Alfred, il demanda, soucieux :

— T'as la couronne ?

— Yes, Sandre ! répondit le grand chambellan.

Il s'en fut retirer de sous le comptoir, l'impérial couvre-chef. Celui-ci n'était pas en or, ni d'aucun métal, simplement en plastique authentique représentant des lauriers dorés. Il s'en saisit avec ferveur et revint au trône.

— Le pape ! Où qu'est l'pape ? hurla soudain l'Encouronnable.

Il y eut un moment de confusion, voire de panique : Pie VII avait disparu.

Ils le retrouvèrent aux cagoinces, en train de s'expliquer avec une vieille prostate inopérable.

On avait déniché, chez un vague costumier des Puces, une sorte de soutane blanche trop longue pour lui et dans laquelle il se prenait les pinceaux en marchant car il mesurait un mètre cinquante. Une calotte de rabbin, passée au blanc d'Espagne, complétait la tenue du saint homme.

Il possédait une barbe grise où s'étaient réfugiés les reliefs du repas (il lui était difficile de s'alimenter avec une mâchoire pourvue seulement de trois molaires obstinées).

— J't'avais dit d't'raser, Marcel ! bougonna l'Illustre.

Le vieux mec hocha la tête en manière d'excuse.

— Tu t'rappelles ton tesque, z'au moins ?

— Fais-toi pas d'souci.

— Alors, go !

Le merlan présenta la couronne au papounet qui s'en saisit malassurément.

Et déclama :

— Alexandre-Benoît, né Ramolino par la grâce de Dieu, en vertu des pouvoirs qui m'sont confédérés, en mon nom et au nom du président de la République, je te promouve empereur des Français à part entière pour toute la durée de ta vie et au-delà.

Il voulut coiffer l'auguste tête de l'impérial attribut ; las ! sa courte taille l'en empêcha et il le fit tomber.

L'Empereur le ramassa en fulminant :

— Quand on est bon à nibe, on est bon à nibe, bordel à cul !

Rejoignant involontairement la vérité historique, il ceignit lui-même son front.

La foule laissa éclater sa liesse. Chaviré par le boucan, Sa Sainteté Marcel chut de l'estrade improvisée, se fêlant trois côtes.

Très belle manifestation, vraiment. A coup sûr, elle resterait dans les mémoires.

Ce fut au moment où Sa Majesté Napoléon IV, cédant à une demande collective, se mettait à chanter « Introduis-moi ton pouce dans le train et qu'on en finisse », que l'événement se produisit.

La porte du bistrot s'ouvrit à demi, mais personne n'entra, sinon l'aigre bise qui se mit à siffler dans l'estanco comme un arbitre de foot auquel vingt-deux joueurs font un bras d'honneur en même temps.

Alexis, le serveur cacochyme, porta ses pieds plats jusqu'au seuil, regarda, vit et, se retournant, demanda à la ronde :

— Quelqu'un pourrait-il m'aider ?

Il y eut des volontaires.

Un groupe hydrique[43] se constitua ; des hommes se baissèrent pour arracher au trottoir un être ensanglanté qu'il coltina jusqu'à une table provisoirement inoccupée.

Joséphine aux beaux harnois lâcha un cri pathétique, puis, se tournant vers son époux, murmura :

— Viens voir, Ta Majesté : c'est Pinaud !

« Et c'était bien lui, en effet », aurait écrit Alexandre Dumas ou l'un de ses façonniers.

Lui, avec l'oreille gauche à demi sectionnée, ce qui suffisait à empourprer ses effets. Lui, avec le regard d'un être apercevant la Mort embusquée derrière sa concierge.

— Que vous est-il arrivé, cher César ? roucoula la colombe bérurière en se grattant la chatte à travers la moire de ses atours.

Le blessé pria qu'on le mît sur son séant.

Et l'on.

— Y t'est arrivevé quoi est-ce ? intervint l'Empereur. T' t'es foutu la gueule par terre ?

En manière de réponse, Chère Loque se prit à pleurer.

— Mais cause, au lieu d'chialer kif un vieux gruyère au soleil ! s'emporta le patineur de la Berezina !

Lors, rassemblant ses forces, la Vieillasse proféra ces sombres mots :

— Jérémie est mort !

La nouvelle tomba sur les Bérurier comme, par fort typhon, une cheminée d'usine.

Quatre porta la main à sa poitrine mais, à cause de sa toison pectorale, ne perçut point les battements du cœur.

— Mon Dieu, balbutia-t-il, ç'avait beau être un Nègre, une nouvelle pareille te cisaille le mental ! Et d' quoive t'est-ce il est canné ?

— Deux balles dans la poitrine ! La seconde m'a sectionné l'oreille.

— Mais quand, mais comment, mais z'où ? demanda le nouveau sacré.

— Il y a moins d'une demi-heure, révéla Pinuche. Chez Yvan Dressompert.

— Et qu'est-ce vous foutiez-t-il chez c'taré en fuyance ?

— Nous étions allés perquisitionner à son domicile hier, Blanc et moi, explique la Carcasserie, et n'avions rien découvert de particulier. Ce soir, comme nous venions à ta sauterie, nous sommes passés devant chez lui. C'est alors que nous vîmes de la lumière. Aussitôt, nous stoppâmes et nous précipitâmes à son appartement.

« La porte se trouvant incomplètement fermée, nous y entrâmes. Deux types étaient occupés à fouiller. « Police ! Les mains en l'air ! » intimâmes-nous. Les individus sursautèrent. L'un d'eux sortit un pistolet muni d'un silencieux et nous tira dessus. Puis ces malfaiteurs s'enfuirent. Sonné par la balle qui m'avait atteint au temporal, je n'eus pas la force de me jeter à leurs trousses. Ma vue se brouillait, je sombrai dans une demi-inconscience.

« Enfin j'ai pu récupérer quelque peu. Blanc gisait face contre terre, immobile. Je l'ai retourné : yeux clos, visage cireux. J'ai palpé son thorax : c'était compact et déjà froid. Que faire ? San-Antonio est en Asie Mineure ! Toi, à ta sauterie. »

— Mon sacre ! corrigea le Mastard.

— Soit : ton sacre, admit volontiers le Bêlant. J'ai décidé de venir chercher de l'aide auprès de toi, afin de ne pas mettre tout de suite les autorités au courant.

L'Obèse appréhenda la situation, puis s'ébroua. Il frappa la table du poing pour réclamer le silence.

L'ayant obtenu, il parla :

'coutez-moive, tout l'monde : l' d'voir m'appelle su' le champ d'bataille, j'suis obligé d'mett' les adjas. Durant et pendant mon absence, c'est l'impératrice qu'assurera la gérance. N'lu foutez pas trop la paluche au réchaud, biscotte j'veuille une cour corrèque. D'alieurs, m'sieur Alfred veillera au grain. Slave dit, vous pouvez écluser c'qu' v'voudrerez, c'est Ma Pomme qui douille !

— Vive l'Empereur ! hurla l'assemblée d'une voix.

Et elle entonna La Marseillaise.

39

— C'est éteint, nota Pinuche à sa descente de voiture ; quelqu'un est donc revenu après moi car je suis parti en laissant l'appartement éclairé.

Ils s'engagèrent dans l'immeuble où quelques téléviseurs lâchaient encore du lest. Ce soir-là on cérémonisait les « 7 d'Or ». Une bande d'enfoirés remettaient solennellement à d'autres enfoirés un trophée de conception martienne qui faisait chialer le récipiendaire. Car l'homme étant fondamentalement con, il suffit qu'on applaudisse ses illusoires mérites pour qu'il sente le droit divin.

Une petite glandeuse racontait sa prodigieuse odyssée : un jour son père avait rencontré sa mère. Conséquence ? Elle ! C'est pas époustouflant ? La maternelle puis le lycée. Bac mon cul ! Vocation profonde ! Et la voilà avec ce machin doré, tout en angles et aspérités, dans les bras !

Ejaculez, mortels, devant pareil prodige…

L'Empereur et son aide de camp parviennent devant la lourde du journaleux disparu. Fermée.

Ils sonnent : nobody !

— As-tu un passe ? chuchote César.

— Yes, mec, répond Napo.

Il prend deux mètres de recul et fait exploser la porte comme s'il s'agissait d'un fémur de nonagénaire. Qu'heureusement, pile au moment de l'impact, Laura Chattemouille est proclamée prix du troisième meilleur second rôle dans « Coït d'automne », ce qui déclenche un tonnerre d'applaudissements.

La Pine, habitué aux excès de son ami, pénètre dans l'apparte sans sourciller.

Lumière !

Bérurier exhale une mélopée culière si langoureuse qu'un gondolier la reprendrait au refrain.

— Le haricot de mouton, croit-il bon de sous-titrer.

Le Vioque visionne une tache de sang sur le tapis.

— On a emporté le corps de Jérémie, constate-t-il. Mais qui ? Il m'étonnerait que ses assassins soient revenus sur les lieux. D'autre part, si les voisins avaient donné l'alerte, nos Services seraient encore à pied d'œuvre.

L'Empereur hoche la hure et gratte son michier gros comme le dôme des Invalides. Il envisage un nouveau vent mais y renonce au dernier moment, craignant qu'il outrepasse les limites normales.

— Visib'ment, murmure-t-il après un regard circulaire, les flingueurs ont fouillé tout partout, mords-moi c'ch'nil !

— C'est évident, confirme le Frileux.

— Votre arrivevée les a déconnectés en plein turf et, après avoir défouraillé, y z'on calté, c'qu'était la prudence même.

— Tout à fait en harmonie avec ton raisonnement, Alexandre-Benoît.

— J'en conclus qu'ils ont pas eu l'temps d'trouver c'qu'y cherchaient.

— Probablement.

— De c'fait, l'bidule n'en question est resté où qu'il est !

— On peut l'admettre.

Une nouvelle fois, l'Auguste (de cirque) décrit un trois cent soixante degrés dans le studio.

Au vu des meubles évidés, des coussins éventrés, de la literie mise en pièces, il secoua négativement la tête.

— Faut qu'on va s'rend' à l'évidence, ma vieille Fripe : n'rest' plus qu' l'parquet.

— Qu'entends-tu par là ?

— Tes deux lascars ont esploré la pièce en fond d'comble, sauf l'sol. Ouv' grand tes cages à cire, Dabe. S'y z'avaient xaminé l'plancher, y l'eusse fallu qu'ils déplaçatent les meub' et y s's'raient pas donné la peine d'les remett' en position aftère, logique ?

— Il semblerait.

— Alors aide-moive à dégager la tab' et les chaises !

En moins de jouge, Béru et Pinuche firent place nette et roulèrent le tapis persan. Le plancher possédait cette teinte indéfinissable des vieilles perruques inchangées depuis des lustres. Sa rousseur comportait des traînées grisâtres et ses lattes se disjoignaient, créant, çà et là, des sortes de fissures sombres.

— Faut tout y r'garder d'près ! avertit le Lauré. Moive, j'pars d'l'entrée ; toive, de la ch'minée.

— Soit, accepta Pépère.

Ses os craquèrent lorsqu'il s'agenouilla.

Ils se mirent à caresser chacune des planches recouvrant le sol. Ce fut plus délicat qu'on ne l'imagine, car ils agissaient avec scrupulité, passant la lame d'un couteau entre celles du parquet.

Une ambiance singulière s'établissait. Dans le voisinage, on apprenait que Josuhé Bitauvant venait de se voir décerner le « Seven galvanisé » pour son dernier film : « Les poils sont sous les feuilles », déjà primé par le catalogue de La Redoute !

— Ah ! ah ! proféra laconiquement Alexandre-Benoît d'un ton qui aurait alarmé un Khmer rouge peint en bleu, à l'époque de mon petit Pol Pot, dont les espiègleries sont restées dans toutes les mémoires.

Quelque chose claqua comme un coup de feu, mais ce n'était qu'une vertèbre de Pinuche qui se redressait.

— M'faudrerait un truc pointu, fit Bérurier.

— Tu as du nouveau ?

— Ça s'pourrerait !

Ses gros ongles carrés s'acharnaient sur une latte, kif les serres d'un rapace sur les testicules du chameau mort de n'avoir pas fait le plein avant sa traversée du Sahara.

L'homme de Marrakech tendit son ya en renfort. Illico, Béru se remit à l'œuvre. Il geignait et loufait sous l'effort, grondait avec la rage engloutie d'un torrent souterrain.

— Tu n'veux pas v'nir, vacherie ! Ben, j'vais t'avoir quand même ! assurait-il à la chose qu'il devinait planquée dans le sol.

Il ajouta :

— C'est moi z'ou toi qui commande-t-il ?

C'était bel et bien lui.

Il le prouvit !

La planche cirée fut dégagée. Apparut alors la chape de ciment qu'elle recouvrait en partie. Une lanière fauve se coulait entre chape et parquet. L'Hénorme s'en saisit et hala (Allãh est grand). La courroie était celle d'une sabretache que le Porcin parvint à retirer de sa cache.

— Tu voyes qu' j'avais senti juste ! exulta-t-il en brandissant le réticule de cuir plâtreux.

La face rubescente de l'Empereur rayonnait comme un soleil couchant sur l'océan Indien.

— Tiens, fit-il magnanime, je veuille faire quéqu'chose pour toive : ouve !

Le Délabré prit la sacoche et, de ses doigts tremblants, en actionna le fermoir.

Il trouva un dossier proprement agencé dans un épais registre de plastique transparent. Le premier dessin représentait le fronton d'un barrage, les suivants, un boyau ménagé dans l'épaisseur de l'ouvrage, puis le schéma d'un appareil aux formes géométriques assorti de cadrans.

Les documents qui succédaient montraient un fleuve après le barrage. Ses méandres s'inscrivaient dans un sol meuble riche en implantations d'usines. Plus loin, des mines de klospotche, matériau indispensable à l'industrie des fusées Bougnasse, longeaient le cours d'eau ; lequel atteignait enfin Kalamarfarcî, la capitale de l'Arabie Orthodontique, la traversant en son milieu, comme la Seine traverse Paris.

— T'y entraves quéqu'chose ? questionna Sa Majesté.

Pinaud eut une moue de vieil anus ne s'exprimant plus que par monosyllabes.

— Pas encore, admit-il, mais San-Antonio s'est rendu de toute urgence à ce barrage ; je pense qu'il sera intéressé par notre trouvaille. A présent, si tu m'en crois, nous devons aller chez Jérémie annoncer avec ménagement la mort de notre brave ami à son épouse.

Alexandre-Benoît y consentit d'autant plus volontiers qu'il avait toujours été fasciné par le cul des veuves dont il aimait le mélancolique fumet.

* * *

L'immeuble des Blanc se situait dans le dix-huitième, de l'autre côté de la Butte. Modeste, mais d'assez bon ton, il abritait une population mêlée à laquelle la vie parisienne avait enseigné l'art de la cohabitation.

La TV continuait de sévir, mais c'en était terminé des trophées de noces et banquets. Primeurs et primés gobaient des huîtres ou des plats de nuit en commentant les heures vibrantes qu'ils venaient de vivre.

Une fois sur le palier, d'un accord commun, Pinaud et Bérurier éclatèrent en sanglots, tant la perspective de précipiter une famille unie dans le malheur meurtrissait leurs âmes nobles.

Après cet instant d'abandon, ils étanchèrent leurs larmes, la Vieillasse allant jusqu'à faire mouchoir commun avec son compagnon de chagrin.

Puis le Mastard appuya sur la sonnette.

Un temps vide s'écoula avant que l'huis ne s'ouvrît. Ramadé parut dans l'encadrement, superbe avec sa chemise de nuit à fleurettes. Sa peau sombre brillait à la lumière du vestibule.

L'inquiétude provoquée par cette visite tardive se dissipa à la vue des équipiers fameux de son époux.

— Oh ! bonsoir, gazouilla-t-elle avec son accent africain rappelant des graines secouées dans un tamis. Entrez !

Ils se regardèrent en hésitant avant d'enjamber le paillasson de raphia ramené de Dakar.

La jeune femme gagnait déjà la cuisine. L'un de ses chiares parut, en pyjama sur lequel se trouvait brodée une autruche peureuse, la tête enfouie dans le sable.

— Vous voulez boire quelque chose ? proposa aimablement « la veuve ».

Pinuchet s'apprêtait à refuser quand le Gros prit les devants :

— J'croive que, fectivement, un coup d'raide nous fererait du bien, à la condition qu'vous mettassiez vot' glass, ma p'tite Ramadé ; dans les cas graves on n'a rien trouvé d'mieux. V'savez quoi t'est-ce à nous offrir ?

— De l'alcool de figue ?

Sa Majesté plaisanta :

— Si s'agirerait d'figue, j'aimerais mieux déguster la vôt'.

— Sandre ! intervint la Pine, outré.

— J'disais pour causer, rengracia l'homme du monde. Rien n'presse !

La jeune Sénégalaise sortit un flacon et des verres de son buffet de cuisine. L'Odieux fit la moue en constatant que ces derniers étaient minuscules.

— J'ai peur d'avaler mon godet n'avec c'qu'y contient, avertit cet ogre mal famé.

Elle crut à une boutade, rit.

Cette gaieté meurtrit le cœur généreux de César.

— Douce Ramadé, soupira-t-il, nous sommes porteurs d'une affreuse nouvelle.

Son hôtesse devint grave et se figea, la fiole à la main. Le négrillon insomniaque en profita pour siffler cul sec le verre d'Alexandre-Benoît.

Pinuche respira un peu d'oxygène de premier secours et reprit :

— Il s'agit de notre cher Jérémie.

— Il me trompe ? hypothésa l'aimante alarmée.

— Si c'tait qu'ça, y aurait pas d'quoi s'poignarder l'joufflu av'c un cerv'las, soupira l'Empereur, y a estrêm'ment pire !

Il se tut soudain, la trappe à ragoût béante, les yeux gros comme des ballons de basket. Sa trogne déviolit, une puissante stalactite de salive coula de son mufle jusqu'au sol.

César, plein d'une compassion torride, ne s'apercevait pas du changement et poursuivait sur sa lancée, avec la voix feutrée d'un confesseur accompagnant quelque marquise de 93 au pied de l'échafaud.

Le Dodu récupéra suffisamment pour lui lancer, non sans rudesse :

— Arrête ton laïus, Vieux Nœud, mate un peu derrière toi !

Pinaud obéit et, à son tour, respecta les lois de l'abasourdissance !

Jérémie se tenait dans l'encadrement de la porte, nu ou presque, son long membre africain dépassant de sa culotte de nuit.

40

De nos jours, quand tu voyages en avion, si tu ne veux pas arriver en retard, prends celui de la veille !

En quittant l'aéroport de Kalamarfarcî, je m'attendais à tout, voire au pire mais, à ma vaste surprise, le zinc se posa à l'aéroport Charles-André-Joseph-Marie-de-Gaulle huit minutes avant l'heure prévue.

Je conduisis mes deux chéries à l'enregistrement pour Stockholm, les effusionnai à les dispenser de faire leur toilette pendant deux jours, et priai un conducteur de taxi, fraîchement débarqué de la Mongolie Extérieure, de me piloter jusqu'au Quai des Orfèvres, ce dont il se chargea au mieux de nos intérêts communs.

Trois jours d'absence, c'est peu, et pourtant certaines fois cela vous donne une impression d'exil prolongé. Négligeant l'ascenseur poussif, je gravis cinq à cinq l'escalier et fonçai à mon bureau.

Heureuse surprise : j'y découvris Jérémie, assis en face de mon fauteuil pivotant que l'absence de mon cul avait rendu inerte. Un élan fraternel nous incitant à l'étreinte, je pris le négro contre moi et le serris de toute mon amitié.

A l'instant où nous nous désunîmes, j'aperçus, étalés devant lui, des documents représentant le barrage que j'avais quitté la veille. N'en crus pas mes châsses.

— Où as-tu trouvé ça ? m'enquis-je avec âpreté.

— Assieds-toi, Antoine, je vais te narrer la chose par le menu.

Le siège se remit à couiner faiblement, selon les impatienteries de mon corps.

Son récit succinct se développait clairement, sans redites ni points suspensifs.

Lorsqu'il eut terminé, avant que de passer à « l'AFFAIRE » elle-même, je lui demandai comment il avait pu essuyer deux coups de feu à bout portant, passer pour mort auprès d'un vieux routier tel que Pinauccio et rentrer chez lui comme si de rien n'était.

— Je suis magique ! répondit-il en riant large.

Et d'expliquer :

— Hier, dans mon village, c'était la fête de la Tortue Pouffiarde, un animal mythique qui passe pour avoir sauvé notre contrée d'une terrible crue du fleuve Sénégal. Le rituel veut qu'à cette occasion chaque homme de chez nous porte, sur sa poitrine, un petit bouclier de silex. Tu te doutes bien que je négligerais volontiers une telle corvée, mais Ramadé est intransigeante sur le respect de nos coutumes.

— Vous allez de fête en fête chez les Noirpiots ! remarqué-je, amusé. Note qu'elles ont du bon.

The very Black reprend :

— Les balles de mon agresseur ont ricoché sur la pierre, seulement l'impact a été extrêmement violent. J'ai perdu connaissance, ce qui a induit César à m'estimer mort, d'autant que, voulant contrôler les battements de mon cœur, il a posé la main sur une surface minérale !

« Je retrouvais tout juste mes esprits au moment où il est parti. J'étais encore trop sonné pour pouvoir l'appeler. »

— Que cela te serve de leçon, conclus-je : ne sors plus jamais de chez toi sans ton bouclier de silex !

Et nous retournâmes à notre mouton à cinq pattes, j'entends, par là, au barrage d'Escouffian.

— Ta trouvaille, dis-je, confirme les conclusions que j'avais pratiquement tirées de mon voyage au Moyen-Orient : parallèlement à sa construction, le formidable ouvrage d'art a été équipé d'une force destructrice capable de l'anéantir. Si un tel patacaisse se produisait, tu vois d'ici le grabuge ? La déferlance des eaux balayant tout sur leur passage : les usines détruites, les mines inondées, la capitale dévastée par un séisme ! Ce serait la ruine de l'Arabie Orthodontique. Cet émirat considéré comme l'un des pays les plus riches du monde, grâce à ses gisements, plongerait brutalement dans le chaos et, malgré ses placements à l'étranger, devrait attendre bien des années avant de surmonter une pareille épreuve.

— A qui cela profiterait-il ? demande fort justement Jéjé.

— La catastrophe, à personne apparemment ; mais la terrible menace qu'elle constitue est monnayable dans des proportions gigantesques.

Le Noirpiot hoche pensivement la tête.

— Ce piège a dû coûter des sommes folles ?

— Sans doute, mais rien à voir avec ce qu'il peut rapporter.

Je me tais pour asticoter le bigophone du Rouillé. La secrétaire-essoreuse-de-couilles-de-notre-pote répond.

— Passez-moi Mathias ! lui dis-je rudement.

— Il est parti vous rejoindre, m'assure-t-elle.

— Me rejoindre où ? ahurissé-je.

— En Arabie Orthodontique.

J'en reste soufflé comme une sœur de Charité entrée par erreur dans un cinochehardu moment où un surbraqué interprète une version non expurgée des Malheurs de Sophie.

— Je crains de ne pas comprendre, avoué-je. Qui lui a demandé de partir ?

— Mais enfin vous ! s'emporte la rinceuse d'éprouvettes. Vous l'avez appelé hier après-midi ; je lui ai passé moi-même la communication !

— Moi ! clamé-je dans un hurlement de contribuable décachetant sa feuille d'impôts.

— Oui, monsieur le directeur, vous ! Et je connais votre voix !

Pisse-vinaigre avec ça, la crevure ! Moche comme un mulot cherchant à se déguiser en blennorrhée, elle grimpe au suif sitôt qu'on n'abonde plus dans son sens. Mais comment fait-il, le Rouque, pour lui carrer sa membrane fouineuse dans la musette ? Il se raconte La Belle au Bois dormant ou pense à la photo de Mme Khrouchtchev ?

— Et qu'ai-je dit à notre cher blondinet, mon cœur ?

— De vous rejoindre d'extrême urgence au barrage d'Escouffian.

— C'est tout ?

— Non. Vous avez exigé qu'il se munisse des quatre clés que vous lui aviez donné à examiner.

A ces mots fataux, je sens que mon scrotum devient poreux.

— Et… il l'a fait ?

— N'a-t-il pas toujours obéi à vos ordres !

— Quand est-il parti ?

— Il a pris l'avion de dix heures trente, ce matin.

Je renouche ma toquante. Ce con de Rouquemoute se trouve dans le zinc qui m'a amené et qui retourne coucouche panier. Je dois coûte que coûte intervenir, le contacter à bord… Seulement tu permets ? Il ne s'agit pas d'Air France, mais d'un Arabian-Ortho Fly. Si je parvenais à lui transmettre le moindre message, ça risquerait de caguer pour lui. M. Toc-Toc-le-Lapin (allusion à sa débordante famille) doit être surveillé pendant tout son voyage comme un pucelage de musulwoman !

Je coupe la sérénade du tranchant de la main. Enjoins à la standardiste de me passer le Big Boss de Villacoublay, l'aérodrome militaire, en priorité absolue force rouge. Que dis-je : aubergine !

L'ai.

Son hobby, cézigue, c'est la spéléologie. Elle le change de tous ces vols à gérer. Lampe frontale de gynéco ; d'ailleurs, que tu explores une grotte ou une chatte, t'es pareillement aux prises avec un gouffre.

Lui explique mon désir : disposer d'un zinc supersonique pour déposer en Arabie Orthodontique un passager, avant l'arrivée du vol régulier, parti depuis deux plombes.

Il soupire :

— Vous êtes gonflé !

— A bloc ! Mais dites-vous que des milliers de vies dépendent de votre célérité.

Il est des arguments auxquels on résiste mal. Marché conclu.

Je fredonne précisément Sur un marché persan !

— Ainsi tu repars ? déplore le Mâchuré.

— Pas moi, toi ! Je t'emmène à l'aérodrome ; chemin faisant, nous dresserons un plan d'action.

Il me savait déterminé, mais pas à ce point-là.

41

C'est devenu un point brillant dans le ciel. Et ensuite, zob ! Plus que les nuages balourds, chargés de pluie.

Me suis senti soudain en désespérance. Toujours cette vérole d'existence si formidable dans les romans d'action, mais qui finit par te faire affluer les roustons dans la gorge, en guise d'amygdales !

Suis demeuré longtemps au volant de ma tire avant de décarrer. Les instants de réflexion intense, tu ne les choisis pas : ils s'imposent quand ça leur chante.

Je procédais à un survol de toute cette histoire et j'en restais médusé. Tu y trouvais de tout : des meurtres en pagaille, du sadisme, de la drogue en veux-tu-en-voilà, des préparatifs de cataclysme quasi planétaire, le monstre badaboum ! N'en jetez plus, ma culotte est pleine !

J'aurais dû remuer ciel et éther ! Alerter les Services secrets de ce qui se manigançait au Moyen-Orient ! Au lieu de cela, je me sentais flou comme un torche-cul oblitéré, chahuté par le vent. J'avais le dynamisme d'un commissaire de police du Cantal à la veille de sa retraite. Pour m'ébrouer un brin les méninges, fallait que je tire une pécore. Tout passe par la baratte à blancs d'œufs, chez nous autres julots ! Mon choix s'est immédiatement porté sur la fille du jardinier. Elle me bottait drôlement les glandes, cette brunette décolorée. En route.

Ma radio collectionnait des catastrophes : avion qui choit, train enjambant le remblai, révoltes aux Philippines, sectes en folie, enfants violés. Toute la sombre routine ; sans parler des déclarations cinglantes du président Dunœud.

Reusement, un mec a fait quelque chose pour moi. Pile à un feu rouge. M'agonit pour queue-de-poisson intempestive, en me traitant « d'enculé-de-ta-mère ».

Or, tu sais mon attachement à Félicie ?

Je suis descendu de ma guinde, l'ai arraché à la sienne pour lui placer un coup de boule qui a concerné simultanément son nez, sa bouche et son plastron de chemise.

Il a illico pavoisé aux couleurs de l'ancien drapeau soviétoche. Ça l'a rendu tout frileux. Pour lui terminer le moral, je lui ai montré ma carte. Le tout sans un mot. Puis l'ai abandonné contre sa caisse.

Il bloquait la circulation. Le feu est repassé au vert, des gens l'ont traité d'enculé.

* * *

Lorsque j'y suis parvenu, le gourbi du vieux Moktar baignait dans un silence morose de cathédrale en grève. Le père El Djam dormait, assis dans un fauteuil bancroche. Les dernières mouches de l'année déféquaient en braille à la une de l'Algérois libéré. Je m'assis, silencieusement, face à lui, pour le regarder roupiller. L'inconscience du sommeil n'altérait pas son expression quiète.

Un temps relativement long s'écoula avant qu'il n'ouvrît les yeux. Il démêla songe et réalité, puis se leva.

— Pardon, fit-il, je ne vous avais pas entendu entrer ; cela vient des remèdes « qu'ils » m'ont donnés, je ne fais que dormir…

— Je vois que vous êtes seul ?

— Ma femme fait des ménages et ma fille est allée chercher le petit à l'école.

— Pas de nouvelles de votre agresseur ?

— Aucune.

— Vous n'avez pas peur ?

Il eut un sourire d'automate détraqué.

— Ce qui doit arriver arrive.

— Fatalisme arabe ?

— Sans doute. Et vous, votre enquête ?

— Elle trottine. C'est une très grosse affaire, sans doute l'aurez-vous compris ?

— J'en ai l'impression, en effet.

Après cet échange, nous demeurâmes un moment sans parler, ni même nous regarder. Une gêne s'appesantissait dans la pièce.

Je finis par proférer :

— Ce qui gâche tout, cher El Djam, c'est que vous êtes très sympa, trop spontanément attachant…

Ses sourcils en fascines de champ de courses se soulevèrent un brin.

— Je ne comprends pas.

— Je vous explique. Si vous étiez moins sympathique, je nourrirais probablement des soupçons à votre encontre, mais cette immense gentillesse qui se lit sur votre visage me détourne de la tentation. Etrange, n'est-ce pas ?

Il ne réalisait pas encore très bien mais mon discours le troublait. Il restait là, indécis, à me sonder, ne tirant de son examen qu'une sourde inquiétude.

— Vous pensez que j'ai fait quelque chose de mal ? demanda-t-il.

— De mal, je n'en sais rien, mais quelque chose, oui. Peut-être sans vous en rendre compte. Voyez-vous, Moktar, un type a pris la décision de venir dans cette propriété pour vous assassiner. C'est un geste important. Qui engage un individu, fût-il une canaille. Si votre agresseur a pris un tel risque, c'est que le jeu en valait la chandelle. Je me demande pourquoi et surtout pour qui le paisible Moktar que vous êtes représente un danger ? Vous me suivez ?

Il hocha la tête en manière d'acquiescement.

— Vous voyez, ami : « là est la question, la grande question » !

Dans le parc environnant se firent entendre de curieux cris dont je ne parvins pas à déterminer si c'étaient ceux d'un mammifère ou d'un oiseau. Dès que tu sors un peu des villes, la nature se met à parler son langage. Et il est tellement plus éloquent que celui des hommes.

Profitant de cet instant de paix profonde, je lâchai tout à trac :

— Cher Moktar, parlez-moi de Jérôme Bauhame.

Il ne sursailla pas ni ne tressautit. Son regard toujours penché sur le sol s'emplissit d'interloquence.

— Qui est-ce ? demanda-t-il.

Là, il commençait à me gonfler le testicule gauche (celui qui me paraît le moins volumineux).

Je lui désignis l'endroit où il serrait ses papiers d'identité.

— Mon métier consiste à interroger les gens et les choses, repris-je sans emphase superflue. En examinant votre tiroir à malice, j'ai déniché l'adresse de ce pékin.

Joignant le zeste à la parabole, j'allai quérir sa pochette en plastique et y pris le bout de faf mentionnant les coordonnées du garaco-trafiquant. Le lui présentai.

Il considéra le papelard, inventoriant sa mémoire pour y pêcher une réponse.

— Je me souviens, dit-il enfin.

— Je m'en réjouis.

— Ce nom m'a été remis par Monsieur, voici plusieurs mois.

— Par Titan Ma Gloire ?

— Naturellement. Il partait brusquement en cure à Vichy pour sa pétainisation chronique. Il attendait un paquet qu'on allait lui apporter d'urgence de la part de ce Jérôme Bauhame. Comme il ne parvenait pas à le joindre, il me demandait instamment d'en prendre livraison chez moi.

— Ensuite ?

— Le colis a été apporté par une femme à moto.

— A quoi ressemblait-elle ?

— Avec une combinaison de cuir et un casque, vous savez… Elle faisait dessin de science-fiction.

— Et puis ?

— J'ai apporté le carton à la maison. C'était un paquet comme on en vend dans les bureaux de poste, de taille moyenne.

— Quelqu'un est venu le récupérer ?

— Non. Je l'ai remis à Monsieur quand il est rentré, une quinzaine de jours plus tard.

Un nouveau silence. Je me dis que l'écrivain de la troisième main était bien léger de confier à son jardinier les coordonnées du type qui l'approvisionnait en came. Un authentique romancier, j'entends par là un qui rédige lui-même ses bouquins, se serait montré plus prudent.

— Depuis cette affaire, vous n'avez jamais été confronté à d'autres histoires de paquets ?

— Au grand jamais !

Je batifole un brin de la pensarde.

— Cela n'explique toujours pas pourquoi l'on a tenté de vous assassiner.

El Djam est tout contrit par ma remarque. Il aimerait tellement me proposer une version rationnelle.

— La raison de cet attentat existe, reprends-je ; il faut absolument que nous la découvrions. Vous savez quelque chose, Moktar ; vous savez quelque chose ! Votre vie sera menacée jusqu'à ce que nous ayons la clé de l'énigme !

Sur ces fortes paroles, la merveilleuse Schéhérazade apparut, flanquée du chiare que lui avait fait son Europecentralien. En la voyant, j'eus spontanément un tricotin à enfiler un berger allemand femelle, pour peu qu'il soit muselé !

Je prétextis avoir besoin de lui faire signer des fafs à la Grande Chaumière, concernant son époux, et l'emmenas directo en l'hôtel Bonifacio où mon pénis et sa luette eurent un entretien d'un intérêt brûlant.

42

N'ayant pas de bagage, il sortit le premier de l'aéroport. Un soleil, violent comme un coup de massue, l'agressa.

Un Noir, coiffé d'un large chapeau de paille l'aborda, tenant dans sa sinistre un éventail de cartes postales compostées de chiures de mouches.

Le Rouquemoute refusa d'un geste.

— Fais pas l'andouille, lui souffla le marchand à la sauvette, achète-moi la première du lot.

C'est ainsi que, sous les larges bords de la coiffure, l'homme de science découvrit Jérémie.

Il réussit à refréner sa stupeur, saisit la carte présentée, la paya d'une pièce française et gagna les toilettes du hall dont la détresse fit peur à l'usager. Là il retourna la vue générale de Kalamarfarcî et lut : Tu es piégé. Va mettre les petites clés de Sana dans l'annuaire de la cabine téléphonique n° 2 et prends un taxi pour l'ambassade de France. Elle est prévenue.

Mathias sentit s'accélérer les battements de son cœur. Il chiqua l'indifférence, sortit son répertoire téléphonique de sa poche et fit mine d'y chercher un numéro.

Après quoi, il gagna la guérite indiquée. Dieu merci, celle-ci n'avait que sa porte de vitrée, contrairement aux guitounes de chez nous qui ressemblent à des châsses. Il composa un numéro imaginaire puis, à petits gestes prudes, retira les clés de sa fouille pour les glisser entre les feuillets du gros volume.

Un instant après, il s'évacuait en taxoche.

Le « marchand de post cards » demeura un bon moment à distance avant de se risquer à son tour dans la cabine. Son atavisme de chasseur en brousse, accru par sa carrière limière, le dotait d'une sorte de sixième sens l'avertissant des dangers les moins discernables. Il commença par fourrer quelques dragées de chewing-gum mentholé dans sa bouche et se mit à mastiquer avec cette application imbécile des amateurs de cette sotte denrée. Pour ma part, quand je visionne un match de foot à la télé, je ne peux supporter ces glandus de banc de touche qui se surmènent les maxillaires en vociférant des ordres. Mais tant et tant de choses m'agacent chez mes cons si temporains !

Jérémie se décida enfin à composer un numéro qu'il aperçut, gravé au couteau dans la cabine.

Une voix perturbée par l'asthme, se mit à baragouiner en arabe.

— Je t'encule, enfoiré ! répondit le Noirpiot.

Il y eut un silence, la voix au goût de miel reprit :

— Qui demandez-vous ?

Il répondit : « Le pape » et raccrocha.

Le flot des passagers s'écoulait lentement. Tous montraient cet air indécis des gens débarquant d'un long voyage.

Pour la vraisemblance de son personnage, Blanc continua de proposer ses cartes postales à des individus ayant bien d'autres préoccupations en tête. Les plus polis lui adressaient un signe négatif, les autres l'écartaient d'un coup de valoche dans les cannes.

Pour un temps, le hall de l'aéroport devint à peu près désert.

Jérémie s'assit sur une banquette après avoir rangé le paquet de cartolinas dans sa poche. Il semblait rêvasser, mais en réalité son vibromasseur à perruque fonctionnait à deux cents tours minute.

Autour de lui, tout avait l'innocence de l'indifférence.

Au bout de dix minutes, devant cette léthargie paraissant l'exclure, il faillit retourner à la cabine ; mais un signal d'alerte, émis au plus profond de son être, lui parvint une fois encore ; il décida de lui obéir.

Quelques taxis peints en jaune et blanc s'alignaient en une file maigrichonne sur l'esplanade. Il s'avança pour fréter la voiture de tête. Au moment où il l'atteignait, une Range-Rover portant le mot « Police » sur ses portes, fonça jusqu'à sa hauteur. Deux hommes en uniforme jaillirent du véhicule et se jetèrent sur lui. Ils lui mirent les menottes (elles ne ressemblaient pas aux cadennes françaises).

On le poussa dans la voiture. Laquelle s'éloigna aussitôt dans un vacarme de sirènes hystériques.

43

La ravissante Marie Bizarre jouit trois fois consécutives car Monosperme, le dangereux cousin de Jérémie Blanc, était une authentique « bête d'amour » dotée de surcroît d'un membre particulièrement long, à tête de bolet comestible. L'objet pénétrait sans problème, mais par contre mettait beaucoup de réticences à se retirer. Pareille anomalie, loin d'éprouver l'ardente policière, ajoutait à son plaisir. Elle dut faire appel à sa conscience professionnelle pour ne pas devenir l'esclave fanatisée du gredin.

Lorsqu'elle eut accueilli le sombre voyou par tous ses orifices de nature, elle pensa qu'il était temps de rejoindre sa base.

Manifesta simplement son intention, ce qui sembla amuser le Noir.

— T'as vu ça où, pétasse ? lui demanda galamment le don Juan d'hôtels de passe. J'ai encore une bonne centaine de coups à tirer avec toi, et quand tu ne me feras plus envie, je te repasserai à un pote à moi, marchand de viande blanche dans différents coins de la planète. Un con comme le tien s'exporte facilement, et ta technique affûtée te vaudra un traitement spécial, espère !

L'exquise Marie, au courage (et à la culotte) bien trempé(es) ne parut pas aussi alarmée qu'on pouvait le supposer.

Elle hocha la tête et répondit :

— Tu sais, négro, on a encore du bon temps à prendre ensemble et rien ne dit que tu te lasseras de moi !

Il lui sourit, conscient de ce qu'elle avait peut-être raison ; il tenait avec elle une baiseuse d'exception.

* * *

Pendant leurs ébats tempétueux, on commençait à s'énerver à la Maison Pébroque. La môme Marie, qui demeurait toujours en contact étroit avec ses collègues, avait annoncé que le « client » s'approchait de sa voiture ; depuis lors : nothing. Fort heureusement, restait cet incontournable « bip » logé dans une grolle de Monosperme. De plus en plus, la Rousse « régénérée » use des gadgets. Les romans policiers apportant en fin de compte, leurs techniques nouvelles à cette institution vieillissante.

Un dénommé Capuche reçut pour mission de retrouver le cousin de Blanc. Il portait un récepteur en bandoulière et sa portugaise droite s'ornait d'un appareil acoustique comme en sont équipés les sourds[44].

Après pas mal d'errance, le brave flic atteignit l'hôtel louche où le Noir abritait ses débordements. Malgré les interférences consécutives à son harnachement, il usa de son portable afin de demander l'avis de ses supérieurs.

Ceux-ci lui promirent un prompt renfort. François Capuche était jeune, donc zélé. Assuré de l'imminente rescousse, il décida de se payer une action d'éclat pour son anniversaire tombant le lendemain et pénétra dans l'hôtel davantage borgne que le bon Le Pen.

Dans la plupart des grandes villes, et à Pantruche particulièrement, il existe des marchands de « nuits » toujours accueillants pour la pègre. Généralement, ce sont d'anciens marlous plus ou moins rangés ou des maquerelles dégoûtées du pain de fesses.

L'officier de police Capuche se trouva face à un sujet au sexe évasif, qu'on aurait cru conservé dans du formol. Cet être avait la figure plus ridée que son réticule à couilles (s'il était masculin) ou que sa chaglatte (s'il était féminin).

— La chambre de Monosperme Blanc ? demanda-t-il à la créature incertaine.

Comme l'androgyne réservait sa réponse, il insista :

— C'est un magnifique homme de couleur accompagné d'une femme blanche bien tournée.

Son (ou sa) vis-à-vis décrocha un appareil téléphonique déjà en place au temps des crinolines et actionna une manivelle.

— Part d'qui ? articula l'individu.

Capuche arracha la relique aux mains griffues et gronda :

— Police ! Numéro de la chambre avant que je fasse fermer votre élevage à morpions ?

— Seize !

— Montez avec moi !

L'être inclassable hésita, puis sortit de derrière sa banque. En définitive, il devait s'agir d'un mec car son pantalon, amidonné par la crasse, comportait une braguette. Une vie pas fatalement aisée lui avait enseigné l'art subtil de fermer sa gueule dans les moments où les paroles sont superflues.

Ils parvinrent devant le 16. Le bourdille toqua.

— Qu'est-ce que c'est ? fit une voix dont on devinait qu'elle roulait les « r », bien que la question n'en comportât pas.

— Répondez ! chuchota le flic à l'oreille mielleuse du taulier.

L'autre grommela :

— La réception.

Le policier sortit son arme de service pour parer à une mauvaise surprise et attendit. Une confortable jubilation l'habitait.

Le verrou fut actionné, la porte s'écarta. Il aperçut sa collègue dans l'encadrement.

— A quoi joues-tu ? demanda le jeune O.P., acerbe.

En manière de réponse, un pistolet tenu par une main noire jaillit de sous l'aisselle nue de Marie.

Deux coups de feu claquèrent.

François Capuche ne fêta pas son anniversaire le lendemain.

44

Ce fut Béru qui, le premier, retrouva sa trace.

Kléber Dintzer avait disparu peu après la visite de Pinaud. Lorsque j'allai dans ses bureaux, la secrétaire m'expliqua que le gérant de fortunes avait pris quelques jours sabbatiques. Cela lui arrivait plusieurs fois l'an pour lui permettre de « recharger les accus ». Dans ces cas-là, il se munissait de la valise de voyage, toujours prête, dans un placard du vestiaire, et s'esbignait sans informer quiconque de sa destination.

Je demandai alors à mes valeureux Béru et Pinuche de retrouver coûte que coûte la piste du bellâtre aux cheveux argentés. Au cours de cette enquête foisonnante en péripéties, accaparé par mille tâches, je n'avais pas eu le temps de m'occuper de l'étrange personnage, aussi étais-je fermement décidé à mettre les bouchées doubles. Donc le Gros, servi par la chance, « gagna le canard », comme disait volontiers mon papa. Ce fut d'une telle simplicité que les plus mauvais écrivassiers du genre (j'en ai dénombré vingt-huit mille quatre cent trente-deux à ce jour, sur le seul territoire français) n'oseraient utiliser un hasard aussi chichois. En quittant les bureaux de Dintzer, il refusa de repartir dans ma voiture, car il devait se rendre d'urgence porte de Bagnolet pour tirer l'épouse de l'un de ses maréchaux, une certaine Marie-Louise Pranduque, à qui il avait fait tâter ses couilles dans les lavabos de Chez Finfin, le jour de son sacre.

Il fréta un G7. A peine fut-il assis que le conducteur, un Albigeois disert, s'exclama :

— Décidément, j'suis abonné à cette maison : hier, à la même heure, j'y ai chargé un client.

On est poulardin ou on ne l'est pas. Sa Majesté Quatre interrogea prompto :

— C' n'serait-il pas été un beau mec aux ch'veux blancs ?

— Exact. Vous l'connaissez ?

— J'commence, jubila Gradube. Et où vous m'avez conduit ce gentelman ?

— Il vous intéresse ?

— Pas sans raison, assura le Mahousse en déballant sa brèmouze de la Poule, tachée de gras et de vin.

Le taximan murmura :

— Je vous situais plutôt dans la charcuterie de gros.

— Biscotte mon côté intello vous aurera échappé, l'ami. Répondez voir à ma question : où qu'vous l'avez drivé, c'gandin ?

— Aéroport d'Orly.

— Soyez plus précis si vous pourriez et je vous ferai sauter vos contrebûches jusqu'à la quille.

L'Albigeois en mouilla son caleçon à longues manches.

— Comme il venait de lâcher un pourliche convenable, j'ai coltiné sa Samsonite au guichet d'Air Portugal.

Son Enflure Impériale en loufa d'aise.

— Bravo, mec, n'heureus'ment que j'ai pas tombé sur un taxoche bougne ou chinago ! C't'un bonheur d'causer av'c toive !

— Je peux même vous fournir une autre précision : le vol de votre type allait à Madère !

* * *

Quelques heures plus tard, nous nous envolons pour Madère, lui et moi. La Pine fait la gueule, mais étant connu du « client », il risquerait de nous « brûler ».

Au moment où la nature européenne désarme, c'est grisant de retrouver l'été. Il règne à Funchal une douceur suave. Des senteurs de fleurs sauvages et de fruits créent une ivresse légère chez les voyageurs chargés des miasmes propres (si je puis dire) aux grandes capitales emmazoutées.

En débarquant, nous avons pris le minibus du Metropole Palace, au petit bonheur la chambre, nous disant qu'en cette saison de moyenne fréquentation, notre logeance ne poserait aucun problème.

Fectivement, l'on nous propose une suite (au prochain numéro) dont les fenêtres donnent sur la mer.

Nos valdingues à peine posées sur la claie à bagages, je fonce au turbin.

— Et moive ? s'inquiète celui qui sème les vents sans jamais récolter la tempête, sinon dans son calbute.

— Prends un bain en m'attendant, ça te reposera.

Il maugrée.

— Si tu croives qu' j'ai venu laguche pour faire pâtiss'rie, tu t'goures.

J'endigue sa rancœur en lui montrant le minibar.

— Tu trouveras là-dedans de quoi patienter.

C'est un Bébé rose calmé par la vue de son biberon que j'abandonne momentanément.

Retour à la réception.

Je demande si par hasard mon ami Dintzer ne serait pas descendu dans l'établissement.

Rapide survol du registre. Réponse : nenni.

Contre des escudos qui ne sonnent ni ne trébuchent car ils sont en papier, j'obtiens la liste complète des hôtels de l'île.

Location d'une tire de marque allemande, puis tournée des établissements hôteliers.

« Le soleil de la chance se remet à briller », disait la divine Mme Soleil (précisément) à sa clientèle fervente. Comme je pose ma question aux préposés du Madère et Grand Hôtel, un mec rondouillard, à tronche de cocu jovial, me dit qu'effectivement, Kléber Dintzer fut leur client jusqu'au jour où il acquit une propriété dans l'île.

— Où ce que ? Où ce que ? demandé-je avec l'avidité d'un clodo regardant un camion blindé en train d'emporter les fonds d'une banque.

Flairant la good affure, le mec mate sa toquante, me dit qu'il se fera un bonheur de m'y conduire, la villaSanta Lucia étant à cinq minutes de là.

Cette demeure blanche, aux ouvertures cernées de briques vernissées, au toit de tuiles vertes, au jardin foisonnant d'essences tropicales, concrétiserait le rêve de trois milliards d'individus sur notre planète. On la devine fraîche du dedans et odorante du dehors. Doit y avoir une piscaille à l'arrière, entourée de fauteuils moelleux et, probablement, une ou deux ravissantes minettes aux touffes pubiennes aussi exubérantes que le parc. Une Ferrari jaune, décapsulable, met une apothéose sur un parking ombragé d'ifs.

Je repère le coinceteau, puis remporte le cornard supposé sur ses terres.

Now, de quelle manière attraper tout ça ?

Je vais m'entretenir avec mon dauphin qui ressemble plutôt à une baleine.

La suite semble vide ; pourtant, des geignements d'effort en provenance du balcon guident mes pas.

M'y rends.

Avise l'Obèse tout nu, occupé à faire ses abdominaux sous les yeux fascinés d'une dame trop tarte pour ne pas être britannique, laquelle occupe l'appartement contigu au nôtre.

Le Mastard se sachant observé, chique les montreurs de marionnettes avec son battant de cloche. La « mistress » côtoie la crise d'épilepsie. Congestionnée comme une entrecôte de bœuf ! C'est sa première rencontre avec un écarte-moniche pareillement phénoménal.

— Ahô my God, my God ! elle exprime avec des accents marquant la détresse d'une femme qui ne pourra jamais s'engoncer un tel module dans le moule à gaufrettes.

Cynique, le Dodu se met à flatter la bête pour lui faire acquérir sa plénitude.

Puis s'adressant à la convoitante :

— Prochez-vous d'la grille, mémère Milady, j'croive qu'elle a les barreaux suffis'ment écartelés pour qu' j'vous la confiasse en vue d'un turlute mitoyen. Mais surtout gaffez-vous d'vos ratiches britiches, si y a un point où j'déteste les escorchures, c'est bien sur le bec verseur !

45

Villa Santa Lucia, à nouveau.

Derrière les ifs, la Ferrari jaune est toujours tapie dans l'ombre.

— Dis-moive, y s'met bien, l'gérant d'fortunes, apprécie Alexandre-B. Dedieu ! T'as looké c'te chignole ? Note qu' c' t'un peu dommage d'avoir un' charrette qui dépasse le trois cents à l'heure su' un' île grande comme le cul à Berthe et qu'est tout' en montagne !

Cette remarque, pour acerbe qu'elle paraisse, n'implique aucune envie. Mon compagnon a toujours roulé dans une traction avant Citroën remontant aux années 30, sans jamais éprouver la moindre convoitise pour un véhicule plus performant.

Des bruits de rires et de flotte agitée nous entraînent vers la gauche de la maison. Nous empruntons cette direction et, comme je l'avais pressenti, découvrons une piscaille couleur émeraude. Je subodorais de la compagnie féminine, il n'y en a pas. Par contre, deux mecs strictement nus jouent les tritons dans l'eau chatoyante.

Les gaziers en question se poursuivent dans l'onde, se rattrapent, se palpent les pochettes-surprises, se roulent des pelles, se carrent des doigts mutins dans le cyclope arrière, font mille et mille mômeries amoureuses, mille Emile grâces si grotesques que le doyen de l'Assemblée nationale en gerberait les tartines de confiture préparées par sa maman pour son quatre-heures.

Nous stoppons près du vivier à pédoques, Sa Majesté et moi. Médusés. Gênés aussi, sans doute.

C'est dingue ce qu'il y a comme sodomites dans ce livre par ailleurs si puissant ! Une épidémie ! Un vertige ! Un pullulage ! L'empire de la vaseline !

Il s'écoule plusieurs minutes avant que ces naïaux[45] nous retapissent.

Les deux dauphines nous visionnent simultanément.

— Qu'est-ce que vous foutez là ? nous lancent-ils d'une même voix, l'un en mauvais portugais, l'autre en bon français.

Je produis ma carte pro avec une telle aisance qu'on devrait me filmer et me projeter dans toutes les écoles de police de la planète, pour la précision et l'élégance du geste. Un magicien ! A croire que ce rectangle barré de tricolore a été subtilisé au néant.

Les folâtreurs en demeurent saisis (pas par la queue).

J'identifie sans mal Kléber Dintzer, mais c'est son pote qui me trouble.

Je m'empare de deux peignoirs immaculés, sur le siège où ils furent jetés, et m'avance.

Ils bondissent hors de l'eau et se hâtent d'envelopper leur nuditance.

Vont pour gagner la maison.

— Non ! Nous serons mieux sur ce gazon japonais, assuré-je : profitons du merveilleux soleil.

Je leur désigne des chaises longues. Ils obéissent. Position privilégiée pour moi ; pas fastoche de répondre aux questions embarrassantes d'un flic qui te surplombe.

Pourtant, Dintzer demande :

— Police française, d'après votre carte ?

— Effectivement.

— Je vous fais observer que nous nous trouvons en territoire portugais.

— Et alors ?

— Vous avez une commission rogatoire ?

— Pratiquement.

— Qu'est-ce que c'est que ce charabia ? Vous l'avez ou vous ne l'avez pas ?

L'Empereur, prince de l'impatience et roi de la violence, y va de son coup de talon dans la frite du Tout-Beau. Vendanges d'automne, une fois de plus.

— Vous allez la sentir passer ! promet l'endoffé.

— En attendant, c'est toive qui dérouilles, mec. Et c'est s'l'ment les gâteaux aux anchois d' l'hors-d'œuvre.

Il shoote derechef dans la frime du gérant de (mauvaises) fortunes.

— Vos agissements sont d'une illégalité absolue ! se mêle son pote de piscine, non sans courage, je le fais remarquer.

— Bonté divine ! Vous êtes Yvan Dressompert, le journaliste disparu !

Voilà, en toute simplicité, l'exclamation que je lance à m'en faire un nœud aux cordes vocales.

D'après la mine de mon terlocuteur, je réalise le bien-fondé de la question.

46

Pinaud sortit de la gare de Louveciennes, le cœur plein d'aubes fraîches et de lilas blancs. Il se sentait pimpant comme un vieux trou de balle vaseliné.

La veille au soir, il était allé colmater son spleen (dû au départ de ses compagnons) auMirador, une boîte de nuit tenue par un Allemand, y avait lié connaissance avec une ravissantegretchen rose et blonde qui lui permit d'éjaculer entre ses seins plantureux.

César se montrait friand de cette pratique, pas toujours réalisable avec les personnes du sexe. La chère créature, intéressée par les coupures de la Banque de France dont son client se montrait peu avare, lui avait accordé rebelote en mâchouillant ses testicules, lesquels pendaient bas comme la poche d'une fronde. Telle pratique ravit le digne homme et son souvenir perdurait encore le lendemain.

Il prit un taxi pour se faire conduire au château.

Pour quelle raison y revenait-il encore ?

Mystère.

Une manifestation péremptoire de son instinct, probablement. Au cours de sa carrière, comme tous les vrais policiers, il s'était toujours senti « manipulé » par cette force obscure.

Une fois descendu du véhicule, devant la grille, il remonta l'allée d'honneur d'un pas léger. Le temps pluvieux faisait la gueule, mais celle-ci n'effarouchait pas l'euphorie pinulcienne.

Un nouveau garde surveillait les lieux en ronflant. L'homme s'était confectionné un divan grâce au concours bénévole de deux fauteuils disposés face à face. C'était un dormeur du genre siffleur, dont la profonde exhalaison laissait craindre un brusque blocage de son appareil respiratoire.

César s'approcha pour le regarder de près, touché par ce témoignage de confiance absolue émanant du sommeil.

Non loin, le bassin de la tortue produisait son sempiternel glouglou, tandis que la bête rêvassait, ses paupières d'écailles à demi closes.

Ce vaste hall presque vide, la respiration hasardeuse du policier et le menu ruissellement de la vasque créaient une ambiance fantasmagorique à laquelle Pinuche fut sensible et qui retroussa sa joie comme le vent un parapluie. Il s'assit sur la margelle.

Le murmure de l'eau désorientant sa prostate, il dut céder aux exigences de sa vessie et confia au bassin une miction parcimonieuse.

Il réinstallait sa vieille bite dans la touffeur de son calcif, quand il crut percevoir un bruit qu'il eut du mal à identifier. Cela ressemblait à quelque assaut de la bise dans la cheminée ; il s'en montra d'autant plus surpris qu'il n'y avait pas le moindre souffle d'air alentour.

Il s'approcha de l'âtre immense, avança sa tête entre les landiers. Le large conduit formait caisse de résonance et amplifiait une rumeur lointaine de conversation. Les mots restaient indistincts, pourtant on subodorait une discussion entre deux ou trois personnes.

« Voix de trépassés », songea Baderne-Baderne dont, jadis, la vénérée mère faisait tourner les tables et utilisait les propriétés mydriatiques de la mandragore.

Il avait beau écarquiller les yeux comme des anus de constipés, il n'apercevait qu'un rectangle de ciel bordé de suie.

Se dit alors que les gens dont il entendait les voix devaient discuter dans une pièce traversée par le conduit.

Quittant son poste d'écoute, le cher vieux bougre emprunta l'escalier.

Le perdreau de service dormait toujours.

La Pine examina la chambre du fond de chacun des étages franchis par le canal de fumée.

Les pièces étaient vides, déjà poussiéreuses. César eut beau tendre l'oreille, il n'entendit plus le moindre son.

L'inspection de l'immense grenier se montra moins négative, car des traces de pas se lisaient dans la poussière. Celles d'un homme et d'une femme.

C'est en redescendant que la mystérieuse conversation reprit, plus présente. Croyant devenir chèvre, comme l'assurait pour des riens Mme Cliquet, notre ancienne boulangère de la rue de la Libération[46], l'acharné bonhomme renouvela son investiguance.

La persévérance est toujours récompensée. Dans une piaule du second, déjà visitée, se trouvait un vénérable et donc volumineux poste de radio, arrondi du dessus, dont le haut-parleur s'ornait d'une lyre en acajou. C'était cet appareil qui émettait les bruits intempestueux.

Ici l'émission, quoique granuleuse, livrait des bribes audibles. Ainsi, une voix grasse, affligée d'un vilain accent d'Europe centrale, déclarait :

— Ce vieux type n'a pas l'air très malin, il va repartir bredouille, et le flic est un abruti ne faisant que dormir et boire de la bière !

Un rire ponctua ces paroles. Le son se brouilla comme le font parfois les ondes hertziennes perturbées par la proximité d'un moteur.

Pinaud tenta de tripoter les boutons du vénérable appareil, ce qui ne fit qu'aggraver la cacophonie. Il n'y connaissait pas grand-chose en radio, d'ailleurs toutes les techniques le rebutaient. Il admirait le progrès sans chercher à en percevoir les mystères. Le génie humain constituait à ses yeux un don du ciel permanent, et il en savait gré au Tout-Puissant.

Les égarades du poste s'étaient tues. Le fragile bonhomme essaya de tirer des conclusions utiles du phénomène.

Par exemple, le fait que les « fantômes » mentionnassent sa présence prouvait qu'ils étaient très proches. Pas suffisamment toutefois pour se trouver dans le château.

César, conscient de sa fragilité en la circonstance, regretta d'agir en solitaire et sans arme.

« L'on » suivait probablement ses déplacements, sans qu'il sût où se tenaient les observateurs.

Mal à l'aise, il redescendit. Le dormeur s'éveillait en bâillant fort, comme brait un âne.

Apercevant la Vieillasse, il bondit sur ses pieds plats.

— Qui êtes-vous et que faisez-vous ici ? tonna-t-il.

Cette apostrophe peu amène réconforta César en lui démontrant qu'il n'était plus seul.

— Officier de police Pinaud, de la Criminelle ! se présenta-t-il en extirpant de ses souks personnels la preuve de ce qu'il avançait.

— Enchanté ! assura le dormeur tel un homme fraîchement apprivoisé par Merlin.

Baderne-Baderne demanda :

— Il y a longtemps que vous montez la garde dans ce château ?

L'apostrophé consulta sa Bozon-Duramier à cadran fluo.

— Quatre heures et des…

— Vous n'avez aperçu personne ?

— Personne !

— Entendu des voix ?

Le Glandeur risit sottement.

— J'sus pas Jeanne d'Arc !

Comme pour assurer l'autorité de l'émérite Pinaud, la rumeur de converse reprit, sortant de l'âtre.

— Je veux parler de ÇA ! fit le Vétuste.

Son terlocuteur s'assombrit.

— Première fois que je les perçois.

— Savez-vous pourquoi ?

— Heu, répondit l'uniformé qui se montrait loquace, à l'occasion.

— Parce que vous dormiez ! s'emporta César, lequel perdait rarement son contrôle.

— Moi ! Mais je vous jure que non !

La brusque véhémence du vieux flic fut pareille à une soupière brûlante renversée sur sa tronche de non-pensant.

— Taisez-vous ! cria le richissime rentier. J'ai passé plus d'un quart d'heure à vous regarder dormir. Je vais faire un rapport à vos supérieurs pour leur révéler la manière dont vous montez la garde !

Penaude, la sentinelle pionceuse baissa la tête et sentit un courant électrique parcourir ses entrailles.

Pinaud fut remué mais n'en laissa rien paraître.

— Dégainez votre arme, vérifiez-en le chargeur et ôtez le cran de sûreté !

Le garde s'exécuta en sucrant les fraises.

— Vous y êtes ? Alors, suivez-moi !

* * *

Ils avançaient, l'un suivant l'autre, vers l'arrière de la maison. Titan Ma Gloire y avait fait planter une vigne. Son vin était exécrable, mais l'académicien s'en montrait très fier. Il produisait un millier de bouteilles élégantes dont il n'était pas avare.

Ses amis confiaient le contenu à leur évier ou au vinaigrier et en conservaient le délicat flacon pour en faire des pique-fleurs ou des lampes de chevet.

De l'autre côté du minuscule vignoble s'élevait la bâtisse servant de chai. Un pressoir et quelques barriques gardaient en permanence la saine odeur du raisin écrasé.

Au-dessus du local, on avait ménagé deux pièces mansardées ne servant presque jamais, car cette exploitation viticole ne justifiait qu'une minuscule main-d'œuvre épisodique.

La Vieillasse avait, lors d'une de ses précédentes visites, jeté un regard distrait sur cette petite dépendance mais, à cet instant, quelque chose lui assurait qu'il s'y passait du glauque.

Les deux perdreaux pénétrèrent dans le chai. Tout était silencieux. La Pine considéra l'escalier de meunier menant à la partie supérieure. Il examina les maigres marches et y constata des traces de boue fraîches qu'il désigna à son compagnon.

Celui-ci regarda, comprit, fit un signe d'acquiescement et ôta ses groles afin de gravir les degrés sans les faire geindre.

Après quoi, son arme bien en pogne, il monta.

Il était utopique de croire qu'il suffisait d'être en chaussettes pour amortir les grincements provoqués par son ascension.

Lorsqu'il parvint à l'ultime marche, il se pencha afin de guigner par le trou de la serrure. A peine se trouvait-il opérationnel qu'il poussa un atroce hurlement et bascula à la renverse en lâchant son arme.

Il chut aux pieds de Pinaud. Sa tête porta sur une pierre de soutènement. Il se tut, resta immobile ; une longue et mince tige d'acier sortait de son œil gauche crevé tandis qu'une flaque de sang s'agrandissait sous sa nuque.

Médusé, César fixa avec une éperdue navrance l'homme qu'il venait de houspiller un moment auparavant.

Il n'eut pas loisir de s'occuper de lui, car la porte s'ouvrit et deux individus se ruèrent sur l'échelle de meunier.

Un calme glacé habitait le tendre bonhomme.

Il vit le pistolet de son confrère en uniforme, sur le sol cimenté, et le ramassa prestement. L'un des fuyards atteignait déjà la porte, son acolyte sur ses talons.

Le dabe éleva l'arme et, posément, comme au stand d'entraînement, pressa par trois fois la détente. Le second type fit une étrange cabriole de lièvre flingué en pleine course, culbuta et s'écroula devant un tonneau.

Le Vieux toussota à cause de la poudre.

47

Lorsque la voiture policière parvint au bout de l'esplanade de l'aéroport, Jérémie pensa qu'elle allait prendre à gauche, en direction de la capitale ; aussi fut-il désagréablement surpris de la voir obliquer sur la droite, côté désert.

Les flics qui l'emmenaient étaient au nombre de quatre : un gradé plein de morgue, plus trois hommes à la peau bistre et aux regards d'anthracite. Aucun ne mouftait. La radio cessait de crachoter, parfois, pour lancer des ordres ou des indications avec des intonations gutturales.

Le véhicule roulait sur une chaussée riche en nids-de-poule. Çà et là, des bosquets de palmiers roussis fournissaient un peu d'ombre dont profitaient les rares usagers de cette voie brûlante.

La vétuste Range-Rover fonçait comme au temps de sa jeunesse, en émettant des bruits inquiétants qui devaient s'aggraver chaque jour.

Elle parcourut une vingtaine de kilomètres avant d'atteindre une oasis au centre de laquelle s'élevait une construction neuve sans rapport avec le style du pays. Elle eût été mieux à sa place à Saint-Domingue ou à Miami.

Les flics s'aventurèrent jusqu'à l'entrée d'un magnifique patio carrelé, l'officier descendit de la voiture et pénétra d'un pas vif dans le mini-palais.

Cette équipée ne disait rien qui vaille à Blanc ; il maudissait San-Antonio de l'avoir catapulté dans l'aventure. Celle-ci était venue se greffer à l'affaire de Louveciennes sans que rien ne le laisse prévoir.

Au bout de quelques minutes, le chef réapparut et adressa un signe à ses hommes.

Jérémie fut débarqué sans ménagement et entraîné à l'intérieur de la résidence. On promena un compteur de détection sur toute sa personne, puis le poussa en avant.

Il eut tout juste le temps d'apercevoir une enfilade de vastes pièces, somptueusement décorées « colonial britannique ». Très vite on lui fit descendre un escalier pour l'emmener dans un local bas de plafond, sans fenêtres, aux parois capitonnées. L'endroit était meublé d'une table de marbre, pourvue de sangles, d'un monumental fauteuil, prétentieux comme un trône, et de différents appareils à l'utilité mal définie mais qui, rassemblés dans un tel lieu, ne pouvaient servir qu'à des sévices.

Les hommes firent asseoir Blanc sur la table et attendirent.

Un surprenant personnage ne tarda pas de survenir. Il était jeune, la trentaine, une barbe noire, taillée en pointe, envahissait son visage jusqu'aux pommettes. A son entrée, les militaires s'inclinèrent obséquieusement. Il portait un turban de soie verte et un ensemble blanc dont la veste se boutonnait sur l'épaule.

Il prit place avec aisance dans l'énorme siège et, s'adressant à Jérémie, demanda :

— Vous parlez anglais ?

— Oui, monsieur.

— Votre nationalité ?

— Sénégalaise d'origine, puis française par naturalisation.

— Vous avez une profession ?

— J'appartiens à la police parisienne.

— Votre identité ?

— Blanc, Jérémie. Mon passeport se trouve dans la poche arrière de mon pantalon.

— Quel motif justifie votre voyage ?

— Je suis chargé d'intercepter le chef de notre laboratoire de police technique afin de lui reprendre quatre clés dont il est venu négocier la vente avec votre gouvernement.

— Pour le compte de qui agit-il ?

— Pour le sien !

— C'est-à-dire ?

— Il paraît que ces clés ont un énorme intérêt et il a voulu en tirer profit.

— A quoi servent-elles ?

— Top secret ; mes chefs ne m'ont fourni aucune explication.

— Vous espérez que je vais vous croire ?

— Oui, car je suis dans l'impossibilité de vous dire autre chose puisque je ne sais rien !

Un bref instant passa. L'Arabe enfonçait son regard incandescent comme un fer rouge dans celui de Jérémie, aurait écrit Pierre Loti entre deux pipes[47].

L'homme au turban couleur émeraude sortit de sa poche un étui à cigarettes d'or incrusté de rubis, en prit une et attendit que l'officier y boute le feu. Après quoi il rangea sa demi-livre de jonc.

— Si j'ai bien compris votre version des faits, reprit le petit pote en tas, le directeur de laboratoire quitte Paris avec ces clés. Vos chefs découvrent aussitôt le larcin et vous catapultent ici à bord d'un jet spécial pour que vous arriviez avant lui à Kalamarfarcî. Mission remplie. Vous l'interceptez à sa sortie de l'aéroport et l'engagez à aller déposer lesdites clés dans une cabine téléphonique. Correct ?

— Tout à fait, fit le Noirpiot, ahuri par la sagacité de son vis-à-vis.

— N'eût-il pas été plus simple qu'il vous les remît en mains propres ?

— Je le savais suivi et moi-même m'estimais surveillé. Il m'a paru plus prudent d'opérer par le truchement de cette cabine.

— Passons. Qu'avez-vous fait de ces clés ?

— Elles ne se trouvaient pas à l'endroit où je lui avais ordonné de les déposer.

— Donc l'homme du laboratoire vous a floué.

— Hélas oui.

— Il a fait mine d'obéir à votre injonction, mais en réalité les a conservées ?

— Ça me semble évident !

— Il doit y avoir une autre solution !

Il adressa un signe, non pas aux hommes présents, mais à un objectif logé dans le mur.

Puis il prit, dans sa poche supérieure, un fume-cigarette et y vrilla l'extrémité dorée de sa tige.

La porte s'ouvrit et deux autres militaires poussèrent Mathias dans la pièce.

48

Les beignes délivrées par Bérurier n'étaient jamais anodines. Même quand il croyait « retenir » ses coups, leurs traces faisaient toujours impression. Ainsi, le beau visage de Kléber Dintzer se mettait-il à enfler et à prendre un ton safrané dont on était certain qu'il virerait au bleu, puis au violet, dans un bref délai.

Le gérant de fortunes allait repartir en vitupérances, mais Sa Majesté Poléon IV le prit en pitié :

— L'mieux qu' t'aies z'affaire, l'Chicos, c'est d'causer s'l'ment quand-est-ce on t'l' d'mand'ra. A quoi t' servira ta belle frimousse si j't' la rendrerai pareille à celle d'E.T., l'p'tit gonzier de l'espace ?

Sa victime dut convenir in petto de la justesse du raisonnement car elle se le tint pour dit.

J'adressis au Gros un regard profond comme l'épave du Poséidon et pénétris dans la maison.

La villa Santa Lucia est une charmante demeure secondaire où il devait faire bon oublier la frénésie de Paris. Meublée vacances, avec un goût raffiné. En bas, un séjour dont le coin-repas se trouvait rehaussé de cinquante centimètres et clôturé par une balustrade. Une cuisine parfaitement équipée, un vestiaire et un cabinet de toilette. L'étage, aménagé dans la toiture, se composait de deux chambres mourantes séparées par une salle de bains pour petites filles dévergondées. On y découvrait des jets rotatifs, des vibromasseurs à têtes ondulatoires, des fouets, des bottes dites cuissardes et une sorte de cheval-d'arçons au dos affublé d'un superbe gode à injection.

Pas la moindre trace de personnel, une femme de ménage devait suffire au service de ces gentils messieurs.

M'en vais rejoindre le trio sur la terrasse.

— Tout compte fait, déclaré-je, l'interrogatoire va avoir lieu dans votre adorable salle d'eau ; vous y serez plus à l'aise pour hurler.

Paroles opportunes, propres à créer une ambiance favorable à nos nouvelles relations.

Alexandre-Benoît fredonne Les Matelassiers en s'activant. C'est lui qui, à l'heure de la violence, prend les initiatives, sous mon contrôle, naturellement.

— Mes biches, débute-t-il, jovial, j'sais pas si vous l'auriez r'marqué, mais quand est-ce on a choisi la voie du crime, y a toujours un moment qu'on l'a dans le fion.

Réalisant que sa déclaration peut sembler de circonstance, il ajoute :

— C' dont en quoi vous avez l'habitetude, av'c vos pots larges comm' l' tunnel d'Fréjus ! Vous v' croiliez à l'abri des poursuites dans c't'île madérisée, hein mes lopes ? Ben c'est l'contraire. A l'étranger, la Brigade espéciale qu'nous appartenons môssieur et moive, peuvent s'en donner à tire-larigot. Un taxi nous attend, prêt à nous driver dans un coinc'teau peinard, pendant qu'vous r'garderez tremper vos couilles dans c'bocal d'fleurs qu'j'voye su' c't'étagère.

Parler ne l'a jamais empêché d'agir. Tout en décrivant ce futur idyllique, il affuble nos clients d'une paire de cadennes en bois de figourier, plus dur que l'acier et totalement indétectable par les détecteurs d'aéroports.

Yvan Dressompert porte son bracelet au poignet droit, son pote écope de la seconde boucle au gauche, après que la chaîne eut été glissée derrière une conduite d'eau.

Cette disposition menée à bien, le nanti pondéral s'assied sur un tabouret rond et, me désignant les deux bougres, assure :

— Si m'sieur l'Grand Inquiquineur veuille bien se donner la peine…

Avant de commencer, j'ordonne à Sandre d'aller fermer hermétiquement portes et fenêtres, pas risquer d'être interrompu par le facteur ou le livreur de l'épicerie.

— Du temps qu'j'y es, annonce cet élément de choix, j'boucl'rai aussi les volets, ça f'ra plus intime.

Pour tout te raconter, les messieurs poussent des frites de dysentériques auxquels on entonne un bidon d'huile de ricin.

L'homme de finances murmure :

— Croyez-vous qu'on ne puisse s'arranger à l'amiable ? Je peux vous verser beaucoup d'argent. Vraiment beaucoup !

Mon visage impavide lui flanque de l'étoupe dans la gorge.

— Vous êtes tombé sur des flics de la pire espèce : le fric ne nous intéresse pas, fais-je. Un chien courant ne chasse pas pour le pognon, il chasse simplement parce qu'il est conditionné pour cela. Nous, c'est du kif.

— Mais, bon Dieu, qu'espérez-vous de nous ?

— La vérité. Rien de plus simple.

— Et quand vous l'aurez ?

— Nous l'inscrirons noir sur blanc et vous signerez votre déposition.

— Et puis ?

— Et puis rien. Nous transmettrons votre confession au parquet de Paris qui prendra le relais. Parallèlement je vais enregistrer vos dires, afin de prouver qu'ils ne vous auront pas été arrachés de force.

— Vous avez le sens de l'humour, fait Yvan Dressompert en agitant son poignet enchaîné. Il faut un certain culot pour prétendre que nos hypothétiques aveux ne nous auront pas été extorqués sous la contrainte.

Béru réapparaît, la bouche pleine et les lèvres graisseuses. Il parle en mastiquant, ce qui n'enrichit guère sa diction.

— J'ai trouvé un restant d' cassoulet dans vot' frigo, assure l'Ogre. Pas triste ! On direra c' qu'on veuille, mais chez Olida c'est pas des peigne-culs.

Il retrouve le mignon tabouret et l'engloutit dans son phénoménal fessier.

— Où en êtes-vous-t-il ? s'inquiète le Boulimique.

— Aux avant-propos. Nous allons entrer dans le vif du sujet. Ces chérubins vont narrer les choses en détail. Vous êtes prêts, messieurs ?

Comme ils s'abstiennent de répondre, Alexandre-Benoît balance un coup de talon rageur dans les balloches du journaliste. Il y est allé avec tant d'impétuosité que l'écrivailleur émet un hurlement de steamer paumé dans les brumes de la Tamise et se prend à gerber.

Justice immanente : la brutalité de Sa Majesté impériale a eu raison du frêle siège qui s'écartèle sous son michier apocalyptique pour adopter la forme d'une araignée.

Humilié, le Mammouth se relève.

— Et ça t' fait marrer, empaffé ! lance-t-il en même temps que sa droite dans le visage déjà marqué du camarade Kléber.

Léger knock-down de l'infortuné.

Toujours écumant, le « Rosier de Madame Husson », ferme la bonde de la baignoire et ouvre en grand le robico d'eau chaude.

— Vas-y, commence ! me dit-il. Si y aurait du court-jus dans leurs souv'nirs, j'ai d'quoive leur rafraîchir la mémoire.

Parvenu à ce point du récit, deux méthodes s'offrent à moi : soit je te bonnis tout, réplique après réplique, en n'omettant aucune syllabe ni vent de Béru, soit je te concise les choses sans pour autant te les livrer prémâchées, faisant ainsi confiance à ton intelligence, à ton imaginaire luxuriant et à mon sens déambulatoire de l'essentiel. De mauvaises langues ne m'ont-elles pas surnommé le « Sir Concis », calembour à double tranchant donnant à penser que j'ai été baptisé au couteau à greffer, particularité inexacte malgré toute ma bonne volonté.

Ainsi donc, conscient de ton assentiment unanime pour la deuxième formule, je porte à ta connaissance, puis à ta reconnaissance, les faits suivants :

Lorsque Titan Ma Gloire décida d'entreprendre une biographie de Napoléon, il chargea son homme d'affaires et confident, Kléber Dintzer, de lui trouver un nègre auquel, pudiquement, on décerna le titre de « fichiste ». Le gérant de fortunes se mit en quête de l'oiseau rare et ses démarches l'amenèrent chez Yvan Dressompert, chaudement recommandé par des amis homos.

Leur rencontre généra un coup de foudre réciproque qui devint rapidement passionnel.

Dintzer présenta le journaliste à l'Illustre, auquel il eut l'heur de plaire, et le marché fut conclu. Le rédacteur en chef du Cahier et la Plume, s'il savait trousser un bouquin historique pour académicien constipé du Watterman, n'avait pas assez de loisir pour amasser l'énorme documentation nécessaire au bâti de l'œuvre. Il dénicha un spécialiste en la personne vénérable de Félix Galochard.

Jusque-là, tu suis bien ? Pas de questions ?

O.K. : j'enroule.

Au moment de leur rencontre, le gérant de fortunes et le journaliste menaient l'un et l'autre (ou l'une et l'autre) des activités extralégales. Le premier dans la drogue, l'autre en prêtant main-forte à un réseau de terroristes aux vastes entreprises. A la tête de celui-ci : Gudule de la Bruyne, aventurière chevronnée et cousine germaine d'Yvan.

Comme il arrive parfois, ces deux personnages si particuliers s'étaient reconnus. Gudule fascinait Yvan, lequel « touchait » sa cousine par la dévotion qu'il lui témoignait. Ils étaient devenus farouchement complices.

L'appartement de Dressompert fut le pied-à-terre parisien de la Flamande. Ainsi pouvait-elle séjourner à Paris sans laisser trace de son passage dans un quelconque hôtel, donner ses rendez-vous, préparer ses coups, surveiller les éléments de son réseau français. L'honorabilité du journaliste, voué à la chose littéraire, constituait un bouclier à l'abri duquel Dame Gudule s'en donnait à cœur joie.

C'est ainsi qu'Yvan Dressompert avait participé à l'opération du barrage d'Escouffian.

Son rôle ? Liquider l'équipe chargée de fabriquer le conduit et d'installer « l'appareil » à un point névralgique de l'ouvrage. Nous l'avons déjà évoqué : cataclysme garanti sur facture.

« Cela est bel et bon », comme psalmodiait le vieux curé qui m'enseigna le catéchisme à une époque où je n'avais pas encore commis de péchés notoires.

La baignoire pleine d'eau bouillante fume comme la blanchisserie de Gervaise[48].

Béru, assis sur le bord du récipient, pousse une clameur de souffrance et, pour se soulager, administre une mandale à Dintzer dont la physionomie ne lui revient définitivement pas.

Puis, calmement, l'Empereur se déculotte (il ne porte pas de slip) et étend son bénoche sur le sèche-linge.

L'incident diversionne la tension. Les deux aficionados du chibre exorbitent de stupeur. On pourrait loger des rosaces de cathédrale dans leurs cavités oculaires.

Alexandre-Benoît s'en rend compte.

— V'là qui vous f'rait craquer l'anneau d'vot turne, hein, mes bichettes ? gouaille-t-il avec cynisme. S'l'ment c'morcif d'empereur est réservé aux dames inclusiv'ment. L'dernier julot qu'a voulu y porter la main est encore en train d'faire d'la réducation à Garches.

Agacé par son boniment de camelot, je jette :

— Le cours d'anatomie est terminé, oui ? Je peux poursuivre ?

— Qui t'en empêche-t-il ? demande l'ingénu libertin.

Devenu pudique, biscotte ma réprimande, il étale une serviette sur l'admirable chose, obtenant du coup une maquette du Cirque Knie, si cher aux Suissagas.

— Venons-en à vous, enchaîné-je, le doigt pointé sur Dintzer.

Il se croit obligé de placer un petit sourire torve, plein d'une fanfaronnade dissimulant mal son inquiétude.

— Selon mes renseignements de source sérieuse, pour un gérant de fortunes, vous n'aviez plus de gros pactoles à faire fructifier. C'est un sport qui réclame du nez, de la persévérance et une belle honnêteté. Au fil des années, vos clients déçus vous ont lâché ; il ne vous restait que quelques pigeons faciles à plumer, style Titan Ma Gloire. Des bordereaux de placement falsifiés, un stock de choix en minets et en schnouf vous permettaient de le garder bien en main. En fait, vous lui procuriez mieux que des revenus : du bonheur !

« Le vieux croquant s'est peu à peu transformé en complice précieux. Il vous aidait à écouler la came dont ce forban de Jérôme Bauhame assurait l'approvisionnement à une partie de la capitale.

« Seulement, il y eut un os dans votre charmant négoce, vous contraignant à vous séparer de l'académicien d'une manière un peu brutale. Pour ce faire, on mit à votre disposition un tueur à gages, expert en la matière, qui a parfaitement exécuté son contrat, transformé en infirmier. »

— Vous émettez d'abjectes hypothèses ! gueule Kléber.

Le Gladiateur bondit.

— Prends-le pas su' c' ton, beau marle !

Il l'encercle de ses bras et le soulève pour, tu devines quoi ? Le planter debout dans la baignoire. La flotte ne doit plus être à cent degrés, mais reste susceptible de préparer un bon pot-au-feu.

Oh ! cette clameur !

Faut pas venir me dire que la môme de Dom Rémy (fa sol la si do) ne moufta pas quand l'évêque Cauchon la déguisa en barbecue ! On va pouvoir préparer des compresses à l'huile d'amandes douces pour ses brûlures ! Remarque, qu'un individu se prenant des braquemiches quotidiennement soit en cloques, n'a rien d'illogique.

N'écoutant que mon bon cœur, j'écarte Bibendum pour sortir le malheureux du court-bouillon ! Rose jambon de Parme, il est ! Ses chailles interprètent le grand solo de castagnettes de l'Esmeralda !

Toujours frère du Bon-Secours, je lui emmitoufle les cannes dans des serviettes de bain.

Puis je gueule contre le Pourceau :

— Tu te crois au Moyen Age, figure de fesses !

Il hausse les épaules.

— Les temps se perdent, annonce-t-il. D'nos jours on n'sait plus rigoler !

49

Après avoir défouraillé à bout portant sur le jeune flic, Monosperme songea que le temps se gâtait pour sa pomme.

Comble de bonheur, une sirène de police glapissante se pointait dans la rue, pour cesser devant le bouge. Soucieux de se désencombrer de la fliquette volcanique, il lui virgula un magistral coup de crosse au-dessus de l'oreille droite. Sainte Marie de la Poule rentra en elle-même et s'effondra sur l'atroce moquette du palace à punaises.

Pendant que le Noir anesthésiait sa partenaire, le tenancier fonçait dans l'escadrin en bieurlant « Au secours ! A l'assassin ! » ce qui était la moindre des choses, vu la situasse.

Le cousin de Jérémie jeta à la misérable piaule une œillerie d'homme traqué. Côté couloir, la retraite était coupée tel un prépuce de rabbin. Ne s'offrait que la malheureuse fenêtre aveuglée avec du papier à fleurs. Il l'ouvrit avec difficulté. Elle donnait sur un espace, entre deux immeubles, ne méritant même pas l'appellation de cour. Il enjamba la barre d'appui, considéra le vide, l'estima à quatre mètres et sauta.

Sa chute fut amortie par les pouilleries accumulées au cours des dernières décades. Le truand s'arracha à cette vaste poubelle qui échappait aux éboueurs et fonça vers la seule ouverture possible : une porte à demi vitrée. Elle était fermée de l'intérieur par quelque loquet qu'il fit sauter d'un coup d'épaule.

Il se retrouva dans la réception de l'hôtel, pile au moment où l'androgyne y parvenait. Avec une promptitude de cobra, comme dirait un autre auteur, Monosperme bondit sur « la créature » et enfonça le mufle[49] du riboustin contre son pancréas. Puis le poussa en direction de la lourde laissée béante par les deux poulardins venus à la rescousse.

Une voiture de police stationnait devant l'entrée avec un flic au volant, lequel faisait le radioreportage de l'opération pour la maison mère.

Le cousin possédait des réflexes de guépard[50]. En moins de seize secondes, il estourbit le mutant, se rua dans la guinde poulardière, arracha les fils de l'émetteur et mit le canon du flingue entre deux bourrelets du drauper.

— Avec ta gueule de cornard, tu dois sûrement avoir des chiares, fit-il ; alors pense à eux et laisse l'héroïsme aux célibataires !

Son terlocuteur se résigna.

— Puisque tu le dis, soupira-t-il.

— Maintenant décarre plein tube !

Le véhicule démarra dans le plus pur style hollywoodien.

— Arrête ta sirène, ajouta Monosperme ; elle me casse les couilles.

Le flic obéit.

— Quelle direction ? s'informa le conducteur avec calme.

— Porte d'Italie. Tu chausses du combien ?

Surpris, l'otage répondit :

— Quarante-quatre.

— Moi du quarante-trois. Quand on s'arrêtera tu me passeras tes pompes ; j'en ai paumé une en sautant par la fenêtre.

Monosperme ne se doutait pas que l'incident jouait en sa faveur, car il avait perdu le soulier pourvu du bip.

50

Un peu de cendre de cigarette était tombée sur sa veste immaculée. L'homme à la barbe noire en parut chagriné et souffla pour dissiper le désastre.

— Ne frottez pas, surtout ! recommanda Jérémie, comme s'il eût été son valet de chambre familier.

Ce conseil dérouta celui que Blanc appelait « le Prince » dans son for intérieur. Son regard ardent se posa sur le prisonnier ; il exprimait la surprise. L'Arabe comprenait mal qu'après le coup de théâtre résultant de l'entrée du Rouquin, ce Noir conservât pareille tranquillité d'esprit.

— Vous êtes coriace, remarqua-t-il.

— Pas particulièrement, fit Blanc.

Son interlocuteur jeta sa cigarette à demi consumée sur le sol.

Jérémie demanda à Mathias comment il allait.

— Bien jusqu'à présent, assura le Rouquemoute en faisant preuve du même flegme.

— Je vous interdis de communiquer ! dit l'homme au turban vert.

Il se leva, vint à ses prisonniers et déclara :

— Tout, dans ce local, a été conçu pour faire parler des gens décidés à se taire. Nous pouvons vous placer des électrodes dans le fondement en y faisant passer un courant électrique. Ou bien vous suspendre par les testicules aux crochets que vous apercevez là-bas. Je peux appeler un vieux sage, plein de dextérité, capable d'enlever au rasoir la moitié de votre poids sans vous mettre à mort, ou emplir votre bouche de grosses fourmis rouges qui se disperseraient dans votre tube digestif et vos voies respiratoires. Mille autres choses encore, aussi variées qu'insoutenables. Les individus les plus courageux, les plus obstinés, les plus endurants, finissent par céder devant la souffrance. Allãh nous a créés ainsi : vulnérables et prêts aux soumissions. Pourquoi subiriez-vous d'effroyables tortures pour une cause qui vous est étrangère et dont vous ignorez l'essentiel ?

Satisfait de son laïus, il considéra alternativement les deux hommes.

Mathias soutint l'intensité du regard.

— On m'avait parlé de l'hospitalité arabe, murmura-t-il. Je crois cette réputation injustifiée.

Il déclara cela en anglais. « Le Prince » resta impassible.

— Où sont les quatre clés ? riposta-t-il seulement.

— Je l'ignore, assura le Rouque.

— Faux ! Vous êtes allé les cacher dans une cabine téléphonique devant l'aéroport. N'est-ce pas ? cria-t-il à Jérémie.

Blanc fit la moue.

— Vos gardes m'ont appréhendé près de celle-ci, pour m'emmener directement chez vous.

— Eh bien ?

— Elles ne sont pas en ma possession. Fouillez-moi, vous vous rendrez compte que je dis vrai. Passez-moi à la radio, si vous pensez que je les ai avalées.

— Ce ne sera pas la peine, assura le barbu, ces clés sont faites dans un alliage d'une extrême rareté, réagissant à un appareil qui, vous vous en souvenez, a été promené sur toute votre personne lorsqu'on vous a amené ici. Par conséquent elles ne sont pas sur vous.

— Dans la cabine téléphonique, alors ? suggéra le Noirpiot avec un sourire qui l'aurait fait admettre dans la brigade du fleurisseur de la place des Pyramides[51].

— Elle vient d'être examinée au détecteur.

— En ce cas, donnez votre langue au chat.

L'homme à la barbe noire le souffleta.

— Il en est terminé de vos railleries, sale nègre, dégurgita-t-il, vous l'aurez voulu !

Et il cria un ordre à l'adresse d'un personnage discret, adossé au mur.

Le gazier sollicité fit une courbette et, avant de s'approcher des prisonniers, alla prendre un instrument à la panoplie de tortures. L'objet ressemblait à une percerette comme on en trouve dans toutes les quincailleries du globe, voire même chez celles des planètes avoisinantes.

— Pour débuter, avertit « le Prince », on va introduire cette mèche par le canal de votre urètre et la vriller jusqu'à ce qu'elle atteigne les testicules. Cette intervention terminée, le conduit de votre pénis aura triplé de diamètre ; généralement, cette manipulation suffit à rendre loquace le plus silencieux des patients.

— La mèche ne parviendra jamais à destination, assura Jérémie.

— Pourquoi ?

— Parce qu'elle est plus courte que mon membre, déclara le prisonnier.

Il lut dans les yeux du barbu une certaine admiration pour sa crânerie.

— Si tel est le cas, nous raccourcirons votre pénis, affirma-t-il d'un ton placide.

Et il fit signe au bourreau.

Comme ce dernier s'approchait, Mathias prit la parole. Cette fois, il le fit en arabe, car ce diable, tu t'en souviens sûrement, parle toutes les langues usuelles de la terre et de ses pays limitrophes.

— Vous me permettez de vous dire quelque chose, cher monsieur.

Surpris, le maître des lieux se tourna vers l'Albinos assermenté.

— Je vous écoute ?

— Sans vouloir leur nuire en aucune façon, je trouve que vos sbires font leur travail en dépit du bon sens.

— Expliquez-vous.

— Ils m'ont arrêté et ne m'ont pas passé les menottes. Ensuite, ils m'ont fouillé en ne s'intéressant qu'aux armes que j'aurais pu avoir.

Tout en parlant, il sortit de sa poche un petit appareil photographique dont nous tairons la marque.

— Je dirige le laboratoire de police technique et mon violon d'Ingres consiste à inventer des gadgets d'un genre particulier. Voyez plutôt !

Il braqua le viseur en direction de l'un des gardes, pressa le bouton.

Immédiatement, le « visé » tomba à genoux, puis s'écroula tout à fait.

Sans sourciller, Mathias ajusta le bourreau et le foudroya.

Stupeur générale, bruit d'armes dégainées.

— Stop ! lança le Blondinet, sinon je neutralise votre monarque !

Il tenait l'appareil dirigé vers « le Prince » qui n'en menait pas large.

— Otez ses menottes à mon ami ! fit-il.

Blanc intervint :

— Laisse quimper, je m'en débarrasserai tout seul, reste vigilant !

Il réussit l'exploit annoncé en un minimum de temps.

— Vos cadennes sont moyenâgeuses, commenta Jérémie. Il m'a suffi de gonfler les muscles du poignet quand ils me les ont mises, pour que je puisse maintenant m'en séparer.

L'homme au turban vert, abasourdi, regardait tour à tour ses gardes inanimés et l'objet venant de les mettre à mal.

— Rassurez-vous, dit Mathias à Barbapoux, vos gars ne sont pas morts mais en léthargie. Normalement, d'après mes prévisions, au bout de trois ou quatre jours, ils auront récupéré.

— Tu es un mec sublime ! murmura Blanc. A présent nous devons nous tirer de ce bourbier.

Se tournant vers l'Arabe, il déclare :

— Voilà ce que je propose. Vous allez nous escorter à l'aéroport où m'attend le jet qui m'a amené. Nous le prendrons ensemble et vous relâcherons à Paris. Correct ?

L'interpellé ne souffla mot. Toute son attention se concentrait sur le gadget du scientifique. Visiblement, il avait peur.

— Enjoignez à vos hommes de ne rien tenter, continua Jérémie, vous en feriez les frais.

Ils se dirigèrent vers la porte. L'Arabe marchait devant, le viseur du faux appareil photographique entre les omoplates.

— Ah ! j'oubliais, lança Jérémie, cet homme nous accompagnera.

Il désignait le chef qui l'avait arrêté à l'aéroport.

L'individu ne broncha pas.

— Dites-le-lui vous-même ! fit l'époux de Ramadé.

Docile, Barbapoux répercuta l'ordre.

Lorsqu'ils furent devant la porte de l'aérogare, le bon Sénégalais murmura :

— Je devine ce que vous ressentez, Monseigneur. Cependant, n'oubliez pas qu'en un millième de seconde vous pouvez vous écrouler. Mon ami prétend que ce serait pour quelques jours, mais il n'a pas parlé des séquelles, encore inconnues.

Leur prisonnier était un personnage archiconsidérable car il n'y eut pratiquement pas de formalités avant l'embarquement.

Ils voyagèrent à l'étroit dans ce zinc inconçu pour balader des passagers. Heureusement la vitesse compensait l'inconfort.

* * *

A Villacoublay, un véhicule de l'armée chargea le petit groupe.

— Où souhaiteriez-vous que l'on vous dépose ? demanda Blanc. A votre ambassade, sans doute ?

— Non, au Ritz ! grommela le touriste contraint.

— C'est une excellente adresse. J'y ai dîné à plusieurs reprises, la table est parfaite.

Parvenu devant le palace où la chère Diana prit vraisemblablement son ultime pied, Jérémie descendit le premier pour ouvrir la portière du « Prince » et la tint également à l'intention de l'officier.

— Navré de vous avoir infligé ce voyage, dit-il ; vous permettez ?

Sous les yeux médusés des deux hommes, il plongea la main dans une poche du militaire.

— Veuillez me pardonner ces manières désinvoltes, déclara-t-il, mais je tiens à récupérer ce que je vous ai confié à votre insu au moment où vous me passiez les menottes.

Il extirpa quatre minuscules clés comportant chacune une lettre et un chiffre gravés.

— Elles ne pouvaient être davantage en sécurité que sur vous, ajouta-t-il.

Et Jérémie remonta dans la voiture.

51

Le premier réflexe de Pinaud fut de porter assistance au policier écroulé à ses pieds. Il comprit qu'on ne pouvait plus rien pour l'invétéré dormeur, lequel, cette fois, piquait un roupillon éternel.

Alors il s'occupa de sa victime : un individu assez corpulent dont l'accoutrement « disait quelque chose » à ce vieux limier. Très vite, il sut. L'homme n'était autre que le compagnon de Gudule de la Bruyne, celui qui avait opéré des recherches avec elle devant la maison du jeune Léandre. Sa grossière veste de toile beige et sa casquette à carreaux confirmaient l'intuition de César.

Il s'accroupit auprès de lui, constata qu'il avait les yeux ouverts et suivait ses faits et gestes.

— Je vais appeler une ambulance, fit Pinuche en sortant son portable dernier cri empletté la veille.

Le blessé eut une vague mimique signifiant que ça n'était pas la peine.

— Mais si, mais si, insista le digne homme ; tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.

Le type à la veste imperméabilisée demanda d'une voix très basse :

— Vous m'avez mis combien de balles dans le corps ?

— Trois ! lui répondit César, un peu gêné.

— Merci pour le renseignement.

— Je vous en prie !

Puis il prévint Police Secours en priant qu'on dépêche une ambulance. Comme le mourant semblait s'intéresser à son téléphone, la Vieillasse l'approcha de ses yeux en lui expliquant que l'appareil constituait l'aboutissement de la technique, mais l'intérêt du blessé parut faiblir.

— Vous faisiez équipe avec Gudule de la Bruyne ? s'enquit Pinaud.

— Exact !

— Vous cherchiez quelque chose dans la rue des Fran-macs à Louveciennes, un matin, en compagnie de cette personne ?

— Oui.

— Cela vous contrarierait de m'apprendre ce dont il s'agissait ?

— Du tout. L'un de nos hommes, chargé de mettre à mal le jardinier, la veille, avait perdu une chevalière à l'intérieur de laquelle son nom était gravé.

— Il est maladroit.

— Non, il a maigri.

Le blessé exhala un long gémissement qui peina César Pinaud.

— Puis-je faire quelque chose pour vous ? s'inquiéta-t-il.

— Vous l'avez déjà fait, ricana le presque moribond. Si vous avez encore une question à me poser, faites vite !

Le riche retraité murmura :

— Vous êtes de bonne composition.

— Non, foutu ! On voit la vie différemment.

— Que tramiez-vous ici, dans une propriété où ont été perpétrés des meurtres et que la police surveille ?

— Mon compagnon et moi guettions la venue de quelqu'un. De quelqu'un qui finira par se montrer.

— De qui ? interrogea la Vieillasse.

Comme la réponse tardait, César insista :

— Hein, dites ? Qui doit venir au château, et pourquoi ?

Mais l'homme gardait toujours le silence.

Il avait une bonne raison pour cela : il était mort.

Très vite on évacua les deux cadavres.

Ensuite, Pinaud gravit l'escalier menant à l'étage.

52

Les jambes de Kléber Dintzer étaient aussi rouges que celles d'un homard[52] venant de subir le même traitement et se marquaient de vilaines cloques.

Pris de compassion (on ne se refait pas, ou alors plus mal), je lui tendis, faute de mieux, un flacon d'huile solaire.

— Essayez toujours de vous oindre, fis-je.

Bérurier prit mal mon geste.

— Non, mais j'vais croire qu'y t'a tapé dans l'œil, c'merlu ! T'es prêt à lu faire un don d'orgasme ! C'est ses crins blancs qui t'charment ?

J'endiguis son courroux d'un clignement de mes longs cils. L'apôtre se souvint alors que la tactique éprouvée de deux flics questionnant un prévenu consiste à souffler l'un le chaud, l'autre le froid.

Du coup, le Dodu laissa quimper le linge préservant sa pudeur et s'en fut licebroquer d'abondance.

— Bien, ébroué-je. Dintzer travaille dans la came, vous Dressompert, dans le terrorisme de haut niveau. Est-ce l'amour qui vous a fait « fusionner » ?

Comme aucun d'eux ne mouftait, j'ajoutis :

— Alors, l'intérêt ?

— Sans doute les deux, finit par murmurer le journaliste.

Que devenait ma petite Antoinette pendant que je questionnais ces types ? Je voulais la rapatrier coûte que coûte chez nous, l'arracher à la Suède, ce réfrigérateur de luxe. Qu'elle pense en français, surtout. Que pouvait-on dire en suédois ? Sinon féliciter un prix Nobel !

Cet aparté surmonté, je revins à mes duettistes.

— Et puis merde ! soupirai-je.

Les trois hommes me fixèrent, stupéfiés.

— Caisse y s'pasme ? s'inquiéta mon compère Gloriole. Tu démarres ton retour d'âge ou bien ?

— Un truc dans ce genre, convins-je.

— Tu veuilles qu' j' t'remplace ? A la guerre, quand l'capiston est buté, c'est l'ieut'nant qui prend les choses en main.

Une nouvelle fois, il eut droit de ma part à un clin de mirette discret et s'arrêta de poser ses prétentions.

Comme j'allais repiquer au labeur, nous perçûmes le ronflement d'une tire devant la propriété. On en coupa le moteur et des pas firent crisser les fins graviers.

— Vous attendez du monde ? demandé-je à nos enchaînés.

— Absolument pas ! répondit le journaliste.

J'allis au fenestron d'aération et réussis à mater le terre-plein d'arrivée. Je vis une bagnole grise. Trois hommes en sortirent, plutôt insolites dans ce paradis vacanciel. Ils ne portaient pas de fringues estivales, mais des harnais dans les teintes marron et gris. Bien que je les distinguasse assez mal, ces mecs ne me produisirent pas un bon effet. Tu as certainement vu des tueurs à gages dans les ricaineries ? Eh bien ça !

Deux d'entre eux possédaient des tronches carrées et avaient un trou comme un anus de bébé au menton. Le troisième, nettement plus âgé, me sembla être le chef, sans doute à cause de sa mise plus recherchée et de ses façons autoritaires.

Pour commencer, ils s'approchèrent de la Ferrari jaune, attirés par le merveilleux bolide, le lorgnèrent sur tout son pourtour, puis gagnèrent la porte d'entrée.

Nous entendîmes le timbre mélodieux de la sonnette, actionnée à plusieurs reprises ; ensuite une grêle de coups impatientés ébranlèrent l'huis.

Je fis face au tandem enchaîné.

— Trois vilains, annonçai-je ; ça vous dit quelque chose ? Ils s'amènent directo du continent car ils sont loqués automne.

— Mon Dieu ! s'exclama Dintzer, oubliant ses brûlures, ce sont eux !

— C'est-à-dire ? fis-je.

Il haussa les épaules.

— Des amis qui nous veulent du mal.

— Parce que vous les avez doublés ?

Il n'eut pas le temps de répondre : un bris de verre retentissait au rez-de-chaussée.

— Enlève-leur tes cadennes ! chuchotai-je à Sa Majesté l'Empereur.

Pour une fois, il obéit sans argumenter.

Sitôt désentravés, les deux bouffe-bites se précipitèrent dans leur chambre à coucher pour mettre un slip et y prendre une arme. De toute évidence, Kléber savait mieux se servir de sa calculette que d'un pistolet. Sa main tremblait fort et je n'eus aucune peine à le lui ôter. Rapide regard au chargeur : il contenait six bastos en pleine neurasthénie.

— T'en as pas un aut' pou' ma Pomme ? s'enquit le Ventru.

Dintzer dénégata.

Une angoisse intense gagnait les deux folles. Cette visite imprévue leur semblait plus dangereuse que la nôtre, si j'en jugeais à leur panique.

Les marches vibraient ; les trois survenants faisaient autant de bruit qu'une horde teutonique.

— Portez-vous à leur rencontre, enjoins-je en poussant Roméo et Jules hors de la chambre ; nous restons prêts à intervenir.

En flageolant, ils m'obéirent.

Je refermai la porte sans toutefois que le pêne joue.

Les pas atteignirent l'étage.

— Eh bien voilà nos amis ! s'écria une voix teintée d'un accent levantin.

Les chérubins ne purent proférer une syllabe.

— Alors c'est ici que vous êtes venus planquer le magot ? reprit l'arrivant. Madère ! L'île de l'éternel printemps ! Pas bête ; c'est proche du continent et il y fait bon vivre. Seulement vous avez compté sans le flair du bon Samy ! Quand j'entreprends des opérations importantes avec des associés, je me soucie de leurs moindres faits et gestes. Ainsi, cette maison, mon bon Kléber, je connais son existence depuis que vous l'avez acquise, et j'ai tout de suite deviné dans quel but vous l'achetiez. Ne me restait plus que d'attendre votre trahison, beau jeune homme ! De la sorte, c'est vous qui avez pris tous les risques pour sortir le pactole de France. Je n'ai plus qu'à rafler la mise et la mettre ailleurs. Chez vous, on appelle cela tirer les marrons du feu, n'est-ce pas ?

— Ecoutez, Samy, bredouilla le gérant de fortunes, on devrait pouvoir s'arranger.

— Naturellement, admit l'homme ; comme cela, par exemple.

J'entendis le claquement feutré d'un silencieux. Entrouvrant la porte de quelques centimètres, je constatis que le talentueux Yvan Dressompert venait de se morfler, pratiquement à bout touchant, une praline de fort calibre dans le cœur.

— Non ! Non ! Pitié ! égosilla le bel ébouillanté. Prenez tout, mais ne me tuez pas !

— Tu crois ? demanda « l'élégant » en lui appliquant le canon de son Turlututu au milieu du front.

Cette fois, cela fit un gros baoum, non que son silencieux fût défaillant, mais parce que Bibi venait de défourailler.

Juste retour du destin : il morfla ma bastos en pleine tête.

— Un à un ! annonça le Gros.

Je flinguai les hommes d'escorte avant qu'ils eussent le temps de me déballer leurs calibres.

— Score final : trois-z'un, déclara Napoléon IV.

53

Chaque matin, à son petit déjeuner, Jérémie Blanc mangeait des figues trempées dans l'huile d'olive ; son transit intestinal s'en trouvait bien. Toute sa famille grandissante suivait ce régime, ce qui ne l'empêchait pas d'absorber ensuite un classique café au lait et des tartines confiturées.

Ramadé revint de chez le boulanger, lestée de pain frais et de journaux. Son époux lisait Le Monde et la jeune femme Le Parisien libéré aux illustrations plus abondantes. Elle déposa sur la toile cirée de la table ces nourritures destinées au corps et à l'esprit en se plaignant du temps. Il tombait de la neige fondue qu'une bise sinistre projetait au visage. Pour preuve, elle montra son bout de nez sombre qui se mettait à rougeoyer comme celui d'un clown.

Son mari lui sourit tendrement, heureux de se retrouver avec les siens après les péripéties vécues en Arabie Orthodontique.

Soudain, Capote-anglaise-trouée, le troisième enfant de ce foyer béni s'écria :

— P'pa ! Y a toi dans le journal !

Il désignait une photo à la une du Parisien.

Le policier s'en saisit et vit qu'il ne s'agissait pas de lui mais de son cousin Monosperme. Le titre glaça son sang africain : « UN TUEUR NOIR TRAQUÉ DANS PARIS. » Le cœur affolé, la gorge cotonneuse, il lut l'article consacré aux méfaits de son parent. Ce dernier, au sortir d'une garde à vue, avait contraint une femme détective à le suivre dans un hôtel borgne, l'avait violée sauvagement, à plusieurs reprises ; puis, subtilisant son arme de service, l'utilisa pour abattre un jeune inspecteur qui tentait de l'appréhender. Toujours au cours de cette équipée, se payant d'un culot phénoménal, le dénommé Monosperme Blanc contraignit le conducteur d'une voiture de police à l'emmener dans une impasse proche de la porte d'Italie où il l'assomma avec la crosse de son soufflant. Les coups furent portés avec tant de sauvagerie qu'ils lui occasionnèrent une fracture du crâne. La brigade des homicides ratissait le quartier.

Jérémie replia le journal posément.

— Qu'est-ce qu'il se passe ? demanda timidement Ramadé.

Son époux avait toujours mis une barrière entre son foyer et sa vie professionnelle.

— Rien, répondit-il d'un ton mort.

Il se rendit dans leur chambre où il planquait son flingue, au fond d'un cache-pot de cuivre ciselé sur lequel il plaçait une superbe plante artificielle. Il s'assura que le chargeur était plein et glissa le pétard à sa ceinture, au-dessus de sa fesse gauche.

* * *

L'effervescence policière annoncée par le journal avait cessé. N'en subsistait qu'une tire barrée de tricolore à un carrefour. Deux gardes l'occupaient en devisant ; l'un d'eux fumait, un coude à la portière.

Blanc s'approcha et produisit sa carte. Les gars sursautèrent. Le fumeur largua son clope.

— Vous êtes ici en service régulier, ou est-ce à cause du bougnoule meurtrier ? demanda Jérémie.

Interloqués, les draupers le considérèrent avec effarement.

— Pour la seconde hypothèse, répondit le conducteur.

— En ce cas laissez là votre brouette et suivez-moi !

Les « requis » hésitèrent.

— Ça urge ! fit froidement le protégé de San-Antonio.

Il mit le journal sous les yeux des confrères.

— Mettez-vous bien cette gueule dans le cigare, mes amis, vous ne pouvez vous tromper : nous sommes cousins germains, d'où la ressemblance. Dans une même famille, il y a la bonne herbe et l'ivraie. Je crois savoir où se planque ce fumier. Je fonce à la cueillette ; tout ce que je vous demande c'est de surveiller les deux issues de son terrier. S'il fuit, cela voudra dire qu'il m'aura mis à mal, alors foutez-le-moi en l'air ! Et pas d'hésitation, surtout ! Vous me le seringuez à pleins chargeurs, sauf s'il est accompagné, naturellement ! Ça va se passer au bout de cette rue. Vous verrez une blanchisserie. L'un de vous planquera dans l'allée qui la précède, l'autre fera le pet près du magasin. Puis-je compter sur votre détermination ?

Ils acquiescèrent sans mot dire.

— Préparez vos armes, et ne comptez pas dégainer au dernier moment, avec cet oiseau vous seriez marron !

54

L'Ineffable pénétra dans la soupente aménagée au-dessus du local à vendanges et toussa car elle était envahie de fumée. Les consommateurs de tabac ont tendance à s'asphyxier sans seulement s'en apercevoir, avec un stoïcisme complaisant qui fait rigoler leur cancer en cours d'élaboration. Etrange suicide, voluptueusement consenti par l'homme paniqué par les menus dangers, mais qui tète son trépas voracement comme Romulus la louve de Rome.

Pinaud sentit gronder son asthme dans ses bronches. Certes, il pétunait, mais seulement des mégots agoniques qu'il rallumait pour le seul plaisir de brûler ses moustaches.

Il fonça au vasistas et l'ouvrit au maximum. L'air mouillé de l'automne commença son boulot de nettoiement. César l'aspira de ses pauvres soufflets racornis, puis examina les lieux, meublés de deux paillasses nanties de couvertures feutrées et d'un conteneur en plastique recelant de quoi s'alimenter.

Hormis ces éléments de dépannage, la pièce ne contenait qu'une lunette astronomique fixée à un trépied et un fusil à balles de fort calibre, équipé d'un viseur à infrarouges. Le grenier était transformé en mirador, depuis lequel les guetteurs attendaient leur cible.

Poussant son inspection, il trouva, fixé à la poutre de soutènement, le système de phonie qui lui avait permis d'entendre parler les occupants de cette soupente, par le vieux poste de radio. Sans doute l'homme abattu et son complice en fuite, avaient-ils des notions approximatives de l'utilisation de ces appareils, puisque l'écoute s'opérait dans les deux sens.

Le vénérable limier réfléchit sur la conduite à adopter et décida de rester. Il prit un paquet de biscuits dans la cantine, se mit à les grignoter, assis sur celle-ci.

Je l'ai déjà dit, le répéterai jusqu'à ce que des touffes de cresson me sortent des narines, les authentiques policiers bénéficient d'un atout majeur : la perspicacité. Et la Pine en possède à revendre.

Ayant clapé ses biscuits, des « Petits Lu »[53], le Fripé dodelina de toute sa personne, s'endormit, chuta sans se faire mal de son siège improvisé, puisqu'il le fit sur l'un des deux matelas où son sommeil s'épanouit.

Ce que furent ses rêves n'est pas précisé dans cette œuvre d'exception, sache cependant que La Gâtoche en écrasa quatre heures consécutives avant d'être arraché à Morphée par un grincement de porte.

Vieillissant mais fin limier, Pinaud s'éveilla instantanément et fut debout en moins de quatre secondes. Tous ses sens (en déconfiture) aux aguets, il comprit que le bruit ne provenait pas de sa mansarde. Trop caverneux ! Il émanait du diffuseur. D'autres frôlements du même type se renouvelèrent : légers chocs, glissements de pas, souffle précipité.

« Eh bien, nous y sommes, pensa l'adorable flic à poils (teints mais) blancs. Ce qui doit arriver se produit toujours, il suffit d'attendre. »

Il descendit, quitta la remise. Au-dehors, quelques reliquats d'averse s'égouttaient des arbres dont le plus jeune devait avoir son âge.

Avançant sur l'herbe du parc pour ne pas faire crisser le gravier, il regagna le château.

De lointaines lumières municipales mettaient des traînées blêmes autour du domaine. César arquait de son allure empreinte d'application.

Parvenu à la bâtisse, il s'arrêta afin de contempler les fenêtres noires. En scrutant bien, il crut apercevoir une petite lueur errante au premier étage. Il attendit encore pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'un reflet, puis gagna avec lenteur la façade principale. Il adoptait une démarche veloutée d'un chat et réussissait à se déplacer sans bruit, certain que les spasmes de la bise le rendaient insonore.

La porte n'était pas fermée de l'intérieur ; il pénétra dans la bâtisse et ôta ses chaussures. Après quoi, il emprunta l'escalier : ombre dans l'ombre comme l'aurait écrit un romancier qui ne chiait pas la honte. Gravit chaque marche en posant les pieds sur la partie la plus large, celle qui est scellée dans le mur. Le palier atteint, il s'immobilisa, l'oreille en radar de marine.

Ce qu'il entendait restait feutré, mal discernable. Pourtant quelqu'un se mouvait dans la chambre de Titan Ma Gloire.

Il dégagea le feu de l'agent buté, l'assura dans sa main flétrie, ligotée de grosses veines bleues. Sans crainte, il gagna la petite antichambre capitonnée, puis le saint des saints : la pièce vénérée où l'Illustre dormait, pompait des jeunâtres sans vergogne, et se faisait introduire le colombey dans les deux églises.

Pinuchet vit une lampe électrique pourvue d'un auvent qui en réduisait le faisceau. Une femme assise sur le tapis examinait le contenu d'un tiroir qu'elle avait étalé entre ses jambes.

Elle dut brusquement prendre conscience d'une présence étrangère, car elle saisit sa torche portable et balaya la chambre. Lors, elle découvrit cet homme d'un certain âge, armé d'un pistolet, clignant des yeux comme un hibou.

— Ne bougez pas ! recommanda la Vieillerie en tâtonnant de la sinistre pour dégauchir le commutateur.

La pièce s'éclaira en grand.

Il découvrit une fille d'à peine trente ans, au teint mat, aux yeux brillants.

S'en approcha, sans cesser de braquer son ronflant sur elle. La trouva jolie, constata qu'elle n'avait aucune arme. « Apparemment », rectifia-t-il in petto, car il avait eu des déconvenues de ce côté-là au cours de sa carrière.

— Qui êtes-vous ? demanda-t-il.

— Qui êtes-vous ? questionna-t-elle.

Ils prononcèrent ces mots avec un tel synchronisme qu'ils ne purent s'empêcher de sourire.

Pinaud répondit le premier en produisant sa carte.

— La police ! fit-elle, moins qu'heureuse d'apprendre une telle nouvelle.

— Cela ne doit pas être votre cas ? repartit Pinauprose.

Elle hocha la tête :

— J'étais une amie de Titan Ma Gloire.

— Que cherchez-vous dans sa chambre, maintenant qu'il n'est plus ? interrogea le Bêlant avec un rien de sévérité.

— Je lui avais écrit des lettres d'amour que je ne tiens pas à voir publiées dans un journal à scandale.

Il émit une sorte de bruit caverneux causé par la faim qui commençait à le tenailler.

— Une personne étrangère à cette maison n'a pas le droit de venir y perquisitionner en pleine nuit, quand bien même elle aurait eu des bontés pour le propriétaire !

— Je sais, j'ai commis une grave faute, dit la fille en penaudant comme les petites branleuses de la Comtesse de Ségur lorsqu'elles se font morigéner par la mère Rostopchine.

Sa contrition laissa César de glace, tels les saints fêtés les 11, 12 et 13 mai. Malgré sa nature mansuète, il chiqua à l'inflexible :

— Je vous prie de vous lever et de m'accompagner !

Elle se mit à sangloter, quitta sa position assise pour se mettre à genoux. La posture de suppliante amena sa bouche au niveau de la braguette pinulcienne. Sur l'instant, il ne comprit pas le rose dessein de la coupable. Ce fut seulement lorsqu'elle lui saisit les abats avec ses dents, à travers l'étoffe de son grimpant et que, simultanément, elle pétrit sa couillasse qu'il réalisa le viol perpétré sur sa personne.

— Cette initiative ne modifiera pas mon comportement, prévint-il honnêtement. Je me suis toujours montré un fonctionnaire de devoir et j'entends le rester, même dans une situation scabreuse. Cependant si vous m'honorez d'une fellation, je l'accepte volontiers.

— Tu feras ce que tu voudras, râla la femme en pleine lubricité, mais j'ai trop envie de ta bite ! Tu sens comme elle gonfle, chéri ? Dis, le sens-tu ?

— Certes ! admit Pinaud dont le sensoriel était à la noce, si l'on peut dire.

Les doigts de la ravageuse s'affolèrent sur sa braguette protubérante. Elle parvint à dégager l'objet que défendait un calcif d'une autre époque. Le vieux flic n'avait pas été particulièrement gâté par la nature. Son ziffolo à coulisse se montrait correct, sans plus, dans le style passe-partout.

— Quelle merveille ! s'extasia cependant sa partenaire frénétique.

Elle prit le modeste champignon dans sa bouche et le mordit de toutes ses forces, avec une telle voracité qu'un gros lambeau de tête de nœud resta entre ses dents.

Elle le recracha et hurla :

— Sale salaud ! Sale salaud ! Ta queue a un goût de pisse !

Pinuche ne perçut pas l'insulte car il venait de s'évanouir sous l'empire de la douleur[54].

55

C'était une petite blanchisserie de quartier, tenue par une adorable Sénégalaise nommée Nuit-du-quatre-août M'Bapa. Elle avait débarqué à Paris quelques années auparavant, en compagnie de Monosperme Blanc dont elle était la maîtresse, mais surtout « la chose ».

Il l'avait enlevée à une honorable famille de Dakar (le père pilotait un taxi) dans l'intention de la mettre au turbin sur les trottoirs de la Ville lumière. Elle se montra totalement réfractaire à cette louable activité, allant jusqu'à se taillader les veines du poignet plutôt que de pomper son premier client, un certain Dieudonné Dubois, brave homme au demeurant, qui travaillait au Bon Marché en qualité de magasinier.

Comprenant qu'il n'y avait rien à en tirer du côté prostitution, le gredin lui trouva une place de plongeuse dans un bar de Pigalle. Elle ne s'y plut pas davantage et devint repasseuse chez une vieille blanchisseuse du 13e, percluse de rhumatismes articulaires, qui lui confia rapidement la boutique en gérance.

C'était la femme d'un seul amour. Malgré sa grande désillusion ou à cause d'elle, elle ne connut aucun autre homme. Monosperme passait quelquefois, vider ses couilles et le tiroir-caisse de la chère âme, laquelle avait troqué son prénom de Nuit-du-quatre-août, contre celui, moins pittoresque, de Constance[55].

Dans les mois qui suivirent son arrivée, Jérémie fréquenta beaucoup son cousin et sa « fiancée ». Il tenta à maintes reprises de le mettre en garde, mais ce déraciné aimait trop la vie facile, les beaux vêtements et les filles de la nuit. Déçu, découragé aussi, l'époux de Ramadé finit par ne plus voir son ancien compagnon. Cet éloignement ne l'empêchait pas de garder un œil sur le voyou de la famille. Quand il fut intégré à la P.J. sous la houlette de San-Antonio, il tira Monosperme de quelques mauvais pas, tout en sachant secrètement que son louche destin était en marche.

Lorsqu'il pénétra dans la blanchisserie, la jeune Sénégalaise repassait un pantalon d'obèse sur sa presse. Elle tressaillit en reconnaissant le parent de son jules. Le policier crut la voir blêmir sous sa peau d'ébène bien astiquée.

— Salut, Petite Fleur ! jeta-t-il, retrouvant l'un des noms gentils qu'il lui donnait jadis.

— Jérémie ! s'exclama-t-elle un peu plus fort qu'elle n'aurait dû.

La boutique sentait la lessive et le roussi. Quelques objets de bazar africain la décoraient, voisinant avec un crucifix orné d'un rameau de buis. Le Sénégal est en majorité musulman, mais Nuit-du-quatre-août pratiquait le catholicisme, agrémenté d'un charmant paganisme.

Ils s'embrassèrent sans élan.

— Les affaires marchent ? demanda-t-il.

Constance haussa les épaules :

— Je me contente de peu.

— Il y a longtemps que tu as vu ton mec ?

— Assez, oui, assura-t-elle.

— Sais-tu qu'il a fait du vilain ?

— C'est pas vrai ?

— Il a buté un flic !

Elle bafouilla, ne sachant quelle attitude prendre, empêtrée dans un rôle qui la dépassait.

— Tu te rends compte ? insista son pays. C'est la viande la plus chère qu'on puisse s'offrir. S'il se fait poirer, mes confrères risquent de tirer avant de lui faire les sommations. Surtout qu'il est black ! Qu'on prétende le contraire ou pas, la ségrégation perdure, tu as dû t'en apercevoir.

L'immense futal ressemblait à la partie inférieure d'un éléphant aplati !

Elle ne disait mot, semblant ne pas l'entendre.

Jérémie montra l'arrière-boutique et interrogea la femme du regard.

Comme elle demeurait sans réaction, il franchit le rideau de perles séparant le magasin de l'appartement. Cela fit un bruit froufrouteur qui lui rappela son enfance : « ils » avaient le même à la maison.

Il pénétra dans une petite pièce à vivre pourvue d'un coin-cuisine. Une cigarette mal écrasée achevait de se consumer sur le méchant carrelage jaspé. Après ce modeste living, suivaient un cabinet de toilette, puis une chambre à coucher tout en longueur. Le Sénégalais ouvrit la porte sans vergogne, en véritable flic qu'il était devenu ; il ouvrit le dormitorium de la blanchisseuse. Le lit non fait et l'odeur pugnace du tabac le renseignèrent.

— Dis donc, Cul-de-rat ! gronda Jérémie, tu ne vas pas jouer à cache-cache avec moi : la fenêtre est fermée et le verrou de la porte de derrière tiré. Conclusion, tu te trouves soit sous le plumard, soit dans la garde-robe. Mon chargeur contient six balles. Pour commencer je tire trois pralines sous le pageot et trois autres dans le meuble ; avec un peu de chance, y en aura bien une pour toi !

Il se tut, rien ne broncha.

Jérémie commençait à douter de la présence du forban lorsqu'une détonation retentit tandis qu'une intense douleur embrasait sa cheville.

Il réalisa que le « gentil » cousin se tenait sous le lit. Simultanément, la couche de Nuit-du-quatre-août se dressait à la verticale, s'interposant entre Jérémie et l'impitoyable Monosperme. Le salaud aurait pu profiter de l'occasion pour tenter un rush vers la sortie donnant sur la cour, mais au lieu de cela, il s'arc-boutait afin de presser son parent contre le mur. Ainsi, jadis, étouffait-on les malheureux atteints de la rage.

Avec une force accrue par le danger et la fureur, il continuait à comprimer le blessé. Il le tint longuement dans cette posture. Jérémie tentait de refouler cette inexorable poussée, mais n'y parvenait pas. Sa main armée, bloquée contre le mur, s'engourdissait rapidement et sa cheville éclatée lui causait une atroce souffrance.

« Ce n'est pas possible de crever comme ça ! » pensa-t-il. Un vertige ruinait sa rébellion. A nouveau, il se revoyait au village en compagnie du misérable. L'école… le fleuve en période sèche, avec ses langues de sable dont ils faisaient des plages !

Au moment où une vague pourpre le submergeait, il lui sembla que la pression faiblissait quelque peu. Il reprit courage. Parvint à se glisser de côté. Sa tête se dégagea et il put voir la pièce. Le garde qu'il avait posté dans le couloir de l'immeuble, entendant la détonation, venait de faire sauter la maigre serrure d'un coup des pôles (pardon : d'épaule). Obéissant aux recommandations de l'officier de police, il braquait son revolver dans le dos de Monosperme.

— Les mains levées ! aboya-t-il.

En guise d'obtempération, l'Enragé passa sa main droite tenant l'arme sous son bras gauche et lâcha deux bastos derrière lui.

La première fracassa un globe en verre recouvrant la couronne de mariée de l'ancienne teinturière, mais la seconde se logea dans la poitrine du courageux flic, à quelques centimètres de son palpitant.

— Putain de ta mère ! jeta le drauper en appuyant sur la détente de sa seringue.

Une série de pruneaux saccagèrent la colonne vertébrale du cousin qui devint dès lors aussi inoffensif qu'un gigot d'agneau piqué d'ail.

Restait au poulet factionnant dans la rue d'accourir pour dresser le bilan de laid chaud fourré. Il trouva un officier de police à la cheville éclatée, un sous-brigadier crachant le sang et le truand noir paralysé à vie.

Devant un tel carnage, Constance pleurait à chaudes lances et promettait au Tout-Puissant d'abandonner sa teinturerie pour devenir religieuse.

Ce qu'elle fit l'année suivante.

Elle devait se retirer chez les Filles de la Contraception où la Supérieure la promut repasseuse de la congrégation.

Deux ambulances survinrent. Dans l'une l'on chargea le garde au soufflet perforé, dans l'autre les Sénégalais.

Jérémie souffrait beaucoup.

Monosperme n'éprouvait aucune douleur. Il était devenu pareil à un bloc de glace. Conscient de son état, il murmura :

— Je suis nase à vie !

— La faute à qui ? riposta son voisin de brancard.

Tout en parlant, Blanc-flic remerciait le Seigneur de ne pas être l'auteur de cette paralysie qu'il aurait passé le restant de ses jours à regretter.

— Oui, soupira le voyou, j'y suis allé fort. Je me croyais invincible !

— Personne n'est invincible, grommela le policier. Conclusion : on est niqués, toi et moi, connard !

Il y eut un silence. L'infirmier se mit à parler avec le conducteur par le judas de séparation.

Monosperme dit doucement :

— J'avais lu dans la presse que tu t'occupais de l'affaire du château de Louveciennes ?

— Et alors ?

— Je peux t'apprendre des choses à ce sujet.

— Toi ?

— Pourquoi pas, le Criquet ?

Jadis, il donnait ce surnom à Jérémie parce qu'il reproduisait à s'y méprendre le bruit de cet insecte.

— Eh bien, si c'est le cas, parle ! geignit le poulet.

Son parent marqua une ultime hésitation.

— Après tout, je te dois bien ça ! dit-il. La solution de tes problèmes se trouve au château de Louveciennes.

Et il s'évanouit.

56

Le révérend Pinaud passa un temps très bref dans les quetsches. Il surmonta sa douleur et, fier Sicambre, inclina la tête pour vérifier les dommages infligés à sa queue par l'hyène vorace.

La tête du champignon d'amour venait d'être partiellement sectionnée et le cryptogame saignait d'abondance (comme les cornes du même nom). Un morceau de mou, d'un violacé écœurant, gisait sur le tapis.

Le malheureux partit à la recherche d'une salle de bains, lava longuement sa plaie en émettant des cris de souffrance et se fit un pansement de fortune à l'aide d'un gant de toilette en tissu-éponge.

Une sombre résignation l'habitait. Il songeait que cette mutilation sonnait le glas de sa sexualité agissante. Il lui faudrait, désormais, appeler faire l'amour ce qui, jusqu'alors, en constituait les hors-d'œuvre.

Indomptable, il se jura de continuer l'enquête sans davantage perdre de temps avec sa pauvre vieille bitoune mise à mal.

La houri s'était enfuie en abandonnant le tiroir renversé et les objets qu'il renfermait. Avait-elle eu le temps de s'emparer de quelque chose ? Si oui, il ne pouvait savoir de quoi il s'agissait. Il regardait mélancoliquement le fatras jonchant le sol lorsqu'il fit une découverte qui devait l'aider à poursuivre sa chasse.

Dans sa précipitation, la fuyarde avait renversé un pot de porcelaine contenant du talc, matière ayant son rôle à jouer lorsqu'on pratique la masturbation.

La rétive donzelle, en piétinant cette poudre, offrait l'empreinte de ses mignons ripatons et laissait des traces de sa fuite.

Cette aubaine ragaillardit l'héroïque perdreau.

Il allait, s'appuyant sur le faisceau de sa lampe comme sur une canne. Il se réjouissit que la pluie fût calmée, ainsi le talc, bien qu'il s'estompât, continuait de composer un tracé lisible sur l'herbe rase. Il le conduisit vers la partie du mur longeant une voie peu usitée, compromis entre la sente forestière et l'allée secondaire. Une portelle de bois commençait à s'affaisser sur des gonds tordus. Dans sa précipitation, la femme ne s'était pas donné le temps de la refermer.

Pinaud passa un moment à interpréter les indices livrés à sa sagacité. L'anthropophage avait enfourché une bicyclette. Il fut heureux de découvrir un cataphote au support rouillé. Sans doute s'agissait-il d'une bécane exténuée, comme il en agonise dans les greniers parce qu'on n'a pas le courage de la mettre aux ordures.

La pièce avait été arrachée par les ronces contre lesquelles se trouvait le vélo en attente. Partant de cette quasi-certitude, il n'eut plus qu'à suivre les marques des roues. Elles l'entraînèrent jusqu'à un chemin débouchant sur une rue quiète de Louveciennes.

Parvenu à ce modeste carrefour, la Pine (mutilée) s'arrêta, indécise. Toutes traces avaient cessé.

La voie était silencieuse et blafarde. De très rares véhicules l'empruntaient à cette heure tardivo-matineuse. D'un geste harassé, il tira sur son calcif, lequel comprimait sa verge en partie étêtée. Il sentait qu'en aucun cas la piste ne devait se refroidir. César-l'Ebréché était dans l'état d'un homme frappé d'une attaque, qu'on oblige à rester lucide pour préserver une chance d'en réchapper.

Devait-il prendre à gauche ou à droite ?

Une récitation de son premier âge lui vint à l'esprit et il la balbutia, comme on ânonne une prière :

« Un enfant, au bout d'une route,
Trouva tout à coup deux chemins.
Il s'arrêta, rempli de doute,
Roulant son chapeau dans sa main.
Fallait-il prendre à gauche, à droite,