/ / Language: Français / Genre:det_irony / Series: Le Commissaire San-Antonio

Tu vas trinquer San-Antonio

Frédéric Dard

Deux ivrognes et un clébard, voilà tout ce dont je dispose pour démarrer mon enquête aux U. S. A. Les deux poivrots ont pour noms Bérurier et Pinaud et le chien est un gentil boxer, baveur à souhait ! L'Empire State Building aux pieds de Béru, il faut avoir vu ça ! Mais je vais en voir bien d'autres au milieu de la pègre new-yorkaise. Mes acolytes boivent, mais c'est naturellement votre bon San-Antonio qui va trinquer.

Tu vas trinquer, San-Antonio

A Pat LODIGIANI.

Son ami. S.-A.

AVIS AU LECTEUR

Ayant eu quelques ennuis avec de pauvres tordus qui avaient cru se reconnaître dans un de mes livres, je prends désormais la précaution d’avertir le lecteur que toute ressemblance, etc.

Or mes scrupules m’obligent à préciser que, cette fois, tout n’est pas fictif dans ce récit. Par exemple, à un certain moment, je parle de l’Empire State building. Eh bien, je vais vous faire un aveu : il existe !

Et s’il veut me faire un procès, qu’il y vienne ! Les débats ne manqueront pas d’une certaine grandeur !

S.-A.

PREMIÈRE PARTIE

ÇA NE TOURNE PAS ROND

CHAPITRE FIRST

NEW YORK CITY ! FIN DE SECTION !

Accoudés au bastingage du Liberté, Pinaud, Bérurier et moi-même, autrement dit San-Antonio le valeureux, re-autrement dit le fils unique et préféré de Félicie, nous regardons mélancoliquement le quai du débarquement[1] de la French Line sur lequel se presse une foule qu’un académicien diplômé de l’Etat qualifierait certainement de bigarrée mais qui, en tout état de cause, est sans conteste nombreuse[2] !

Dans l’immense hall qui aurait volontiers servi de hangar au Graf-Zeppelin et d’entrepôt au cirque Barnum, des gens se congratulent avec des effusions humides qui feraient cavaler l’aiguille du baromètre au variable.

Les passagers du barlu sont presque tous descendus. Pourtant quelques-uns sont encore aux prises avec les gabelous ricains et adressent à ceux qui les attendent des sourires zémus et des chauffe-Barbès veloutés[3].

Les opérations de débarquement sont longues aux U.S.A. Les douaniers, les bourdilles de l’Immigration et autres poultoks en civil ou en uniforme font du zèle. Pour commencer, en arrivant à bord, ils piquent un sprint vers la salle à manger des premières afin de se cogner le tronc à la française.

Puis quand ils ont fait le plein, ils s’attellent au labeur. Vache organisation, les gars. Pas du tout à la française, celle-là ! On vous cloque des numéros, on vous tamponne, on vous composte, on vous examine, on vous interroge… Si vous avez les soufflets becquetés par les mites, vous devez refiler vos photos d’intérieur à des toubibs qui les matent sur une plaque de verre lumineuse… Bref, c’est du sérieux.

En ce qui nous concerne, nous n’avons pas à souscrire à ces formalités puisqu’il ne nous est pas permis de débarquer, étant donné notre situation irrégulière[4].

Bérurier le Preux émet un bâillement à côté duquel le gouffre de Padirac n’est qu’un trou dans du gruyère. Cette opération me permet une vue panoramique sur ses amygdales qu’il a spongieuses et violacées.

— Combien de temps qu’on reste ici ? s’enquiert-il.

— Deux jours.

— Deux plus six égale huit, totalise Pinaud qui a toujours montré des dispositions pour les maths. Et de soupirer pour renforcer la brise marine qui fait claquer au-dessus de nos bols le drapeau français.

Bérurier saisit un poil de son nez, l’arrache d’un coup sec, essuie les larmes résultant de cette opération, et mire le poil avec attention.

— Mets-le de côté, conseillé-je. Quand tu en auras assez, tu pourras te confectionner un chouette pinceau. Paraît que les poils de porc, c’est l’idéal pour la peinture !

Il ne réagit pas et laisse tomber son poil dans l’Atlantique, lequel a connu bien d’autres souillures, depuis l’ère primaire (celle qui eût le mieux convenu à mon collaborateur, avouons-le).

— Ce voyage me fait tartir, affirme le Gros avec une brusque véhémence.

— Pourtant il est couronné de succès, fais-je observer.

— Il aurait pu l’être d’épines, renchérit Pinaud qui ne manque jamais l’occasion d’étaler la profondeur insondable de sa couennerie.

Béru désigne d’un geste émouvant de simplicité les gratte-ciel de Manhattan qui se dressent devant nous, formidables et mystérieux.

— Tu te rends compte, San-A. ! Etre à quelques mètres de Niève York et pas pouvoir visiter, c’est un monde ! Tu crois pas que si le commandant nous faisait un papier on pourrait aller écluser du whisky dans un bistrot à store ?

— Tu veux dire un drugstore ?

— Oui, fais excuse, je cause que français !

Je lui laisse cette illusion et je réponds à sa question initiale.

— Les autorités de par ici se moquent d’un papier du commandant comme de la première peau d’un nègre. Ce qu’elles veulent, c’est qu’on soit en règle. Quand elles sont tranquilles sur ce point, elles te foutent une paix royale, encore que démocratique…

Le monumental Béru se penche par-dessus le bastingage et propulse dans l’eau noire clapotant tout en bas du barlu un jet de salive plus noir encore.

— Je pourrai au moins dire que j’aurais craché à Niève York, décrète-t-il.

— Si y a que ça qui te tracasse, Gros, je peux aussi te faire une attestation comme quoi tu y as débloqué !

Nous en sommes là de nos pertinents échanges de vues lorsqu’un mousse en grande tenue vient nous quérir de la part du commandant.

Intrigués, nous lui filons le train jusqu’à la cabine du seul maître du bord. Le mousse frappe, nous annonce, et s’efface comme sous l’effet du Corector pour nous laisser entrer.

La pièce est grande pour une cabine. C’est un burlingue luxueux, avec des bouquins, un bar bien garni, des meubles d’acajou et des fauteuils profonds comme des tombeaux.

Le commandant est laga, dans sa tenue number one ; l’air distingué. Très français ; très prestigieux… Il se trouve en compagnie d’un homme balanstiqué comme une armoire, avec une mâchoire carrée, des yeux de porcelaine bleue et une cravate comme vous n’oseriez pas en mettre une, même si vous vous déguisiez en Amerlock au Carnaval de Nice.

Il nous regarde entrer d’un œil aussi acéré qu’une lardoire à gigot. On dirait qu’il mijote une sombre rancœur car ses maxillaires ont un léger mouvement de bielles, mais en y regardant de plus près, je constate qu’il mâche du chewing-gum.

Le commandant nous salue.

— Commissaire, me dit-il, permettez-moi de vous présenter un de vos collègues américains, l’inspecteur Oliver Andy, qui a une communication de la plus haute importance à vous faire de la part de vos supérieurs.

Le Ricain tient sur ses genoux croisés un bada de paille noire orné d’un large ruban à carreaux blancs et noirs. Il se lève après avoir déposé le bitos sur le carnet de bord de l’officier.

— How do you do ? éructe-t-il en avançant vers moi une paluche qui flanquerait la pétoche à un buffle fou furieux.

Je lui réponds que ça boume, bien que mon cor au pied me fasse un peu souffrir, et je confie ma dextre aristocratique aux deux kilos de viande qu’il brandit devant moi.

Il m’écrase quatre phalanges, procède de même avec mes valeureux collaborateurs lorsque je les lui présente et se rassoit.

Le commandant, discret comme la tache-de-vin-sous-le-sein-gauche-d’une-jeune-mariée-en-voyage-de-noces, met les adjas en nous assurant que nous pouvons user de son bureau aussi longtemps que ce sera nécessaire.

Nous voici donc entre poulmen dans la volière.

— Do you speak english ? demande le royco yankee.

Je préfère battre à niort.

— Non…

Notre interlocuteur se fend en deux dans le sens de la largeur, ce qui est sa façon de rigoler.

— Alors, je vais essayer mon français.

— Il me paraît correct…

Il hausse les épaules avec une modestie, peut-être feinte, mais qui l’honore.

— Votre chef s’est mis en rapport avec le mien pour l’affaire qui vous a fait monter sur le bateau…

— Alors ?

— Il dit que les plans volés en France venaient ici, mais que vous avez pu les intercepter avant débarquement, all right !

— Yes. Ils sont actuellement dans le coffre-fort du commandant !

— Bravo !

— Trop aimable.

— Seulement, mon chef est very curious de savoir à qui ils étaient destinés ici, you see ?

— O.K.

— Il demande au vôtre chef de vous permettre d’enquêter with nous parce que vous aviez débuté la chose… l’affaire, understand ?

— Tu parles, Charles !

Il acquiesce.

— Well. Il est possible que nous découvrions a big réseau d’espions, hm ?

— Hm, hm !

Béru me tire par la manche.

— Tu sais que je commence à entraver l’anglais ? me dit-il, épanoui.

Le gnace du F.B.I. sort de ses profondes une grosse enveloppe.

— Voilà trois séjours-permis d’un mois. And deux mille dollars…

J’enfouille le blot. Le cher Bérurier en glousse d’aise. Il va enfin pouvoir visiter Niève York.

— Now, my address, déclare l’autre en me tendant un rectangle de bistrol. Vous appelez mon service n’importe l’heure. All right ?

— Very well, thank you !

Je suis un peu commotionné par la tournure des événements. Pas mécontent du tout, je vous prie de le croire. Moi qui pensais me morfondre à bord encore plus d’une semaine.

Andy se lève.

— Good luck, boys !

Il me tend à nouveau son broyeur, mais je prends les devants cette fois et c’est moi qui lui fais un consommé de cartilages.

Il ne sourcille pas et quitte la cabine après avoir administré dans le dos de Pinaud une tape cordiale qui décroche le poumon gauche de mon estimable comparse.

Nous nous regardons.

— Ça se corse, lance Bérurier en se massant l’abdomen. On va pourvoir déhoter de ce barlu et visiter le patelin.

— Oui, mais dans quelles conditions, Gros ! Nous voilà chargés d’enquêter dans un pays immense dont nous ne parlons même pas la langue !

— T’inquiète pas, affirme le Mastodonte, très optimiste. On ne connaît pas l’anglais, mais on connaît le système D. C’est ce qui nous sauve toujours, nous autres, les boy-scouts de Bois-Colombes !

« Allez, caltons. je commence à avoir des fourmis dans les tiges !

« La mer qu’on voit danser, c’est très joli, mais faut pas qu’elle danse trop longtemps !

CHAPITRE TWO

DIX-HUITIÈME ÉTAGE : TOUT LE MONDE DESCEND !

Nous ne mettons pas longtemps à faire nos valises. D’autant plus que lorsque nous sommes partis du Havre, nous n’avions, pour tout bagage, qu’une limace de rechange et une brosse à dents, plus, en ce qui concerne Bérurier, un vieux numéro d’Ici Paris.

Vous avouerez que c’est peu pour entreprendre un voyage aux Etats-Unis.

Nous nous dirigeons d’une allure martiale vers la passerelle sommée d’un dais bleu lorsqu’une réflexion du Gros me fait stopper.

— Les Ricains ont eu raison de nous laisser poursuivre l’enquête icigo, déclare ce puissant échantillon de la race humaine ; du moment que nous avons une chaude piste, il faut la continuer.

— Minute ! meuglé-je.

Mes deux éminents collaborateurs se pétrifient.

— Dites, les bonshommes, je pense à quelque chose.

— Donc, tu es, renchérit Pinaud qui a des lettres à défaut de caractère.

Je ne relève pas ce trait d’esprit.

— Les documents que nous avons récupérés étaient planqués dans le collier d’un chien boxer…

— On le sait, affirme Béru-la-Ganache.

— Il est probable que les mecs qui attendent les documents le savent itou. Conclusion, à défaut de leur collaboratrice décédée en cours de route, ils doivent surveiller le débarquement du gaille !

Ayant proféré ceci, je confie ma valise en carton véritable à mes équipiers et je grimpe dare-dare[5] sur le pont supérieur, où se trouve le chenil du barlu.

Le boxer est toujours assis dans sa cage. Il frétille du moignon en m’apercevant. On commence à se connaître, nous deux…

— Viens, mon bijou, je susurre. Viens, mon amour…

Je délourde sa portelle et je chope sa laisse accrochée en face de la cage.

— On va faire un tour en Amérique comme deux bons petits camarades !

Faut voir s’il biche, le cador. Ça commençait à lui fendiller le caoutchouc des pa-pattes, cette traversée…

Il se met à baver comme douze escargots dans une boîte à sel.

Je rejoins le tandem Béru-Pinuche.

— Qu’est-ce qu’on va faire de lui ? interroge le révérend Pinaud.

— Rien, justement, rétorqué-je. C’est là l’astuce…

— Mais où qu’on va le cloquer, ce bestiau pendant notre séjour aux Etats ?

— Nous verrons !

— On pourrait l’enfermer dans les va-faire-causette de l’hôtel, tu crois pas ? Je me vois pas déambuler dans Niève York avec ça…

Faut toujours qu’il rouscaille, le Gros. D’une bourrade, je le propulse sur le toboggan de la passerelle. Celle-ci étant en pente roide, il perd l’équilibre et roule jusque dans les lattes des douaniers qui sont à quai. C’est une prise de contact avec l’Amérique assez peu ordinaire. Il se relève, furax, avec des ecchymoses sur la théière.

— T’es malade, non ! fulmine le Gros. C’était un sale coup à me faire casser l’arête principale.

L’intervention des douaniers qui nous demandent d’ouvrir nos bagages met un terme à ces protestations.

Il en faut beaucoup pour épater un Ricain, mais j’avoue que l’exploration de nos valises laisse les douaniers pantois.

Ils se regardent, examinent d’un air dégoûté la chemise sale que chacun de nous véhicule et font une grimace d’hépatiques.

Pourtant, comme ils ne connaissent que la consigne (et pas seulement celle de la gare centrale), ils apposent des vignettes violettes sur nos valises et nous font signe de calter.

Nous sommes dans un immense hall plein de bruit et de colis. Des gens vont et viennent, comme les choristes d’un opéra. Y a des porteurs nègres avec des casquettes en carton. Les dockers manipulent les bagages avec un mépris souverain. On dirait même qu’ils éprouvent un plaisir sadique à les torturer… Ils prennent les sacs de voyage pour des ballons de rugby et font des essais qui se transforment en calamité pour les malheureux colibards.

Pinaud est médusé.

— Ils sont drôlement féroces, ces gars…

— Penses-tu, proteste Béru. Ça vient de ce qu’ils ont l’habitude de jouer au Baise-Paul, ce sont des sportifs, quoi !

Nous descendons un escalier monumental qui conduit à la terre ferme. Il y a une cohorte de taxis multicolores qui attend en bas, le long du quai. Un gros docker qui a dû travailler comme sac de sable dans une salle d’entraînement, siffle dans ses doigts pour faire avancer les taxis au fur et à mesure des besoins.

Lorsque notre trio s’avance sur le trottoir, il hèle une magnifique Chevrolet jaune à toit rouge sur la portière de laquelle sont peints les tarifs des courses en lettres vertes. Le tout est joyeux comme un tableau de Picasso. Le bahut est piloté par un nègre à tronche désabusée. Il porte une casquette plate, une chemisette bleue et il rumine avec mélancolie.

Nous nous engouffrons dans sa tire et il attend ; le carnet à la main[6], que nous lui indiquions l’adresse où nous souhaitons nous rendre.

Je m’aperçois alors que je n’en ai pas la moindre idée.

Pas commode, le chauffeur s’arrête de mâchouiller son caoutchouc et pose une question brève.

J’ai ligoté récemment un livre sur les States. Le nom d’un hôtel me revient en mémoire.

— Times Square Hotel, please !

Il opine et embraye simultanément.

Démarrage-éclair, les gars ! Fangio dans ses bons jours !

Notre boxer va valdinguer sur les précieuses de Pinaud qui se met à crier aux petits pois. D’après ce que je constate, les automobilistes de New York ne sont pas tenus d’adopter une file et de s’y tenir comme à Pantruche ! On décrit de ces zigzags qui flanqueraient mal au cœur à un balancier de pendule.

Nous biglons de tous nos chasses le paysage qui défile à une allure record. Nous longeons des bâtisses tristes, en briques… Les rues sont jonchées de papiers gras, d’épluchures, de gobelets de carton, de bouteilles vides…

Béru qui, pourtant, à la scène comme à la ville, semble s’habiller à la voirie municipale, n’en revient pas.

— Mince, c’est vachement cradingue comme bled, moi qui croyais au contraire que c’était flambant neuf !

— M’est avis que tu t’es fait des berlues, pépère ! Tu te figurais débarquer dans les beaux quartiers d’Alger la Blanche ?

— Un peu, rigole le Gros. Et avec plein de lampions et de lanternes vénériennes accrochées dans les arbres.

— Seulement voilà, y a pas d’arbres !

Le bolide continue sa trajectoire. Notre pilote freine à mort aux feux rouges. Ça miaule et la guinde chahute du prose. Et puis elle renouvelle ses départs foudroyants.

— C’est pire qu’à bord pendant la tempête, gémit Pinaud.

Sa moustache en queue de rat tombe lamentablement. Il a la paupière flétrie et le teint verdâtre.

— Patiente, on arrive…

Je lance ça au bidon, et pourtant c’est vrai. Le bahut déboule dans la Huitième avenue, tourne à droite jusqu’à la 43e street Ouest et nous apercevons une gigantesque enseigne :

TIMES SQUARE HOTEL

C’est là…

Le taxi se range devant l’entrée de l’hôtel. Un portier noir galonné comme un général papou s’annonce pour délourder.

Bérurier, très grand seigneur, le remercie d’un hochement de tête protecteur et lui attrique généreusement une pièce de deux anciens francs. L’enfonceur de portes ouvertes se met à rouler des roberts qui sollicitent votre inscription à une académie de billard.

Pendant ce temps, on évacue la bagnole jaune. Je douille le Nuvolari des pauvres et je vais pour empoigner ma valoche ; seulement deux employés de l’hôtel me devancent.

Des négus itou. Les crins aplatis par trois kilogrammes de gélatine. Chemise grise portant le nom de l’établissement brodé sur la pochette. Futal en gabardine kaki.

Ils vont ouvrir le coffre du taxi, pensant y trouver des bagages plus substantiels que nos valises en carton. N’y découvrant rien d’autre qu’un lacet de soulier et la première page d’un journal illustré, ils font des tronches intimidantes. Ils nous escortent à l’intérieur de l’hôtel comme des gardiens de taule réceptionnent des convicts au pedigree imposant.

Le hall du Times Square ressemble à celui d’une gare. en moins intime. Il y a des marchands de baveux et de souvenirs, des sofas, des fauteuils, un coiffeur, un bar, une agence de spectacles et tutti frutti, comme dit Bérurier qui connaît de l’italien ce qu’il en lit sur les boîtes de sauce Buitoni !

La réception est pareille à la caisse d’une banque. On jacte aux préposés à travers des barreaux.

Je commence par demander à ces messieurs s’ils jaspinent le franchecaille. Mais ils secouent la tête avec indignation. D’après eux, lorsqu’on a la veine de parler anglais, c’est pas la peine de se casser le chou pour apprendre d’autres dialectes. Drôles de réceptionnaires ! Si les dirlos des palaces européens voyaient ça, ils deviendraient dingues. Tout le monde est en bras de chemise, bouffant de la gum en parlant, ce qui facilite l’élocution, croyez-moi. J’aurais un entretien particulier avec une vache hollandaise, ce serait kif-kif !

Usant de mon anglais, je réclame deux chambres communicantes, dont une à deux lits. On me répond que c’est O.K., ce dont je suis fort aise, et que ça fera dix-sept dollars par jour, ce dont je me tamponne le coquillard avec une patte d’alligator femelle.

En effet, les gnaces du F.B.I. n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère en me filant deux mille dollars. Au cours du jour, ça fait pas loin d’une ancienne brique ! J’ai idée que les matuches ont droit à des notes de frais carabinés de ce côté-ci de la mare aux z’harengs.

On nous dirige vers les ascenseurs. Un portier couleur de deuil national bonnit le numéro de notre étage au liftier.

Boum, servez chaud ! Nous voilà au dix-huitième !

Les couloirs de la caserne sont peints en vert pisseux. L’éclairage est triste. Tout est morne, terne, silencieux…

Un robinet d’eau potable goutte au-dessus d’une conque de marbre.

Les chambres ne rebectent pas le bidule. Elles font hôtel Terminus de sous-préfecture. Elles sont séparées par un cabinet de toilette commun.

Je désigne la pièce du fond à mes abrutis.

— Bivouaquez là, les Gars… Moi je prends l’autre avec le boxer !

Je laisse tomber un bifton d’un dollar au convoyeur après qu’il a déposé nos valoches sur le pageot. Puis je vais mettre la chaîne de sûreté à la porte.

La réaction se fait. Il y a trois quarts de plombe nous nous trouvions en rade, résignés. Et voilà que nous sommes à Broadway, comme qui dirait pour ainsi dire au cœur de New York !

La vie est curieuse, non !

Jamais je n’ai eu aussi peu le sentiment d’être sur une enquête.

Quelle enquête, au fait ?

Nous ne connaissons pas cette ville (la plus grande du monde !). Et nous sommes chargés d’y trouver des gens dont nous ignorons tout !

— Et maintenant ? demande Pinaud, qui a joué la Tour de Nesle jadis, lorsqu’il faisait du théâtre d’avant-salle-de-garde !

— Maintenant fais-je, on va pas se casser le chou, mes chérubins.

— Programme ? s’inquiète le Gros.

— Primo tu te rases, deuxio Pinaud se rase, tertio vous cessez de me raser avec vos questions saugrenues ! Rompez !

Voilà ce gland de boxer qui se met à rouscailler parce que Pinuchet vient de lui marcher sur la patte. Je calme le gaille par une sévère apostrophe :

— Toi, gueule-plate, si tu ne te tiens pas peinard, on te prend un billet de croisière pour la prochaine Apollo en partance, vu ?

Dompté, il s’enroule sur la descente de pieu et se met à ronfler.

CHAPITRE THREE

LA CINQUIÈME AVENUE… DE BEETHOVEN !

Une sensation absolue de vacances, voilà ce qui domine. Il fait un soleil de studio et la cité des gratte-ciel étincelle de mille feux.

Le magnifique trio que nous constituons sans effort déambule dans la 43e rue en direction de Broadway. Nous passons, fiers, comme des poux (et aussi cradingues en ce qui concerne Béru et Pinuche) devant le buildinge du Times… C’est plein de voitures de presse qui décarrent, bourrées de baveux plus frais qu’un arrivage de marée chez Prunier. Y a un sergent de ville à cheval devant l’immeuble. Cette image, c’est toute l’Amérique. Au pays de la Cadillac il y a des flics à bourrin ! Poésie pas clamsée, comme dirait un journaliste en mâle de copine[7] !

Naturlich, le père Pinaud s’arrête pour mater la croupe du cheval sur laquelle on a dessiné un motif quadrillé à la tondeuse.

Cet examen indispose le canasson qui, se trouvant être une jument, se met en devoir d’uriner sur mon honorable camarade.

Vexé, Pinaud nous rejoint.

— Ces chevaux américains sont mal élevés, soupire-t-il. Je me souviens, lorsque j’étais dans la cavalerie…

Nous nous empressons de juguler ce flot de souvenirs qui nous menace et nous atteignons le carrefour de Broadway. La circulation est fantastique, la publicité itou. C’est un déferlement de bagnoles, un prodigieux amoncellement de panneaux aux dimensions fabuleuses…

Un second flic, taillé en athlète, règle le rush des voitures avec beaucoup de flegme. Ils sont drôlement loqués ici, les bourdilles. Futal bleu, limace bleue, casquette bleue… Et un harnachement qui ferait pleurer des larmes de cierge à un boy-scout de chez nous ! Mordez plutôt ! Deux revolvers ! Une ceinture garnie de balles ! Un sifflet ! Une lampe électrique ! Un plan de New York ! Un stylo ! Plus, rejoignant en cela tous les poulardins du globe, un petit carnet en contredanse ! Vous parlez d’un embrasse-en-ville, mes aïeux !

On se demande comment qu’il s’y prend, le frangin, pour conserver l’air martial.

— Mince, bavoche le Gros. Quand j’étais à la circulante, s’il m’avait fallu coltiner tout ça sur les miches !

— Tu pèserais quelques kilos de moins maintenant ! Probable…

— Le mot kilos le fait penser au mot obèse, le mot obèse au mot manger, le mot manger au mot faim !

— Tu crois qu’on peut tortorer dans ce pays ? Moi j’ai une dent de lion !

— On va essayer…

Au pifomètre, grisé par ce sentiment de liberté totale qu’on éprouve à New York, j’emmanche, en tout bien tout honneur, Broadway jusqu’à la 42e rue. Ensuite nous tournons à gauche en direction de Grand Central…

Il y a un trèpe inouï sur les trottoirs. Les vitrines des magasins croulent sous les marchandises empilées. On vend de tout ! Plus des trucs inconnus dont l’utilité me paraît très imprécise.

Je remarque surtout l’abondance des magasins de farces et attrapes !

Ils font les délices de Bérurier. Il est très tenté par des masques de caoutchouc représentant des gorilles de cauchemar. Il me demande illico de lui en acheter un, afin, dit-il, de foutre la jaunisse à son ami le coiffeur, autrement dit à l’amant de sa femme.

— Quand on est habitué à ta hure, lui dis-je, rien ne peut vous effrayer, Gros. C’est un paroxysme dans le genre…

Il bougonne des choses peu aimables, mais Pinaud vient faire diversion en me tirant par la manche.

— San-Antonio…

Je mate son beau visage détruit par le gâtisme précoce.

Il a les yeux en accent circonflexe et l’air préoccupé du monsieur qui a rendez-vous avec une belle fille, après s’être tapé, par mégarde, un bol de bromure.

— Qu’est-ce que tu as, vieillard ?

— Je crois bien qu’on nous suit !

Du coup, je redeviens professionnel.

— Tu débloques !

— Non. Y a un type qui nous file depuis que nous sommes sortis de l’hôtel.

— Où ça ?

— Tu vois les petits cireurs de godasses noirs ?

— Oui.

— Il est juste devant eux…

Je file un coup de saveur dans la direction indiquée. J’aperçois effectivement un quidam. Il est grand, mince, avec un pantalon gris, une chemise blanche, un nœud papillon et un chapeau de paille noire.

— Continuons d’avancer, nous verrons bien.

Au bout d’un instant, je comprends que ce vieux fossile de Pinuche a dit vrai. De toute évidence, le bonhomme en manches de chemise nous suit. D’après ce que je peux voir de sa frime, à la sauvette, il est plutôt jeune. Il a le teint bronzé et des yeux clairs. Un moignon de cigare est collé au coin de sa bouche sans lèvres et il se balade, les mains dans les fouilles.

Ce faisant, nous arrivons au prestigieux carrefour de la 42e rue et de la Cinquième avenue. Sur la droite il y a l’Empire State, sur la gauche, on aperçoit, en retrait, le Rockefeller Center. Devant nous, grise, avec son pont aérien en contrepoint, la gare centrale chère à Hitchcock. Je stoppe, oubliant un instant la filature dont nous sommes l’objet, pour admirer ce spectacle unique in the world !

Bérurier lit la plaque annonçant Fifth Avenue.

— Qu’est-ce que ça veut dire ? demande-t-il.

— C’est la Cinquième avenue, dis-je avec dévotion. T’en as entendu parler, eh, patate ?

Vexé, il bombe le torse.

— C’te coennerie, dit-il. Je peux même te dire que l’architecte qui l’a conçue s’appelait Beethoven !

Nous traversons la Cinquième avenue de Beethoven… Avant la gare, il y a un restaurant immense dans lequel s’engouffrent des gens pressés.

Nous allons nous asseoir tout au fond, à une table libre et poisseuse. Nous patientons dix bonnes minutes, mais personne ne vient s’enquérir de nos commandes.

— Tu parles d’un service, rouscaille Béru qui se meurt de faim.

Et de bramer, pour dominer le tumulte des fourchettes :

— Eh ! La Maison !

Personne ne vient. J’examine alors les êtres d’un peu plus près, et je m’aperçois que nous sommes dans un self-service.

Le tiers du restaurant est occupé par une sorte de large box à l’intérieur duquel des serveuses distribuent la mangeaille. On entre dans le box par un portillon à tourniquet après s’être emparé d’un plateau. Et on en ressort par un autre portillon, également à tourniquet, où se trouve la caissière qui vous fait acquitter le prix de votre orgie.

Je fais part de mes constatations à mes archers et nous nous levons pour aller chercher notre pitance.

Première difficulté au portillon numéro un où Bérurier coince sa braguette mal boutonnée. Ensuite, sérénade de Toselli car on ne vend pas de vin dans la boîte. Force nous est de croquer au jus de pamplemousse. C’est la première fois que pareille mésaventure arrive à mes subordonnés et ils font un foin du diable, bramant à tous les échos qu’un pays qui se sustente de cette façon n’a pas le droit de se prétendre civilisé. J’arrive à les faire sortir du garde-manger et je carme les trois plateaux.

Retour à notre table. Là, les désillusions continuent. Béru qui a choisi comme hors-d’œuvre une espèce de pâté recouvert d’une sauce rose qu’il escomptait à la tomate, découvre que ladite sauce ressemble à s’y méprendre à de la pâte dentifrice et que la pâte est nettement impropre à la consommation.

— Je me plaindrai au consulat, affirme-t-il, violet de fureur.

Il attaque alors l’hamburger-pommes française qui grésille dans son assiette. Alors là, c’est la déroute. La viande est trop cuite. On dirait une vieille éponge tombée dans une bassine à friture.

— Je repars ! dit le Gros.

Je le calme.

— Voyons, on va s’organiser… Il y a des crèches mieux que ça à New York !.. Des restaurants français, tu verras…

Ces paroles d’apaisement ne le calment qu’imparfaitement. Il attaque en désespoir de cause sa portion de fromage.

Ultime désespoir !

Moi qui ai le même, je dois admettre qu’on croit becqueter de la pâte à modeler.

— C’est pas du port-salut, c’est du pur-salaud ! fait l’ami Bérurier.

Ebloui par sa contrepèterie, il exulte.

— Elle est pas formide, celle-là, dis, San-A. ?

— Hors concours, Gros.

Je profite de son allégresse passagère pour l’entraîner ainsi que notre estimable débris. Je sens que si je ne trouve pas d’urgence un coin où l’on puisse boire des trucs alcoolisés, il me sera impossible d’endiguer la révolte qui gronde au sein de mes troupes valeureuses.

Je me souviens alors du bar de notre hôtel. On doit certainement pouvoir y écluser des choses convenables.

Je frète un taxi pour nous y conduire plus vite.

J’ai beau me détroncher, je n’aperçois plus notre ange gardien.

Dès l’entrée, nous sommes rassurés. Les rayons du bar sont peuplés de flacons de whisky de toute provenance. Il y a du scotch, du rye, du bourbon…

L’endroit est tout en longueur, comme tous les bars américains. Un comptoir l’occupe entièrement, l’éclairage est tamisé. Un juke-box diffuse confidentiellement Loving you de M. Elvis Presley, l’homme qui prend son fade en éructant ses romances.

Ambiance sédative.

Je dis au barman, un mironton chauve comme un œuf à la coque, de nous servir du bourbon des quatre roses. Il s’exécute. Une fois que mes compagnons ont mis le naze là-dedans, c’est la croix gammée et la bannière étoilée pour le leur en faire sortir.

Au quatrième biberon, ils sont blindés comme un contretorpilleur et je les arrache au bar à l’instant où le Gros entonne « les Matelassiers » afin de concurrencer Elvis !

Dans le couloir qui conduit à nos chambres, nous croisons une femme de chambre noire. Elle est un peu plus maigre que l’aînée des Peters Sisters et sa poitrine offrirait des distractions de qualité à un équipage de marsouins. Elle nous adresse un sourire d’une blancheur éclatante. Bérurier s’arrête et se met séance tenante à lui débiter des galanteries de garde champêtre en goguette.

— Allons, le sermonné-je, laisse cette dame, Gros ! T’es pas chez la baronne pour vouloir te farcir la négresse.

Il me suit en décrivant des embardées d’un mur à l’autre.

— Qu’est-ce qu’il tient ! rigole Pinaud.

Et de s’écraser le pif contre une porte ouverte qu’il n’avait pas vue.

Nous voici enfin à nos piaules. J’engage la clé dans la serrure et je tourne à droite, ainsi qu’il sied, mais le pêne ne joue pas. En y regardant de plus près, je constate que la porte n’est pas fermée à clé, mais simplement tirée. Probable que les femmes de service sont venues faire du zèle en notre absence.

Ayant poussé le battant, je suis détrompé par tout le spectacle qui s’offre à nous.

Tout est déversé dans la carrée. Les matelas gisent sur la moquette, les tiroirs des commodes sont enlevés, le meuble servant d’écritoire bée comme Bérurier, la penderie est grande ouverte et nos pauvres chères valises ont été défoncées.

— M…, dit péremptoirement Pinaud. C’est un pays de gangsters, on ne m’avait pas trompé !

Je fais « Mfff mfff » du bout des lèvres pour appeler le cador, mais va te faire cuire un œuf, il ne répond pas. Les visiteurs l’ont emmené…

Au lieu de pousser des clameurs de détresse, je m’abats dans un fauteuil en souriant.

— J’avais vu juste, les gars. Une fois de plus, ma gamberge a fonctionné idéalement. Grâce au chien, j’ai attiré l’attention des gens chargés de réceptionner les documents.

Pinaud passe dans la pièce voisine, en traversant la salle de bains.

— Viens voir ! bavoche-t-il tout à coup.

Je trotte le rejoindre. Là, je m’arrête de rigoler. Mon petit camarade à quatre pattes gît dans la baignoire avec une olive dans le plafonard.

Pauvre chien. Les States ne lui ont pas réussi. Je remarque qu’il n’a plus de collier. Probable que la bouille du mec qui le lui a pris ne lui revenait pas et qu’il a voulu lui croquer les noix ! A moins… Oui, à moins que le voleur n’ait redouté le flair du chien !

Oh ! mais ça m’ouvre des horizons, ça. Car s’il redoutait le flair du chien c’est qu’il habite l’hôtel !

— Qu’en penses-tu ? questionne Pinaud.

— Je pense que l’homme qui nous filait tout à l’heure était chargé de garantir la tranquillité de manœuvre de son complice. Lorsqu’il nous a vus attablés au restaurant, il l’a prévenu qu’il pouvait commencer la perquise. Bigle, le cador est encore chaud !

Ils ne perdent pas de temps, ici !

— Le pays est réputé pour…

Cette carcasse de chien est plutôt encombrante.

— Qu’est-ce qu’on fait de Médor ? bafouille le gars Béru qui a bandé toute sa volonté pour pouvoir prononcer intelligiblement cette petite phrase.

— Un paquet, dis-je. Un gros paquet qu’on ira balancer dans l’Hudson ou l’East River ! Je ne tiens pas à affranchir la direction de ce qui se passe.

Je fouille mes vagues à la recherche de la carte remise à bord par Andy, le gnace du F.B.I.

Son téléphone personnel est Chelsea 3-4501. Ça va être duraille à réclamer. Pourtant, il faut que je le demande depuis ma chambre, car je ne veux pas attirer l’attention de ceux qui nous surveillent.

Je m’entraîne à prononcer le nombre. Puis je décroche.

La voix aimable d’une standardiste me balance un truc à bout portant dans les entonnoirs à ondes courtes. Elle parle anglais avec l’accent chewing-gum, la demoiselle.

Je me mets à lui dégauchir mon baratin, comme quoi que je suis français, né à Paris-sur-Seine et je me hasarde à lui réclamer mon numéro. Elle pige le Central, mais je suis obligé de lui épeler chacun des chiffres.

— O.K., fait-elle enfin, d’une voix très nasale.

Pendant qu’elle compose son appel, je regarde mes collaborateurs.

Béru dort comme une grosse brute en travers de son lit. Pinaud épanche son whisky, en jets prostatiques dans le lavabo.

— Deux ivrognes et un chien crevé, soupiré-je. Avec une pareille équipe, t’es pas fauché, San-Antonio.

CHAPITRE FOUR

POIL AU NEZ[8]

Après quelques minutes pendant lesquelles je parlemente à ma façon avec les standardistes de différents services, j’ai enfin l’ami Olivier au bout du fil.

Il est vaguement surpris par cet appel.

— Déjà, dear collègue ?

Je le mets au parfum de ce qui vient d’arriver au chien.

Lorsque j’ai fini ma brève historiette, il murmure :

— O.K., j’arrive.

— N’en faites rien !

— Pourquoi ?

— Mais parce que les gens qui sont après nous nous prennent certainement pour un trio de gangsters et non pour des poulets…

— Pour des comment ?

— Pour des flics… Votre venue dans cette salade leur ferait comprendre que le terrain est glissant.

— Well, alors pourquoi m’appelez-vous ?

— Parce que j’ai tout lieu de croire que ces gens sont descendus à notre hôtel. Or ils y sont arrivés « après » nous, nécessairement, puisqu’ils ignoraient, avant notre venue ici, où nous allions loger, you see ?

— Oui, alors ?

— Alors, il me faut la liste des arrivées postérieures à la nôtre, tout simplement. Moi je n’ai aucune qualité pour poser une semblable question à la direction de l’hôtel. Vous allez donc, vous, demander dans l’ordre chronologique, la liste des entrées d’aujourd’hui : nom des clients, numéro de leur chambre, vous pigez ?

— O.K.

Sur ce, je lui souhaite bonne chance et je raccroche.

Pinaud vient d’achever ses épanchements. D’un geste posé, il rajuste son bénard en prenant soin de fixer le bouton d’en bas à la boutonnière d’en haut de façon à ménager une constante ventilation.

— Tu vas m’aider à empaqueter Médor, ordonné-je.

— Dans quoi on va le foutre, ce cabot ?

— Dans une de nos valises.

— Ça ne va pas être commode de l’y faire entrer, il est gras comme un moine !

— On le tassera !

Pinuche s’approche de la baignoire. Le cadavre du boxer est déjà raide. Le sang qui s’est écoulé de son affreuse blessure à la rotonde est devenu tout noir en séchant.

— Tu sais à qui il me fait penser ? murmure le vieux crabe.

— A Marat ?

— Oui. Et tu sais à quoi ?

— Çui qui l’a tué devait avoir un silencieux à son pétard…

— C’est probable.

— Ils sont organisés, les méchants de par ici !

J’ai débarrassé ma valise de la chemise sale qu’elle contenait et je l’ai posée sur le carrelage de la salle de bains.

— Aide-moi à soulever cette pauvre bête… Toi, tu prends les pattes de devant…

Nous déposons le corps du chien dans la valise. La raideur cadavérique ne facilite par son installation. Nous sommes obligés de lui briser les flûtes arrière pour pouvoir le faire tenir. Pas marrant comme turbin. Ensuite nous nous escrimons pour rabattre le couvercle. Pinaud est obligé de s’agenouiller dessus pour que je parvienne à faire jouer les deux petits cliquets de métal chromé.

Nous sommes en nage, mais triomphants. Il faut dire que les ronflements de Bérurier ont été un puissant stimulant.

Cette truffe dort la bouche grande ouverte. Histoire de s’amuser un brin, je m’empare d’une des minuscules savonnettes mises à la disposition des clients par l’hôtel et je la lui fourre dans le groin. Il ne réagit pas immédiatement, et puis brusquement il mastique la savonnette et se réveille en crachant.

Son regard d’ivrogne est injecté de sang. Il nous considère d’un air meurtrier.

— Quel est l’enfant de c… qui s’est permis… ?

Il n’a pas le temps d’achever sa phrase. Le bigophone se met à carillonner comme un perdu.

— Ce doit être le royco du F.B.I., fais-je à Pinaud.

C’est sa pomme, effectivement.

— J’ai les renseignements, dear friend.

— O.K., j’ouïs.

— Vous avez pour écrire ?

— Yes, boy.

Je lance mon stylomine à la décrépitude à moustache qui me contemple.

— Note ce que je vais te dire…

Il hausse son épaule gauche de dix centimètres, ce qui la met presque au niveau de l’autre et, pratique, va aux va-faire-causette pour y prendre du papier hygiénique.

— Ready ? s’impatiente Oliver Andy.

— Yes !

— Après vous, les clients descendus sont : Mr et Mrs O’Skon et leurs deux enfants. Chambre 1515.

— Bataille de Marignan, affirme Pinaud à qui je viens de transmettre le renseignement.

— Ensuite, poursuit Andy, le Révérend Mac Arrony, chambre 1701, et enfin un couple de jeunes époux, les Potdzobb… Chambre 1742. C’est tout ce qui arrivé après vous.

— Merci. Je vous tiendrai au courant de la suite des événements.

Je raccroche sec.

— Alors ? demande le détritus.

Je lui arrache son rouleau de faf à train.

— C’est là-dessus que tu devrais écrire tes Mémoires, Pinaud ! Ce serait un excellent divertissement pour les usagers !

Je mets ma veste et me donne un coup de brosse.

— Tu sors ?

— Yes, je vais dans le monde. Ne bougez pas d’ici tous les deux.

Dans le couloir, je me détranche sur la liste. Le personnage, le plus intéressant du lot, à mon sens, c’est le pasteur because il est seulâbre à l’hôtel. Je vais donc commencer par lui.

Le mieux, dans mon cas, puisque je parle très imparfaitement l’anglais, c’est d’y aller au culot.

Je m’annonce donc sans crier gare (et pourquoi crierais-je gare, du reste ?) à la chambre 1701. D’un index replié, je heurte le chambranle de la lourde. Toc, toc ! Personne ne répond. Je prête l’oreille[9] mais je ne perçois rien d’autre que le frisson électrique des ascenseurs derrière moi.

Bon, le zoziau est allé à la messe ou au rapport, suivant qu’il est un vrai ou un pasteur bidon !

Je descends jusqu’à la réception. Au guichet où l’on demande les clés, je bonnis, très vite « 1701 » et j’attends, un peu en retrait, manière de ne pas me faire remarquer.

La main marquée de roux (comme les deux grands bœufs dans mon étable) du préposé me tend la chiave ornée de son numéro. Je me fais regrimper au dix-septième par l’un des négros spirituels qui manœuvrent avec brio la manette de commande des ascenseurs.

J’entre dans la carrée du révérend.

La pièce ressemble à la mienne comme une goutte d’eau à une goutte de rosée. Elle est en ordre.

Je me dirige vers la commode, mais les tiroirs sont vides. Je gagne alors la penderie (ce qui est moins bien que de gagner à être connu). Et j’y découvre une valise.

Mon tempérament curieux m’incite à l’ouvrir. Comme je m’escrime sur la serrure, la porte s’ouvre assez brusquement et un grand zig habillé de maigre pénètre dans la piaule.

Il porte un costar noir avec un faux col dur tourné à l’envers.

Il ne me faut pas longtemps pour réaliser qu’il s’agit du très Révérend Mac Arrony. Son regard est aussi aimable que celui d’un gardien de la paix visionnant un film sur la traite des vaches à peau lisse.

Il me fout une question mauvaise dont je ne comprends que le sens général. M’est avis qu’il ne prise pas beaucoup ma petite perquise. M’est avis également, les potes, que ça va tourner au pas beau si ce monsieur est effectivement un respectable représentant de l’Eglise réformée.

Il reste un instant immobile, dardant sur ma pomme son regard réprobateur.

Je moule sa valoche.

— Excuse me, sir…

Mais il ne l’entend pas de cette oreille. En deux pas il est sur moi. Avant de comprendre ce qui m’arrive, je déguste un coup de genou à cet endroit de l’individu qui pousse les hommes d’affaires à se choisir des secrétaires bien balancées. Voilà que ma glotte me remonte dans la bouche. Une effroyable nausée me noue la gorge.

Cette peau d’hareng vient de m’assaisonner d’une drôle de manière pour un pasteur. Il ne me laisse pas le temps de récupérer. En moins de temps qu’il n’en faut à un auteur de chansons de charme pour trouver une rime au mot toujours, il me file un crochet gauche au foie qui me fait admirer une caravane de spoutniks.

Un coup de savate dans la soupente m’achève. Je coule à pic dans une citerne de goudron.

CHAPITRE FIVE

VOUS ALLEZ VOIR…

Rarement je me suis laissé cueillir de cette façon soudaine et imparable. Faut dire que la tenue de pasteur de mon interlocuteur (un interlocuteur aux arguments frappants) m’en avait quelque peu imposé.

Moi, sous mes dehors brise-cabane, je suis un type respectueux des hiérarchies. Quand on me lit, on penserait plutôt anarchie ! Eh bien ! non, je suis au contraire soumis à toutes les formes d’autorité. J’ai l’esprit d’Eloi (c’était un frère de maman ; il était brigadier de gendarmerie dans le civil. Quelqu’un de bien : médaille des poilus d’Orient et des poilus Soulébras. Mort de la grippe, comme la plupart des gendarmes échappant à la vieillesse. Bref, une grande figure. De quoi ? That is the question, comme disait Shakespeare qui utilisait les pages roses du Larousse). Quand je vois un général, au lieu de rigoler, comme tout le monde, je me tiens sur mes gardes. Un curé, un pasteur, un rabbin (même un rabbin des bois), un magistrat (qu’il soit debout, assis ou à croupetons), un médecin, un ordonnateur des pompes funèbres (ce sont deux inséparables), un préfet de police, un pompiste de la Shell, bref tout ce qui représente une autorité ou une charge (pour l’Etat) m’impressionne un peu. C’est là une réaction très française.

En l’eau cul rance, ça m’est fatal. J’éternue du raisin. C’est le raisin de la colère ! Je m’ébroue, je renais, je me redresse, je me come colmate, je me maintiens… Et je regarde, de tous mes yeux, like le gars Strogoff avant qu’on lui passe les paupières au fer à friser. It is fort the last fois. Profites-en, bonhomme… Brèfle, vous voyez ce que je veux dire.

Y a autant de cloches dans mon crâne qu’à un congrès radical.

Si le pasteur avait forcé la potion, je voyais le paradis. Ce beau paradis qui n’est pas fait pour les chiens… Men only ! Du reste, y a des moments où je me demande ce qu’ils deviennent, les bons toutous, après leur décès ? Hein ? Les gailles, avec leurs bons yeux fidèles. Les gailles auxquels tout le monde reconnaît qu’il ne manque que la parole pour être aussi c… que l’homme ! Alors ? De l’azote ? Ce que c’est moche !

Je parviens à me mettre à genoux. Je mate mon vis-à-vis. Il se masse le poing d’un air satisfait en me surveillant du coin de l’œil.

Puis il s’avance vers le téléphone et je comprends que ce marchand de félicité va me balanstiquer aux matuches !

D’accord, le copain Andy arrangera le truc, mais ça va faire du circus dans le Times Square Hotel et nous seront brûlés, mes camarades et moi. Manque de bol, je suis tombé sur un vrai pasteur ! Dans ce patelin, ils ne sont pas manchots, les moulins à prières ! Ils font tous du judo, de la boxe, du catch et du saut à la corde pour être en forme devant le démon. Avec eux, Satan n’a aucune chance. Il est out d’avance ! Pas de revanche possible ! Grand combat intersidéral de poids moyens ! Le Révérend Mac Arrony contre Kid Méphisto !

Et Méphisto mord la poussière à la première reprise. Un crochet, deux uppercuts, plus trois pater et deux versets ! Vlan ! Pif ! Paf ! Boum ! Enlevez, c’est pesé, enveloppé sous Cellophane et livré à domicile. Mac Arrony vainqueur par K.O. C’est O.K. ! Kid Stan à la sortie, sur les épaules robustes des sept péchés capitaux, ses fervents supporters !

— Allô ! dit en anglais Mac Arrony.

Je plonge d’une détente féline.

Je lui croche les lattes. Il choit en arrière et le combiné du bignou se met à se balancer au bout de son fil.

D’un geste précis, je raccroche.

Puis je fais front à mon adversaire au moment précis où celui-ci me télégraphie un direct du gauche à la tempe. J’ai un mouvement de recul, nettement insuffisant toutefois. Le marron me percute à la volée et je vois les grandes eaux de Versailles ! C’est du chouette son et lumière ! Textes de Jean Cocteau ! Musique de Robinson, avec Joe Louis à la batterie !

Mes chailles jouent des castagnettes.

Tout à l’heure, il va manquer des chaises dans ma salle à manger ! Cette beigne me révolte. Je me dis, in petto (car je parle plusieurs langues fourrées) qu’il est invraisemblable de se laisser traiter comme un paillasson par un honorable clergyman. Il a une façon de m’accorder sa bénédiction qui n’est pas catholique, ce pasteur ! Depuis Luther on n’avait jamais vu ça ! Je vais devenir protestant ! Que dis-je ! Je proteste déjà…

Dominant ma douleur, mon vertige, mes vapeurs, je me lance à l’assaut. Il m’attend, bien en garde. Alors San-Antonio retrouve ces grandes inspirations qui ont assuré sa popularité méritée[10].

Au lieu de pousser ma charge jusqu’au bout, je plonge dans les quilles du bonhomme. Je lui ai fait perdre l’équilibre une fois, y a pas de raison que je n’y parvienne pas une seconde fois. Effectivement, il part en arrière. Je ne lui laisse pas le temps d’arriver. Pour aider sa chute, il a droit à un coup de saton dans le bide qui le fait se dégonfler et verdir. Puis à un autre dans les vestibules. Il exhale une plainte ravageuse. Puis il se tortille sur le plancher, en se pitrognant le baquet.

— Faites excuse, mon Révérend, je bafouille.

Et de lui cloquer du rabe de tisane à bout portant dans les ratiches.

Ça produit un bruit de dominos mélangés et il décide à partir en reconnaissance chez Plumeau.

J’époussette mon falzar et je vais jusqu’à la lourde vérifier si l’étage est tranquille. Il l’est !

Je donne un tour de clé et je reviens à mon client. Pour commencer, je lui chauffe son larfeuil. Dedans, je trouve un tas de papelards qui me prouvent abondamment que j’ai bien eu affaire à un religieux. J’en suis malade !

Pourtant, je surmonte ma répugnance et je ficelle le monsieur, de manière très classique, en utilisant pour ce faire les cordes des stores.

Puis je le traîne dans la penderie et je lui glisse un oreiller sous la terrine.

Ensuite de quoi, je vais ouvrir la valise qui excitait naguère ma curiosité. Elle est pleine de bibles.

Je dois me remuer le panier, maintenant. Quand on découvrira ce client ainsi saucissonné, ça voudra barder pour mes abattis.

Je calte en souplesse, je referme la porte et je vais balanstiquer la clé de monsieur le pasteur dans la corbeille à papier métallique fixée près de l’ascenseur.

Maintenant il s’agit de faire fissa pour explorer les autres cambuses. Je délaisse encore, provisoirement, celle de la famille O’Skon pour rendre une visite de politesse au jeune couple de Potdzobb…

Justement, ils se trouvent au même étage que le Révérend Bourrepif, ces aimables tourtereaux.

Je me dirige vers la porte 1742 et j’écoute. La chambre est silencieuse. Au lieu de descendre demander la clé, ce qui pourrait à la longue attirer l’attention du préposé, j’utilise mon Sésame.

Ça offre un inconvénient, celui de me forcer à m’accroupir. Si une femme de chambre surgit au fond du couloir à cet instant, je suis flambé. Mais depuis que j’ai assaisonné le pasteur, Dieu est avec moi.

Je pénètre dans la chambre et vite je ferme. Cette fois, manière de ne plus être surpris en flagrant délit, je mets la chaîne de sûreté. Rien de plus traître qu’une serrure. Voyez Louis XVI par exemple. Il était serrurier de second métier. Eh bien ! il s’est laissé boucler au Temple comme une reine, tout descendant de Saint Louis qu’il était ! C’est pas vrai ?

Tenez, je vous ai à la chouette aujourd’hui, je vous veux du bien. Je vais vous faire toucher du doigt ou de ce-que-voudrez une vérité. Dans la vie, y a un grand principe (également en vigueur chez les poissons), ne jamais se fier aux appâts rances ! N’ayez pas confiance en ce qui vous paraît solide, et utilisez au maxi ce qui au contraire paraît insignifiant. Par exemple, je connais un monsieur qui est devenu député le jour où il s’est acheté un chapeau. Simplement parce qu’il a su. Un petit coup à droite, un petit coup à gauche. Rien n’a plus d’importance dans la société qu’un coup de chapeau. Pourquoi croyez-vous que les hommes d’Etat se munissent d’un gibus, hein ? Ben voyons !

Faut comprendre !

Se méfier aussi des mauvaises fréquentations. Quand on en a de mauvaises étant jeune, on risque d’attraper la chtouille et quand on est vieux, une décoration !

Je procède comme précédemment, à savoir que j’explore les meubles. Ils sont rigoureusement vides ! Vous ne trouvez pas ça bizarroïde, vous autres, avec vos petites cervelles usagées ? Ces jeunes mariés qui viennent jouer le grand air du « Fignedé » dans un hôtel sans avoir de bagages ? Je veux bien que pour se prouver sa flamme on n’a pas besoin de matériel annexe, mais quand même.

Les placards aussi sont vides. Décidément, les clients du Times Square n’ont pas l’air de s’encombrer…

Je déhote sur cette déconvenue. A quoi bon perdre son temps ?

Après une vague hésitation, je m’approche des ascenseurs. Justement, un négro aux tifs aplatis ouvre la lourde pour laisser passer un couple de gros Portoricains gras comme des beignets refroidis.

— Up ? me demande le liftier.

— No, down !

— O.K.

V’là comment on s’exprime aux U.S.A., les aminches ! Econocroques de mots ! La salive est ainsi tenue en réserve pour le collage des timbres.

Je descends une fois de plus à la réception et je m’adresse à un grand jeune homme blond qui ressemble à un lapin qui se prépare à léguer sa peau à un marchand de fourrures rares.

— Mister Potdzobb, please ? Room number 1742…

Il opine.

Puis il va vérifier dans le registre.

Lorsqu’il revient, il m’explique que Mister and Mistress Potdzobb sont repartis, ayant reçu un appel téléphonique leur apprenant la mort subite d’une parente !

Crotte d’arabe ! c’est bien ma veine ; j’arrive à la bourre ! C’étaient eux les pieds nickelés que nous cherchions. Ils ont piqué le collier du clébart et se sont tirés…

Très accablé, je remonte dans nos appartements afin de tenir un conseil de guerre avec mes éminents collaborateurs.

Je trouve Pinaud couché sur le lit voisin de celui de Béru. Les deux équipiers dorment comme des petits amours joufflus.

Je les réveille en employant la méthode la plus radicale, c’est-à-dire en renversant leurs matelas.

Lorsqu’ils ont cessé de gémir, je les bouscule.

— Vite, les enfants, on déménage.

— Pourquoi ?

— Je viens de me livrer à des voies de fait sur la personne d’un honorable clergyman et il faut décarrer de la taule avant qu’on l’ait découvert… Préparez-vous, je descends payer les chambres. Surtout n’oubliez pas les valises…

Je cligne du lampion pour le père Pinaud.

— Tu vois ce que je veux dire ?

Dix broquilles plus tard, nous sommes dans la rue, munis de nos trois minables valises, dont l’une contient un chien crevé. C’est peu pour partir en guerre contre une bande de malfrats internationaux.

Pour un coup foireux, c’est un coup foireux. Nous sommes baveaux tous les trois, ahuris, froissés, meurtris. Moi avec un bleu à la tempe, Béru avec de la sauce tomate sur sa cravate et Pinaud avec sa moustache pareille à une balayette de gogue usagée.

Plus la carcasse du chien, j’oubliais…

— Où on va ? demande le Gros.

— Pour commencer, il faut se débarrasser du chien. Ensuite nous emménagerons dans un autre hôtel…

— Et après ? fait Pinuche, lugubre comme un mec éveillé par la maison Deibler et Fils à quatre heures du matin.

— Après, comme avant, je t’em…, Pinaud !

Il secoue la tête.

— Venir à New York pour me faire insulter !

Son désarroi me va droit au cœur mais épargne mon visage. Je lui claque les reins.

— Nous sommes en plein pastaga, tu le vois bien. A quoi ça rime de nous charger de mission dans ce pays qui possède une police dix fois supérieure à la nôtre ?

— D’autant plus que nous avions réussi dans notre mission, renchérit le Gros.

— Exactement. On va passer pour des truffes, voilà tout. Je me demande ce que le Vieux avait dans le crâne pour mettre cette combine au point ! Il nous prend pour des surhommes, ma parole !

— Tu sais comme il est cocardier, fait Pinuche. Il voudrait que nous donnions une leçon aux poulets d’ici…

Il a mis dans le mille. Le chef a obéi à ce mobile, exactement ! Il a voulu nous piquer au jeu…

Nous parcourons quelques mètres sur la Huitième avenue. C’est une voie large et grouillante, assez populacière. Il y a des bars obscurs, pleins de pétasses tout le long des trottoirs… Nous la remontons sans savoir où nous allons, jusqu’au Madison Square.

Béru qui coltine le chien mort sue sang et eau.

— Dis, tu pourrais nous offrir un bahut !

— Il faut d’abord larguer Médor.

— Où je le mets ?

— Attends, il y a comme une impasse, là, on pourrait le laisser dans un coin ?

Nous jetons un regard meurtri dans cette zone crassouillarde. Un vieux nègre à barbe grise, au bitos de feutre verdi, est accroupi contre le mur et compte de la monnaie dans sa paume en sébile.

— Impossible, murmure Pinaud, le bougnoule nous repérerait…

Nous parcourons encore une centaine de mètres. Nous voilà la hauteur de la 47e rue. Bérurier est exténué.

— Je fais cadeau de cette valoche au premier venu, je vous avertis, fulmine-t-il en essuyant les ruisselets de sueur qui ennoblissent son beau visage d’intellectuel fatigué.

— Un coup de courage, Gros, on va arriver.

— Où ?

— Dans un endroit propice…

Je lui prends le bras.

— Tiens, le voilà !

A droite, je vois l’immeuble imposant de la gare routière des Greyhounds. De magnifiques cars bleus arrivent ou repartent. Une population nombreuse s’y presse.

— Tu sais ce qu’on va faire ?

— Vas-y !

— Mettre la valoche à la consigne. Y a des casiers fermés qu’on peut louer moyennant vingt-cinq cents, c’est l’idéal…

Nous parvenons dans le hall bruyant. J’avise, à gauche, des coffres blindés. Je glisse une pièce d’argent dans la fente indiquée et une clé me tombe devant le nez. J’ouvre le coffre, j’y fourre la sacrée valise et je referme.

— Bon, nous voilà débarrassés. On va pouvoir aviser…

En sortant, je bigle la file de taxis en attente. Je fais signe à l’un d’eux, mais le chauffeur me dit qu’il faut se mettre en queue des gens qui attendent. Ceux-ci étant fort nombreux, je n’ai pas la patience d’obtempérer.

— On va filer à pince, dis-je à mes assistants.

Mais un bahut stoppé tout en bout de file déboîte et s’avance d’une allure de maraude vers nous.

Le chauffeur est un petit vieux à lunettes cerclées d’or au naze en bec de rapace.

— Où voulez-vous aller ? me demande-t-il.

— Nous cherchons un hôtel confortable.

— Près de Central Park, O.K. ?

— Si vous voulez…

Inutile de vous dire que ces échanges de vues se sont effectués dans un anglais petit nègre.

Nous grimpons et nous nous répandons sur le siège arrière. Pinaud regarde la licence du chauffeur fixée au dossier de la première banquette, ainsi qu’il est d’usage en Amérique.

On y voit la bouille du gnace et son nom s’y étale en gros caractères : Isaac Rosenthal.

— Tiens ! un Breton ! fait Bérurier, lequel a la plaisanterie plutôt conventionnelle, vous le savez.

L’Isaac nous entraîne dans une démaranche record. On est littéralement cloué au dossier de notre siège.

— Il va nous tuer, soupire Pinaud.

CHAPITRE SIX

… CE QUE VOUS ALLEZ VOIR !

Nous avons sous les carreaux un nouvel aspect de la ville tentaculaire. Des gratte-ciel neufs alternent avec des immeubles de briques sales aux échelles d’incendie caractéristiques. Il y a de grands magasins aux étalages magnifiques, et des boutiques ignobles. Entre autres celle d’un naturaliste, près d’un feu rouge, que nous avons le temps de contempler au passage. En vitrine, il y a un mouton, un renard et un loulou de Poméranie empaillés.

— C’est ici qu’on aurait dû apporter notre brave toutou, fait Béru.

Le chauffeur reprend sa course.

Cela dure un petit quart d’heure et je commence à me faire vieux.

— Il attige un peu, l’Isaac, je grommelle. Il est en train de gonfler son compteur à nos dépens…

Je me penche dans la direction du bonhomme.

— Encore loin ?

— No, just a minute !

En effet, nous voici à l’orée de Central Park. C’est vaste, grandiose, aéré. Il y a de petits écureuils sur les trottoirs et des tordus qui se pelotent sur les bancs du square.

Je vois défiler, à droite, de somptueux palaces dont les portes sont pourvues de dais à rayures blanches et bleues. On continue de rouler. Le Park mesure des kilomètres de long. Plus nous le longeons, moins les immeubles sont rupins… On voit davantage de nègres, car c’est le chemin de Harlem…

J’interpelle encore le conducteur.

— Eh ! En voilà des hôtels, ça boume, pépère !

— Too expensive ! dit-il, laconique.

— Il dit que c’est trop chérot dans ce quartier.

— Qu’est-ce qu’il débloque ? s’inquiète Béru.

— Ça le regarde.

Je vais pour protester de nouveau, seulement le bolide ralentit. Il vire à droite dans une rue tranquille. J’ai beau écarquiller les roberts, je ne vois pas d’hôtel à l’horizon.

Par contre, nous parvenons à la hauteur d’un petit garage.

D’un superbe coup de volant, M’sieur Rosenthal vire à l’intérieur.

— Eh ! je gueule, qu’est-ce que c’est que ce turbin ?

Cette fois, j’ai pigé. Dès que nous avons franchi la porte, un grand panneau de bois coulisse sur des rails mal huilés, nous isolant de l’extérieur.

Le chauffeur arrête sa tire et se précipite hors de la voiture. Je regarde. Des hommes en costume de ville surgissent d’un box vitré, prévu initialement pour servir de bureau.

Ils sont trois, munis de pétards de gros calibre et ils cernent l’auto.

— Go out ! gueule le plus mastar du lot, un grand vilain-pas-laubé dont la frime s’orne (si je puis dire) d’une cicatrice rosâtre qui ferait dégobiller une huître !

— Qu’est-ce que ça signifie ? marmonne Pinaud.

— On vient de se faire coiffer, lui rétorque Béru, lequel, en l’occurrence, semble avoir conservé une plus grande rapidité de déduction.

En ce qui me concerne, je donne l’exemple et je sors de la voiture.

— Hands up !

Dans tous les cinoches du monde, ces deux mots ont cours. Je lève donc les pognes. Je suis à la fois surpris, inquiet et satisfait. Je vais rapidement vous donner le pourquoi du comment de ces trois sentiments différents. Je suis surpris parce que, sincèrement, je ne m’attendais pas à être kidnappé en plein New York avec mes deux badernes par un petit bonhomme comme ce chauffeur.

Je suis inquiet parce que ces Messieurs aux arquebuses Bénédicta guériraient le hoquet d’un gorille enragé. Enfin, je suis satisfait parce que, très vite, la piste s’est rétablie.

Pendant que je faisais le guignol à l’hôtel, les types se sont aperçus que le collier du chien ne contenait plus les plans. Alors ils se rabattent sur nous. L’instant des grandes explications approche.

Béru et le Pinaud des Charentes m’ont rejoint. Les trois bonshommes qui nous attendaient nous couchent en joue sans frémir. Ils ont des regards qui endormiraient le Grand Robert.

— Go ! fait le chef de la patrouille de choc.

Il nous désigne un escalier qui descend au sous-sol, non loin d’une fosse de graissage.

— Down !

— Descendons, fais-je à mes potes.

— Qu’est-ce qu’ils vont nous faire ? murmure le Gros.

— Un massage facial.

Courageusement, j’emprunte l’escalier[11], suivi de mes collègues et de nos trois truands.

Petite descente aux Enfers.

J’accède à un sous-sol minable, d’assez vastes dimensions, éclairé par une ampoule électrique nue. Des bidons d’huile, des pneus enrubannés de papier brun sont entassés là.

L’escogriffe qui semble commander l’expédition passe derrière nous et promène sa patte sale sur nos fringues manière de voir si nous sommes armés. Rassuré sur ce point, il rengaine son feu. Alors le badaboum commence. Mon petit ami Bérurier, dit Lagonfle, dit aussi Lacorne, Gras du Bide et Cocu-Content, qui n’aime pas qu’on prenne trop longtemps sa frite pour une ardoise de pissotière, se met en action. Ça ne concorde pas avec mes idées à moi, because, avant de jouer les Trois Lanciers du Bengale, j’aimerais en apprendre davantage sur ces bons messieurs. Pourtant, je ne peux faire autrement que de l’aider en ce combat douteux.

Il vient de balancer un coup de semelle au grand vilain cicatrisé à l’endroit qui sert ordinairement de point d’appui lorsqu’on est porte-drapeau.

L’autre en est tout retourné. Tellement, même, qu’il va se promener dans les bidons d’Esso.

A la place des deux autres archers, j’aurais tiré. Seulement, ces gentlemen ont dû recevoir des instructions sévères, sinon une instruction convenable. Même devise que les rabatteurs du zoo, « Ramenez-les vivants. »

— Hands up ! Hands up ! glapissent-ils.

Leurs pétoires frémissent au bout de leurs doigts. Comme ils renoncent à expédier la purée, Béru et moi, on leur fonce dans le baquet, bille en tête. Ils lèvent leurs armes et essayent de nous estourbir avec la crosse des composteurs. Le Gros prend sur la coupole un gnon qui devrait faire un trou dans une plaque de blindage, mais qui, sur ce crâne bétonné, ne produit qu’une écorchure sanguinolente.

Mon antagoniste a droit à une série sévère qui le met groggy en moins de temps qu’il ne faut à une chambre de députés français pour mettre bas un ministère.

L’autre pote, celui de Béru, est plus coriace. Sans l’intervention opportune du père Pinuche, le Gros aurait droit à sa petite fracture de crâne semestrielle.

Heureusement, Pinaud, dit Pinuchet, dit également le Débris, la Momie, Fesse-de-rat et Mouche-amère-deux, s’est vaillamment saisi d’un bidon d’huile. Il l’a propulsé avec violence sur la gueule du mitrailleur qui voulait casser la crosse de son pétard sur le crâne de Béru et le malfrat, assommé, lâche la rampe.

Nous voici maîtres absolus de la situation.

Le Gros se tamponne la brèche avec son mouchoir.

— T’as vu ça, exulte-t-il. Ah ! les tantes ! Comment qu’on te leur a fait voir à quoi ressemblent des matuchards français !

— C’est pas parce que t’es tricolore qu’il faut nous faire ta séance de patriotisme aigu ! je rouspète. Espèce de tête de comte ! Tu comprends pas que tu viens de faire du gâchis ?

— Quoi ? brame-t-il, ébahi. Quoi ?

— Par un miracle miraculeux, le contact s’était rétabli avec ceux que nous cherchons, et voilà que tu viens de tout gâcher.

— Fallait attendre quoi ? Qu’ils nous découpent au chalumeau pour être sûrs que c’étaient bien des gangsters ?

L’argument est de poids, évidemment.

Le Gros se baisse en ahanant et ramasse les calibres des copains.

— T’as visé un peu ces panoplies de boy-scouts, dis, San-A. ?

Avec des rapières commak, t’es à l’abri des mauvaises rencontres. L’arme absolue, tu l’as, non ?

— Attention ! brame Pinaud.

Le Gros se retourne, juste à temps pour morfler un parpin que se préparait à lui administrer l’escogriffe qui vient de se relever. Bérurier prend la livre avec os du gars dans le nez et son pif explose.

Vexé de voir mutiler mes compagnons, je fonce à la rescousse. Ce vilain-moche me déplaît souverainement. Je lui place une droite à réaction au menton. Il devient pensif. Une seconde droite plus nette entre les globilles l’étend pour le compte.

— C’est pas tout ça, dis-je, faut neutraliser ces braves messieurs… On va pas passer la journée à leur biller sur le couvercle pour les faire tenir tranquilles, c’est pas une solution !

Pinaud, en parfait fouineur (il est champion des marchés aux puces et autres foires à la ferraille) dégauchit un rouleau de fil de fer et radine, triomphant.

— Ça va être au poil !

Et il se met en devoir de lier solidement les membres de nos adversaires.

Comme il est méticuleux, c’est du travail soigné. Lorsqu’il en a terminé avec eux, Messieurs les caïds ressemblent à des cocons.

— On se taille ? suggère Béru qui vient d’enrayer son hémorragie pifale.

— Des clous, faut rancarder Andy pour qu’il prenne livraison de ces notables. Ils doivent en savoir long sur la question qui nous intéresse et c’est pas avec mon anglais Berlitz que je vais pouvoir les interroger en détail.

— Les salopards ! fulmine Bérurier. Je vais te leur causer à ma façon, moi. Ce que j’ai à leur dire est international… Tu vas voir ça !

Il se met à cogner dans le tas à coups de savate.

— Les abîme pas trop, Gros ! Ils peuvent encore servir.

Là-dessus, je donne l’ordre de refaire surface. Les pétards en fouille, nous regrimpons le roide escadrin.

CHAPITRE SEVEN

COMME LES CHEVEUX D’ELÉONORE…

Et comment que nous avons été mal inspirés de les carrer dans nos profondes, les pétards de ces messieurs les démolisseurs de maxillaires. Si nous les avions tenus à la main, peut-être pourrions-nous faire front à la ribambelle de tordus qui nous attendent à la surface.

Ces truands d’Américains, c’est comme les cheveux d’Eléonore : quand y en a plus, y en a encore… (Air connu, vieux refrain de chez nous. En vente dans toutes les bonnes pharmacies.)

Les gnaces du haut sont plus antipathiques encore que ceux d’en bas. Les regards qu’ils nous distillent flanqueraient la pétoche à une locomotive. S’il n’y avait que leurs lampions encore, on pourrait s’en arranger, mais ces carnes braquent aussi sur nous des appareils à faire sucrer les fraises, tout ce qu’il y a de perfectionnés. Je ne dénombre pas moins de deux pistolets mitrailleurs et deux seringues à répétition. J’ai idée que cette fois-ci, si nous commettons l’imprudence de lever le petit doigt, nos carcasses se mettront à ressembler à une grille de mots croisés.

Toutes ces arquebuses m’ont l’air de vouloir cracher de l’épais.

J’ai les jetons que le belliqueux Bérurier ne se mette à ruer de nouveau dans les brancards. Heureusement, sa témérité a des limites si sa couennerie n’en a pas. Il se contente de verdir un peu sur les bords, à l’instar de Pinaud qui n’en mène pas plus large qu’un filet de sole dans un restaurant à prix fixe.

A nouveau, ces chers mignons nous balancent le fameux « hands up ». Et à nouveau nous procédons à la récolte du nuage en branche.

Je compte nos… interlocuteurs, histoire de tromper le temps. Ils sont sept maintenant. C’est ce que l’on appelle de la prolifération, ça ! Cette bande de ouistitis m’a l’air d’être une grande famille, très unie ! Nous sommes unis par l’alvéole, comme le chantait un morceau de gruyère à ses amis.

L’un d’eux s’approche de nous. Il tient son composteur par le canon. Peut-être qu’en achetant ce joujou il a oublié de demander le mode d’emploi ?

Trois secondes plus tard, je comprends qu’au contraire, il a découvert une utilisation annexe de son P.38.

C’est tout d’abord l’aimable Pinaud aux moustaches de rat qui écope. Un solide coup sur la noix. Pas deux : un ! Mais gentil, précis, administré de main de maître. Ça fait un drôle de petit bruit. Et le père Pinuche s’abat en avant d’un air pensif… Une fois à terre, il ressemble à un tas de chiffons récoltés dans des poubelles. Bérurier balbutie, du coin de la bouche :

— On va pas se laisser faire le coup du lapin sans rien dire.

— Je préfère un gnon sur le couvercle à une giclée de pruneaux…

Comme c’est à son tour de dérouiller, il rentre sa tronche de mammouth frileux dans ses épaules ; ce qui n’empêche pas l’assommeur diplômé de lui ajuster au bon endroit un de ces coups de crosse qui épateraient un évêque.

Béru se fait porter absent illico. Ses deux cent vingt livres sont brusquement une charge extravagante pour ses cannes. Il se met en tas — en gros tas d’ailleurs — aux côtés du cher Pinaud.

J’ai un léger pincement au battant. Ça va être à moi de récolter mon bif pour le départ dans le cirage. Quand je pense qu’il y a des ramollis du bulbe qui se font inscrire pour la Lune ! Non, je vous jure ! Y a de quoi se faire dilater les muqueuses par une main de masseur lorsqu’on lit de semblables foutaises dans les baveux.

Vouloir aller dans la Lune ! C’est bon pour Charpini ! Qu’est-ce qu’ils espèrent, les frénétiques de l’intersidéral ? Hein ? Une vie peinarde parce qu’ils se sentiront moins lourdingues ? Bande de pierrots, va ! Scaphandriers de salon ! Je les vois débarquer de la bonne fusée, ces conquérants à ondes courtes ! Un drapeau à la main, nature ! Parce que c’est ça, le gros coup de bidon ! La Lune, ils la veulent amerlock ou ruski ; française, ça on sait bien que ça n’est pas possible, pas encore… La preuve, on vient juste de découvrir le Sahara ; et pourtant ça fait un bout de temps qu’il est à nous ! Seulement, jusque-là, on ne s’en servait que pour y tourner les guimauveries de Pierre Benoit. Antinéa ! Mon cœur est à touareg ! Passez les nichemards de madame à la peinture argentée pour qu’ils soient plus sculpturaux ! Le Sahara ! C’était pas une colonie, mais le magasin d’accessoires du Châtelet. La Grandeur française en jaune cocu sur les atlas ! Colomb Béchar les deux Eglises ! Et Bidon V, qui va s’appeler bientôt Jerricane V ! Moi aussi je ricane ! Vous pensez que la Lune est pas encore française, même si on envoie tous les gars de Madame Arthur comme troupe de choc !

La Lune ! Allez, gi ! Après tout p’t’ être bien qu’y a du pétrole, là-haut ! Pourquoi ? Prenons notre Esso et notre essor ! En route ! Alunissons à l’unisson ! Allons la piétiner, cette brave tarte à la crème qui fait si joli sur les calendriers des postes et dans les quatrains des cartes postales pour soldats en délire ! Allons-y pisser dessus, tous en chœur ! Transportons-y notre organisation et tout ce qui fait la grandeur de la civilisation ! Nos militaires, nos percepteurs, nos fonctionnaires ! En avant Mars ! Les chanteurs de charme ; les strip-teaseuses, les politiciens les flics ! les employés de la voirie ! et San-Antonio par-dessus le marka avec un bath scaphandre à fermeture Eclair pour si des fois y avait des Luniennes dans les cratères !

Faites excuse si je débloque, mais le petit coup de zim-boum que je viens de mouler sur la carrosserie m’a chanstiqué un peu le carburateur. Je n’ai pas complètement perdu connaissance, mais d’un seul coup d’un seul, tout est devenu sombre, irréel, avec des serpentins de lumière de temps à autre… Mon entendement est pareil à la photographie d’un carnaval prise de nuit avec le temps de pose.

Et puis, lentement, des vagues noires, onctueuses, bienfaisantes, viennent me caresser la joue, pénètrent dans ma tronche, m’enveloppent le cervelet, me le réchauffent, me l’emmitouflent, me le rangent sur le rayon du haut d’un placard obscur, silencieux. Hors de toute atteinte.

Lorsque je me réveille de ce sommeil combien artificiel, je sens quelque chose de gluant sur ma joue. Oui, dominant la furieuse douleur qui me meurtrit la tête, c’est cette sensation légère et désagréable qui m’est le plus pénible.

Je me dis que ce doit être du sang, mais après un léger examen de la situation, je constate qu’il s’agit tout bonnement de la bave coulant de la bouche de Bérurier. Nous sommes empilés tous trois sur une moquette épaisse comme du gazon, en un pêle-mêle très désagréable.

Je remue faiblement et tâche de me dégager de cette montagne de bidoche qui m’opprime et me déprime[12]. Je m’aperçois que j’ai les poignets entravés par un lien de nylon.

Plus je tire dessus, plus ce lien perfide me cisaille les chairs.

Par contre, on m’a laissé les jambes libres. Il ne m’est donc pas trop difficile d’accomplir un rétablissement. Me voilà assis sur l’épais tapis. Je mate les environs, ce qui me permet de constater que je me trouve dans un luxueux salon meublé d’un gigantesque poste de télévision, de fauteuils qui humilieraient le trône du roi de Siam, et d’un bar en acajou abondamment pourvu en bouteilles. Il y a aussi un petit piano mâle[13], laqué blanc, dans le fond près de la fenêtre.

Voilà pour le mobilier, maintenant parlons des locataires.

Je reconnais l’escogriffe que j’ai estourbi dans la cave, le truand qui nous a assommés, plus un monsieur très élégant et une fille tellement sensationnelle qu’à côté d’elle Michèle Morgan aurait l’air d’une femme de ménage.

Vous savez que dans les bouquins américains et surtout anglais, on vous décrit des pétasses en célébrant leur suprême élégance. Un romancier anglais vous dira par exemple : « Elle était sensationnelle, avec sa robe de lamé qui formait comme des écailles, ses chaussettes vertes, son léger fond de teint orange, se mariant admirablement avec son rouge à lèvres violet, et l’immense peigne d’écaille agrémenté de fleurettes en celluloïd qui ennoblissait sa chevelure. » C’est pas vrai ?

Et un romancier américain écrira sans frémir : « Elle portait une robe d’après-midi, très simple, décolletée jusqu’à sa cicatrice d’appendicite. Ses jambes de sirène étaient gainées[14] de nylon. Les coutures noires et les talons noirs des bas soulignaient admirablement le galbe des mollets. Ses délicates chaussures ornées d’émeraudes et son délicieux chapeau de paille sommé d’une aigrette blanche et de cerises vertes, conféraient à Barbara un chic très parisien ! »

Si je mens, je vous paie des cromlechs ! Comme dirait Jeanne d’Arc : « Cauchon qui s’en dédit ! »

Pour en revenir à la pépée que je vous parle[15], elle est vraiment du tonnerre, mais façon Regretté Dior. Voilà où je voulais en venir après ce large détour. (C’est bien ainsi que l’on biaise à la mode française.)

Elle porte un tailleur formide, en toile blanche, d’une coupe impeccable, un chemisier noir et des souliers noir et blanc made in Italy. Elle est blonde, naturellement, mais d’un blond indéfinissable, aux reflets argentés. Elle est jolie, sensuelle et roulée comme la Vénus de Milo, plus les bras.

C’est son regard que tout naturellement je croise en premier. J’ai peine à m’en dégager. Il est plus bleu qu’un ciel d’été et je le trouve apaisant.

Pourtant, je dois prendre les mesures de la situation.

Et pas avec un double décamètre à pédales, je vous l’annonce. Mon attention, qui se porte bien, se porte sur le compagnon de la femme. L’homme va chercher dans les quarante-cinq carats. Il a les cheveux gris, les yeux noirs, le teint bistre et une petite baffie du plus séduisant effet. M’est avis que lorsqu’il bigle une souris d’une certaine façon, c’est pas le moment de prendre la température de la donzelle, because le mercure prend mal au cœur.

Il est plutôt petit, ce qui est dommage, mais ses épaules ont l’air de dilater le veston sans le secours ouatiné du tailleur.

Me voyant lucide, il s’approche de moi.

Il m’aide à me mettre debout et me désigne un fauteuil.

— Asseyez-vous, me dit-il en un français sans accent.

Je m’écroule entre les bras du siège.

— Voulez-vous un drink ?

— Ce n’est pas de refus…

— Scotch ?

— Volontiers…

J’ai un vertige. Mon crâne est un hangar à hélicoptères. Ça vrombit là-dedans et les grandes pales d’une hélice tournent à plein régime[16].

Je ferme les châsses, mais ça se tasse pas.

La fille blonde, sur une injonction du beau ténébreux, s’approche du bar et verse une chouette rasade dans un glass. Elle pousse la conscience professionnelle jusqu’à y adjoindre un cube de glace. Entre nous et la gare Saint-Lazare, c’est plutôt sur la coupole qu’il faudrait me la cloquer, cette banquise. Des fois que ça calmerait ma douleur lancinante !

Elle me tend le verre. Cette fille répand une odeur enchanteresse. Ça me ragaillardit autant que la gorgée que j’avale. Les choses commencent nettement à reprendre des formes usuelles.

Je me détranche sur mes copains. Il ne leur a pas fait de cadeaux, le matraqueur d’élite, car ils sont toujours out ! Pinaud est pâle, avec les lèvres serrées, et les yeux entrouverts. Pourvu qu’il ne lui aie pas défoncé la coquille ! Quant à Béru, il continue de baver. Ça lui fait un drôle d’effet, les instruments à percussion. Il émet une espèce de petit râle incertain et renifle comme un phoque qui joue au ballon avec son pif. Lui, c’est l’otarie nationale !

Les deux gardes du corps, vautrés dans des fauteuils, ricanent en me voyant faire la grimace. Ils sont contents d’eux, ces endoffés ! Grands meûchants, va ! Quel plaisir peuvent-ils éprouver à meurtrir leur prochain ?

Je me tourne vers le beau quadragénaire. Son costar d’alpaga bleu brille à la lumière. Il ne semble pas pressé. On dirait qu’il attend quelque chose, ou quelqu’un… Pour l’instant, je ne l’intéresse que moderato.

Je prends le parti de le questionner.

— J’aimerais savoir ce que tout cela signifie, attaqué-je, véhément.

Il hoche la tête.

— Je vous le dirai en temps utile…

— Qui êtes-vous ?

— Mon nom ne vous dirait rien !

Il sourit. C’est un m’sieur qui ne manque pas d’humour.

Plus je le regarde, plus je pense qu’il est européen. Il a même le type méditerranéen. Tiens, voulez-vous parier qu’il est grec ? Il a la couleur de peau des gnaces qui ont vu le jour à proximité de l’Acropole.

En tout cas, pour l’instant, il ne semble pas vouloir faire un brin de causette.

Résigné, je désigne mes équipiers.

— On ne pourrait pas s’occuper d’eux ?

Son sourire s’accentue.

— On s’en est occupé, il me semble !

— Très drôle…

Je finis mon verre. L’alcool me donne un coup de fouet. Il n’est pas commode de boire avec les pognes enchaînées, pourtant je prendrais bien un autre scotch si c’était un effet de leur bonté.

Je fais signe à la belle souris. Rien que pour la voir évoluer devant vous, vous donneriez toutes les nuits de Paris. Elle comprends ma supplique muette et retourne remplir mon glass. Les deux tueurs à gages n’ont pas encore moufté. Les mains croisées sur leur holster, ils attendent aussi.

Tout à coup le mot de Cambronne, proféré à haute et intelligible voix, fait sursauter tout le monde. Voilà enfin mon gars Béru qui revient à nous. Il roule des yeux blancs, striés de filets rouges.

— Figure-toi que j’ai fait un de ces cauchemars, soupire-t-il en me regardant. On s’assoupit et puis…

Il se tait, médusé par la réalité. Le filet de bave qui pend encore aux commissures de ses lèvres ne se décidant pas à choir, il l’aspire bruyamment.

— Où qu’on est ? s’informe-t-il, enfin, après un regard circulaire, pénétrant, lucide, surpris, vériste, troublé, inquiet, désolé, prenant, pitoyable, incertain, pensif, coagulé, croisé, myope et résigné sur l’assistance.

— Mystère et caleçon de bain, réponds-je. Mais je te conseille de la boucler parce que le monsieur que tu vois là à droite parle mieux le français que toi !

En entendant ces paroles, l’intéressé fronce ses sourcils qu’il a particulièrement fournis. Béru se tait un peu. Mais il regarde Pinaud et bégaie :

— Dis, le Vieux est canné, on dirait, non ?

— Je ne sais pas. Vise voir s’il respire…

Le Gros colle son oreille sur la poitrine concave[17] de Pinaud. Au bout d’un instant, il redresse son crâne de bois.

— Oui, fait-il, il respire. Mais qu’est-ce que ces vaches nous ont sonnés. Il me semble que je viens d’avoir une insolation.

A cet instant, un coup de sonnette retentit.

CHAPITRE EIGHT

LA VENDANGE ROUGE

L’escogriffe va délourder, d’une démarche nonchalante de bateau de plaisance qui aurait des jambes comme les petits bateaux de la chanson[18].

Il revient, flanqué de… devinez qui ? Du mec qui nous suivait le matin pendant qu’on trucidait Médor à l’hôtel.

Et ce dernier personnage est lui-même flanqué de… devinez quoi ? De la valise que nous sommes allés planquer à la consigne des Greyhounds.

En apercevant ma pauvre valoche qui donne un air penché à son porteur, je suis saisi d’une forte hilarité. Elle est bavelle, celle-là ! Voilà donc ce que nos kidnappeurs attendaient ?

Ils nous ont fouillés, ont trouvé la clé du coffre, et sont allés récupérer le pacson en croyant affurer les plans… Je préfère leur laisser la surprise.

Mon rire, du reste, semble indisposer ces messieurs. Je sens que s’il se prolongeait un tantinet, j’aurais droit à une tarte aux quetsches. L’homme au sex-appeal prononcé s’approche de la valise dont il fait jouer la fermeture. Il soulève le couvercle et pousse un juron peu compatible avec son élégance. Bérurier me file un coup de saveur chaleureux qui ferait fondre le mont Blanc. Lui aussi est heureux de ce petit intermède. Une grosse mouche bleue sort d’une oreille du gaille et se met à râler parce qu’on l’a dérangée dans ses occupations. Puis elle prend le parti de choisir une nouvelle charogne et, naturellement, va se poser sur Bérurier.

L’homme aux tempes grises donne à ses sbires l’ordre de soulever le chien mort. Il examine alors le fond de la valise, car c’est un méticuleux, qui ne laisse rien inachevé.

Ensuite de quoi, d’un geste bref de la main, il fait signe à ses louveteaux d’évacuer ce bagage à main peu ragoûtant.

Pendant ces vérifications, la fille au tailleur blanc, souverainement écœurée, s’est tenue à l’écart. Maintenant que la macabre valoche n’est plus laga, elle se réinstalle dans un fauteuil, non loin du mien, et se met à me dévisager avec un certain intérêt. Un intérêt avec majoration de retard, car ses ramasse-miettes font du morse. Je ne crois pas m’avancer outre mesure en affirmant que je dois être son genre. Cette pépée aime les garçons athlétiques, sympathiques, enjoués, beaux et intelligents[19].

— Ils se sont collé le doigt dans l’œil, fait Bérurier.

J’acquiesce.

— J’ai idée qu’il va vaser des beignes avant longtemps, non ? reprend le Mahousse d’un air soucieux.

— Moi aussi.

En effet, il s’est établi un profond silence annonciateur d’orage. Le chef de ces pieds-nickelés est en train d’allumer avec minutie un cigare gros comme la fusée Atlas.

Parallèlement, Pinaud soupire et ouvre les yeux.

— T’es de retour ? lui demande Béru qui triomphe dans l’art délicat de constater les évidences.

Le vieux navet semble plus étourdi que Manon. Il examine avec attendrissement son dentier, tombé sur le tapis.

— Colle-toi les chailles dans le clappoir ! je grommelle ! C’est indécent et tu risques de te mordre les fesses !

Il obtempère.

Ensuite, il coule un regard tranquille sur l’assistance, aperçoit la belle blonde et, impressionné, soulève son bitos que le coup de crosse lui a enfoncé jusqu’aux prunelles.

— Mademoiselle.

Ils sont suffoqués, les malfrats, devant cette manifestation au plus haut degré de l’exquise politesse française.

— Vous n’auriez pas un peu d’aspirine ? demande alors Pinuche à l’escogriffe. Je souffre d’une violente migraine et…

Mais le regard glacé — un regard froid et pâle — de son interlocuteur le fait taire. Le vieux daim se met à frissonner comme s’il venait de s’asseoir sans pantalon sur une banquise.

Vu son grand âge, on a négligé de lui entraver les pognes. Il en profite pour donner des chiquenaudes agiles aux grains de poussière déshonorant les taches de graisse de son costar.

Maintenant, le maître de céans a allumé son cigare. Il semble avoir pris une forte décision, car, après avoir expiré la première bouffée du Corona, il s’avance sur moi. Il est toujours strict, élégant, quasi courtois, et pourtant, je ne sais quoi de terriblement inquiétant brille dans son regard.

— Où sont les plans ? demande-t-il.

Je gamberge à plein rendement. Si je lui dis la vérité : à savoir que nous sommes des Royco français ; que nous avons laissé les documents à bord de Liberté et que je l’em… à pied, à cheval, en voiture et en soucoupe volante, il n’aura pas d’autre éventualité que de nous emmener faire un tour, selon la belle tradition du milieu ricain. Ici, le kidnapping est puni de la chaise électrique, ne l’oublions pas. Et n’oublions pas non plus que ladite chaise n’est pas Louis XV ! Elle ne vient même pas des Galeries Lafayette, ce qui serait normal aux States !

Conclusion, la seule manière de ne pas se faire distribuer de la mort aux rats illico, c’est de se faire passer pour des truands.

Seulement, faut que j’affranchisse mes notables et loyaux camarades. Une couennerie de leur part (ce qui ne serait pas fait pour vous surprendre, n’est-ce pas ?) et tout est fichu, à commencer par nous.

Mais comment les prévenir ? L’autre jacte le français admirablement. J’ai un trait de génie. Il parle français mais sans doute pas l’argomuche, ce noble langage qui a fait la gloire de Paul Valéry.

Pour en être certain, je dis au quidam :

— On commence à se faire tartir, dans votre crémerie !

Il fronce les sourcils, ce qui donne au-dessus de son regard une barre velue, continue.

— Vous dites ?

Rassuré, je balance à mes potes :

— Ne mouftez pas, quoi qu’il arrive, hein ? On chique aux malfrats. C’est mégnace qu’a planquousé le fade, vu ?

— O.K. ! rétorque Bérurier qui commence à parler anglais couramment.

Pinaud masse sa nuque endolorie. Il a une tronche de déterré. Il ressemble à une dame que j’ai bien connue et qui tenait les gogues souterrains de la place des Terreaux, à Lyon, jadis. Elle était jolie comme un cœur d’artichaut, précisons-le. Elle avait autant de poils, d’ailleurs !

L’homme aux sourcils froncés, aux tempes argentées, au cigare et au complet bleu marine réitère sa question.

— Où sont les plans ?

— Je les ai soldés…

— Quoi ?

— Vendus, mon pauvre monsieur… A qui ? A un collectionneur !

Il se force à sourire. Mais il n’obtient de ses lèvres qu’une grimace inquiétante.

— Ces plans étaient en possession d’une amie à nous, mon cher. Vous les lui avez volés…

Je ricane.

— Très drôle ! C’est ça, abordons le chapitre de la culpabilité et ensuite celui de la morale. D’où les teniez-vous, s’il vous plaît ? Vous les aviez peut-être gagnés dans une tombola au profit des petits sénateurs sans emploi.

— Je veux ces documents. Je me suis engagé à les remettre à une nation au profit de qui mon organisation travaille, et j’ai l’habitude de respecter mes engagements.

— Sorry, il est trop tard.

— Vous allez nous obliger à employer les grands moyens.

— Faites !

— Vous le regretterez…

— Peut-être.

Il dit quelque chose au gnace qui est allé chercher la valise.

Ce monsieur s’amène et me fait lever. Ensuite, il m’entraîne vers une pièce voisine, suivi de l’escogriffe. Le boss, lui, se contente de tirer des goulées de son barreau de chaise.

— A la revoyure ! lancé-je à mes potes.

Nous pénétrons dans une cuisine tout ce qu’il y a de moderne, avec revêtement de faïence jaune, placards muraux (Yvelines), appareils perfectionnés : frigo à changement de vitesse ; cuisinière électronique à déclenchement impédimentaire sous la trachée artère et le gros colomb (Christophe pour les dames) ; grille-pain Jeanne d’Arc, breveté, par la Faculté vasovasculaire de Foumele-Outusay ; vide-ordures à musique religieuse ; rampe de lancement pour hamburger et enfin découpe-oignon en or massif avec frein à tambour stérilisé.

Bref, le fin des fins en la matière de cuisine moderne. C’est de conception nucléaire et toutes les femmes rêvent d’avoir à leur disposition un semblable laboratoire.

L’un de mes gardes du corps empoigne un tabouret de fer et m’oblige à y prendre place. Ensuite, il se met à m’attacher les lattes après les pieds du siège. Si je m’écoutais, j’en profiterais pour lui refiler un coup de ronfionfion japonais dans le portrait de famille, mais cela ne servirait à rien. Ces enfants de péripatéticiennes ont l’air suffisamment remontés contre mézigue.

Je me laisse faire.

Lorsque je suis entravé solidement, ils m’ôtent ma veste, ma cravate et ma chemise et me laissent un instant le torse nu. La chaleur étant douce comme une fesse de bébé, ça n’a pas la moindre espèce d’importance.

L’escogriffe délourde le placard et s’empare d’un drôle d’appareil. Celui-ci se compose d’un récipient en pyrex, d’un tube de matière plastique terminé par une aiguille acérée, et d’une prise électrique.

Le zouave qui nous a suivis sort un élastique de sa poche et me fait un garrot à l’avant-bras.

Qu’est-ce que tout ce mic-mac signifie ? J’ai été souvent molesté au cours de ma carrière. J’en ai vu de dures. On m’a passé à la trique, au presse-purée, au minium ! On m’a roué vif, cimenté, brisé, meurtri… On m’a brûlé. On m’a écrasé les doigts ! On m’a fait le coup de la baignoire tragique ; celui du démon à ressorts ; celui de la torpédo macabre ; du seau à lait démoniaque ; de la toupie électrique ; de l’aquarium funèbre ; de la contre-danse perverse ; du robinet péruvien ; du pédicure démentiel ; de la tornade sifflante ; du trohu du travavou cavacavu enfumé ; du cornichon pestiféré ; de l’inoculation baveuse et surtout, le coup du protozoaire constipé ! Mais jamais, au grand jamais, on ne s’est avisé de me brancher dans le bras une aiguille longue comme ça, et de déclencher le moteur aspirant d’une petite pompe qui me tire le raisin des veines.

Ce n’est pas douloureux, non, mais moralement c’est atroce. Imaginez une sorte d’injection à rebours. Vous avez déjà vu faire du goutte à goutte à quelqu’un, pas vrai, tas de démantelés à la ronde ? Eh bien, figurez-vous qu’au lieu de voir diminuer progressivement le niveau du liquide dans le récipient, vous le voyez monter au contraire. Hein ? Ça vous la coupe en quatre ? Parfaitement, mon sang écarlate paraît brusquement dans le vase clos.

Il commerce par embuer les parois ; puis un dépôt se forme au bas du récipient. Il devient une petite nappe rouge vif qui s’agrandit.

Et je ne sens rien… C’est doux comme un sommeil mérité.

Les deux hommes ne bronchent pas. Ils regardent fonctionner l’engin… Ils sont peinards…

Sur ce, troublant le silence, l’arrivée inopinée du boss. Son cigare est consumé au tiers. Il a une main dans sa poche et il ressemble à un monsieur honnête assistant à une party dans la bonne société et qui vient relancer la bonne à la cuistance parce qu’elle est plus gironde que les pouffiasses de la fiesta.

Il regarde le récipient gradué.

Puis il se tourne vers moi.

— On arrêtera lorsque vous serez décidé à parler, dit-il.

— Rien à déclarer !

— O.K. De toute façon, vous avez le temps. Un homme normal a dans le corps près de cinq litres de sang et vous n’en avez encore perdu qu’un quart de litre !

Là-dessus, il se retire, la mine un peu dégoûtée.

L’escogriffe s’assied sur la machine à décortiquer les feuilles de bettes et se met à ligoter un Comic qu’il vient d’extraire de son holster. Les Holsters de New York[20] en quelque sorte. Et pendant qu’il se délecte à la lecture des aventures de Jim Hagine, mon sang est en train de couler dans le bocal. Ah ! ils savent l’appliquer, le principe des vases communicants, ces fumelards !

Ils savent vous le donner, le coup de sang ! Les trois lancettes du Bengale ! C’est ça, p’t’ être bien, le baptême du sang ! Je vais devenir un prince du sang après cette séance, à condition toutefois qu’ils veuillent bien stopper à temps ! En tout cas, ils peuvent constater que j’ai du sang dans les veines ! On a raison de dire : « Qui voit ses veines, voit Pleven ! » Je sue sang et eau, les gars ! J’ai envie de bramer ma pétoche ; pour le coup ça serait la voix du sang ! Du sang à la hune ! comme dirait Bombard. Je me dis qu’il est inconcevable que je me laisse saigner comme un goret ! Je peux perdre mon sang, d’accord, mais pas mon sang-froid ! Voyons, lorsque ces bons saigneurs[21] m’auront occis, ils s’en prendront à mes valeureux pignoufs. En admettant que je tienne le coup, jamais Pinaud ou le gros Béru ne se laisseront vider les veines sans parler.

Ils finiront par dire la vérité, à savoir que nous sommes les condés et alors nous aurons subi tout ça pour finir lamentablement.

Est-ce raisonnable ?

Où se trouve la vérité de cet instant, comme dirait Jean-Paul Monœil ? Hein ? Allons, répondez pendant que je peux encore vous entendre, bande d’aphrodisiaques exténués !

CHAPITRE NINE

LA POUDRE D’ESCAMPETTE

Quand Fume-cigare, le mecton aux tifs plaqués argent, se la radine pour la seconde fois, il y a un demi-litron de mon raisiné dans le bocal en pyrex et je commence à me sentir un peu mollasson des cannes.

Son barreau de chaise maintenant est à peine long de quatre centimètres, cendre comprise.

Mon interlocuteur, flegmatique, s’annonce et murmure :

— Quelle décision ?

— Je vais tout vous dire.

Il réprime un sourire et se contente de branler le chef (lequel s’en trouve ravi, je pense).

Alors là, il se passe quelque chose, les enfants. A l’instant précis où je vais pour m’allonger, pour en croquer, pour me mettre à table, une pensée me vient qui me flétrit la conscience, si j’ose ce sémaphore hardi.

Les plans, je vous l’ai déjà bonni because je n’ai pas plus de secrets pour vous que je n’ai de respect, les plans, disais-je, sont actuellement dans le coffre du commandant de Liberté. Or suivez des yeux la trajectoire fluorescente de mon raisonnement : ce barlu est à quai pour vingt-quatre heures encore. C’est plus qu’il n’en faut à une organisation comme celle-ci pour manigancer un coup fourré. Ces gens doivent avoir des casseurs professionnels au pedigree long commako ! Or j’ai vu le coffre du commandant ; à vrai dire, ça n’est pas exactement un coffre, mais le modèle au-dessus de la tirelire moyenne. Une lime à ongles ou un cure-dents suffirait à un spécialiste pour en avoir raison…

Alors, pas de ça, Lisette ! comme disait le mari de ma cousine Lise. (Il était garde-barrière dans l’aviation à l’aéroport de Bourg-Moilœil. Quand il venait passer huit jours à Paris, sans ma cousine, il appelait ça « la semaine de sucette. »)

Le cher hôte pige avant que je ne lui signifie mon changement de direction. Ce sont des choses qui ne trompent pas un psychologue comme lui.

— En tout état de cause, déclaré-je d’une voix défaillante, je vais parler pour vous donner un bon conseil… celui d’aller vous faire cuire un œuf !

Pour la première fois, l’homme perd son contrôle. Si vous le trouver, rapportez-le-lui dare-dare, car c’est le gars Mézigue qui en subit les conséquences. Voilà-t-y pas ce salaud qui me file son cigare incandescent sur le dos de la paluche.

Une odeur de porc grillé emplit l’atmosphère. Je fais la grimace, mais c’est tout !

— Le coup du cigare, fais-je, mon pauvre homme, t’étais pas au monde qu’on me le faisait déjà. Tu n’espères pas avoir, avec une malheureuse petite brûlure, un descendant de Jeanne d’Arc ! Non ?

Voilà c’est parti. Qu’ils me saignent à bloc…

Ce sont mes dernières paroles. Pertinentes, n’est-ce pas ? Après cet effort, j’ai la pensarde qui se ramollit comme du goudron au soleil. Je vois mes tourmenteurs danser une sarabande de salopards devant moi, à travers une plaque de verre dépolie. Et puis je m’écroule en dedans.

Good night !

Il doit se passer du temps. A travers mon coma, j’ai très confusément conscience d’une durée… longue… Parfois, je perçois un bruit, ou bien une lumière… Puis je replonge dans le noir. C’est comme sur la chenille de la fête foraine. On monte, on descend, on pique dans la grande gueule noire du dragon pour rejaillir à la lumière et redisparaître… Vous voyez le topo ?

Enfin le noir se fait de moins en moins rare. Je rouvre les lampions.

Voilà que je me retrouve allongé sur un lit. J’ai les bras et les jambes liés. Je suis seul. La pièce est sombre, mais un rai de lumière souligne la porte au ras du plancher.

Dans une pièce voisine, il y a un bruit de conversation. Mais on jacte en anglais et les voix sont assourdies, ce qui constitue deux motifs suffisants pour que je ne pige pas.

Au bout d’un moment, les voix se taisent, la lumière s’éteint et je me retrouve dans une obscurité à peine troublée par la pâleur rectangulaire d’une fenêtre dont le store est baissé.

J’essaie de me dégager de mes entraves, mais j’ai vite fait de comprendre qu’il n’est pas d’espoir de ce côté-là. Je me sens faible comme une mouche paralysée, et les cordes qui me ligotent sont serrées au point que j’en ai les jambes meurtries.

Mon petit San-Antonio, me dis-je, après m’être pris en aparté, il va falloir essayer de comprendre. Pourquoi n’es-tu pas mort ? Pourquoi t’a-t-on cloqué sur ce plumard ?… Bref, que signifie ce bidule ?

Je commence à avoir assez joué avec cette équipe de tortionnaires. M’est avis que si je veux assister au prochain match France-Belgique, faut que je fasse quelque chose pour moi ! Et que je le fasse vite…

Du temps s’écoule encore. Puis la porte s’ouvre. La lumière éclate comme une bombe, blessant ma vue par son intensité. Je bats des ramasse-miettes avant de regarder. J’aperçois la fille blonde de naguère.

Elle est seule. Elle ne porte plus son tailleur blanc, mais une confortable robe de chambre en satin vert sombre. Ses pieds mignons sont chaussés de mules assorties. Elle a les cheveux retenus par un ruban du même vert. Croyez-moi (ou ne me croyez pas, qu’est-ce que vous voulez que ça me foute) mais cette déesse sait se fagoter ! Elle doit avoir une garde-robe qui ferait baver des ronds de bitos à France Roche !

Je la vois refermer la porte, doucement, et s’approcher de moi de sa démarche quasiment aérienne. Lorsqu’elle est devant le lit, sa robe de chambre s’entrouvre, ce qui me permet de constater qu’elle est à poil là-dessous.

Le spectacle est féerique. Quand je pense qu’il y a des forcenés du chromo qui se farcissent un mois en mer pour aller visiter Tahiti ! C’est à se frotter le dargeot sur une banquise pour essayer de faire des étincelles !

L’aperçu, fugace, hélas ! sur les charmes de la pépée me permet de constater qu’elle est vraiment blonde[22].

Vite, elle rabat le pan de sa robe de chambre et s’assied sur le lit.

— Vous, mal ? demande-t-elle en français.

Son accent est délicieux. Si j’avais une petite cuillère et la liberté de mes mouvements, j’en mangerais sûrement.

— Un peu, yes !

J’ai parlé à voix haute, ce qui semble l’effrayer. Elle met un doigt verticalement devant sa bouche.

Du coup, je ne pige plus rien au déroulement de l’aventure. Que veut dire cette visite nocturne ?

La femme tend l’oreille, qu’elle a bien ourlée. Ne percevant rien d’insolite, elle chuchote :

— Je détacher ! Pas parler !

Et la voici qui s’escrime (in english : ice-cream) sur mes liens. Ses ongles longs, laqués de rouge, sont experts.

En moins de temps qu’il n’en faut à Tino Rossi pour charmer un sourd qui a paumé son sonotone, me voici délivré de mes entraves.

Elle me saisit aux épaules et m’aide à m’asseoir sur le lit.

Bon. Cette dame me veut du bien. Pourquoi ? That is the question, comme disaient Rivoire et Carret à la bataille de Lustucru. Nous échangeons un regard (ou plutôt deux regards : le sien et le mien) long comme un discours pour distribution de prix. Ou je suis le dernier des cornichons, ou cette fille a envie que je lui raconte la vie des chartreux revue et corrigée (au martinet) par Casanova.

— Vous partir, dit-elle.

— Mais…

Je bêle cette objection, car elle exprime tout mon désarroi. Comment se peut-il que cette fille, si intime avec un dangereux chef de bande (de bande de quoi, je vous le demande) me libère alors que je vais aller tout droit balancer le duce ?

C’est risqué également pour sa propre sécurité.

Voilà ce que je me dis tout en roulant des carreaux qui feraient peur à un camembert sauvage.

— Pourquoi me laissez-vous partir ?

Elle détourne pudiquement la tête.

— Je ne veux pas que vous serez tué !

Chère âme ! Je vais peut-être tirer mes os de l’aventure à cause du fignedé d’une femme. Les grognaces perturbent toujours les décisions des hommes. Ce sont toujours elles qui, en définitive, prennent les décisions capitales. Mordez par exemple dans le domaine des crimes passionnels, hein ? Qui est-ce qui décide que le mari a assez vécu ? Qui est-ce qui dit à l’amant « Droit au cœur mais n’épargne pas le visage » ? Et en politique, dites-moi, mes petits absents du slip, qu’est-ce qui décide que la route du fer est coupée et qu’on ouvre les négociations avec la République d’Andorre ? Ben, répondez ! Parfaitement : les gonzesses ! Ce sont les gonzesses, toujours elles, qui décident que leur mari ne reverra plus sa mère, qu’il mettra des chemises à pans coupés et qu’il invitera à déjeuner le petit Dubois rencontré l’été dernier sur la plage !

Ce sont elles qui gouvernent le monde. Et nous le leur pardonnons en croyant qu’elles l’embellissent ! Va te faire aimer, oui ! Elles sont toutes en trompe-l’œil ! En trompe-bonhomme. Elles foutent du rouge à lèvres sur l’existence et on embrasse du vide, nous autres…

Celle-ci, cette belle gosse made in Hollywood, ne veut pas que je sois buté. Elle a eu le coup de flou pour ma bonne balle, alors la voilà qui chanstique les projets de son mec !

Si j’avais trimbalé la hure de Béru ou la frime à Pinuche, c’en était fait de moi.

A propos de ces deux grands cavons de la terre, je questionne :

— Et mes hommes ?

Elle secoue la tête. Son geste exprime à la fois l’incertitude et le désintéressement. C’est bien ce que je disais. Elle se moque des petites existences végétatives et disgracieuses de ces bons potes !

Son regard brille comme si on l’avait passé à l’encaustique. Visiblement, elle attend un remerciement de ma part. Je voudrais bien la gâter un peu, cette chérie, lui revaloir la noblesse de son geste par une séance récréative de main-occulte ; mais je suis plus délabré qu’une asperge trop cuite.

Pour jouer les tombeurs de garce, faut avoir ses cinq litres de sang dans le système circulatoire, faites confiance… Sinon, on est tout juste partant pour enseigner les trente-deux positions par correspondance !

Je voudrais me dérober, sauvegarder ma dignité. Mais elle n’a pas cédé à son extravagant caprice pour recevoir en échange une carte de bonne année représentant deux poussins jaunes dans la même coquille brisée.

Allons, San-Antonio ! Du cran ! Quand on a une réputation comme la tienne et une souris pareille en face de cette réputation, on se doit d’honorer l’une et l’autre !

La chère petite a droit au préliminaire : la grosse galoche ! Mais si je pensais l’épater, je dois laisser ma carte et repasser. Pour les patins, elle en connaît un fameux pacson, miss Prends-Moi-Toute. C’est pas une langue, qu’elle a, c’est un lance-flammes ! O ma doué ! cette agilité. Ma parole, elle me donne des leçons !

Voilà qui me ranime davantage qu’une transfusion ! Devant un tel étalage de connaissances, je ne peux que lui faire le grand jeu. Que dis-je, le grand jeu ! c’est la représentation de gala, oui ! Placée sous le haut patronage du président de la République ! Avec le concours de la musique de la Garde !

Je lui présente mon corps diplomatique au grand complet. La cérémonie est émouvante. Elle entonne son hymne national. Elle commence par Maman, maman, maman ! Et il se termine par Plus ! Plus ! Plus !

Comme vous le voyez, les paroles sont fastoches à retenir. Une jeune fille de seize ans n’aurait aucune peine à les apprendre.

Je lui octroie le coup du milieu, façon normande. Puis j’improvise sur deux notes un récital de flûte pour terminer la représentation.

Franchement, et en toute modestie, c’est du grand art ! Dans n’importe quel palace de la Côte d’Azur, devant une telle perfomance, on me passerait un contrat de trois ans, renouvelable par tacite reconduction !

J’ai vraiment tout ce qu’il faut pour faire la renommée d’une maison. De quoi concurrencer le casino du patelin, je vous jure !

Nous restons un instant inertes, nettoyés par ce travail de longue haleine. Enfin je me redresse. Entre nous et la place Maubert j’ai autre chose à faire[23].

Un dernier patin et je me dresse, mal équilibré sur mes échasses. J’admire le héron qui se tient des heures sur une patte ! Faut être fortiche pour réussir un tel exploit.

— Je vais vous demander mon vestiaire, fais-je, très galamment en récupérant mon futal.

Elle se lève, les yeux cernés par la reconnaissance.

D’une démarche vasouillarde, elle gagne la porte. L’ayant ouverte, elle écoute. Le silence est entier, comme mon caractère.

Si j’étais en forme, je pourrais essayer un débarquement-éclair pour tenter de délivrer mes aminches, mais je sens que dans mon état, un éternuement de fourmi me ferait basculer.

Il vaut mieux que je prenne mes cliques d’une pogne, mes claques de l’autre, et que je me trisse.

Miss Réchaud-chaud me guide jusqu’à la porte de l’appartement, à tâtons, dans le noir.

Elle délourde en silence. Puis ses chères mains expertes m’accordent une dernière caresse.

Je déhote. La porte se referme. Me voici dans un escadrin raide et noir. L’escalier de service, je suppose.

Je descends deux étages et j’arrive dans un couloir obscur… En prenant appui sur les murs gras, je vais jusqu’à la porte. Celle-ci n’est pas fermaga. Seigneur ! qu’il est bon de renifler l’air de la nuit.

Un vent léger court dans la rue, faisant voltiger des gobelets de carton.

Je m’élance, parcours quelques mètres et stoppe net.

— S’agit pas de faire des couenneries ! Je dois penser à mes petits amigos, les Béru-Pinuche brothers.

Je m’assure du numéro de l’immeuble. C’est le 214.

Je note mentalement le numéro dans mon bocal perturbé. Puis je fonce en rasant les murs avec un rasoir mécanique jusqu’au prochain carrefour. Là, je bigle le numéro de la rue.

C’est ce qu’il y a de chouettos à Niève York ! Tout est numéroté. On ne peut pas se gourer. Au lieu d’un plan, il suffit d’emporter avec soi une règle à calcul.

Je me trouve dans la 23e rue. S’agit de rencarder mon petit ami Andy.

L’heure du F.B.I. a sonné !

DEUXIEME PARTIE

LE BOIS DONT JE ME CHAUFFE

CHAPITRE TEN

IL EST LONG, LE CHEMIN QUI CONDUIT AUX POULETS…

Je marche jusqu’à l’avenue des Américains, c’est-à-dire jusqu’à la sixième, d’un pas pressé. Il y a du populo dans les artères de la grande ville. Icigo, la vie ne s’arrête jamais. Il y a plein de bars ouverts, avec des types bizarres qui entrent, qui sortent, avec un air et des gestes vagues (et l’hiver avec des pardessus vagues également). Quelques filles viennent respirer un coup de brise nocturne, manière de s’oxygéner un peu les éponges.

Des barmen noirs sortent aussi, mais eux pour faire le contraire, c’est-à-dire pour fumer une sèche à la sauvette (du tabac blond de préférence, voir la loi des contrastes).

Je marche de mon allure vaseuse et personne ne prête attention à moi. L’horloge lumineuse d’un carrefour marque trois plombes du mat. Il va faire une vache bouille, le gars Andy, quand je vais lui exposer le pourquoi du comment du chose, plus l’adresse de cette association sportive de truands ! Il n’y a pas vingt heures que nous avons débarqué, et déjà je suis capable de lui amener l’adresse de Messieurs les marchands de plans volés.

Il va falloir se dégrouiller d’organiser une petite descente-éclair au 214 de la 23e street si on veut récupérer ce qui reste de Béru et de Pinuche ! Je commence à me faire un drôle de sale mouron pour eux. Les pauvres mecs, ils vont avoir droit à leur ration de chrysanthèmes !

Je cherche l’adresse d’Andy, ou plutôt je veux la contrôler, car les petites séances que je viens de subir ont un peu brouillé ma mémoire, mais je constate avec rage que ces carnes m’ont soulagé de mon portefeuille.

Drôle de vacherie ! Pas moyen de prendre un taxi ! Quant à l’adresse, il me semble bien que c’est la 44e rue. Une gentille trotte ! Vingt blocks à se farcir ! C’est méchant pour le gars qui a perdu un demi-kil de rouge et qui vient d’exécuter des manœuvres de printemps avec un corps d’élite tel que celui de ma blonde incendiaire !

Je donnerais un verbe actif, plus le passif de la Banque de France pour avoir un verre de gnole ! Si au moins j’avais de quoi me taper un glass et téléphoner… Mais va te faire donner l’assurance de ma haute considération, oui ! Ils m’ont raclé jusqu’au dernier cent qui pouvait se trouver dans mes profondes.

Allons, un coup de courage, San-Antonio ! T’en as vu d’autres, pas vrai ?

Des en noir et des en couleurs. Comme me disait un dompteur du cirque Bouglione — les ours se suivent mais ne se ressemblent pas ! Demain, j’aurai mes lendemains qui chantent ! Le tout est qu’ils ne chantent pas trop fort, car j’aimerais bien piquer une ronflette avant de me rembarquer !

Voici enfin la 44e. Je stoppe, perplexe. Je ne sais plus si c’est à l’Est ou à l’Ouest que se trouve l’adresse où je me rends. Le numéro même m’échappe. Mince, je perds un temps fou à rassembler mes souvenirs en colonne par deux !

Il avise un cop, à un carrefour. Il est gras, ventru, mafflu, et s’il ne fumait pas le cigare, on pourrait prendre sa figure pour une paire de fesses[24].

Il fait tourniquer son long bâton noir au bout de son index boudiné.

Je m’approche de lui.

— Please, sir, the F.B.I. address ?

Il hisse son regard globuleux jusqu’à moi. On dirait qu’il manœuvre ses châsses avec un système d’engrenages et de crémaillères. Ça fait quasi du bruit lorsqu’il les oriente.

Il m’examine en détail un peu comme une ménagère trie des lentilles avant de les mettre à tremper. Mon accoutrement n’inspirerait pas confiance à un clodo d’Aubervilliers. Pour tout vous dire, je suis sans chemise. J’ai juste mon bénard et ma veste. Ça fait un peu négligé, vous comprenez ?

Il se dit que je peux entrer dans deux catégories d’individus, soit dans celle des gars qui prennent le whisky pour de l’eau minérale, soit dans celle des messieurs qui ont un caramel à la place du cervelet.

En tout état de cause, je suis indigne de son intérêt.

D’un geste terminé par son bâton de réglisse, il me fait signe d’évacuer la street. Lui, il est pas meûchant. Tout ce qu’il demande, c’est qu’on lui laisse fumer son Corona pénard. Il prend la vie comme elle vient, sans la compliquer outre mesure. Il n’a l’air ni gentil ni vachard. Il ressemble simplement à un tas de viande habillé en flic américain.

Cette masse d’inertie me file en renaud.

— Je suis policier français, insisté-je. Je travaille en liaison avec l’inspecteur Oliver Andy, du F.B.I. J’ai besoin de le voir tout de suite… C’est très grave. Question de vie ou de mort !

Je lui ai monté la phrase tant bien que mal, en utilisant autant le français que l’anglais.

Cette fois, elle tire le bignolon de son apathie. Mais il ne réagit pas dans le bon sens. Il me plante l’extrémité de son bâton sur la poitrine et me pousse comme un jouteur. Je suis tellement lessivé que je pars en arrière. Sans la présence providentielle d’un panneau de signalisation, j’allais à dame !

Furax, à juste titre, je me radine sur « Gras du bide. » Une rage meurtrière me fait perdre tout contrôle. Je voudrais lui faire bouffer son cigare, à ce tordu ! Me voyant charger, il ne s’émeut pas. Il ne fait pas appel non plus à ses deux pétards qui lui battent les miches. Simplement il fait décrire un arc de cercle à sa baguette et v’lan ! Sucrez-vous, marquise ! Je prends sur le temporal un de ces gnons qui vous obligent à demander des explications sur vos origines, car vous ne savez soudain plus si vous vous appelez Robinson, ou si on est vendredi !

Je chope le panneau providentiel et je l’étreins comme s’il était la plus sensationnelle des mousmés.

Il ne reste plus à Monsieur le guignol qu’à me choper par une aile pour m’emmener au poste voir si ma lucidité s’y trouve déjà !

Nous faisons quelques pas de conserve[25] et mon entendement rejoint sa base, qui se trouve être celle de mon crâne.

Je réfléchis que, dans le fond, c’est encore la meilleure solution. Une fois au poste, je m’expliquerai et j’obtiendrai sans doute qu’on alerte l’ami Andy.

Quelques badauds nous regardent, mais d’une façon plutôt distraite. Les New-Yorkais sont les citadins les plus blasés du monde ! Il n’y a qu’une chose qui les intéresse : le défilé des personnalités dans Broadway. Sorti de là, on peut se trucider au coin des rues, ça ne les impressionne pas outre mesure. Ils font de grands pas pour enjamber les flaques de sang et c’est tout !

Nous longeons maintenant, le flic et moi, une longue bâtisse obscure. A cet endroit, le trottoir est pratiquement désert.

Je me trouve entre le mur et le poulet. Notez le détail, d’ici trois secondes il va avoir son importance. Du moins pour moi !

En effet, sans que nous y prenions immédiatement garde, une auto stoppe dans un grand miaulement de freins à notre hauteur.

Toto-la-Bonbonne, mon volumineux convoyeur, regarde. Il voit le canon d’une Thompson dépasser la portière, et il ne réagit pas. Il a peine à piger ce qui se passe. C’est un tort ! Because ça se met à cramioter ferme dans le secteur.

Et rapide ! Je me fous à plat ventre en même temps que mon garde du corps. On n’a jamais rien inventé de mieux pour se garer des balles !

L’auto repart dans un grondement féroce. La cérémonie n’a pas duré plus de quatre secondes. Je respire bien à fond, le nez sur un chewing-gum usagé. Pas de bobo ! Et je comprends très vite pourquoi en voyant le trottoir tout rouge sur ma gauche. C’est la Globule qui a effacé la purée de sa bedaine de notaire de province. Lorsque je me suis foutu à plat ventre, il s’écroulait, out ! Et il a continué d’intercepter la bonne camelote calibrée de messieurs les distributeurs de friandises !

Maintenant, il est mille fois plus mort que l’entrecôte marchand de vin que vous vous êtes farcie hier. Sa casquette a roulé sur la chaussée, ce qui me permet de constater que Zizi-Beau-Burlingue était aussi chauve que le dôme des Invalides !

« Mon San-Antonio joli, me dis-je en aparté et en français, tu viens de l’échapper belle. Si t’es pas un ingrat, tu vas pouvoir faire brûler un cierge en rentrant à Paname ! »

Vous avouerez que pour du bol, c’est du bol !

Des gens s’approchent, regardant le cop qui gît sur le bitume avec l’air de se dire que, ma foi, ça n’est pas une perte tellement énorme pour la Nation américaine.

Déjà la sirène d’une bagnole de police mugit. C’est fou ce qu’ils sont rapides, les archers, au pays du dollar en branche ! Pas comme chez nous ! In France, ils sont champions pour la contredanse valsée, nos braves gardiens dits de la paix (et qui savent pourtant si mal nous la foutre). Mais quand y a du grabuge, good bye Hawaii ! On ne les voit pas, les pèlerins en pèlerine !

La voiture des cops se range en voltige au bord du trottoir. La coupole rouge qui surmonte le toit de l’auto continue de distribuer le rayon pourpre de son phare tournant.

Trois malabars baraqués comme des armoires normandes jaillissent de l’auto. Eux, croyez-moi, sont sensibles au fait que la victime est un poultock. Ici, la peau de flic est plus sacrée encore qu’à Pantruche. Défense de s’en payer une sous peine de faire si-site à Sing-Sing sur la chai-chaise !

Ils regardent le collègue. Pas laubé, une fois viande froide. Johnny Violon ! Un vrai poème pour mouches à miel ! Il est déjà verdâtre, le Popeye !

Ayant constaté que la femme du cop est devenue veuve, les mecs de l’auto se tournent vers moi. Ils me chambrent avec des questions à l’emporte-pièce, nasillées de façon inaudible.

Je bonnis :

— Minute, I am french…

Voyant que je ne peux m’expliquer sur place, ils me font grimper dans leur fiacre.

En route !

Je finis tout de même pas arriver à destination. Le tout, c’est d’être patient.

CHAPITRE ELEVEN

ORAGE ! O DÉSESPOIR !

Une grande salle divisée en boxes vitrés. Le clapotement des téléscripteurs. Des bourdilles qui passent, escortant des civils. Le bruit rapide des machines à écrire. L’appel caverneux des interphones.

Me voici enfin dans l’antre de la matucherie new-yorkaise. Je suis assis dans un fauteuil en tubes, fourbu, écœuré par l’existence, faible à pleurer, frileux…

J’ai réussi à dire que je voulais voir l’inspecteur Andy et on est allé le tirer des toiles à domicile. D’ici vingt minutes il sera là.

Plus le temps s’écoule, plus je désespère de revoir mes deux copains autrement qu’à l’état de défunts. Je suis à ce point épuisé que je n’ai pas la force de les chialer. Quand on n’a plus de force on devient fataliste. Ceci, les gars, parce que la réalité perd de sa signification.

Dans ces moments d’épuisement, on pense à la mort comme à un grand régal. Pas seulement pour les asticots, mais pour soi !

On devient le calme et le repos. M… pour la chaleur, pour la lumière, pour le mouvement ! Et, éventuellement, pour la reine d’Angleterre ainsi que le veut la chanson. On se marre, rétrospectivement, d’avoir accordé quelque importance à ce qu’on croyait être de grands événements ! Plus rien n’existe que cet épuisement formidable qui vous retire toute essence humaine[26]. On s’aperçoit que la gloire, l’amour, l’argent et la Sécurité sociale sont les composants d’un affreux bidon !

Un chef-bourdille me touche le bras.

Il tient un flacon de bourbon, le cher homme. Il a une bonne bouille compatissante.

— Have a drink ?

Je fais « zoui » du cigare et je saute sur sa bouteille plate comme un percepteur sur un chèque au porteur.

Je me biberonne la moitié de sa gnole. Une chaleur bienfaisante me ramone l’intérieur. Ils me font tordre, les gars de la ligue pour la tempérance, lorsqu’ils affirment que l’alcool est un fléau !

Tu parles, Charles ! Il est des circonstances (et j’en traverse une à gué présentement) où un coup de raide fait du bien par où qu’il passe, je vous jure !

Il me semble que je viens d’avaler un feu d’artifice ! C’était pas de la liqueur de chaisière !

Je rends son flask au galonné.

— Thank you !

Il me frappe l’épaule affectueusement, mais avec cette belle vigueur américaine, bien connue, et je manque chuter du fauteuil.

Puis il entreprend de m’expliquer qu’il a fait la guerre en Europe et qu’il a gardé de Paris un souvenir inoubliable. M’est avis que les pétroleuses de Pigalle ont dû avoir des faiblesses pour ses dollars.

Fin des congratulations, car voici Andy !

Il s’agirait de mon frangin, je ne serais pas plus heureux !

Il a le regard un peu lourd, avec des poches de tablier sous les lampions. Réveillé en sursaut, le collègue ! Il ressemble à une réclame pour les pilules qui ont mis la constipation K.O.

— Hello ! me dit-il en serrant ma paluche.

Je le mets au courant de tout ce qui s’est passé depuis notre dernière communication téléphonique. Ça lui paraît un peu beaucoup pour une première journée.

Lorsque j’ai craché le morcif, il décroche un tubophone.

Je l’entends commander une bagnole complète de matuches avec motards d’escorte.

— Allons-y, fait-il.

Je tends la main vers le digne garçon qui m’a offert son flask.

Il rigole et, bon zig, me lance sa bouteille.

Vite, je me mets quelques nouveaux centilitres de super dans le réservoir.

Je bois en marchant. Faut vous dire que je suis un virtuose. C’est toujours moi qui jouais les solos à l’harmonie de Bouffémont.

Nous montons dans la guinde d’Andy, une chouette Dodge flambant neuve, très discrète (crème et rouge avec une bande verte sur les ailes et des damiers noirs et blancs sur les lourdes). L’autre bagnole nous attend déjà, bourrée de limiers. Deux motocyclistes font pétarader leurs seringues, un pied à terre, les manches de chemise flottant déjà au vent de la noye.

Tout en pilotant son tréteau, Andy soliloque :

— Tout ça est un coup monté.

— Comment ?

— La femme vous a fait évader sur l’ordre du chef.

— Pourquoi ?

Il réfléchit.

— Well ! Un de vos hommes a parlé. Il a dit que vous étiez des agents français. Seulement, les autres n’ont pas dû le croire. Ils ont voulu faire une expérience…

— C’est-à-dire ?

— Vous libérer. Si vous allez à la police, c’est qu’en effet vous êtes des policiers, you know ?

— Oui, ça m’a l’air pas bête. Et ils me filaient ?

— Certainement ! Lorsqu’ils vous ont vu en compagnie d’un cop, ils ont compris que vous étiez effectivement de la police et ont voulu vous empêcher de témoigner coûte que coûte.

Je m’assombris.

— Alors mes camarades sont morts, dis-je, sinistre comme un ordonnateur de pompes funèbres en deuil.

— Pourquoi ?

— Pour la même raison qui a décidé ces truands à m’abattre. Quand on fait subir de tels sévices à un policier, le descendre est presque un devoir, non ?

Il ne répond pas. Nous venons d’arriver devant le 214 de la 23e Rue.

Maintenant c’est ici que les Athéniens s’atteignirent, que les Satrapes s’attrapèrent, que les Perses se percèrent, que les Grecs se graissèrent et que les Parthes partirent, comme se plaisait à le déclamer mon vieil ami Tréçon, l’inventeur de la cédille.

Malgré mon infinie faiblesse, je jure de montrer un peu à ces sadiques (comme Arnot) avec quel poêle à mazout que je me chauffe[27]. Je dois bien reconnaître que j’ai dans certaines circonstances un caractère de chien ; de chien qui n’aimerait pas les niches[28].

Nous enquillons l’escadrin, Andy, mon ami Moi-même et les choristes de la maison Viens-Poupoule ! Sur la pointe of the feet, nous grimpons deux étages. Je reconnais la lourde par laquelle je me suis évacué une plombe plus tôt. La moindre des politesses voudrait que nous manifestions notre arrivée par un coup de sonnette, voire un simple heurt avec l’index replié contre le chambranle de la porte. Mais nous préférons cueillir ces messieurs-dames au paddock, pour autant qu’ils y soient encore. Tous les bignolons aiment à jouer au chah et à la houri.

C’est pourquoi un spécialiste de la maison Royco se met à faire des guili-guilis à la serrure, laquelle, contrairement à la Vieille Garde, se rend sans faire d’histoire.

Toujours sur la pointe de nos quarante-deux fillette, nous pénétrons dans l’appartement. Il est silencieux. Je repère la pièce dans laquelle j’ai prouvé à Miss Ensorcelle-moi que le plus court chemin d’un point à un autre c’était la ligne droite, et que les Français sont imbattables pour ce qui est du coup du milieu !

La pièce est vide. Il n’y flotte, pour moi, qu’un charmant souvenir car, plus j’y pense, plus je me dis que, chiqué ou pas, cette nana valait le déplacement d’air. Elle me plaisait vachement et je suis satisfait de l’avoir jointe à ma collection.

Je pourrais lui dire, comme le fiancé de la romancière « J’aime beaucoup votre prose ! »

Andy qui a pris son pétard en main, comme chaque fois qu’il se rend dans le monde, referme la porte doucement. Nous nous dirigeons vers les autres pièces, les inventorions à tour de rôle, ce qui nous permet de constater qu’elles sont toutes aussi vides qu’une des jambes de pantalon d’un unijambiste[29].

— Ils ont pris le large ! déclare Andy auquel rien n’échappe.

Moi, je suis perplexe.

— Andy, murmuré-je, je viens de constater un fait troublant.

— Vraiment ?

— Nous ne sommes pas dans l’appartement où on m’a torturé.

— Vous vous êtes trompé d’immeuble ? s’inquiète mon estimable collègue d’outre-Atlantique, lequel se voit déjà révoqué pour perquise illicite.

— Non ! C’est bien d’ici que je me suis sauvé avec le concours de la fille. Mais ce n’est pas ici qu’on m’a torturé. Pendant mon évanouissement, on m’a changé de domicile !

Il se gratte le menton. N’étant pas rasé, ce mouvement produit un bruit de râpe à bois.

— Je comprends, affirme-t-il.

— Qu’est-ce que vous comprenez ?

— Ils vous ont amené ici justement parce qu’ils voulaient vous faire évader… Ils avaient tout prévu, même la possibilité de vous rater avec la mitraillette ! D’ailleurs, si vous n’aviez pas été un policier, ils ne tenaient pas à ce que vous puissiez retrouver l’adresse.

Là-dessus il donne des ordres à son personnel. Ces messieurs se dispersent.

— Je fais demander à qui appartient cet appartement, m’explique mon compagnon. Ceci peut donner un indice !

Mais je sens que c’est scié de ce côté-ci ! Ces vaches-là sont mieux organisées qu’un banquet à l’Elysée. Ils ne laissent rien au hasard.

Andy, me sentant déprimé, me frappe l’épaule.

— Come, boy !

Il est gentil, ce mecton.

— Venez à la maison, dit-il. Nous boirons un bon scotch en attendant le jour.

C’est un programme assez dans mes cordes. Pourtant j’objecte :

— Mais… Et mes potes ?

— Vos quoi ?

— Mes collègues !

Il hausse les épaules.

— De deux choses l’une, cher garçon. Ou bien ils sont déjà morts ou bien les gangsters ne les tueront pas tout de suite afin de se servir d’eux comme otages…

Son raisonnement tient debout sans stabilisateur, pourtant il n’est pas fait pour me réconforter.

Nous retournons à la voiture.

— S’il est arrivé malheur à vos amis, nous les vengerons, promet Andy. Il ne faut pas vous tourmenter. Il y a chez vous un proverbe sur la vengeance, comme dites-vous déjà ?

Je récite, sans enthousiasme :

— La vengeance est un plat qui se mange froid.

Andy rigole, content. Tel un élève au cours du soir, il répète :

— La vengeance est un plat qui se mange…

Il s’arrête et questionne, avec cette logique qui fait la force des Amerlocks :

— Vous dites qu’il se mange… Et pourtant vous dites aussi qu’on a soif de vengeance. Alors la vengeance doit se boire, dear friend !

CHAPITRE TWELVE

TAÏAUT

La crèche d’Andy est coquette, moderne et encombrée de bouteilles vides et de chaussettes sales, car il est célibataire et ne s’en cache pas.

Il me désigne un fauteuil profond comme une entrée de métro.

— Sit down !

J’obtempère avec d’autant plus de conviction que mes os deviennent mous, mes nerfs visqueux, mes cartilages fumigènes, mes glandes égocentriques, mes cellules photo-électriques, mes muqueuses péruviennes, mes organes tripartites et mon intellect fluorescent[30].

Andy me brandit un glass de brandy.

— Avalez ça !

Je lui obéis. C’est formide comme je suis soumis, parfois.

Il m’en tend un autre. Un vrai turbin à la chaîne. Mais après ça, qu’on ne vienne pas me dire qu’où il y a de la chaîne y a pas de plaisir !

Je me sens bien. Je reprends confiance. Je m’endorsi !

Quand je m’éveille, le gars Andy est en train de se raser et son Sunbeam fait un bruit de quadrimoteur sur le point de décoller.

Tout en se tondant la pelouse, il fredonne un air d’Elvis dont les paroles sont internationales. Pour preuve de ce que j’avance (et que je ne retirerai sous aucun prétexte), voici la phrase essentielle du refrain :

— Boudou lou, la la. Boudou lou la la (la rime est riche). Boudou lou, la la la la, la Lèèèèère. Oh ! yes !

En principe, ça s’écrit comme ça se prononce.

Vous allez me dire que je suis plus taquin que saint Thomas, pourtant j’adore Elvis Presley. On a l’impression qu’il fait bon dans sa tête.

Je me sens la bouche triste. Je regarde l’heure à la pendulette du divan et elle annonce huit plombes. Andy réapparaît les joues nettes.

— Bien dormi ? demande-t-il.

— Très bien.

— O.K. Allez prendre une bonne douche froide pendant que je prépare le café. Vous pouvez vous servir de mon rasoir. Je vous ai préparé une chemise de moi[31] qui doit vous aller.

— Merci, Andy, vous êtes une mère pour moi !

Je lui montre la photo mirifique d’une pin-up brune comme une mine de charbon.

— Je suppose que ça n’est pas la vôtre, ça ?

Il sourit.

— C’est la demoiselle qui s’occupe de mes placements d’argent.

— Vraiment ?

— Elle est de bon conseil. Ma paie passe en fourrures, robes, parfums et dîners dans des boîtes où le pourboire au portier coûte aussi cher qu’un repas dans un drug’s normal.

— Et comment se prénomme cette aimable bouffe-baraque ?

— Concha !

— C’est pas un nom, c’est un pléonasme, observé-je pour moi seul en gagnant la salle de bains.

Une heure plus tard, me voici nickel, rebecqueté, pomponné, amidonné, calamistré, laqué, vernissé, loqué, lavé, rasé, douché, baigné, récuré (de campagne) et prêt à faire n’importe quoi pour retrouver les Béru and Pinuche brothers.

Je tiens conseil avec Andy tout en dégustant un caoua digne d’éloges.

— Par quel bout attrapons-nous l’enquête ? fais-je.

— Elle est déjà en cours, dit-il. J’ai donné le nom du chauffeur de taxi qui vous a conduit dans ce sacré garage. Isaac Rosenthal, m’aviez-vous dit ?

— Oui. Et c’était une vrai licence qui figurait sur le dossier de sa banquette.

— En ce cas, d’ici quelques minutes, j’aurai des…

Il n’a pas le temps de terminer sa phrase que son bigophone se met à jouer « Décroche-moi-je-veux-te-causer » sur l’air de « Et deux coups pour la bonne ».

Andy s’empare du combiné.

— Yes ?

Et ça se met à débloquer en anglais nasal.

Je renonce à suivre le bla-bla. Pour tout vous dire, je me défends mal, question de langues. A part la langue fourrée et le patois de la Basse-Savoie, il ne faut pas compter sur moi pour nourrir la conversation lorsque celle-ci a lieu en papou de la décadence ou en lituanien.

Au bout d’une longue parlote, Andy raccroche.

Il pousse une gueule longue comme le chemin qui conduit à l’amour.

— Alors ? fais-je.

Il se gratte les joues. Cette fois, comme il est rasé, ça ne fait pas de bruit.

— On a retrouvé le taxi qui vous a transporté. Il avait été volé dans le courant de l’après-midi d’hier… Ça n’est pas son propriétaire qui vous a véhiculé.

— Flûte, voilà une piste morte !

— Hélas !

Il vide sa tasse de café, s’en verse une seconde, met seize sucres dedans, touille et enchaîne :

— On a des renseignements au sujet du logement d’hier. Il s’agit d’un meublé loué également dans la journée d’hier par une fille blonde en tailleur blanc qui a prétendu s’appeler Eva Martin. Ça sent le nom d’emprunt !

J’opine. Ah ! ils sont roublards, ces ordures !

— Qu’allons-nous faire ? je demande.

Je dois avoir l’air d’un suppositoire qui n’a pas atteint son objectif. Si au moins je m’appelais Luc, on pourrait lire mon nom à l’envers.

— Il faut essayer de retrouver ce garage, fait Andy. Peut-être pourrons-nous y découvrir un indice intéressant ?

— On va découvrir, en fait d’indice, qu’il a été également loué à la journée par une dame blonde en tailleur blanc ! Ces salauds ont toutes les ruses !

— Allons-y tout de même. Par ailleurs, j’ai communiqué les signalements des gens qui vous ont kidnappés. On est en train de sélectionner d’après ceux-ci des photographies aux archives. Peut-être y retrouverez-vous certains de vos tortionnaires ?

Il croit au père Noël, Andy ! Enfin, il ne faut rien négliger.

— L’homme aux cheveux gris, continue-t-il, parlait français, m’avez-vous dit ?

— Parfaitement.

— Avait-il un accent quelconque ?…

— Je pense qu’il était méditerranéen : Grec ou peut-être bien Italien du Sud…

— Vous ne pouvez préciser ?

— Vous me prenez pour une encyclopédie ?

— Encyclopédie ? énonce péniblement Andy, qu’est-ce que c’est ?

— L’étude des cyclopes.

Ayant contribué à son éducation, je me lève.

— On les met ?

— Partons !

Vous voyez, comme à l’Opéra ! Les choristes se branlent les cloches pendant une plombe en piétinant la poussière du plancher. Ils gueulent sur tous les tons qu’ils s’en vont, et ils restent laga !

C’est comme la diva qui brame à pleine vibure qu’elle va caner ! En fait de dernier soupir, elle est pourvue ! Avec ce qui lui sort des soufflets, vous regonfleriez un corps expéditionnaire de mandoliniers !

Enfin, on s’en va.

Nous filons sur Central Park. Andy roule doucement afin de me permettre de bien repérer les lieux.

Pour ça, y a pas de mouron à se faire. Je suis une vraie caméra : j’enregistre tout ! Y compris la voix de Mlle Louise-Maria Naut, la célèbre cantatrice des arènes monumentales de Barcelone !

— Attendez, fais-je. Oui, nous sommes passés devant cet immeuble… Continuez… Je me souviens également de ce magasin…

Ça défile dans ma trombine comme un appareil de projection.

Je reconnais des rues, des stations de bus…

— Voilà ! bramé-je tout à coup en repérant une maison de briques à la façade noircie.

— Quoi ?

— Ça va être la prochaine rue, j’en suis absolument certain.

Docile, il oblique sur la droite.

J’aperçois, dans le fond, l’enseigne du garage.

— Et voici l’endroit !

Andy donne un coup d’accélérateur qui nous propulse pile devant le garage.

Avant de descendre de voiture, il ouvre la boîte à gants et y prend quelque chose. Mes yeux pétillent comme un feu de sarments.

L’objet qu’il me tend est un superbe pétard de calibre intimidant. Ce trac-là, c’est pas dans un drug’s qu’il l’a acheté.

— Ça peut servir, me dit-il.

— Je comprends ! C’est une bonne compagnie.

J’enfouis le pulvérisateur dans ma ceinture.

Maintenant, j’aimerais bien dire deux mots aux bonshommes qui s’amusaient à me soutirer du raisiné ! Moi aussi, je leur ferais un petit prélèvement. Et ça irait beaucoup plus vite !

Une grille ferme l’entrée du garage.

— C’est bien ce que je pensais, soupire mon collègue. Il s’agit d’un établissement fermé.

Il secoue la grille, en vain. Elle refuse de céder à cette sollicitation.

J’écarte Andy d’un geste calme et autoritaire.

— Vous n’auriez pas une lime à ongles, Andy ?

— Vous voulez manucurer vos mains ?

— Non. Donnez !

Il me tend l’objet demandé. Je m’accroupis pour examiner la serrure et j’introduis ma lime dans l’orifice prévu pour une honnête clé.

C’est chinois, une serrure ; pourtant, lorsqu’on examine son cas attentivement, on arrive à comprendre son fonctionnement.

Après quelques manœuvres infructueuses, j’arrive à mes fins.

D’une secousse, j’entrouvre la grille sur une longueur de cinquante centimètres ; ce qui est largement suffisant.

Andy a une mimique admirative.

— O.K. Vous êtes un champion !

Le champion et son petit copain pénètrent dans le garage.

Je le retrouve tel qu’hier. Vide, désaffecté. Il ne reste dans le hall que quelques tacots innommables, qu’aussi bien je me garderai de nommer !

Nous furetons partout sans rien trouver.

— Descendons, fais-je en montrant le petit escalier. En bas, il y a un entrepôt avec des bidons d’huile et des pneus… Nous nous sommes bigornés avec les malfrats. S’il n’y avait pas eu de renforts à la dernière minute, nous prenions l’avantage.

Nous descendons.

Après avoir donné la lumière, nous procédons à un inventaire scrupuleux du local. Nous le passons au peigne fin, comme dirait l’amant de Mme Bérurier qui est coiffeur de son état, comme chacun le sait. (Lui, c’est à la brosse, qu’il passe la digne épouse de mon malheureux collègue.)

Soudain, Andy se redresse. Il tient un stylo à bille et l’examine.

Je le rejoins.

— Ça n’appartient ni à vous ni à vos hommes, ça ? demande-t-il.

Je considère l’objet avec attention. C’est un stylo-réclame jaune. Il y a l’adresse d’un établissement gravée dessus.

Je demande à Andy ce qu’est cette maison ; il me répond que c’est une maison de jeux de la Huitième avenue. On y joue aux quilles et à un tas de machins électriques.

— On pourrait peut-être y faire un tour, non ?

Il hausse les épaules.

— Chaque établissement distribue des milliers de machins comme ça à Noël ! Vous ne pensez pas sérieusement que le patron de cette taule se souvient des gars à qui il a offert ça ?

L’argument est sans réplique. Comme nous ne trouvons rien d’autre, nous prenons le parti de mettre les adjas.

Nous avons la sensation déprimante de l’avoir dans le dos. In english : in the baba !

Nous regagnons le P.C. de mon collègue sans échanger un mot.

— Que faites-vous ? me demande-t-il, une fois sa voiture rangée dans le parking de la maison Poulopot. Vous restez avec moi ou bien vous vous promenez ?

Sachant que je ne puis pas lui être plus utile qu’une paire de patins à roulettes peut l’être à un escargot, je lui réponds que je vais aller respirer l’air tiède de cette matinée d’été.

Nous échangeons une poignée de pognes et je me propulse en direction de la Huitième avenue.

Je n’ai aucune peine à dégauchir la salle de jeux dont m’a parlé Andy. Elle est déjà en pleine activité et une foule interlope y mène grand tapage. C’est plein de bougnouls en blue-jeans, en black-jeans et en gin-fizz, de petits jeunes blêmes au regard cruel. On les devine prêts à tout pour enfouiller quelques dollars. Graine de violence ! Ils vous foutent votre grand-tante dans l’Hudson ; noient vos chats ; débouchent vos ouatères et se décalcifient devant le premier venu pour se laisser faire le coup de la fusée Atlas ! Nerveux avec ça, les chérubins. Ils prennent la mouche comme une toile d’araignée, pour un oui ou un non. Surtout pour un non.

Des drôles de petits gars en vérité !

Y a aussi des filles. Elles poussent des cris d’or frais dès qu’on les chatouille. Et puis y a des types entre deux âges, entre deux sexes, entre deux tout ! Ils regardent, ils imaginent, ils transposent, ils se font reluire la pensarde au milieu de cette jeunesse.

L’établissement est composé d’un immense hall en longueur. Au fond, y a les quilles électriques. De chaque côté, je vois des jeux de palets, des jeux de grenouille, des cabines dans lesquelles on peut se donner l’illusion de piloter un bolide à cent à l’heure dans les rues de New York ; des vélos branchés sur des cadrans indiquant la vitesse de pédalage et mille autres trucs depuis la plate-forme vibrante chargée de vous relaxer et qui vous colle la tremblote, jusqu’aux tires électriques, en passant par les appareils photographiques qui vous tirent le portrait instantanément et les cinémas individuels qui nous passent un Charlot de la belle époque[32].

Près de l’entrée, une grosse enflure, style Bérurier américain, vend des photos de filles à poil et fait de la monnaie aux usagers de sa crémerie. En outre, il mâche un cigare qui ressemble à une banane pourrie.

J’observe ce petit univers frelaté. J’ai beau me détrancher, je ne vois absolument personne de connaissance. Aucune de ces frimes ne m’est familière. Qu’avais-je donc espéré en venant ici ? Me casser le tarin sur l’un des malfrats d’hier ? Tout ça parce qu’au cours de la bataille rangée qui nous a opposés aux membres de la Truands’ Association Limited, un stylo-réclame a été paumé.

Pour ne pas me singulariser dans cette foule, en ayant l’air de jouer les observateurs, je m’approche du premier jeu venu et je glisse, comme le prescrit la notice, une dîme dans la fente. En face de moi un cadran s’éclaire. En couleurs violentes, se dessine un bateau de guerre voguant sur une mer d’huile.

Le jeu consiste à viser une cible située au niveau de la ligne de flottaison avec un pistolet électrique. Si on atteint l’objectif, le bateau coule sur le cadran. Sinon il continue sa route et vous avez paumé la partouse.

Je cramponne l’arme en acier nickelé. Elle est pourvue d’un tube de caoutchouc qui pend sous la crosse, gênant considérablement son maniement.

Néanmoins, comme dirait Cléopâtre (en égyptien et en trois mots), mon adresse au pistolet est telle que je mets dans le mille du premier coup.

Le navire coule. Maigre satisfaction…

Tandis que sa tourelle disparaît dans la profondeur bleue lessive de l’océan, un turbin maison se fait dans ma tronche.

Voyez-vous, les gnards, moi qui vous ai déjà dit tant de choses, donné tant de pertinents conseils dont au reste vous n’avez tenu aucun compte car vous êtes tous des endoffés du pardingue, je vais vous faire part (à toutes fins utiles) d’une constatation qu’il m’a été donné de faire. Rien n’est jamais inutile. Souvent, on croit agir sans préméditation, et on finit par s’apercevoir qu’en réalité on a suivi l’enchaînement implacable d’une obscure logique.

Ainsi, voyez : nous avons trouvé ce stylo-réclame. Il nous donnait l’adresse d’une salle de jeux. Je suis venu à cette salle de jeux. Pour ne pas m’y faire remarquer, j’ai joué ! Et en jouant, j’ai eu une idée… Une idée qui vaut son pesant de plutonium aux aromates !

Je la dois à ce bateau. C’est lui qui m’a donné le la !

Asseyez-vous, sortez vos mains des slips des dames, essuyez vos pieds sales après les rideaux et ouvrez en grand vos portes cochères.

Je viens de penser de la façon suivante, très exactement. Je ne change pas un cyclotron au grossium de mon curriculum afin de ne pas perturber le planétarium infrarouge de votre mégalomanie transcendantale ! Je suis pour la vérité, rien que la vérité, toute la vérité, tant il est vrai qu’on n’emporte pas la France à la semelle de ses souliers et que tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse.

Bon, vous y êtes ? Alors d’accord. Mais je vous préviens : le premier qui m’interrompt, je lui coupe la rate en tranches avec des ciseaux de brodeuse.

CHAPITRE TREIZE[33]

MAMAN, LES PETITS BATEAUX !

L’attentat dont j’ai été victime hier nous a prouvé que l’un de mes hommes (et peut-être les deux) n’a pu résister à la torture et a craché le morcif à l’homme aux tempes argentées[34].

Pour vérifier ses dires, le chef des pieds-nickelés new-yorkais m’a mis à l’épreuve.

Bien, ne perdez pas le fil, vous ne vous y reconnaîtriez plus. Je bois un glass et je poursuis.

Si Béru et Pinuchet ont flanché, ils ont fatalement tout dit. Quand on commence à se mettre à table, on ne peut plus s’arrêter. Or, s’ils ont tout dit, comme il est probable, les bandits savent maintenant que les plans qu’ils convoitent tellement se trouvent dans la cabine du commandant du Liberté.

Pas d’objections ? Si ? J’en vois un qui chahute avec son petit camarade ! Durand ! Sortez de ce livre tout de suite !

Là ! On va peut-être être peinard maintenant pour continuer l’exposé.

Ces salopards ayant prouvé qu’ils étaient prêts au pire pour s’approprier les documents, je suis prêt à vous parier un trombone d’enfant contre un pied à coulisse qu’ils vont risquer le paquet, si inouï que cela paraisse, pour essayer de récupérer les fameux plans où ils sont, c’est-à-dire à bord du plus grand barlu français.

Conclusion, et c’est là que se place l’apothéose de mon raisonnement : le seul endroit où j’ai une chance de retrouver ces messieurs, c’est à bord du Liberté ?

Dites, c’est pas magistral, ça ?

Comme quoi, les idées sont comme les éléphants de cirque : elles se tiennent toutes par la queue !

Fissa ! Je quitte la maison de jeux à la vitesse d’une soucoupe volante poursuivie par son percepteur. Un bahut passe, à vide ! Je l’emplis illico de ma personne. Les Dieux seraient-ils à mon côté, maintenant ?

— French Line ! dis-je au conducteur en me pinçant le nez pour que ça fasse plus américain.

La vitesse ne grise que celui qui la crée, prétendait un homme qui, je pense, craignait le vertige. Aussi je commence à virer au vert comme une asperge adulte lorsque le brave Fangio des pauvres stoppe devant le quai d’embarquement de la French Line. Il y a un trèpe de tous les Zeus et je me souviens que le barlu reprend la tisane sur les choses de midi.

Or n’importe quelle montrouse vous le dira, à condition qu’elle ait pris l’habitude d’indiquer l’heure exacte, il est dix plombes et demie. M’est avis que j’arrive comme un aphrodisiaque dans la vie d’un sexagénaire !

Je me catapulte dans l’ascenseur avec un tas de pégreleux qui vont photographier la France et bouffer du coq au vin en buvant du Coca-Cola.

Me voici dans l’immense hall bruyant où les dockers manipulent les colibars comme s’ils disputaient la coupe du monde de rugby.

Je me radine vers la douane. C’est alors que je m’aperçois qu’avec toutes ces périphéries (comme on dit à la R.A.T.P.) j’ai paumé mes fafs. De plus, même si j’avais un passeport en bonne et due forme il me faudrait un sailing permit[35] et même si j’avais ce sailing permit, il me serait rigoureusement impossible de monter à bord puisque je n’ai pas de billet.

J’essaie de parlementer, mais y a rien à chiquer. On m’envoie chez Plumeau avec perte, et même fracas, c’est vous dire.

Une seule solution : bigophoner à Andy. Seulement je gamberge que l’heure tourne. Le barlu va bientôt appareiller. En admettant que je puisse joindre Andy, le temps qu’il radine, qu’il discute, qu’il me fasse monter à bord, et les truands se seront goinfré les documents ; si ce n’est déjà fait.

Je frappe le sol à coups de tatanes, très grand gosse qui a ses nerfs ! Et puis comme il n’y a pratiquement aucune différence entre mon bol et un cerveau électronique à haute fréquence et frein à main, je me dis que la solution est là.

Il me suffit de reluquer les allées et venues pour avoir la belle idée. A peine ai-je pris la décision de penser qu’une idée frappe à la porte de service de mon déconatoire.

— Toc, toc !

— Qui est là ? questionne mon intellect.

— Je viens de la part du Système D, m’sieur le commissaire San-Antonouille.

— Entrez, vous êtes chez vous[36].

Et voilà la petite idée qui radine, toute fraîche, toute riante ; très jeune fille de bonne famille. Elle me chuchote un truc dans les trompes d’Eustache. Je dis oui. Et je me dirige vers le fond du hall, là où sont centralisés les bagages.

J’avise un grand diable de docker. Il est en train de décharger les colis qui radinent de l’escalier roulant et il les empile sur un tapis roulant.

Il me gueule que je n’ai rien à foutre ici.

Je lui réponds par un sourire candide, puis par un coup de targette dans le vestibule et je n’ai que le temps de le choper par une aile avant que le tapis roulant l’emporte vers ses collègues préposés au coltinage à bord.

En moins de temps qu’il n’en faut à votre meilleur ami pour vérifier si votre femme est vraiment brune, j’ai ôté la casaque bleue du bonhomme, sur laquelle les mots French Line sont brodés en lettres rouges. Je ramasse en outre son bada et je ressors après avoir cramponné deux valoches.

En faisant mine de mâchouiller du caoutchouc parfumé, je gagne la passerelle. Personne ne m’arrête. Où se cache-t-il, le tordu qui a déclaré que l’habit ne faisait pas le moine ? Qu’il vienne un peu me bonnir cette crêperie entre les sinus frontaux.

Je grimpe à bord the fingers in the nose[37], sans que personne prête à moi plus d’attention qu’à un bouton de jarretelle usagé.

Une fois dans les coursives, je largue les baluchons en souhaitant ardemment, pour la bonne règle, que leur proprio puisse les récupérer avant Le Havre. Et je me propulse à l’allure d’un avion supersonique vers la cabine du commandant. Par une chance que je n’ose qualifier, de peur de vous rappeler à tous de cruels souvenirs, je me casse le nez sur l’officier. Il a fière allure dans son impeccable uniforme blanc. Il me regarde distraitement. Pour lui je ne suis qu’un docker. Puis il me reconnaît et sursaute.

— Vous !

— Moi ! Commandant, je n’ai pas le temps de vous expliquer. Je veux seulement vous poser une question : avez-vous toujours les plans ?

— Mais naturellement ! Quelle question ! Vous savez bien qu’ils sont dans…

Ma question semble l’avoir quelque peu vexé. Je lui prends le bras dans un élan de supplication.

— Commandant. Je vous demande de vérifier…

Il fronce les sourcils.

— Soit. Mais vous tombez mal, car j’ai des obligations impérieuses.

— C’est très important.

Il ne répond pas et ouvre la porte de sa cabine. A peine a-t-il mis le pied à l’intérieur qu’il pousse un cri.

— Grand Dieu !

Pas besoin de me faire un dessin, les mecs, j’ai compris. Vous pensez, avec une intelligence comme la mienne !

J’entre et je vois tout comme lui la porte du coffre grande ouverte.

L’officier est catastrophé. Moi plus que lui.

— C’est inimaginable ! balbutie-t-il. Il y a moins d’une heure ce coffre était fermé et…

— Il ne faut pas une heure à un spécialiste pour forcer ce machin-là…

Il sonne son steward. C’est un petit gros, rouge comme une pomme mûre, qui sourit de confiance à ses contemporains.

— Verjus, gronde le commandant. On a cambriolé mon coffre !

L’autre ouvre une bouche si grande que ça doit lui ventiler l’intestin grêle.

— Hein !

— Regardez vous-même ! Qui est entré dans ma cabine ?

— Je n’ai vu personne.

— Enfin, depuis moins d’une heure le voleur a pénétré ici ! Où étiez-vous ?

— A terre. Je suis allé acheter quelque chose pour mes mômes dans la 48e rue…

Je me frotte la calebasse. Tonnerre de chien, ça déguille on ne peut plus mal ! Tu vas trinquer, San-Antonio, c’est moi qui te le dis. Comme affaire vaseuse, on ne peut rêver mieux. Les plans perdus ! Béru et Pinuche bousillés ! Bravo ! Chouette opération. Après ça, je n’ose plus rentrer en France, mésigue ! C’est pour le coup que le Vieux va me refiler son coupe-papier en me priant d’aller me faire hara-kiri dans les gogues ! Ah ! misère…

J’ai dans la gorge comme un sanglot qui m’étouffe ! Avoir fait tout ce circus pour balpeau ! Se laisser pigeonner par une bande de teigneux ! Maverdave alors !

— Il faut porter plainte ! suggère le steward.

Cet avis-là (comme dirait sainte Thérèse), me ferait gondoler comme un carton à biscuits en d’autres circonstances.

— Je suis désespéré, balbutie le commandant.

A quoi bon le laisser se ruiner le moral. Il en a trop besoin pour piloter son canot jusqu’au Havre.

— Ce n’est pas votre faute. Bon… Il faut que j’avise !

Je le quitte sans ajouter autre chose. Les grandes douleurs, vous le savez sans doute, sont comme les carpes.

Je descends la passerelle. Je traverse le hall en contournant un rassemblement près des escaliers roulants. Je me doute de ce qui le motive et je pénètre dans les water-men afin de poser ma casaque. Ensuite, je quitte le port dans un bahut qui ressemble à un sorbet italien.

Je suis en proie à un terrible coup de pompe aspirante et refoulante. Qu’est-ce qui m’arrive, Seigneur !

Je suis ulcéré, humilié, foulé, piétiné, broyé, concassé (et pas cassé), désarticulé, démembré, déchiqueté, émietté, écœuré, asexué. Je suis plus cornard que Bérurier ; plus toquart que Pinaud ! Plus mort que vif !

San-Antonio ! Tu es la plus grosse erreur humaine jamais conçue !

J’ai donné l’adresse du F.B.I. à mon pilote d’essai, mais brusquement, je me ravise. Il y a des instants où chez moi, l’instinct va plus vite que la pensée. La lumière précède le son ? Eh bien, mes actes précédèrent quelquefois mes décisions. N’essayez pas de comprendre. Einstein est mort d’avoir voulu m’analyser.

Je tambourine à la vitre qui m’isole du chauffeur. Ce brave homme, d’après sa licence, s’appelle William O’Connor. Il n’y a pas de mal, chacun s’appelant comme il peut. J’ai eu un condisciple nommé Lacrotte[38]. Avec un nom pareil on devrait pas manquer d’aisance et pourtant il avait un complexe, le pauvre chéri. Il faut dire qu’on ne lui faisait pas de cadeau. Quand il se pointait en retard, on lui demandait s’il était constipé. Ah ! la cruauté humaine. Mais j’ai l’air de me complaire sur un terrain glissant ! Vous allez me prendre pour le catalogue de l’U.M.D.P. ! Pour le gars qui fait les latrines de Noël ! Faites excuses, m’sieurs-dames, si j’ai conservé l’esprit étudiant. Pas de ma faute si je n’ai comme vous autres la bouche en chemin d’œuf. Vous m’avez tous l’air d’être la conséquence d’un vieux !

Donc, ai-je annoncé quelques lignes plus haut (ce sont des lignes à haute attention[39] !), je donne un changement d’adresse au conducteur.

— Fifth Avenue, please !

Parfaitement ! La Cinquième avenue de Beethoven ! C’est là que se trouvent les burlingues de la Transat. Maintenant j’y vois plus clair dans mes impulsions. Je commence à savoir pourquoi je m’y précipite.

Vous voulez le savoir aussi ? Oh ! mes petits curieux ! Tout connaître et rien paga ! Il n’y a pas un pignouf parmi vous qui me paierait un coup à boire ! Je suis là à me décarcasser pour vous faire poirer et vous ne pensez pas un instant que le bonhomme puisse avoir la pépie, non !

Enfin, je suis du genre victime du devoir, moi !

Eh bien, je viens de comprendre une chose très simple, mes Lavedus. Pour avoir accès au bateau, il faut un billet. Donc, le type qui est venu sucrer les plans en possédait un ! Il est peu probable qu’il ait compliqué sa délicate mission en se livrant à des voies de fait sur un docker comme c’est mon cas, hein ?

Or, ce billet de passage, il a dû le prendre à la dernière minute ! C’est-à-dire tout à l’heure ! Et avec un passeport ! Car ce genre de ticket est nominatif, vous gourez pas !

D’accord ! Vous commencez à piger, pas ? Oui, je vois vos trognes expressives comme des camemberts trop faits qui s’ouvrent à la grande vérité de ma gamberge.

Je suis prêt, vous m’entendez bien, moi qui vous cause, je suis prêt, disais-je, à vous parier un œuf à la coque contre un coq-à-l’âne, qu’une seule personne a attendu le matin du départ pour demander une gâche.

C’est pensé ça, aussi !

J’en suis là de mes cogitations à bon marché lorsque le tréteau stoppe à l’angle de la 44e street et de la 5e avenue.

Je carne le gnace et je m’engouffre (comme Padirac) dans l’immeuble de la Transat !

Une secrétaire, roulée comme une gitane maïs (du reste est blonde), me regarde approcher par-dessus ses seins. Elle connaît bien les siens, car elle les honore d’un décolleté dans lequel on aimerait passer ses vacances de Noël.

Elle parle français avec un délicieux accent yankee. Quand on voit une môme pareille on prendrait un billet pour n’importe où à condition qu’elle soit du voyage.

— Vous désirez ? me demande-t-elle.

J’y vais au culot gros comme Bérurier (s’il n’est plus, que le bon Dieu envoie son âme chez le teinturier) !

— Je suis un ami du monsieur qui a pris son billet tout à l’heure.

Si vous mettiez un stéthoscope à l’endroit de mon battant, les gars, vous entendriez les chutes du Nid à Garat !

Elle paraît au courant. Ma joie est telle que je l’embrasserais ! De toute façon, j’aimerais lui rouler mon patin humide, style langue-de-biche.

— Bon, il a eu de la place ? Oui.

— Ce voyage s’est décidé à la dernière minute. Il redoutait que…

— Non. Ça s’est très bien arrangé. Sur le retour en France, en cette saison, on est moins chargé…

Je cherche la façon d’en savoir davantage. C’est dur. Je pourrais abattre mes brêmes, faire appel à mon pote Andy, mais ce serait une perte de temps considérable. Je préfère m’arranger, suivant mon principe coutumier, avec les moyens du bord !

— Pouvez-vous m’indiquer la classe qu’il a choisie et son numéro de cabine ?

— La classe, fait la douce enfant, c’est la première…

(Evidemment, pour avoir accès à la cabine du commandant, il ne fallait pas marchander.)

— Mais le numéro de cabine, soupire-t-elle.

Et la voilà qui pique un registre et se met à le compulser. Elle s’arrête et lit :

— Alfredo Dagroni… Cabine 24…

Je me détranche pour lire sur le registre.

— Je vous demande pardon, fais-je, mais je crois que vous avez mal orthographié le nom de mon ami.

D’un geste preste, qui doit sembler naturel de la part d’un garçon sans gêne, je saisis le dossier. Je lis rapidos :

« Dagroni Alfredo, 1117, Nicholas Brothers street, N.Y. »

— Non, j’avais mal vu, ajouté-je en lui décochant mon œillade veloutée au pétale de rose d’Isphahan.

Et je me barre comme si je venais de gagner le gros lot et que je veuille l’encaisser avant la fermeture illimitée des guichets !

CHAPITRE FOURTEEN

T’ES AU BAL, FAUT QUE TU DANSES !

Nicholas Brothers street se trouve en plein cœur de Harlem. Pour y arriver, on quitte progressivement le New York normal et on s’enfonce lentement dans la ville noire. Ça devient de plus en plus cradingue, de plus en plus populeux et les Blancs se font tellement rares que, lorsque le bahut me décharge, je n’aperçois plus, en fait de représentant de la race blanche, que ma triste gueule dans la vitrine d’un parfumeur.

L’impression est curieuse. Ce qu’on ressent n’est pas à proprement parler un malaise, ce n’est pas de l’inquiétude non plus, mais plutôt une curieuse sensation de dépaysement.

Un dépaysement absolu, tel que jamais je n’en ai ressenti. Je mate les immeubles minables, noircis, avec leurs caractéristiques échelles d’incendie dont le dernier tronçon est à contrepoids ; leurs échoppes minables. Je bigle les bars d’où s’échappe une musique forcenée et les bougnouls entassés le long des trottoirs, avec leurs bonnes bouilles, leurs yeux et leurs dents blanches !

D’autres négus, moins sympas, du genre démolisseur de mâchoires en tout genre ! Des obèses, ventrus comme des bouddhas ! Des en soldats ! Des en flics ! Des pleins aux as, avec des limaces de soie, des panamas clairs et des Cadillac décapotables longues comme une conférence aux Annales !

Un monde nouveau pour moi. Ne ressemblant pas à ce que j’attendais parce qu’étant plus quotidien et plus troublant que dans mon imagination.

Je zyeute sans enthousiasme l’entrée du 1117. Un vrai coupe-gorge. Imaginez une bicoque de deux étages, lépreuse, malodorante dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique d’un cordonnier. Et quelle boutique ! En vitrine, y a une carapace de tortue de mer, un chat endormi et (comme disait un de mes amis) le buste d’un pied.

La vitre n’a pas été lavée depuis qu’on l’a mastiquée et elle commence à ressembler à du verre dépoli.

Pourtant, à travers cette opacité, j’avise un nègre à barbe blanche qui bat la semelle (du moins celle des autres).

J’entre.

— Mister Dagroni ? interrogé-je.

Il hoche la tête.

— First floor !

— Merci.

Je quitte l’échoppe pour emprunter l’allée avoisinante. Emprunt de courte durée, car je me promets de la rendre à la première occasion.

Ça renifle le bout du monde là-dedans, et on y voit pas plus clair que dans le fignedé d’un… nègre, oui, justement[40] !

J’avise un escalier. Je l’escalade. Premier étage. Unique étage habité, le second étant constitué par un atelier dont l’entrée se trouve dans la cour.

Une seule porte, ce qui limite l’hésitation.

Et pas de sonnette.

Je frappe discrètement juste assez pour être entendu, mais pourtant de manière rassurante. Ayant procédé à cette sommaire manifestation de moi-même, je sors le calibre que m’a offert Andy et je le tiens à pleine main. C’est un aminche, c’est un frangin !

Un instant s’écoule. Puis une voix de femme chuchote quelque chose sur un ton interrogateur. A tout hasard, d’une voix feutrée comme des chaussons, je nasille :

— Yai !

Alors la porte s’ouvre et je trouve en face de moi la frite café au lait d’une dame qui, si elle n’est pas négresse, n’est en aucun cas norvégienne.

Mettons que ce soit une sang-mêlé.

En m’apercevant elle se dém… de relourder. Et pourtant elle n’a pas eu le temps d’apercevoir mon petit appareil à poinçonner les bulletins de naissance !

J’en déduis qu’elle a la conscience plus sombre que la figure et, ayant déduit cela très vite, je parviens à glisser mon 42 fillette dans l’ouverture de la porte.

D’un coup d’épaule, j’ai raison de sa poussée inverse. L’huis s’entrouvre et la personne recule dans une pièce dont la saleté et le désordre ne laissent pas présager que son locataire ait les moyens de voyager en première classe à bord du Liberté.

Je montre mon feu à la négresse.

— I kill you, lui affirmé-je avec mon plus chaste sourire (celui qui m’a assuré la conquête de Miss Flageolet à la Foire aux haricots d’Arpajon en 1954 !).

Elle a les gla-gla. On entend ses ratiches qui font bravo !

Délicatement, je referme la lourde. Pour vivre là-dedans faut avoir une hérédité d’égoutier, ou alors le sens olfactif plus sous-développé que la Yougoslavie !

J’essaie d’oublier que j’ai un nez avec la façon de m’en servir et j’attaque vivement Miss Réglisse.

— Where is Dagroni ?

Elle secoue la tête en louchant tellement sur le pétard que ses gobilles vont bientôt permuter.

J’avance l’arme entre ses flotteurs, lesquels sont manifestement plus considérables que deux édredons de campagne.

— Where is Dagroni ?

Cette fois, j’ai gueulé ! Ma prononciation n’est peut-être pas fameuse, mais pour l’intonation espérez un brin ! La dame en négatif comprend que si elle ne met pas les pouces il va lui en cuire.

Je ne voudrais pas cogner une dame, surtout une dame en deuil, mais j’ai assez perdu de temps avec ces foies-blancs !

Je m’apprête à la molester un tantinet sur les bords lorsqu’un étrange petit bruit me parvient. On dirait qu’un bébé souffrant vagit dans son berceau non loin de là. La mulâtresse en est affolée. Je la fais pirouetter et la pousse en avant en direction d’une porte basse s’ouvrant au fond de la pièce.

— Open ! dis-je.

Hypnotisée par ma belle assurance sociable, elle délourde. Je me trouve à l’orée d’un réduit bas de plafond (à moins qu’il ne soit haut de plancher comme l’a fait justement remarquer mon éminent camarade Pierre Dac dans son traité sur la trajectoire intrinsèque du chèque barré dans la société romaine). C’est de ce réduit que sortent les vagissements.

Serais-je tombé sur une marâtre laissant dépérir son enfant pour confier à d’autres bouches l’usage de ses mamelles ?

Je vais en avoir le cœur net.

Je tâtonne pour dégauchir le commutateur. Je commue. La lumière soit ! Et je m’aperçois que la marâtre présumée est en réalité une receleuse de messieurs kidnappés puisqu’elle héberge d’une façon peu compatible avec les lois de l’hospitalité, l’inspecteur-chef Pinaud et le principal Bérurier, de la poulaillerie française !

Joie de retrouver vivants mes deux chers compagnons d’armes à gauche ! Emotion de les voir en piteux état ! Car ils font peine à voir. Vous les découvririez sur la voie publique, ce n’est pas à Police secours, ce n’est pas à l’ambulance, ce n’est pas aux Pompes funèbres que vous téléphoneriez, mais bien à la voirie.

La bouille de Béru ressemble à un steak tartare. Il n’est pas une partie de cette physionomie qui ne soit ensanglantée. Ses fringues sont en lambeaux. Il a des traces de tisonnier plein le corps. Je crois qu’après ça, il aura droit à quelques jours de vacances ! Pinaud, lui, est encore plus délabré. Il est complètement nu, et on l’a sculpté au rasoir comme un marron d’Inde. Tous deux sont en plein cirage. Ils font de la température et flottent dans une espèce de demi-inconscience.

Cependant, le Gros soupire :

— C’est toi, Tonio ?

— Mais oui, mon gros biquet. C’est moi. Je suis arrivé à temps. On va te soigner, tu verras, et te cloquer la Victory Cross !

Il fait un effort pour me répondre que je peux me la foutre où il pense, la Victory Cross, ainsi que toutes les médailles homologuées en ce bas monde !

Comme je ne peux agir seulâbre, j’ordonne d’un geste à Mme Cirage de délier mes amis. Elle obéit.

Ensuite, je lui demande où se trouve Dagroni. Elle me répond qu’elle l’ignore. Il s’agit de procéder autrement.

— Pour qui travaille-t-il ?

Je suis tellement heureux d’avoir sauvé la mise de mes potes que la joie me donne une sorte de génie linguistique. Je parviens presque à m’exprimer correctement.

Elle hésite. Je lui colle une mandale qui remet sa denture en question.

Elle pleurniche. Puis enfin, l’adresse que j’attendais radine. L’employeur de Dagroni est un certain Xidos, 88, Park avenue.

Pour la remercier, je lui place un coup de crosse sur la tempe. Elle s’écroule comme un sac de farine. Mais elle est moins blanche.

— Bougez pas ! fais-je à Bérurier. Je vais chercher du secours !

Le revolver au poing, je bondis dans l’escalier. Je débouche dans Nicholas Brothers et je tire deux coups de pétoire en l’air.

L’effet est instantané. Des trilles de sifflet retentissent dans les azimuts et deux poulets en chemise bleue se rabattent, les pétards battant leurs meules.

Je me suis démerdé de renfouiller mon arquebuse pour éviter qu’ils ne m’assaisonnent aux petits oignons en m’apercevant et je leur fais signe de me suivre.

Pas contrariants, ils m’emboîtent… Mais le pas seulement, pour commencer.

CHAPITRE FIFTEEN

LA MACHINE À FAIRE DES TROUS

Assis dans l’ambulance qui transporte mes brillants duettistes et escorté de deux matuches grands comme votre pavillon de La Garenne-Colombes, je jubile. Maintenant que j’ai retrouvé mes potes vivants, peu me chaut[41] de ce qu’il adviendra des plans.

Je cède à cette lâcheté délicieuse qui vous fait renoncer aux grands problèmes pour savourer des joies très proches, très chaudes, très humaines. Bien que mes vaillants guerriers soient en piteux état, je n’ai pas besoin d’avoir fait quatre années de médecine à la faculté de Saint-Leu-la-Forêt pour piger qu’ils s’en tireront sans difficulté. Ce, d’autant mieux qu’ils ont l’un et l’autre le cuir à toute épreuve.

Qu’est-ce que c’est que la vie, au fond ? Un M. Durand qui transforme du bœuf en Durand ! Chaque individu oublie la chaîne, le cycle, la transmission. Ses petits yeux de rampant ne lui permettent de considérer que son historiette personnelle.

Un quart de plombe après l’intervention des archers new-yorkais, le révérend Pinaud et son altesse Bérurier sont dans les toiles d’un hosto dont chaque infirmière pourrait signer un contrat avec M. Zannuck, pour jouer le sixième principal rôle de « Ça jeûne et ça ne sait pas » ou « La vie gastronomique du fakir Stomâ-Khal ». Pinuche bat des ramasse-miettes et me regarde avec une indescriptible émotion. La minute est solennelle et ferait chialer la reine d’Angleterre elle-même.

— Tu nous as sauvés ! bavoche le cher débris.

— Repose-toi, on va décarrer d’ici deux ou trois jours, dès que tes brèches seront colmatées…

Il s’humecte.

— Ah ! la France, soupire-t-il. Ça m’aurait fait de la peine de mourir sans reboire un dernier coup de muscadet…

— Je t’en offrirai une bonbonne en radinant à Pantruche !

— Merci.

Il me prend la main.

— J’ai parlé, San-Antonio, pleurniche-t-il.

Je conspue son remords de conscience.

— Et alors ? T’as une menteuse, c’était bien pour t’en servir, non ?

— Ils nous ont fait subir un traitement terrible.

— On va leur revaloir ça, vieux, sévices compris.

— Tant que c’étaient des gnons, tu comprends, j’encaissais. Même quand ils se sont mis à me travailler au rasoir… Seulement ils m’ont fait boire j’sais pas quelle saloperie et je ne savais plus ce que je débloquais…

— Te tracasse pas pour ça, va…

Je murmure in petto, ce qui est plus difficile que de mezza voce :

— Ce que je pige pas, c’est pourquoi ils vous ont pas liquidés une fois qu’ils ont su que vous étiez des poulardins !

Le Pinuche bave sur son oreiller. Son regard chassieux se coagule. Il soupire :

— Je crois qu’ils nous gardaient comme otages…

— Otages ? Pour quoi faire ?

— Ils voulaient savoir ce que nous avions fait de leur ami Harry ! J’ai pas compris ce que ça voulait dire…

Du diable si je pige quelque chose aussi !

— Harry ? je répète.

— Oui…

— Alors là, je pige pas… T’es sûr ?

— Oui, tu peux demander à Béru… Ils ont dû le questionner à ce sujet itou…

Mais je n’ai pas le temps de chercher la confirmation de la chose insolite, car voilà mon copain Andy qui me rejoint à l’hosto. C’est moi qui ai demandé à mes gardes du corps de le mander d’urgence, because ces messieurs ne semblaient pas déterminer mon rôle dans l’aventure. Heureusement, le gars Andy me refile à leurs yeux la blancheur Persil.

Je lui relate les dernières heures que je viens de vivre.

— Nous devons piquer une descente à l’adresse que m’a refilée la négresse, fais-je.

Il est également de cet avis. Flanqués des deux armoires, nous fonçons vers Park Avenue.

L’immeuble a belle apparence. Tout en pierre de taille ! Il y a un dais bleu et blanc à l’entrée. Dans le hall, tout est dorures, plantes vertes, éclairage indirect et tapis rouge à baguettes dorées.

Pour s’offrir une crèche dans une tôle commak, faut retirer ses éconocroques de la Caisse d’épargne, croyez-moi !

On va au box vitré où le préposé aux renseignements, fringué en maître d’hôtel. se délecte des dernières aventures de Bob Inard, le shérif.

Cet homme de bien nous indique que M. Xidos habite le premier étage de ce palace !

Au ton qu’il emploie, on pige que le Xidos doit carmer des pourliches grand format.

Andy dit à l’homme de l’aquarium de nous suivre. C’est un fin renard. Il se dit que le Xidos ne délourdera peut-être pas son terrier s’il n’entend pas une voix familière.

L’autre rouscaille comme quoi il n’a pas le droit d’abandonner son poste ! Il a l’esprit Seul Maître après Dieu ! Et puis, faut dire qu’il est au frais dans sa guitoune, vu qu’elle bénéficie de l’air conditionned.

Andy lui montre sa plaque et notre cerbère fait camarade. Nous négligeons l’ascenseur. Nous voici devant une porte grande comme l’entrée principale de l’Opéra de Paname. Mon battant fait du zèle parce que je me dis que si les pieds nickelés en question ne sont pas encore au courant de ma descente dans leur succursale de Harlem, nous avons des chances de les surprendre.

— Sonnez ! ordonne Andy.

Il nous fait signe de tirer nos rapières et de nous planquer contre les murs afin de laisser le portier seul en vue. Ce dernier n’en mène pas large. Il est pâle comme un cierge et des chandelles coulent sur ses tempes. Il préférerait donner des cacahuètes aux petits écureuils gris de Central Park !

Il avance sa pogne tremblante vers le bouton et presse le timbre.

On perçoit la sonnerie feutrée à l’intérieur. Un instant s’écoule. Je décèle un tout petit bruit. Je vous parie des tripes à la mode de Caen contre un camp de nudistes qu’on bigle le visiteur par le minuscule judas à lentille grossissante fixé dans une rainure de la porte.

Enfin, le loquet joue. Le battant s’ouvre.

Andy a dû faire du rugby car pour plonger dans les décors il s’y entend. Il bouscule le portier et, d’une détente, complète l’ouverture de la porte. Devinez qui se trouve devant nous ? L’escogriffe ! Parfaitement ! Le cher garçon qui m’a pompé le sang la veille !

Dans un éclair il repère le feu d’Andy, il me repère ! Il pige que tout est foutu hors l’honneur, et il a la réaction qu’ont tous les gangsters au pedigree trop chargé lorsque l’heure du châtiment sonne : il met la main à sa poche.

Andy ne lui laisse pas le temps de dégainer.

Pan pan pan ! On frappe les trois coups ! Mais avec un parabellum !

M. Jules intercepte, les trois bastos avec sa boîte à ragoût, hésite et décide de mourir un peu.

Nous n’avons plus le temps de faire de la broderie au point de croix. La République nous appelle par nos prénoms ! C’est la charge sauvage !

Tous les quatre, on investit l’appartement.

Nous fonçons dans un salon que je reconnais parfaitement, car c’est celui où j’ai repris connaissance après la séance de bosses du garage. Je reconnais les meubles, le piano mâle… Et surtout les protagonistes. Il y a ma belle vamp blonde ; l’homme aux cheveux gris, les autres…

Et tout ce petit trèpe fait du zèle dans la volière, croyez-le ! En entendant les détonations, ces messieurs-dames ont mis l’arme au poing et ils n’attendent pas notre permission pour défourailler copieusement. Je vois s’écrouler les armoires qui nous escortent. Ils ont dégusté de la crème de plomb dans la brioche et ils sont mis hors jeu avant que nous n’ayons le temps de riposter.

Andy s’est rejeté en arrière, imité par le cher San-Antonio !

Nous nous tenons de chaque côté de la porte vitrée, interdisant de la sorte la sortie des gangsters.

Ils la trouvent mauvaise. Un Jules courageux risque le paquet et bondit. Il le freine d’une balle entre les deux chasses. Ça commence à faire pas mal de viande froide dans le secteur. Les déménageurs de la morgue vont pouvoir se faire les bras !

Notre position clé est très avantageuse. Les renforts vont radiner d’une seconde à l’autre. C’est dire que nos lascars sont faits comme un vieux morceau de brie. Ils n’ont plus qu’à jeter leur artillerie de campagne et à lever bien haut les mains. C’est le conseil que leur donne Andy. Mais au lieu de ça, ils continuent de tirer, comme si ça pouvait leur servir à quelque chose.

Je risque un morceau d’œil dans l’angle d’un des carreaux de la porte non encore brisé. Et qu’est-ce que je vois ? L’homme aux cheveux gris qui est accroupi devant la cheminée. Il vient de froisser des papiers que je reconnais parfaitement : ce sont les plans. Et cette came s’empare de son briquet !

Non, vous parlez ! Il fait disparaître les traces de son forfait, Xidos ! Il veut finir en beauté, et sa plus belle façon de nous dire m… c’est de détruire les fameux plans, objets de toutes ces bagarres !

Il a son flaminaire en pogne. Il l’actionne. Une jolie flamme bleue, en forme de goutte d’huile, naît au poing du gars.

J’ai un pincement dans toute la caisse. Il me semble que je biche une crise d’angine de poitrine.

En une fraction de seconde, je réalise la situation telle qu’elle est.

Pour empêcher l’irréparable : il faut que je descende Xidos. Pour le descendre, je dois m’exposer aux feux conjugués des malfrats. C’est-à-dire, devant de tels tireurs d’élite, faire le sacrifice de ma chère petite peau. Car, en mettant les choses au mieux, je n’ai pas une chance sur cent de flinguer le chef avant d’être repassé !

Alors ? Qu’est-ce qu’on décide ?

CHAPITRE SIXTEEN

COMME LA CHAPELLE[42]

Entre le devoir et les considérations personnelles, je n’hésite jamais longtemps. D’autant plus que j’ai un centième de seconde avant de me décider. Je téléphone un adieu ému à Félicie, ma brave femme de mère, qui doit être en train de passer ma chambre à l’encaustique, tout là-bas, dans notre pavillon de Saint-Cloud.

Je me jette à plat ventre et, à la volée, je plombe Monsieur !

La flamme s’éteint, Xidos également. Et une giclée de prunes arrive dans le couloir, soulevant des morceaux de plancher à quelques centimètres de mon visage.

Je me jette en arrière, indemne ! Un vrai miracle. Je pige que ce qui m’a sauvé, ce sont les trois types morts amassés à l’entrée de la pièce. Ils ont faussé l’angle de tir des boy-scouts.

Andy, depuis sa planque, m’adresse un véhément compliment en élevant son pouce à la hauteur de son visage.

Bon, et maintenant ?

J’essaie de filer un coup de périscope dans la casbah.

Ce que j’y vois fendrait le cœur d’un gardien de la paix, en admettant bien sûr que les gardiens de la paix aient un cœur !

La belle blonde qui, la nuit même, me faisait le coup du « lance-ta-casquette-et-viens-la-chercher » est agenouillée devant le cadavre de son bonhomme. Elle glapit, gémit, geint, vagit (éviter toute contrepèterie) et sanglote comme si elle tournait la grande scène de « C’est triste, hein, d’être Iseult ! ».

Tout à coup, elle relève son beau visage superbe, baigné de larmes[43]. Il est enflammé par la haine.

Elle me crie sans me voir des insultes intraduisibles.

Puis complétant l’acte suprême de son mâle, elle chope le briquet gisant près du cadavre, et, avant que j’aie pigé ce qu’elle voulait faire, met le feu aux documents !

Je n’ai pas le temps de réfléchir… Non, tout se brouille. Je deviens le chien esclave de son instinct.

Je me précipite dans la pièce. Mon rush a été si instinctif que les autres mettent un poil de seconde à piger. Me voilà au mitan de la pièce, accaparant l’attention par le seul fait de mon intrusion. C’est ma témérité qui me sauve justement. En effet, ils négligent Andy. Et le monsieur du F.B.I. ne perd pas de temps. Pif, boum ! Zim ! Deux types poussent des cris d’orfèvres en titubant.

Moi je suis dans le foyer de la cheminée. Je joue les petits ramoneurs savoyards, vous savez, ceux qui se différencient des pingouins par la couleur. (Les pingouins ont le ventre noir et la queue blanche.) Je saisis les plans. Il n’y a pas trop de mal de fait ! Je me couche dessus pour les éteindre.

Et une houri, Miss Prends-moi-toute, folle de haine, se jette sur moi, contribuant ainsi à ma sauvegarde parce qu’elle me fait un paravent de son corps sans s’en rendre compte ! Ses ongles pointus me déchirent la frime. Elle laboure ma pauvre gueule avec frénésie. Et je me laisse faire, soucieux de ne pas lâcher les fafs.

Le tumulte est inouï. Jamais je n’ai assisté à pareille échauffourée. On ne sait plus où on en est, les uns et les autres, car les poulets de secours ont envahi le terrain.

Lorsqu’ils m’enlèvent des mains de la donzelle blonde, celle-ci a les mains rouges de mon sang. Des lambeaux de ma viande truffent ses ongles cassés. Je me regarde dans un délicat miroir, fait pour refléter de délicieux minois, et je réprime un sursaut.

Mes pauvres enfants, je ressemble à un Indien sur le sentier épineux de la guerre ! Ah ! il n’est pas laubé, votre petit San-Antonio, mesdémes ! S’il venait dans votre alcôve dans cet état, contrairement à votre habitude, vous appelleriez votre mari !

J’en suis donc réduit à aller me faire réparer la bouille à l’hosto où l’on finit de recoudre Pinuche et Béru…

Peu importe mon incapacité temporaire de Casanova, ce qui importe c’est ma victoire ! J’ai gagné sur toute la ligne. Mes amis sont saufs et j’ai les plans !

En fin de journée, Andy vient me rendre visite. J’ai la tête entortillée dans de la gaze.

— San-Antonio ? demande-t-il, craignant de se tromper.

— Alias Ramsès II, fais-je.

Il rit.

— Je venais vous apporter les compliments de mes chefs et du vôtre à qui j’ai câblé.

— Thank you.

— Vous avez épaté mes camarades et stupéfié moi par votre courage et votre malinité.

Il s’arrête.

— Est-ce français, malinité ?

— Non, lui dis-je, mais c’est gentil.

Il sort une boutanche de rye de sa poche.

— Have a drink ?

— Yes ! tu parles !

On s’en téléphone un vieux coup.

Il se met alors à me résumer l’historique de la bande qu’on vient d’anéantir. Ce Xidos, un Grec, j’avais vu juste, ex-diplomate qui avait mal tourné, était venu s’installer aux U.S.A. après la guerre.

Il avait établi un commerce d’achat et de revente de documents multiples. Il possédait des correspondants en Europe et en Asie…

Ce coup de filet est donc un coup de maître.

Votre San-Antonio se requinque, mesdémes ! Car c’est lui qui a gagné le canard ; presque tout seul, vous êtes bien d’accord ?

Par ma fenêtre, j’aperçois une forêt de gratte-ciel que l’or du soir embrase. C’est beau, New York.

— J’oubliais de vous dire, fait Andy, votre chef demande que vous rentriez dès demain ; il a besoin de vous !

Je maugrée. Vous parlez d’une vieille lope, ce Boss ! On se fait démolir le portrait à cinq mille bornes de chez soi pour le prestige de la maison, et il vous laisse même pas le temps d’aller tomber des nanas dans les boîtes de Greenwich Village.

— Mes amis sont-ils en état de voyager ?

— Oui. Leurs blessures sont assez superficielles.

— O.K., Andy. Alors nous prendrons l’avion de demain matin si s’est possible.

— Ça l’est ! Avec le F.B.I. tout est possible !

Ça y est ! Lui aussi est prêt à se faire scalper pour le prestige de sa boîte ! Ah ! les hommes ! Quel troupeau de moutons !

EPILOGUE

Les quatre moteurs de l’avion tournent rond. Au-dessus de nous, l’océan miroite à l’infini.

Comme de bien entendu, Pinaud dort sur son fauteuil. Il s’est dopé à l’aspirine et au vin blanc de Californie pour faire le voyage. Mon ami Béru fourrage dans ces fosses nasales d’un air préoccupé et consomme distraitement le produit de ses fouines.

L’hôtesse de l’air annonce :

— Nous allons survoler dans quelques instants le paquebot Liberté qui cingle vers la France !

Les passagers se détranchent pour apercevoir le barlu. Moi je ne bronche pas. Je le connais, le Liberté.

Le Gros abandonne ses explorations pifales pour me dire :

— L’avion, ça va tout de même plus vite que le bateau.

Ayant exposé ce point de vue pertinent, le voilà qui se récure les manettes avec une allumette de la Régie française des tabacs.

L’hôtesse de l’air s’approche de moi.

— Monsieur le commissaire, voici un câble pour vous. Il vient de New York.

Je prends connaissance du message. Il est signé Andy et il dit textuellement ceci :

« Venons découvrir, chambre hôtel Times Square, un certain Harry Johnson, lieutenant de Xidos. L’homme déguisé pasteur était ligoté. Etes-vous courant ? Bon voyage. Amitiés. »

— Qu’est-ce que ç’ouest ? grommelle Bérurier.

Pensif, je lui tends le message.

— Si je n’avais pas neutralisé ce révérend, lui dis-je, tu serais mort et Pinaud aussi. C’est parce que Xidos pensait que nous l’avions à notre disposition qu’il vous a gardés comme otages ! Et dire que je croyais m’être trompé au sujet du pasteur !

J’éclate de rire.

— La vie est marrante.

— Il y a une réponse à transmettre ? demande l’hôtesse.

Je la regarde. Elle est pas mal du tout, cette mignonne. Elle est brune, carrossée par Chapron, et elle sent Paris.

— Oui, fais-je. Il y en a une.

Elle me tend un bloc et un crayon. J’écris tout en lui surveillant l’avant-scène :

« A Chef Inspecteur Andy F.B.I. New York. Avais moi-même donné bénédiction au pasteur. Excellent voyage. Hôtesse de l’air exactement mon genre. Amitiés. San-Antonio. »

La môme, qui lit par-dessus mon épaule, rougit de confusion.

Ça n’est pas pour me déplaire. Car si j’aime parfois les morues, je préfère toujours les langoustes !

FIN