/ Language: English / Genre:antique

Chapitre 20 : le récit d'Hagrid

Legrand98


antiqueLegrand98Chapitre 20 : le récit d'HagridenLegrand98calibre 0.8.5115.5.2012346876d1-99ed-4e6b-87d0-f9b3597649231.0

HarryPotter et l'ordre du phoenix

Traduit par l’ordre des traducteurs :

Eva 1 a 14

nicô 14 20 21 28 37

Cda 26 28 31

Slyther01 18 25 34 36

Faustine,

Stadha 15 16 27 33

Quentin 29

Vitor belfort 38

Watershine 35

Julie 19

Orthographe vérifiée par Legrand98

Sommaire

Chapitre 1 Dudley détraqué ................................................................................ page 3

Chapitre 2 Une plaie de hiboux ......................................................................... page 167

Chapitre 3 La garde rapprochée ......................................................................... page 31

Chapitre 4 Douze Grimmauld Place ................................................................. page 45

Chapitre 5 L’ordre du phoenix ........................................................................... page 60

Chapitre 6 La noble et très ancienne maison des Blacks ............................... page 76

Chapitre 7 Le ministère de la magie .................................................................. page 92

Chapitre 8 L’audience .......................................................................................... page 103

Chapitre 9 Les malheurs de Mme Weasley ...................................................... page 117

Chapitre 10 Luna Lovegood ............................................................................... page 132

Chapitre 11 La nouvelle chanson du choipeau magique ............................... page 146

Chapitre 12 Le professeur umbridge ................................................................ page 164

Chapitre 13 En retenue avec Dolorés ............................................................... page 183

Chapitre 14 Percy et Padmol .............................................................................. page 202

Chapitre 15 La grande inquisitrice de Poudlard .............................................. page 220

Chapitre 16 La tête de cochon ........................................................................... page 237

Chapitre 17 le décret d’éducation n/24 ............................................................. page 250

Chapitre 18 L’armée de Dumbledore ............................................................... page 266

Chapitre 19 Le lion et le serpent ........................................................................ page 286

Chapitre 20 Le récit de Hagrid ........................................................................... page 301

Chapitre 21 L’œil du serpent .............................................................................. page 317

Chapitre 22 L’hopital St Mungo pour maladies et blessures magiques ...... page 333

Chapitre 23 Noël sous haute surveillance ........................................................ page 351

Chapitre 24 Occlumencie .................................................................................... page 368

Chapitre 25 Le scarabée aux abois .................................................................... page 386

Chapitre 26 Vu et imprévu ................................................................................. page 405

Chapitre 27 Le centaure et l’espion ................................................................... page 424

Chapitre 28 Les pires souvenirs de Rogue ....................................................... page 440

Chapitre 29 Conseils de carrières ...................................................................... page 458

Chapitre 30 Grawp ............................................................................................... page 481

Chapitre 31 Les BUSE ........................................................................................ page 499

Chapitre 32 Hors du feu ...................................................................................... page 516

Chapitre 33 Combattre et voler ......................................................................... page 529

Chapitre 34 Le département des mystères ....................................................... page 537

Chapitre 35 Derrière le voile .............................................................................. page 549

Chapitre 36 Le seul dont il a toujours eu peur ................................................ page 567

Chapitre 37 La prophétie perdue ....................................................................... page 576

Chapitre 38 La deuxième guerre commence ................................................... page 594

— Chapitre Premier —

Dudley Détraqué

Le jour le plus chaud de l’été jusqu’alors touchait à sa fin et un silence léthargique régnait sur les grandes maisons carrées de Privet Drive. Les voitures, d’habitude reluisantes se trouvaient couvertes de poussière dans leur allée et les pelouses auparavant d’un vert émeraude s’étendaient desséchées et jaunissantes — car l’usage de tuyaux d’arrosage avait été proscrit en raison de la sécheresse. Privés de leurs passe-temps habituels, lavage de voiture et tonte de pelouse, les habitants de Privet Drive s’étaient retirés à l’ombre de leurs maisons fraîches, les fenêtres grandes ouvertes dans l’espoir d’attirer une brise qui demeurait inexistante. La seule personne encore dehors était un adolescent allongé sur le dos dans un parterre de fleurs devant le numéro quatre.

C’était un garçon maigre, aux cheveux noirs, portant des lunettes, qui avait l’allure quelque peu chétive et maladive de quelqu’un qui a beaucoup grandi en peu de temps.

Son jean était déchiré et sale, son T-shirt ample et délavé et les semelles de ses baskets se décollaient à l’avant. L’apparence de Harry Potter ne le rendait pas attachant aux yeux des voisins, qui étaient du genre à penser qu’une tenue débraillée devrait être punie par la loi, mais comme il s’était caché derrière un grand buisson d’hortensias, il était relativement invisible pour les passants ce soir là. En fait, il n’aurait pu être repéré à moins que son oncle Vernon ou sa tante Pétunia passent la tête par la fenêtre du salon et regardent le parterre de fleurs pile en-dessous.

Dans l’ensemble, Harry se félicitait d’avoir eu l’idée de se cacher là. Il n’était peut être pas très confortable, allongé sur la terre chaude et dure, mais d’un autre côté, personne ne le regardait en grinçant des dents si bruyamment qu’il ne pouvait pas écouter les informations, ni ne lui lançait des questions désagréables comme c’était arrivé chaque fois qu’il avait essayé de s’asseoir dans le salon pour regarder la télévision avec sa tante et son oncle.

Comme si cette pensée avait pénétré en volant par la fenêtre ouverte, Vernon Dursley, l’oncle de Harry, se mit soudain à parler.

« Content de voir que le gosse a cessé de nous importuner. Où est-il, d’ailleurs ? »

« Je ne sais pas », dit la tante Pétunia, indifférente. « Pas à la maison. »

L’oncle Vernon grogna.

« …en train de regarder les informations » dit-il d’un ton cinglant. « J’aimerais bien savoir ce qu’il prépare. Comme si un garçon normal se souciait de ce qu’il y a aux infos.

Dudley n’a pas la moindre idée de ce qui se passe ; je doute qu’il sache qui est le Premier Ministre ! De toutes façons, ce n’est pas comme s’il pouvait y avoir quelque chose sur les gens comme lui dans nos informations –»

« Vernon, chut ! » dit la tante Pétunia. « La fenêtre est ouverte ! »

« Oh — exact — désolé, chérie. »

Les Dursley se turent. Harry écouta une pub pour les céréales Fruit ’n’ Bran, tout en regardant Mme Figg, une vielle dame cinglée qui adorait les chats, habitant dans Wisteria Walk juste à côté, passer nonchalamment. Elle fronçait les sourcils et se parlait à ellemême. Harry était très content d’être dissimulé par le buisson, vu que Mme Figg s’était récemment mis en tête de l’inviter à prendre le thé chaque fois qu’elle le croisait dans la rue. Elle avait disparu au coin de la rue lorsque la voix de l’oncle Vernon s’éleva à nouveau de la fenêtre.

« Dudlinouchet est sorti pour le goûter ? »

« Chez les Polkiss », dit la tante Pétunia avec tendresse. « Il s’est fait tant de copains, il est si populaire… »

Harry réprima un ricanement avec difficulté. Les Dursley étaient étonnamment stupides quant à leur fils, Dudley. Ils avaient tout gobé quand il avait prétendu goûter avec un membre différent de sa bande chaque soir des vacances d’été. Harry savait parfaitement bien que Dudley n’était allé goûter nulle part ; lui et sa bande passaient toutes leurs soirées à saccager l’aire de jeux, à fumer aux carrefours et à jeter des pierres sur les voitures et les enfants qui passaient par là. Harry les avait vus à l’œuvre pendant ses promenades vespérales dans Little Whinging ; il avait passé la majeure partie de ses vacances à déambuler dans les rues, récupérant au passage les journaux dans les poubelles.

Les premières notes du générique annonçant le journal de 19 heures parvinrent aux oreilles de Harry et son estomac se noua. Ce soir peut-être — après un mois d’attente

— il y aurait quelque chose.

« Un nombre record de vacanciers immobilisés dans les aéroports, les bagagistes espagnols entamant leur deuxième semaine de grève –»

« Foutez-leur un congé à vie, non mais écoutez-moi ça » gronda l’oncle Vernon plus fort que la fin du discours du journaliste, mais peu importait : dehors dans le lit de fleur, l’estomac de Harry se desserra. Si quelque chose était arrivé, cela eût certainement constitué le premier titre du journal ; la mort et la destruction étaient plus importantes que des vacanciers immobilisés.

Il libéra une lente respiration et contempla l’éclatant ciel bleu. Tous les jours cet été avaient été pareils : la tension, l’appréhension, le soulagement passager puis de nouveau l’angoisse… et toujours, progressant avec une insistance de plus en plus forte, la question du pourquoi rien n’était encore arrivé ?

Il continua d’écouter, jute au cas où il y aurait quelques indices, mépris par les Moldus

— une disparition inexpliquée peut être, ou un accident curieux… mais la grève des bagagistes fut suivie par des informations sur la sécheresse dans le sud-est (« j’espère qu’il écoute à côté ! » meugla l’oncle Vernon « lui et ses arrosages à trois heures du matin

»), puis un hélicoptère qui avait failli s’écraser dans un champ dans le Surrey, ensuite le divorce d’une célèbre actrice de son célèbre mari (« Comme si leurs histoires sordides nous intéressaient » fit remarquer la tante Pétunia, qui avait suivi l’affaire avec un vif intérêt dans tous les magazines sur lesquels elle était arrivé à poser sa main squelettique).

Harry ferma les yeux pour se protéger du ciel éblouissant dans la lumière du soleil couchant tandis que le journaliste poursuivait «– et finalement, Bungy la perruche a trouvé un nouveau moyen de rester zen cet été. Bungy, qui vit a Five Feathers a Barnsley, a appris le ski nautique ! Mary Dorkins a cherché a en savoir plus. ». Harry ouvrit les yeux. Si on avait atteint le ski nautique pour perruche, il n’y aurait plus rien d’intéressant. Il roula prudemment sur son ventre et se mit à quatre pattes, se préparant à s’éloigner de la fenêtre.

Il avait avancé d’environ cinq centimètres lorsque plusieurs événements se succédèrent très rapidement.

Un violent crac déchira le silence léthargique comme un coup de feu ; un chat déboula de sous une voiture et s’enfuit hors de vue ; un cri, un juron et le bruit d’une porcelaine cassée venant de la salle de séjour des Dursey, et, comme si ç’avait été le signal qu’attendait Harry, il se redressa d’un bond, tirant en même temps de la ceinture de son jean une fine baguette de bois tel un chevalier tirant l’épée du fourreau — mais avant qu’il ait pu se relever entièrement, le sommet de son crâne heurta la fenêtre ouverte des Dursley. Le vacarme qui s’ensuivit fit crier la tante Pétunia de plus belle.

Harry eut l’impression que sa tête venait d’être fendue en deux. Les yeux humides, il oscilla, essayant de discerner nettement la rue à travers ses larmes pour repérer la source du bruit, mais il venait à peine de se relever quand deux grandes mains violacées surgirent par la fenêtre ouverte et se refermèrent autour de sa gorge.

« Range — moi — ça ! » gronda l’oncle Vernon dans l’oreille de Harry

« Maintenant ! Avant — que quelqu’un — la remarque ! »

« Lâche — moi ! » Râla Harry. Pendant quelques secondes ils luttèrent, Harry tirant sur les doigts semblables à des saucisses de son oncle avec sa main gauche, la droite maintenant fermement sa baguette ; ensuite, alors que la douleur redoublait dans le crâne de Harry, l’oncle Vernon cria et le relâcha comme s’il avait reçu un électrochoc.

Quelque force invisible avait semblé surgir de son neveu, le rendant impossible à tenir.

Haletant, Harry s’écroula dans la haie d’hortensias, se redressa et jeta un œil alentour. Il n’y avait aucun signe de ce qui avait causé le violent craquement, mais quelques têtes sortaient de certaines des fenêtres voisines. Harry fourra à la hâte sa baguette dans son jean et essaya d’arborer un air innocent.

« Belle soirée ! » cria l’oncle Vernon en faisant un signe de la main à Mme-du numéro-sept-d’en-face, qui les observait de derrière ses rideaux. « Vous avez entendu cette voiture qui vient juste de caler ? Ça nous a fait sursauter Pétunia et moi. »

Il continua de sourire, d’une façon horrible, comme un maniaque, jusqu’à ce que tous les voisins curieux aient disparu de leurs fenêtres respectives, puis son sourire devint une grimace de fureur lorsqu’il demanda à Harry de s’approcher.

Harry fit quelques pas dans sa direction, en restant soigneusement hors de la zone où les mains tendues de l’oncle Vernon auraient pu reprendre leur étranglement. « Par le diable, qu’est ce que ça signifie ? » demanda l’oncle Vernon d’une voix tremblante de rage.

« Que signifie quoi ? » répondit calmement Harry. Il continuait de regarder à gauche et à droite dans la rue, espérant toujours apercevoir celui qui avait produit le craquement.

« faire un vacarme comme si on donnait le départ d’une course avec un pistolet devant notre –»

« Ce n’est pas moi qui ai fait ce bruit. » répondit Harry fermement.

La tête maigre et chevaline de la tante Pétunia était apparue derrière celle large et pourpre de l’oncle Vernon. Elle semblait livide.

« Pourquoi étais-tu planqué sous la fenêtre ? »

« Oui — oui, bien vu Pétunia. Que faisais-tu sous notre fenêtre, gamin ? »

« J’écoutais les informations. » répondit Harry d’un ton résigné.

Son oncle et sa tante échangèrent des regards outragés.

« Tu écoutais les informations ! Encore ? »

« Eh bien, ça change tous les jours, vous savez… » dit Harry.

« Ne joue pas au plus malin avec moi, gamin ! Je veux savoir ce que tu magouilles vraiment — et ne me ressors plus de j’écoutais les informations. Tu sais parfaitement que les gens de ta sorte –»

« Fais attention Vernon ! » murmura la tante Pétunia, et l’oncle Vernon baissa le ton de sorte que Harry l’entendait à peine. «– que les gens de ta sorte ne passent pas dans nos informations ! »

« Vous n'en savez rien. »

Les Dursley le regardèrent avec des yeux ronds pendant quelques secondes, puis tante Pétunia dit « Tu es un vilain petit menteur. Que font tous ces –», elle aussi baissa l’intensité de sa voix à tel point que Harry dût lire sur ses lèvres les derniers mots, «–

hiboux sinon t’apporter des nouvelles ? »

« Aha ! » chuchota l’oncle Vernon d’un ton triomphant. « Ça t’en bouche un coin, gamin

! Comme si nous ne savions pas que tu as toutes les nouvelles que tu veux grâce à ces pestilentiels volatiles ! »

Harry hésita un moment. Ça lui coûtait de dire la vérité cette fois, même si son oncle et sa tante ne pouvaient pas comprendre combien il avait du mal à l’admettre.

« Les hiboux… ne m’apportent pas de nouvelles. » dit-il très faiblement.

« Tu ne me feras pas croire ça » répliqua tante Pétunia.

« Pas plus qu’à moi. » renchérit l’oncle Vernon avec force.

« Nous savons que tu prépares quelque chose de louche. »

« Nous ne sommes pas stupides, tu sais. » dit l’oncle Vernon.

« Eh bien, voilà au moins une nouvelle pour moi. » répondit Harry, de plus en plus énervé, et avant que les Dursley n’aient eu le temps de le rappeler, il avait fait demi-tour, traversé la pelouse, enjambé le muret du jardin, et arpentait la rue à grands pas.

Il aurait des ennuis maintenant et il en était conscient. Il devrait affronter tôt ou tard sa tante et son oncle et payer le prix de son insolence, mais il ne s’en souciait pas trop pour le moment ; des questions bien plus pressantes le préoccupaient.

Harry était sûr que le craquement avait été produit par une Apparition ou une Disparition. C’était exactement le bruit que Dobby l’elfe de maison faisait lorsqu’il s’évaporait, ne laissant à sa place que du vent. Était-il possible que Dobby fût à Privet Drive ? Dobby pouvait-il être en train de le suivre à ce moment précis ? En pensant à cela il se retourna et scruta Privet Drive, mais elle semblait complètement déserte et Harry était sûr que Dobby ne savait pas se rendre invisible.

Il poursuivit son chemin, presque sans se rendre compte de sa direction, car dernièrement il avait parcouru ces rues si souvent que ses pieds l’amenaient automatiquement à ses planques favorites. Tous les cinq pas il lorgnait par-dessus son épaule. Quelqu’un du monde magique l’avait approché tandis qu’il était allongé parmi les bégonias mourants de la tante Pétunia, il en était certain. Pourquoi ne lui avaient-ils pas parlé, pourquoi ne l’avaient ils pas contacté, pourquoi se cachaient-ils maintenant ?

Et soudain, alors que son sentiment de frustration atteignait son paroxysme, ses certitudes s’enfuirent.

Peut-être que ça n’avait pas été un son magique après tout. Peut-être cherchait-il si désespérément le moindre signe du monde auquel il appartenait, qu’il s’emballait pour des bruits parfaitement anodins. Pouvait-il être sûr que ce n’avait pas été pas un bruit de casse dans une maison voisine ?

Harry eut une sensation sourde s’enfonçant dans son estomac et avant qu’il ne s’en rende compte, le sentiment de désespoir qui l’avait infesté tout l’été le submergea de nouveau.

Le lendemain, il serait tiré de son sommeil à cinq heures par le réveil afin qu’il puisse payer le hibou qui lui livrait la Gazette du Sorcier — mais à quoi bon continuer à la recevoir ? Ces derniers jours, Harry jetait un coup d’œil succinct à la Une avant de la repousser de côté ; lorsque les idiots qui dirigeaient le journal réaliseraient enfin que Voldemort était de retour, ce serait à la tribune, et c’était le seul genre de nouvelles dont Harry se préoccupait.

Avec un peu de chance, il y aurait aussi des hiboux portant des lettres de ses meilleurs amis, Ron et Hermione, bien que tous les espoirs qu’il avait eu que leurs lettres lui apporteraient des nouvelles eussent été balayés depuis longtemps.

Nous ne pouvons pas en dire beaucoup à propos de Tu-Sais-Qui, bien sûr… On nous a dit de ne rien dire d’important, au cas où nos lettres se perdaient… Nous sommes plutôt occupés mais je ne peux pas te donner de détails ici… Il se passe plein de choses, nous te dirons tout lorsque nous te verrons…

Mais quand allaient-ils se voir ? Personne ne semblait trop se soucier d’une date précise.

Hermione avait griffonné Je pense que nous te verrons bientôt à l’intérieur de sa carte d’anniversaire, mais combien « bientôt » était-il tôt ? Autant que Harry pouvait déduire des vagues indices dans leurs lettres, Hermione et Ron se trouvaient au même endroit, qui devait être la maison des parents de Ron. Il pouvait difficilement supporter la pensée de ces deux-là s’amusant au Terrier, pendant que lui était coincé à Privet Drive. En fait, il était tellement en colère contre eux qu’il avait jeté sans les ouvrir les deux boîtes de chocolats Honeydukes qu’ils lui avaient envoyées pour son anniversaire. Il l’avait regretté par la suite, après la salade flétrie que la tante Pétunia avait préparée pour le dîner ce soir-là.

Et à quoi Ron et Hermione étaient-ils occupés ? Pourquoi n’était-il pas occupé, lui Harry ? Ne s’était-il pas montré bien plus capable qu’eux ? Avaient-ils tous oublié ce qu’il avait fait ? N’était-ce pas lui qui était entré dans ce cimetière, qui avait vu Cédric se faire assassiner, et qui avait été attaché à cette pierre tombale et failli être tué ?

Ne pense pas à ça, se dit Harry sévèrement pour la centième fois cet été. C’était déjà assez difficile de continuer de revoir le cimetière dans ses cauchemars, sans en plus le ressasser durant ses périodes d’éveil.

Il prit le tournant dans Magnolia Crescent ; à mi-chemin, il dépassa l’étroite allée le long d’un garage où il avait pour la première fois posé le regard sur son parrain. Sirius, au moins, semblait comprendre ce que ressentait Harry. Certes, ses lettres étaient toutes aussi dépourvues d’informations que celles de Ron et de Hermione, mais au moins elles contenaient des conseils de prudence et des mots de réconfort au lieu d’allusions alléchantes : Je sais que ce doit être frustrant pour toi… Ne t’attire pas d’ennuis et tout ira bien… Sois prudent et ne fais rien d’irréfléchi…

Et bien, pensa Harry, qui traversa Magnolia Crescent, prit Magnolia Road et se dirigea vers le parc qui s’assombrissait, il avait (dans l’ensemble) suivi les conseils de Sirius. Il avait au moins résisté à la tentation d’attacher sa malle à son balai et de partir pour le Terrier par lui-même. En fait, Harry pensait que son comportement avait été très correct, si l’on considérait à quel point il se sentait frustré et furieux d’être coincé à Privet Drive depuis si longtemps, réduit à se tapir parmi les fleurs dans l’espoir d’entendre quelque chose qui aurait pu indiquer ce que manigançait Lord Voldemort.

Quoi qu’il en soit, il était plutôt énervant de se faire dire de ne pas être irréfléchi par un homme qui avait passé douze ans dans la prison des sorciers, Azkaban, s’était évadé, avait voulu commettre le meurtre pour lequel il avait déjà été condamné, puis s’était enfui sur un hippogriffe volé.

Harry sauta par-dessus le portail fermé du parc et marcha sur l’herbe desséchée. Le parc était aussi vide que les rues environnantes. Lorsqu’il atteignit les balançoires, il s’affala dans la seule que Dudley et ses amis n’avaient pas encore réussi à casser, enroula un bras autour de la chaîne et fixa le sol d’un air morose. Il ne pourrait plus se cacher dans le parterre de fleurs des Dursley. Le lendemain, il allait devoir inventer un autre moyen pour écouter les nouvelles. En attendant, il n’avait rien à espérer qu’une autre nuit perturbée et sans repos, car, même quand il échappait aux cauchemars avec Cédric, il faisait des rêves déconcertants avec de longs couloirs obscurs, qui se terminaient tous sur des culs-de-sac et des portes fermées, ce qu’il supposait venir du sentiment d’être pris au piège qu’il ressentait lorsqu’il était éveillé. Souvent la vieille cicatrice sur son front le picotait d’une manière désagréable, mais il ne se leurrait pas : Ron, Hermione ou Sirius ne trouveraient plus cela très intéressant. Dans le passé, la douleur dans sa cicatrice les avait prévenus que Voldemort reprenait des forces, mais maintenant que Voldemort était de retour, ils lui rappelleraient probablement qu’il fallait s’attendre à ses démangeaisons continuelles… rien d’inquiétant… rien de nouveau…

Toute cette injustice s’accumulait en lui tant et si bien qu’il aurait voulu hurler de fureur.

S’il n’avait pas été là, personne n’aurait su que Voldemort était revenu ! Et sa récompense était d’être coincé à Little Whinging depuis quatre semaines entières, complètement coupé du monde magique, réduit à s’accroupir derrière des bégonias mourants afin d’entendre parler de perruches faisant du ski-nautique ! Comment Dumbledore avait-il pu l’oublier si facilement ? Pourquoi Ron et Hermione s’étaient ils retrouvés sans l’inviter, lui aussi ? Combien de temps encore lui faudrait-il écouter Sirius lui dire de se tenir tranquille et d’être un bon garçon ; ou encore résister à l’envie d’écrire à la stupide Gazette du Sorcier pour leur signaler que Voldemort était de retour ? Ces pensées furieuses tourbillonnaient dans la tête de Harry et ses entrailles se tordaient sous l’effet de la colère alors qu’une nuit pesante et veloutée tombait autour de lui, l’air embaumé par l’odeur de l’herbe tiède et desséchée, le seul bruit étant le léger ronronnement de la circulation sur la route derrière les grilles du parc.

Il ignorait combien de temps il était resté sur la balançoire lorsqu’un bruit de voix interrompit sa rêverie et lui fit lever la tête. Les lampadaires des rues alentour projetaient une lueur brumeuse suffisamment intense pour découper les silhouettes d’un groupe de gens traversant le parc. L’un d’entre eux chantait à tue-tête une chanson grossière. Les autres s’esclaffaient. Un léger cliquetis émanait d’onéreux vélos de course qu’ils conduisaient.

Harry savait de qui il s’agissait. Le personnage de devant était assurément son cousin, Dudley Dursley, rentrant à la maison, accompagné de sa fidèle bande. Dudley était toujours aussi large, mais un an de diète sévère et la découverte d’un nouveau talent avait apporté une certaine modification à son physique. Comme le disait l’oncle Vernon avec délices à quiconque voulait bien l’entendre, Dudley était récemment devenu le Champion Inter-écoles de Boxe Poids lourd Junior du Sud-Est. Le « noble sport », comme disait l’oncle Vernon, avait rendu Dudley encore plus immense qu’il avait paru à Harry à l’époque de l’école primaire quand il avait servi de premier punching-ball à Dudley. Harry n’avait plus un soupçon de peur de son cousin désormais mais il ne pensait pas néanmoins que le fait que Dudley apprît à frapper plus fort et plus précisément fût matière à se réjouir. Il terrorisait les enfants du voisinage — encore plus que « ce garnement de Harry Potter » qui, les avait-on prévenus, était un criminel endurci et fréquentait le Centre St Brutus pour les Jeunes Délinquants Récidivistes.

Harry observa les formes noires traverser la pelouse et se demanda qui ils avaient frappé cette nuit-là. Regardez par-ici, pensa Harry en les regardant. Venez… regardez… je suis assis là tout seul… venez et tentez votre chance… Si les copains de Dudley le voyaient assis là, ils fondraient sûrement droit sur lui, et que ferait Dudley alors ? Il ne voudrait pas perdre la face devant sa bande, mais il serait terrifié à l’idée de provoquer Harry…

ce serait vraiment amusant de regarder le dilemme de Dudley, de le provoquer, de l’observer, impuissant à répondre… et si l’un des autres essayait de frapper Harry, il était prêt — il avait sa baguette. Pourvu qu’ils essayent… il adorerait décharger un peu de sa frustration sur les garçons qui avaient autrefois fait de sa vie un enfer.

Mais ils ne se retournèrent pas, ils ne le virent pas, ils étaient presque devant les grilles.

Harry maîtrisa l’envie de les appeler… chercher la bagarre n’était pas une action intelligente… il ne devait pas utiliser la magie… il risquerait l’expulsion à nouveau.

Les voix des acolytes de Dudley s’évanouirent ; ils étaient hors de vue, continuant sur Magnolia Road.

Et voilà, Sirius, pensa Harry. Rien d’irréfléchi. Pas cherché les ennuis. Exactement le contraire de ce que tu aurais fait.

Il se leva et s’étira. La tante Pétunia et l’oncle Vernon semblaient penser que, quelle que soit l’heure du retour de Dudley, c’était l’heure de rentrer, et qu’après cette heure il était bien trop tard. L’oncle Vernon avait menacé d’enfermer Harry dans la réserve si jamais il rentrait encore après Dudley, alors, bâillant, et toujours renfrogné, Harry se dirigea vers la sortie du parc.

Magnolia Road, comme Privet Drive, était pleine de grandes maisons carrées avec des pelouses parfaitement entretenues, chacune détenue par de gros propriétaires carrés qui conduisaient des voitures fort bien nettoyées semblables à celle de l’oncle Vernon.

Harry préférait Little Whinging la nuit, quand les fenêtres aux rideaux tirés maculaient les ténèbres de couleurs brillantes comme des joyaux, et qu’il ne courait aucun risque d’entendre des murmures réprobateurs à propos de son apparence de « délinquant » en croisant les propriétaires de ces maisons. Il marcha à grands pas, si bien qu’à mi-chemin de Magnolia Road la bande de Dudley reparut dans son champ de vision ; ils se disaient au-revoir devant le début de Magnolia Crescent. Harry s’écarta dans l’ombre d’un grand lilas et attendit.

« …couinait comme une truie, pas vrai ? » disait Malcolm, les autres pouffant de rire.

« Joli crochet, Big D », dit Piers.

« À la même heure demain ? » dit Dudley.

« Direct chez moi, mes parents sortent » dit Gordon.

« À la prochaine alors » dit Dudley.

« Ciao, mon pote »

« Salut, Big D »

Harry attendit que le reste de la bande soit parti avant de reprendre son chemin.

Lorsque leurs voix se furent dissipées à nouveau il prit le tournant vers Magnolia Crescent et, en marchant très vite, il parvint bientôt à portée de voix de Dudley qui se baladait tranquillement, chantonnant un air vague, sans véritable mélodie.

« Salut, Big D ! »

Dudley fit demi-tour.

« Oh », grogna-t-il, « c’est toi. »

« Depuis combien de temps t’appelles-tu donc ‹ Big D › ? » dit Harry.

« La ferme ! », répondit Dudley, poursuivant son chemin.

« Super, ton nom. » ajouta Harry en souriant et en suivant le pas de son cousin. « Mais tu seras toujours ‹ Duddlinouchet chéri › pour moi. »

« J’ai dit LA FERME » dit Dudley, dont les mains boudinées se repliaient en poings. »

« Les gars ne savent pas que c’est comme ça que ta maman t’appelle ? »

« Tais-toi ! »

« Tu ne lui dis pas de se taire, à ta mère. Que dis-tu de ‹ mon petit bout de chou › et ‹

Duddinet trésor › ? Alors je peux m’en servir ? »

Dudley ne dit mot. L’effort pour se retenir de frapper Harry semblait lui demander toute son énergie.

« Alors, qui as-tu tabassé ce soir ? » demanda Harry, en perdant son sourire. « Un autre petit de dix ans ? Je sais que tu as frappé Mark Evans l’autre soir –»

« Il le cherchait », dit Dudley.

« Ah ouais ? »

« Il m’a insulté. »

« Vraiment ? A-t-il dit que tu ressemblais à un porc dressé à marcher sur ses pattes de derrière ? Parce que c’est pas une insulte, Dude, c’est la vérité. »

Un muscle de la mâchoire de Dudley tremblait. Cela apporta une grande satisfaction à Harry de constater combien il rendait Dudley furieux ; il eut l’impression qu’il refilait sa propre frustration à son cousin, et c’était sa seule façon de l’évacuer.

Ils prirent à droite dans l’étroite allée où Harry avait vu Sirius pour la première fois et qui servait de raccourci entre Magnolia Crescent et Wisteria Walk. Elle était déserte et bien plus sombre que les rues avoisinantes car il n’y avait pas de lampadaires. Elle était délimitée par des murs de garages d’un côté et une haute clôture de l’autre.

« Tu te prends pour un homme parce que tu tiens ce truc, hein ? » dit Dudley au bout de quelques instants.

« Quel truc ? »

« Ce — ce truc que tu caches. »

Harry sourit à nouveau.

« Tu n’es pas aussi bête que tu en as l’air, hein, Dude ? Mais d’ailleurs, si tu l’étais, tu ne pourrais pas marcher et parler en même temps.»

Harry sortit sa baguette. Il aperçut Dudley la regarder de côté.

« Tu n’as pas le droit » dit Dudley immédiatement. « Je sais que tu n’as pas le droit. Tu serais renvoyé de ton école de tarés. »

« Qui te dit qu’ils n’ont pas changé les règles, Big D ? »

« Ils ne les ont pas changées. » dit Dudley, sans trop d’assurance toutefois.

Harry rit doucement.

« Tu n’as pas les tripes pour m’affronter sans ce truc, n’est-ce pas ? » dit Dudley.

«Alors que toi tu n’as besoin que de quatre copains avec toi pour frapper un petit de dix ans. Tu sais, ce titre de boxeur dont tu n’arrêtes pas de parler ? Quel âge avait ton adversaire ? Sept ans ? Huit ans ? »

« Il avait seize ans, je te signale, » dit Dudley « et il est resté K.O. pendant vingt minutes après que je l’ai fini, et il était deux fois plus lourd que toi. Tu vas voir quand je vais dire à Papa que tu avais ce truc –»

« On va chercher Papa alors, hein ? Son petit champion de boxe a peur de la méchante baguette de Harry ? »

« Tu fais moins le malin la nuit, hein ? » ironisa Dudley.

« Il fait nuit, Duddlinou. C’est ainsi que l’on nomme le moment où tout s’assombrit comme maintenant. »

« Je veux dire quand tu es au lit ! » grimaça Dudley.

Il avait cessé de marcher. Harry s’immobilisa aussi, observant son cousin. D’après le peu qu’il distinguait du gros visage de Dudley, il affichait une expression curieusement triomphante.

« Qu’est-ce que tu veux dire, que je fais moins le malin quand je suis au lit ? » dit Harry, complètement désemparé. « De quoi suis-je censé avoir peur, des oreillers ou quoi ? »

« Je t’ai entendu la nuit dernière, » dit Dudley sans respirer, « parlant dans ton sommeil.

Implorant. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » répéta Harry, mais il sentait une masse froide qui s’enfonçait dans son estomac. Il avait revu le cimetière la nuit précédente dans ses rêves.

Dudley émit un rire rauque, puis adopta une voix aiguë, plaintive.

« ‹ Ne tuez pas Cédric ! ne tuez pas Cédric ! › Qui est Cédric — ton petit copain ? »

« Je — tu mens. » dit Harry par réflexe.

Mais sa bouche s’était asséchée. Il savait que Dudley ne mentait pas — sinon comment aurait-il entendu parler de Cédric ?

« ‹ Papa ! Aide-moi, Papa ! Il va me tuer, Papa ! Bouh hou ! › »

« La ferme » dit Harry posément. « Tais-toi, je te préviens ! »

« ‹ Viens m’aider, Papa ! Maman, viens m’aider ! Il a tué Cédric ! Papa, Aide moi ! Il va –›

Ne pointe pas ce truc vers moi ! »

Dudley recula contre le mur de l’allée. Harry visait précisément le cœur de Dudley avec sa baguette. Harry sentait quatorze années de haine envers Dudley battre dans ses veines

— que ne donnerait-il pas pour attaquer maintenant, pour ensorceler Dudley si complètement qu’il devrait rentrer à la maison en rampant comme un insecte débile bourgeonnant des antennes…

« Ne reparle plus jamais de ça » dit Harry, « C’est compris ? »

« Pointe ce truc ailleurs ! »

« J’ai dit c’est compris ? »

« Pointe-le ailleurs ! »

« C’EST COMPRIS ? »

« ÉLOIGNE CE TRUC DE –»

Dudley émit un râle bizarre et tremblant, comme s’il avait été trempé dans de l’eau glacée.

Quelque chose était arrivé à la nuit. Le ciel indigo parsemé d’étoiles était devenu tout à coup complètement noir et sans lumière — les étoiles, la lune, les lampadaires brumeux de chaque côté de l’allée s’étaient évanouis. Le ronronnement éloigné des voitures et le murmure des arbres étaient partis. La douce soirée était soudain d’un froid perçant, mordant. Ils étaient entourés d’une obscurité totale, impénétrable, silencieuse, comme si une main géante avait posé un épais manteau glacial sur toute l’allée, les aveuglant.

Pendant une fraction de seconde Harry pensa qu’il avait fait de la magie sans le vouloir, bien qu’il se soit retenu aussi fort qu’il pouvait — puis la raison lui revint — il n’avait pas le pouvoir d’éteindre les étoiles. Il tourna la tête de-ci, de-là, essayant de distinguer quelque chose, mais l’obscurité se collait à ses yeux comme un voile impalpable.

La voix terrifiée de Dudley parvint aux oreilles de Harry.

« Qu–Qu’est-ce que tu fais ? A–Arrête ! »

« Je ne fais rien ! Tais-toi et bouge pas ! »

« Je vois rien ! Je suis devenu aveugle ! Je –»

« J’ai dit tais-toi ! »

Harry était cloué sur place, tournant son regard aveugle à gauche puis à droite. Le froid était si intense qu’il frissonnait de tout son corps ; ses bras avaient la chair de poule et les cheveux de sa nuque étaient dressés — il écarquilla les yeux au maximum, observant inutilement tout autour, sans rien voir.

Ce n’était pas possible… ils ne pouvaient pas être ici… pas à Little Whinging… il tendit l’oreille… il les entendrait avant de les voir…

« Je le dirai à Papa ! » implora Dudley. « Où–où es-tu ? Qu’est-ce que tu f–fais ? »

« Tu vas la fermer ? » siffla Harry. « J’essaie d’écout–»

Mais il se tut. Il avait entendu exactement ce qu’il redoutait.

Ils n’étaient pas seuls dans l’allée, quelque chose respirait en de longs souffles rauques et grésillant. Harry ressentit un horrible sursaut de peur tandis qu’il tremblait dans l’air glacé.

« Arrête ça ! Fais que ça s’arrête ! Je vais te fr–frapper, je le jure ! »

« Dudley, la fer–»

VLAN !

Harry sentit un poing lui saisir la tête et le soulever. De petites lumières blanches étincelèrent devant lui. Pour la deuxième fois en moins d’une heure, Harry eut l’impression que sa tête avait été hachée en deux ; un instant plus tard, il atterrit violemment sur le sol et sa baguette lui échappa.

« Dudley, espèce de crétin ! » hurla Harry, pleurant de douleur tandis qu’il se mit péniblement à quatre pattes, en tâtonnant frénétiquement autour de lui dans le noir. Il entendit Dudley avancer à l’aveuglette, se cogner contre la clôture et trébucher. «

DUDLEY, REVIENS ! TU LUI COURS DROIT DESSUS ! »

Il y eut un horrible cri déchirant, et le bruit des pas de Dudley cessa. Au même moment, Harry sentit s’étendre derrière lui un souffle givré qui ne pouvait vouloir dire qu’une seule chose. Il y en avait plusieurs.

« DUDLEY, GARDE LA BOUCHE FERMÉE ! QUOIQU’IL ARRIVE, GARDE LA BOUCHE FERMÉE ! Ma baguette ! » marmonna Harry avec frénésie. Ses mains exploraient le sol comme des araignées. « Où est — baguette — allez — lumos ! »

Il prononça le sort automatiquement, il lui fallait absolument de la lumière pour l’aider à chercher — et à son soulagement incrédule, de la lumière apparut à quelques centimètres de sa main droite — l’extrémité de sa baguette s’était allumée. Il la ramassa vivement, se remit debout tant bien que mal et se retourna. Son sang se glaça.

Une silhouette imposante, encapuchonnée, glissait doucement vers lui, flottant au dessus du sol, sans pieds ni tête visibles sous sa robe, aspirant la nuit en avançant. Harry recula en titubant et leva sa baguette.

« Spero Patronum ! »

Une ombre argentée jaillit du bout de la baguette et le Détraqueur ralentit, mais le sort n’avait pas bien fonctionné ; se prenant dans ses propres pieds, Harry recula plus loin tandis que le Détraqueur se penchait vers lui, la panique envahissant son esprit —

concentre-toi —

Deux mains grises, visqueuses, pleines de croûtes et de cicatrices se glissèrent hors de la robe du Détraqueur, prêtes à l’attraper. Un bruit envahit les oreilles de Harry.

« Spero Patronum ! »

Sa voix semblait vague et lointaine. Une autre ombre de vapeur argentée, plus faible encore que la précédente, sortit de sa baguette — il n’y arrivait plus, il ne parvenait plus à lancer le sort.

Un rire résonnait dans sa propre tête, un rire strident, aigu… Il sentait l’haleine putride, froide comme la mort du Détraqueur qui remplissait ses poumons, le noyait — pense…

quelque chose de joyeux…

Mais il n’y avait aucune joie en lui… Les doigts glacials du Détraqueur se refermaient sur sa gorge — le rire aigu devenait de plus en plus fort, et une voix parla dans sa tête : «

Incline-toi devant la mort, Harry… ce n’est peut-être même pas douloureux… je n’en sais rien… je ne suis jamais mort… »

Il ne reverrait plus jamais Ron et Hermione —

Et leurs visages surgirent clairement dans son esprit alors qu’il cherchait à reprendre sa respiration.

« SPERO PATRONUM ! »

Un gigantesque cerf argenté jaillit du bout de la baguette de Harry ; ses bois enfourchèrent le Détraqueur à l’endroit où son cœur devait être ; il fut projeté en arrière, léger comme l’ombre, et alors que le cerf revenait à la charge, le Détraqueur s’enfuit tel une chauve-souris, défait.

« PAR ICI ! » cria Harry au cerf. Se retournant, il courut le long de la ruelle, tenant la baguette allumée au-dessus de la tête. « DUDLEY ? DUDLEY ! »

Il n’avait fait qu’une douzaine de pas quand il les atteignit : Dudley était recroquevillé par terre, ses mains crispées lui couvrant le visage. Un deuxième Détraqueur était accroupi juste au-dessus de lui, lui tenant les poignets de ses mains visqueuses, les écartant lentement, presque affectueusement, baissant sa tête encapuchonnée vers le visage de Dudley, sur le point de l’embrasser.

« ATTRAPE-LE ! » Hurla Harry, et, dans un rugissement, le cerf argenté qu’il avait conjuré le dépassa au galop. La tête sans yeux du Détraqueur était au mieux à un centimètre de Dudley quand les bois du cerf le happèrent ; la chose fut projetée en l’air et, comme son semblable, elle s’envola et fut avalée par l’obscurité ; le cerf partit au petit galop vers le bout de la ruelle et se dissipa en une brume argentée. La lune, les étoiles et les lampadaires brillaient à nouveau. Une brise chaude balayait la ruelle. Les arbres bruissaient dans les jardins alentour, et le grondement habituel des voitures dans Magnolia Crescent emplit l’air à nouveau. Harry se tenait presque immobile, tous ses sens en éveil, le temps de s’habituer à ce brusque retour à la normalité. Au bout d’un moment, il se rendit compte que son T-shirt lui collait à la peau ; il était trempé de sueur. Il n’arrivait pas à croire à ce qui venait de se passer. Des Détraqueurs ici, à Little Whinging.

Dudley était toujours recroquevillé sur le sol, tremblant et gémissant. Harry se pencha pour voir s’il était en état de se relever, mais il entendit quelqu’un courir d’un pas pesant derrière lui. Instinctivement, il leva sa baguette et pivota sur ses talons pour faire face au nouveau venu. Mme Figg, leur vieille voisine cinglée, arriva toute essoufflée. Ses boucles grisonnantes sortaient de son filet à cheveux, un sac de courses se balançait sur son poignet en cliquetant et ses pieds étaient à moitié sortis de pantoufles en tissu écossais.

Harry s’apprêtait à dissimuler rapidement sa baguette, mais —

« Ne la range pas, imbécile ! » Cria-t-elle. « Et s’il y en avait d’autres ? Oh, je vais tuer Mundungus Fletcher ! »

Chapitre Deux : Une plaie de hiboux

« Pardon ? » dit Harry.

« Il est parti ! » s’écria Mme Figg, se tordant les poignets. « Parti voir quelqu’un au sujet d’un lot de chaudrons tombés de l’arrière d’un balai. Je lui ai dit que je l’écorcherais vif s’il partait, et regarde maintenant ! des Détraqueurs ! C’est heureux que j’ai mis M. Tib sur l’affaire ! Mais nous n’avons pas le temps de traîner ! Dépêche-toi maintenant, il faut te ramener ! Oh, les ennuis que ça va causer ! Je vais le tuer ! »

« Mais –» La révélation que cette vieille voisine cinglée obsédée des chats savait ce qu’étaient les Détraqueurs était un choc presque aussi fort pour Harry que d’en rencontrer deux dans l’allée. « Vous êtes — vous êtes une sorcière ? »

« Je suis une Cracmol, et Mundungus le sait très bien, alors comment diable étais je censée t’aider à repousser des Détraqueurs ? Il t’a laissé complètement sans protection alors que je l’avais prévenu –»

« Ce Mundungus m’a suivi ? Attendez — c’était lui ! Il a transplané devant ma maison ! »

« Oui, oui, oui, mais heureusement j’avais posté M. Tib sous une voiture au cas où, et M.

Tib est venu me prévenir, mais lorsque je suis arrivé chez toi tu étais parti — et maintenant — oh, que va dire Dumbledore ? Toi ! » cria-t-elle à Dudley, encore gisant sur le sol de l’allée. « Bouge ton gros postérieur d’ici, vite ! »

« Vous connaissez Dumbledore ? » dit Harry en la fixant.

« Bien sûr que je connais Dumbledore, qui ne connaît pas Dumbledore ? Mais allons-y

— je ne serai d’aucun secours s’ils reviennent, je n’ai jamais ne serait-ce que Métamorphosé un sachet de thé. »

Elle se pencha, saisit un des bras massifs de Dudley dans ses mains desséchées et tira.

« Debout, espèce de gros lourdaud, debout ! »

Mais Dudley ne pouvait — ou ne voulait — pas bouger. Il resta par terre, tremblant et blême, les lèvres serrées de toutes ses forces.

« Laissez-moi faire. » Harry saisit le bras de Dudley et le souleva. Au prix d’un énorme effort il réussit à le hisser sur ses pieds. Dudley semblait sur le point de s’évanouir. Ses petits yeux tournaient dans leurs orbites et la sueur perlait de son front. Dès que Harry le lâcha il vacilla dangereusement.

« Dépêche-toi ! » pressa Mme Figg.

Harry tira un des bras de Dudley par-dessus ses propres épaules et le traîna vers la route, fléchissant un peu sous son poids. Mme Figg tituba devant eux, lorgnant vers l’angle avec anxiété.

« Garde ta baguette prête » demanda-t-elle à Harry tandis qu’ils arrivaient dans Wisteria Walk. « Ne t’occupe pas du Code du Secret maintenant, il va y avoir des dégâts quoi qu’il arrive, autant être pendus pour un dragon que pour un œuf. Tu parles de Restriction Raisonnable de l’Usage de la Magie chez les Sorciers du Premier Cycle…

c’est exactement ce que craignait Dumbledore — Qui est-ce au bout de la rue

? Oh, c’est juste M. Prentice… ne range pas ta baguette, mon garçon, ne te dis-je pas sans cesse que je ne sers à rien ? »

Ce n’était pas facile de tenir une baguette droite et de soutenir Dudley en même temps.

Harry donna un coup de coude dans les côtes à son cousin, mais Dudley semblait avoir perdu tout désir de mouvement autonome. Il était affalé sur l’épaule de Harry, ses grands pieds traînant par terre.

« Pourquoi ne m’avez-vous pas dit que vous étiez une Cracmol, Mme Figg ? » demanda Harry, haletant dans l’effort pour continuer à marcher. « Toutes ces fois où je suis venu chez vous — pourquoi n’avez-vous rien dit ? »

« Ordre de Dumbledore. Je devais garder un œil sur toi mais ne rien te dire, tu étais trop jeune. Je suis désolée de t’avoir fait passé des moments si pitoyables, Harry, mais les Dursley ne t’auraient jamais laissé venir s’ils avaient pensé que tu t’amusais. Ce n’était pas facile, tu sais… mais oh ma parole, » dit-elle dramatiquement, se tordant les mains à nouveau, « quand Dumbledore entendra parler de ça — comment Mundungus a-t-il pu partir, il était censé être de service jusqu’à minuit — où est-il ? Comment vais-je raconter à Dumbledore ce qui s’est passé ? Je ne peux pas transplaner. »

« J’ai une chouette, vous pouvez l’emprunter. » grogna Harry, se demandant si sa colonne vertébrale n’allait pas se briser sous le poids de Dudley.

« Harry, tu ne comprends pas ! Dumbledore va devoir intervenir aussi vite que possible, le Ministère a ses propres méthodes pour détecter la magie des sorciers du premier cycle, ils doivent déjà être au courant, je sais ce que je dis. »

« Mais je repoussais des Détraqueurs, j’étais obligé d’utiliser la magie — ils vont plus s’inquiéter de ce que faisaient des Détraqueurs dans Wisteria Walk, certainement ? »

« Oh, mon pauvre, j’aimerais qu’il en fût ainsi, mais je crains — MUNDUNGUS

FLETCHER, JE VAIS TE TUER ! »

Il y eut un puissant crac et une forte odeur d’alcool mêlée de tabac refroidi emplit l’air et un homme ramassé et hirsute dans un pardessus fripé se matérialisa juste devant eux. Il avait de courtes jambes arquées, de longs cheveux étrangement roux, et des yeux injectés de sang dans des paupières trop larges qui lui donnaient l’air dolent d’un basset.

Il serrait aussi un paquet argenté que Harry reconnut aussitôt comme une Cape d’Invisibilité.

« ’c’ qu’y a, Figgy ? » dit-il, son regard se promenant sur Mme Figg, Harry et Dudley. «

J’croyais qu’on d’vait pas s’montrer ? »

« Je vais t’apprendre à ne pas te montrer ! » cria Mme Figg. « Des Détraqueurs, espèce de brigand inutile, tire-au-flanc, traître ! »

« des Détraqueurs ? » répéta Mundungus, horrifié. « des Détraqueurs, ici ? »

« Oui, ici, espèce de bon à rien de chiure de chauve-souris, ici ! » s’exclama Mme Figg. «

Des Détraqueurs qui attaquaient le garçon sous ta surveillance ! »

« ’tain ! » souffla Mundungus, regardant tour à tour Mme Figg et Harry. « ’tain, je –»

« Et toi parti acheter des chaudrons volés ! Je ne t’avais pas dit de ne pas y aller ? N’estce pas ? »

« Je — euh, je –» Mundungus avait l’air très inconfortable. « C’ét — c’était une très bonne affaire, tu sais –»

Mme Figg leva le bras d’où se balançait son sac de provisions et en fouetta le visage et le cou de Mundungus ; d’après le cliquetis métallique qu’il produisit il était plein de boîtes pour chat.

« Aïe — lâche-moi — arrête, vielle chauve-souris folle ! Quelqu’un doit aller prévenir Dumbledore ! »

« Oui — en — effet ! » hurla Mme Figg, balançant le sac de nourriture pour chat sur chaque centimètre carré de Mundungus qu’elle pouvait atteindre. « Et — ça — a —

intérêt — à — être — toi — et — tu — peux — lui — dire — pourquoi — tu —

n’étais — pas — là — en — renfort ! »

« ’perds pas ton filet à ch’veux ! » dit Mundungus, ses bras protégeant sa tête. « J’y va, j’y va ! »

Et dans un autre crac, il disparut.

« J’espère que Dumbledore va l’assassiner ! » ragea Mme Figg. « Maintenant allons, Harry, qu’est-ce que tu attends ? »

Harry décida de ne pas gaspiller le souffle qu’il lui restait pour faire remarquer qu’il pouvait à peine marcher sous le poids de Dudley. Il rehaussa un peu Dudley à demi conscient et poursuivit en titubant.

« Je t’accompagne jusqu’à la porte. » dit Mme Figg, tandis qu’il s’engageaient dans Privet Drive. « On ne sait jamais s’il y en a d’autres dans le coin… oh ma parole, quelle catastrophe… et tu as du les repousser tout seul… et Dumbledore disait que nous devions t’éviter de faire de la magie à tout prix… bon, ben je suppose qu’on ne répare pas une baguette brisée… mais le loup est dans la ferme à lutins maintenant. »

« Ainsi » haleta Harry, « Dumbledore… m’a fait… suivre ? »

« Évidemment ! », s’impatienta Mme Figg. « Tu espérais qu’il te laisserait te promener tout seul après ce qui s’est passé en Juin ? Bon Dieu, mon garçon, ils m’avaient dit que tu était intelligent… bon… rentre et ne bouge pas de là » dit-elle, alors qu’ils atteignaient le numéro quatre. « Je pense que quelqu’un va te contacter très bientôt. »

« Qu’allez-vous faire ? » s’enquit Harry rapidement.

« Je reste à la maison. » dit Mme Figg, scrutant la rue obscure en frissonnant. « Je dois attendre de nouvelles instructions. Ne bouge surtout pas de la maison. Bonne nuit.

»

« Un moment, ne partez pas encore ! Je veux savoir –»

Mais Mme Figg s’en était déjà allée au trot, ses pantoufles se décollant, son sac à provisions cliquetant.

« Attendez ! » appela Harry. Il avait un million de questions à poser à quiconque était en contact avec Dumbledore ; mais en l’espace de quelques secondes Mme Figg fut avalée par la nuit. Maussade, Harry rajusta Dudley sur son épaule et monta le lent et douloureux chemin du jardin du numéro quatre.

La lumière de l’entrée était allumée. Harry remit sa baguette dans la ceinture de son jean, sonna, et regarda la silhouette de la tante Pétunia s’agrandir progressivement, bizarrement déformée par le verre irrégulier de la porte d’entrée.

« Duddlinouchet ! c’est pas trop tôt, je commençais à — à — Duddlinouchet, qu’est-ce qui t’arrive ? »

Harry regarda de côté vers Dudley et le lâcha juste à temps. Dudley vacilla sur place pendant un certain temps, son visage verdâtre… puis il ouvrit sa bouche et vomit partout sur le paillasson.

« DUDDLINOUCHET ! Duddlinouchet, qu’est-ce qui t’arrive ? Vernon ? VERNON !

»

L’oncle de Harry arriva en trombe du salon, sa moustache à la gauloise secouée de ci, de-là comme toujours quand il était agité. Il se précipita pour aider la tante Pétunia à faire passer le seuil à Dudley dont les genoux étaient trop faibles tout en évitant de marcher dans la flaque de vomi.

« Il est malade, Vernon ! »

« Qu’est-ce qu’il y a, fiston ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Est-ce que Mme Polkiss t’a donné de la nourriture exotique pour le goûter ? »

« Pourquoi es-tu tout sale, mon chéri ? Tu ne t’es pas allongé par terre ? »

« Attends — on ne t’a pas lancé de terre, hein, fiston ? »

La tante Pétunia cria.

« Appelle la police, Vernon ! Appelle la police ! Duddlinouchet, chéri, parle à Maman !

Qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? »

Dans tout ce vacarme personne ne semblait avoir remarqué Harry, ce qui lui convenait parfaitement. Il réussit à se glisser dans la maison juste avant que l’oncle Vernon fermât la porte et, alors que les Dursley progressaient bruyamment dans l’entrée vers la cuisine, Harry se dirigea prudemment et doucement vers l’escalier.

« Qui a fait ça, fiston ? Donne-nous les noms. Nous les aurons, ne t’inquiète pas. » «

Chut ! Il essaie de dire quelque chose. Vernon ! Qu’est-ce qu’il y a Duddlinouchet ?

Raconte à Maman ! »

Le pied de Harry était sur la première marche quand Dudley retrouva la voix.

« Lui. »

Harry se figea, le pied sur la marche, le visage tendu, en attente de la détonation.

« GAMIN ! VIENS ICI ! »

Avec un sentiment mêlé d’appréhension et de colère, Harry retira lentement son pied de la marche et se tourna pour suivre les Dursley.

La cuisine minutieusement nettoyée avait un éclat étrangement irréel après l’obscurité du dehors. La tante Pétunia conduisait Dudley dans une chaise ; il était toujours très verdâtre et moite. L’oncle Vernon se tenait devant l’égouttoir, fixant Harry de ses petits yeux contractés.

« Qu’as-tu fait à mon fils ? » dit-il dans un grondement menaçant.

« Rien. » dit Harry, sachant parfaitement bien que l’oncle Vernon ne le croirait pas.

« Qu t’a-t-il fait, Duddlinouchet ? » chevrota la tante Pétunia, qui épongeait le vomi de la veste en cuir de Dudley. « C’était — est-ce que c’était tu-sais-quoi, chéri ?

Il s’est servi de — la chose ? »

Lentement, par à-coups, Dudley acquiesça.

« Je n’ai rien fait ! » dit Harry sèchement, alors que la tante Pétunia émit un hurlement et que l’oncle Vernon leva ses poings. « Je ne lui ai rien fait, ce n’était pas moi, c’était –»

Mais à cet instant précis une chouette effraie plana par la fenêtre de la cuisine. Manquant de peu le sommet du crâne de l’oncle Vernon, elle voleta à travers la cuisine, largua la grande enveloppe de parchemin qu’elle portait dans son bec aux pieds de Harry, fit un gracieux demi-tour, les bouts de ses ailes frôlant le haut du réfrigérateur, puis ressortit à toute allure et s’éloigna par le jardin.

« Des HIBOUX ! » meugla l’oncle Vernon en claquant les fenêtres de la cuisine, la veine habituelle de sa tempe battant furieusement. « ENCORE DES HIBOUX ! JE NE

VEUX PLUS VOIR UN SEUL HIBOU DANS MA MAISON ! »

Mais Harry déchirait déjà l’enveloppe et tirait la lettre qu’elle contenait, son cœur battant quelque part dans la région de la pomme d’Adam.

Cher M. Potter,

Nous avons été informés que vous avez effectué le Charme Patronus à neuf heures et vingt-trois minutes ce soir dans une zone habitée par des Moldus et en présence d’un Moldu.

La gravité de cette infraction au Décret pour la Restriction Raisonnable de l’Usage de la Magie chez les Sorciers du Premier Cycle a conduit à votre expulsion de l’École Poudlard de Sorcellerie. Des fonctionnaires du Ministère se présenteront sous peu à votre domicile pour détruire votre baguette.

Étant donné que vous avez déjà fait l’objet d’un avertissement officiel pour un précédent délit sanctionné par la Section 13 du Code du Secret de la Confédération Internationale des Mages, nous sommes au regret de vous informer que votre présence est requise pour une audition disciplinaire au Ministère de la Magie à 9 heures le douze Août.

Veuillez agréer l’expression de mes vœux les plus sincères, Mafalda Hopkirk

Service des Usages Abusifs de la Magie

Ministère de la Magie

Harry relut deux fois la lettre. Il ne se rendait pas bien compte que l’oncle Vernon et la tante Pétunia parlaient. Dans sa tête, tout était gelé et transi. Une chose avait frappé son esprit comme un trait paralysant. Il était expulsé de Poudlard. C’était fini.

Il ne reviendrait plus jamais.

Il leva les yeux sur les Dursley. L’oncle Vernon, le visage violacé, criait, les poings toujours levés ; la tante Pétunia enserrait Dudley, encore nauséeux.

Le cerveau temporairement paralysé de Harry sembla se réveiller. Des fonctionnaires du Ministère se présenteront sous peu à votre domicile pour détruire votre baguette. Il n’y avait pas trente-six solutions. Il devrait fuir — tout de suite. Où ça, Harry n’en savait rien, mais il était sûr d’une chose : à Poudlard ou ailleurs, il avait besoin de sa baguette.

Dans un état presque onirique, il défourailla sa baguette et se retourna pour sortir de la cuisine.

« Où crois-tu aller ? » hurla l’oncle Vernon. Devant le silence de Harry, il se précipita à travers la cuisine se mettre en travers de la porte donnant sur l’entrée. « Je n’en ai pas fini avec toi, gamin ! »

« Écarte-toi de mon chemin. » dit Harry calmement.

« Tu vas rester ici et m’expliquer comment mon fils –»

« Si tu ne bouges pas je vais t’ensorceler. » dit Harry, levant sa baguette.

« Tu ne me feras pas avaler ça ! » ricana l’oncle Vernon. « Je sais que tu n’as pas le droit de t’en servir hors de cette maison de fous que tu appelles une école ! »

« La ‹ maison de fous › m’a viré. » dit Harry. « Donc je peux faire tout ce que je veux. Tu as trois secondes. Une — deux –»

Un grand CRAC résonna dans la cuisine. La tante Pétunia cria, l’oncle Vernon hurla et sauta de côté, mais pour la troisième fois de la nuit Harry cherchait la source d’une perturbation qu’il n’avait pas causée. Il la repéra immédiatement : une chouette hulotte étourdie et ébouriffée qui venait de se cogner contre la fenêtre fermée était posée sur le rebord extérieur.

Ignorant le « HIBOUX ! » vociféré par l’oncle Vernon, Harry courut à travers la pièce et ouvrit la fenêtre. La chouette tendit la patte, où était attaché un petit rouleau de parchemin, s’ébroua, et s’envola dès que Harry eût prit la lettre. Les mains tremblantes, Harry déroula le second message, qui était griffonné à la hâte et plein de tâches d’encre noire.

Harry —

Dumbledore vient d’arriver au Ministère et il se démène pour arranger ça. NE T ’EN

VAS PAS DE CHEZ TA TANTE ET TON ONCLE. NE REFAIS PAS DE

MAGIE. NE RENDS PAS TA BAGUETTE.

Arthur Weasley

Dumbledore essayait d’arranger ça… qu’est-ce que cela voulait dire ? Quel pouvoir avait Dumbledore pour contrer le Ministère de la Magie ? Y avait-il donc un espoir qu’il puisse être autorisé à retourner à Poudlard ? Un petit sursaut d’espérance bourgeonna dans le cœur de Harry, presque aussitôt étouffé par la panique — comment était-il censé refuser de rendre sa baguette sans faire de magie ? Il serait obligé de combattre les fonctionnaires du Ministère, et s’il le faisait, il aurait de la chance d’éviter Azkaban, sans parler de l’expulsion.

Son esprit s’emballait… il pouvait prendre ses jambes à son cou et risquer d’être repris par le Ministère, ou se tenir tranquille et attendre qu’ils viennent le chercherici. Il était bien plus tenté par le premier choix, mais il savait que M. Weasley agissait dans son intérêt… et après tout, Dumbledore avait arrangé des choses bien pires auparavant.

« Très bien » déclara Harry, « J’ai changé d’avis, je reste. »

Il se jeta sur une chaise à la table de la cuisine et fit face à Dudley et à la tante Pétunia. Les Dursley semblèrent abasourdis devant son brusque changement d’avis. La tante Pétunia chercha désespérément le regard de l’oncle Vernon. La veine sur sa tempe violacée battait plus qu’elle ne l’avait jamais fait.

« De qui viennent tous ces fichus hiboux ? » grogna-t-il.

« Le premier était du Ministère de la Magie, il m’expulsait. » dit calmement Harry. Il tendait l’oreille aux bruits du dehors, au cas où les fonctionnaires du Ministère approcheraient, et il était plus facile et moins bruyant de répondre aux questions de l’oncle Vernon plutôt que d’avoir à supporter ses grognements et ses rugissements. « Le deuxième était du père de mon ami Ron, qui travaille au Ministère. »

« un Ministère de la Magie ? » meugla l’oncle Vernon. « Des gens comme toi au gouvernement ? oh, voilà qui explique tout, absolument tout, pas étonnant que le pays tourne mal. »

Face au silence de Harry, l’oncle Vernon le regarda, puis cracha : « Et pourquoi as tu été expulsé ? »

« Parce que j’ai fait de la magie. »

« AHA ! » rugit l’oncle Vernon, abattant son poing sur le réfrigérateur, lequel s’ouvrit ; quelques sandwichs allégés de Dudley basculèrent et éclatèrent sur le sol.

« Alors tu le reconnais ! Qu’as-tu fait à Dudley ? »

« Rien. » dit Harry, un peu moins calme. « Ce n’était pas moi –»

« Si. » grommela Dudley que l’on n’espérait plus, et l’oncle Vernon et la tante Pétunia firent aussitôt des gestes vifs avec la main à l’intention de Harry pour le faire taire pendant qu’ils se penchaient tous deux au-dessus de Dudley.

« Continue, fiston. » dit l’oncle Vernon. « Qu’est-ce qu’il a fait ? »

« Raconte-nous, chéri. » chuchota la tante Pétunia.

« M’a visé avec sa baguette, » marmonna Dudley.

« Oui, c’est vrai, mais je ne m’en suis pas –» débuta Harry furieusement, mais —

« TAIS-TOI ! » rugirent l’oncle Vernon et la tante Pétunia en chœur.

« Continue, fiston. » répéta l’oncle Vernon, ses moustaches se balançant de rage.

« Tout est devenu noir » dit Dudley d’une voix rauque et tremblante. « Tout était noir.

Et puis j–j’ai entendu… d–des choses. D–Dans ma tête. »

L’oncle Vernon et la tante Pétunia échangèrent des regards exprimant la plus totale horreur. Si la chose qu’ils aimaient le moins au monde était la magie — précédée de près par les voisins qui violaient plus qu’eux la proscription de l’arrosage — les gens qui entendaient des voix étaient des voix étaient certainement dans les dix derniers. Ils pensaient évidemment que Dudley devenait fou.

« Quelles sortes de choses tu as entendues, mon chou ? » souffla la tante Pétunia, blême et les yeux humides.

Mais Dudley semblait incapable de le dire. Il frissonna encore et secoua sa grande tête blonde, et malgré la sensation d’être paralysé de terreur qui s’était emparée de Harry depuis l’arrivée du premier hiboux, il ressentit une certaine curiosité. Les Détraqueurs forçaient à revivre les pires moments de sa vie. Qu’est-ce que Dudley, pourri, gâté, tyrannique, avait été forcé d’entendre ?

« Comment se fait-il que tu sois tombé, fiston ? » dit l’oncle Vernon, d’une voix anormalement calme, le genre de voix qu’il pourrait adopter au chevet d’un grand malade.

« T–Trébuché. » dit Dudley en tremblant. « Et ensuite –»

Il désigna sa poitrine imposante. Harry comprit. Dudley évoquait le froid suintant qui envahissait les poumons tandis que l’espoir et le bonheur étaient aspirés.

« Horrible » croassa Dudley. « Froid. Vraiment froid. »

« D’accord. » dit l’oncle Vernon, se forçant à rester calme, alors que la tante Pétunia posa une main anxieuse sur le front de Dudley pour sentir sa température. «

Que s’est-il passé alors, Duddy ? »

« Senti… senti… senti… comme… comme si… »

« Comme si tu ne serais plus jamais heureux. » proposa Harry, monotone.

« Oui. » murmura Dudley, toujours tremblant.

« Alors ! » s’écria l’oncle Vernon, sa voix revenue à son volume entier et considérable alors qu’il se redressait. « Tu as jeté un sort tordu sur mon fils pour qu’il entende des voix et qu’il croie qu’il était — qu’il était condamné au malheur, en gros, hein ? »

« Combien de fois faudra-t-il que je te le dise ? » dit Harry, sa colère et sa voix augmentant ensemble. « Ce n’était pas moi ! C’était deux Détraqueurs ! »

« Deux — qu’est-ce que c’est que ces salades ? »

« Dé — tra — queurs » prononça Harry. « Deux. »

« Et par l’enfer que sont ces Détraqueurs ? »

« Ils gardent la prison des sorciers, Azkaban. » dit la tante Pétunia.

Deux secondes de silence résonnèrent après ces paroles avant que la tante Pétunia pose sa main sur sa bouche comme si elle avait laissé échapper un gros mot dégueulasse.

L’oncle Vernon la regardait avec des yeux comme des soucoupes. Le cerveau de Harry tourbillonna. Mme Figg était une chose — mais la tante Pétunia ?

« D’où sais-tu cela ? » lui demanda-t-il, foudroyé.

La tante Pétunia sembla plutôt s’être horrifiée elle-même. Elle lança à l’oncle Vernon un regard d’excuse terrorisé, puis baissa légèrement sa main pour révéler ses dents chevalines.

« J’ai entendu — cet affreux garçon — lui en parler — il y a des années. » dit-elle, tendue.

« Si tu parles de ma mère et mon père, pourquoi tu n’utilises pas leurs noms ? » dit Harry avec force, mais la tante Pétunia l’ignora. Elle semblait horriblement troublée.

Harry était pétrifié. À part une crise des années auparavant, durant laquelle la tante Pétunia avait crié que la mère de Harry était un monstre, il ne l’avait jamais entendue faire allusion à sa sœur. Il était renversé qu’elle ait retenu ce fait à propos du monde magique pendant si longtemps, alors que d’habitude elle dépensait toute son énergie à faire comme s’il n’existait pas.

L’oncle Vernon ouvrit la bouche, la ferma, béa à nouveau, la referma, puis, l’air de lutter pour retrouver l’usage de la parole, la rouvrit encore et croassa : « Donc — donc — ils

— euh — ils — euh — ils existent vraiment, hein — euh — les Détraqu–jsaispuquoi ? »

La tante Pétunia acquiesça.

L’oncle Vernon promena ses yeux tour à tour sur la tante Pétunia, Dudley et Harry, comme s’il espérait que quelqu’un allait s’écrier « Poisson d’Avril ! ». Comme personne ne dit rien, il ouvrit encore un fois la bouche, mais l’effort de trouver d’autres mots lui fut épargné par l’arrivée du troisième hibou de la soirée. Il fonça par la fenêtre encore ouverte comme un boulet de canon à plumes et atterrit avec fracas sur la table de la cuisine, faisant sursauter de frayeur les trois Dursley. Harry arracha une deuxième enveloppe administrative du bec du hibou et la déchira tandis que le hibou retournait dans la nuit à tire d’aile.

« Assez — de ces satanés — hiboux ! » marmonna l’oncle Vernon distraitement, marchant vers la fenêtre et la claquant à nouveau.

Cher M. Potter,

Suite à notre lettre d’il y a approximativement vingt-deux minutes, le Ministère de la Magie a révisé sa décision de détruire votre baguette sur-le-champ. Vous êtes autorisé à conserver votre baguette en attendant l’audition disciplinaire du douze Août, lors de laquelle il sera statué sur une décision officielle.

Après discussion avec le Directeur de l’École Poudlard de Sorcellerie, le Ministère a accepté de reporter également à ce moment la question de votre expulsion. Vous devez par conséquent vous considérer suspendu de l’école en attendant une instruction approfondie.

Veuillez agréer l’expression de mes vœux les plus sincères, Mafalda Hopkirk

Service des Usages Abusifs de la Magie

Ministère de la Magie

Harry relut cette lettre trois fois d’affilée. Le nœud de misère dans son cœur se desserra un peu avec le soulagement de savoir qu’il n’était pas encore définitivement expulsé, bien que ses craintes n’étaient en aucun cas dissipées. Tout semblait dépendre de cette audition du douze août.

« Eh bien ? » dit l’oncle Vernon, rappelant Harry à la réalité. « Que se passe t'il ? T’ont-ils condamné à quelque chose ? Est-ce que vos gens ont la peine de mort ? »

ajouta-t-il comme l’idée pleine d’espoir lui venait après-coup.

« Je dois aller à une audition. » dit Harry.

« Et ils te puniront là-bas ? »

« Je suppose que oui. »

« Je ne perds pas espoir, alors. » dit l’oncle Vernon très méchamment.

« Bon, si tu as fini » dit Harry en se levant. Il voulait absolument être seul, pour réfléchir, peut-être pour envoyer une lettre à Ron, Hermione ou Sirius.

« NON, JE N’AI FICHTRE PAS FINI ! » beugla l’oncle Vernon. « RASSIEDS-TOI ! »

« Quoi encore ? » s’impatienta Harry.

« DUDLEY ! » rugit l’oncle Vernon. « Je veux savoir exactement ce qui est arrivé à mon fils ! »

« TRÈS BIEN ! » cria Harry, et dans sa colère, des étincelles rouges et or jaillirent du bout de sa baguette, toujours serrée dans sa main. Les trois Dursley sursautèrent, l’air terrifié.

« Dudley et moi étions dans la ruelle entre Magnolia Crescent et Wisteria Walk. » dit Harry, parlant vite, luttant pour garder son sang-froid. « Dudley a essayé de faire le malin avec moi, j’ai sorti ma baguette sans l’utiliser. Alors deux Détraqueurs sont arrivés

–»

« Mais que SONT les Détractodes ? » demanda l’oncle Vernon en colère. « Qu’estce qu’ils FONT ? »

« Je te l’ai dit — ils t’aspirent tout ton bonheur, » dit Harry, « et s’ils en ont l’occasion, ils te donnent le baiser –»

« Le baiser ? » dit l’oncle Vernon, ses yeux légèrement exorbités. « Le baiser ? »

« C’est comme ça qu’on dit quand ils aspirent ton âme par la bouche. »

La tante Pétunia émit un petit cri.

« Son âme ? Ils n’ont pas pris — il a toujours son –»

Elle saisit Dudley par les épaules et le secoua, comme si elle essayait de voir si elle pouvait entendre son âme se cogner contre ses entrailles.

« Bien sûr qu’ils n’ont pas pris son âme, ça se verrait. » dit Harry, à bout de nerfs. « Tu les a matés, hein, fiston ? » dit l’oncle Vernon avec force, l’air de se débattre pour ramener la conversation sur un sujet qu’il comprenait. « Tu leur a mis le bon vieux crochet du droit, hein ? »

« On ne peut pas mettre le bon vieux crochet du droit à un Détraqueur. » dit Harry la mâchoire serrée.

« Comment ça se fait qu’il soit sain et sauf, sinon ? » fulmina l’oncle Vernon. « Pourquoi n’est-il donc pas complètement vide ? »

« Parce que j’ai lancé le Charme Patronus –»

FLAP. Dans un vacarme de battements d’ailes et une douce pluie de cendres, un quatrième hibou déboula par la cheminée de la cuisine.

« POUR L’AMOUR DE DIEU ! » mugit l’oncle Vernon, arrachant de grandes touffes de poeils de sa moustache, ce qu’il n’avait pas fait depuis longtemps. « JE NE VEUX

PAS DE HIBOUX ICI, JE NE TOLÉRERAIS PAS CECI, JE TE PRÉVIENS ! »

Mais Harry détachait déjà un rouleau de parchemin de la patte du hibou. Il était si persuadé que cette lettre devait être de Dumbledore, pour tout expliquer — les Détraqueurs, Mme Figg, ce que préparait le Ministère, comment lui, Dumbledore, pensait tout arranger — que pour la première fois de sa vie il fut déçu de voir l’écriture de Sirius. Ignorant les clameurs de l’oncle Vernon à propos de hiboux, et baissant ses paupières face à un second nuage de cendres alors que le dernier hibou repartait par la cheminée, Harry lut le message de Sirius.

Arthur vient de nous dire ce qui s’est passé. Ne ressors pas de la maison, quoi que tu fasses.

Harry trouva cette réponse si décalée par rapport à tout ce qui s’était passé cette nuit qu’il retourna le parchemin, cherchant la suite de la lettre, mais c’était tout. Et désormais sa colère s’amplifiait à nouveau. Personne n’allait donc dire « bien joué » pour avoir repoussé deux Détraqueurs à lui tout seul ? M. Weasley et Sirius avaient l’air de dire qu’il s’était mal comporté, et semblaient réfréner des réprimandes en attendant d’avoir mesuré l’ampleur des dégâts.

« … une plaie, je veux dire, une pluie de hiboux entrant et sortant de ma maison. Je ne tolérerait pas cela, gamin, je ne –»

« Je ne peux pas empêcher les hiboux de venir. » grinça Harry, froissant la lettre de Sirius dans son poing.

« Je veux la vérité sur ce qui s’est passé ce soir ! » aboya l’oncle Vernon. « Si c’étaient des Détradeurs qui ont fait du mal à Dudley, comment se fait-il que tu aies été expulsé ? Tu as fait tu sais quoi, tu l’as avoué ! »

Harry prit une profonde inspiration pour se calmer. Sa tête recommençait à faire mal. Il voulait plus que tout au monde sortir de la cuisine et s’éloigner des Dursley.

« J’ai lancé le Charme Patronus pour me débarrasser des Détraqueurs. » dit-il, se forçant à rester calme. « C’est la seule chose qui marche avec eux. »

« Mais que faisaient des Détractodes à Little Whinging ? » dit l’oncle Vernon d’un ton outré.

« J’en sais rien. » balbutia Harry. « Aucune idée. »

Son crâne battait maintenant sous l’éclat des néons. Sa colère s’estompait. Il se sentait lessivé, exténué. Les Dursley étaient tous en train de le regarder.

« C’est toi. » s’écria l’oncle Vernon. « Ça a quelque chose à voir avec toi, gamin, je le sais.

Sinon que feraient-ils ici ? Sinon pourquoi se retrouveraient-ils dans cette ruelle ? Tu dois être le seul — le seul –» évidemment, il ne pouvait pas articuler le mot « sorcier ». «

Le seul tu sais quoi sur des kilomètres à la ronde. »

« Je ne sais pas ce qu’ils faisaient ici. »

Mais aux paroles l’oncle Vernon, le cerveau épuisé de Harry se remit en marche.

Que faisaient ces Détraqueurs à Little Whinging ? Comment cela pouvait-il être une coïncidence qu’ils soient arrivés dans la ruelle où se trouvait Harry ? Avaient-ils été envoyés ? Le Ministère de la Magie avait-il perdu le contrôle des Détraqueurs ? Avaient-ils déserté Azkaban et rejoint Voldemort, comme l’avait prédit Dumbledore ?

« Ces Détradeurs gardent une espèce de prison tordue ? » s’enquit l’oncle Vernon, qui creusait dans le sillage du cheminement mental de Harry.

« Oui. » dit Harry.

Si seulement sa tête arrêtait de le faire souffrir, si seulement il pouvait sortir de la cuisine et se réfugier dans la pénombre de sa chambre pour réfléchir …

« Oho ! ils venaient t’arrêter ! » dit l’oncle Vernon, la mine triomphante de celui qui parvient à une conclusion irréfutable. « C’est cela, hein, gamin ? Tu es un hors la- loi en cavale ! »

« Bien sûr que non. » dit Harry, secouant la tête comme pour chasser une mouche, réfléchissant à toute allure.

« Alors comment –»

« C’est lui qui a dû les envoyer. » dit Harry calmement, plutôt à lui-même qu’à l’oncle Vernon.

« Hein ? Qui a du les envoyer ? »

« Lord Voldemort. » dit Harry.

Il remarqua vaguement combien il était étrange que les Dursley, qui sursautaient, grimaçaient et braillaient s’ils entendaient des mots comme « sorcier », « magie » ou «

baguette », pouvaient entendre le nom du sorcier le plus maléfique de tous les temps sans ciller.

« Lord — une minute. » dit l’oncle Vernon, les traits tendus, un air d’entendement naissant dans ses yeux porcins. « J’ai déjà entendu ce nom… c’est celui qui a –» «

assassiné mes parents, oui. » dit Harry platement.

« Mais il est mort. » s’impatienta l’oncle Vernon, sans songer un seul instant que le meurtre des parents de Harry pût être un sujet douloureux. « Ce type géant l’a dit. Il est mort. »

« Il est revenu. » dit Harry pesamment.

C’était une sensation très étrange d’être là dans la cuisine plus propre qu’un bloc opératoire de la tante Pétunia, à côté du réfrigérateur haut de gamme et de la télévision grand écran, à parler tranquillement de Lord Voldemort à l’oncle Vernon.

L’irruption des Détraqueurs à Little Whinging semblait avoir percé une brèche dans le grand mur invisible qui séparait le monde implacablement non-magique de Privet Drive et le monde au-delà. Les deux vies de Harry avaient en quelque sorte fusionné et tout avait été bouleversé ; les Dursley demandaient des détails sur le monde magique, et Mme Figg connaissait Dumbledore ; des Détraqueurs flottaient dans Little Whinging, et il pourrait bien ne plus jamais retourner à Poudlard. La tête de Harry battit encore plus douloureusement.

« Revenu ? » balbutia la tante Pétunia.

Elle regardait Harry comme jamais elle ne l’avait regardé auparavant. Tout d’un coup, pour la première fois de sa vie, Harry appréciait vraiment que la tante Pétunia avait été la sœur de sa mère. Il n’aurait pu expliquer pourquoi cela le frappa si brutalement à cet instant. Tout ce qu’il savait était qu’il n’était pas le seul individu dans la pièce qui avait une idée de ce que le retour de Voldemort pourrait entraîner. Jamais dans sa vie la tante Pétunia ne l’avait regardé de la sorte. Ses grands yeux pâles (si différents de ceux de sa sœur) n’étaient pas contractés par le mépris ou la colère, ils étaient dilatés et terrifiés. La comédie que la tante Pétunia avait jouée durant toute la vie de Harry — qu’il n’y avait pas de magie et pas de monde en dehors de celui qu’elle habitait avec l’oncle Vernon —

semblait s’être écroulée.

« Oui. » dit Harry, s’adressant maintenant directement à la tante Pétunia. « Il est revenu il y a un mois. Je l’ai vu. »

Les mains de la tante Pétunia trouvèrent les épaules massives habillées de cuir de Dudley, et elles se crispèrent dessus.

« Attends » dit l’oncle Vernon, regardant tantôt sa femme, tantôt Harry, apparemment choqué et étourdi par l’intelligence sans précédent qui semblait s’être tissée entre eux deux. « Attends. Ce Lord Voldetruc est revenu, tu dis ? »

« Oui. »

« Celui qui a assassiné tes parents. »

« Oui. »

« Et maintenant il a envoyé des Distracteurs à tes trousses ? »

« Ça en a tout l’air » dit Harry.

« Je vois. » dit l’oncle Vernon, regardant sa femme livide puis Harry et retroussant son pantalon. Il semblait gonfler, son gros visage violacé s’étirant à vue d’œil. « Eh bien, c’est réglé, » dit-il, le devant de sa chemise se tendant alors qu’il enflait, « tu peux partir de cette maison, gamin ! »

« Quoi ? » dit Harry.

« Tu m’as entendu — DEHORS ! » mugit l’oncle Vernon, et même la tante Pétunia et Dudley sursautèrent. « DEHORS ! DEHORS ! Ça fait des années que j’aurais dû faire ça ! Les hiboux qui prennent ma maison pour un asile, les puddings qui explosent, la moitié du salon en ruines, la queue de Dudley, Marge qui rebondissait sur le plafond et cette Ford Anglia volante — DEHORS ! DEHORS ! Tu l’auras voulu !

Tu n’es plus que de l’histoire ancienne ! Tu ne restes pas là s’il y a un fou à tes trousses, tu ne mets pas en danger ma femme et mon fils, tu ne nous attires plus d’ennuis.

Puisque tu vas suivre tes bons-à-rien de parents, c’en est fini ! DEHORS ! »

Harry resta cloué au sol. Les lettres du Ministère, de M. Weasley et de Sirius étaient toutes froissées dans sa main gauche. Ne ressors pas de la maison, quoi que tu fasses.

NE T ’EN VAS PAS DE CHEZ TA TANTE ET TON ONCLE. « Tu m’as entendu !

» dit l’oncle Vernon, se penchant maintenant en avant, son imposante face violacée si proche de Harry, qu’icelui sentait effectivement des postillons contre son visage. « Vas-y

! Tu étais tout à fait prêt à partir il y a une demi heure

! Je suis avec toi ! Dégage et n’assombris plus jamais notre seuil ! Pourquoi nous t’avons pris au début, je l’ignore, Marge avait raison, ç’aurait du être l’orphelinat. Nous étions fichtre trop bons pour ne pas en pâtir, nous avons cru qu’on pouvait te purger de cela, qu’on pourrait te rendre normal, mais tu étais pourri depuis le début et j’en ai assez —

des hiboux ! »

Le cinquième hibou fonça si vite par la cheminée qu’il heurta le sol avant de poursuivre avec un puisant ululement. Harry tendit la main pour attraper la lettre, qui était dans une enveloppe écarlate, mais le hibou vola droit au-dessus de sa tête directement vers la tante Pétunia, qui laissa échapper un cri et s’écarta, les bras sur le visage. Le hibou largua l’enveloppe rouge sur sa tête, fit demi-tour, et repartit tout droit par la cheminée.

Harry courut pour ramasser la lettre, mais la tante Pétunia fut plus rapide.

« Tu peux l’ouvrir si tu veux, » dit Harry, « mais j’entendrai ce qu’elle dit quand même.

C’est une Beuglante. »

« Lâche-la, Pétunia ! » rugit l’oncle Vernon. « Ne la touche pas, elle pourrait être dangereuse ! »

« Elle est adressée à moi. » dit la tante Pétunia d’une vois tremblante. « Elle est adressée à moi, Vernon, regarde ! Mme Pétunia Dursley, La Cuisine, numéro quatre, Privet Drive

–»

Elle retint son souffle, horrifiée. L’enveloppe rouge avait commencé à fumer.

« Ouvre-la ! » la pressa Harry. « Ne perds pas de temps ! Tu ne peux rien y faire. »

« Non. »

La main de la tante Pétunia tremblait. Elle scruta frénétiquement la cuisine comme si elle cherchait une issue de secours, mais trop tard — l’enveloppe s’enflamma. La tante Pétunia cria et la lâcha.

Une voix affreuse emplit la cuisine, rebondissant dans le volume restreint, sortant de la lettre en feu sur la table.

« Souviens-toi, Pétunia. »

La tante Pétunia eut l’air d’être sur le point de perdre connaissance. Elle s’écroula sur la chaise à côté de Dudley, son visage caché dans ses mains. Les restes de l’enveloppe se consumèrent en silence.

« Qu’est-ce que ceci ? » dit l’oncle Vernon d’une voix rauque. « Que — je ne — Pétunia

? »

La tante Pétunia resta muette. Dudley observait bêtement sa mère, bouche bée.

Le silence tournoyait horriblement. Harry regardait sa tante, complètement abasourdi, sa tête battant assez pour exploser.

« Pétunia, chérie ? » aventura l’oncle Vernon. « P–Pétunia ? »

Elle redressa sa tête. Elle tremblait toujours. Elle déglutit.

« Le garçon — le garçon doit rester, Vernon. » dit-elle faiblement.

« Qu–Quoi ? »

« Il reste. » dit-elle. Son regard évitait Harry. Elle se remit sur ses pieds.

« Il… mais Pétunia… »

« Si nous le jetons dehors, les voisins vont jaser. » dit-elle. Elle recouvrait rapidement ses habituelles manières brusques et grinçantes, tout en restant très pâle. « Ils poseront des questions embarrassantes, ils voudront savoir où il est parti. Nous sommes obligés de le garder. »

L’oncle Vernon désenflait comme un vieux pneu.

« Mais Pétunia, chérie –»

La tante Pétunia l’ignora. Elle se tourna vers Harry.

« Tu vas rester dans ta chambre. » dit-elle. « Tu ne vas pas sortir d’ici. Maintenant au lit.

»

Harry ne broncha pas.

« De qui était cette Beuglante ? »

« Ne pose pas de questions. » aboya la tante Pétunia.

« Tu es en contact avec des sorciers ? »

« Je t’ai dit d’aller au lit ! »

« Ça voulait dire quoi ? Souviens toi de quoi ? »

« Au lit. »

« Comment se fait –? »

« TU AS ENTENDU TA TANTE, ALORS MONTE TE COUCHER ! »

Chapitre 3 : L'avant-garde

Je viens d'être attaqué par des détraqueurs et je risque d'être renvoyé de Poudlard. Je veux savoir ce qu'il se passe et quand je pourrai partir d'ici.

Harry recopia ces mots sur trois parchemins différents, dès qu'il eut rejoint sa chambre dans la pénombre. Il adressa la première à Sirius, la deuxième à Ron et la troisième à Hermione. Sa chouette, Hedwige, était partie chasser. Sa cage était vide sur le bureau.

Harry tournait en rond dans sa chambre, en attendant qu'elle revienne. Il avait toujours aussi mal à la tête. Il avait trop d'idées qui lui trottaient dans la tête pour qu'il puisse dormir, bien que ses yeux se ferment de fatigue. Son dos le faisait souffrir depuis qu'il avait ramené Dudley à la maison et les deux bosses sur sa tête - à l'endroit où il s'était cogné à la fenêtre et à celui où Dudley l'avait frappé - l'élançaient douloureusement.

Tout en tournant autour de sa chambre, tiraillé entre la colère et la frustration, grinçant des dents, les poings fermés, il jetait des regards furieux vers le ciel vide d'étoiles, à chaque fois qu'il passait devant la fenêtre. Des détraqueurs lui avaient été envoyé.

Madame Figg et Mundungus suivaient en secret le moindre de ses pas. Ensuite, ce renvoi de Poudlard et cette audition au ministère de la magie.Et toujours personne pour lui dire ce qu'il se passait ! Et de quoi parlait cette beuglante ? A qui appartenait la voix dont l'écho avait été si horriblement menaçant dans la cuisine ? Pourquoi était-il encore retenu ici sans aucune information ? Pourquoi tout le monde le traitait-il comme un enfant ? Ne fais plus de magie ! Reste à la maison ! Il donna un coup de pied dans la malle où il rangeait toutes ses affaires d'école. Mais, au lieu de soulager sa colère, il se sentit encore plus mal, son gros orteil l' élançant douloureusement. Cela venait s'ajouter aux autres douleurs dans le reste de son corps. Au moment où il passait devant la fenêtre en boitillant, Hedwige s'engouffra avec un léger bruissement d'aile ressemblant au bruit qu 'aurait pu faire un fantôme.

- Tu as vu l'heure ? grogna Harry, comme elle atterrissait sur le haut de sa cage. Tu peux laisser tomber ça, j'ai du boulot pour toi.

Les grands yeux ronds et ambrés d'Hedwige jetèrent un regard plein de reproches, pardessus la grenouille morte serrées dans son bec.

- Viens par là ! dit Harry, ramassant les trois rouleaux de parchemin et les nouant avec une lanière de cuir à la patte d'Hedwige. Amène-les vite à Sirius, Ron et Hermione ! Et ne reviens pas ici sans leurs réponses. Et donne-leur des coups de bec si leur réponses sont trop courtes. Compris ?

Hedwige répondit par un hululement étouffé, la grenouille toujours dans le bec.

- Allez ! Vas y ! dit Harry.

Elle décolla immédiatement. Dès qu'elle fut partie, Harry s'affala sur son lit tout habillé et son regard se fixa sur le plafond dans le noir. En plus de tout ses inquiétudes, il s'en voulait d'avoir était si dur avec Hedwige. Elle était sa seule amie au numéro 4 de Privet Drive. Il s'excuserait quand elle serait revenue avec les réponses de Ron, de Sirius et d'Hermione. Ils devaient lui répondre rapidement. Ils ne pouvaient pas ne pas être au courant de l'attaque des détraqueurs. Probablement se réveillerait-il, le lendemain matin, avec trois grandes lettres sympathiques, pleine de plans pour l'emmener immédiatement au Terrier.

Cette idée rassurante, le calma et il s'enfonça dans un sommeil réparateur qui effaça tous ses soucis.

Mais Hedwige ne rentra pas le lendemain matin. Harry passa la journée dans sa chambre, ne la quittant que pour aller aux toeilettes. A trois reprise au cours de la journée, la tante Pétunia glissa de la nourriture dans sa chambre à travers la chatière que l'oncle Vernon avait installé trois ans plus tôt.

A chaque fois que Harry l'entendait approcher, il essayait d'obtenir des réponses à propos de la Beuglante, mais il aurait aussi bien pu questionner la poignée de porte, les réponses auraient été les mêmes. Les Dursley se tenaient aussi éloigné que possible de sa chambre. Harry ne voyait pas l' intérêt de leur imposer sa présence. Une nouvelle confrontation n'aurait d' autres résultats que de le remettre en colère et de l'inciter à utiliser encore une fois la magie d'une façon illégale. Cela continua pendant trois jours entiers. Harry était soit frénétique - ce qui l'empêchait de se concentrer sur quoi que ce soit : il continuait de tourner en rond dans sa chambre, furieux d'être laissé pour compte

- soit si totalement léthargique, qu'il pouvait rester totalement immobile, allongé sur son lit, les yeux dans le vague, s'angoissant pour son audition au ministère. Quelles genres de décisions pourraient-ils prendre contre lui ? Que se passerait-il si, finalement, il était expulsé et que sa baguette soit brisée ? Que pourrait-il bien faire ? Où pourrait-il aller ?

Il ne pourrait plus habiter comme avant chez les Dursley.Plus maintenant qu'il connaissait son monde à lui. Celui auquel il appartenait réellement. Pourrait-il s'installer chez Sirius, comme celui-ci le lui avait suggéré il y avait un an, avant d'avoir été obligé de s'échapper des griffes des gens du ministère sur le dos d'un hippogriffe. Que lui permettrait-on dans sa vie solitaire, puisqu'il était encore mineur ? Ou bien, déciderait-on pour lui de l'endroit où il devrait vivre ? Est-ce que la violation du décret international du secret de la magie avait été suffisamment grave pour l'envoyer croupir dans une cellule d 'Azkaban ?

A chaque fois que cette pensée l'effleurait, Harry, invariablement, sautait de son lit et recommençait à tourner en rond dans sa chambre. La quatrième nuit après la disparition d'Hedwige, Harry se trouvait encore plongé dans une phase d'apathie, les yeux fixés au plafond, l'esprit presque vidé par l' épuisement, quand son oncle rentra dans sa chambre. Harry se retourna lentement vers lui. L'oncle Vernon avait mis son meilleur costume et arborait un air suffisant.

- Nous sortons, dit-il

- Pardon ?

- Nous.C'est-à-dire, ta tante, Dudley et moi, sortons !

- Bien, répondit Harry tristement, retournant à la triste contemplation de son plafond.

- Tu n'as pas intérêt à quitter ta chambre pendant notre absence !

- Ok.

- Tu n'as pas le droit d'allumer la télé, la chaîne ou un quelconque autre de nos appareils.

- D'accord.

- Je t'interdis de voler de la nourriture dans le frigo !

- Ok.

- Je vais fermer ta porte à clef.

- Fais-le.

L'oncle Vernon lança un regard furibond à Harry, plein de suspicion à l' encontre de cette absence de combativité, puis sortit de la chambre et referma la porte derrière lui.

Harry entendit la clef tourner dans la serrure et les pas de l'oncle Vernon descendre l'escalier. Quelques instants plus tard, un bruit de portière et de moteur, suivi d'un crissement inimitable de pneu, lui indiqua que la voiture quittait l'allée. Harry se moquait de l'escapade des Dursley. Leur présence ou leur absence le laissait totalement indifférent. Il n'arrivait même pas à rassembler assez d'énergie pour se lever et aller allumer la lumière de sa chambre. Sa chambre s' enfonçait dans la pénombre pendant qu'il écoutait les bruits du soir par la fenêtre, entrouverte depuis trois jours, attendant le retour inespéré d' Hedwige. La maison était pleine des craquements. La tuyauterie émettait un bruit de gargouillis continuel. Harry restait là, prostré dans sa misère, ne pensant à rien.

Soudain, très distinctement, il entendit un bruit dans la cuisine, suivi immédiatement d'un son de verre brisé. Il se redressa et écouta avec attention. Les Dursley ne pouvaient pas être de retour ! C'était bien trop tôt ! En plus, il n'avait pas entendu la voiture. Le silence était revenu quand des voix s'élevèrent. Des cambrioleurs, pensa-t-il en se levant doucement. Mais il lui apparut aussitôt que des cambrioleurs n'auraient pas parlé à voix haute. Quelque soit les personnes qui se déplaçaient dans la cuisine, elles le faisaient sans s'occuper du bruit qu'elles provoquaient. Il saisit sa baguette sur sa table de nuit et se mit en face de sa porte de chambre, écoutant attentivement. L'instant d'après, il y eut un bruit dans la serrure qui le fit sursauter et la porte s'ouvrit.

Harry restait figé, scrutant le palier dans la pénombre, ouvrant grand ses oreilles pour tenter d'entendre d'autres bruits.en vain. Il hésita un moment avant de se glisser furtivement et souplement hors de sa chambre. Il pouvait sentir dans tout son corps les battements de son cour. Il y avait du monde dans l'ombre du couloir d'entrée. Il ne distinguait que les silhouettes grâce à la lueurs des réverbère qui traversait la vitre de la porte. Une dizaine de personnes, autant qu'il pouvait voir, étaient en train de le dévisager.

- Baisse ta baguette mon garçon, avant que quelqu'un ne se la prenne dans l'œil, ronchonna une voix de basse.

Harry ne contrôlait plus les battements de son cour. Cette voix. Il la connaissait. Mais il ne baissa pas sa baguette.

- Professeur Maugrey ? hésita Harry

- Je n'aime pas beaucoup qu'on m'appelle Professeur, gronda la voix.

Je ne me suis jamais précipiter pour enseigner, je crois. Descends un peu, qu'on te voit en entier.

Harry baissa légèrement sa baguette mais sans relâcher la pression sur elle, et ne bougea pas d'un poeils. Il avait de très bonnes raisons de rester sur ses gardes. Récemment, il avait passé neuf mois avec une personne qui s'était fait passer pour Maugrey Fol Oeil.

Un imposteur qui, de plus, avait essayé de tuer Harry avant d'être démasqué.

Avant de décider ce qu'il convenait de faire, Harry entendit une deuxième voix enrouée, en haut de l'escalier.

- Tout va bien Harry. Nous sommes venus te chercher.

Le cour d'Harry fit un bond. Cette voix aussi, il la connaissait, bien qu'il ne l'ait pas entendu depuis plus d'un an.

- Professeur Lupin ? dit-il sans y croire. Est-ce que..c'est vous ?

- Pourquoi reste-t-on dans le noir ? dit une troisième voix, cette fois totalement étrangère. Lumos !

Le bout d'une baguette s'illumina, inondant le couloir d'un clarté magique. Harry cligna des yeux. Ses visiteurs étaient tous groupés au pied de l' escalier, le regardant avec attention, certains relevant la tête pour apparaître plus clairement à Harry. Remus Lupin était à côté de Harry. Bien qu'encore jeune, Lupin semblait plutôt fatigué et mal en point. Il avait plus de cheveux gris qu'au moment de ses adieux avec Harry, et sa robe était encore plus rapiécée et râpée que jamais. Néanmoins, il souriait à Harry qui lui-même essayait de sourire sans y parvenir dans l'état dans lequel il était.

- Oh ! Il a exactement l'air auquel je m'attendais, dit la sorcière qui avait illuminé la pièce.

Elle semblait être la plus jeune de tous. Son visage pâle avait la forme d' un cœur. Ses yeux pétillaient et les pointes de ses cheveux courts étaient violettes.

- Comment ça va, Harry ? dit Lupin

- Oui, je vois ce que tu veux dire Remus, dit un grand magicien noir, un peu en retrait.

Sa voix était profonde et lente et il portait un anneau d'or à une de ses oreilles. Il ressemble exactement à James.

- A part les yeux, dit d'une voix sifflante un sorcier au cheveux argentés qui était derrière. Il a les yeux de Lili.

Maugrey Fol Oeil, dont les long cheveux gris étaient ébouriffé et dont le nez n'était pas entier, louchait sur Harry de ses yeux désaxés. L'un d'eux était petit et sombre et l'autre était grand, rond et d'un bleu électrique : c' était l'œil magique qui pouvait voir à travers les murs, les portes et même à l'arrière du crâne de Maugrey.

- Tu es sûr que c'est lui Lupin ? ronchonna-t-il. Ca serait une belle réussite si on ramenait un mangemort qui aurait pris son apparence. On devrait lui poser quelques questions auxquelles seul le vrai Harry Potter pourrait répondre. A moins que quelqu'un ait du Veritaserum.

- Harry. Quelle apparence prend ton patronus ? demanda Lupin.

- Un cerf, répondit nerveusement Harry.

- C'est bien lui, Maugrey, dit Lupin.

Très conscient des regards braqués sur lui, Harry descendit les escaliers, rangeant finalement sa baguette dans la poche arrière de son jean.

- Ne mets pas ta baguette à cette endroit mon garçon, grogna Maugrey. Que se passerait-il si elle s'allumait ? Des sorciers bien plus fort que toi s'y sont brûler les fesses, tu sais.

- Qui donc s'est brûlé les fesses ? demanda avec intérêt la jeune femme aux cheveux violets.

- Ne mets jamais ta baguette dans ta poche arrière, continua de grogner Fol Oeil.

Sécurité élémentaire du port de la baguette ! Très vite oublié par tout le monde !

Il se dirigea vers la cuisine.

- Et je l'ai vu ça ! ajouta-t-il irrité, cependant que la sorcière aux cheveux violets préférait regarder au plafond.

Lupin tendit la main pour serrer celle d'Harry.

- Comment vas-tu ? demanda-t-il en examinant Harry.

- B.Bien

Harry avait du mal à croire qu'il ne rêvait pas. Rien pendant quatre semaine ; pas l'ombre d'un signe pour le faire échapper de Privet Drive.Et soudain toute une équipe de sorciers qui se trouvait dans la maison, comme si cela était parfaitement naturel, comme si c'était là un plan prévu de longue date. Il jeta un regard aux autres sorciers qui entouraient Lupin. Ils continuaient à le dévisager. Il prit soudain conscience qu'il ne s'était pas peigné depuis quatre jours.

- Je. Vous. Vous avez vraiment de la chance que les Dursley soient sortis, dit-il.

- De la chance ! Ah ! s'exclama la sorcière aux cheveux violets, C'est moi qui les ait attiré à l'extérieur. Je leur ai envoyé une lettre par la poste des moldus, qui leur annonçait qu'ils avaient été sélectionné pour le prix de la pelouse de banlieue la mieux entretenue de toute l'Angleterre.

Ils se préparent à assister à la remise des prix maintenant. ou du moins le croient-ils.

Harry eut la vision fugace de la tête de l'oncle Vernon quand il comprendrait qu'il n'y avait aucun prix.

- On s'en va ? demanda-t-il. Maintenant ?

- Presque, dit Lupin. On vérifie juste que tout est en ordre.

- Où va-t-on ? Au Terrier ? demanda Harry plein d'espoir.

- Heu. Le Terrier. Non. dit Lupin en poussant Harry vers la cuisine.

Les autres sorciers, les yeux rivés sur Harry les suivirent.

- .Trop risqué. Nous avons établi notre quartier général dans un endroit incartable. Ca a pris un moment !

Maugrey Fol Oeil était assis à la table de la cuisine et buvait le flasque qu 'il avait toujours dans sa poche, son oeil magique tournant dans toutes les direction et se posant sur tous les appareils ménager des Dursley.

- C'est Alastor Maugrey, Harry, continua Lupin en désignant du doigt Maugrey.

- Oui, je sais, répondit Harry, mal à l'aise.

Ca lui semblait bizarre d'être présenté à quelqu'un qu'il pensait connaître depuis un an.

- Et voici Nymphadora.

- Ne m'appelle pas Nymphadora, dit la jeune sorcière dans un frémissement. Je préfère Tonks.

- Nymphadora Tonks.qui préfère qu'on l'appelle par son surnom.

- Oui et bien tu en ferais autant si ta folle de mère t'avait appelée Nymphadora, murmura Tonks.

- Et voici Kingsley Shacklebolt, dit Lupin en désigna le grand magicien noir qui s'inclina.

Elphias Doge. Le magicien à la voix sifflante acquiesça. Dedalus Diggle.

- Nous nous sommes déjà rencontrés, piaffa le très excité Diggle, en faisant tomber son chapeau violet.

- Emmeline Vance. une sorcière à l'air majestueux, portant un châle vert émeraude sur la tête.

- Sturgis Podmore. un sorcier à la mâchoire carré, à l'épaisse chevelure couleur de paille lui fit un clin d'oeil.

- Et Hestia Jones. une sorcière aux joues roses et aux cheveux noirs, assise près du grille pain, leva la main.

Harry inclinait à chaque fois la tête de façon maladroite. Il espérait qu' ils ne continueraient pas à le dévisager comme ça trop longtemps. C'était comme si on l'avait précipité sur le devant d'une scène. Il se demanda aussi, combien ils étaient en tout.

- Un nombre étonnant de personne se sont portées volontaire pour venir te chercher, dit Lupin, un petit sourire au coin des lèvres. comme s' il venait de lire dans les pensées d'Harry.

- Plus on est de fous, plus on rit, marmonna Maugrey. Nous constituons ta garde personnelle, Potter.

- Nous n'attendons plus que le signal nous disant que la voie est libre, dit Lupin en regardant à travers la fenêtre de la cuisine. Nous avons à peu près 15 minutes.

- Ils sont très propres, ces moldus, dit la sorcière qui s'appelait Tonks, en observant la cuisine avec un grand intérêt. Ma grand-mère paternelle était moldu, mais son fils n'est qu'une vieille bouse. Je suppose que ça change. Comme chez les sorciers.

- Oui, répondit Harry. Dites-moi, dit-il en se retournant vers Lupin. Qu'est-ce qui se passe ? Est-ce que Volde.

Plusieurs sorciers et sorcières l'empêchèrent de prononcer le nom. Dedalus Diggle, fit encore tomber son chapeau et Maugrey gronda encore :

- Tais-toi !

- Quoi ? dit Harry.

- On ne parle de rien tant qu'on est encore ici. C'est trop dangereux, ajouta-t-il en tournant son oeil normal vers Harry, son œil magique restant fixé au plafond. Bon sang ! ajouta-t-il avec colère en poussant du doigt son oeil magique.

Il est encore bloqué ! Et, avec un bruit répugnant, ressemblant à celui d'un débouche évier, il enleva l'oeil magique de son orbite.

- Fol Oeil ! Vous savez que c'est dégoûtant, n'est-ce pas ? lui dit Tonks sur le ton de la conversation.

- Donne-moi un verre d'eau Harry, S'il te plait.

Harry se dirigea vers le lave vaisselle, en sortit un verre propre et le remplit d'eau à l'évier en jetant un coup d'oeil impatient à la bande de sorciers. Leurs regards insistants commençaient vraiment à l'ennuyer.

- A la votre, dit Maugrey quand Harry lui tendit le verre d'eau.

Il plongea l'oeil magique dans l'eau et le poussa du doigt de haut en bas. L'oeil regardaient à toute vitesse et successivement toutes les personnes présentes.

- Je veux pouvoir voir tout autour pendant le voyage de retour, dit Maugrey.

- Comment fait-on ? Où est-ce qu'on va ? demanda Harry.

- On prend les balais, dit Lupin. C'est la seule façon. Tu es trop jeune pour transplaner.

Ils surveilleront le réseau de la poudre de cheminette. Et on risque plus que notre vie à mettre en place un portoloin sans autorisation.

- Remus dit que tu te débrouilles plutôt bien sur un balai, dit Kingsley Shacklebolt de sa voix profonde.

- Il est excellent ! renchérit Lupin en regardant sa montre. Quoiqu' il en soit, tu ferais mieux de te préparer Harry. Il faut que nous soyons prêts au moment du signal.

- Je vais venir t'aider Tonks d'une voix ravie.

Elle suivit Harry, qui retournait dans le couloir et montait les escaliers, tout en regardant autour d'elle avec intérêt et curiosité.

- Drôle d'endroit, dit-elle. Un peu trop propre. Si tu vois ce que je veux dire. Un peu artificiel. Oh ! Voilà qui est mieux, ajouta-t-elle en entrant dans la chambre de Harry, une fois la lumière allumée.

Sa chambre était certainement plus en désordre que le reste de la maison. Confiné à l'intérieur depuis quatre jours, d'une humeur massacrante, Harry ne s'était guère occupé du ménage. La plupart de ses livres étaient éparpillés par terre. Il avait essayé de se distraire avec chacun d'eux et les avait jeté en désordre les uns après les autres. La cage d'Hedwige qui commençait à sentir mauvais avait besoin d'un sérieux coup de nettoyage. Sa malle, restée ouverte, dévoeilait un curieux mélange d'habits moldus et de robes de sorcier, qui débordaient et se répandaient sur le sol. Harry commença par ramasser ses livres, les jetant pêle-mêle dans sa malle. Tonks s'était arrêtée devant l'armoire ouverte, pour vérifier son apparence dans le miroir collé à l'intérieur de la porte.

- Tu sais, je ne pense pas que le violet est vraiment MA couleur, dit-elle pensivement en tirant sur un nœud dans ses cheveux. Tu ne trouves pas que ça me donne un air plutôt pâle ?

- Heu. dit Harry la regardant par-dessus le haut du livre Les équipes de Quidditch de Grande Bretagne et d'Irlande.

- Oui, vraiment ! reprit Tonks d'un air sûr d'elle.

Elle plissa les yeux avec une expression de concentration comme si elle tentait de se souvenir de quelque chose. Une seconde plus tard, ses cheveux avaient pris une couleur rose chewing gum.

- Comment vous avez fait ça ? demanda Harry en se rapprochant d'elle au moment où elle rouvrait les yeux.

- Je suis un metamorphmagus, dit-elle, se retournant vers son reflet dans la glace en inclinant la tête pour voir ses cheveux sous tous les angles. Ca veut dire que je peux changer mon apparence à ma guise,

ajouta-t-elle, apercevant dans le miroir l'expression de surprise de Harry derrière elle. Je suis née comme ça. J'ai obtenu la meilleure note en dissimulation et déguisement pendant l'entraînement des Aurors. Sans avoir suivi aucun cours ! C'était génial !

- Vous êtes une Auror ? demanda Harry impressionné.

Devenir un attrapeur de mages noirs, était la seule carrière que Harry avait envisagé pour lui, après Poudlard.

- Ouais, répondit Tonks avec fierté. Kingsley aussi. Mais il a plus d'ancienneté que moi.

Je n'ai été certifié que l'année dernière. J'ai failli raté l'épreuve de dérobade et pistage. Je suis très maladroite. Tu ne m'as pas entendu cassé cette assiette en arrivant ?

- Peut-on apprendre à devenir un metamorphmagus, demanda Harry en oubliant complètement de ranger ses affaires. Tonks partit d'un petit rire étouffé.

- Je suppose que ça ne te déplairait pas de cacher cette cicatrice de temps en temps ?

Ses yeux venaient de se poser sur la cicatrice en forme d'éclair sur le front de Harry.

- Non cela ne me déplairait pas, marmonna Harry en se retournant. Il n'aimait pas que les gens regardent sa cicatrice.

- Et bien, j'ai bien peur que tu ne sois obligé d'apprendre cela par la voie la plus difficile, dit Tonks. Les metamorphmagi sont vraiment très rares. Leur don est inné, pas acquis.

La plupart des magiciens ont besoin d' une baguette ou d'une potion pour changer d'apparence. mais dépêchons-nous Harry. Nous sommes supposé faire tes bagages, ajouta-t-elle d'un air coupable en regardant toutes les affaires sur le sol.

- Oh. Oui, répondit Harry qui ramassa encore quelques livres qui traînaient par terre.

- Ne sois pas stupide. On ira beaucoup plus vite si je .Paquetage ! cria Tonks en faisant tournoyer sa baguette en un mouvement de balayage du plancher.

Les livres, les vêtements, le télescope et les horoscopes se rassemblèrent tous en l'air et se jetèrent pêle-mêle dans la malle.

- Ce n'est pas très bien rangé, dit Tonks, enjambant la malle et regardant le fouillis qu'elle contenait. Ma mère avait attrapé le tour de main. Elle était capable de faire se ranger les choses correctement. Elle arrivait même à faire en sorte que les chaussettes se plient toute seule. Mais je n'ai jamais compris comment elle faisait. C'était une sorte de petit mouvement de baguette comme cela, dit-elle en agitant la sienne pleine d' espoir.

Une des chaussettes de Harry se tortilla faiblement et retomba dans le fouillis de la malle.

- Bon ! dis Tonks en refermant brutalement le couvercle. Au moins, tout est dedans. On pourrait aussi donner un petit coup de nettoyage ici.

Elle pointa sa baguette en direction de la cage d'Hedwige : Ordonatus !

dit-elle. Quelques plumes et excréments disparurent.

Bon.C'est un peu mieux. Je n'ai jamais vraiment été doué pour cette catégorie de charmes ménager. Bien.On a tout ? Le chaudron, le balai.Wahouuuu ! Un éclair de feu !

Ses yeux s'écarquillèrent quand elle vit le balai dans la main droite d' Harry. C'était sa fierté et sa joie, un cadeau de Sirius. Un balai dont les prouesse étaient reconnues de manière internationale.

- Et dire que je monte toujours sur un vieux comète 2.60, dit Tonks envieuse. Ta baguette est dans ton jean ? Tes fesses sont intactes ? Ok, allons-y ! LOCOMOTOR

RES !

La malle d'Harry s'éleva de quelques centimètres. Tenant sa baguette d'une main à la manière d'un chef d'orchestre et la cage d'Hedwige de l'autre, Tonks fit planer la malle à travers la pièce et lui fit passer la porte devant eux. Harry descendit les escaliers derrière elle en portant son balai. De retour dans la cuisine, il constatèrent que Maugrey avait remis son oeil en place. Il tournoyait si vite après son nettoyage, qu'Harry en eut le mal de mer en le regardant. Kingsley Shacklebolt et Sturgis Podmore étaient en train d'examiner le micro-onde et Hestia Jones riait en regardant un couteau à éplucher les légumes qu'elle avait déniché en farfouillant dans les tiroirs. Lupin était en train de sceller une lettre adressée aux Dursley.

- Excellent ! dit Lupin, en relevant les yeux vers Harry et Tonks qui entraient. Il nous reste encore une minute je pense. Nous devrions sans doute sortir dans le jardin et nous tenir prêts. Harry. Je laisse une lettre pour que ton oncle et ta tante ne s'inquiètent pas et leur dire.

- Ca ne leur arrivera pas dit Harry.

- .Que tu es en bonne santé.

- Alors ça ! Ca va les déprimer !

- .et que tu les reverras l'été prochain.

- Je suis obligé ?

Lupin sourit mais ne répondit pas.

- Viens par ici mon garçon, lui dit Maugrey d'un ton bourru avec un signe de la main. Il faut que je t'illusionne.

- Vous devez faire quoi ? demanda Harry nerveusement.

- Le sort Illusion, reprit Maugrey en levant sa baguette. Lupin dit que tu as une cape d'invisibilité mais elle ne restera pas accroché à tes épaules pendant tout le vol. Mon sort va te dissimuler bien plus efficacement. Viens ici.

Il lui donna un coup sec avec sa baguette sur le sommet du crâne et Harry ressentit un curieuse sensation. C'était comme si Maugrey venait de lui écraser un ouf sur la tête. Il avait l'impression que des filets froids descendaient le long de son corps à partir de l'endroit où la baguette avait frappé.

- Pas mal Fol Oeil ! s'exclama Tonks en regardant Harry au niveau de l'estomac.

Harry se regarda, ou plutôt tenta de se regarder. Mais il ne voyait plus rien. Il n'était pas invisible. Il prenait simplement l'exact couleur et l' exact texture de la cuisine derrière lui.

Il était devenu un caméléon humain.

- Allez ! dit Maugrey, en déverrouillant la porte arrière avec sa baguette.

Ils se retrouvèrent tous sur la pelouse magnifiquement entretenue de l'oncle Vernon.

- Belle nuit, grogna Maugrey, son oeil magique scannant le ciel. Il y aurait pu avoir un peu plus de nuages quand même. Bon, toi ! aboya-t-il à Harry. Nous allons voler en formation serré. Tonks serra juste devant toi. Reste près d'elle. Lupin te protégera par en dessous. Moi, je serai juste derrière toi. Les autres décriront des cercles autour de nous. On ne rompt la formation en aucun cas. C'est clair ? Si l'un d'entre nous est tué.

- Ca peut arriver ? demanda Harry avec appréhension. Mais Maugrey ignora sa question.

- .Si l'un d'entre nous est tué, les autres continuent de voler.

Personne ne s'arrêtent. On ne rompt pas la formation. Si jamais nous sommes tous capturé et que tu t'en tires Harry, l'arrière garde se tient prête à prendre la suite. Garde le cap vers l'est et elle te rattrapera.

- Ne soyez pas aussi plein d'optimisme Maugrey. Sinon il va croire que nous ne sommes pas sérieux, dit Tonks en arrimant la malle de Harry et la cage d'Hedwige sous son balai.

- Je lui explique juste le plan, grommela Maugrey. Notre mission est de l'emmener sain et sauf au quartier général. Et si nous mourrons pendant le vol.

- Mais personne ne va mourir ! dit Kingsley Shacklebolt de sa voix calme et profonde.

- Tous sur vos balais ! Voilà le premier signal ! s'écria Lupin, en montrant le ciel du doigt.

Loin au-dessus d'eux, une gerbe d'étincelles rouge vif s'était allumée au milieu des étoiles. Harry reconnut tout de suite ce signal comme provenant d 'une baguette. Il enjamba son éclair de feu et agrippa son manche. Il le sentit vibrer légèrement comme s'il était aussi impatient que lui de s'élever dans les airs.

- Deuxième signal ! On y va ! Cria Lupin , alors qu'une gerbe d' étincelles vertes explosait au-dessus d'eux.

Harry donna un coup de pied par terre et s'élança dans les airs. La fraîcheur de la nuit s'engouffra dans ses cheveux alors que le bel ordonnancement des jardins de Privet Drive disparaissait dans un patchwork de carrés aux couleurs vert foncé et noir.

Le soucis de son audition au ministère était comme balayé de son esprit par le vent qui lui sifflait aux oreilles. Il sentait que son cour allait exploser de plaisir. Il volait enfin, s'échappant de Privet Drive comme il en avait rêvé tout l'été. Il rentrait chez lui.Et dans ce moment de joie, tous ses sujets de préoccupations semblaient peu de chose dans l'infini du ciel étoeilé.

- Virage à gauche ! Virage à gauche ! Il y a un moldu qui lève les yeux vers nous !

Tonks fit une embardée, suivie de près par Harry, qui surveillait sa malle qui se balançait violemment sous son balai.

- On a besoin de plus de hauteur ! Montons de 500 mètres.

Les yeux de Harry s'emplirent de larmes à cause du froid, alors qu'ils prenaient de l'altitude. Il ne voyait plus rien d'autre en bas que des têtes d'épingles lumineuses qui devaient être les réverbères et les phares des voitures. Deux de ces points auraient pu être ceux de la voiture de l'oncle Vernon. Les Dursley étaient sûrement sur le chemin du retour vers leur maison qui était vide maintenant, furieux sans doute que le fameux concours n'existe pas. Harry éclata d'un rire sonore à cette idée qui fut couvert par les claquements des robes de sorciers des autres, les craquements du harnais qui entourait sa malle et la cage d'Hedwige et du sifflement de l'air à leurs oreilles, alors qu'il accéléraient. Il ne s'était pas senti aussi vivant et aussi heureux depuis un mois.

- Cap au Sud, cria Maugrey. Ville en vue !

Il virèrent à droite pour éviter de passer au dessus de la toeile d'araignée scintillante que formait la ville en dessous.

- Cap au sud-est et continuez à prendre de l'altitude. Epais manteau nuageux droit devant dans lequel on peut se perdre ! cria Maugrey.

- On va pas traverser les nuages ! cria Tonks en colère. Sinon on va être trempé Maugrey.

Harry était soulagé de l'entendre dire ça. Ses mains s'engourdissaient sur le manche de son éclair de feu à cause du froid. Il regrettait de ne pas avoir pensé à mettre un manteau. Il frissonnait.

Ils poursuivirent leur navigation en fonction des instructions que Maugrey leur donnait.

Harry plissait les yeux pour les protéger du vent glacial qui commençait à lui arracher les oreilles. Il ne se rappelait avoir eu aussi froid sur un balai qu'une seule fois, en troisième année pendant un match de Quidditch contre Poufsouffle, qui n'avait pu avoir lieu que pendant un orage. Le reste de la garde continuait à décrire des cercles autour d'eux, tel un vol d'oiseaux de proie. Harry avait perdu la notion du temps. Il se demandait depuis combien de temps il volait ainsi. Une heure peut-être ?

- Virement sud-ouest, hurla Maugrey. Nous devons éviter l'autoroute.

Maintenant Harry grelottait tellement, qu'il pensait sans arrêt à l'intérieur chaud et sec des voitures circulant au-dessous et de façon encore plus marqué aux déplacements grâce à la poudre de cheminette. Arriver dans des cheminées peut avoir quelques désagréments mais au moins, on a toujours chaud dans les flammes. Kingsley Shacklebolt descendit en piqué vers lui. Sa tête chauve et son anneau d'or luisaient faiblement dans le clair de lune.

Maintenant Evelyne Vance se trouvait à sa droite, sa baguette sortie, les yeux scrutant le ciel de droite et de gauche. Elle aussi fit une descente en piqué et laissa sa place à Sturgis Podmore.

- On devrait faire demi-tour quelques instants ! Juste pour nous assurer qu'on n'est pas suivi, cria Maugrey.

- Etes-vous fou Fol Oeil ? cria Tonks à l'avant. Nous sommes tous ;congelés sur nos balais. Si on rallonge encore le chemin, on n'arrivera pas avant la semaine prochaine. De toute façon, on est presque arrivé !

- Procédure de descente ! annonça Lupin.

- Suis bien Tonks, Harry !

Harry suivit Tonks dans sa descente. Ils se dirigeaient vers une ville. C'était le plus grand ensemble de lumières qu'il n'ait jamais vu. L'énorme masse était sillonnée de lignes brillantes, entrecoupées de carrés d'obscurité. Plus ils descendaient, et plus Harry arrivait à distinguer les phares des voitures, les cheminées des maisons et les antennes de télé sur les toits. Il était impatient d'atteindre le sol mais il était sûr qu'il aurait besoin d'aide pour se décoller de son balai.

- On atterrit ! annonça Tonks. Et quelques secondes plus tard, elle se posa.

Harry atterrit derrière elle et descendit de son balai sur un carré de pelouse mal entretenue au milieu d'un petit square. Tonks s'occupait déjà de décharger la malle de Harry. Tremblant, Harry regardait autour de lui les façades sinistres des maisons aux alentours qui n'étaient pas accueillantes. Plusieurs d'entre elles avaient des fenêtres cassées, luisants tristement dans la lumière des réverbères. La peinture s'écaillait de plusieurs portes et des tas d'ordures s'amoncelaient devant les perrons des maisons.

- Où sommes-nous ? demanda Harry. Mais Lupin l'interrompit calmement.

- Une minute.

Maugrey était en train de fourrageait dans ses poches. Ses mains noueuses rendues maladroites par le froid.

- Je l'ai ! murmura-t-il en brandissant une sorte de briquet en argent et en l'allumant.

Le plus proche réverbère s'éteignit avec un pop sonore. Il fit jouer à nouveau son éteignoir. Le réverbère suivant s'éteignit aussi. Il continua ainsi jusqu'à ce que tous les réverbère du square soient éteints et, que la seule source de lumière soit celle provenant de derrière les rideaux des fenêtres et celle de la lune.

- Je l'ai emprunté à Dumbledore, grommela Maugrey en le rangeant dans sa poche. Ca nous mettra à l'abri des regards moldus. Maintenant dépêche toi.

Il prit Harry par le bras et lui fit traverser la rue pour le conduire sur le trottoir en face.

Lupin et Tonks suivaient, portant à deux la malle de Harry. Le reste de la garde, toutes baguettes dehors, protégeaient leurs flancs. Le son étouffé d'un chaîne Hi fi leur parvenait à travers une fenêtre au premier étage de la maison suivante. Une odeur âcre d'ordures

pourrissantes provenait d'une pile de sacs poubelle qui s'entassaient devant un portillon cassé.

- C'est ici ! marmonna Maugrey.

Glissant un petit morceau de parchemin dans la main d'Harry et rapprochant le bout lumineux de sa baguette pour éclairer le texte, il dit à Harry :

- Lis rapidement et mémorise ça.

Harry baissa les yeux vers le parchemin. La fine écriture lui était vaguement familière.

Elle disait : Le quartier général de l'Ordre du Phénix se trouve au 12 place Grimmauld.

Londres.

Chapitre 4 : 12, place Grimmauld

C'est quoi l'Ordre du., commença Harry.

Pas ici mon garçon, grogna Maugrey. Attends d'être à l'intérieur. Il reprit le bout de parchemin à Harry et l'enflamma avec sa baguette magique. Pendant que le message partait en fumée et se répandait en cendres sur le sol, Harry regarda les maisons alentours. Ils s'étaient arrêtés devant le numéro 11 à gauche duquel il aperçut le numéro 10 et à droite duquel il vit le numéro 13.

Mais où ?

Concentre toi sur ce que tu viens d'apprendre, dit calmement Lupin.

Harry se concentra, et, au moment où il pensa au 12, place Grimmauld, une porte délabrée apparut entre les numéros 11 et 13, rapidement suivie par des murs sales et des fenêtres sinistres. C'était comme si une maison supplémentaire venait de faire sa place en écartant les deux autres. La stéréo du numéro 11 émettait un bruit mat.

Apparemment les moldus n'avaient rien senti.

Allez viens ! Dépêche toi grogna Maugrey en poussant Harry dans le dos.

Harry monta les marches de pierre usées, regardant avec attention la porte qui venait d'apparaître. Sa peinture noire était défraîchie et rayée. Le marteau de porte en argent avait la forme d'un serpent enroulé sur lui-même. Il n'y avait ni serrure ni boîte aux lettres. Lupin sortit sa baguette et en frappa la porte une fois. Harry entendit plusieurs cliquetis métalliques, qui faisaient penser un peu à la dégringolade d'une chaîne. La porte s'ouvrit dans un craquement.

Dépêche-toi d'entrer Harry ! murmura Lupin. Mais ne va pas trop loin à l'intérieur et ne touche à rien.

Harry passa le seuil de la porte et se retrouva dans l'obscurité presque totale de l'entrée.

Ca sentait l'humidité, la poussière et il flottait dans l'air une odeur de légère pourriture.

L'endroit donnait la sensation d'être totalement abandonné. Il regarda en arrière pardessus son épaule et vit que les autres l'avaient suivi, Lupin et Tonks portant sa malle et la cage d'Hedwige. Maugrey était resté sur la dernière marche pour relâcher les boules de lumière que l'éteignoir avait capturé. Elles rejoignirent leurs ampoules respectives et le square s'éclaira momentanément d'une lumière orange avant que Maugrey ne rentre, clopin-clopant, et referme la porte derrière lui, plongeant ainsi le couloir dans la plus totale obscurité.

Ici.

Il frappa la tête d'Harry d'un coup sec avec sa baguette. Harry sentit quelque chose de chaud dégouliner le long de son dos et comprit que le charme d'illusion avait été levé.

Maintenant plus personne ne bouge. Je vais donner un peu de lumière, dit Maugrey.

Les murmures des autres donnaient un mauvais pressentiment à Harry. C'était comme s'ils venaient d'entrer dans la maison d'un mourant. Il entendit un doux sifflement et de vieux becs à gaz démodés se réanimèrent le long des murs, projetant une lumière hésitante sur le papier peint décollé et le tapis élimé d'un long couloir triste, au milieu duquel un chandelier recouvert de toeiles d'araignée éclairait faiblement une galerie de portraits accrochés aux murs et noircie par le temps. Harry entendit quelque chose détaler derrière une plinthe. Le chandelier et le candélabre qui se trouvaient sur une table branlante à côté, étaient en forme de serpent. Il y eut des pas précipités et madame Weasley, la mère de Ron, apparut dans l'encadrement d'une porte à l'autre bout du couloir. Elle se précipita vers lui pour l'accueillir et Harry remarqua qu'elle était plus maigre et plus pâle que la dernière fois qu'il l'avait vu.

Oh Harry ! C'est merveilleux de te voir, murmura-t-elle dans une étreinte à lui briser les côtes avant de le prendre par la main et de l'examiner sous toutes les coutures.Tu as l'air pâlot. Mais j'ai peur que tu ne doives attendre encore un peu avant de dîner.

Elle se retourna vers le groupe de magiciens derrière lui et chuchota : Il vient d'arriver !

La réunion commence.

Les magiciens derrière Harry se mirent tous à murmurer avec intérêt et le bousculèrent pour rejoindre la porte que Madame Weasley venait d'emprunter. Il s'apprêtait à suivre Lupin, mais Madame Weasley le retint.

Non Harry ! La réunion est réservée aux membres de l'ordre. Ron et Hermione t'attendent en haut. Vous allez rester ensemble jusqu'à la fin de la réunion. Ensuite, vous viendrez dîner. Et n'oublie pas parler à voix basse dans le couloir !

Pourquoi ?

Je ne veux pas qu'on réveille quelque chose.

Qu'est-ce que vous.

Je t'expliquerai plus tard. Je dois me dépêcher. Je suis supposée assister à la réunion. Je te montre juste où tu dors.

Pressant son doigt sur ses lèvres, elle lui fit dépasser sur la pointe des pieds une paire de longs rideaux troués par les mites qui, supposait Harry, devait cacher une autre porte Après être passé à côté d'un gros porte parapluie, qui semblait avoir été fabriqué avec des jambes de troll, ils entamèrent la montée de l'escalier sombre, passant devant une rangée de têtes réduites accrochées aux murs. En se rapprochant, Harry remarqua qu'il s'agissait de têtes d'elfes de maison. Ils avaient tous le même faciès caractéristique. Le désarroi d'Harry grandissait à chacun de ses pas. Que diable faisaient-ils dans une maison qu'on aurait dit avoir appartenu au plus noir des magiciens.

Madame Weasley, pourquoi .

Ron et Hermione vont tout t'expliquer, mon chéri. Il faut vraiment que j'y aille, dit madame Weasley distraitement. Ici - il venait d'atteindre le deuxième palier - tu as la chambre de droite. Je t'appellerai quand ce sera fini.

Et elle se dépêcha de redescendre l'escalier. Harry traversa le coquet palier, tourna la poignée de la porte de la chambre, qui avait la forme d'une tête de serpent, et poussa sur la porte. Il eut la vision fugitive d'une chambre à lits jumeaux, dont l'atmosphère lui semblait mélancolique et qui était très haute de plafond. Il entendit ensuite une sorte de hululement aigu suivi d'un cri de joie et, sa vue fut complètement bouchée par une chevelure ébouriffée. Hermione s'était précipitée sur lui et l'étreignait à l'étouffer pendant que le petit hibou de Ron, Coq, tournait comme un fou autour de leurs têtes.

Harry ! Ron , il est là ! Harry est là ! Nous ne t'avons pas entendu arriver ! Oh.

Comment vas-tu ? Tu te sens bien ? Tu as dû être en colère contre nous je parie. Je savais que nos lettres étaient vides de sens, mais on ne pouvait rien te dire. Dumbledore nous a fait jurer de nous taire ! On a tellement de choses à te raconter ! Et toi aussi ! Les détraqueurs. Quand on a appris. Et en plus cette audition au ministère ! C'est trop injuste ! J'ai vérifié tous les textes. Ils ne peuvent pas te renvoyer. Ils ne peuvent pas ! Il y a un article dans le décret de restriction de l'usage de la magie pour les sorciers de premier cycle qui autorise l'usage de la magie en cas de force majeure.

Laisse-le respirer Hermione, dit Ron en souriant à belles dents et en fermant la porte derrière Harry.

Il semblait avoir prit quelques centimètres en hauteur, pendant leur mois de séparation, ce qui le faisait paraître plus grand et plus maigre que jamais. Mais son long nez, ses cheveux oranges et ses tâches de rousseur étaient toujours les mêmes. Encore rayonnante, Hermione lâcha Harry. Mais avant d'avoir pu ajouter un mot, il y eut un mouvement dans l'air, et quelque chose de blanc s'éleva du haut d'une armoire sombre pour atterrir doucement sur l'épaule d'Harry.

Hedwige !

La chouette, d'un blanc neigeux, mordilla son oreille en signe d'affection et Harry la caressa.

Elle va très bien, dit Ron. Elle nous a donné des coups de bec presque jusqu'au sang en nous apportant tes lettres ! Regarde !

Il montra à Harry l'index de sa main droite sur lequel on voyait une coupure nette à moitié cicatrisée.

Ah. Oui, dit Harry. Désolé. Mais je voulais des réponses, vous savez.

Mais nous, on voulait bien te les donner ! Hermione était inquiète. Elle n'arrêtait pas de dire que tu allais faire une bêtise si tu restais coincé sans nouvelles. Mais Dumbledore nous avait . .interdit de me dire quoique ce soit ! dit Harry. Je sais Hermione vient d'en parler.

La joie qu'avait ressentie Harry en voyant ses deux amis cédait la place à une sensation douloureuse dans l'estomac. A ce moment précis, bien qu'il ait désespéré pendant un mois de les revoir, il aurait préféré que Ron et Hermione le laisse seul. Il y eut un silence lourd pendant lequel Harry se contenta de continuer à caresser Hedwige sans un regard pour ses amis.

Il semblait vraiment convaincu que c'était la meilleure solution, reprit Hermione d'une voix blanche. Dumbledore, je veux dire.

Bon, dit Harry.

Il remarqua que les mains d'Hermione aussi portaient des marques de coups de bec d'Hedwige et il revint à de meilleurs sentiments.

Je crois qu'il pensait que tu serais plus en sécurité chez les moldus, commença Ron.

Ah oui ? dit Harry en levant les sourcils. Lequel d'entre-vous s'est fait attaquer par des détraqueurs cet été ?

Ben. Personne. Mais c'est aussi pour cette raison qu'il avait attaché quelqu'un de l'Ordre du Phénix à ta surveillance tous les jours.

Harry sentit comme un coup qu'on lui aurait donné à l'estomac. Comme s'il avait raté une marche dans l'escalier. Alors comme ça tout le monde sauf lui savait qu'il était suivi.

Belle réussite, n'est-ce pas ? dit Harry, gardant son calme avec difficulté. Il fallait bien que j'en arrive à m'occuper de moi, après tout.

Il s'est mis dans une telle colère, dit Hermione d'une voix intimidée.

Dumbledore. On l'a vu. Quand il a découvert que Mundungus était parti avant son heure. Il était terrifiant !

Oui et bien je suis content qu'il soit parti avant son heure, dit froidement Harry. Sinon je n'aurai pas pu utiliser la magie et Dumbledore m'aurait probablement laissé moisir à Privet Drive tout l'été.

Tu n'as. Tu n'as pas peur de l'audition au ministère ? demanda Hermione.

Non, mentit Harry sur le ton du défi.

Il s'éloigna d'eux en regardant la pièce, Hedwige confortablement nichée sur son épaule.

Mais à la réflexion, cette chambre ne lui plaisait pas. Elle était humide et sombre. Une bande blanche de dentelle autour d'un cadre était le seul décor qui combattait la nudité des murs décrépits de la pièce et, en passant devant, Harry crut entendre quelqu'un, tapi dans l'ombre, se mettre à rire doucement.

Alors pourquoi Dumbledore avait-il si envie de me garder au frais, demanda Harry en essayant de garder une voix calme. Ca ne vous est pas venu à l'idée de lui demander ?

Il leva les yeux juste à temps pour surprendre le regard que Ron et Hermione s'échangèrent et qui signifiait qu'ils s'attendaient à ses réactions. Il ne fit aucun effort pour se calmer.

On a dit à Dumbledore qu'on voulait te mettre au courant, dit Ron. On l'a vraiment fait

! Mais il est vraiment très occupé maintenant. On ne l'a aperçu que deux fois depuis qu'on est ici et il avait l'air pressé. Il nous a juste fait jurer de ne rien aborder d'important dans nos lettres. Il a ajouté que nos hiboux pouvaient être interceptés.

Il aurait pu m'informer s'il avait voulu, dit Harry. Ne me dites pas qu'il ne connaît pas d'autres moyens d'envoyer des messages.

Hermione regarda Ron.

J'y ai pensé. Mais il voulait que tu ne saches absolument rien.

Il n'a peut-être pas confiance en moi, dit Harry guettant une réaction.

Ne sois pas bouché, dit Ron, d'un air déconcerté.

Ou alors je suis incapable de prendre soin de moi.

Mais bien sûr que non, intervint Hermione avec anxiété.

Alors comment se fait-il que je devais rester coincé chez les Dursley alors que vous deux, vous aviez le droit de participer à tout ce qui se passe ici ? dit Harry en martelant chacun de ses mots. Comment se fait-il que vous aviez le droit de savoir tout ce qu'il se passe ?

Mais on n'a pas eu le droit ! le coupa Ron. Maman nous tient éloignés ! Elle dit que nous sommes trop jeunes !

Sans s'en rendre compte, Harry s'était mis à hurler.

ALORS COMME CA VOUS N'AVEZ PAS ASSISTE AUX REUNIONS ! LA BELLE AFFAIRE ! VOUS AVEZ BIEN ETE INVITES ICI, NON ? VOUS ETES

RESTES ENSEMBLE ! MOI, J'AI ETE COINCE CHEZ LES DURSLEY

PENDANT UN MOIS ET J'EN AI BAVE PLUS QUE VOUS DEUX REUNIS ET

DUMBLEDORE LE SAIT BIEN !

QUI A MIS EN SECURITE LA PIERRE PHILOSOPHALE ? QUI A RESOLU

L'ENIGME ? QUI A SAUVE VOTRE PEAU FACE AUX DETRAQUEURS ?

Chaque pensée amère et pleine de ressentiment qu'il avait eu le mois passé était en train de le quitter. Sa frustration, dûE à l'absence de nouvelles, sa peine de savoir Ron et Hermione ensemble mais sans lui, sa fureur d'être suivi sans avoir été prévenu et tous les autres sentiments dont il avait à moitié honte, explosèrent. Hedwige eut peur des cris de Harry et s'envola pour aller trouver refuge en haut de l'armoire. Coq gazouilla d'un ton alarmé et accéléra encore plus sa course folle autour de leurs têtes.

QUI A MAITRISE LE DRAGON ET LE SPHINX ET TOUTES LES AUTRES

CREATURES NAUSEABONDES L'ANNEE DERNIERE ? QUI L'A VU

REVENIR ? QUI LUI A ECHAPPE ? MOI

!

Ron en avait la bouche ouverte, abasourdi, ne sachant quoi dire, pendant qu'Hermione le regardait, les larmes aux yeux.

MAIS POURQUOI DEVRAIS-JE SAVOIR CE QU'IL SE PASSE ? HEIN !

POURQUOI QUI QUE CE SOIT DEVRAIT S'INQUIÉTER DE M'EN

INFORMER ?

Harry.On voulait te le dire ! On voulait vraiment, commença Hermione.

SI TU AVAIS VRAIMENT VOULU, TU M'AURAIS ENVOYÉ UN HIBOU ! MAIS

BIEN SUR DUMBLEDORE T'A FAIT JURER.

Oui, c'est vrai.

PENDANT QUATRE SEMAINES, J'ETAIS COINCE A PRIVET DRIVE !

OBLIGE DE FOUILLER LES POUBELLES A LA RECHERCHE DU MOINDRE

INDICE.

On voulait.

CE QUE VOUS VOULIEZ C'ETAIT DE VOUS PAYER DU BON TEMPS .

Non, honnêtement.

Harry, on est vraiment désolé, cria Hermione au désespoir, les yeux inondés de larmes.

Mais je te comprends, Harry, j'aurai été aussi furieuse à ta place.

Harry la regarda encore haletant puis leur tourna le dos et se mit à tourner en rond.

Hedwige hulula d'un air sombre du haut de son armoire. Il y eut un long silence, interrompue seulement par les craquements lugubres de lames de plancher sous les pas d'Harry.

Bon, où est-ce qu'on est ? demanda hargneusement Harry.

C'est le quartier général de l'Ordre du Phénix, répondit vivement Ron.

Est-ce que quelqu'un va enfin prendre le temps de m'expliquer ce qu'est l'Ordre du Phénix ?

C'est une société secrète, répondit rapidement Hermione. Dumbledore la préside. Il l'a fondé. Elle rassemble les gens qui ont combattu tu-sais-qui la dernière fois.

De qui s'agit-il, demanda Harry en arrêtant de tourner en rond, les mains toujours dans les poches ?

Un certain nombre.

On en a rencontré 20, la coupa Ron, mais on pense qu'il y en a beaucoup plus.

Harry les regarda.

Et ? demanda-t-il.

Heu.dit Ron. Et quoi ?

Voldemort ! demanda Harry avec fureur.

Ron et Hermione firent une grimace.

Que fait-il ? Où est-ce qu'il est ? Que devons-nous faire pour l'arrêter ?

On te l'a déjà dit. L'ordre ne nous accepte pas dans ses réunions, dit nerveusement Hermione. Donc on ne connaît pas les détails mais on a une idée générale, ajouta-t-elle rapidement en voyant l'expression d'Harry.

Fred et Georges ont inventé les oreilles extensibles. Attends ! dit Ron, c'est génial.

Extensibles ?

Et oui ! Seulement on a été obligé d'arrêter de s'en servir parce que ma mère les a trouvées et est devenue folle de rage. Fred et Georges ont dû les cacher pour éviter que maman ne les mette à la poubelle. Mais on a pu s'en servir un peu avant que maman ne les découvre. On a apprit que certains membres de l'ordre surveillent des mangemorts connus en les gardent tout le temps à l'oeil.

D'autres travaillent à recruter de nouveaux membres pour l'Ordre.

Et un troisième groupe monte la garde devant quelque chose, ajouta Ron. Ils sont sans arrêt en train de se raconter leur tours de garde.

Ca ne serait pas moi dont ils seraient en train de parler ? dit Harry d'un ton sarcastique.

Mais bien sûr ! dit Ron avec un début de compréhension dans le regard.

Harry grogna et se remit à faire les cent pas en regardant tout sauf Ron et Hermione.

Mais alors qu'est-ce que vous avez fait tous les deux si vous n'étiez pas aux réunions ?

demanda-t-il. Vous disiez que vous étiez très occupés.

On a.dit Hermione rapidement. On a décontaminé cette maison. Elle est vide depuis des siècles, mais il y a des choses qui s'y reproduisent On a réussi à nettoyer complètement la cuisine, la plupart des chambres et je pense qu'on fera la galerie de réception dem.Ahhhhhhhh !

Dans deux forts craquements, Fred et Georges, les deux frères jumeaux de Ron, apparurent dans un nuage de fumée au milieu de la pièce. Coq gazouilla plus fort que jamais et fonça se réfugier près d'Hedwige, sur le haut de l'armoire.

Arrêtez de faire ça ! dit Hermione dans un souffle aux deux jumeaux, qui étaient aussi désespérément roux que Ron, bien que plus calmes et moins grands que lui.

Salut Harry, dit Georges content de le voir. On se disait bien qu'on avait cru entendre ta douce voix.

Allez ! Tu ne vas pas passer ta colère comme ça Harry ! Fais-la sortir, dit Fred aussi rieur que son frère. Il doit bien rester une douzaine de personnes à 50 kilomètres à la ronde qui ne t'ont pas entendu.

Vous avez réussi à passer votre permis de transplaner ? demanda Harry d'un ton maussade.

Avec mention ! dit Fred, qui tenait quelque chose qui ressemblait à une longue corde couleur chair.

Ca ne vous aurait pas pris plus de 30 secondes de venir par l'escalier, dit Ron.

Le temps c'est de l'argent, petit frère, dit Fred. De toute façon, Harry, tu crée des interférences sonores. Les oreilles extensibles. ajouta-t-il en réponse au regard interrogateur d'Harry vers la longue corde couleur chair qui maintenant était en train de s'allonger en direction du palier. On essaye de capter les conversations du dessous.

Faites attention, dit Ron en regardant l'oreille. Si maman tombe encore sur l'une d'elles.

Oh ! Ca vaut le coup de courir le risque. C'est une réunion très importante qu'ils sont en train de tenir.

La porte s'ouvrit et une longue crinière de cheveux roux apparut.

Oh, bonjour Harry, dit Ginny d'une voix claire. Je pensais bien avoir entendu ta voix.

Se retournant vers Fred et Georges, elle ajouta.

Ca ne sert à rien d'essayer d'utiliser vos oreilles extensibles, maman est partie jeter un sort d'IMPERTUBATION pour rendre impénétrable la porte de la cuisine.

Comment tu sais ça ? demanda Georges déconfit.

Tonks m'a appris comment le découvrir, dit Ginny. Il suffit de lancer n'importe quoi sur la porte, et si l'objet ne peut pas la toucher, c'est que la porte a été ensorcelée. Je lui ai lancé des Bombabouses depuis le haut de l'escalier et elles n'ont pas touché la porte.

Donc aucune chance pour que vos oreilles extensibles ne captent le moindre bruit.

Fred poussa un profond soupir.

Quel dommage ! Je me faisais une joie d'entendre ce que le vieux Rogue est sur le point de faire.

Rogue ! s'exclama Harry. Il est là !

Oui, répondit Georges, fermant avec précaution la porte en s'asseyant sur un des lits, imité en cela par Fred et Ginny. Il leur fait un compte-rendu top secret.

Il est stupide, dit Fred paresseusement.

Il est de notre côté maintenant, dit Hermione d'un air réprobateur.

Ron grogna.

Ca n'est pas ça qui va le faire arrêter d'être stupide, vu la façon qu'il a de nous dévisager quand il nous regarde.

Bill ne l'aime pas non plus, dit Ginny, comme si cela clôturait le débat.

Harry n'était pas sûr de ne plus être en colère, mais sa soif d'informations prenait le pas sur son envie de crier. Il s'allongea sur le second lit.

Est-ce que Bill est là ? demanda Harry, je pensais qu'il travaillait en Egypte.

Il a postulé à un nouvel emploi dans un bureau, pour pouvoir rentrer à la maison et aider l'Ordre.

Il dit que les tombeaux lui manquent mais, dit Fred en souriant de manière amusée, qu'il y a des compensations.

Mais qu'est-ce que tu veux dire ?

Tu te souviens de Fleur Delacourt ? Elle s'est faite embaucher chez Gringotts pour ameulioreu sa prononciation.

Et Bill a commencé à lui donner des leçons privées, ricana Fred.

Charlie aussi fait partie de l'ordre, dit Georges, mais il est toujours en Roumanie.

Dumbledore veut intégrer le plus possible de sorciers étrangers.

Charlie essaye donc de nouer de nouveaux contacts pendant ses congés.

Est-ce que Percy ne pourrait pas le faire aussi ? demanda Harry.

La dernière fois qu'il en avait entendu parler, le troisième Weasley travaillait au département de la coopération magique internationale au ministère de la magie. La question d'Harry provoqua un échange de regards lourds de signification entre les Weasley et Hermione.

Quoi que tu fasses, ne mentionne plus le nom de Percy devant maman et papa, dit Ron d'une voix tendue.

Pourquoi ?

Parce qu'à chaque fois qu'on parle de Percy, papa casse tout ce qu'il a entre les mains et maman commence à pleurer, dit Fred.

C'était affreux, dit Ginny tristement.

Je pense qu'on est mieux loin de lui, dit Georges avec une expression affreuse qui ne lui ressemblait pas.

Percy et papa se sont engueulés, dit Fred. Je n'avais jamais vu papa se disputer sur ce ton là avec quelqu'un. Normalement, c'est maman qui crie.

Ca s'est passé la première semaine après la fin de l'année scolaire, dit Ron. Nous nous apprêtions à rejoindre l'Ordre. Percy est rentré à la maison et nous a annoncé qu'il avait eu une promotion.

Tu plaisantes ? demanda Harry.

Bien qu'il savait parfaitement que Percy était très ambitieux, Harry avait eu l'impression qu'il n'avait guère brillé dans son premier poste au ministère de la magie. Percy n'avait pas été assez malin pour remarquer que son patron était contrôlé par Lord Voldemort (le ministère non plus ne l'aurait pas cru, ils pensaient tous que Monsieur Croupton était devenu fou).

- Oui, on a tous été surpris, reprit Georges, parce que Percy avait l'air de beaucoup s'inquiéter au sujet de Croupton. Il y a eu une enquête et tout ça.

Ils ont dit que Percy aurait dû se rendre compte que Croupton perdait les pédales et ils ont ajouté qu'il aurait dû en référer à un supérieur. Mais vous connaissez Percy.

Croupton lui fichait la paix. Il n'avait donc aucune raison de se plaindre.

- Alors comment se fait-il qu'ils l'aient promu ?

- C'est exactement la question qu'on s'est posé, dit Ron qui semblait vouloir maintenir le ton normal de la conversation maintenant que Harry avait cessé de crier.

Il est rentré à la maison très satisfait de lui-même, encore plus que d'habitude, si vous pouvez imaginer ça ; et il a dit à papa qu'on lui avait offert un poste au bureau même du ministre. Un excellent poste pour un jeune diplômé de Poudlard : Assistant Junior du ministre de la magie. Il s'attendait à ce que papa soit impressionné, je pense.

- Seulement papa ne l'a pas été du tout, dit Fred d'un ton sinistre.

- Et pourquoi ? demanda Harry.

- Apparemment, Fudge a fait une descente dans tous ses services pour s'assurer que personne n'avait de contacts d'aucune sorte avec Dumbledore, dit Georges.

- Au ministère, ces jours-ci, le nom de Dumbledore est considéré comme de la crotte !

- Ils sont tous convaincus qu'il veut semer la panique en disant que vous savez qui est de retour.

- Papa dit que Fudge a pris ses dispositions pour virer du ministère quiconque se rallierait à Dumbledore. Le problème c'est que Fudge soupçonne papa. Il sait qu'il est un ami de Dumbledore. En plus, il a toujours considéré papa comme un peu fou à cause de son obsession pour les objets moldus.

- Mais quel rapport avec Percy ? demanda Harry, un peu perdu.

- J'y arrive. Papa estime que Fudge veut Percy dans son bureau pour pouvoir surveiller toute la famille et Dumbledore.

Harry siffla d'étonnement.

Je parie que Percy adorerait ça !

Ron se mit à rire d'un rire caverneux.

Il est devenu fou furieux. Il a dit. Il a dit des choses terribles. Il a ditqu'il avait été toujours obligé de se battre contre la mauvaise réputation de papa depuis qu'il était rentré au ministère. Que papa n'avait aucune ambition et que c'était à cause de ça qu'on n'avait jamais eu beaucoup d'argent à la maison.

Quoi ? dit Harry qui n'en revenait pas.

Ginny émit un feulement à la manière d'un chat à qui on a marché sur la queue.

Je sais, dit Ron à voix basse. Et ça a été pire. Il a dit que c'était idiot de la part de papa de se montrer avec Dumbledore. Que Dumbledore était la source de gros ennuis et que papa allait tomber avec lui. Et que lui, Percy, savait envers qui rester loyal : le ministre.

Et que si maman et papa devenaient des traîtres, il allait s'arranger pour que tout le monde sache qu'il ne faisait plus partie de notre famille. Il a fait ses bagages la même nuit et il est parti. Il s'est installé à Londres.

Harry transpirait. Il avait toujours moins aimé Percy que ses autres frères, mais il n'aurait jamais imaginé l'entendre dire de telles choses à monsieur Weasley. Maman est dans le même état, dit Ron tristement. Tu sais. Elle pleure et tout ça. Elle est allée à Londres pour essayer de parler à Percy, mais, il lui a claqué sa porte au nez. Je ne sais pas ce qu'il fera s'il croise papa au bureau. Je pense qu'il l'ignorera.

Mais Percy doit savoir que Voldemort est de retour, dit doucement Harry, il n'est pas idiot ! Il devrait comprendre que vos parents ne prendraient pas de risque s'ils n'avaient pas de preuves. Ah ! Tu viens de toucher le fond du problème. Percy a dit que la seule preuve, c'était ta parole et que ça n'était pas suffisant.

Percy prend très au sérieux la Gazette du Sorcière, dit Hermione d'un ton piquant.

Et tous les autres acquiescèrent.

Mais de quoi est-ce vous parlez ? dit Harry en les regardant les uns après les autres.

Ils le regardèrent avec prudence.

Tu n'as pas lu la Gazette du Sorcier ? demanda Hermione nerveusement Si, répondit Harry.

Et.Heu.Tu l'as lue en détail ?demanda-t-elle plus anxieuse encore.

Pas dans le détail, répondit Harry sur la défensive. S'ils avaient eu quelque chose à dire sur Voldemort, ils l'auraient dit dans les gros titres.

Les autres grimacèrent en l'entendant prononcer ce nom. Hermione se hâta de poursuivre.

Et bien, tu aurais dû le lire page par page pour t'en rendre compte, mais .heu.il t'ont mentionné deux ou trois fois par semaine.

Mais je l'aurais vu !

Pas si tu t'es contenté des gros titres, dit Hermione en hochant la tête. Je ne te parle pas des articles en première page. Ils t'ont juste glissé entre les lignes comme pour ne pas trop attirer l'attention.

Qu'est-ce que tu .

C'est assez mesquin en fait, dit Hermione avec un calme contenu. Ils ont bien réussi à reprendre le style de Rita.

Mais, elle ne travaille plus pour eux ?

Oh non ! Elle a tenu sa promesse. De toute façon, elle n'avait pas le choix, ajouta Hermione très satisfaite. Mais on retrouve ses méthodes dans ce qu'ils essayent de faire maintenant.

C'est-à-dire? demanda Harry impatiemment.

Bien.Tu te rappelles qu'elle a écrit que tu t'évanouissais sans arrêt et que tu te plaignais que ta cicatrice te faisait mal et tout ça?

Ouais, dit Harry qui n'était pas prêt d'oublier les rumeurs que Rita Skeeter avait fait courir sur lui.

Et bien, ils ont écrit que tu es quelqu'un qui se leurre de vaines espérances en réclamant l'attention de tout le monde et qui se croit un grand héros de tragédie. Ou quelque chose dans ce genre, ajouta Hermione très vite, comme si cela faisait moins de mal à Harry d'entendre ça très vite. Ils continuent à raconter des horreurs à ton sujet. Si quelque fait divers inexplicable se produit, ils ajoutent un commentaire du genre : une fable digne d'Harry Potter. Ou si quelqu'un a un accident étrange, ils terminent l'article en disant : espérons que cette personne ne s'est pas fait une cicatrice sur le front, sinon il devra rendre grâces à Harry Potter.

Mais je ne veux pas que qui que ce soit se mette à me vénérer ! s'exclama Harry Je le sais bien, dit Hermione à nouveau apeurée, je le sais, Harry. Mais ne comprends-tu pas ce qu'ils sont en train de faire ? Ils veulent te faire passer pour quelqu'un envers qui on ne peut pas avoir confiance. C'est une idée de Fudge ! J'en suis sûre. Je suis prête à parier n'importe quoi ! Ils veulent que tous les sorciers se fassent à l'idée que tu n'es qu'un stupide petit plaisantin qui raconte n'importe quoi pour qu'on s'intéresse à lui.

Mais je n'ai rien demandé ! Je ne veux pas ! Voldemort a tué mes parents, bredouilla Harry. Je suis devenu célèbre parce qu'il a tué toute ma famille sauf moi. Qui voudrait devenir célèbre dans ces conditions ? Ils ne se sont pas imaginés que j'aurai préféré que ça ne se soit pas arrivé?.

On le sait bien, Harry, dit Ginny avec un air sérieux.

Et bien sûr, ils n'ont rien dit sur l'attaque des détraqueurs, dit Hermione. Quelqu'un a dû leur dire d'étouffer l'affaire. Ca aurait pourtant dû être un article très important. Des détraqueurs hors de contrôle ! Ils n'ont même pas parlé du fait que tu avais violé le décret du secret sur l'usage de la magie. On pensait qu'ils l'auraient fait. Ca aurait renforcé ton image de vedette stupide. On pense qu'ils attendent désespérément ton expulsion de Poudlard pour pouvoir ensuite se déchaîner contre toi. Je veux dire, si tu es expulsé, reprit-elle rapidement. Logiquement, tu ne devrais pas. Pas s'ils appliquent leurs propres lois. Il n'y a aucune sanction pour ce que tu as fait.

Ils revinrent sur le sujet de l'audition mais Harry en avait assez et ne voulait plus entendre parler de ça. Il essayait désespéramment de changer de sujet quand, au même moment, ils entendirent un bruit de pas dans l'escalier.

Oh, oh !

Fred tira violemment sur l'oreille extensible, il y eut un fort craquement et il disparut avec Georges. Une seconde plus tard, Madame Weasley rentrait dans la chambre.

La réunion est terminée. Vous pouvez descendre le dîner est prêt. Tout le monde meurt d'envie de te voir Harry. Qui a oublié toutes ses bombabouses devant la cuisine ?

c'est Pattenrond, répondit Ginny d'un air innocent, il adore jouer avec ça.

Je pensais que c'était Kreacher qui avait fait ça. Il fait tout un tas de choses bizarres de ce genre. Maintenant n'oubliez pas de baisser la voix quand vous serez dans le hall d'entrée. Ginny. Tu as les mains salles. Qu'est-ce que tu as fait ? Vas te les laver avant le dîner.

Ginny fit la grimace car les autres la regardaient et suivit sa mère hors de la chambre, laissant Harry seul dans la chambre avec Ron et Hermione. Ces deux derniers regardaient Harry avec appréhension, comme s'ils redoutaient qu'Harry recommence à hurler maintenant que les autres étaient partis. Leur apparente nervosité lui faisait un peu honte.

Bon, murmura-t-il.

Mais Ron secoua la tête et Hermione le coupa avec calme.

On savait que tu te mettrais en colère, Harry. On ne t'en veut pas. Mais il faut que tu nous croies, Harry. On a vraiment essayé de convaincre Dumbledore.

Oui, je sais, dit Harry.

Il cherchait un moyen de ne pas parler de Dumbledore, car à chaque fois qu'il y pensait, il sentait la colère monter en lui.

Qui est Kreacher ?

C'est l'elfe de maison qui vit ici, dit Ron. Complètement fou ! J'en n'ai jamais rencontré un comme lui !

Hermione fit une grimace de reproche à Ron.

Il n'est pas complètement fou, Ron.

Son but dans la vie, c'est de se faire couper la tête ! Et qu'elle soit empaillée et accrochée à côté de celle de sa mère ! Tu trouves ça normal Hermione ?

Oui, bon.C'est un peu étrange ! Mais ça n'est pas de sa faute.

Ron eut un regard désespéré vers Harry.

Elle est encore très « SALE »

Ce n'est pas SALE ! dit Hermione très énervée, c'est S.A.L.E : société d'aide à la libération des elfes. Et il n'y a pas que moi. Dumbledore aussi dit que nous devons être gentils avec Kreacher.

Ouais c'est ça, dit Ron. Allez, on y va, je meurs de faim.

Il passa le premier, mais avant de commencer à descendre.

Attendez, souffla Ron en tendant un bras pour arrêter Harry et Hermione. Ils sont encore dans le hall. On pourrait entendre quelque chose d'intéressant.

Les trois amis regardèrent prudemment à travers les barreaux de la rampe de l'escalier.

Le hall d'entrée était plein de sorciers et sorcières, y compris la garde personnelle de Harry. Ils chuchotaient entre eux avec excitation. Au milieu du groupe, Harry distingua les cheveux noirs et graisseux ainsi que le nez proéminent du professeur qu'il aimait le moins à Poudlard : Rogue. Harry se pencha au-dessus de la balustrade. Ce que Rogue faisait pour l'Ordre du Phénix l'intéressait au plus haut point. Une fine corde couleur chair descendit juste sous les yeux d'Harry. Regardant au-dessus, il aperçut Fred et Georges sur le palier du deuxième étage, faisant prudemment descendre leur oreille extensible en direction du groupe en dessous. Quelques instants plus tard, le groupe prit la direction de la porte d'entrée et disparut.

Harry entendit Fred murmurer « Raté ! » et ce dernier remonta son oreille extensible. Ils entendirent la porte d'entrée s'ouvrir puis se refermer.

Rogue ne mange jamais ici, dit Ron à Harry. Dieu merci ! Allons-y ! Et n'oublie pas de chuchoter dans le hall, Harry, chuchota Hermione.

En passant devant l'alignement de têtes d'elfes de maison, accrochées aux murs, ils aperçurent Lupin, Madame Weasley et Tonks, derrière la porte d'entrée. Ils jetaient des sorts pour fermer magiquement les nombreux verrous de la porte derrière ceux qui venaient de partir.

Nous mangerons en bas, dans la cuisine, murmura Madame Weasley, en venant à leur rencontre en bas de l'escalier. Harry, mon chéri, si ça ne t'embête pas, traverse le hall sur la pointe des pieds. C'est la porte juste là-bas.

CRASH

Tonks ! cria Madame Weasley exaspérée, en se retournant vers elle Je suis désolée, dit Tonks avec une voix plaintive. Elle venait de trébucher et était allongée de tout son long. C'est ce stupide porte parapluie ! C'est la deuxième fois que je me prends les pieds dedans.

Mais le reste de sa phrase fut couverte par un horrible cri perçant, à vous déchirer les oreilles et à vous glacer le sang. Le rideau de velours, mangé aux mites, devant lequel Harry était passé en arrivant, venait de s'envoler. Il ne dissimulait aucune porte, comme il l'avait cru. L'espace d'un instant, Harry pensa qu'il était en train de regarder à travers une fenêtre. Une fenêtre derrière laquelle une vieille dame dans un manteau noir hurlait à la mort. Mais il réalisa bien vite qu'il ne s'agissait que d'un portrait grandeur nature, mais le plus réaliste et le moins agréable à regarder qu'il avait vu de toute sa vie. La vieille dame bavait. Ses yeux roulaient dans leurs orbites. La peau de son visage était tellement parcheminée qu'elle semblait sur le point de craquer. Et tout le long du couloir derrière eux, tous les autres portraits se réveillèrent et commencèrent à hurler si fort que Harry dut se boucher les oreilles en plissant les yeux. Lupin et Madame Weasley se précipitèrent et essayèrent de ramener le rideau sur le portrait de la vieille dame, mais, ils n'y parvinrent pas tout à fait et elle se mit à crier encore plus fort, agitant ses mains griffues comme pour essayer de lacérer leurs visages.

Saletés ! Excréments ! Sous-produit de vilenie ! Dégénérés ! Mutants ! Bizarreries ! Vous tous qui aviez quitté cet endroit ! Comment osez-vous infecter la maison de mes aïeux ?

Tonks s'excusait encore et encore, traînant le porte parapluie derrière elle. Madame Weasley abandonna l'idée de fermer le rideau et se mit à courir dans le hall pour calmer les autres portraits d'un coup de baguette magique et un homme avec une longue chevelure noire s'élança de la porte juste en face d'Harry.

Tais-toi, vieille harpie ! gronda-t-il en saisissant le rideau, que Madame Weasley avait abandonné. La vieille dame devint pâle.

Tooooooooiiii !!! hurla-t-elle, ses yeux s'exorbitant à la vue de l'homme. Traître à mon sang ! Abomination ! Honte de ma chair !

J'ai dit Tais-toi ! mugit l'homme. Et avec un effort démesuré, il réussit avec l'aide de Lupin à refermer le rideau.

Les hurlements de la vieille dame s'évanouirent et le silence revint. Chancelant légèrement et balayant les cheveux qui lui retombaient devant ses yeux, le parrain de Harry, Sirius, se retourna vers lui.

Bonjour Harry, dit-il d'un ton sinistre, je vois que tu as fait connaissance avec ma mère.

Chapitre 5 :L'ordre du Phénix

Ta...

Ma chère vieille mère, dit Sirius. Ma chère vieille mère, oui. Ca fait un mois qu'on essaye de la décrocher, mais on pense qu'elle a jeté un sort de colle permanente au dos de son tableau. Descendons ! Vite ! Avant qu'ils ne se réveillent tous.

Mais que fait le portrait de ta mère ici ? demanda Harry désorienté, alors qu'ils passaient la porte et descendaient une volée de marche en pierres, les autres sur leurs talons.

Personne ne te l'a dit ? C'est la maison de mes parents, dit Sirius. Je suis le dernier descendant de la famille Black, alors maintenant, elle m'appartient. J'ai offert à Dumbledore qu'il en fasse son quartier général ; c'est à peu près la seule chose utile que je n'ai jamais faite.

Harry, qui s'attendait à un accueil plus chaleureux, remarqua l'amertume et la dureté dans la voix de Sirius. Il suivit son parrain en bas de l'escalier. Celui-ci ouvrit la porte qui donnait sur la cuisine. C'était un peu moins glauque que le couloir d'entrée. La pièce ressemblait à une caverne avec ses murs en pierres brutes. La lumière provenait essentiellement d'un grand feu à un bout de la pièce. Des volutes de fumée de tabac à pipe flottaient dans l'air, comme des fumées au-dessus d'un champ de bataille, à travers lesquelles se profilaient les silhouettes menaçantes de poêles et de casseroles qui pendaient du plafond. Plusieurs chaises avaient été amenées pour la réunion et s'entassaient au fond de la pièce, et une grande table de bois trônait au milieu d'elles, recouverte de feuilles de parchemin, de bouteilles, de gobelets et d'un tas de vieux vêtements.

Monsieur Weasley et son aîné, Bill, parlaient tranquillement à un bout de la table.

Madame Weasley s'éclaircit la voix. Son époux, un homme maigre, roux, atteint d'une légère calvitie et qui portait des lunettes à montures d'écaille, regarda vers eux et sauta littéralement sur place.

Harry ! Dit monsieur Weasley, se pressant à sa rencontre et en serrant sa main vigoureusement. C'est bon de te voir !

Par-dessus son épaule, Harry vit Bill, qui avait encore les cheveux longs ramenés en catogan, rouler rapidement les parchemins sur la table.

Le voyage s'est bien passé, Harry ? Demanda Bill, qui essayait de prendre d'un seul coup douze rouleaux de parchemin en même temps. Fol Oeil ne t'a pas fait passer par le Groenland ?

Oh ! Il a essayé, répondit Tonks, se précipitant pour aider Bill. Elle fit alors tomber une bougie sur le dernier morceau de parchemin qui s'enflamma aussitôt. Oh, non ! Désolée

!

Venez ici, dit Madame Weasley exaspérée en réparant les dégâts d'un coup de baguette.

Grâce à l'éclair de lumière provoqué par le sort de madame Weasley, Harry entrevit sur le parchemin un dessin, qui lui fit penser à un plan d'immeuble. Madame Weasley surprit son regard et retira vivement le plan de la table pour le fourrer dans les bras déjà surchargés de Bill.

Ce genre de chose doit être débarrassé le plus vite possible à la fin de chaque réunion, rouspéta-t-elle avant d'épousseter un ancien vaisselier duquel elle sortit des assiettes.

Bill sortit sa baguette, murmura EVANESCO et les rouleaux disparurent.

- Assieds-toi Harry, dit Sirius. Tu connais déjà Mundungus, je crois.

La chose qu'Harry avait prise pour un tas de vêtements laissa échapper un grognement prolongé et se réveilla en sursaut.

-Y a quelqu'un qu'a dit mon nom ? Marmonna-t-il d'une voix endormie. Moi, j'suis d'accord avec Sirius, dit-il en levant une main crasseuse, comme s'il reprenait la suite d'un vote. Ses paupières tombaient sur ses yeux injectés de sang qui semblaient regarder dans le vague.

Ginny eut un petit rire bébête.

La réunion est terminée depuis longtemps, Dung, dit Sirius, au moment où ils s'asseyaient tous autour de la table. Harry est arrivé.

Hé, dit Mundungus, en jetant un coup d'oeil sinistre à Harry, à travers ses cheveux roux et ternes. Blimey.'lors. l'a réussi ? T'vas bien Harry ?

Mundungus farfouilla nerveusement dans ses poches, tout en continuant de regarder Harry, et en sortit une vieille pipe toute noire. Il se la colla dans la bouche, l'alluma avec le bout de sa baguette magique et tira une longue bouffée. De longues volutes ondoyantes de fumée vertes passèrent devant ses yeux pendant quelques instants.

J'spère qu'tu p'rdonne, grogna sa voix de derrière le nuage de fumée.

Pour la dernière fois, Mundungus, prévint Madame Weasley, je vous demande de ne pas fumer cette chose dans la cuisine ; spécialement avant le dîner.

Ah, dit Mundungus, D'solé Molly.

Le nuage de fumée disparut au moment où il refourra sa pipe dans sa poche, mais l'odeur entêtante de chaussettes brûlées resta.

Et, si vous voulez qu'on dîne avant minuit, j'aurai besoin d'aide, dit Madame Weasley à l'assistance. Non, pas toi Harry. Tu as eu un dur voyage.

Qu'est-ce que je peux faire, moi ? demanda Tonks en se précipitant.

Madame Weasley hésita avec une certaine appréhension.

Heu.Non.Ca ira Tonks. Vous devez vous reposer aussi. Vous en avez fait suffisamment pour aujourd'hui.

Non, non, non ! Je veux vous aider, s'exclama Tonks en reversant une chaise alors qu'elle se dirigeait vers le buffet où Ginny était occupé à sortir les couverts.

Bientôt, une série de lourds couteaux se mirent à découper la viande et les légumes tout seuls, simplement surveillés de loin par Monsieur Weasley, pendant que Madame Weasley allait remuer le contenu d'un chaudron suspendu au-dessus du feu. Les autres s'occupèrent de prendre les assiettes, les gobelets et la nourriture, qu'ils tiraient du garde manger.

Harry était resté près de la table, à discuter avec Sirius et Mundungus qui le regardaient toujours avec un air sinistre.

T'as r'vu la vieille Figgy ? demanda-t-il

Non, dit Harry, je n'ai revu personne.

C'est vrai qu'j'aurai pas dû partir, dit Mundungus en s'inclinant avec un ton d'excuse dans la voix. Mais fallait qu'je saute sur ct'opportunité commerciale.

Harry sentit quelque chose se frotter contre ses genoux et sursauta. Mais ce n'était que Pattenrond, le chat roux et aux pattes arquées d'Hermione, qui s'enroula autour des jambes d'Harry en ronronnant, avant de sauter sur les genoux de Sirius et de s'y rouler en boule. Sirius ne s'en rendit même pas compte et se gratta l'oreille en se retournant vers Harry avec un air sinistre.

L'été a été bon, jusque là ?

Non, ça a été nul, dit Harry.

Pour la première fois, un petit sourire apparut sur les lèvres de Sirius.

Moi, je ne sais pas de quoi tu te plaints.

De quoi ? dit Harry incrédule.

Personnellement, j'aurai apprécié être attaqué par un détraqueur ! Une lutte à mort pour sauver mon âme, ça aurait brisé superbement la monotonie de ma vie. Ca ne t'a pas plu, mais au moins tu t'en es sorti. Tu as pu te détendre avant de foncer dans de nouvelles bagarres. Moi, j'étais coincé dans cette maison pendant un mois.

Pourquoi ? grimaça Harry.

Parce que le Ministère de la magie est encore à mes trousses. Et Voldemort doit tout savoir de moi, maintenant. Même que je suis aussi un Animagus. Queudver lui aura sûrement tout raconté. Mon beau déguisement ne me sert plus à rien. Il n'y a plus grand-chose que je puisse faire maintenant pour l'Ordre du Phénix, comme le dit Dumbledore.

Il y avait un petit quelque chose, dans la voix monocorde avec laquelle Sirius avait prononcé le mot Dumbledore, qui fit penser à Harry que, Sirius, lui aussi, n'était pas très copain avec le directeur de Poudlard. Harry ressentit un sursaut d'affection pour son parrain.

Au moins, toi tu es au courant de ce qu'il se passe, dit-il en se raidissant.

Oui, dit Sirius sarcastique. Ecouter les comptes rendus de Rogue. Croire à ses faux airs de héros qui risque sa vie pendant que moi je suis assis sur mes fesses, ici, en prenant du bon temps, et en me demandant comment avance la décontamination.

Quelle décontamination ? demanda Harry.

Et bien, pour rendre cet endroit habitable pour des humains, répondit Sirius, en désignant la cuisine sombre. Personne n'a habité ici depuis dix ans. Depuis que ma mère est morte. Sauf son vieil elfe de maison, qui est à moitié fou, et qui n'a pas fait le ménage ici depuis des siècles.

Sirius, demanda Mundungus, qui apparemment n'avait pas suivit la conversation, occupé qu'il était à contempler un gobelet vide. C'est d' l'argent massif, hein ?

Oui, oui, dit Sirius, en le regardant avec un certain dégoût. De l'argent Gobelin de première qualité du 15ème siècle, frappé aux armes de la famille Black.

D'la vraie orfèvrerie alors, murmura Mundungus en le frottant avec sa manche.

Fred ! Georges ! Non ! PRENEZ-LES A LA MAIN ! hurla madame Weasley.

Harry, Sirius et Mundungus regardèrent ce qu'il se passait et ils s'écartèrent vivement de la table pour se protéger. Fred et Georges avait ensorcelé l'énorme chaudron de ragoût, une grosse bouteille ventrue de bièreaubeurre et une lourde planche à pain et son grand couteau, et les faisaient flotter dans l'air vers la table. Le chaudron glissa tout le long de la table et ne s'arrêta qu'arrivé au bout, laissant une longue traînée de suie derrière lui. La bouteille de bièreaubeurre explosa par terre en répandant son contenu, le couteau glissa de la planche à pain et atterrit, la pointe en avant à l'endroit exact où se trouvait la main droite de Sirius auparavant.

Pour l'amour de Dieu, hurla Madame Weasley, il n'y avait vraiment pas besoin ça ! J'en ai assez ! Tout ça parce que maintenant, vous avez le droit d'utiliser la magie ! Vous n'avez pas à utiliser vos baguettes dès que quelque chose vous demande le moindre effort.

On essaye juste de gagner du temps, dit Fred, en s'efforçant de détacher le couteau à pain de la table.

Heu, désolés Sirius. On n'a pas fait exprès.

Harry et Sirius riaient tous les deux. Mundungus qui était tombé en arrière de sa chaise, jurait en se remettant debout. Pattenrond avait sifflé de colère et s'était réfugié sous le buffet. On pouvait voir ses grands yeux jaunes briller dans l'ombre.

Les garçons, dit Monsieur Weasley, en ramenant le chaudron au milieu de la table. Votre mère a raison. On attend de vous un certain sens des responsabilités maintenant que vous êtes majeurs.

Aucun de vos frères n'a fait autant de bêtises ! s'étrangla de colère madame Weasley, en posant violement une nouvelle bouteille de bièreaubeurre sur la table et en renversant presque autant qu'eux. Bill ne transplane pas tout les 50 centimètres. Charlie n'ensorcelle pas tout ce qu'il voit. Percy. Elle s'arrêta, en retenant sa respiration avec un regard apeuré vers son mari, qui soudain était devenu livide.

Passons à table, dit Bill calmement.

Ca sent drôlement bon, Molly, dit Lupin en lui servant une louche de ragoût et en lui tendant l'assiette au-dessus de la table. Pendant quelques instants, on n'entendit plus que le bruit des assiettes, des couverts et des chaises, pendant que chacun prenait place autour de la table. Madame Weasley se retourna vers Sirius.

Il faut que je vous dise Sirius, il y a quelque chose enfermée dans le secrétaire qui se trouve dans la galerie de réception. Ca n'arrête pas de râler et de trembler. Peut-être ne s'agit-il que d'un Epouvantard, mais je pense qu'on ferait mieux de demander à Alastor de regarder avant de faire une bêtise.

Comme vous voudrez, dit Sirius indifférent.

Et les rideaux sont plein de doxys. Je pense qu'on devrait essayer de les attraper demain.

Je suis impatient de le faire, répondit Sirius, laconique.

Harry décela le sarcasme dans cette remarque, mais il n'était pas sûr que quelqu'un d'autre l'ait aussi compris. En face d'Harry, Tonks faisait rire Hermione et Ginny, en transformant son nez entre chaque bouchée. En plissant les yeux avec la même expression de concentration qu'elle avait affichée dans la chambre de Harry, elle faisait gonfler son nez, celui-ci prenant une forme de bec d'oiseau qui le faisait ressembler à celui de Rogue, le réduisait ensuite à la taille d'un petit crapaud en y faisant pousser une grosse touffe de poils dans chaque narine. Apparemment, elle avait pris l'habitude de le faire à chaque repas car Hermione et Ginny lui demandaient sans cesse de faire apparaître leurs nez préférés.

Fais-nous celui qui ressemble à un groin de cochon, Tonks.

Tonks s'exécuta et Harry, voyant cela, eut l'impression qu'un Dudley femelle lui souriait de l'autre côté de la table. Monsieur Weasley, Bill et Lupin, entretenaient une conversation nourrie au sujet de gobelins.

Ils ne laissent rien transparaître, dit Bill. Je n'ai pas encore réussi à savoir s'ils croient ou non qu'il est de retour. Sans doute, préfèrent-ils ne pas prendre parti du tout et rester en dehors de tout ça.

- Je pense qu'ils ne défieront jamais tu-sais-qui, dit Monsieur Weasley en hochant la tête.

Ils ont eu des grosses pertes eux aussi. Rappelez-vous cette famille Gobelin qu'il a assassiné près de Nottingham la dernière fois.

- Je pense que ça dépend de ce qu'ils attendent, dit Lupin. Et, je ne parle pas de l'or. Si on leur reconnaît les droits dont ils ont été privés pendant des siècles, ils vont sûrement être tentés. Tu n'es pas encore arrivé à quelque chose avec Ragnok, Bill ?

Il est plutôt anti-magicien en ce moment, dit Bill. Il n'a pas arrêté de s'énerver contre ses affaires avec Verpey. Il estime que le ministère a déjà donné assez d'or à Verpey et que celui-ci n'a pas remis l'argent sur son compte. Ces Gobelins n'ont pas encore récupéré l'or que Verpey leur doit, tu sais.

Le reste de la phrase de Bill, fut couvert par des éclats de rire en provenance du milieu de la table. Fred, Georges, Ron et Mundungus s'esclaffaient sur leur chaises.

.Et ensuite, haleta Mundungus en pleurant de rire, et ensuite, Vous l'croyez si vous l'voulez. Y m'a dit : Heu. Dung, où t'as trouvé tous ces crapauds ? Parce qu'un des rej'tons d'un des cognards est parti en écrabouillant tous les miens. Et j'lui ai dit : tous tes crapauds, y sont écrabouillés Will ? Et quoi d'autre encore ? T'en veux des nouveaux

? Et croyez moi, les gars, c'te nouille de gargouille m'a racheté tout un lot de crapauds pour beaucoup plus cher que la première fois.

Je pense pas que nous ayons besoin d'entendre le détail de vos transactions commerciales, Mundungus, dit Madame Weasley d'un ton tranchant, alors que Ron glissait de sa chaise tellement il riait.

Ah, 'xusez-moi Molly, dit Mundungus, en essuyant ses yeux, avant de faire un clin d'oeil à Harry. Mais vous savez, Will, il avait déjà découpé tous les crapauds de Warty Harris.

Donc c'tait pas vraiment une mauvaise chose de l'faire payer plus cher.

Je ne sais pas où vous avez appris la différence entre le bien et le mal, Mundungus, mais vous avez dû sécher plusieurs cours importants, dit froidement madame Weasley.

Fred et Georges se cachèrent leur fou-rire derrière leur gobelet de bièreaubeurre.

Georges en avait le hoquet. Pour une raison incompréhensible, madame Weasley jeta un regard noir à Sirius, avant d'aller chercher un grand gâteau à la rhubarbe pour le dessert.

Harry se retourna vers son parrain.

Molly n'a pas l'air d'apprécier Mundungus, dit Sirius à voix basse.

Comment se fait-il qu'il soit membre de l'ordre ? demanda Harry calmement.

Il est très utile, continua Sirius. Il connaît tous les escrocs. C'est facile, il en est un lui-même. Mais il est aussi parfaitement loyal envers Dumbledore, qui l'a tiré d'un mauvais pas, il y a longtemps. Ca vaut le coup d'avoir quelqu'un comme lui dans les parages. Il entend des choses qui nous échappent. Mais Molly pense que le garder à dîner est trop cher payer. Elle n'est pas prête de lui pardonner d'être parti au lieu de te surveiller.

Trois parts de gâteau et de crème épaisse plus tard, la ceinture du jean de Harry commençait à le serrer, ce qui était embêtant, car le jean avait appartenu autrefois à Dudley. Comme il reposait sa cuillère, il s'aperçut que l'ambiance s'était calmée.

Monsieur Weasley se balançait sur sa chaise d'un air détendu et rassasié ; Tonks baillait largement, son nez revenu à son état normal et Ginny, qui avait attiré Pattenrond hors du buffet sous lequel il s'était réfugié, était assise en tailleur, par terre, en envoyant des bouchons de bièreaubeurre à Pattenrond.

On ne va pas tarder à aller se coucher, dit Madame Weasley dans un bâillement.

Pas encore, Molly, dit Sirius, en repoussant son assiette vide et en se retournant vers Harry. Tu sais, tu me surprends beaucoup. Je pensais que la première chose que tu ferais, en arrivant ici, ça aurait été de nous bombarder de questions sur Voldemort.

Dans la cuisine, l'atmosphère changea comme si des détraqueurs venaient d'arriver.

Alors que quelques instants plus tôt, l'atmosphère était détendue et propice au sommeil, elle était maintenant tendue. Un frisson parcourut la table à la mention du nom de Voldemort. Lupin, qui était sur le point de boire une gorgée de vin, reposa son verre avec prudence.

Mais je l'ai fait ! s'indigna Harry. Je l'ai demandé à Ron et Hermione. Mais ils disent qu'ils ne sont pas autorisés par l'ordre.

Et ils ont raison, dit Madame Weasley. Vous êtes tous trop jeunes.

Elle était assise bien droite dans sa chaise, ses mains se cramponnant aux accoudoirs, toute trace de sommeil disparue.

Depuis quand doit-on appartenir à l'Ordre du Phénix pour avoir le droit de poser des questions ? demanda Sirius. Harry a été piégé dans cette maison de moldus pendant un mois. Il a le droit de savoir ce qu'il s'est passé.

Attendez ! les interrompit Georges d'une voix forte. Comment ça se fait que Harry ait le droit à des réponses ? demanda-t-il en colère. Ca fait un mois qu'on essaye de savoir et vous ne nous avez rien dit du tout.

Vous êtes trop jeunes. Vous ne faites pas partie de l'ordre, dit Fred d'une voix aiguë, qui imitait imprudemment sa mère. Harry n'a même pas notre âge !

Ca n'est pas de ma faute si on ne vous a pas dit ce que faisait l'Ordre, dit calmement Sirius. C'est la décision de vos parents. A contrario, Harry.

Ca n'est pas à vous de décider ce qui est bon pour Harry, dit Madame Weasley d'un ton tranchant. Son visage, d'ordinaire calme et souriant, prit une expression tendue. Je suppose que vous avez oublié ce que Dumbledore a dit.

Quelle partie de ce qu'il a dit ? demanda poliment Sirius, prenant l'air de quelqu'un qui se prépare au combat.

La partie où il a dit de ne pas révéler à Harry, plus que le nécessaire, dit madame Weasley en insistant lourdement sur les quatre derniers mots.

Les têtes de Ron, Hermione, Fred et Georges suivaient l'échange entre Sirius et Madame Weasley, comme s'ils étaient en train de regarder un match de tennis. Ginny s'était agenouillée au milieu des bouchons de bièreaubeurre abandonnés par Pattenrond, regardant la scène, la bouche à moitié ouverte. Lupin avait les yeux rivés sur Sirius.

Je n'ai pas l'intention de lui dire plus que le nécessaire, Molly. Mais c'est quand même lui qui a vu Voldemort revenir (il y eut encore un frisson collectif autour de la table). Il a le droit, plus que quiconque de savoir.

Il n'est pas membre de l'Ordre du Phénix. Il n'a que 15 ans et.

.et il a affronté autant de dangers que la plupart des membres et même plus que certains.

Personne ne conteste ce qu'il a fait, dit Madame Weasley en élevant la voix, ses mains tremblant en serrant les accoudoirs. Mais il est encore.

.Il n'est plus un enfant, s'impatienta Sirius.

Il n'est pas encore un adulte, dit Madame Weasley son visage devenant rouge. Ce n'est pas James, Sirius.

Oh, je sais parfaitement qui il est, Molly, dit Sirius froidement.

Je n'en suis pas si sûr, dit madame Weasley. Parfois vous lui parlez comme si il était votre meilleur ami qui était revenu.

Mais quelle est le problème ? demanda Harry.

Le problème, Harry, c'est que tu n'es pas ton père. Même si tu lui ressembles un peu, dit Madame Weasley, les yeux foudroyant encore Sirius. Vous n'avez pas encore quitté l'école et les adultes qui sont responsables de vous ne devraient pas l'oublier.

Cela veut-il dire que je suis un parrain irresponsable ? demanda Sirius d'une voix forte.

Ca veut dire que vous agissez de façon irréfléchie, Sirius. Et c'est pour ça que Dumbledore n'arrête pas de vous dire de rester à la maison.

Ne vous mêlez pas des instructions que Dumbledore m'a données, cria Sirius.

Arthur ! dit Madame Weasley, en se retournant vers son mari. Arthur, tu ne diras pas le contraire ?

Monsieur Weasley n'avait pas encore dit un mot. Il enleva ses lunettes, et en essuya lentement les verres avec un pan de sa robe, sans un regard pour sa femme. Ce ne fut qu'après les avoir soigneusement réajustées sur son nez qu'il répondit.

Dumbledore sait que la situation a changé, Molly. Il est d'accord pour qu'on mette Harry au courant, dans une certaine mesure, maintenant qu'il est appelé à rester au quartier général.

Oui, mais il y a une différence entre ça et l'inviter à nous poser toutes les questions qu'il veut.

Personnellement - dit Lupin calmement, détachant son regard de Sirius pour rencontrer celui de madame Weasley qui se retournait vers lui, pleine d'espoir de trouver enfin un allié - je trouve préférable que Harry apprennent les événements - pas tous les événements, Molly, mais les plus importants - de notre part, plutôt que d'entendre une version imparfaite de la part d'autres personnes.

Son expression était mélangée mais Harry se sentit sûr que Lupin, lui, avait compris que des oreilles extensibles avaient échappé aux recherches de madame Weasley.

Bien, dit madame Weasley, en respirant profondément et en cherchant autour de la table une aide qui ne venait pas. Bien. Je vois que je dois m'incliner. Je continue à dire que Dumbledore doit avoir ses raisons pour ne pas vouloir qu'Harry en sache trop et dans l'intérêt d'Harry.

Il n'est pas votre fils, dit Sirius calmement.

Il est comme un fils pour moi, dit Madame Weasley fièrement. Et qui d'autre a-t-il de toute façon ?

Moi.

Oui, dit madame Weasley avec une moue. Ca n'a pas dû être très facile de vous occuper de lui, tout ce temps que vous avez passé enfermé à Azkaban, n'est-ce pas ?

Sirius commença à se lever de sa chaise.

Molly. Vous n'êtes pas la seule personne autour de cette table à vous préoccuper de Harry, dit Lupin d'une voix tranchante. Et Sirius rassieds-toi.

Les lèvres de madame Weasley tremblaient. Sirius, livide, se coula dans sa chaise.

Je pense qu'on devrait donner la parole à Harry, continua Lupin. Il est assez vieux pour décider de ce qui le concerne.

Je veux savoir ce qu'il s'est passé, dit Harry.

Il ne regardait pas madame Weasley. Il avait été touché quand elle avait dit qu'il était presque un fils pour elle, mais il en avait assez de sa manie de vouloir le protéger de tout. Sirius avait raison. Il n'était plus un enfant.

Très bien, dit madame Weasley d'un ton cassant. Ginny, Ron, Hermione, Fred, Georges, vous sortez de cette cuisine maintenant.

Il y eut une protestation générale.

On est les plus vieux, beuglèrent Fred et Georges en même temps.

Si Harry est au courant, pourquoi pas moi ? cria Ron.

Maman, je veux entendre aussi pleurnicha Ginny.

NON ! hurla madame Weasley, debout, les yeux flamboyants. J'interdis formellement !

Molly, tu ne peux pas rejeter Fred et Georges, dit Monsieur Weasley d'un ton las. Ils ont l'âge requis

Ils vont encore à l'école.

Oui, mais légalement, ils sont adultes, dit Monsieur Weasley de la même voix fatiguée.

Madame Weasley était devenue écarlate.

Je.Oh et puis bon.Fred et Georges peuvent rester. Mais Ron.

De toute façon, Harry nous racontera tout à Hermione et à moi ! N'est-ce pas ? ajouta-t-il d'un air incertain en regardant Harry.

L'espace d'un instant, Harry s'imagina répondre à Ron qu'il ne lui répéterait pas le moindre mot ; histoire de lui faire comprendre ce que ça fait d'être maintenu dans le noir et de voir s'il apprécierait. Mais cette idée disparut quand il les regarda.

Bien sûr, dit Harry

Ron et Hermione rayonnèrent.

Très bien ! hurla madame Weasley. Ginny ! AU LIT!

Ginny s'exécuta de mauvaise grâce. Ils l'entendirent piquer une colère contre sa mère tout le temps où elle montait l'escalier de la cuisine et, quand elle atteignit le hall, les hurlements de madame Black mère se joignirent aux siens. Lupin se précipita pour faire revenir le portrait au calme. Ce ne fut qu'après son retour, une fois la porte de la cuisine soigneusement refermée, et qu'il eut réintégré sa place à la table, que Sirius commença.

D'accord Harry. Que veux-tu savoir ?

Harry prit une profonde inspiration et posa enfin la question qui l'obsédait depuis un mois.

Où est Voldemort ? demanda-t-il, ignorant les nouveaux frissons autour de la table. Que fait-il ? J'ai essayé de regarder le journal télé des moldus mais il n'y a jamais eu la moindre information qui faisait penser à lui. Comme des morts bizarres ou d'autres choses étranges.

C'est parce qu'il n'y a pas encore eu de morts bizarres. Pas qu'on sache. Et on en sait beaucoup.

Plus qu'il ne le croit ! ajouta Lupin.

Comment se fait-il qu'il ait arrêté de tuer des gens ? demanda Harry qui savait que Voldemort en avait tué plus d'un, rien que l'année passée.

C'est parce qu'il ne veut pas attirer notre attention sur lui, dit Sirius. Ca serait trop dangereux pour lui. Son retour ne s'est pas fait comme il l'avait prévu. Il l'a quelque peu raté.

Ou disons plutôt que tu lui as fait rater son retour, dit Lupin avec un sourire satisfait.

Comment ça ? demanda Harry perplexe.

Tu n'aurais pas dû survivre, dit Sirius. A part ses mangemorts, personne n'était supposé savoir qu'il allait revenir. Mais tu as survécu pour en témoigner.

Et la dernière personne qu'il aurait voulu mettre au courant de son retour, c'était bien Dumbledore, dit Lupin. Et tu as fait en sorte que Dumbledore apprenne tout immédiatement.

Et en quoi ça a changé quelque chose ? demanda Harry

Tu plaisantes ? demanda Bill incrédule. Dumbledore est le seul qui a toujours fait peur à tu-sais-qui.

Grâce à toi, Dumbledore a pu réunir l'Ordre du Phénix moins d'une heure après le retour de Voldemort, dit Sirius.

Et donc ? Que fait l'Ordre ? demanda Harry en les regardant.

On travaille aussi dur que possible pour faire échouer tous les plans de Voldemort.

Mais comment connaissez-vous tous ses plans à l'avance ? demanda Harry.

Dumbledore a du flair et ses idées se trouvent souvent confirmées.

Et quel va être son prochain plan d'après Dumbledore ?

Et bien d'abord, il veut lever à nouveau son armée. Avant, il avait des troupes très nombreuses sous ses ordres. Des sorcières et des sorciers qu'il avait forcés ou ensorcelés pour les obliger à le suivre, ses loyaux mangemorts, et une grande variété de créatures de l'ombre. Tu l'as entendu parler de recruter les géants. Et bien il ne s'agit que d'un groupe parmi plusieurs autres qu'il veut former. Il est certain qu'il n'arrivera pas à abattre le ministère de la magie avec seulement une douzaine de mangemorts.

Donc vous essayez de l'empêcher de lever une armée ?

On fait ce qu'on peut, dit Lupin.

Comment ?

Et bien, l'important c'est d'essayer de convaincre le plus de gens possible que vous-savez-qui est réellement de retour, afin que chacun soit sur ses gardes, dit Bill, mais ça n'est pas évident.

Pourquoi ? demanda Harry

A cause de l'attitude du ministre, dit Tonks. Tu as vu Cornelius Fudge, après le retour de tu-sais-qui Harry. Et bien il n'a absolument pas changé d'avis. Il refuse catégoriquement de cautionner ce qu'il s'est passé.

Mais pourquoi ? demanda Harry d'un air désespéré. Pourquoi est-il si stupide ? Si Dumbledore.

Et bien justement ! Tu mets le doigt là où ça fait mal, dit Monsieur Weasley en grimaçant. Dumbledore !

Fudge a peur de lui, tu vois, dit tristement Tonks.

Peur de Dumbledore ? demanda Harry incrédule.

Il a peur de ce qu'il est capable de faire, dit Monsieur Weasley. Fudge est convaincu que Dumbledore veut le renverser. Il pense que Dumbledore veut prendre le ministère.

Mais Dumbledore ne veut pas !

Bien sûr que non, dit Monsieur Weasley. Il n'a jamais voulu devenir ministre. Même quand tout le monde le poussait quand Millicent Bagnold a pris sa retraite. Fudge a pris le pouvoir mais il n'a jamais été aussi populaire que Dumbledore, même si Dumbledore n'avait pas postulé au poste. Au plus profond de lui, Fudge sait que Dumbledore est bien plus intelligent que lui et qu'il a beaucoup plus de pouvoir.

Et d'ailleurs, au tout début de son ministère, il n'arrêtait pas de lui demander des conseils, dit Lupin. Mais très vite, il s'est mis à aimer le pouvoir. Il est devenu de plus en plus sûr de lui. Il adore être ministre de la magie et il a réussi à se convaincre que finalement, c'est lui le plus intelligent, et que Dumbledore n'est qu'un agitateur.

Comment peut-il penser une chose pareille ? demanda Harry avec colère. Comment peut-il croire que Dumbledore ne pense qu'à tout bouleverser ? Que je pense à tout bouleverser ?

Parce que, accepter le retour de Voldemort, signifie valider l'arrivée d'un grand trouble que le ministère a perdu l'habitude de gérer depuis presque quatorze ans maintenant, dit Sirius amère. Fudge est incapable d'ouvrir les yeux sur ce sujet. Il se sent beaucoup mieux avec l'idée que Dumbledore ment pour le déstabiliser.

Tu vois le problème ? dit Lupin. Quand le ministère clame qu'il n'y a rien à redouter de Voldemort, c'est dur de convaincre les gens de son retour. D'autant que personne n'a envie de croire ça. De plus, le ministère a la main mise sur la Gazette du Sorcier et lui interdit de publier quoi que ce soit sur les soi-disant « rumeurs » colportées par Dumbledore. Dans ces conditions la communauté magique est tenue complètement à l'écart des événements et elle devient une cible facile pour les mangemorts qui vont pouvoir utiliser l'Impérius.

Mais tout ça, vous le dites à tout le monde, non ? dit Harry en regardant monsieur Weasley, Sirius, Bill, Mundungus, Lupin et Tonks. Vous faites savoir à tout le monde qu'il est de retour ?

Ils eurent tous le même sourire navré.

Et bien tout le monde pense que je suis un fou meurtrier et le ministère a promis une récompense de dix mille galions à celui qui aurait ma tête. Je peux à peine traverser la rue et piquer des portefeuilles, dit Sirius d'une voix fatiguée.

En ce qui me concerne, je ne suis pas un invité très populaire. On ne m'invite pas facilement à dîner dit Lupin. C'est dangereux un loup garou.

Tonks et Arthur perdraient leur travail au ministère s'ils ouvraient la bouche. Et il est très important pour nous d'avoir nos espions au ministère. Parce que tu penses bien que Voldemort a les siens.

On a réussi à convaincre quelques personnes, dit M Weasley, en particulier Tonks qui est ici. Elle est trop jeune pour avoir connu la dernière réunion de l'Ordre du Phénix, mais avoir un Auror de notre côté est un énorme avantage et Kingsley Shacklebolt est un appui précieux. C'est lui qui dirige la chasse contre Sirius au ministère et il a envoyé ses troupes sur une fausse piste au Tibet.

Mais si aucun d'entre vous n'annonce la nouvelle du retour de Voldemort, commença Harry.

Mais qui te dit qu'on ne l'a pas fait ? demanda Sirius. Pourquoi crois-tu que Dumbledore a autant de problèmes ?

Qu'est-ce que tu veux dire demanda Harry ?

Ils sont en train de le discréditer, dit Lupin. Tu n'as pas lu la Gazette du Sorcier la semaine dernière ? Il ont écris qu'il avait été congédié de la présidence de la Confédération Internationale des Mages et Sorciers parce qu 'il était trop vieux et qu'il avait perdu sa poigne. Mais ce n'est pas vrai. Il a subi le vote contre lui des représentants du ministère après qu'il ait fait un discours dans lequel il annonçait le retour de Voldemort. La Haute Cour des Sorcier l'a rétrogradé du rang de Chef de guerre à celui de simple membre de la haute cours. Ils parlent en plus de lui retirer sa distinction de première classe de l'Ordre de Merlin.

Mais Dumbledore a dit que ça ne le dérangeait pas, tant qu'ils ne lui retiraient pas les chocogrenouilles, dit Bill en riant.

Ca n'est pas drôle, coupa monsieur Weasley. S'il continue à défier le ministère comme ça, il pourrait se retrouver à Azkaban. Et la dernière chose dont on ait besoin c'est que Dumbledore soit enfermé. Tant que vous savez qui sait que Dumbledore est dans les parages et qu'il devine ses plans, il fera très attention. Si Dumbledore est mis hors jeu, vous savez qui aura le champ libre.

Mais si Voldemort essaye de recruter plus de mangemorts, on finira bien par savoir qu'il est de retour non ? demanda désespérément Harry.

Voldemort ne se présente pas directement chez les gens, en frappant à leur porte, Harry, dit Sirius. Il leur joue des tours, leur jette des sorts, les fait chanter. Il est assez bien entraîné à faire ses coups en douce. De toute façon, la seule chose qui l'intéresse, c'est de rassembler des troupes. Il a aussi d'autres plans qu'il peut mettre rapidement en marche et c'est d'ailleurs là-dessus qu'il se concentre en ce moment.

Et à quoi pense-t-il alors, à part ses troupes ? demanda vivement Harry .

Il crut voir Sirius et Lupin s'échanger un rapide regard, avant que Sirius ne réponde.

A quelque chose qu'il ne peut obtenir qu'en le volant

Comme Harry continuait à avoir l'air déconcerté, Sirius reprit : Comme une arme. Quelque chose qu'il n'avait pas la dernière fois...

Quand il été au sommet de sa puissance ?

Oui

Quel genre d'arme ? demanda Harry. Quelque chose de plus puissant que Avada Kedavra ?

Ca suffit ! dit Mme Weasley dans l'embrasure de la porte.

Harry n'avait pas remarqué qu'elle était redescendue après avoir été coucher Ginny. Elle croisait les bras d'un air furibond.

Je veux que vous alliez tous au lit maintenant. Tous ! ajouta-t-elle en regardant Georges, Fred, Ron et Hermione.

Tu ne peux pas nous obliger, commença Fred.

Regardez-moi bien ! tempêta Mme Weasley. Elle tremblait légèrement en regardant Sirius. Vous avez donné à Harry beaucoup de détails. Si vous continuez vous auriez aussi vite fait de le faire rejoindre l'Ordre.

Bonne idée, dit Harry. Je veux le rejoindre ! Je veux me battre !

Non !

Ce n'était pas Mme Weasley, cette fois-ci, mais Lupin.

L'Ordre est constitué de sorciers confirmés, dit-il. Ca veut dire de sorciers qui ont quitté l'école, ajouta-t-il en regardant Fred et Georges qui avaient commencé à ouvrir la bouche. Il y a de tels dangers en jeu, que vous n'en avez pas la plus petite idée. Je pense que Molly a raison Sirius. On en a dit assez.

Sirius haussa à moitié les épaules mais ne protesta pas. Mme Weasley fit un signe impérieux à ses fils et à Hermione. Un par un, ils montèrent les marches et, Harry, se reconnaissant vaincu, ferma la marche.

Chapitre 6 : La noble et

très anciennes maison des blacks .

Mme Weasley les suivit jusqu'en haut, l'air sévère.

« Je veux que vous alliez tous directement au lit, sans parler, » dit-elle alors qu'ils atteignait le premier étage « Nous aurons une journée chargée demain. Je crois que Ginny est endormie, » ajouta-t-elle à Hermione « alors essaie de ne pas la réveiller. »

« Endormie, ouais, c'est ça, » dit Fred à mi-voix, après que Hermione leur ait souhaité bonne nuit et qu'ils montaient jusqu'au deuxième. « Si Ginny n'est pas couché en train d'attendre que Hermione lui raconte tout ce qui s'est dit en bas, alors je suis un Flobberworm. »

« Très bien, Ron, Harry, » dit Mme Weasley au deuxième étage, leur désignant la porte de leur chambre «Allez au lit »

« 'nuit, » dirent Harry et Ron aux jumeaux.

« Dormez bien, » dit Fred en leur faisant un clin d'œil.

Mme Weasley ferma la porte derrière Harry en un claquement sec. La chambre semblait, si c'était possible, plus sombre et plus obscure qu'elle l'avait semblé à première vue. La peinture vierge sur le mur respirait maintenant très lentement et profondément, comme si ses occupants invisibles étaient endormis. Harry mit son pyjama, enleva ses lunettes et entra dans son lit glacé pendant que Ron lançait des bonbons pour hibou sur le dessus de son armoire pour pacifier Hedwige et Coquecigrue, qui claquait du bec et froissait leurs ailes sans arrêt.

« On ne peut pas les laisser sortir tout les jour, » expliqua Ron alors qu'il enfilait son pyjama marron. « Dumbledore ne veut pas qu'il y a trop de hibou volant dans les environ, il crois que ça aurait l'air suspect. Oh ouais, j'avais oublié. »

Il coupa à travers la pièce jusqu'à la porte et le verrouilla.

« Pourquoi tu fais ça? »

« Kreacher, » dit Ron alors qu'il fermait la lumière. « La première nuit que j'ai passée ici, il est errait ici à trois heure du matin. Crois moi, tu ne veux pas te réveillez alors qu'il est là à rôder dans ta chambre. Quand même. » Il alla dans son lit, s'installa sous les couvertures puis se retourna pour regarder Harry dans l'obscurité; Harry pouvait voir son profil grâce au clair de lune filtrant à travers la vitre sale.

« Qu'est-ce que t'en pense? »

Harry n'avait pas besoin de demander à Ron ce que cela voulait dire. « Eh bien, il n'en ont pas dit bien plus que ce qu'on aurait pu déduire, n'est-ce pas? » dit-il, pensant à tout ce qui avait été dit en bas. « Je veux dire, tout ce qu'il nous ont vraiment révélé c'est que l'Ordre essaie d'empêcher les gens de rejoindre Vol- »

Ron inspira fortement.

« -demort » dit Harry fermement, « Quand va tu commencer à utiliser son nom? Sirius et Lupin le font. »

Ron ignora ce dernier commentaire.

« Ouais, tu as raison, » dit-il « On savait déjà environ tout ce qu'ils nous ont dit à force d'utiliser les Oreilles Extensibles. Le seul nouveau truc était- »

CRACK.

« Ouch! »

« Garde la voix basse, Ron, ou 'man va revenir. »

« Vous venez d'atterrir sur mes genoux! »

« Ouais, ben, c'est plus difficile dans le noir »

Harry vit les silhouettes embrouillées de Fred et Georges sauté en bas du lit de Ron. Les ressorts grincèrent et le matelas de Harry descendu de quelques pouces alors que Georges s'assoyait près de ses pieds.

« Alors, vous y êtes? » demanda Georges avidement.

« L'arme que Sirius a mentionnée? » dit Harry.

« Il s'est échappé plutôt » dit Fred avec plaisir, maintenant assis à côté de Ron. « On n'a pas entendu parler de ça sur nos vieilles Oreilles Extensible, non? »

« Qu'est ce que vous croyez que c'est? » dit Harry.

« Ça pourrait être n'importe quoi » dit Fred.

« Mais il n'y a rien de pire que l'Avada Kedavra » dit Ron « Qu'est-ce qui est pire que la mort? »

« Peut-être que c'est quelque chose qui peut tuer beaucoup de personne à la fois »

suggéra Georges.

« Peut-être que c'est une façon particulièrement douloureuse de tuer quelqu'un » dit Ron emplit de peur.

« Il a déjà le sort Crucio pour causer la douleur » dit Harry « il n'a pas n'a besoin de rien de plus efficace que ça »

Il y eut une pause et Harry su que les autres, comme lui, se demandait quelles horreurs cette arme pouvait pénétrer.

« Alors, qui croyez-vous qu'il a maintenant? » demanda Georges.

« J'espère qu'il est de notre côté » dit Ron, d'un ton un peu nerveux.

« Si c'est le cas, Dumbledore doit probablement la garder » dit Fred

« Où? » demanda Ron subitement « Poudlard? »

« Je parie que c'est ça! » dit Georges « C'est là qu'il avait caché la Pierre Philosophale »

« Une arme va être bien plus grosse que la Pierre par contre! » dit Ron

« Pas nécessairement » dit Fred.

« Ouais, la grandeur n'est pas une garantie de la puissance » dit Georges

« Regarde Ginny. »

« Qu'est-ce que tu veux dire? » dit Harry.

« Tu n'as jamais été à l'extrémité recevant son sort de Chauve-Souris , n'est-ce pas? »

« Shut! » dit Fred, se levant à moitié du lit « Écoutez! »

Ils se firent silencieux. Des pas montait l'escalier.

« Maman » dit Georges et sans plus de cérémonie il y eu un crack sourd et Harry sentit le poid au bout de son lit disparaître. Quelques secondes plus tard, ils entendirent le plancher craquer de l'autre côté de leur porte; Mme Weasley était simplement en train d'écouter, pour vérifier si oui ou non ils étaient en train de parler. Hedwidge et Coquecigrue hululèrent tristement. Le plancher grinça encore et il entendirent le son s'éloigner vers le haut des escaliers pour vérifier chez Fred et Georges.

« Elle ne nous fait pas du tout confiance, tu sais » dit Ron avec regret.

Harry était sûre qu'il serait incapable de s'endormir; la soirée avait été si emplie de choses auxquelles penser qu'il croyait entièrement qu'il restera allongé et éveillé pendant des heures à remuer tout ça. Il voulait continuer à parler avec Ron mais Mme Weasley redescendait maintenant en faisant grincer le plancher. Et quand elle fut partie il entendit distinctement les autres faisant leur chemin jusqu'à l'étage.

En fait, des créatures aux multiples jambes galopait doucement du côté extérieur de la porte de sa chambre, et Hagrid le professeur de Soin aux Créatures Magiques disait :

« Magnifique, n'est-ce pas, hein, Harry? On va étudier les armes cette étape-ci »

Et Harry vit que les créatures avaient des canons pour tête et roulaient pour lui faire face. Il se baissa. Et la prochaine chose qu'il su était qu'il était roulé en boule sous ses draps et la voix grave de Georges emplissait la pièces.

« 'Man dit de se lever, votre déjeuné est dans la cuisine et ensuite elle a besoin de vous dans la salle des portraits, il y bien plus de Doxys qu'elle ne le croyait et elle a trouvé un nid de Puffskeins mort sous le sofa. »

Une demie heure plus tard, Harry et Ron, qui s'était habillé et avait déjeuné rapidement, entrèrent dans la salle des portraits, une pièce longue au haut plafond située au premier étage avec des murs vert olive couvert de tapisserie sale. De petits nuages de poussière s'élevait du tapis chaque fois que quelqu'un y mettait le pied. Les longs rideaux verts mousses bourdonnaient comme s'ils fourmillaient d'abeilles invisibles. C'était autour de ceux-ci qu'étaient regroupé Mme Weasley, Hermione, Ginny, Fred et Georges tous ayant un air plutôt bizarre puisqu'ils avaient tous attaché un vêtement couvrant leur nez et leur bouche. Chacun tenait aussi une large bouteille de liquide noir avec un jet à un bout.

« Couvrez vous le visage et prenez un vaporisateur » dit Mme Weasley à Harry et Ron au moment préci où elle les vit, pointant deux autres bouteilles de liquide noir se trouvant sur une table aux pieds minces.

« C'est du Doxycide. Je n'ai jamais vu une infestation aussi grave. Qu' est-ce qu'a bien pu faire cet Elf de Maison pendant les 10 dernières années? »

Le visage d'Hermione était à moitié couvert par un torchon, mais Harry vit distinctement le regard plein de reproche qu'elle lança à Mme Weasley.

« Kreacher est très vieux, il ne pouvait sans doute pas se débrouiller- »

« Tu serais surprise à quel point Kreacher peut se débrouiller quand il le veut, Hermione. » dit Sirius, qui venait juste d'entrer dans la pièce transportant un sac gorgé de sang rempli de ce qui semblait être des rats morts.

« Je viens tout juste de nourrir Buck » ajouta-t-il en réponse au regard interrogateur d'Harry. « Je le garde en haut dans la chambre de ma mère. Peu importe »

Il laissa tomber le sac dans un fauteuil, puis se pencha pour examiner le meuble verrouillé qui, Harry remarqua alors pour la première fois, s'agitait légèrement.

« Bien, Molly, je suis presque certain que c'est un épouvantail » dit Sirius, jetant un coup d'œil dans le trou de la serrure « Mais peut-être que nous devrions laisser Fol Oeil y jeter un oeil avant qu'on le laisse sortir.

Connaissant ma mère, ça pourrait être quelque chose de bien pire. »

« Comme tu veux Sirius » dit Mme Weasley.

Tout les deux parlait prudemment d'une voix clair, polie qui signifiait assez clairement pour Harry que ni l'un ni l'autre n'avait oublié leur désagrément de la veille.

Une bruyante et soude cloche sonna tout en bas, suivit pas une cacophonie de cris et de gémissement semblable à ceux qui avait été déclenchés la nuit précédente lorsque Tonks s'était cognée sur le porte-parapluie.

« Je leur avait dit de ne pas utiliser la sonnette! » dit Sirius exaspéré, se dépêchant de sortir de la pièce. Ils l'entendirent tonner jusqu'en bas des escalier tandis que les cris aigue de Mme Black résonnait dans toute la maison une fois de plus.

« Tache de déshonneur! Espèce d'impur! Traître de sang! Enfant des sales! »

« Ferme la porte s'il te plaît Harry » dit Mme Weasley.

Harry prit autant de temps qu'il osa pour ferme la porte de la salle à dessin; il voulait écouter ce qui se passait en bas. Sirius s'était de toute évidence débrouiller pour fermer les rideau devant le portrait de sa mère car elle avait arrêter de crier. Il entendit Sirius marcher dans le Hall, puis le bruit des chaînes de la porte d'entrée, et puis la voix profonde qu'il recunnu comme celle de Kingsley Shacklebolt qui disait :

« Hestia vient de me relever, alors elle a la Cape de Maugrey maintenant, mais je dois laisser un rapport pour Dumbledore »

Sentant les yeux de Mme Weasley poser derrière sa tête, Harry ferma avec regret la porte de la salle à dessin et rejoignit le groupe.

Mme Weasley était penché sur les pages du livre Guide des Nuisibles de Gilderoy Lockhart qui était déposé ouvert sur le sofa.

« Bien. Vous devez tous faire attention, car les Doxys peuvent mordre et leur dents sont empoisonnées. J'ai une bouteille d'antidote ici, mais je préférerai que personne n'en ai de besoin. »

Elle se redressa, se positionna directement devant les rideaux et leur fit signe de s'approcher.

« Quand je dis le mot, commencer à vaporiser immédiatement » dit-elle « Je suppose qu'elles viendront en volant vers vous, mais il est écrit sur les vaporisateurs qu'un bon jet les paralysera. Quand elles seront paralysé, lancer les simplement dans ce seau. »

Elle s'éloigna soigneusement de leur champ de mire et éleva son propre vaporisateur.

« Très bien. Allez-y! »

Harry n'avait vaporiser que pendant quelque secondes quand une Doxy adulte vola hors d'un trou dans le matériel, ses ailles étaient brillante et bourdonnante comme un coléoptère, ses dents étaient aiguisées et à découvert, son corps de fée était couvert d'une fourrure noir épaisse et ses quatre petits bras se déplaçait avec fureur. Harry l'a visa en pleine figure avec un nuage de Doxycide. Elle gela en l'air et tomba avec un étonnamment sourd toc sur le tapis en dessous. Harry la prit et la lança dans le seau.

« Fred, qu'est-ce que tu fais? » dit Mme Weasley sèchement. « Vaporise celle là tout de suite et met la plus loin! »

Harry regarda au alentour. Fred tenait une Doxy luttant entre son index et son pouce.

« D'accord », dit Fred clairement en vaporisant la Doxy en plein visage pour qu'elle s'évanouisse, mais aussitôt que Mme Weasley leur eu tourné le dos, il la mit dans sa poche en un clin d'oeil.

« Nous voulons faire des expérience avec le venin de Doxy pour nos Collations Maladives » dit Georges à Harry en un murmure. En vaporisant adroitement deux Doxy en même temps alors qu'elles voltigeaient directement vers son nez, Harry s'approcha de Georges et marmonna du coin de sa bouche « C'est quoi une Collation Maladive? »

« Une sorte de bonbon pour te rendre malade » murmura Georges, gardant un oeil vague dans le dos de Mme Weasley « Pas sérieusement malade, bien sûr, juste assez pour te faire sortir d'une classe quand ça te tente. Fred et moi les avons développé tout l'été.

Leur extrémité a un code de couleur. Si tu manges la moitié orange des Pastilles Vomissantes, tu vomis. Aussitôt que tu es sorti du cours pour aller vers l'infirmerie, tu avales la moitié mauve qui te remet d'aplomb te permettant de poursuivre le loisir de ton choix pendant l'heure qui aurait été autrement dévoué à un ennui peu profitable. »

« Enfin, c'est ce que nous allons dire dans l'annonce de toute façon »

murmura Fred qui se tenait hors du champs de vision de Mme Weasley et qui glissait quelque Doxy vaporiser sur le plancher et les ajoutait à celle dans sa poche.

« Mais on doit les retravailler. Pour le moment nos cobaye ont quelque difficulté à arrêter de vomir suffisamment longtemps pour avaler la moitié mauve »

« Cobaye? »

« Nous » dit Fred « Nous le faisons chacun notre tour. Georges a fait les Fantaisie Sans-Connaissance, nous avons tout les deux essayer le Nougat Nez-Saignant. »

« Maman pensait que nous avions fait un duel » dit Georges

« Vous faites toujours votre boutique de farce et attrape alors » murmura Harry, prétextant qu'il ajustait le jet de son vaporisateur.

« Eh bien, nous n'avons pas eu la chance d'avoir une boutique encore » dit Fred, baissant encore la voix alors que Mme Weasley essuyait son sourcil avec une écharpe avant de retourner à l'assaut. « Alors nous fonctionnons par commande par la poste pour le moment. Nous avons mis des annonce dans la Gazette du sorcier la semaine dernière »

« Tout les remerciement te revienne, camarade » dit Georges « mais ne t'inquiète pas,

'Man n'en a pas la moindre idée. Elle ne lis plus la Gazette à cause que ça dit des mensonge sur toi et Dumbledore. »

Harry souris. Il avait forcé les jumeau à prendre le prix de mille Galion qu'il avait gagné au Tournoi des Trois-Sorcier pour les aider à réaliser leur ambition d'ouvrir une boutique de farce et attrape, mais il était tout de même content de savoir que le fait qu'il ai subventionné leur plan était encore inconnu de Mme Weasley. Elle ne croyait pas que de tenir une boutique était une bonne carrière pour deux de ses fils.

Le dé-Doxyage des rideau pris une bonne parti de la matinée. C'était passé midi que Mme Weasley enleva finalement son écharpe protectrice, s'écroula dans un fauteuil branlant et s'éleva aussitôt avec un cri de dégoût, s'étant assis sur le sac de rat mort. Les rideaux ne bourdonnaient plus. Ils pendait étouffer par la vaporisation intensive. Aux pied de ceux-ci, des Doxy était déposé dans un seau à côté d'un bol de leur ouf noir que reniflait maintenant Pattenrond et auquel Fred et Georges lançait des regards avides

« Je crois que nous nous attaquerons à ceux là après le dîner » Mme Weasley pointait aux fenêtres poussiéreuses des portes des placards se trouvant de chaque côté de la cheminée. Ils était remplis d'un assortiment d'objet bizarre : une sélection de poignard rouillées, des griffes, une peau de serpent roulé sur elle-même, de l'argenterie terni gravé en une langue que Harry ne pouvait comprendre et, le plus exécrable de tout, une bouteille de cristal dont le bouchon était orné d'une série d'opale et Harry était persuadé qu'elle était remplie de sang.

La sonnette sonna encore. Tout le monde regarda Mme Weasley.

« Restez ici » dit-elle fermement en attrapant le sac de rat alors que les cris aigus de Mme Black recommençait « Je vais ramener quelques sandwiches »

Elle quitta la pièce, ferma précautionneusement la porte derrière elle.

Aussitôt, tout le monde accouru vers la fenêtre pour regarder en bas à la porte. Ils pouvaient voir le dessus d'une tête rousse et d'un tas de chaudron empiler avec attention.

« Mundungus! » dit Hermione « Pourquoi il a apporter tout ces chaudrons? »

« Probablement qu'il voulait un endroit sûr où les mettre » dit Harry « C'était pas ce qu'il faisait la nuit où il devait me surveiller, trouver tout ces chaudrons illégaux? »

« Ouais, tu as raison » dit Fred alors que la porte d'entrée s'ouvrait; Mundungus souleva ses chaudron et disparu à l'intérieur

« Ça alors, Maman ne va pas aimer ça »

Lui et Georges se rendirent à la porte, restèrent derrière, et écoutèrent avec attention.

Les cris de Mme Black avaient cessé.

« Mundungus est en train de parler à Sirius et Kingsley » marmonna Fred, fronçant des sourcils avec concentration. « Je n'entend pas bien. Est-ce que vous croyez qu'on peut risquer les Oreilles Extensibles? »

« Ça pourrait valoir la peine » dit Georges « Je pourrais aller furtivement en haut et prendre une pair »

Mais à se moment précis il y eu une explosion de bruit en bas des marches qui rendirent les Oreilles Extensibles pas nécessaire. Tous pouvait entendre très exactement ce que Mme Weasley hurlait le plus fort qu'elle pouvait.

«CE N'EST PAS UN REPÈRE POUR CACHER DES BIEN VOLÉS!!! »

« J'aime entendre Maman crier après quelqu'un d'autre » dit Fred avec un sourire satisfait sur le visage alors qu'il ouvrait la porte d'un pouce pour permettre à la voix de Mme Weasley de mieux pénétrer dans la pièce. « Ça fait un si bon changement »

« COMPLÈTEMENT IRRESPONSABLE, COMME SI NOUS N'AVIONS PAS

D'AUTRES PROBLÈMES SANS VOUS QUI AMENEZ DES CHAUDRONS

VOLÉS DANS LA MAISON!!! »

« Les idiots, ils la laisse faire » dit Georges, secouant la tête.

« Il faut l'arrêter rapidement autrement elle accumule et elle en a pour des heures. Elle mourrais d'envie d'avoir une raison pour crier après Mundungus depuis qu'il était parti sans un mot alors qu'il devait te suivre, Harry. Et là voilà la mère de Sirius qui recommence. »

La voix de Mme Weasley se perdit parmi les cris perçant et clair des portraits dans le couloir. Georges ferma la porte pour noyer le bruit, mais avant qu'il ait pu le faire un Elfe de Maison se faufila dans la pièce. En dehors du chiffon dégoûtant lié à sa taille, il était complètement nu. Il avait l'air très vieux. Sa peau semblait plusieurs fois trop grande pour lui et bien qu'il était chauve comme tout les Elfe de Maison, il y avait une énorme quantité de poeil blanc qui sortait de ses oreilles de chauve-souris. Ses yeux étaient éraillés et couleur gris mer et son nez charnu était large et ressemblait à un nez de cochon. L'Elfe ne fit absolument pas attention à Harry et aux autres. Agissant comme s'il ne pouvait pas les voir. Il se déplaça comme un bossu, lentement et tenacement, jusqu'à l'autre extrémité de la pièce. Tout en marmonnant en un souffle, en une voix enroué et profonde comme le croassement d'une grenouille.

« Ça sent comme un égout et comme un criminel en plus, mais elle n'est pas mieux, espèce de traître de sang avec ses marmots détruisant la maison de ma Maîtresse, oh, ma pauvre Maîtresse, si elle savait, si elle savait les moisissure qu'ils ont laissé entré dans sa maison. Qu'est-ce qu'elle dirait au vieux Kreacher, ah, la honte. Des Sang de Bourbe et des Loup-garou et des traîtres et des voleurs, pauvre vieux Kreacher, qu'est-ce qu'il peut faire? »

« Bonjour Kreacher » dit Fred fortement, fermant la porte en un claquement. L'Elfe gela dans sa progression, arrêta de marmonner et afficha un très prononcé, et peu convainquant, état de surprise.

« Kreacher n'avait pas vu les jeune maître » dit-il se retourna et faisant une révérence à Fred. Toujours en regardant le tapis, il ajouta, très audiblement « Espèce d'enfant de traître »

« Pardon? » dit Georges « J'ai pas bien entendu cette dernière partie »

« Kreacher n'a rien dit » répondit L'Elfe avec une seconde révérence pour Georges, et ajouta à mi-voix et clairement « Et voilà son jumeau, petit monstres pas naturels, il le sont »

Harry ne savait pas s'il devait rire ou non. L'Elfe se redressa, les regardant tous avec malveillance, et apparemment convaincu qu'ils ne pouvaient pas l'entendre alors qu'il continuait à marmonner.

« Et il y a la Sang de Bourbe se tenant là, fort, oh si ma Maîtresse le savait, et il y a ce nouveau garçon, Kreacher ne sait pas son nom. Ce qu'il fait Kreacher ne le sait pas. »

« C'est Harry, Kreacher » dit Hermione comme tentative « Harry Potter »

Les yeux pale de Kreacher s'agrandirent et il marmonna plus rapidement et plus furieusement que jamais.

« La Sang de Bourbe parle à Kreacher comme si elle était mon amie, si la Maîtresse de Kreacher le voyais en telle compagnie, oh, qu'est-ce qu'elle dirait. »

« Ne l'appelle pas Sang de Bourbe! » dirent Ron et Ginny en même temps, très frurieusement.

« Ce n'est pas grave » murmura Hermione « Il n'est pas dans sa bonne pensée, il ne sait pas ce- »

« Ne soit pas si gentille Hermione, il sait exactement ce qu'il dit » dit Fred regardant Kreacher avec haine.

Kreacher marmonait toujours, ses yeux sur Harry.

« Est-ce que c'est vraiment Harry Potter? Kreacher voit sa cicatrice, cela doit être vrai, c'est le garçon qui arrêta le Seigneur des Ténèbre, Kreacher se demande comment il a fait ça »

« C'est ça Kreacher » dit Fred

« Qu'est-ce que tu veux de toute façon? » demanda Georges Les yeux énormes de Kreacher se dirigèrent vers Georges.

« Kreacher fait le ménage » dit-il évasivement.

« L'histoire habituelle » dit une voix derrière Harry.

Sirius était de retour, il fixait l'Elfe depuis la porte. Le vacarme dans le Hall avait cessé; peut-être Mme Weasley et Mundungus avaient continuer leur argumentation dans la cuisine.

À la vue de Sirius, Kreacher fit une ridicule révérence très basse qui lui fit s'écraser son nez de cochon sur le sol.

« Debout » dit Sirius impatiemment « Maintenant, qu'est-ce que tu manigance ? »

« Kreacher fait le ménage » répéta l'Elfe « Kreacher vit pour servir la noble maison de Black »

« Et c'est de plus en plus noir chaque jour, c'est sale » dit Sirius.

« Maître à toujours aimé ses petites blagues » dit Kreacher, faisant encore une révérence, et continua à mi-voix « Maître est un espèce de porc ingrat qui a brisé le coeur de sa mère »

« Ma mère n'avait pas de coeur, Kreacher » dit Sirius d'un ton sec. « Elle se gardait en vie avec de la rancune »

Kreacher fit une autre révérence lorsqu'il dit :

« Comme Maître le dit » il murmura furieusement « Maître n'est pas digne de laver la saleté des botte de sa mère, oh, ma pauvre Maîtresse, qu'est-ce qu'elle dirait si elle voyait Kreacher en train de le servir, lui, comme elle le détestait, comme il était insatisfaisant »

« J'ai demander ce que tu manigançait » dit Sirius froidement « Toute les fois que tu te montre prétextant que tu fais le ménage, tu cache quelques chose dans tes appartements pour qu'on ne puisse pas le jeter »

« Kreacher ne déplacerait jamais quelque chose de sa place habituelle dans la maison du Maître » dit l'Elfe, et marmonna rapidement « Maîtresse ne pardonnerait jamais Kreacher si la tapisserie était jeté, pendant sept siècle elle a été dans la famille, Kreacher doit la sauver, Kreacher ne va pas laisser le Maître et les traître de sang et les marmots la détruire »

« C'est bien ce que je pensais » dit Sirius, regardant avec dédain le mur opposé « Elle doit avoir mi un autre Charme d'Affichage Permanant derrière, je n'en doute pas, mais si je peux m'en débarrasser, je vais le faire. Maintenant, va-t'en Kreacher »

Il semblerait que Kreacher n'osait pas désobéir à un ordre direct; néanmoins, le regard qu'il lança à Sirius lorsqu'il se traîna devant lui était emplit de la plus grande haine et il murmura durant tout le chemin pour sortir de la pièce :

« Il reviens de Azkaban et donne des ordre à Kreacher, oh, ma pauvre Maîtresse, qu'est ce qu'elle dirait si elle voyait la maison maintenant, la pourriture vivant dedans, ses trésors jeté au ordure, elle a jurer qu'il n' était pas son fils et il reviens, ils ont dit qu'il était un meurtrier aussi. »

« Continu de marmonner et je vais devenir un meurtrier! » dit Sirius, irrité, alors qu'il claquait la porte derrière l'Elfe.

« Sirius, il n'est pas bien » plaida Hermione « Je ne crois pas qu'il réalise que nous pouvons l'entendre »

« Il a été seul trop longtemps » dit Sirius « Suivant les ordres débiles du portrait de la mère et parlant à lui même, mais il a toujours été un sale petit- »

« Si tu pouvais juste le libérer » dit Hermione avec espoir « peut-être que- »

« Nous ne pouvons pas le laisse partir, il en sait trop à propos de l'ordre » dit Sirius brusquement « Et de toute façon, le choc le tuerait. Tu suggère qu'il quitte la maison, regarde comment il la protège. » Sirius marcha à travers la pièce jusqu'où était la tapisserie que Kreacher avait essayer de protéger qui pendait à la longueur du mur.

Harry et les autres le suivirent. Elle paraissait très vieille; elle était délavé et semblait avoir été rongée par des Doxys. Néanmoins, le fil doré avec lequel il avait été embelli brillait assez pour leur montrer un superbe arbre généalogique qui remontait (aussi loin que Harry pouvait le voir) jusqu'au moyen Âge. Des mots large, tout en haut, se lisait comme suit :

La noble et très ancienne maison de Black.

Toujours Pur.

« Tu n'es pas là! » dit Harry après avoir observé le bas de l'arbre de près.

« J'ai déjà été là » dit Sirius, pointant un petit trou rond carbonisé dans la tapisserie, comme une brûlure de cigarette. « Ma chère mère m'a enlevé après que j'ai fugué.

Kreacher murmure souvent cette histoire »

« Fugué? »

« Quand j'avais environ 16 ans » dit Sirius « J'en avais assez »

« Où es-tu allé? » demandant Harry en le fixant.

« Chez ton père » dit Sirius « Tes grands-parents ont été très bien à propos de ça; ils m'ont adopté un peu comme un deuxième fils. Ouais, je suis resté chez ton père pendant les vacances scolaires, et quand j'ai eu 17 ans, je me suis trouvé un endroit à moi. Mon oncle Alphard m'avait légué une grosse somme d'argent. Il a été effacé aussi, probablement à cause de ça. Peu importe, même après, j'ai toujours été bienvenu chez M et Mme Potter pour le déjeuner du dimanche, malgré tout.»

« Mais pourquoi tu t'es. »

« Enfuit » Sirius sourit amèrement et passa sa main dans ses longs cheveux mêler. «

Parce que je les détestais tous : mes parents, avec leur manie du sang pur, convaincu que d'être un Black te rendait pratiquement royal. Mon idiot de frère, suffisamment mou pour les croire. »

Sirius enfonça son doigt dans le bas de la tapisserie, au nom de Regulus Black. La date de sa mort (quelque 15 ans plus tôt) suivait la date de naissance.

« Il était plus jeune que moi » dit Sirius « Et un bien meilleur fils, comme on me le rappelait souvent »

« Mais il est mort » dit Harry.

« Ouais » dit Sirius « Stupide idiot. Il s'est allié aux mangemorts »

« Tu plaisantes ?!? »

« Allez Harry, tu n'as pas vu suffisamment de cette maison pour dire le genre de sorcier qu'était ma famille? » dit Sirius, irritable.

« Est-ce que. tes parents étaient de Mangemort aussi? »

« Non, non, mais crois-moi, ils croyait que Voldemort avait une bonne idée, ils étaient pour la purification de la race sorcier, tenir tête aux fils de Moldus et mettre les purs sang en charge. Il n'était pas les seuls, d'ailleurs, ils étaient même plusieurs, avant que Voldemort ne montre sa vraie nature, qui trouvaient qu'il avait une bonne idée des choses. Mais ils ont été surpris quand il ont vu à quel point il était prêt à accumuler du pouvoir. Je crois que mes parents ont cru que Regulus était un bon petit héros au départ. »

« il a été tué par un Auror? » s'essaya Harry.

« Oh non » dit Sirius « Non, il a été tué pas Voldemort. Ou sous les ordres de Voldemort plutôt. Je doute que Regulus ait été suffisamment important pour se faire tuer par Voldemort en personne. D'après ce que j'ai compris après sa mort, il était allé trop loin, il a paniqué à propos de ce qu'on lui demandait de faire et a essayer de s'en aller. Enfin, tu ne peux pas simplement donner ta démission à Voldemort. C'est la servitude à vie ou la mort. »

« Lunch » dit la voix de Mme Weasley.

Elle tenait sa baguette en avant d'elle, balançant un immense chariot remplit de sandwiches et de gâteau. Elle avait le visage rouge et semblait toujours fâchée. Les autres s'approchèrent en quête de nourriture, mais Harry resta avec Sirius qui se penchait sur la tapisserie.

« Je ne l'ai pas regarder depuis des années. Il y a Phineas Nigellus, mon arrière arrière-grand-père, le plus impopulaire Directeur que Poudlard n'a jamais eu et Araminta Mehflua, la cousine de ma mère, qui a essayer de faire passer une loi pour rendre la chasse aux moldus légale et ma chère tante Elladora qui a commencé la tradition d'avoir des Elfes de Maisons alors qu'elle était trop vieille pour pousser sont service à thé, et bien sûr, chaque fois que la famille produisait quelqu'un d'un peu décent, il était renié. Je vois que Tonks n'est pas là. Peut-être que c'est pour ça que Kreacher ne prend pas d'ordre d'elle. Il est supposer faire ce que n'importe qui dans la famille lui dit de faire.

« Toi et Tonks êtes apparenté? » demanda Harry, surpris.

« Oh, ouais, sa mère Andromeda était ma cousine préférée » dit Sirius, examina la tapisserie de plus près « Non, Andromeda n'est pas là non plus, regarde »

Il pointa un autre petit cercle brûler entre deux noms, Bellatrix et Narcissia.

« Les sœurs d'Andromeda sont encore ici car elles ont eu des jolis et respectables mariage de pur sang, mais Andromeda a épousé un enfant de Moldu, Ted Tonks, alors.

»

Sirius mima de faire exploser la tapisserie avec une baguette et rit aigrement. Harry, de son côté, ne riait pas; il était trop occupé à regarder les noms à la droite de la marque calcinée d'Andromeda. Une double ligne d'or rejoignait Narcissa Black avec Lucius Malfoy et il y avait une simple ligne verticale de leur nom jusqu'à celui de Draco.

« Tu es apparenté aux Malfoy! »

« Les familles de pur sang sont toutes reliées » dit Sirius « Si tu laisses tes enfants se marier seulement avec des sangs purs, ton choix est très limité; il n'en reste presque plus.

Molly et moi sommes cousin par alliance et Arthur est quelque chose comme mon cousin au deuxième degré qui a été renié. Mais pas la peine de les chercher ici, s'il y a un groupe de traître de sang, c'est les Weasley.

Mais maintenant Harry regardait les noms à gauche de Andromeda : Bellatrix Black qui était connectée par une double ligne à Rodolphus Lestrange.

« Lestrange » dit Harry à voix haute. Le nom avait allumer quelque chose dans son esprit; il l'avait vu quelque part, mais au moment où il se disait qu'il ne savait pas où, l'étrange sensation d'une boule dans l'estomac.

« Ils sont à Azkaban » dit Sirius rapidement.

Harry le regarda curieusement.

« Bellatrix et son mari Rodolphus y sont entré avec Barty Crouch Junior » dit Sirius avec la même voix brusque «Le frère de Ropholphus, Rabastan, était avec eux aussi. »

Puis Harry se rappela, il avait vu Bellatrix Lestrange dans le Pensieve de Dmbledore, cet étrange appareil dans lequel les pensées et les souvenirs pouvaient être rangés. C'était une grande femme avec des lourdes paupières, qui s'était tenue debout à son procès pour clamer sa continuelle allégeance à Lord Voldemort, sa fierté d'avoir essayé de la retrouver après sa chute et sa conviction qu'un jour elle serait récompensée de sa loyauté.

« Tu n'as jamais dit que c'était ta. »

« Est-ce que ça a la moindre importance que ça soit ma cousine? » trancha Sirius « Aussi loin que cela me concerne, ils ne sont pas de ma famille. Elle n'est sûrement pas de ma famille. Je ne l'ai jamais vu depuis le temps où j'avais ton âge, à moins de compter la fois où je l'ai aperçu alors qu'elle entrait à Azkaban. Tu crois que je suis fier d'être apparenté à des gens comme elle? »

« Désolé » dit rapidement Harry « Je ne voulais pas dire. J'étais juste surpris, c'est tout. »

« C'est pas grave, ne t'excuse pas » marmonna Sirius.

Il s'éloigna de la tapisserie, ses mains profondément enfouies dans ses poches.

« Je n'aime pas être de retour ici » dit-il, regardant l'autre côté de la salle de dessin «

J'aurais jamais pensé être encore pris dans cette maison »

Harry comprenais complètement. Il savait comment il se sentirait, quand il grandissait et pensait s'être libéré d'un endroit pour toujours, mais de retourner vivre au numéro 4, Privet Drive.

« C'est parfait comme quartier général, bien sûr » dit Sirius « Mon père a mis toutes les mesures de sécurité connues du genre sorcier ici de son vivant. Elle est incartable alors les Moldus ne pouvaient pas venir ou appeler, comme s'il l'avait jamais voulu et maintenant Dumbledore à ajouté sa protection, tu trouverais difficile de trouver une maison plus sûre quelque part. Dumbeldore est le Gardien du Secret pour l'Ordre, tu sais. Personne ne peut trouver nos quartiers généraux sauf s'il leur dit personnellement où c'est. Cette note que Moody t'as montrée la nuit dernière, elle était de Dumbledore »

Sirius eut un rire qui ressemblait à un court aboiement.

« SI mes parents pouvaient voir à quoi sert leur maison maintenant. Enfin, le portrait de ma mère doit te donner une idée »

Il se reforgea un moment, puis soupira.

« Ça ne me dérangerait pas si je pouvais juste sortir de temps en temps et faire quelque chose d'utile. J'ai demandé à Dumbledore si je pouvais t'escorter à ton audience. comme Snuffle, évidemment. Comme ça j'aurais pu te donner un peu de moral, qu'est-ce que t'en penses? »

Harry se sentit comme si son estomac venait de se noyer dans le tapis poussiéreux. Il n'avait pas pensé à l'audience depuis le dîner de la veille dans l'excitation de revoir les personnes qu'il aimait le plus, et d'entendre tout ce qui se passait, ça lui était complètement sorti de la tête.

Au mot de Sirius, cependant, le sentiment écrasant de la peur revint en lui. Il regarda Hermione et les Weasley, tous mangeant de bon appétit leurs sandwiches et pensa à comment il se sentirait s'ils devaient retourner à Poudlard sans lui.

« Ne t'inquiète pas » dit Sirius.

Harry le regarda et réalisant que Sirius l'observait.

« Je suis sûr qu'il vont éclaircir ton dossier. Il y a définitivement quelque chose dans le Statut de Discrétion à propos du droit de faire de la magie pour te sauver la vie »

Sirius souria malheureusement.

« Tu vas voir »

« Je me sentirait beaucoup mieux à propos de l'audience si je savais que je n'aurais pas à retourner chez les Dursley après » le pressa Harry.

« Ils doivent être terrible si tu préfère cet endroit » dit Sirius sombrement.

« Dépêchez-vous vous deux, ou il ne restera plus de nourriture » les appela Mme Weasley.

Sirius poussa un autre grand soupir, jeta un regard noir à la tapisserie, puis Harry et lui rejoignirent les autres.

Harry essaya du mieux qu'il pu pour ne pas penser à l'audience pendant qu'ils vidait les armoires aux portes vitrées cet après midi là. Heureusement pour lui, c'était un travail qui demandait beaucoup de concentration étant donné que plusieurs des objets à l'intérieur semblaient résister à se faire enlever de leur rayon poussiéreux. Sirius subit une mauvaise morsure d'une boîte à tabac en argent; après quelques secondes, sa main mordue avait développer une désagréable croûte qui la couvrait comme un gant brun et dur.

« C'est ok » dit-il, examinant sa main avec intérêt avant de la taper doucement avec sa baguette pour remettre la peau en son était normal. « Il doit y avoir de la poudre Wartcap dedans. »

Il lança la boîte sur le côté, dans le sac où ils déposaient les débris des armoires.; Harry vit Georges s'envelopper attentivement la main dans un linge quelques instant plus tard et mettre subtilement la boîte dans une poche déjà pleine de Doxy. Ils trouvèrent un désagréable instrument en argent, quelque chose qui avait plusieurs pattes qui aborda le bras de Harry comme une araignée. et lorsqu'il la souleva, elle essaya de crever sa peau.

Sirius la prit et l'écrasa avec un gros livre intitulé : les Noble de Nature : la Généalogie des Sorciers. Il y avait une boîte musicale qui émettait le tintement d'une chanson faiblement sinistre et ils se retrouvèrent tous curieusement faibles et fatigués jusqu'à ce que Ginny ait le bon sens de claquer fermement le couvercle. Il y avait un cadenas qu'aucun d'eux ne pouvait ouvrir, un certain nombre d'anciens sceaux, et, dans une boîte poussiéreuse, un Ordre de Merlin, Première Classe qui avait été donné au grand-père de Sirius pour service rendu au Ministère.

« Ça veut dire qu'il leur a donné beaucoup d'argent » dit Sirius en le contemplant, et jeta le métal dans le sac à ordure.

Plusieurs fois, Kreacher se glissa dans la pièce et essaya de faire passer en douce certaines choses sous son vêtement, marmonnant d'horribles malédictions chaque fois qu'il le prenait à faire ainsi. Quand Sirius arracha de sa prise un large anneau d'or portant l'armoirie des Black, Kreacher fondit carrément en larmes, furieux, il quitta la pièce en sanglotant et traitant Sirius de noms que Harry n'avait jamais entendu avant.

« C'était à mon père » dit Sirius en lançant l'anneau dans le sac. « Kreacher ne lui était pas aussi dévoué qu'à ma mère, mais je l'ai déjà pris en train de dérober un vieux pantalon de mon père la semaine dernière. »

Mme Weasley les garda tous très occupés durant les jours suivants. La salle de dessin prit trois jours à décontaminer. Finalement, le seule chose indésirable qui y restait était la tapisserie de l'arbre généalogique de la famille Black, qui résista à toute leur tentative de l'enlever du mur, et le bureau à dessin agité. Maugrey n'était pas passé par le quartier général jusqu'à maintenant, alors ils ne pouvaient être certains de ce qu'il y avait à l'intérieur.

Il se déplacèrent de la salle de dessin jusqu'à la salle à manger au rez-de-chaussée où ils trouvèrent des araignée aussi grosse que des soucoupe cachée dans le garde robe. (Ron quitta la pièce précipitamment pour se faire une tasse de thé et ne revint pas avant une heure et demie)

La porcelaine, qui portait les armoiries et la devise des Black, fut jeter sans cérémonie dans le sac par Sirius, et un destin semblable attendait une série de photographies dans des cadres d'argent ternis, tout ces occupants poussèrent des cris aigus alors que la vitre qui les recouvrait se brisa. Rogue pouvait référer à leur ouvrage comme étant du ménage, mais dans l'opinion d'Harry, ils faisaient vraiment la guerre à la maison, ce qui menait une très bonne bataille avec l'aide de Kreacher. L'Elfe de Maison n'arrêtait pas d'apparaître chaque fois qu'ils se rassemblaient, son marmonnement devenait de plus en plus offensant lorsqu'il essayait d'enlever tout ce qu'il pouvait des sacs à ordure. Sirius en était même jusqu'à le menacer avec des vêtement, mais Kreacher le fixait d'un oeil vague et dit : « Maître doit faire comme Maître le veut » avant de s'en retourner et de marmonner plus fort « mais Maître ne renvoira pas Kreacher, non, car Kreacher sait ce qu'il manigance, oh oui, il manigance contre le Seigneur des Ténèbres, oui, avec les Sang de Bourbe et les traîtres et les sales »

Ce à quoi Sirius, ignorant les protestation d'Hermione, saisit Kreacher par le derrière de son vêtement et le lança carrément hors de la pièce.

La sonnette était utilisée plusieurs fois par jour, ce qui était le signal de départ pour les hurlement de la mère de Sirius, et pour Harry et les autres d'essayer d'être aux écoutes des visiteurs, même s'ils glanaient très peu des bref coup d'oeil et mouvements des conversations qu'ils avaient la possibilité d'entendre avant que Mme Weasley les rappelle à l'ouvrage. Rogue s'infiltra dans et hors de la maison plusieurs fois, mais une chance pour Harry ils ne furent jamais face à face; Harry entraperçu aussi son enseignant de métamorphose, le Professeur Mc Gonagal, qui avait l'air très étrange dans une robe et un manteau moldu, et semblait elle aussi trop pressée pour traîner. Quelques fois, cependant, les visiteurs restaient pour aider. Tonks les rejoint pour un après-midi mémorable durant lequel une vieille goule meurtrière tapie dans les toilette à l'étage; et Lupin, qui restait à la maison avec Sirius, mais qu'il dut quitter durant de longues périodes pour faire de mystérieuses missions pour l'Ordre, les aida à réparer l'horloge de Grand-Père qui avait développé la mauvaise habitude de lancer de lourds boulons aux passants. Mundungus s'éleva d'un cran dans l'estime de Mme Weasley en secourant Ron d'un ancien assortiment de robes violettes qui avaient essayé de l'étrangler alors qu'il les enlevait du garde-robe.

En dehors du fait qu'il dormait toujours mal, ayant encore des rêves de corridors et de portes barrées qui faisaient picoter sa cicatrice, Harry essayait de s'amuser pour la première fois de l'été. Aussitôt qu'il était occupé, il était content; quand l'action diminuait, cependant, aussitôt qu'il baissait sa garde, ou s'étendait exhaussé dans son lit regardant des ombres brouillées à travers la plafond, la pensée de la menaçante audience au Ministère le retrouvait. La peur s'enfonçait à l'intérieur de lui comme des aiguilles, et il se demandait qu'est ce qui lui arriverait s'il était expulsé. L'idée était tellement terrible qu'il n'osait pas la formuler à voix haute, pas même devant Ron et Hermione, qui, même s'il les voyaient souvent murmurer ensemble et lançant des regards inquiets dans sa direction, firent comme lui et ne le mentionnèrent pas.

Quelques fois, il ne pouvait empêcher son imagination de lui montrer un Ministère sans visage qui brisait officiellement sa baguette en deux et le renvoyant chez les Dursley.

Mais il ne pouvait pas partir, il était déterminé sur ce point. Il reviendrait ici, à Grimmauld Place, et vivrait avec Sirius.

Il se sentait comme si une brique était tombé dans son estomac quand Mme Weasley se tourna vers lui durant le dîner de mercredi soir et lui dit calmement :

« J'ai repasser tes plus beaux vêtement pour demain matin, Harry, et je veux que tu te lave les cheveux se soir aussi. Un bonne première impression peut faire des miracles »

Ron, Hermione, Fred, Georges et Ginny arrêtèrent tous de parler et le regardèrent.

Harry hocha la tête et essaya de manger sa bouchée, mais sa bouche devint si sèche qu'il ne pouvait plus mastiquer.

« Comment je dois m'y rendre? » demanda-t-il à Mme Weasley, essaya de sonner indifférent.

« Arthur t'amène au travail demain » dit Mme Weasley gentiment.

M. Weasley fit un sourit encouragea à Harry de l'autre côté de la table.

« Tu pourras attendre dans mon bureau jusqu'à ce que ça soit l'heure de l'audience. » dit-il.

Harry regarda Sirius, mais avant qu'il ne puisse poser sa question, Mme Weasley y répondit.

« Professeur Dumbledore ne croit pas que c'est une bonne idée que Sirius t'accompagne, et je dois dire que je crois. »

« Qu'il a raison » dit Sirius au travers de sa mâchoire serrée.

« Il est venu hier soir, quand tu était au lit » dit M Weasley.

Sirius poignarda maussadement une patate avec sa fourchette. Harry baissa ses yeux vers son assiette. La pensée que Dumbledore avait été à la maison la veille de son audience et qu'il n'ai même pas demander à la voir, le faisait se sentir, si c'était possible, encore plus mal.

Chapitre 7 : LE MINISTÈRE DE LA MAGIE

Harry se réveilla brusquement vers 5 heures et Demie c'était comme si quelqu'un avait hurlé dans son oreille. Apres quelques instants il resta immobile comme si la simple pensée de l'audience disciplinaire avait empli chaque particules de son cerveau, incapable de le supporter, Harry sauta du lit mit ses lunettes.

Madame Weasley avait repasser son jeans et son tee-shirt et les avaient déposés, fraîchement blanchi, au pied de son lit. Harry se dirigea vers ses vêtements. L'image blanche qui se trouvait sur le mur et qui étais voilée derrière un rideau rit de nouveau.

Ron était couché, étendu sur le dos, sa bouche grand ouverte, endormi. Il ne remua pas lorsque Harry traversa la salle, marcha hors de la pièce et ferma la porte doucement derrière lui. Il essaya de ne pas penser que la prochaine fois ou il verrait Ron, ils ne seront peut être plus des amis de Poudlard.

Harry marcha silencieusement vers le bas des escaliers et il passa devant les têtes des ancêtres de Kreacher, il se retrouva en bas dans la cuisine. Il avait prévu qu'elle soit vide, mais quand il atteignit la porte il entendît le grondement doux de voix se trouvant de l'autre côté. Il poussa la porte et vît Monsieur et Madame Weasley, Sirius, Lupin et Tonks presque comme s'ils l'attendaient à le voir apparaître d'une seconde à une autre.

Ils étaient tous entièrement habillé mise a apart Madame Weasley, qui portait toujours sa robe de chambre violette .

Elle se leva dès que Harry fît son apparition.

-Le petit déjeuner est servi dit-elle en dirigeant sa baguette vers le feu .

-Bonjour Harry, dit Tonks en baillant.

Ses cheveux étaient blonds et bouclés ce matin.

-Bien dormi?

-Ouais, dit Harry.

-Je suis resté éveillé toute la nuit dit-elle. En baillant une seconde fois

-Viens et assieds-toi..

Elle rapprocha une chaise en poussant celle d'a coté.

-Que veux-tu Harry , demanda Madame Weasley. Lard salé, muffins, oeuf-bacon ou toast ?

-Seulement...... seulement des toast merci répondit Harry .

Lupin jeta un coup d'oeil à Harry, puis dit à Tonks,

-Que disais-tu à propos de Scrimgeour ?

-Oh... ouais... bien, nous avons besoin d'être un peu plus prudent, On nous a posé de drôles de questions à moi et à Kingsley.

Harry se sentit soulagé de ne pas être obligé de répondre à des questions.

Son estomac se contractait.

Madame Weasley plaça des Toasts et la marmelade devant lui; il essaya de manger, mais c'était comme s il mastiquait du plancher.

Madame Weasley se plaça côté de lui et commença à arranger son tee-shirt, plissant dans l'étiquette et enlevant les plis se trouvant sur ses épaules.

Il aurait souhaité qu'elle ne fasse rien de cela .

-... Et je devrai prévenir Dumbledore que je ne pourrai pas me charger de la garde de nuit, demain. Je suis trop fatigué, dit Tonks en bâillant encore

-Je vous remplacerai, dit M Weasley.

-D’accord, De plus j'ai un rapport à finir.

M Weasley ne portait pas de robes de sorcier mais un pantalon en Denim et un vieu veston de grenadier.

Il se tourna vers Harry.

-Comment te sens tu?

Harry se renfrogna

-Tous sera bientôt fini. dit M Weasley sur un ton convaincant.

Dans quelques heures tu seras libre.

Harry ne dit rien.

L'audience se trouve à mon étage, dans le bureau de Amelia Bones. C'est la directrice du Service des Application de la loi Magique, et c'est elle qui te questionnera.

-Amelia Bones est correct, Harry. dit Tonks sérieusement. Elle est juste, elle t' écoutera.

Harry hocha la tête ,incapable de répondre quoi que ce soit.

-Ne perd jamais courage, dit Sirius brusquement.

-Reste poli, et tien toi en au fait. Harry hocha la tête une seconde fois.

-La loi est de ton côté, dit Lupin doucement. Les sorciers même mineurs ont le droit d'utiliser la magie dans des situations critiques.

Quelque chose de très froid coulait sur la nuque d'Harry. Durant un instant il cru qu'on lui lançait un Charme de Désillusion, Mais il se rendit compte que Madame Weasley peignait ses cheveux avec une brosse humide. Elle appuya très fort sur le sommet de sa tête.

-Il ne seront jamais lisses. dit-elle désespérément.

Harry secoua sa tête. M Weasley vérifia sa montre et se leva.

-Je pense que nous devrions partir maintenant, dit-il

-Nous arriverons à l'avance mais je pense qu'il serait préférable que tu patiente au ministère au lieu de te morfondre ici.

-D'accord, dit Harry automatiquement, il fît tomber son toast et se leva immédiatement.

-Tout ira bien Harry, dit Tonks en lui caressant le bras.

- Bonne chance, dit Lupin. Je suis sûr que tous se passera bien.

-Et si ce n'est pas le cas, dit Sirius dùn ton menaçant, j'irai voir cette Amelia Bones pour toi .

Harry sourit faiblement et Madame Weasley l'embrassé.

-Nous croiserons tous nos doigts, dit-elle.

-Merci....... dit Harry. Bien... À plus tard alors.

Il suivit M Weasley le long du couloir.

Il entendait la mère de Sirius ronchonnant dans son sommeil derrière un rideau.

M Weasley déverrouilla la porte et ils marchèrent tous deux dans la brume du matin.

-En temps normal, vous n'allez pas à votre travail à pied ? Demanda Harry pendant qu'

ils déambulaient dans le quartier.

-Non, d'habitude je transplane. Dit M Weasley. Mais évidemment c'est impossible car dans un premier temps tu ne peux pas puis ensuite il en est mieux ainsi. Nous arrivons bientôt... fait bonne impression, montre l'éducation que tu a reçu...

M Weasley garda sa main dans son veston pendant qu'ils marchaient. Harry savait qu'il avait sa baguette à porter de main.

Les rues étaient presque désertes, mais quand ils arrivèrent dans la petite station souterraine ils y avaient déjà tous les travailleurs matinaux.

Monsieur Weasley était enthousiaste comme jamais quand il se trouvait à proximité de Moldus, il avait des difficultés à se contenir.

-Simplement fabuleux, il chuchota, indiquant les distributeurs automatiques de billet.

-Merveilleusement ingénieux.

-Ils sont hors service dit Harry, désignant le panneau.

-Oui, mais même si... dit M Weasley, rayonnant. Ils achetèrent leurs billets dans le centre info. (Harry contrôla la transaction, étant donné que M Weasley n'était pas très bon avec l'argent de Moldu).Cinq minutes plus tard ils montèrent dans un train souterrain les menant directement à Londres.

M Weasley regarda à travers les fenêtres avec impatience et vérifia et revérifia la Carte Souterraine.

-Quatre autres arrêts, Harry.. Trois arrêts maintenant.. Deux arrêts pour aller, Harry... Ils sortirent à une station menant dans le cœur de Londres, et ils furent balayé du train par une marée d'hommes d'affaire et de femmes qui portaient des mallettes.

En haut de l'escalier, ils passèrent par le tourniquet. (M Weasley fût enchanté de la façon dont la machine avala son billet), et ils émergèrent dans une rue large ou se trouvaient d'imposants immeubles. La circulation était déjà à son comble.

-Où sommes nous ? dit M Weasley d'un air absent.

Harry pensa qu' ils s'étaient trompés station en dépit des informations perpétuelles que donnait la carte de monsieur Weasley.

Une seconde plus tard il dit:

-Ah oui... par là, Harry, et il le mena vers bas sur la route de côté.

-Désolé, dit-il, mais je ne viens jamais en train et tout paraît plutôt différent d'un point de vue Moldu. A vrai dire, je n'ai jamais utilisé l'entrée des visiteurs avant. Plus ils marchèrent, et moins les bâtiments paraissaient imposants, jusqu'à ce que finalement ils atteignirent une ruelle qui contenaient plusieurs bureaux usés ainsi qu'un bar débordant de monde.

Harry s'était imaginé un emplacement plus impressionnant pour le Ministère de la Magie.

-Nous y sommes, dit M Weasley, désignant avec joie une vieille cabine téléphonique rouge, à qui il manquait plusieurs volets de verre devant un mur plein de graffiti.

-Après toi, Harry.

Il ouvrit la porte de la cabine téléphonique.

Harry marcha à l'intérieur, se demandant ce que cela pouvait bien représenter pour les sorciers.

M Weasley se plia près de Harry et ferma la porte. C'était un peu serré, Harry était bloqué contre le combiné de téléphone, qui était tordu et pendait contre le mur comme si un vandale avait essayé de l'arracher. M Weasley atteignit le combiné.

-M Weasley, je pense que c'est hors service, dit Harry .

-Non, non, je suis sûr que non..... c'est beau, dit que M Weasley, tenant le récepteur pardessus sa tête et en scrutant le cadran.

-Voyons le numéro... six... il composa le numéro, deux... quatre... et un autre quatre... et un autre deux... Quand le cadran a ronronna à la place de la tonalité.

Une voix de jeune femme semblait sortir de la cabine téléphonique et non pas du récepteur que tenait M Weasley à la main, mais cela semblait ordinaire que la femme invisible se tienne à côté d'eux.

-Bienvenu au Ministère de la Magie. S'il vous plaît annoncer votre nom et le but de votre visite.

-Heuh... ..dit M Weasley, Incertain de devoir parler dans le récepteur. Il opta finalement pour un compromis en tenant le tuyau à son oreille, Arthur Weasley, du département des Usages Impropre et des Objets Moldus, accompagné de Harry Potter, qui a été demandé pour assister à une audience disciplinaire...

-Merci, a dit la voix de la femme.

-S'il vous plait le jeune homme doit prendre l'insigne et l'attacher à sa robe. Il y eut un déclic et un cliquetis, et Harry vît tomber quelque chose du toboggan métallique où d'habitude se retourne les pièces.

Il ramassa l'objet, c'était un insigne d'argent, carré avec inscrit dessus

"Harry Potter, Audience Disciplinaire" .

Il accrocha l'insigne au devant de son TEE-SHIRT alors que la voix de la femme parlais toujours.

-Il a été exigé que le garçon se soumette à une recherche et présente sa baguette pour l'enregistrement au bureau de sécurité, qui se trouve à la fin de l'Atrium.

Le plancher de la cabine téléphonique frémi.

Ils s'enfonçaient lentement dans le sol. Harry regardait avec appréhension le trottoir qui semblait s'élever au dessus de la cabine téléphonique.

L'obscurité les rattrapaient.

Alors qu'ils ne pouvaient rien voir, ils entendirent un bruit terne comme si la cabine téléphonique faisait une descente vers le centre de la terre.

Après une minute, bien que cela parut beaucoup plus long à Harry, un rai de lumière dorée illumina ses pieds et, s'élargit, vers le haut de son corps.

La lumière frappa ses yeux qui clignotèrent à cause de la lumière vive.

-Le Ministère de la Magie vous souhaites une agréable journée, dit la voix de la femme.

La porte de la cabine téléphonique s'ouvrit et M Weasley en est sorti, suivi par Harry, dont la bouche était grande ouverte.

Ils se tenaient à la fin d'un très long et splendide couloir. Ou se trouvait un plancher de bois extrêmement poli et sombre. Le plafond bleu pale était magnifiques avec des symboles dorés célestes et immenses qui faisait office de panneau d'affichage.

Les murs se trouvant de chaque côté, ont été lambrissés dans le bois sombre brillant et contenaient beaucoup de cheminées dorés .

Chaque seconde une sorcière ou un sorcier émergeaient d'une cheminée se trouvant à gauche avec un léger bruit.

Sur la droite , de courtes fils se formaient, attendant le départ.. A mi-chemin en bas du couloir, se trouvait une fontaine. Des statues dorées, plus grandes les unes que les autres, se tenaient au milieu d'une mare circulaire.

La Plus grande était un sorcier qui avait un regard noble et qui pointait sa baguette droit en haut dans l'air. Près de lui se trouvaient une belle sorcière, un centaure, un lutin et un elfe de maison .

Les trois derniers le regardait avec adoration.

Les jets scintillants de l'eau volaient de leurs fines baguettes, le point de la flèche du centaure, la pointe du chapeau du lutin et chacune des oreilles de L'elfe de maison, pour que le sifflement des jets d'eau soient ajoutée aux bruits secs du transplanage et le cliquetis des pas des centaines de sorcières et de sorciers, la plupart mélancolique, se rendaient vers un pont d'or. A la fin du couloir.

-Par là, dit M Weasley.

Ils rejoignirent un groupe d'employés du ministère, une partie portaient chancelants un grands nombres de parchemin, et les autres serviettes éprouvées; les autres lisaient calmement le Daily Prophet pendant qu'ils marchaient. Quand il passèrent la fontaine Harry vît des Mornilles argentées

et des Noises en bronze au fond de la mare. Ainsi qu'un petit panneau sal ou l'on pouvait lire:

TOUS LES BÉNÉFICES DE LA FONTAINE DES FRÈRES MAGIQUES

SERONT DONNES A L'HÔPITAL STE-MANGOUSTE POUR LES MALADIES

ET LES BLESSURES MAGIQUES.

Si je ne suis pas expulsé de Poudlard, je mettrai dedans dix Galions, s'est retrouvé à penser désespérément Harry.

-Par ici Harry, a dit M Weasley, et ils marchèrent le long du ruisseau avec les employés du Ministère se dirigeant vers le pont d'or.

Assis à un bureau de gauche, en dessous d'un panneau de Sécurité, un sorcier mal rasé et qui portait une robe bleu pale les regarda arriver et mis son journal de côté.

-J'escorte un visiteur dit M. Weasley attrapant Harry.

-Passe par ici, a dit le sorcier dans une voix ennuyée.

Il prit une tringle dorée longue, mince et flexible qui ressemblait à une antenne de voiture, et l'a passa de haut en bas, devant et derrière Harry.

-La baguette, a grogné le sorcier de sécurité à Harry,

Mettant l'instrument hors de sa main. Harry présenta sa baguette. Le sorcier la laissa tombé sur un instrument de cuivre étrange, qui ressemblait à quelque chose comme une série d'échelles avec seulement un bout. Il commença à vibrer. Une bande étroite de parchemin vînt expédier d'une fente dans la base. Le sorcier a déchiré le parchemin et la lu..

-Onze pouces, une plume de phoenix, a été utilisé depuis 4 ans. Cèst ça ?

-Oui, dit Harry nerveusement.

-Je garde ceci, a dit le sorcier, plaçant le parchemin sur une petite lance de cuivre. Vous recevez ceci à votre retour, a t-il ajouté, poussant la baguette à Harry.

-Merci.

-Pour sur; dit le sorcier lentement.

Ses yeux avaient regarder l'insigne d' argent sur la poitrine de Harry puis ensuite son front.

-Merci, Eric, a dit M Weasley fermement, il saisit Harry par l'épaule il l'éloigna du bureau. Bousculé légèrement par la foule, Harry fut mené dans un plus petit couloir par M Weasley à un endroit où au moins vingt ascenseurs se tenaient derrière les grilles dorés.

Harry et M Weasley rejoignerent la foule dans l'ascenseur le plus près. Un grand sorcier barbu qui tenait une grande boîte de carton et qui émettait des grincements parla.

-Bien, Arthur a dit le sorcier, hochant à M Weasley.

-Qu'avez vous reçu là-bas, Bob a demandé M Weasley, regardant la boîte.

-Nous n'en sommes pas sûrs, a dit le sorcier sérieusement. Nous avons pensé que C'était un poulet des marécages énorme jusqu'à ce qu'il commence à craché du feu. Ca mà tout l'air d'une infraction sérieuse de l'Interdiction sur L'élevage d'animaux d'expérimentation. Avec un grand cliquetis, un ascenseur descendit devant eux; la grille doré glissa vers l'extérieur et Harry et M Weasley sont entrèrent dans l'ascenseur avec le reste de la foule. Harry se trouva bloqué contre le mur du fond. Plusieurs sorcières et sorciers le regardèrent curieusement et il fixa ses pieds pour éviter d'attirer l'attention, aplatissant Sa frange pour cacher sa cicatrice. Les grilles glissèrent fermement avec un bruit sourd et il se mît a monter lentement, pendant que la même voix de femme entendu dans la cabine téléphonique résonna encore:

-Le niveau Sept, le Service des Jeux et des Sports Magiques, incorporant le siège social de la ligue de Quidditch Anglaise et Irlandaise, le Club Officiel de Gobstones et le Bureau des Brevets Risible. Les portes d'ascenseur se sont ouvertes. Harry jeta oeil dans couloir, avec les diverses affiches d'équipes de Quidditch clouer de travers sur les murs.

Un des sorciers dans l'ascenseur, portait une brassée de manches à balai, se dégagea avec difficulté et disparu en bas dans le couloir. Les portes refermées, l'ascenseur monta encore et la voix de la femme annonça:

-le Niveau Six, le Service de Transport Magique, incorporant l'Autorité de Réseau de Cheminette, le Poste de contrôle de la régulation des balais, le Bureau de Portoloin et le Centre de Test d'Apparition. De nouveau les portes d'ascenseur ont ouvert et quatre ou cinq sorcières et sorciers sont sorti; en même temps, plusieurs avions de papier ont foncé dans l'ascenseur. Harry dévisagea ses avions en se demandant quèlle était leur utilité alors quìls planaient au dessus de sa tête; ils étaient d'une couleur violette pâle et il pouvait voir le Ministère de la Magie affranchie le long du bord de leur aile.

-Ce sont des notes inter-départementales, lui marmonna M. Weasley. Nous avons utilisé des hiboux, mais le désordre était incroyable... des lettres partout dans les bureaux...

Comme ils montaient encore, le battement des ailes des notes faisait osciller la lampe du plafond de l'ascenseur. -Niveau Cinq, Service de coopération magique internationale, incorporant les corps d'échange magique standard international, le bureau de loi international magique et le Siège de la confédération britannique internationale. Quand les portes se sont ouvertes, deux des notes ont fait un zoom vers la sortie avec quelques-uns des sorcières et des sorciers, mais plusieurs autres notes ont fait leur entrées.

-Le niveau Quatre, le Service pour le Règlement et le Contrôle des Créatures Magiques, La corporation des bêtes, la division des Êtres et des esprits, le Bureau de Liaison de Gobelin et le Bureau des pestes Consultatif. Excusez-moi a dit le sorcier qui porte le poulet qui crache le feu et il sorti de l'ascenseur suivi par un petit troupeau de notes. Les portes se refermèrent encore.

-Le niveau Trois, le Service d'Accidents et des Catastrophes Magiques, y compris l'Escouade de recouvrement des accidents magique, les sièges des oubliators et le Comité d'Excuse Digne pour Moldu. Tout le monde quitta l'ascenseur sur ce plancher sauf M Weasley, Harry et une sorcière qui lisait un morceau extrêmement long du parchemin qui traînait par terre. Les notes restantes ont continué à planer vers la lampe comme l'ascenseur montait encore, alors les portes se sont ouverte et la voix a fait son annonce.

-Le niveau Deux, le Service d'Application de la loi Magique, y compris le bureau de l'usage de la magie interdit, le Siège des Aurors et les Services d'Administration de Wizengamot.- -Cèst à nous, dit M Weasley, et ils suivirent la sorcière hors de l'ascenseur dans un couloir pleines de portes.

-Mon bureau est de l'autre côté du plancher.

-M Weasley dit Harry, quand ils passèrent devant une fenêtre par laquelle les rayons du soleil passaient, nous ne sommes plus sous terre ?

-Nous y sommes toujours a dit M Weasley. Ce sont des fenêtres enchantés. L'Entretien magique décide ce que nous verrons tous les jours. Nous avons eu deux mois d'ouragan la dernière fois qu'ils ont demandé une augmentation de salaire...

Juste au coin, Harry. Ils tournèrent au coin, marchèrent devant quelques portes en chênes et émergèrent dans une salle en désordre divisé en box, ou résonnait des discours et des rire.

Les notes faisaient un zoom vers les box comme de petites fusées miniature. Un panneau de travers se trouvant sur le bureau le plus proche disait: "les Siège principaux des Aurors".

Harry regarda furtivement par l'embrasures des portes quand ils passèrent . Les Aurors avaient couvert leurs murs avec toutes sortes d'images de sorciers et de photographies de leurs familles, ainsi que des affiches de leurs équipes préférés de Quidditch et des articles du Daily Prophet. Un homme écarlate avec une queue de cheval plus longue que Bill était assis avec les pieds sur son bureau dictant un texte à sa plume à papote. Un petit plus loin une sorcière avec une pièce par-dessus un oeil discutait par dessus son cubicule avec Kingsley Shacklebolt.

-Bonjour Weasley, dit Kingsley négligemment, comme sìl ne se connaissait pas beaucoup.

-Je voudrais vous parler, vous avez une seconde ?

-Oui, si cèst vraiment pour une seconde dit M Weasley, je suis plutôt pressé. Ils parlèrent comme s'ils se connaissaient à peine et quand Harry ouvrit sa bouche pour dire bonjour à Kingsley, M Weasley lui marcha sur son pied.

Ils suivirent Kingsley le long du rang jusque dans le dernier cubicule. Harry reçu un choc lorsqu'il vit sur le bureau une affiche du visage de Siruis. Les coupures de journal et les vieilles photographies - même celles ou Sirius était témoins du mariage de ses parents couvraient les murs. Le seul espace sans photo de Sirius était une carte du monde dans lequel de petites épingles rouges luisait comme les bijoux.

-Ici, a dit Kingsley brusquement à M Weasley, poussant une pile de parchemin dans sa main..

-J'ai besoin de beaucoup d'information sur le vol de véhicule Moldu qui se sont produit dans le dernier des douzes mois. Nous avons reçu l'information que Black pourrait toujours utiliser sa vieille motocyclette. Kingsley fit un clin dòeil à Harry et ajouta dans un chuchotement, Donner lui la revue, il pourrait la trouver intéressante.

-Et que ça ne prenne pas trop longtemps, Weasley, le retard sur ce rapport de jambe de feu a tenu notre investigation en haut pour un mois.

-Si vous aviez lu mon rapport vous sauriez que le terme est des armes à feu, a dit M

Weasley froidement. Et j'ai peur que vous devrez attendre l'information sur les motocyclettes; nous sommes extrêmement occupé actuellement. Il a baissa sa voix et dit,

-Si vous pouvez partir avant sept heure, Molly fait un ragoût. Il a appelé Harry d'un geste et ils sortirent du cubicule pour passer par une deuxième série de portes de chêne, dans un autre passage, ils tournèrent à gauche, marchèrent le long d'un autre couloir, une autre tour droite dans un couloir faiblement éclairé et distinctement usé, et atteignirent finalement un cul de sac, où sue le coté se trouvait une porte entrouverte, révélant un cagibi, et sur la droite une porte ou on pouvait lire sur une plaque de cuivre ternie: "l'Usage Impropre d'Objets de Moldu".

Le bureau miteux de M. Weasley sembla être légèrement plus petit que le cagibi. Deux bureaux avaient été mit en un et il y avait à peine l'espace pour les déplacement à cause de tous les classeurs à tiroirs qui débordait le long des murs, sur lesquels chancelaient des tas de fichiers.

Le petit coin de mur disponible reflétais la passion de M. Weasley.

Plusieurs affiches de voitures, y compris celui d'un moteur démonté; deux illustrations de boîte aux lettres qu'il semblait avoir coupé de livres des enfants de Moldu; et un diagramme montrant comment déboucher un bouchon. Une photographie de la famille de Weasley se tenait à côté du bureau. Harry remarqua que Percy semblait avoir disparut.

-Nous n'avons pas reçu de fenêtre, dit M Weasley en ôtant son veston de grenadier et le plaçant sur le dos de sa chaise.

-Nous l'avons demandé, mais ils ne semblent pas penser que nous avons besoin de cela.

- Assieds-toi Harry, Perkins nèst pas encore arriver.

Harry s'asseya dans la chaise derrière le bureau de Perkins pendant que M Weasley feuilleta la pile de parchemin que Kingsley Shacklebolt lui avait donné.

-Ah, a t-il dit, souriant, quand il extirpa une copie d'une revue a autorisé

: Le Quibbler du milieu de la pile, oui... Il feuilleta le pamphlet.

-Oui, il a raison, je suis sûr que Sirius trouvera que cèst très amusant oh dieu, qu'est ce que ceci; une lettre avait fait une entrée par la porte ouverte pour se reposer sur le grille-pain.

M Weasley l'a ouverte et l'a lu à haute voix.

-Troisième toilette publique régurgitatrice rapportée dans Bethnal Vert, examiner immédiatement. Ceci devient ridicule...

-Une toilette régurgitant .....

-Toilette Anti Moldu, a dit M Weasley, fronçant les sourcils. Nous en avions deux la semaine dernière, celle dans Wimbledon et celle dans le château Éléphant. Les Moldus tire la chasse d'eau et au lieu que tous disparaissent.....enfin, tu peux imaginer. Les pauvres appellent les plombers.... je crois. Tu sais, celui qui répare les tuyaux et ces choses.

-Les plombiers répondit Harry

-Exactement, oui, mais bien sûr ils ne savent pas quoi faire. J'espère seulement que nous pourrons attraper celui qui fait cela.

-Est-ce les aurors qui les attrapent ?

-Oh non, ceci est trop insignifiant pour les Aurors, c'est la Patrouille d'Application de la loi Magique ordinaire.. ah, Harry, Voila Perkins. Un vieux sorcier à l'apparence timide avec les cheveux blancs entra dans la salle, haletant.

-Oh, Arthur! Dit-il désespérément, sans regarder Harry. Merci bon Dieu, je n'ai pas su quoi faire de mieux, sauf attendre ici pour vous. J'ai envoyé un hibou à votre maison mais vous l'avez évidemment manqué. Un message urgent

est venu il y a dix minutes

-je sais ,la toilette régurgitant, dit M Weasley.

-Non, non, ne ce pas est la toilette, c'est l'audience du garçon Potter ils ont changé le temps et le lieu. Il commence à huit heures maintenant et c'est en bas dans la vieille Salle d'audience Dix

-En bas dans la vieille.. mais ils m'ont dit.. par la barbe de Merlin! M.

Weasley regarda sa montre, poussa un cri et sauta de sa chaise.

-Vite, Harry, nous aurions dû être là-bas il y a cinq minutes! Perkins s'est aplati contre les classeurs à tiroirs comme M Weasley quitta le bureau en courant, Harry sur ses talons.

-Pourquoi avoir changé l'heure demanda Harry haletant, quand ils passèrent le cubicule des Aurors; les gens regardèrent dehors et les dévisagèrent.

-Je n'en ai pas la moindre idée, si tu l'avais manqué, cela aurait été catastrophique!

M Weasley s'arrêta à côté des ascenseurs et tapota impatiemment sur le bouton menant vers le bas

-Plus vite! L'ascenseur sòuvrit et ils se ruèrent à lìntérieur. Chaque fois qu'il s'arrêta, M

Weasley maudit furieusement les incapables de cet établissement et appuya furieusement sur le bouton 9.

-Ces salles d'audience n'ont pas été utilisées depuis des années, a dit M Weasley avec colère. Je ne comprend pas pourquoi ils le font là-bas à moins que.. mais non....

une sorcière grassouillette qui portait un gobelet fumant entra dans l'ascenseur, M

Weasley n'a pas élaboré sa réponse.

-L'Atrium, a dit la voix de la femme et les grilles dorés glissèrent ouvertes, montrant a Harry au loin les statues dorées se trouvant dans la fontaine. La sorcière grassouillette sortit et un sorcier très mélancolique entra.

-Bonjour, Arthur, dit-il dans une voix sépulcrale quand l'ascenseur commença à descendre.

-On ne vous vois pas souvent par ici

-Affaires urgentes Bode, a dit M Weasley, qui rebondissait en lançant des regards soucieux à Harry.

-Ah, oui, dit Bode, examinant Harry sans ciller. Bien sûr. Harry avait peine à contenir son émotion et le regard de Bode ne làidait pas du tout.

-Le service de Mystères a dit la voix de la femme.

-Vite, Harry, a dit M. Weasley .Quand les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, et ils se retrouvèrent dans un couloir qui était différent de ceux au-dessus. Les murs étaient nus; il n'y avait aucune fenêtres et aucune portes en dehors d'une unique qui était noire et se trouvait à la fin du couloir.

Harry avaient prévu de la traverser.

M Weasley le saisit par le bras et le traîna vers la gauche, où se trouvait une ouverture menant à un escalier.

-En bas ici, en bas ici, haleta M Weasley, montant deux marches à la fois. L'ascenseur ne descend pas aussi loin... pourquoi ils le font en bas là-bas je... Ils atteignirent le bas des marches et coururent le long d'un autre couloir, qui était très ressemblant à celui qui mène au cachot de Rogue à Poudlard, avec les murs de pierre rudes et les torches entre crochets. Les portes qu'ils passèrent étaient en bois lourde avec des boulons et des serrures en fer.

-Salle d'audience.. Dix.. Je pense... nous y sommes presque... oui. M Weasley trébucha sur le pas d'une porte sombre avec une serrure en fer immense et tomba contre le mur.

-Continue, a-il haleté, indiquant la porte avec son pouce. Entre là-bas.

-Vous, Vous ne venez pas avec moi ?

-Non, non, je n'ai pas la permission. Bonne chance!

Harry avait le coeur qui battait violemment sur sa pomme d'adam. Il avala difficilement, tourna la poignée de la porte en fer lourd et marcha dans la salle d'audience.

chapitre 08 : L'Audience

Harry avait sursauté; il ne pourrait pas s'aider. Le grand cachot d'où il était entré était horriblement familier. Il n`était pas seul lorsquìl l'avait vu auparavant, il avait été ici auparavant. Cet endroit était la pièce qu'il avait visitée à l'intérieur de la Pensive de Dumbledore, la place où il avait regardé les Lestranges être condamné à emprisonnement à vie à la prison dÀzkaban. Les murs étaient faits de pierre sombre, allumée faiblement par des torches. Des bancs vides se trouvaient de chaque côté de lui, mais devant, dans les gradins, se trouvaient un grand nombre de personnes. Ils avaient parlé à voix basses, mais comme la lourde porte s`était brusquement fermée derrière Harry, un silence menaçant tomba. Une voix virile et froide retentit à travers la salle d'audience.

-Vous êtes en retard.

-Désolé, dit Harry nerveusement, je - je ne savais pas que l`heure avait été changé.

-Ce n'est pas la faute du Wizengamot , dit la voix. Un hibou vous a été envoyé ce matin.

Prenez votre siège..

Harry fit tomber son regard sur la chaise dans le centre de la pièce, les bras de cette dernière étaient recouvert par des chaînes. Il avait vu ces chaînes sauter à vie et lien quiconque s'était assis entre eux. Ses pas retentissaient comme il marchait à travers le sol de pierre. Quand il s'assis sur le bord de la chaise, les chaînes précautionneusement tintèrent menaçamment, mais ne le lièrent pas. Se sentent plutôt malade, il regarda les gens qui s`étaient assis au banc au-dessus. Il y avait approximativement cinquante d'entre eux,en tout, aussi loin qu'il pouvait voir, qui portait des robes couleur prune avec un argent minutieusement travaillé "W" sur la poitrine du côté gauche et tous se baissèrent pour le dévisager. Quelques-uns avec une expression très austère, dàutres semblaient davantage curieux.

Dans le centre de la ligne de devant était assis Cornelius Fudge, le Ministre de la Magie.

Fudge était un homme corpulent qui portait souvent un chapeau vert-lime, pourtant, aujourd'hui il avait dispensé de làpporter; il avait également dispensé son sourire indulgent, ce même sourire quìl avait porté auparavant lors des conversations avec Harry. Une magicienne avec une mâchoire carré portant ses cheveux gris très courts s`était assis à la gauche de Fudge; elle portait un monocle et regardait Harry dùn air sinistre. À la droite de Fudge, une autre magicienne s`y trouvait, mais elle s'installait si profondément sur le banc que son visage était dans lòmbre.

-Très bien. dit Fudge. La présence de l'accusé nous permet désormais de débuter. Êtes-vous prêt? demanda-t-il en sàdressant à la rangée dèn-dessous.

-Oui, Monsieur. dit une voix passionnée que Harry connaissait. C`était le frère de Ron, Percy qui était assis sur le banc de devant. Harry regardait Percy, en attendant quelque signe de reconnaissance de sa part, mais aucun ne vint. Les yeux de Percy, derrière sa monture de lunettes, étaient fixés sur son parchemin, une plume était en équilibre dans sa main.

-Làudition disciplinaire du douzième d'août." dit Fudge dans une voix sonore, et Percy commença à prendre des notes, une à la fois, "les fautes ont eu lieu sous le Décret pour la Restriction Raisonnable de Sorcellerie Mineure et le Statut International de Secret par Harry James Potter, résident à nombre quatre, Privet Drive, Little Whinging,Surrey.

-Interrogateurs: Cornelius Oswald Fudge, Ministre de la Magie,; Amelia Susan Bones, Tête du Département de Mise en application de la Loi sur la Magie,; Dolores Jane Umbridge Sous-secrétaire au Ministre. Scribe du court, Percy Ignatius Weasley.

-Témoin pour la défense, Albus Percival Wulfric Brian Dumbledore. dit une voix calme derrière Harry qui détourna sa tête si rapidement, qu'il sèst presque fait un torticolis.

Dumbledore marchait à grands pas à travers la pièce et portait une longue robe bleu de minuit et une expression parfaitement calme. Sa longue barbe et ses cheveux couleur argent luisaient sous la lumière de la torche lorsquìl arriva au même niveau qùHarry et regarda Fudge à travers ses lunettes demie-lune qui reposait à mi-chemin en bas de son nez très tordu .

Les membres du Wizengamot marmonnaient. Tous les yeux étaient maintenant sur Dumbledore. Quelques-uns semblaient contrariés, dàutres effrayés légèrement; deux assez âgé cependant, les magiciens dans la rangée du bas ont levé leurs mains et applaudissaient.

Une émotion puissante avait augmenté dans poitrine de Harry à la vue de Dumbledore, il se sentait plus fort, la sensation pleine d'espoir semblable à celle que la chanson du phoénix lui avait donné plus tôt. Il voulu saisir le regard de Dumbledore , mais Dumbledore ne regardait pas dans sa direction; il continuait à regarder Fudge, évidemment rendu nerveux.

-Ah! dit Fudge qui le regarda déconcerté . .Dumbledore. Oui. Vous euh... avez obtenu euh... notre message que l'heure et euh... l'endroit avait été changé, alors.

-Jài dû le manquer. dit Dumbledore gaiement. .Cependant, dû à un chanceux hasard je suis arrivé au Ministère trois heures plus tôt, donc aucun mal nèst fait..

-Oui, bien je suppose que nous avons besoin d'une autre chaise. Weasley, pourriez-vous

?

-Non, ne vous en faites pas . dit Dumbledore agréablement; il pris alors sa baguette, lui donna un petit coup, et un fauteuil moelleux de la perse apparut de nulle part près de Harry. Dumbledore s'assis, réunissant les pointes de ses longs doigts et observe Fudge avec une expression d'intérêt poli. Le Wizengamot marmonnait encore et sàgitait constamment; seulement, lorsque Fudge commença à parler de nouveau, ils sìnstallèrent.

-Oui. dit encore Fudge, en cherchant ses notes. Bien, alors. Donc. Les charges. Oui.

Il dégagea alors un morceau de parchemin parmi les nombreuses pages qui se trouvaient devant lui, pris un souffle profond, et lu,"Les charges contre l'accusé sont comme suit: Qu'il a fait sciemment, délibérément et dans la pleine conscience de l'illégalité de ses actions, ayant reçu un avertissement écrit antérieur du Ministère de Magie, sur une charge semblable, produit un Charme Patronus dans une région habité par des Moldus, en la présence d'un Moldu, sur la seconde d'août à vingt heures passé de trois minutes neuf qui constituent une offense sous le Paragraphe C du Décret pour la Restriction raisonnable de Sorcellerie Mineure, 1875, et aussi sous la Section 13 de la Confédération Internationale de Sorciers. Statut de Secret."

-Vous êtes Harry James Potter, de nombre quatre, Privet Drive, Little Whinging, Surrey.

dit Fudge, en lançant un regard furieux à Harry sur le sommet de son parchemin.

-Oui. dit Harry.

-Vous avez reçu un avertissement officiel du Ministère pour utiliser la magie illégalement il y a trois années, n' est-ce pas?

-Oui, mais.

-Et cependant vous avez conjuré un Patronus sur la nuit de la seconde d'août. dit Fudge

-Oui. dit Harry, mais.

-Vous savez que vous n'êtes pas autorisé à utiliser la magie à l'extérieur de l`école pendant que vous êtes sous l'âge de dix-sept ans.

-Oui, mais.

-Vous savez que vous étiez dans une région plein de Moldus.

-Oui, mais.

-Vous étiez pleinement informé que vous étiez à proximité dùn Moldu au moment où vous avez fait usage de la magie.

-Oui. dit Harry furieusement, mais je l'ai utilisé seulement parce que nous étions.

La magicienne avec le monocle lui coupa la parole dùne voix retentissante.

-Vous avez produit un Patronus à part entière.

-Oui, dit Harry, parce que...

-Un Patronus corporel.

-Un quoi? demanda Harry

-Jàvais lìntention de dire que votre Patronus avait une forme clairement définie, c'était plus que vapeur ou fumée.

-Oui. dit Harry, en se sentant impatient et légèrement désespéré, cèst un cerf, cèst toujours un cerf..

-Toujours! a tonné Madame Bones. Vous avez déjà produit un Patronus auparavant.

-Oui, dit Harry, je lài dû le faire pour une année..

-Et vous aviez quinze années.

-Oui, et.

-Vous avez appris ceci à école.

-Oui, Professeur Lupin me là appris durant ma troisième année, à cause du...

-Impressionnant, dit Madame Bones, assise à le dévisager, un vrai Patronus à son âge est très impressionnant en effet..

Quelques-uns des sorciers et magiciens autour d'elle marmonnaient encore; quelques-uns firent un signe de la tête, mais dàutres fronçaient les sourcils et secouaient leur tête.

-Ce nèst pas une question de comment la magie était impressionnante. Dit Fudge dans une voix irritable, en fait , le pire c'est, que le garçon l'a fait devant les yeux dùn Moldu!

Ceux qui avaient alors froncé les sourcils ont murmuré en accord, mais c'était la vue de Percy qui avait fait un petit signe de tête affirmatif d'une piété suffisante qui a aiguillonné Harry à prendre la parole. -Je l'ai fait à cause du Détraqueur!. dit-il à haute voix, avant que n'importe qui lìnterrompe encore. Il s`était attendu à plus de protestations, mais le silence qui est tombé a paru être d'une façon ou d'une autre plus dense qu'avant.

-Détraqueurs! dit alors Madame Bones après un moment. .Quèst-ce que ça signifie, garçon.

-Je veux dire il y avait deux Détraqueurs dans le bas de l`étroite ruelle et ils sont allés vers moi et mon cousin!.

-Ah! dit encore Fudge, en souriant d'un air affecté désagréablement en regardant autour du Wizengamot, comme pour les inviter à partager la plaisanterie. Oui. Oui, je pensais que nous avions entendu quelque chose comme ceci..

-Des Détraqueurs dans Little Whinging. dit Madame Bones , dans un ton de grande surprise. Je ne comprend pas.

-Pas vous, Amelia. dit alors Fudge, avec un sourire d'un air encore affecté. Allez que j'explique .Il a dû réfléchir cet été et décider que des Détraqueurs ferait une histoire très agréable, très agréable en effet. Les Moldus ne voient pas les Détraqueurs, cèst un garçon Hautement commode, très commode donc cèst seulement votre parole et aucuns témoins.

-Je ne suis pas un menteur!. dit Harry à voix haute, alors quùne autre manifestation de marmonnage débuta dans làudience. Il y en avait deux, ils venaient de chaque bout de l'allée, tout est devenu sombre et froid et mon cousin les a sentis et a couru pour lui...

-Assez, assez!. dit Fudge, avec une apparence très hautaine sur son visage. Je suis désolé dìnterrompre cela qui, je suis sûr aurait été une histoire très bien répétée.

Dumbledore clarifia sa gorge. Le Wizengamot tomba encore silencieux.

-En fait, nous avons un témoin de la présence de Détraqueur dans ce passage étroit dit-il , autre que Dudley Dursley, je précise..

Le visage dodu de Fudge parut ralentir, comme si quelqu'un avait laissé sortir de l'air en lui.

Il dévisagea Dumbledore un moment ou deux, alors, avec l'apparence d'un homme qui se retire, et dit, "Nous nàvons pas obtenu que le temps d`écoute à plus dàuditoires, je suis effrayé, Dumbledore. Je veux négocier rapidement.

-Je peut être dans lèrreur. dit Dumbledore agréablement, mais je suis sûr que sous le Wizengamot Charte de Droits, l'accusé a le droit de présenter des témoins pour son ou ses cas, nèst-ce pas la politique du Département de Loi Magique Mise en application, Madame Bones? a-t-il continué, en adressant à la magicienne portant le monocle.

-Vrai, dit le Madame Bones. Parfaitement vrai..

-Oh, très bien, très bien. Lança Fudge.Où est cette personne.

-Je l'ai apporté avec moi. dit Dumbledore. Elle est juste derrière la porte. Je peux?

-Non, Weasley, allez-y. Aboya Fudge à Percy qui descendit les marches de pierre du balcon du juge et passa précipitament près de Dumbledore et de Harry sans leur jeter le moindre regard. Un moment plus tard, Percy était revenu, suivi par Mrs Figg. Elle semblait apeuré et plus toqué que jamais. Dumbledore s'était levé et donna sa chaise à Mrs Figg, en faisant apparaître un deuxième pour lui-même.

-Le nom au complet.dit à haute voix Fudge, quand Mrs Figg s'était perchée nerveusement sur le bord de son siège.

-Arabella Doreen Figg. dit Mrs Figg dans sa voix tremblotante.

-Et qui exactement êtes-vous.dit Fudge, dans une voix haute et perçante.

-Je suis une résidente de Little Whinging, près d'où Harry Potter vit. Dit Mrs Figg.

-Nous nàvons aucun enregistrement de magicien ou sorcier qui vivent dans Little Whinging, autre que Harry Potter. dit la Madame Bones. Cette situation a toujours été attentivement dirigé, donnée.

-Je suis un crakmol. dit Mrs Figg. .Mais vous ne les avez pas enregistré, voyez-vous.

-crakmol . Eh. dit Fudge, la fixant attentivement. .Nous devons vérifier cela. Vous pouvez donner des détails de votre naissance avec mon auxiliaire Weasley.

Incidemment, les crakmols voient ils les Détraqueurs. a-t-il ajouté, en regardant de gauche à droite le long de la rangée.

-Oui, nous pouvons!. dit Mrs Figg avec indignation.

Fudge la regardait avait un air méprisant, ses sourcils surélevé. .Très bien. dit-il.

-Quel est votre histoire?

- J` était sorti pour acheter la nourriture du chat au magasin du coin au bout de Promenade Wisteria, autour approximativement de neuf heures, sur le soir de la seconde d'août. a bredouillé Mrs Figg , comme si elle avait appris ce qu'elle disait par coeur, quand jài entendu un problème en bas de l`étroite ruelle entre Croissant du Magnolia et La promenade Wisteria. En approchant de la bouche de l`étroite ruelle, j'ai vu courir des Détraqueurs.

-Courir, dit Madame Bones. Les détraqueurs ne courent pas, ils glissent..

-Cèst ce que jài voulu dire. dit Mrs Figg, qui paraissaient les joues rosées .Ils glissaient le long de l'allée vers ce qui a ressemblé à deux garçons..

-À quoi ressemblaient-ils.dit Madame Bones, en resserrant ses yeux alors que le bord du monocle disparut dans sa chair.

-Bien, lùn était très grand et l'autre plutôt maigre.

-Non, non. dit Madame Bones impatiemment. .Les Détraqueurs... décrivez-les..

.Oh, dit Mrs Figg, le rougeoiement rose progressait maintenant dans son cou. Ils étaient grands. Grands et portaient des manteaux..

Harry sentit un affaissement horrible dans le noyau de son estomac. Peu importait ce que Mrs Figg pouvait dire, lui, il gardait lìmage du visage des Détraqueurs et une image ne pourrait jamais transporter la vérité de ce que ces existences étaient comme: le chemin surnaturel qu'ils ont déplacé, en planant de quelques pouces sur la terre; ou leur odeur pourri; ou ce terrible bruit crépitant qu'ils ont fait comme sìls avaient sucé l'air environnant.

Dans la deuxième rangée, un sorcier trapu avec une grande moustache noire s'était appuyée près de l'oreille de sa voisine et chuchotait, cette dernière était une magicienne aux cheveux crépu. Elle a souri d'un air affecté et fit un signe de la tête.

-Grand et porter des manteaux. a répété Madame Bones froidement, pendant que Fudge reniflait dérisoirement. Je vois. N'importe quoi autrement.

-Oui. a dit Mrs Figg. .Je les ait sentis. Tout est devenu froid, et c'était une très chaude nuit d`été, vous remarquerez. Et j'ai senti comme si tout le bonheur était parti de ce monde et je me suis souvenu de choses épouvantable.

Sa voix a secoué et est morte. Madame Bones élargit légèrement les yeux .

Harry pouvait voir des marques rouges sous ses sourcils, où le monocle avait été enfoncé.

-Quèst-ce que les Détraqueurs ont fait? a-t-elle demandé, et Harry a alors senti un peu d'espoir.

-Ils sont allés vers les garçons. a dit Mrs Figg, sa voix était plus forte et plus confiante maintenant, le rougeoiement rose refluait loin de son visage.Lùn d'eux était tombé.

Làutre reculait, essayant de repousser le Détraqueur. C'était Harry. Il a essayé deux fois et a produit seulement une vapeur dàrgent. Sur la troisième tentative, il a produit un Patronus qui a imputé en bas le premier Détraqueur et alors, avec cet encouragement, il a chassé le deuxième loin de son cousin. Et c'est ce qui s'est passé. Mrs Figg a fini, quelque peu faiblement.

Madame Bones a abaissé ses yeux et a regardé Mrs Figg en silence. Fudge ne la regardait pas du tout, mais parcourait nerveusement ses papiers. Finalement, il a élevé ses yeux et dit, plutôt agressivement, "Cèst ce que

vous avez vu, nèst-ce pas?".

-C'est ce qui s'est passé! a répété Mrs Figg.

-Très bien dit Fudge. Vous pouvez partir..

Mrs Figg lança un regard effrayée en direction de Fudge à Dumbledore, elle sèst alors levé et partit vers la porte. Harry entendit un bruit sourd se refermer derrière elle.

-Pas un témoin très persuasif. dit Fudge à haute voix.

-Oh, je ne pense pas. dit Madame Bones, dans sa voix mugissante. Elle a certainement décrit les effets d'une attaque de Détraqueur très correctement. Et je ne peux imaginer pourquoi elle dirait qu'ils étaient là si ils n`y étaient pas...

-Mais des Détraqueurs qui divague dans un faubourg Moldu et apparaissent soudainement à un sorcier. renifla Fudge. Les chances sur cela doivent être mêmes, très minces. Même Verpey ne voudrait pas parier dessus.

-Oh, je ne pense pas que chacun de nous croit que les Détraqueurs soient là par coïncidence. dit légèrement Dumbledore.

Le magicien qui était assis à la droite de Fudge, avec son visage dans lòmbre, s`était déplacé légèrement mais tout le monde était encore silencieux.

-Et qu'est-ce que celà est supposé signifier. demanda Fudge avec un ton glacé.

-Cèst que je pense que cet ordre leur a été ordonné. dit Dumbledore.

-Je crois que nous pouvons làvoir dans un dossier si quelqu'un avait rangé une paire de Détraqueurs à Little Whinging!. aboya Fudge.

-Pas si les Détraqueurs prennent des ordres de quelqu'un dàutre que le Ministère de la Magie ces jours-ci. dit Dumbledore tranquillement. Je vous ait déjà donné mes vues sur cette matière, Cornelius..

-Oui, vous avez. dit Fudge avec force, .et je n'ai aucune raison de croire que vos vues sont n'importe quoi dàutre que fond de cale, Dumbledore. Les Détraqueurs restent dans Azkaban et font tout ce que nous leur demandons à..

-Alors. dit Dumbledore, tranquillement mais clairement, nous devons nous demander pourquoi quelqu'un dans le Ministère a rangé une paire de Détraqueur dans cette ruelle étroite sur la seconde d'août..

Dans le silence complet qui a salué ces mots, le magicien à droite de Fudge s'appuya en avant ce qui permit à Harry de le voir pour la première fois. Elle avait une regard semblable à celui dùn grand, pâle crapaud. Elle était plutôt accroupie avec un visage général, flasque, avait un petit cou comme Oncle Vernon et une bouche très large, lâche.

Ses yeux étaient grands, ronds et légèrement ballonnant. Même le petit arc du velours noir se perchant sur ses cheveux courts bouclés lui faisait penser à une grande mouche qui s'accrochait sur une longue langue collante.

-Le tribunal reconnaît Dolores Jane Umbridge, Sous-secrétaire Aîné au Ministre. dit Fudge

La magicienne a parlé avec une voix de petite fille, haute qui a étonné Harry,; il s`était attendu à un coassement.

-Je suis sûr jài dû mal vous comprendre, Professeur Dumbledore. a-t-elle dit, avec un sourire affecté qui a laissé ses grands yeux ronds aussi froid que jamais. Donc, je suis peut-être idiote. Mais il m'a semblé pendant un minuscule moment comme si vous suggériez que le Ministère de la Magie avait attaqué ce garçon!.

Elle sèxclama dùn rire qui a fait dresser les cheveux de Harry sur sa tête. Quelques autres membres du Wizengamot ont ri avec elle. Il ne se put pas qu'aucun d'eux n'ait été vraiment amusé.

-Si c'est vrai que les Détraqueurs prennent des ordres du Ministère de la Magie, et c'est aussi vrai que deux Détraqueurs ait attaqué Harry et son cousin, logiquement quelqu'un au Ministère peut avoir rangé les attaques.

dit Dumbledore poliment. Bien sûr, ces particuliers Détraqueurs qui ont pu être à l'extérieur de contrôle du Ministère.

-Il n`y a aucuns Détraqueurs qui soient à l'extérieur de contrôle du Ministère!. a cassé net Fudge qui avait la brique tournée rouge.

Dumbledore a incliné sa tête dans un petit arc.

-Alors indubitablement le Ministère fera une pleine enquête du pourquoi deux des Détraqueurs se soient retrouvés loin d'Azkaban et pourquoi ils ont attaqué sans authorisation..

-Ce n'est à vous de décider ce que le Ministère de la Magie fait ou ne fait pas, Dumbledore!. a cassé net Fudge, maintenant une ombre de magenta de qui Oncle Vernon aurait été fier.

-Bien sûr, nèst-ce pas?. a dit Dumbledore avec douceur. Jèxprimait simplement ma confiance que cette matière n'ira pas en investiture.

Il jeta un coup d'oeil à Madame Bones qui rajusta son monocle et le dévisagea en fronçant les sourcils légèrement.

-Je rappellerait tout le monde que le comportement de ces Détracteurs, si en effet ils n'est pas inventions de lìmagination de ce garçon , n'est pas le sujet de cette audition!.

dit Fudge .Nous sommes ici pour examiner les offenses d`Harry Potter sous le Décret pour la Restriction raisonnable de Sorcellerie Mineure!.

-Bien sûr que nous le sommes, dit Dumbledore, .mais la présence de Détraqueurs dans cette ruelle étroite est très pertinente. Clause Sept des états du Décret que la magie peut être utilisé dans des circonstances exceptionnelles, et comme ces exceptionnelles circonstances incluent des situations qui menacent la vie du sorcier ou magicien , ou tous magiciens, sorciers ou Moldu présentent au temps du.

-Nous sommes familiers avec la Clause Sept, merci beaucoup!. s'est emmêlé Fudge.

-Bien sûr vous l`êtes. dit Dumbledore courtoisement. Alors nous sommes en accord avec cela.

-Harry a utilisé le Charme Patronus en ces automnes dòù les circonstances précisé entrent dans la catégorie de circonstances exceptionnelles que la clause d’écrit. Si il y avait des Détraqueurs que je doute..

-Vous avez entendu un témoin. Interrompit Dumbledore. -Si vous doutez encore de sa véracité, rappelez-la, questionnez-la encore. Je suis sûr quèlle ne désapprouverait pas..

-Je - que - pas -. a soufflé en rafales Fudge, en jouant du violon avec les papiers devant lui. Cèst que je veux en finir avec ça aujourd'hui, Dumbledore!.

-Mais naturellement, vous ne voudriez pas vous soucier de combien de temps a eu un témoin, si l'alternative était un déni de justice sérieux. Dit Dumbledore.

-Vous avez tout faux!!!. dit Fudge au sommet de sa voix. Dumbledore, en essayant de couvrir en haut son mauvais emploi flagrant de magie hors de scolarité je suppose vous avez oublié le Planez Charme qu'il a utilisé il y a trois années.

-Ce n`était pas moi, c'était un elfe de maison! dit Harry.

-Vous voyez. rugit Fudge, faisant des gestes en direction de Harry. Il logeait l'elfe! Dans une maison Moldu! Je vous demande..

-L'elfe de maison en question est dans l'emploi d'École de Poudlard actuellement. dit Dumbledore. Je peux l'appeler ici dans un instant pour donner des évidences si vous souhaitez..

-Jài- pas - je nài pas obtenu de temps d`écoute pour loger des elfes! En tout cas, ce nèst pas le seul, il a gonflé sa tante, pour égard à Dieu!. cria Fudge, en frappant son poing sur le banc de juge et renversa une bouteille d'encre.

-Et vous n'avez pas engagé de poursuites à cette occasion par bonté, je présume. Même les meilleurs sorciers ne peuvent pas contrôler toujours leurs émotions. dit Dumbledore tranquillement, comme Fudge essayait de brosser l'encre de ses notes.

-Et je nài pas commencé sur ce qu'il atteint jusqu'à l'école même..

-Mais, comme le Ministère n'a aucune autorité pour punir des étudiants de Poudlard pour les manques à école, le comportement de Harry nèst pas pertinent à cette audition.

Dumbledore dit, aussi poliment que jamais, "Mais maintenant avec une suggestion de fraîcheur derrière ses mots."

-Oho! dit Fudge ' Pas notre affaire ce qu'il fait à école, eh! Vous le pensez mais...

-Le Ministère n'a pas le pouvoir dèxpulser des étudiants de Poudlard, Cornelius, comme je vous l'ai rappelé dans la nuit de la seconde d'août, ' dit Dumbledore. ' Ni le fait ou le droit de confisquer des baguettes jusqu'à ce que les charges aient été avec succès prouvé; encore, comme je vous ait rappelé dans la nuit de la seconde d'août.

Dans votre hâte admirable à assurer que la loi soit soutenue, vous paraissez, par inadvertance je suis sûr, avoir, eu vue sur vous quelques lois. '

- Les lois peuvent être changées, ' dit sauvagement Fudge.

- Bien sûr ils peuvent, ' dit Dumbledore, en inclinant sa tête. ' Et vous paraissez certainement faire beaucoup de changements, Cornelius. Pourquoi, dans les dernières semaines depuis que je vous ait demandé de laisser le Wizengamot, est-il devenu prioritaire de négocier avec une simple matière de magie mineure au détriment des criminels!

Quelques sorciers au-dessus d'eux se déplaçaient incommodément dans leurs sièges.

Fudge se tourna légèrement et sàssis plus profondément. La magicienne à sa droite, cependant, regardait fixement Dumbledore, son visage était tout à fait sans expression.

-Dàussi loin que je sois informé, ' Dumbledore continua, ' il n'y a aucune loi cependant en place qui dit que le travail de cette court soit de punir Harry pour chaque morceau de magie quìl a jamais exécuté. Il a été chargé avec une offense spécifique et il a présenté sa défense. Tout ce que lui et moi pouvons faire cèst maintenant dàttendre votre verdict. '

Dumbledore réunit encore le bout de ses doigt et ne dit plus un mot.

Fudge lui lança un regard furieux. Harry jeta un coup d'oeil à Dumbledore, en cherchant le réconfort; il n'était pas sûr si Dumbledore était juste dans ses dires au Wizengamot.

Cependant, le temps était maintenant venu de prendre une décision. Dumbledore paraissait indifférent à la tentative de Harry qui voulait croiser son regard. Il continua à regarder les bancs où le Wizengamot entier était plongé dans les conversations.

Harry regardait ses pieds. Son cœur qui paraissait avoir enflé dùne dimension anormale, cognait en haut sous ses côtes. Il lui avait semblé que l'audition avait duré plus longtemps quèn réalité. Il n'était pas tout à fait sûr qu'il avait fait bon impression. Il n'avait pas parlé beaucoup. Il aurait dû sèxpliquer plus clairement au sujet des Détraqueurs, au sujet de comment il était tombé, au sujet de comment Dudley avait presque été embrassé . Deux fois il avait regardé Fudge et ouvert sa bouche pour parler, mais son cœur se resserrait laissant des passages d'air et les deux fois il avait pris simplement un profond souffle et avait regardé ses chaussures.

Puis le murmure cessa. Harry voulait lever les yeux vers les juges, mais il découvrit qu’il était beaucoup, beaucoup plus facile de continuer à regarder ses lacets.

‘Ceux en faveur de lever toutes les charges contre l’accusé ?’ dit Mme Bones d’une voix forte

‘Harry leva la tête. Il y avait des mains en l’air, beaucoup de mains… plus de la moitié !

Respirant très vite, il essaya de compter, mais avant qu’il ait pu finir, Mme Bones avait dit, ‘et ceux en faveur de la culpabilité ?’

Fudge leva la main, ainsi qu’une demi-douzaine d’autres, incluant la sorcière à sa droite, le sorcier moustachu et une sorcière aux cheveux frisés au second rang.

Fudge regarda autour de lui, paraissant avoir quelque chose de large coincé dans la gorge, puis baissa sa main. Il prit une profonde respiration et dit, d’une voix déformée par la rage contenue,’très bien, très bien…. Lavé de toutes les accusations’

‘Excellent’ dit Dumbledore brusquement, se levant sur ses pieds, tirant sa baguette magique et faisant disparaître les deux chaises. ‘Bien, je dois y aller. Bonne journée à tous’ et sans regarder une seule fois Harry, il quitta le donjon Chapitre 9 : les malheurs de Mme Wealsey

Le départ précipité de Dumbledore pris Harry complètement par surprise. Il resta assis où il était dans la chaise enchaîné, luttant avec ses sentiments se choc et de soulagement.

Le Wizengamot se levait tous, parlant, rassemblant leur feuille et les rangeant plus loin.

Harry se leva. Personne ne semblait lui accordé la moindre part de leur attention, sauf une sorcière avec une face de crapaud assise à la droite de Fudge qui le regardait fixement plutôt que Dumbledore.

L’ignorance, il essaya de capter le regard de Fudge, ou de Mme Bone, voulant demander s’il pouvait partir mais Fudge semblait plutôt déterminé à ne pas faire attention à Harry, et Mme Bones était occupé avec sa mallette, alors il fit quelque tentative vers la sortie et, puisque personne ne le rappelais, opta pour une marche très rapide. Il fit les dernier pas à la course, força la porte ouverte et heurta presque M. Weasley, qui se tenait tout à fait à l’extérieur, ayant l’air pale et inquiet

« Dumbledore n’a pas dit… »

«Acquitté » dit Harry, fermant la porte derrière lui « de toutes charges! »

Radieux, M. Weasley prit Harry par les épaules.

« Harry, c’est fantastique! Enfin, bien sûr, il ne pouvait pas te juger coupable, c’était évident, mais même à ça, je ne peux pas prétendre que j’étais… »

Mais M. Weasley se tue, car la porte de la cour venait juste de s’ouvrir encore.

Le Wizengamot se vidait.

« Par la barbe de Merlin! » s’exclama M. Weasley étonné, poussant Harry sur le côté pour laisser tous passer.

« Tu était jugé par la cour au complet »

« Je crois bien » dit Harry doucement.

Un ou deux sorcier firent un signe de tête à Harry alors qu’il passait et quelque uns, incluant Madame Bones, dirent « Bonjour Arthur » à M. Weasley, mais la plupart évitait leur regard. Cornelius Fudge et la sorcière à face de crapaud étaient pratiquement les derniers à quitter le donjon. Fudge agit comme si M Weasley et Harry faisait parti du décor, mais encore, la sorcière regarda Harry sans le quitter des yeux alors qu’elle passait. Le dernier de tous était Percy. Comme Fudge, il ignora complètement son père et Harry; il marcha devant eux tenant un large rouleau de parchemin et une poignée de plume de réserve, son dos droit et son nez en l’air. Les traits de la bouche de M.

Weasley se raidirent un peu, mais en dehors de cela il ne donna aucun signe qu’il venait de voir son troisième fils.

« Je vais te ramener immédiatement, comme ça tu pourras dire aux autres la bonne nouvelle » dit-il, faisant signe à Harry de s’avancer alors que Percy disparaissait dans les escaliers pour le Niveau 9.

« Je vais te déposer en allant voir c’est toilette à Bethnal Green. Allez, viens »

« Alors, qu’est ce que vous devez faire à propos des toilette ? » demanda Harry, souriant.

Tout semblait soudainement cinq fois plus drôle qu’a l’ordinaire. Il commençait à réaliser : il était acquitter, il allait retourner à Poudlard.

« Oh, c’est un très simple contre sort » dit M Weasley alors qu’il montait l’escalier « Mais ce n’est pas autant qu’à réparer les dommages, c’est plutôt l’attitude derrière le vandalisme, Harry. Harceler des Moldus peut sonner pour certain sorcier comme quelque chose de drôle, mais c’est l’expression de quelque chose de bien plus profond et mauvais, et, moi, je… »

M Weasley s’arrêta en plein milieu de sa phrase. Il venait tout juste d’atteindre le corridor du Niveau 9 et Cornelius Fudge se tenait à quelques lieux d’eux, parlant calmement à un grand homme avec une chevelure luisante et un visage pale et pointu.

Le second homme se retourna au son de leur pas. Lui aussi s’arrêta en plein milieu de sa conversation, ses yeux gris et froid rétrécirent et fixèrent le visage de Harry.

« Bien, bien, bien… Patronus Potter » dit Lucius Malefoy froidement Harry se sentit perdre son souffle, comme s’il avait marché dans quelque chose de solide. La dernière fois qu’il avait vu ces yeux froids c’était dans un interstice d’une cagoule de Mangemorts, et la dernière fois qu’il avait entendu cette voix c’était dans un cimetière alors que Lord Voldemort le torturait. Harry ne pouvait pas croire que Lucius Malfoy osait le regarder en face; il ne pouvait pas croire qu’il était là, au Ministère de la Magie, et que Cornelius Fudge lui parlait, alors qu’Harry avait prévenu Fudge il y a longtemps que Malfoy était un Mangemort.

« Le Ministre était justement en train de me parler de votre échappatoire chanceuse, Potter » dit M. Malefoy d’un ton traînant « Plutôt étonnant la facilité avec laquelle vous continuer à vous tirer de chaque mauvaise passe… comme un serpent, en fait. »

M Weasley agrippa l’épaule de Harry en avertissement.

« Ouais » dit Harry « Ouais, je suis bon pour m’échapper »

Lucius Malfoy leva les yeux jusqu’au visage de M Weasley.

« Et Arthur Weasley aussi! Que fais-tu ici, Arthur? »

« Je travaille ici » dit M Weasley brusquement.

« Pas ici certainement » dit M Malfoy, levant ses sourcils et jetant un coup d’œil à la porte par dessus l’épaule de M Weasley « Je croyais que tu étais au deuxième étage… Ne fais-tu pas quelque chose qui comporte de prendre subtilement des artefact Moldu et les emmené chez toi et de les ensorceler? »

« Non » coupa M Weasley, ses doigts mordant dans l’épaule à Harry à présent. « Qu’estce que vous faites ici de toute façon? » demanda Harry à M Malfoy.

« Je ne crois pas que les affaires privés entre moi-même et le Ministre ne te concerne aucunement » dit M Malfoy lissant le devant de sa robe. Harry entendit distinctement le gentil cliquetis de se qui sonnait comme une poche remplie d’or.

« Vraiment, simplement parce que vous êtes le garçon préféré de Dumbledore, vous ne devez pas vous attendre à la même indulgence des autres… Pourrions nous aller en haut, dans votre bureau, monsieur le Ministre ? »

« Certainement » dit Fudge, tournant le dos à Harry et M Weasley « De ce côté, Lucius »

Ils quittèrent à grand pas ensemble, parlant à voix basse. M Weasley n’enleva pas sa main de l’épaule de Harry tant qu’ils ne furent pas disparus dans l’ascenseur.

« Pourquoi n’étaient ils pas dans le bureau de Fudge s’ils avaient des affaires privés à régler ensemble? » explosa Harry furieusement « Qu’est-ce qu’il faisait ici? »

« Essayait de se glisser furtivement jusqu’à la cour, si tu veux mon avis » dit M Weasley, ayant l’air très agiter et jetant des coups d’œil par dessus son épaule comme pour être sur qu’ils ne pouvaient être entendu. « Essayant de trouver si oui ou non tu allait être expulsé. Je laisserai une note à Dumbledore quand je te déposerai, il doit savoir que les Malfoy ont encore parler à Fudge »

« Quelle affaire privée doivent-ils discuter ensemble, de toute façon? »

« De l’or je suppose » dit M Weasley furieusement « Malfoy a donné généreusement pour un paquet de chose pour des années… Le fait de connaître des bonnes personnes… ensuite il peut demander des faveurs… Des lois qu’il ne veut pas qu’elles soient passées… Oh, il est très bien connecter, Lucius Malfoy »

L’ascenseur arriva; il était vide en dehors d’une volée de mémos qui claquèrent leurs ailes près de la tête de M Weasley alors qu’il appuyait sur le bouton pour le Atrium et les portes claquèrent en se fermant. Il les repoussa d’un geste de la main, irritable.

« M Weasley » dit Harry lentement « Si Fudge rencontre des Mangemort comme Malfoy, si il les voit seul, comment savons-nous qu’ils n’ont pas mit l’Imperius sur lui. »

« Ne crois pas que ça ne nous ait pas venu à l’esprit, Harry. » Dit M Weasley calmement

« Mais Dumbledore pense que Fudge agit en parfait accord avec lui même pour le moment, ce qui, comme Dumbledore le dit, n’est pas beaucoup de réconfort. Il est mieux de ne pas en parler maintenant, Harry »

Les portes coulissantes s’ouvrirent et ils firent un pas à l’extérieur dans le Atrium à présent quasiment déserté. Éric le gardien était dissimulé derrière son Daily Prophet à nouveau. Ils avaient marché passer la fontaine d’or avant que Harry se souvienne.

« Attendez » dit-il à M Weasley, et, sortant son sac d’argent de sa poche, il retourna à la fontaine. Il regarda le beau visage du sorcier, mais de près, Harry trouvait qu’il avait l’air fou et faible. La sorcière affichait un sourire insipide comme si elle faisait un concours de beauté, et, d’après ce que Harry savait des gobelins et des centaures, il n’était pas du genre à se faire prendre en train d’admirer avec autant de sentiment à un humain, peu importe sa description. Seulement l’attitude de servitude rampante de l’Elfe semblait convaincante. Avec un sourire à la pensée de ce que dirait Hermione dirait si elle pouvait voir la statue de l’Elfe, Harry retourna son sac à l’envers et de le vida pas que de dix galions, mais de son contenu complet dans l’eau.

« Je le savait! » hurla Ron, sautant de joie dans les airs « Tu t’en sort toujours avec ces trucs! »

« Ils étaient obliger de t’acquitter » dit Hermione, qui avait eu l’air positivement sur le point de s’évanouir quand Harry était entré dans la cuisine et tenait maintenant une main tremblante devant ses yeux « Il n’y avait rien contre toi, rien du tout.. »

« Tout le monde semble plutôt soulagé, en revanche, considérant que vous saviez tous que j’aillais m’en sortir » dit Harry, souriant.

Mme Weasley essuyait son visage sur son tablier et Fred, Georges et Ginny faisait une espèce de danse guerrière sur un chant qui allait comme suit :

« Il s’en ai sorti, il s’en ai sorti, il s’en ai sorti!!!! »

« C’est assez! Assoyez-vous! » Cria M Weasley, bien que elle aussi souriait. « Écoute, Sirius, Luciux Malfoy était au Ministère… »

« Quoi?!?! » Coupa Sirius.

« Il s’en a sorti, il s’en ai sorti, il s’en ai sorti!!!! »

« Silence vous trois! Oui, Nous l’avons vu parlant à Fudge au Niveau 9, ensuite ils sont montés au bureau de Fudge ensemble. Dumbledore doit savoir… »

« Absolument » dit Sirius « Nous allons lui dire, ne t’inquiète pas »

« Bien, je ferais mieux d’y retourner, il y a une toilette vomissante qui m’attend à Bethal Green. Molly, je serais en retard, je dois recouvrir pour Tonks, mais Kingsley pourrait venir pour le dîner… »

« Il s’en ai sorti, il s’en ai sorti, il s’en ai sorti!!!! »

« C’est assez. Fred! Georges! Ginny! » Dit Mme Weasley, alors que M Weasley quittait la cuisine. « Harry, vient et assied toi, cher, mange quelque chose, tu as à peine déjeuner »

Ron et Hermione s’assirent en face de lui, semblant le plus heureux qu’il ne l’avait jamais été depuis leur arrivée à Grimmauld Place et le sentiment de bonheur vertigineux d’Harry, qui avait été éprouver d’une façon ou d’un autre lorsqu’il avait rencontre Lucius Malfoy, augmenta encore. La sombre maison semblait plus chaude et plus accueillante tout d’un coup; même Kreacher semblait moins laid alors qu’il fourrait son nez de cochon dans la cuisine pour enquêter sur l’origine de tout ce bruit.

« Bien sûr, une fois que Dumbledore était de notre côté, il n’y avait aucune chance qu’ils te déclarent coupable » dit Ron joyeusement, qui servait maintenant de généreuse portion de patates pillées dans les assiettes de chacun.

« Ouais, il a fait pencher la balance » dit Harry.

Il se disait que ça sonnerait plutôt ingrat, pour ne pas dire enfantin de dire « J’aurai aimé qu’il me parle, en revanche. Ou même qu’il m’ait regardé »

Et à cette pensée, la cicatrice sur son front lui brûla tant qu’il écrasa sa main dessus.

« Qu’est-ce qu’il y a? » Dit Hermione, semblant alarmée.

« Cicatrice » marmonna Harry « Mais ce n’est rien… Ça arrive tout le temps maintenant… »

Aucun des autres n’avait remarqué quoi que ce soit; tout le monde se servait de la nourriture tout en jubilant sur la fuite de justesse de Harry; Fred, Georges et Ginny chantait toujours. Hermione semblait plutôt anxieuse, mais avant qu’elle ne puisse dire quoi que se soit, Ron disait joyeusement :

« Je paris que Dumbledore va venir ce soir, pour célébrer avec nous, tu sais »

« Je ne crois pas qu’il puisse, Ron » dit Mme Weasley, mettant un énorme plat de poulet rôti en face de Harry « Il est vraiment très occupé pour le moment »

« IL S’EN EST SORTI, IL S’EN EST SORTI, IL S’EN EST SORTI!!! »

« TAISEZ-VOUS! » Rugit Mme Weasley.

Au courant des prochains jours, Harry ne pouvait s’empêcher de remarquer qu’il y avait une personne au numéro douze, Grimmauld Place, qui ne semblait pas totalement content qu’il aille retourner à Poudlard. Sirius avait sembler très heureux alors qu’il entendait la nouvelle pour la première fois serrant fort la main de Harry et étant radieux tout comme les autres. Bientôt, cependant, il était de moins bonne humeur et plus maussade qu’avant, parlant moins à tout le monde, même à Harry, et passant des plus en plus de temps enfermé dans la chambre de sa mère avec Buck.

« Tu ne dois pas te sentir coupable! » Dit Hermione sévèrement, après que Harry ait confié quelques-unes de ses sentiments à elle et Ron pendant qu’il nettoyait à la brosse un placard moisi, quelque jours plus tard.

« Tu dois aller à Poudlard et Sirius le sait. Personnellement, je crois qu’il est égoïste »

« Tu es dure, Hermione » dit Ron, fronçant les sourcils alors qu’il essayait d’enlever un bout de moisissure qui s’était attacher fermement à son doigt « Tu ne voudrais pas être prise dans cette maison sans compagnie »

« Il va avoir de la compagnie! » dit Hermione « C’est le quartier général de l’Ordre du Phénix, n’est-ce pas? Il s’est juste fondé de l’espoir pour que Harry vienne vivre ici avec lui »

« Je ne crois pas que c’est vrai » dit Harry, essorant son linge « Il ne m’a jamais donné une réponse directe quand je lui demandais si je pouvais »

« Il ne voulais pas se fonder de faux espoirs d’avantage » dit Hermione sagement. « Et il doit se sentir un peu coupable lui-même, car je crois qu’une part de lui voulait vraiment que tu sois renvoyé. Alors vous auriez été des rejeté de la société ensemble »

« Bien sûr que non! » dirent Harry et Ron ensemble, mais Hermione haussa à peine les épaules.

« Comme vous voulez. Mais quelque fois je crois que la mère de Ron a raison et que Sirius se confond si tu es toi ou ton père, Harry »

« Alors tu crois qu’il est malade mental » dit Harry, s’échauffant.

« Non, je crois juste qu’il a été très seul sur une très longue période » dit Hermione simplement.

À ce moment, Mme Weasley entra dans la pièce derrière eux.

« Toujours pas fini » dit-elle enfonçant sa tête dans le placard.

« Je croyais que tu venais pour nous dire de prendre une pause! » Dit Ron amèrement «

Est-ce que tu sait la quantité de mousse qu’on a enlevé depuis qu’on n’est arrivé? »

« Vous étiez si empressé d’aider l’Ordre » dit Mme Weasley « Vous pouvez faire votre part en faisant en sorte que les quartier généraux soit un peu plus vivable »

« Je me sens comme un Elfe de Maison » grommela Ron.

« Bien, maintenant tu comprend quelle affreuse vie ils mènent, peut-être que tu vas être un peu plus actif dans la S.A.L.E! » dit Hermione avec espoir pendant que Mme Weasley les quittait.

« Tu sais, peut-être que ça ne serait pas une mauvaise idée de montrer aux personne comme c’est horrible de laver tout le temps… Nous pourrions faire un récurage de financement dans la chambre commune de Gryffondor, tout les avancement pour la S.A.L.E, ça augmenterait la conscience du problème de même que nos fonds »

« Je te payerai seulement pour que tu la ferme à propos de la S.A.L.E » marmonna Ron, irrité, mais de sorte que seul Harry puisse l’entendre.

Harry se retrouva à rêvé en plein jour de Poudlard de plus en plus comme la fin des vacances approchait; il ne pouvait pas attendre pour voir Hagrid de nouveau, pour jouer au Quidditch, même pour flâner jusqu’au jardin aux serres d’Herbiologie; ça serait une récompense de quitter cette poussiéreuse maison qui sentait le renfermé où la moitié des placard était toujours verrouillé et où Kreacher soufflait des insultes hors de l’ombre alors que tu passait, mais Harry faisait attention pour ne pas mentionner tout cela à porté de voix de Sirius.

Le fait était que vivre dans le quartier général du mouvement anti-Voldemort n’était pas exactement aussi intéressant ou excitant que Harry ne s’y était attendu avant qu Harry ne l’expérimente. Malgré tout il y avait des membre de l’Ordre du Phénix qui allait et venait régulièrement, quelques fois restant pour les repas, d’autres fois seulement pour quelques minutes de conversation murmurée, Mme Weasley s’assurait que les autres était bien hors de portées de voix (soit Extensible ou normal) et personne, pas même Sirius, ne semblait croire que Harry n’avait besoin de savoir quoi que ce soit de plus que ce qu’il avait entendu la nuit de son arrivée.

Pendant la dernière journée de vacances, Harry balayait les reste de nourriture de Hedwidge sur le dessus de la commode quand Ron entra dans leur chambre transportant deux enveloppes.

« La liste des livre est arrivée » dit-il, lançant une des enveloppes en l’air pour Harry, qui était debout sur une chaise. « Il était à peu près temps, je pensait qu’ils avaient oublié, d’habitude elles arrivent bien plus tôt que ça »

Harry balaya la dernière des restant dans un sac de vidange et lança le sac par dessus la tête de Ron dans la poubelle dans le coin, qui l’avala et l’ingurgita bruyamment. Il ouvrit sa lettre. Elle contenait deux pièce de parchemin : une était l’habituelle rappel que l’école commençait au premier jour de septembre; l’autre lui indiquait quel livre il aurait besoin pour l’année à venir.

« Seulement deux nouveaux » dit-il, lisant la liste, le livre Standard des Sortilèges, Niveau 5, par Miranda Goshawk, et la Magie Théorique Défensive, pas Wilbert Slinkhard.

Crack.

Fred et Georges apparurent tout à côté d’Harry. Il était tellement habitué qu’ils le fassent maintenant qu’il ne tomba même pas de sa chaise.

« Nous nous demandions simplement si vous aviez reçu le livre de Slinkhard » dit Fred pour faire la conversation.

« Parce que ça veut dire que Dumbledore à trouvé un nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal » dit Georges.

« Il était à peu près temps aussi » dit Fred.

« Qu’est ce que vous voulez dire? » demanda Harry, sautant à côté d’eux.

« Eh bien, nous avons entendu ‘Man et ‘Pa en parler avec nos Oreille Extensible il y a quelques semaines » Fred raconta à Harry » et d’après ce qu’ils disaient, Dumbledore avait beaucoup de difficulté à trouver quelqu’un pour faire le travail cette année »

« Pas très étonnant, ce l’est, quand on regarde ce qui est arrivé au quatre dernier » dit Georges.

« Un renvoyé, un mort, un qui a perdu la mémoire, et un emprisonné dans une malle pour neuf mois » dit Harry, les décomptant sur ces doigts « Ouais, je vois ce que vous voulez dire »

« Qu’est-ce qui se passe avec toi, Ron? » demanda Fred.

Ron ne répondit pas. Harry regarda au alentour. Ron se tenait debout très droit et sa bouche légèrement ouverte, bouche bée devant sa lettre de Poudlard.

« Qu’est-ce qu’il y a? » Dit Fred impatiemment, faisant le tour pour voir la parchemin par dessus l’épaule de Ron.

La bouche de Fred s’ouvrit soudainement aussi.

« Préfet » dit-il, observant la lettre, incrédule. « Préfet »

Georges s’avança, prit l’enveloppe dans l’autre main de Ron et la retourna à l’envers.

Harry vit quelque chose écarlate et or tomber dans la paume de Georges.

« Impossible » dit Georges avec une voix étouffée.

« Il y a eue une erreur » dit Fred, arrachant la lettre de la prise de Ron et la tenant devant la lumière comme s’il vérifiait le filigrane « Personne sain d’esprit ne ferait de Ron un préfet »

Les têtes des jumeau tournèrent dans la direction de Harry.

« Nous croyions que tu en étais un! » Dit Fred avec un ton de voix qui suggérait que Harry leur avait joué un tour d’une façon ou d’une autre.

« Nous croyions que Dumbledore t’aurait évidemment choisi! » dit Georges indigné.

« Tu as gagné le Tournoi des Trois Sorcier et tout et tout » dit Fred.

« J’imagine que toute les truc de fou ont compté contre lui » dit Georges à Fred

« Ouais » dit Fred lentement « Ouais, tu as causé trop de problème, l’ami. Enfin, au moins un de vous deux à les bonnes priorités »

Il marcha à grande enjambé vers Harry et lui tapa dans le dos alors qu’il donnait à Ron un regard mordant.

« Préfet Ronny-chéri le Préfet »

« Ohh, ‘Man va en être folle » gémit Georges, poussant le badge de Préfet vers Ron comme s’il avait peur que ça le contamine.

Ron, qui n’avait toujours pas dit un mot, prit le badge, l’observa pour un long moment, puis le tendit à Harry comme s’il demandait muettement pour la confirmation que c’était un authentique. Harry le prit. Un large P était superposé au lion de Gryffondor. Il avait vu un badge du genre sur la poitrine de Percy à sa toute première journée à Poudlard. La porte s’ouvrit brusquement. Hermione entra en pleure dans la pièce, les joues rouges et les cheveux emmêlés. Il y avait une enveloppe dans sa main.

« Est-ce que… Est-ce que vous avez eu… »

Elle vit le badge dans les mains de Harry et laissa passer un petit cri

« Je le savait » dit-elle excitée, brandissant sa lettre « Moi aussi, Harry, moi aussi! »

« Non » dit Harry rapidement, repoussant le badge dans la main de Ron « C’est Ron, pas moi… »

« C’est… Quoi? »

« Ron est Préfet, pas moi » dit Harry.

« Ron?!?! » Dit Hermione, sa mâchoire tombante « Mais… Es-tu sûr, je veux dire… »

Elle devint rouge quand Ron la regarda avec un air défiant sur le visage.

« C’est mon nom qu’il y a sur la lettre » dit-il.

« Je… » Dit Hermione, ayant l’air complètement déconcerté « Je… enfin… Wow! Bien joué, Ron! C’est vraiment… »

« Inattendu » dit Georges, hochant de la tête

« Non » dit Hermione, rougissant encore plus « Non, ce n’est pas… Ron a fait beaucoup de… Il est très… »

La porte derrière elle s’ouvrit un peu plus et Mme Weasley recula dans la pièce transportant une pile de robes fraîchement lavées.

« Ginny dit que les liste des manuels sont finalement arrivée » dit-elle, regardant les enveloppes tout autour alors qu’elle se dirigeait vers le lit et qu’elle commençait à séparer les robes en deux piles. « Si vous me les donner je vais les emmener jusqu’au Chemin de Traverse cet après-midi pour prendre vos livres pendant que vous ferez vos bagage. Ron, je vais devoir te prendre d’autres pyjamas, ils sont rendu au moins six pouces trop court, je ne peux pas croire que tu puisse grandir aussi vite. Quelle couleur tu les veux? »

« Prend lui s’en des rouge et or pour assortir avec son badge » dit Georges souriant d’un air affecté.

« Assortir avec quoi? » Dit Mme Weasley d’un ton absent, roulant une paire de bas marron et la déposant sur la pile de Ron.

« Son badge » dit Fred, avec l’air de quelqu’un qui veut faire passer le pire rapidement «

Son merveilleux brillant nouveau badge de Préfet »

Les mot de Fred prirent un moment à pénétrer la préoccupation de Mme Weasley avec les pyjama.

« Son… Mais… Ron, tu n’es pas… »

Ron montra son badge.

Mme Weasley poussa un petit cri pareil à celui d’Hermione.

« Je n’en crois pas mes yeux! Je n’en crois pas mes yeux! Oh, Ron, c’est merveilleux! Un Préfet! C’est tout le monde dans la famille! »

« Et qu’est-ce qu’on est, Fred et moi, les voisins d’à côté? » Dit Georges indigné alors que sa mère le poussait sur le côté et enlaça ses bras autour de son plus jeune fils.

« Attend que ton père entende ça! Ron, je suis fière de toi, quelle bonne nouvelle, tu pourrais devenir Préfet en Chef tout comme Bill et Percy, c’est la première étape! Oh, quelle belle chose a arrivée en plein milieu de tous nos soucis, je suis toute excitée, oh Ronnie!

Fred et Georges faisait tout les deux de drôle de sons derrière son dos mais Mme Weasley ne s’en rendi pas compte; les bras serré autour du cou de Ron, elle l’embrassait sur toute la figure, qui était devenu plus écarlate que son badge.

« ‘Man… arrête… ‘Man desserre ta prise… » Marmonna-t-il, essaya de la repousser. Elle le laissa parti et dit, essoufflé :

« Alors qu’est-ce que ça va être? Nous avons donné un hibou à Percy, mais tu en as déjà un, bien sûr… »

« De quoi tu parles? » Dit Ron, ayant l’air de quelqu’un qui n’en croyait pas ses oreilles.

« Tu dois avoir une récompense pour ça! » Dit Mme Weasley doucement « Que pense tu d’un nouvelle assortiment de robe? »

« Nous lui en avons déjà acheter » dit Fred amèrement, qui semblait sincèrement regretter sa générosité.

« Ou un nouveau chaudron, les vieux de Charlie rouille beaucoup, ou un nouveau rat, tu as toujours aimé Croûtard… »

« ‘Man » dit Ron avec espoir « Est-ce que je pourrais avoir un nouveau balai? »

Le visage de Mme Weasley s’assombrit un peu; les balais étaient chers.

« Pas un très bon! » Ron se dépêcha d’ajouter « Juste… Juste un nouveau, pour faire changement »

Mme Weasley hésita, puis sourit.

« Bien sûr que tu peux! Bon, je suis mieux d’y aller si je dois acheter un nouveau balai aussi. Je vous verrais plus tard… Petit Ronnie un Préfet! Et n’oubliez pas de paqueter vos valises… Un préfet, oh, comme je suis contente! »

Elle donna un autre bec sur la joue de Ron, respira bruyamment, sorti rapidement de la pièce.

Fred et George s’échangèrent un regard complice.

-Tu ne penses pas que nous devrions tèmbrasser, n' est-ce pas, Ron. Dit Fred dans une voix faussement inquiète.

-Nous pourrions lui faire une révérence, si tu préfères. Dit George.

-Oh, taisez-vous. Dit Ron, en se renfrognant.

-Ou quoi, Dit Fred, en souriant sarcastiquement. Tu vas nous mettre en retenue.

-Jàimerais voir ça. Ricanait George.

-Il peut si vous ne faites pas attention! dit Hermione furieusement.

Fred et George se mirent à rire, et Ron marmonna, "Laisse tomber, Hermione. "

-Nous allons devoir surveiller nos gestes, dit George à Fred, en prétendant trembler, avec ces deux-là ces deux sur notre cas. Ouais, il semble que nos jours de hors-la-loi soient finalement terminés. Dit George, en secouant la tête.

Et avec une autre remarque sarcastique, les jumeaux disparurent.

-Ces deux-là! dit furieusement Hermione, en regardant le plafond, au travers duquel ils pouvaient maintenant entendre Fred et George rire dans la pièce du haut.

"Ne fait pas attention à eux, Ron, ils sont seulement jaloux!"

-Je ne pense pas quìls le soient. Dit Ron, en regardant aussi le plafond. "Ils ont toujours dit que seulement les crétins deviennent encore des préfets". Il ajouta sur une note plus joyeuse," ils nàuront jamais de nouveaux balais!" Jèspère que je vais pouvoir aller avec Maman et le choisir. Ils ne seront jamais capable de mòffrir un Nimbus, mais il y a le nouveau Cleansweep qui est bon. Ouais, je pense que je vais y aller et lui dire que j'aime le Cleansweep, seulement pour quèlle le sache »

Il s'était précipité hors de la pièce, en laissant Harry et Hermione seuls.

Pour quelques raisons, Harry ne cherchait pas à regarder Hermione. Il retourna à son lit, prit la pile de robes propres que Mrs Weasley y avait déposé et traversa la chambre jusqùà sa malle.

-Harry. Dit Hermione peu sûre dèlle.

-Félicitation, Hermione. Dit Harry, si chaleureusement que ça ne semblait pas sincère, et, ne la regardant toujours pas, "Brillant. Préfet. Bravo.»

-Merci. Dit Hermione. Euh! Harry, pourrais-je tèmprunter Hedwige pour que je puisse le dire à Maman et Papa? Ils seront vraiment heureux. Que je devienne préfet est quelque chose qu'ils peuvent comprendre.

-Bien entendu, aucun problème. Dit Harry, avec une voix cordialement horrible,

"Prend-la!".

Il s'appuya sur sa malle, prenant les robes pour les insérer dans le fond et prétendant fouiller pour trouver quelque chose pendant que Hermione passait devant le placard et appelait Hedwige en bas. Quelques moments passèrent; Harry entendit la porte se refermer mais resta penché, à écouter; les seuls sons qu'il pouvait entendre étaient l'image vierge sur le mur qui ricanait encore et la poubelle qui toussait dans le coin où les hiboux faisaient leurs besoins.

Il se redressa et regarda derrière lui. Hermione était sortit et Hedwige était partit.

Harry se dépêcha à traverser la pièce, ferma la porte, et alors retourna lentement à son lit et sàffaissa dessus, regardant fixement en ayant la tête ailleurs vers le pied du placard.

Il avait complètement oublié que des préfets étaient choisis dans la cinquième année. Il s`était trop inquiété au sujet de la possibilité d'être expulsé pour penser au fait que les badges étaient envoyés

à certains étudiants. Mais sìl s'en était souvenu; s'il avait pensé à ça; qu'est-ce qu'il aurait espéré.

-Pas ça, dit une petite et honnête voix à l'intérieur de sa tête.

Harry détourna son visage et l'enfouit dans ses mains. Il ne pourrait pas se mentir; s'il avait su que l'insigne du préfet était sur sa route, il se serait attendu quèlle lui revienne, pas Ron. Était-il devenu aussi arrogant que Drago Malefoy? Se pensait-il supérieur aux autres? Croyait-il vraiment quìl était meilleur que Ron?

-Non, dit la petite voix d'un air provocant.

Harry se questionnait sur ce qui était vrai, en se questionnant sur ses propres sentiments.

-Je suis le meilleur au Quidditch, dit la voix. Mais je ne suis pas le meilleur en tout.

C'était sans aucun doute vrai, pensa Harry; il n'était pas meilleur que Ron dans les cours en classe. Mais était-ce à propos de lèxtérieur des cours. À propos des aventures que lui, Ron et Hermione avaient eu depuis quìl avaient commencé à Poudlard ensemble, en risquant souvent beaucoup plus que lèxpulsion.

Bien, Ron et Hermione étaient avec moi la plupart du temps, dit la voix dans la tête de Harry.

Pas tout le temps, cependant, se disait Harry. Ils n'ont pas lutté Quirrell avec moi. Ils n'ont pas suivit Jédusor et le Basilic. Ils ne se sont pas débarrassés de tout ces Détraqueurs la nuit où Sirius s'est échappé. Ils n'étaient pas dans ce cimetière avec moi, la nuit où Voldemort est revenu…

Et la même impression d'illusion làccabla alors.

Jèn ait fait plus quèux sans aucun doute, pensait Harry avec indignation. Jèn ait fait plus que l'un ou l'autre!

Mais peut-être, dit la petite voix, peut-être Dumbledore ne choisit pas des préfets parce quìls se sont mis en charge dùne situation dangereuse, peut-être il les choisit pour autre raison. Ron doit avoir quelque chose que tu nàs pas.

Harry ouvrit ses yeux et dévisagea à travers ses doigts le placard, se souvenant de ce que Fred avait dit, Personne de sain dèsprit ne voudrait faire de Ron un préfet.

Harry émit un léger rire. Lìnstant dàprès, en pensant à ses pensées, il ne fut pas très fier de lui.

Ron n'avait pas demandé que Dumbledore lui donne l'insigne de préfet. Ce n'était pas la faute de

Ron. Il était, Harry, le meilleur ami au monde de Ron, aller bouder parce quìl nà pas eu une insigne, rire avec les jumeaux dans le dos de Ron, ruiner son amitié avec Ron quand, pour la première fois, il avait battu Harry à quelque chose.

À cet instant, Harry entendit les pas de Ron dans lèscalier. Il se leva, redressa ses lunettes, et afficha un sourire sur son visage comme Ron passait la porte.

-Je lài eu! dit-il tout heureux. Elle a dit que quèlle allait acheter le Cleansweep si elle peut.

-Génial! dit Harry, soulagé dèntendre que sa voix avait arrêté de sonner fausse.

-Écoute Ron, bravo, mon ami...

Le sourire de Ron sèffaça.

-Je ne pensait jamais que ce serait moi! dit-il, en secouant sa tête. Je pensais que ce serait toi!

-Nan! Jài déjà causé trop de problèmes. Dit Harry, en répétant les propos de Fred.

-Ouais. Dit Ron, ouais, je suppose… nous devrions faire notre malle, nèst-ce pas.

C'était bizarre comme soudainement leurs objets semblaient être éparpillés depuis leur arrivée.

Ils prirent tout l'après-midi pour ranger leurs livres et affaires s`étendant dans toute la maison et les ranger à l'intérieur de leur malle.

Harry remarqua que Ron avait déplacé son insigne de préfet, quìl avait tout dàbord placé sur sa table de chevet, pour la mettre dans la poche de ses pantalons, et enfin la ranger sur une de ses robes soigneusement pliées, comme pour voir l'effet du rouge sur le traditionnel noir.

Seulement quand Fred et George ajoutèrent quìls lui offrait de l'attacher sur son front avec un Charme Collant Permanent, il l'enveloppa tendrement dans une de ses chaussettes marron et l'enferma dans sa malle quìl avait pris le soin de verrouiller.

Mrs Weasley revint du Chemin de Traverse vers six heures, chargé de livres et portait un long paquet enveloppé dans un épais papier marron que Ron lui saisit avec vigueur.

-Je ne pensais pas lòuvrir maintenant, des gens arrivent pour le dîner, je voudrais que vous descendiez tous en bas. Dit-elle, mais lorsqu'elle fut partie Ron déchira le papier avec frénésie et examina chaque pouce de son nouveau balai, une expression de ravissement apparut alors sur son visage.

Dans le sous-sol Mrs Weasley avait pendu une bannière écarlate au-dessus de la table à manger déjà chargée qui disait:

FÉLICITATIONS

RON ET HERMIONE

LES NOUVEAUX PRÉFETS

Elle avait un regard pétillant et était de bonne humeur comme Harry entrait et voyait làmpleur de la fête.

-Je pensais que nous devions avoir une petite réception, pas un repas servi à table. Dit-elle à Harry, Ron, Hermione, Fred, George et Ginny comme ils entraient dans la pièce.

Ton père et Bill sont sur le chemin, Ron. Je leur aie envoyé des hiboux et ils étaient bien excités. Ajouta-t-elle toute rayonnante.

Fred roula ses yeux.

Sirius, Lupin, Tonks et Kingsley Shacklebolt était déjà là et Maugrey Fol-Oeil arriva désarçonné peu après qùHarry se soit pris un Bière au beurre.

-Oh, Alastor, je suis heureuse que vous soyez ici. Dit Mrs Weasley, comme Maugrey enlevait son manteau de voyageur. "Nous nous demandions si vous pourriez jeter un coup d'oeil dans le secrétaire dans la pièce de dessin et nous dire quèst-ce quìl y a dedans. Nous ne voulions pas l'ouvrir au cas où ce serait quelque chose de vraiment désagréable.

-Pas de problème Molly.

Lòeil de Maugrey dùn bleu électrique pivota vers le haut et dévisagea fixement le plafond de la cuisine.

-La pièce de dessin. Grogna-t-il, comme la pupille se contractait. Bureau dans le coin Ouais,

je le vois...ouais, cèst un épouvantail. Voulez-vous que je monte et que je me débarrasse de lui, Molly?

-Non, non, Je vais le faire moi-même plus tard. Dit Mrs Weasley toute rayonnante, vous avez votre boisson. Nous sommes ici pour une petite célébration, actuellement. En montrant la bannière écarlate.

-Quatre préfets dans la famille! Dit-elle tendrement, en caressant les cheveux de Ron.

-Préfet, eh! Grogna Maugrey, son oeil normal sur Ron et son oeil magique, pivota autour de lui et sàttarda fixement dùn côté de sa tête. Harry avait la sensation inconfortable quìl le regardait et s'est éloigné vers Sirius et ensuite vers Lupin. "Bien, félicitations". Dit-il, en lançant un regard furieux encore à Ron avec son oeil normal «

les figures dàutorité attirent toujours des problèmes, mais je suppose que Dumbledore pense que vous supportez la plupart des problèmes majeurs ou il ne vous aurait pas nommé »

Ron le regardait plutôt effrayé vu par cette perspective mais fut exempté de répondre par l'arrivée de son père et de son frère aîné. Mrs Weasley était dans une telle humeur joviale qu'elle ne s'était pas plainte même s'ils avaient apporté Mundungus avec eux; il portait un long manteau qui a paru bizarrement grumeleux et déclina l'offre de l'enlever et le mettre avec le manteau de Maugrey.

Bien, je pense qu'un toast serait de convenance. Dit Mr Weasley, quand tout le monde eut une boisson. Il leva son verre. À Ron et Hermione, les nouveaux préfets de Gryffindor!

Ron et Hermione semblaient rayonner comme tout le monde buvait à leur santé, et ils applaudirent.

-Je nài jamais été préfet moi-même. Dit Tonks qui se trouvait derrière Harry comme tout le monde se déplaçait vers la table pour les aider avec la nourriture. Ses cheveux étaient rouge tomate et mi-long aujourd'hui; elle ressemblait à Ginny mais plus vieille.

"Ma responsable de Maison disait quìl me manquait certaines qualités nécessaires...

-Comme quoi? dit Ginny qui choisissait une pomme de terre cuite au four.

-Comme la capacité d`être soi-même. Dit Tonks.

Ginny rit; Hermione la regarda comme si elle ne savait pas si elle devait sourire ou pas et a décidé de prendre une grande gorgée de Bièreaubeurre pour finir par s`étouffer.

-Et au sujet de vous, Sirius. Demanda Ginny, en tapant dans le dos d`Hermione.

Sirius qui était juste à côté de Harry laissa sortir son rire habituel.

-Non, on ne m'aurait jamais nommé préfet, j'ai passé trop de temps en retenue avec James. Lupin était un bon garçon, et il a obtenu l'insigne.

-Je pense que Dumbledore a pu espérer que je serais capable d'exercer quelque contrôle sur mes meilleurs amis. Dit Lupin. Une mission que jài visiblement raté...

L'humeur de Harry sàméliora soudainement. Son père n'avait pas été préfet non plus.

Tout à coup, la réception parue beaucoup plus agréable; il alla se servir, en se sentant doublement affectueux avec tout le monde dans la pièce.

Ron était extasié au sujet de son nouveau balai et en parlait à qui voulait lèntendre.

-Zéro à soixante-dix en dix secondes, pas mauvais, nèst-ce pas. Quand vous pensez que la Comète Deux cent soixante fait seulement zéro à soixante et ça avec un vent arrière décent selon le Which Broomstick.

Hermione étant en sérieuse conversation avec Lupin au sujet de ses vues sur les droits des elfes de maisons.

-Je veux dire, cèst le même genre d'absurdité que la ségrégation des loup-garou, nèst-ce pas.

Mrs Weasley et Bill avaient leur discussion habituelle au sujet de cheveux de Bill.

-Ça devient vraiment hors de contrôle, et tu es si beau, ils étaient tellement plus beaux avant, tu ne trouves pas Harry. .

-Oh! Je ne sais pas. Dit Harry, alarmé de se faire demander une telle question; il partit loin d'eux en direction de Fred et George qui étaient coincés avec Mundungus.

Mundungus cessa de parler quand il vit Harry, mais Fred lui fit un clin d'oeil et lui fit signe de sàpprocher

-OK. Dit-il à Mundungus, nous pouvons avoir confiance en Harry, il est notre commanditaire.

-Regarde ce que Dung a obtenu pour nous. Dit George, en ouvrant sa main pour le montrer à Harry. C'était plein de ce qui ressemblait à des gousses noires ratatinées. Un crépitant bruit faible venait

de ces derniers, bien qu'ils fussent complètement stationnaires.

-Des graines de Venomous Tentacula. Dit George. Nous avons besoin d'eux pour les Boîte-à-lunch

Tireuses mais ils sont de Classe C de Substance Non-Commerciable donc nous avons un petit problème...

-Dix Galions le paquet, alors Dung. Dit Fred.

-Nous avons tous un problème je suis allé les chercher dit Mundungus, son visage, injecté de sang, ses yeux s`étiraient même plus largement. Je suis désolé, messieurs, mais je ne prend pas de Knut sous vingt.

-Dung aime bien plaisanter. Dit Fred à Harry.

-Ouais, sa meilleure a été six Faucilles pour un sac de Knarl piquantes. Dit George.

-Soyez prudent. Les prevint Harry.

-Quoi? dit Fred. Maman s'occupe, en roucoulant sur Ron le Préfet, nous sommes OK.

-Mais Maugrey pourrait avoir un oeil sur vous. Leur signala Harry.

Mundungus jeta un coup d'oeil nerveusement sur son épaule.

-Cèst un bon point. Grogna-t-il. Dàccord, messieurs, cèst dix, si vous les prenez rapidement;

-Bravo, Harry! Dit Fred avec entrain, quand Mundungus eut vidé ses poches dans les mains grandes ouvertes des jumeaux et déguerpit en direction de la nourriture.

-Nous sommes mieux de monter en haut. Harry les regarda partir, se sentant légèrement troublé. Il lui était soudainement venu à l'esprit que Mr et Mrs Weasley voudraient savoir comme Fred et George finançaient leur affaire de magasin de farces et attrapes quand, il était inévitable, ils le fonderont finalement.

Donner aux jumeaux ses gains quìl avait gagné à la Coupe de Feu avait semblé une chose simple à faire sur le moment, mais il ne voulait pas que ça mène à une autre querelle familiale et un autre éloignement comme avec Percy.

Est-ce que Mrs Weasley continuerait dàvoir lìmpression que Harry était bon et le considérer comme son fils si elle pensait que Fred et George commençaient une carrière qu'elle qualifiait dìnadéquate.

Se tenant là où les jumeaux l'avait laissé, sans rien mis à part un poids de culpabilité dans le

creux de son estomac, Harry entendit son nom.

Kingsley Shacklebolt dont la voix profonde était perceptible parmi les conversations disait:

-Pourquoi Dumbledore nà pas nommé Potter comme préfet.

-Il a eu ses raisons. Répondit Lupin.

-M