/ Language: Français / Genre:religion

Nouveau Testament – Version Fillion

VieDeJésus

On appelle Nouveau Testament ou Nouvelle Alliance l’ensemble des écrits relatifs à la vie de Jésus et aux premières années du christianisme qui sont considérés comme authentiques par les Églises chrétiennes. Le mot «testament» vient du mot grec διαθήκη (diathḗkē, «testament, contrat, convention») traduit en latin par testamentum (testament, témoignage). Le mot grec a un sens plus large (celui de contrat) que celui du mot latin aussi certains préfèrent le traduire par Alliance.Les chrétiens considèrent que la Bible se compose dès lors de l’Ancien Testament (écrits antérieurs à Jésus) et du Nouveau Testament.Le Nouveau Testament comprend, selon le canon occidental:- les quatre évangiles,- les Actes des Apôtres,- 14 épîtres, dont la plupart attribuées à Paul de Tarse,- d'autres épîtres, dites catholiques attribuées à d'autres disciples,- l’Apocalypse selon Jean de Patmos.Le classement des livres du Nouveau Testament n'est pas chronologique selon leur date d'écriture – qui n'est d'ailleurs pas connue avec précision (Voir problème synoptique) – mais répond à une progression logique:- la vie de Jésus, racontée sous l'invocation de quatre disciples;- l'histoire des débuts de l'Église primitive;- les épîtres de Paul aux premières communautés chrétiennes, dont une partie est pseudépigraphique: il y prodigue enseignement, conseils et éclaircissements sur la nouvelle religion;- d'autres épîtres attribuées aux premiers disciples mais qui pourraient dater du IIe siècle dans leur majorité,- l'apocalypse, qui signifie 'révélation', et que beaucoup considèrent comme une prophétie sur la fin des temps.

Nouveau Testament – Version Fillion

ÉVANGILE SELON SAINT MATTHIEU

Chapitre I

Mt 1,1. Livre de la généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham.

Mt 1,2. Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères;

Mt 1,3. Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar; Pharès engendra Esron; Esron engendra Aram;

Mt 1,4. Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon;

Mt 1,5. Salmon engendra Booz, de Rahab; Booz engendra Obed, de Ruth; Obed engendra Jessé; Jessé engendra David, qui fut roi.

Mt 1,6. Le roi David engendra Salomon, de celle qui avait été femme d'Urie;

Mt 1,7. Salomon engendra Roboam; Roboam engendra Abias; Abias engendra Asa;

Mt 1,8. Asa engendra Josaphat; Josaphat engendra Joram; Joram engendra Ozias;

Mt 1,9. Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias;

Mt 1,10. Ezéchias engendra Manassès; Manassès engendra Amon; Amon engendra Josias;

Mt 1,11. Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.

Mt 1,12. Et après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; Salathiel engendra Zorobabel;

Mt 1,13. Zorobabel engendra Abiud; Abiud engendra Eliacim; Eliacim engendra Azor;

Mt 1,14. Azor engendra Sadoc; Sadoc engendra Achim; Achim engendra Eliud;

Mt 1,15. Eliud engendra Eléazar; Eléazar engendra Mathan; Mathan engendra Jacob;

Mt 1,16. Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.

Mt 1,17. En tout donc, depuis Abraham jusqu'à David, quatorze générations; et depuis David jusqu'à la déportation à Babylone, quatorze générations; et depuis la déportation à Babylone jusqu'au Christ, quatorze générations.

Mt 1,18. Or la naissance du Christ eut lieu ainsi. Marie, Sa Mère, étant fiancée à Joseph, avant qu'ils habitassent ensemble, il se trouva qu'Elle avait conçu de l'Esprit-Saint.

Mt 1,19. Mais Joseph, Son époux, étant un homme juste, et ne voulant pas La diffamer, résolut de La renvoyer secrètement.

Mt 1,20. Et comme il y pensait, voici qu'un Ange du Seigneur lui apparut en songe, disant: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ton Epouse; car ce qui est né en Elle vient du Saint-Esprit.

Mt 1,21. Elle enfantera un fils, et tu Lui donneras le nom de Jésus; car Il sauvera Son peuple de ses péchés.

Mt 1,22. Or tout cela arriva pour que s'accomplît ce que le Seigneur avait dit par le prophète, en ces termes:

Mt 1,23. Voici, la Vierge concevra, et Elle enfantera un Fils, et on Lui donnera le nom d'Emmanuel; ce qui signifie: Dieu avec nous.

Mt 1,24. Joseph, réveillé de son sommeil, fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait ordonné, et prit son Epouse avec lui.

Mt 1,25. Et il ne L'avait point connue quand Elle enfanta Son Fils premier-né, auquel il donna le nom de Jésus.

CHAPITRE II

Mt 2,1. Jésus étant donc né à Bethléem de Juda, aux jours du roi Hérode, voici que des Mages d'Orient vinrent à Jérusalem,

Mt 2,2. disant: Où est le Roi des Juifs, qui vient de naître? car nous avons vu Son étoile en Orient, et nous sommes venus L'adorer.

Mt 2,3. Or le roi Hérode, l'apprenant, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.

Mt 2,4. Et rassemblant tous les princes des prêtres et les scribes du peuple, il s'enquit d'eux où devait naître le Christ.

Mt 2,5. Et ils lui dirent: A Bethléem de Juda; car il a été ainsi écrit par le prophète:

Mt 2,6. Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certainement pas le plus petit des chefs-lieux de Juda, car c'est de toi que sortira le chef qui régira Israël Mon peuple.

Mt 2,7. Alors Hérode, ayant appelé secrètement les Mages, s'informa d'eux avec soin du temps où l'étoile leur était apparue.

Mt 2,8. Puis, les envoyant à Bethléem, il dit: Allez, informez-vous avec soin de l'Enfant; et lorsque vous L'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi j'aille L'adorer.

Mt 2,9. Lorsqu'ils eurent entendu le roi, ils partirent. Et voici que l'étoile qu'ils avaient vue en Orient allait devant eux, jusqu'à ce que, arrivée au-dessus du lieu où était l'Enfant, elle s'arrêta.

Mt 2,10. Or, en voyant l'étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie.

Mt 2,11. Et, entrant dans la maison, ils trouvèrent l'Enfant, avec Marie Sa Mère, et, se prosternant, ils L'adorèrent; puis, ayant ouvert leurs trésors, ils Lui offrirent pour présents de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

Mt 2,12. Et ayant reçu en songe l'avertissement de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils revinrent par un autre chemin dans leur pays.

Mt 2,13. Lorsqu'ils furent partis, voici qu'un Ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, disant: Lève-toi, prends l'Enfant et Sa Mère, et fuis en Egypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car il arrivera qu'Hérode cherchera l'Enfant pour Le faire mourir.

Mt 2,14. Joseph s'étant levé, prit l'Enfant et Sa Mère durant la nuit, et se retira en Egypte.

Mt 2,15. Et il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait dit par le prophète, en ces termes: J'ai rappelé Mon Fils d'Egypte.

Mt 2,16. Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les Mages, entra dans une grande colère; et il envoya tuer tous les enfants qui étaient à Bethléem et dans tous ses environs, depuis l'âge de deux ans et au-dessous, selon le temps dont il s'était enquis auprès des Mages.

Mt 2,17. Alors s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jérémie, en ces termes:

Mt 2,18. Une voix a été entendue à Rama, des pleurs et de grandes lamentations; c'est Rachel pleurant ses enfants, et elle n'a pas voulu être consolée, parce qu'ils ne sont plus.

Mt 2,19. Mais Hérode étant mort, voici qu'un Ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Egypte,

Mt 2,20. et dit: Lève-toi, prends l'Enfant et Sa Mère, et va dans le pays d'Israël; car ceux qui en voulait à la vie de l'Enfant sont morts.

Mt 2,21. Joseph, s'étant levé, prit l'Enfant et Sa Mère, et vint dans le pays d'Israël.

Mt 2,22. Mais ayant appris qu'Archélaüs régnait en Judée, à la place d'Hérode son père, il craignit d'y aller; et, averti en songe, il se retira dans la province de Galilée.

Mt 2,23. Et il vint habiter dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplît ce qui avait été dit par les prophètes: Il sera appelé Nazaréen.

CHAPITRE III

Mt 3,1. En ces jours-là, Jean-Baptiste vint, prêchant dans le désert de Judée,

Mt 3,2. et disant: Faites pénitence, car le royaume des Cieux est proche.

Mt 3,3. C'est lui qui a été désigné par le prophète Isaïe, lorsqu'il dit: Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droit Ses sentiers.

Mt 3,4. Or Jean avait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour de ses reins; et sa nourriture était des sauterelles et du miel sauvage.

Mt 3,5. Alors Jérusalem, et toute la Judée, et tout le pays des environs du Jourdain, venaient à lui;

Mt 3,6. et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, confessant leurs péchés.

Mt 3,7. Mais voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens qui venaient à son baptême, il leur dit: Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui va venir?

Mt 3,8. Faites donc de dignes fruits de pénitence.

Mt 3,9. Et ne prétendez pas dire en vous-mêmes: Nous avons Abraham pour père. Car je vous déclare que Dieu peut susciter de ces pierres des enfants à Abraham.

Mt 3,10. Car déjà la cognée est mise à la racine des arbres; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu.

Mt 3,11. Moi, je vous baptise dans l'eau, pour la pénitence; mais Celui qui doit venir après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter Ses sancales. Lui, Il vous baptisera dans l'Esprit-Saint et dans le feu.

Mt 3,12. Il a Son van dans Sa main, et Il nettoiera Son aire; et Il amassera Son blé dans le grenier, mais Il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteindra pas.

Mt 3,13. Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain, auprès de Jean, pour être baptisé par lui.

Mt 3,14. Mais Jean L'écartait, en disant: C'est moi qui dois être baptisé par Vous, et Vous venez à moi!

Mt 3,15. Mais Jésus, répondant, lui dit: Laisse faire maintenant; car c'est ainsi qu'il convient que nous accomplissions toute justice. Alors Jean Le laissa faire.

Mt 3,16. Or Jésus, ayant été baptisé, sortit aussitôt hors de l'eau. Et voici que les cieux Lui furent ouverts, et il vit l'Esprit de Dieu qui descendait comme une colombe, et qui vint sur Lui.

Mt 3,17. Et voici qu'une voix du Ciel disait: Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui Je Me suis complu.

CHAPITRE IV

Mt 4,1. Alors Jésus fut conduit dans le désert par l'Esprit, pour être tenté par le diable.

Mt 4,2. Et lorsqu'Il eut jeûné quarante jours et quarante nuits, Il eut faim.

Mt 4,3. Et le tentateur, s'approchant, Lui dit: Si Vous êtes le Fils de Dieu, dites que ces pierres deviennent des pains.

Mt 4,4. Jésus répondit: Il est écrit: L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Mt 4,5. Alors le diable Le transporta dans la cité sainte, et Le plaça sur le haut du temple;

Mt 4,6. et il Lui dit: Si Vous êtes le Fils de Dieu, jetez-Vous en bas; car il est écrit: Il a donné des ordres à Ses Anges à ton sujet, et ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre une pierre.

Mt 4,7. Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.

Mt 4,8. Le diable Le transporta encore sur une montagne tout à fait élevée, et Lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire;

Mt 4,9. et Lui dit: Je Vous donnerai toutes ces choses, si, Vous prosternant, Vous m'adorez.

Mt 4,10. Alors Jésus lui dit: Retire-toi, Satan; car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul.

Mt 4,11. Alors le diable Le laissa, et voici que les Anges s'approchèrent, et ils Le servaient.

Mt 4,12. Quand Jésus eut appris que Jean avait été mis en prison, Il Se retira en Galilée;

Mt 4,13. et ayant quitté la ville de Nazareth, Il vint habiter à Capharnaüm, ville maritime, sur les confins de Zabulon et de Nephthali,

Mt 4,14. afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète Isaïe:

Mt 4,15. Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali, la voie de la mer, le pays qui est au delà du Jourdain, la Galilée des nations:

Mt 4,16. ce peuple qui était assis dans les ténèbres a vu une grande lumière, et sur ceux qui étaient assis dans la région de l'ombre de la mort la lumière s'est levée.

Mt 4,17. Dès lors Jésus commença à prêcher, et à dire: Faites pénitence, car le royaume des Cieux est proche.

Mt 4,18. Or Jésus, marchant le long de la mer de Galilée, vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frére, qui jetaient leurs filets dans la mer, car ils étaient pêcheurs.

Mt 4,19. Et Il leur dit: Suivez-Moi, et Je vous ferez devenir pêcheurs d'hommes.

Mt 4,20. Et eux aussitôt, laissant leurs filets, Le suivirent.

Mt 4,21. Et de là, S'avançant plus loin, Il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans une barque avec Zébédée leur père, réparant leurs filets; et Il les appela.

Mt 4,22. Et eux aussitôt, laissant leurs filets et leur père, Le suivirent.

Mt 4,23. Et Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, prêchant l'Evangile du royaume, et guérissant toute langueur et toute infirmité parmi le peuple.

Mt 4,24. Et Sa renommée se répandit dans toute la Syrie; et on Lui présenta tous ceux qui étaient malades, atteints de langueurs et de diverses souffrances, et les possédés du démon, et les lunatiques, et les paralytiques; et Il les guérit.

Mt 4,25. Et des foules nombreuses Le suivirent de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d'au delà du Jourdain.

CHAPITRE V

Mt 5,1. Or Jésus, voyant les foules, monta sur une montagne, et, lorsqu'Il Se fut assis, Ses disciples s'approchèrent de Lui.

Mt 5,2. Et, ouvrant Sa bouche, Il les enseignait, en disant:

Mt 5,3. Bienheureux les pauvres en esprit, car le royaume des Cieux est à eux.

Mt 5,4. Bienheureux ceux qui sont doux, car ils possèderont la terre.

Mt 5,5. Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

Mt 5,6. Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

Mt 5,7. Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront eux-mêmes miséricorde.

Mt 5,8. Bienheureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu.

Mt 5,9. Bienheureux les pacifiques, car ils seront appelés enfants de Dieu.

Mt 5,10. Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.

Mt 5,11. Bienheureux serez-vous lorsqu'on vous maudira, et qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de Moi.

Mt 5,12. Réjouissez-vous alors, et tressaillez de joie, parce que votre récompense sera grande dans les Cieux; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Mt 5,13. Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel s'affadit, avec quoi le salera-t-on? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.

Mt 5,14. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée;

Mt 5,15. et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le candélabre, afin qu'elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

Mt 5,16. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les Cieux.

Mt 5,17. Ne pensez pas que Je sois venu abolir la loi ou les prophètes; Je ne suis pas venu les abolir, mais les accomplir.

Mt 5,18. Car en vérité, Je vous le dis, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait ne disparaîtra pas de la loi, que tout ne soit accompli.

Mt 5,19. Celui donc qui violera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera les hommes à le faire, sera appelé le plus petit dans le royaume des Cieux; mais celui qui fera et enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des Cieux.

Mt 5,20. Car Je vous dis que si votre justice n'est pas plus abondante que celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux.

Mt 5,21. Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; et celui qui tuera méritera d'être condamné en jugement.

Mt 5,22. Mais Moi Je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère, méritera d'être condamné en jugement; et celui qui dira à son frère: Raca, méritera d'être condamné par le conseil; et celui qui lui dira: Fou, méritera d'être condamné au feu de la géhenne.

Mt 5,23. Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,

Mt 5,24. laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite tu reviendras présenter ton offrande.

Mt 5,25. Accorde-toi au plus tôt avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur que ton adversaire ne te livre au juge, et que le juge ne te livre au ministre de la justice, et que tu ne sois mis en prison.

Mt 5,26. En vérité, Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n'aies payé jusqu'à la dernière obole.

Mt 5,27. Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne commettras point d'adultère.

Mt 5,28. Mais Moi Je vous dis que quiconque aura regardé une femme pour la convoiter, a déjà commis l'adultère avec elle dans son coeur.

Mt 5,29. Si ton oeil droit te scandalise, arrache-le, et jette-le loin de toi; car il vaut mieux pour toi qu'un de tes membres périsse, que si tout ton corps était jeté dans la géhenne.

Mt 5,30. Et si ta main droite te scandalise, coupe-la, et jette-la loin de toi; car il vaut mieux pour toi qu'un de tes membres périsse, que si tout ton corps allait dans la géhenne.

Mt 5,31. Il a été dit encore: Que quiconque renverra sa femme lui donne un acte de répudiation.

Mt 5,32. Mais Moi Je vous dis que quiconque renverra sa femme, si ce n'est en cas d'infidélité, la fait devenir adultère; et celui qui épouse une femme renvoyée commet un adultère.

Mt 5,33. Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne te parjureras pas, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de tes serments.

Mt 5,34. Mais Moi Je vous dis de ne pas jurer du tout: ni par le Ciel, parce que c'est le trône de Dieu;

Mt 5,35. ni par la terre, parce qu'elle est l'escabeau de Ses pieds; ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand Roi.

Mt 5,36. Tu ne jureras pas non plus par ta tête, parce que tu ne peux rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.

Mt 5,37. Mais que votre langage soit: Oui, oui; Non, non; car ce qu'on y ajoute vient du mal.

Mt 5,38. Vous avez appris qu'il a été dit: Oeil pour oeil, et dent pour dent.

Mt 5,39. Mais Moi Je vous dis de ne point résister au méchant; mais si quelqu'un t'a frappé sur ta joue droite, présente-lui encore l'autre.

Mt 5,40. Et si quelqu'un veut t'appeler en jugement pour te prendre ta tunique, abandonne-lui encore ton manteau.

Mt 5,41. Et si quelqu'un veut te contraindre de faire mille pas, va avec lui pendant deux autres mille.

Mt 5,42. Donne à celui qui te demande, et si quelqu'un veut emprunter de toi ne te détourne pas.

Mt 5,43. Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.

Mt 5,44. Mais Moi Je vous dis: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous persécutent et qui vous calomnient;

Mt 5,45. afin que vous soyez les enfants de votre Père qui est dans les Cieux, qui fait lever Son soleil sur les bons et sur les méchants, et qui fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

Mt 5,46. Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains ne le font-ils pas aussi?

Mt 5,47. Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens ne le font-ils pas aussi?

Mt 5,48. Soyez donc parfaits, vous, comme votre Père céleste est parfait.

CHAPITRE VI

Mt 6,1. Gardez-vous de faire vos oeuvres de justice devant les hommes pour en être vus; autrement, vous n'aurez pas de récompense auprès de votre Père qui est dans les Cieux.

Mt 6,2. Lors donc que tu fais l'aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, pour être honorés des hommes. En vérité, Je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.

Mt 6,3. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ne sache point ce que fait ta main droite,

Mt 6,4. afin que ton aumône soit dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Mt 6,5. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des places publiques, pour être vus des hommes. En vérité, Je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.

Mt 6,6. Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, et, après avoir fermé la porte, prie ton Pére dans le secret: et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Mt 6,7. Quand vous priez, ne multipliez pas les paroles, comme les païens, qui s'imaginent que c'est par la multitude de leurs paroles qu'ils seront exaucés.

Mt 6,8. Ne leur ressemblez donc pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous Le lui demandiez.

Mt 6,9. C'est donc ainsi que vous prierez: Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre nom soit sanctifié;

Mt 6,10. que Votre règne arrive; que Votre volonté soit faite sur la terre comme au Ciel.

Mt 6,11. Donnez-nous aujourd'hui le pain qui nous est nécessaire,

Mt 6,12. et remettez-nous nos dettes, comme nous les remettons nous-mêmes à ceux qui nous doivent;

Mt 6,13. et ne nous abandonnez pas à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

Mt 6,14. Car si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi vos péchés.

Mt 6,15. Mais si vous ne pardonnez point aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos péchés.

Mt 6,16. Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites; car ils exténuent leur visage, pour faire voir aux hommes qu'ils jeûnent. En vérité, Je vous le dis, ils ont reçu leur récom pense.

Mt 6,17. Mais toi, lorsque tu jeûnes, parfume ta tête, et lave ton visage.

Mt 6,18. afin de ne pas faire voir aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père, qui est présent dans le secret; et ton Père qui voit dans le secret, te le rendra.

Mt 6,19. Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la rouille et les vers détruisent, et où les voleurs percent et dérobent.

Mt 6,20. Mais amassez-vous des trésors dans le Ciel, où ni la rouille ni les vers ne détruisent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.

Mt 6,21. Car là où est ton trésor, là est aussi ton coeur.

Mt 6,22. La lampe de ton corps, c'est ton oeil. Si ton oeil est simple, tout ton corps sera lumineux;

Mt 6,23. mais si ton oeil est mauvais, tout ton corps sera ténébreux. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres mêmes!

Mt 6,24. Nul ne peut servir deux mâitres; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.

Mt 6,25. C'est pourquoi Je vous dis: Ne vous inquiétez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez; ni pour votre corps, de ce dont vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?

Mt 6,26. Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent pas dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. N'êtes-vous pas beaucoup plus qu'eux?

Mt 6,27. Qui de vous, en se tourmentant, peut ajouter une coudée à sa taille?

Mt 6,28. Et au sujet du vêtement, pourquoi vous inquiéter? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent.

Mt 6,29. Cependant Je vous dis que Salomon lui-même dans toute sa gloire n'a pas été vêtu comme l'un d'eux.

Mt 6,30. Mais si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui, et qui demain sera jetée dans le four, combien plus vous-mêmes, hommes de peu de foi!

Mt 6,31. Ne vous inquiétez donc pas, en disant: que mangerons-nous, ou que boirons-nous, ou de quoi nous couvrirons-nous?

Mt 6,32. Car ce sont les païens qui se préoccupent de toutes ces choses; mais votre Père sait que vous avez besoin de tout cela.

Mt 6,33. Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et Sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît.

Mt 6,34. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit son mal.

CHAPITRE VII

Mt 7,1. Ne jugez point, afin que vous ne soyez pas jugés.

Mt 7,2. Car vous serez jugés selon que vous aurez jugé, et on se servira envers vous de la même mesure dont vous vous serez servis.

Mt 7,3. Pourquoi vois-tu le fétu dans l'oeil de ton frère, et ne vois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil?

Mt 7,4. Où comment dit-tu à ton frère: Laisse-moi ôter le fétu de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien?

Mt 7,5. Hypocrite, ôte d'abord la poutre de ton oeil, et ensuite tu verras comment ôter le fétu de l'oeil de ton frère.

Mt 7,6. Ne donnez pas la chose sainte aux chiens, et ne jetez point vos perles devant les pourceaux, de peur qu'ils ne les foulent aux pieds, et que, se retournant, ils ne vous déchirent.

Mt 7,7. Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira.

Mt 7,8. Car quiconque demande, reçoit, et qui cherche, trouve, et l'on ouvrira à celui qui frappe.

Mt 7,9. Quel est parmi vous l'homme qui, si son fils lui demande du pain, lui présentera une pierre?

Mt 7,10. Ou s'il lui demande un poisson, lui présentera-t-il un serpent?

Mt 7,11. Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les Cieux donnera-t-Il ce qui est bon à ceux qui le Lui demandent!

Mt 7,12. Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux; car c'est là la loi et les prophètes.

Mt 7,13. Entrez par la porte étroite; car large est la porte, et spacieuse la voie qui conduit à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par elle.

Mt 7,14. Qu'étroite est la porte et resserrée la voie qui conduit à la vie, et qu'il y en a peu qui la trouvent!

Mt 7,15. Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, et qui au dedans sont des loups ravisseurs.

Mt 7,16. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des ronces?

Mt 7,17. Ainsi, tout bon arbre produit de bons fruits; mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits.

Mt 7,18. Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre produire de bons fruits.

Mt 7,19. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

Mt 7,20. Vous les reconnaîtrez donc à leurs fruits.

Mt 7,21. Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent: Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des Cieux; mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les Cieux, celui-là entrera dans le royaume des Cieux.

Mt 7,22. Beaucoup Me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en Votre nom, et chassé les démons en Votre nom, et fait de nombreux miracles en Votre nom?

Mt 7,23. Et alors Je leur dirai hautement: Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de Moi, vous qui commettez l'iniquité.

Mt 7,24. Ainsi donc, quiconque entend ces paroles que Je dis et les met en pratique, sera comparé à un homme sage, qui a bâti sa maison sur la pierre.

Mt 7,25. Et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et se sont précipités sur cette maison, et elle ne s'est point écroulée; car elle était fondée sur la pierre.

Mt 7,26. Et quiconque entend ces paroles que Je dis et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé, qui a bâti sa maison sur le sable.

Mt 7,27. Et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et se sont précipités sur cette maison, et elle s'est écroulée, et sa ruine a é té grande.

Mt 7,28. Or il arriva que, lorsque Jésus eut achevé Ses paroles, les foules étaient dans l'admiration de Sa doctrine;

Mt 7,29. car Il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes et les pharisiens.

CHAPITRE VIII

Mt 8,1. Lorsqu'Il fut descendu de la montagne, des foules nombreuses Le suivirent.

Mt 8,2. Et voici qu'un lépreux vint à et L'adora, en disant: Seigneur, si Vous voulez, Vous pouvez me purifier.

Mt 8,3. Jésus, étendant la main, le toucha, en disant: Je le veux, sois purifié. Et aussitôt sa lèpre fut guérie.

Mt 8,4. Et Jésus lui dit: Garde-toi d'en parler à personne; mais va, montre-toi au prêtre, et offre le don que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage.

Mt 8,5. Lorsque Jésus fut entré dans Capharnaûm, un centurion s'approcha de Lui, Le priant,

Mt 8,6. et disant: Seigneur, mon serviteur est couché dans ma maison, atteint de paralysie, et il souffre extrêmement.

Mt 8,7. Jésus lui dit: J'irai et je le guérirai.

Mt 8,8. Mais le centurion répondit: Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit; mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri.

Mt 8,9. Car moi, qui suis un homme soumis à la puissance d'un autre, ayant sous moi des soldats, je dis à l'un: Va, et il va; et à l'autre: Viens, et il vient; et à mon serviteur: Fais cela, et il le fait.

Mt 8,10. En l'entendant, Jésus fut dans l'admiration, et dit à ceux qui Le suivaient: En vérité, Je vous le dis, je n'ai pas trouvé une si grande foi dans Israël.

Mt 8,11. Aussi Je vous dis que beaucoup viendront de l'orient et de l'occident, et auront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des Cieux;

Mt 8,12. mais les enfants du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures. Là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Mt 8,13. Alors Jésus dit au centurion: Va, et qu'il te soit fait selon que tu as cru. Et le serviteur fut guéri à l'heure même.

Mt 8,14. Jésus, étant venu dans la maison de Pierre, vit sa belle-mère, qui était couchée, et qui avait la fièvre.

Mt 8,15. Il lui toucha la main, et la fièvre la quitta; et elle se leva, et elle les servait.

Mt 8,16. Quand le soir fut venu, on Lui présenta de nombreux possédés, et Il chassait les esprits par Sa parole, et Il guérit tous ceux qui étaient malades;

Mt 8,17. afin que s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Isaïe: Il a pris Lui-même nos infirmités, et S'est chargé de nos maladies.

Mt 8,18. Or Jésus, voyant des foules nombreuses autour de Lui, ordonna de passer à l'autre bord du lac.

Mt 8,19. Alors un scribe, s'approchant, Lui dit: Maître, je Vous suivrai partout où Vous irez.

Mt 8,20. Jésus lui dit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer Sa tête.

Mt 8,21. Un autre de Ses disciples Lui dit: Seigneur, permettez-moi d'aller d'abord ensevelir mon père.

Mt 8,22. Mais Jésus lui dit: Suis-Moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.

Mt 8,23. Puis Il monta dans une barque, et Ses disciples Le suivirent.

Mt 8,24. Et voici qu'il s'éleva sur la mer une si grande tempête, que la barque était couverte par les flots; et Lui, Il dormait.

Mt 8,25. Ses disciples s'approchèrent de Lui, et L'éveillèrent, en disant: Seigneur, sauvez-nous, nous périssons.

Mt 8,26. Et Jésus leur dit: Pourquoi êtes-vous effrayés, hommes de peu de foi? Alors Se levant, Il commanda aux vents et à la mer, et il se fit un grand calme.

Mt 8,27. Ces hommes furent dans l'admiration, et ils disaient: Quel est Celui-ci, à qui les vents et la mer obéissent?

Mt 8,28. Lorsqu'ils furent arrivés à l'autre bord, au pays des Géraséniens, deux possédés vinrent au-devant de Lui, sortant des sépulcres, si furieux que personne ne pouvait passer par ce chemin.

Mt 8,29. Et voici qu'ils se mirent à crier, en disant: Qu'y a-t-il entre Vous et nous, Jésus, Fils de Dieu? Etes-Vous venu ici pour nous tourmenter avant le temps?

Mt 8,30. Or, il y avait non loin d'eux un grand troupeau de porcs qui paissaient.

Mt 8,31. Et les démons Le priaient, en disant: Si Vous nous chassez d'ici, envoyez-nous dans ce troupeau de porcs.

Mt 8,32. Il leur dit: Allez. Et étant sortis, ils entrèrent dans les pourceaux; et voici que tout le troupeau alla se précipiter avec impétuosité dans la mer, et ils moururent dans les eaux.

Mt 8,33. Alors les gardiens s'enfuirent; et venant dans la ville, ils racontèrent tout cela, et ce qui était arrivé aux possédés.

Mt 8,34. Et voici que toute la ville sortit au-devant de Jésus, et, L'ayant vu, ils Le priaient de S'éloigner de leur territoire.

CHAPITRE IX

Mt 9,1. Montant alors dans une barque, Il repassa le lac, et revint dans Sa ville.

Mt 9,2. Et voici qu'on Lui présenta un paralytique couché sur un lit. Et Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Aie confiance, Mon fils; tes péchés te sont remis.

Mt 9,3. Et voici que quelques-uns des scribes dirent en eux-mêmes: Cet homme blasphème.

Mt 9,4. Et Jésus, ayant vu leurs pensées, dit: Pourquoi pensez-vous le mal dans vos coeurs?

Mt 9,5. Lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés te sont remis; ou de dire: Lève-toi et marche?

Mt 9,6. Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés: Lève-toi, dit-Il au paralytique; prends ton lit, et va dans ta maison.

Mt 9,7. Et il se leva, et s'en alla dans sa maison.

Mt 9,8. Les foules, voyant cela, furent remplies de crainte, et glorifièrent Dieu, qui avait donné un tel pouvoir aux hommes.

Mt 9,9. Jésus, sortant de là, vit un homme, appelé Matthieu, assis au bureau des impots. Et Il lui dit: Suis-Moi. Et se levant, il Le suivit.

Mt 9,10. Or, il arriva que, Jésus étant à table dans la maison, beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent se mettre à table avec Lui et Ses disciples.

Mt 9,11. Et voyant cela, les pharisiens disaient à Ses disciples: Pourquoi votre Maître mange-t-Il avec les publicains et les pécheurs?

Mt 9,12. Mais Jésus les ayant entendus, dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien, mais les malades, qui ont besoin de médecin.

Mt 9,13. Allez, et apprenez ce que signifie cette parole: Je veux la miséricorde et non le sacrifice. Car Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.

Mt 9,14. Alors les disciples de Jean s'approchèrent de Lui, et dirent: Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous souvent, tandis que Vos disciples ne jeûnent point?

Mt 9,15. Et Jésus leur dit: Les amis de l'époux peuvent-ils être dans le deuil pendant que l'époux est avec eux? Mais les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront.

Mt 9,16. Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieux vêtement; car elle emporterait une partie du vêtement, et la déchirure serait pire.

Mt 9,17. On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et tous deux se conservent.

Mt 9,18. Tandis qu'Il leur disait cela, voici qu'un chef de synagogue s'approcha, et se prosterna devant Lui, en disant: Seigneur, ma fille est morte il y a un instant; mais venez, imposez Votre main sur elle, et elle vivra.

Mt 9,19. Jésus, Se levant, le suivait avec Ses disciples.

Mt 9,20. Et voici qu'une femme, qui souffrait d'une perte de sang depuis douze ans, s'approcha par derrière, et toucha la frange de Son vêtement.

Mt 9,21. Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher Son vêtement, je serai guérie.

Mt 9,22. Jésus, Se retournant et la voyant, dit: Aie confiance, ma fille, ta foi t'a sauvée. Et la femme fut guérie à l'heure même.

Mt 9,23. Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef de synagogue, et qu'Il eut vu les joueurs de flûte et une foule bruyante, Il dit:

Mt 9,24. Retirez-vous; car cette jeune fille n'est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de Lui.

Mt 9,25. Lorsque la foule eut été renvoyée, Il entra, et prit la main de la jeune fille. Et la jeune fille se leva.

Mt 9,26. Et le bruit s'en répandit dans tout le pays.

Mt 9,27. Comme Jésus sortait de là, deux aveugles Le suivirent, criant et disant: Ayez pitié de nous, Fils de David.

Mt 9,28. Et lorsqu'Il fut venu dans la maison, les aveugles s'approchèrent de Lui. Et Jésus leur dit: Croyez-vous que Je puisse vous faire cela? Ils Lui dirent: Oui, Seigneur.

Mt 9,29. Alors Il toucha leurs yeux, en disant: Qu'il vous soit fait selon votre foi.

Mt 9,30. Et leurs yeux s'ouvrirent. Et Jésus les menaça, en disant: Prenez garde que personne ne le sache.

Mt 9,31. Mais eux, s'en allant, répandirent Sa renommée dans tout ce pays-là.

Mt 9,32. Lorsqu'ils furent sortis, voici qu'on Lui présenta un homme muet, possédé du démon.

Mt 9,33. Le démon ayant été chassé, le muet parla, et les foules furent dans l'admiration, disant: Jamais rien de semblable n'a été vu en Israël.

Mt 9,34. Mais les pharisiens disaient: C'est par le prince des démons qu'Il chasse les démons.

Mt 9,35. Or, Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans leurs synagogues, et prêchant l'Evangile du royaume, et guérissant toute langueur et toute infirmité.

Mt 9,36. Et voyant les foules, Il en eut compassion; car elles étaient accablées, et gisaient comme des brebis qui n'ont point de pasteur.

Mt 9,37. Alors Il dit à Ses disciples: La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers.

Mt 9,38. Priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans Sa moisson.

CHAPITRE X

Mt 10,1. Et ayant appelé Ses douze disciples, Il leur donna puissance sur les esprits impurs, pour les chasser et pour guérir toute langueur et toute infirmité.

Mt 10,2. Or, voici les noms des douze apôtres: Le premier, Simon, qui est appelé Pierre, et André son frère;

Mt 10,3. Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère; Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée;

Mt 10,4. Simon le Cananéen, et Judas Iscariote, qui Le trahit.

Mt 10,5. Jésus envoya ces douze, en leur donnant ces instructions: N'allez pas vers les gentils, et n'entrez pas dans les villes des Samaritains;

Mt 10,6. mais allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël.

Mt 10,7. Et en y allant, prêchez, et dites: Le royaume des Cieux est proche.

Mt 10,8. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons; vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Mt 10,9. Ne possédez ni or, ni argent, ni monnaie dans vos ceintures;

Mt 10,10. ni sac pour le chemin, ni deux tuniques, ni souliers, ni bâton: car l'ouvrier est digne de sa nourriture.

Mt 10,11. En quelque ville ou en quelque village que vous entriez, demandez qui y est digne, et demeurez chez lui jusqu'à ce que vous partiez.

Mt 10,12. En entrant dans la maison, saluez-la, en disant: Paix à cette maison.

Mt 10,13. Et si cette maison en est digne, votre paix viendra sur elle; et si elle n'en est pas digne, votre paix reviendra à vous.

Mt 10,14. Et si quelqu'un ne vous reçoit pas et n'écoute pas vos paroles, en sortant de cette maison ou de cette ville, secouez la poussière de vos pieds.

Mt 10,15. En vérité, Je vous le dis, il y aura moins de rigueur pour Sodome et Gomorrhe, au jour du jugement, que pour cette ville.

Mt 10,16. Voici que Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme des serpents, et simples comme des colombes.

Mt 10,17. Mais mettez-vous en garde contre les hommes: car ils vous livreront aux tribunaux, et ils vous flagelleront dans leurs synagogues;

Mt 10,18. et vous serez traduits, à cause de Moi, devant les gouverneurs et devant les rois, pour servir de témoignage à eux et aux nations.

Mt 10,19. Mais, lorsqu'ils vous livreront, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous parlerez, ni de ce que vous direz; car ce que vous devrez dire vous sera donné à l'heure même.

Mt 10,20. En effet, ce n'est pas vous qui parlez, mais c'est l'Esprit de votre Père qui parle en vous.

Mt 10,21. Or, le frère livrera son frère à la mort, et le père son fils; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir.

Mt 10,22. Et vous serez haïs de tous, à cause de Mon nom; mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

Mt 10,23. Lors donc qu'ils vous persécuteront dans une ville, fuyez dans une autre. En vérité, Je vous le dis, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël, avant que le Fils de l'homme ne vienne.

Mt 10,24. Le disciple n'est pas au-dessus du maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur.

Mt 10,25. Il suffit au disciple d'être comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S'ils ont appelé le Père de famille Béelzébub, combien plus ceux de Sa maison!

Mt 10,26. Ne les craignez donc point; car il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu.

Mt 10,27. Ce que Je vous dis dans les ténèbres, dites-le dans la lumière, et ce qui vous est dit à l'oreille, prêchez-le sur les toits.

Mt 10,28. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui ne peuvent tuer l'âme; mais craignez plutôt celui qui peut perdre et l'âme et le corps dans la géhenne.

Mt 10,29. Deux passereaux ne se vendent-ils pas un as? Cependant il n'en tombent pas un à terre sans la volonté de votre Père.

Mt 10,30. Les cheveux mêmes de votre tête sont tous comptés.

Mt 10,3l. Ne craignez donc point; vous valez mieux que beaucoup de passereaux.

Mt 10,32. C'est pourquoi, quiconque Me confessera devant les hommes, Je le confesserai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux.

Mt 10,33. Mais quiconque Me reniera devant les hommes, Je le renierai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux.

Mt 10,34. Ne pensez pas que Je sois venu apporter la paix sur la terre; Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.

Mt 10,35. Car Je suis venu séparer l'homme d'avec son père, et la fille d'avec sa mère, et la belle-fille d'avec sa belle-mère;

Mt 10,36. et l'homme aura pour ennemis ceux de sa propre maison.

Mt 10,37. Celui qui aime son père ou sa mère plus que Moi, n'est pas digne de Moi; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que Moi, n'est pas digne de Moi.

Mt 10,38. Celui qui ne prend pas sa croix et ne Me suit pas, n'est pas digne de Moi.

Mt 10,39. Celui qui conserve sa vie, la perdra; et celui qui aura perdu sa vie à cause de Moi, la trouvera.

Mt 10,40. Celui qui vous reçoit, Me reçoit; et celui qui Me reçoit, reçoit Celui qui M'a envoyé.

Mt 10,41. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète, recevra une récompense de prophète; et celui qui reçoit un juste en qualité de juste, recevra une récompense de juste.

Mt 10,42. Et quiconque aura donné à boire seulement un verre d'eau froide à l'un de ces tout petits, parce qu'il est Mon disciple, en vérité, Je vous le dis, il ne perdra pas sa récompense.

CHAPITRE XI

Mt 11,1. Il arriva que, lorsque Jésus eut achevé de donner Ses instructions à Ses douze disciples, Il partit de là, pour enseigner et prêcher dans les villes.

Mt 11,2. Or Jean, ayant appris dans sa prison les oeuvres du Christ, envoya deux de ses disciples

Mt 11,3. Lui dire: Etes-Vous Celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?

Mt 11,4. Jésus leur répondit et dit: Allez raconter à Jean ce que vous avez entendu et ce que vous avez vu.

Mt 11,5. Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés.

Mt 11,6. Et bienheureux est celui pour qui Je ne serai pas une occasion de scandale.

Mt 11,7. Lorsqu'ils s'en allaient, Jésus Se mit à dire aux foules, au sujet de Jean: Qu'êtes-vous allés voir dans le désert? Un roseau agité par le vent?

Mt 11,8. Mais qu'êtes-vous allés voir? Un homme vêtu avec mollesse? Voici, ceux qui sont vêtus avec mollesse habitent dans les maisons des rois.

Mt 11,9. Qu'êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, Je vous le dis, et plus qu'un prophète.

Mt 11,10. Car c'est de lui qu'il a été écrit: Voici que devant Ta face J'envoie Mon Ange, qui préparera la voie devant Toi.

Mt 11,11. En vérité, Je vous le dis, parmi les enfants des femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean-Baptiste; mais celui qui est le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

Mt 11,12. Or, depuis les jours de Jean-Baptiste jusqu'à maintenant, le royaume des Cieux se prend par violence, et ce sont les violents qui s'en emparent.

Mt 11,13. Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu'à Jean;

Mt 11,14. et si vous voulez comprendre, il est lui-même cet Elie qui doit venir.

Mt 11,15. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Mt 11,16. Mais à qui comparerai-Je cette génération? Elle est semblable à des enfants assis sur la place publique, et qui, criant à leurs compagnons,

Mt 11,17. leur disent: Nous avons chanté pour vous, et vous n'avez pas dansé; nous avons poussé des lamentations, et vous n'avez pas pleuré.

Mt 11,18. Car Jean est venu, ne mangeant ni ne buvant, et ils disent: Il est possédé du démon.

Mt 11,19. Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent: Voici un homme vorace et un buveur de vin, un ami des publicains et des pécheurs. Mais la sagesse a été justifiée par ses enfants.

Mt 11,20. Alors Il Se mit à adresser des reproches aux villes dans lesquelles avaient été opérés beaucoup de Ses miracles, parce qu'elles n'avaient pas fait pénitence.

Mt 11,21. Malheur à toi, Corozaïn; malheur à toi, Bethsaïda; car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu'elles auraient fait pénitence dans le sac et la cendre.

Mt 11,22. C'est pourquoi, Je vous le dis, au jour du jugement Tyr et Sidon seront traitées moins rigoureusement que vous.

Mt 11,23. Et toi, Capharnaüm, t'élèveras-tu jusqu'au ciel? Tu descendras jusqu'à l'enfer; car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait peut-être encore aujourd'hui.

Mt 11,24. C'est pourquoi, Je vous le dis, au jour du jugement le pays de Sodome sera traité moins vigoureusement que toi.

Mt 11,25. En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit: Je Vous rends grâce, Père, Seigneur du Ciel et de la terre, de ce que Vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et de ce que Vous les avez révélées aux petits.

Mt 11,26. Oui, Père, Je Vous rends grâce parce qu'il Vous a plu ainsi.

Mt 11,27. Toutes choses M'ont été données par Mon Père. Et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu Le révéler.

Mt 11,28. Venez à Moi, vous tous qui êtes fatigués et qui êtes chargés, et Je vous soulagerai.

Mt 11,29. Prenez Mon joug sur vous, et recevez Mes leçons, parce que Je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos de vos âmes.

Mt 11,30. Car Mon joug est doux, et Mon fardeau léger.

CHAPITRE XII

Mt 12,1. En ce temps-là, Jésus passait le long des blés un jour de sabbat, et Ses disciples, ayant faim, se mirent à arracher des épis, et à les manger.

Mt 12,2. Les pharisiens, voyant cela, Lui dirent: Voici que Vos disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire aux jours de sabbat.

Mt 12,3. Mais Il leur dit: N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, ainsi que ceux qui étaient avec lui;

Mt 12,4. comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu'il ne lui était pas permis de manger, non plus qu'à ceux qui étaient avec lui, mais aux prêtres seuls?

Mt 12,5. Ou n'avez-vous pas lu dans la loi que les prêtres, aux jours de sabbat, violent le sabbat dans le temple, et ne sont pas coupables?

Mt 12,6. Or Je vous le dis, il y a ici Quelqu'un plus grand que le temple.

Mt 12,7. Si vous saviez ce que signifie cette parole: Je veux la miséricorde et non le sacrifice, vous n'auriez jamais condamné des innocents.

Mt 12,8. Car le Fils de l'homme est maître même du sabbat.

Mt 12,9. Etant parti de là, Il vint dans leur synagogue.

Mt 12,10. Et voici qu'il se trouva là un homme qui avait une main desséchée. Et ils L'interrogeaient, en disant: Est-il permis de guérir au jour de sabbat? afin de pouvoir L'accuser.

Mt 12,11. Mais Il leur dit: Quel est l'homme d'entre vous qui, ayant une brebis, si elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la prendra pas pour l'en retirer?

Mt 12,12. Combien un homme ne vaut-il pas plus qu'une brebis! Il est donc permis de faire du bien les jours de sabbat.

Mt 12,13. Alors Il dit à l'homme: Etends ta main. Il l'étendit, et elle devint saine comme l'autre.

Mt 12,14. Les pharisiens, étant sortis, tinrent conseil contre Lui, sur les moyens de Le perdre.

Mt 12,15. Mais Jésus, le sachant, S'éloigna de là; et beaucoup Le suivirent, et Il les guérit tous.

Mt 12,16. Et Il leur ordonna de ne pas le faire connaître,

Mt 12,17. afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète Isaïe:

Mt 12,18. Voici Mon Serviteur, que J'ai choisi; Mon Bien-aimé, en qui Mon âme a mis toutes ses complaisances. Je ferai reposer sur Lui Mon Esprit, et Il annoncera la justice aux nations.

Mt 12,19. Il ne disputera point, Il ne criera point, et personne n'entendra Sa voix dans les places publiques.

Mt 12,20. Il ne brisera pas le roseau cassé, et Il n'éteindra pas la mèche qui fume encore, jusqu'à ce qu'Il ait amené le triomphe de la justice.

Mt 12,21. Et les nations espéreront en Son nom.

Mt 12,22. Alors on Lui présenta un possédé aveugle et muet, et Il le guérit, de sorte qu'il parlait et voyait.

Mt 12,23. Et toutes les foules étaient dans l'admiration, et disaient: N'est-ce point là le Fils de David?

Mt 12,24. Mais les pharisiens, entendant cela, dirent: Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébub, prince des démons.

Mt 12,25. Or Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit: Tout royaume divisé contre lui-même sera dévasté, et toute ville ou maison qui est divisée contre elle-même ne pourra subsister.

Mt 12,26. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même; comment donc son royaume subsistera-t-il?

Mt 12,27. Et si c'est par Béelzébub que Je chasse les démons, par qui vos fils les chassent-ils? C'est pourquoi ils seront vos juges.

Mt 12,28. Mais si Je chasse les démons par l'Esprit de Dieu, le royaume de Dieu est donc venu au milieu de vous.

Mt 12,29. Ou, comment quelqu'un peut-il entrer dans la maison de l'homme fort, et piller ses meubles, si auparavant il n'a lié cet homme fort? Et ensuite il pillera sa maison.

Mt 12,30. Celui qui n'est point avec Moi est contre Moi, et celui qui n'amasse point avec Moi disperse.

Mt 12,31. C'est pourquoi Je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera remis aux hommes; mais le blasphème contre l'Esprit ne sera pas remis.

Mt 12,32. Et quiconque aura parlé contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais si quelqu'un aura parlé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir.

Mt 12,33. Ou bien, dites que l'arbre est bon, et que son fruit est bon; ou dites que l'arbre est mauvais, et que son fruit est mauvais: car c'est par le fruit qu'on connaît l'arbre.

Mt 12,34. Race de vipères, comment pouvez-vous dire de bonnes choses, vous qui êtes méchants? Car c'est de l'abondance du coeur que la bouche parle.

Mt 12,35. L'homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l'homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor.

Mt 12,36. Or Je vous dis que les hommes rendront compte, au jour du jugement, de toute parole inutile qu'ils auront dite.

Mt 12,37. Car tu seras justifié par tes paroles, et tu seras condamné par tes paroles.

Mt 12,38. Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens prirent la parole et Lui dirent: Maître, nous voulons voir un signe de Vous.

Mt 12,39. Il leur répondit: Cette génération méchante et adultère demande un signe, et il ne lui sera doné d'autre signe que le signe du prophète Jonas.

Mt 12,40. Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d'un grand poisson, ainsi le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le coeur de la terre.

Mt 12,41. Les hommes de Ninive se lèveront au jour du jugement contre cette génération, et la condamneront, parce qu'ils ont fait pénitence à la prédication de Jonas; et voici qu'il y a ici plus que Jonas.

Mt 12,42. La reine du Midi se lèvera au jour du jugement contre cette génération, et la condamnera; car elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon; et voici qu'il y a ici plus que Salomon.

Mt 12,43. Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il erre dans des lieux arides, cherchant du repos, et il n'en trouve point.

Mt 12,44. Alors il dit: Je retournerai dans ma maison, d'où je suis sorti. Et, y revenant, il la trouve vide, balayée et ornée.

Mt 12,45. Alors il va, et prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui, et entrant dans la maison, ils y habitent, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier. C'est ce qui arrivera à cette génération très mauvaise.

Mt 12,46. Comme Il parlait encore aux foules, voici que Sa Mère et Ses frères, se tenant dehors, cherchaient à Lui parler.

Mt 12,47. Quelqu'un Lui dit: Voici que Votre Mère et Vos frères sont dehors, et Vous cherchent.

Mt 12,48. Mais Il répondit à celui qui Lui avait dit cela: Qui est Ma Mère, et qui sont Mes frères?

Mt 12,49. Et étendant Sa main sur Ses disciples, Il dit: Voici Ma mère et Mes frères.

Mt 12,50. Car quiconque fait la volonté de Mon Père qui est dans les cieux, celui-là est Mon frère, et Ma soeur, et Ma mère.

CHAPITRE XIII

Mt 13,1. Ce même jour, Jésus, étant sorti de la maison, S'assit au bord de la mer.

Mt 13,2. Et des foules nombreuses s'assemblèrent autour de Lui, de sorte qu'Il monta dans une barque, et S'assit; et toute la foule se tenait sur le rivage.

Mt 13,3. Et Il leur dit beaucoup de choses en paraboles, et ces termes: Voici que le semeur est sorti pour semer.

Mt 13,4. Et pendant qu'il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin; et les oiseaux du ciel vinrent, et la mangèrent.

Mt 13,5. Une autre partie tomba dans des endroits pierreux, où elle n'avait pas beaucoup de terre; et elle leva aussitôt, parce que la terre n'avait pas de profondeur;

Mt 13,6. mais, le soleil s'étant levé, elle fut brûlée, et comme elle n'avait pas de racine, elle sécha.

Mt 13,7. Une autre partie tomba dans des épines, et les épines grandirent et l'étouffèrent.

Mt 13,8. Une autre partie tomba dans une bonne terre, et elle donna du fruit, quelques grains rendant cent pour un, d'autres soixante, d'autres trente.

Mt 13,9. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Mt 13,10. Et les disciples, s'approchant, Lui dirent: Pourquoi leur parlez-Vous en paraboles?

Mt 13,11. Il leur répondit: C'est parce qu'à vous il a été donné de connaître les mystères du royaume des Cieux; mais à eux, cela n'a pas été donné.

Mt 13,12. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance; mais à celui qui n'a pas, on enlèvera même ce qu'il a.

Mt 13,13. C'est pourquoi Je leur parle en paraboles, parce qu'en regardant ils ne voient point, et qu'en écoutant, ils n'entendent et ne comprennent pas.

Mt 13,14. Et en eux s'accomplit la prophétie d'Isaïe, qui dit: Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez pas; vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez pas.

Mt 13,15. Car le coeur de ce peuple s'est épaissi, et ils ont péniblement entendu de leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, et qu'ils n'entendent de leurs oreilles, et qu'ils ne comprennent de leur coeur, et qu'ils ne se convertissent, et que Je ne les guérisse.

Mt 13,16. Mais heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient, et vos oreilles, parce qu'elles entendent.

Mt 13,17. Car en vérité, Je vous le dis, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, et entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.

Mt 13,18. Vous donc, écoutez la parabole du semeur.

Mt 13,19. Si quelqu'un entend la parole du royaume, et ne s'en pénètre pas, l'esprit malin vient, et enlève ce qui avait été semé dans son coeur; c'est celui qui a reçu la semence le long du chemin.

Mt 13,20. Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c'est celui qui entend la parole, et qui la reçoit aussitôt avec joie;

Mt 13,21. mais il n'a pas de racine en lui-même, et il ne tient que pour un temps; et lorsque viennent la tribulation et la persécution à cause de la parole, il est aussitôt scandalisé.

Mt 13,22. Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c'est celui qui entend la parole; mais les sollicitudes de ce siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.

Mt 13,23. Quant à celui qui a reçu la semence dans une bonne terre, c'est celui qui entend la parole et la comprend, et qui porte du fruit, et donne cent, ou soixante, ou trente pour un.

Mt 13,24. Il leur proposa une autre parabole, en disant: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui avait semé du bon grain dans son champ.

Mt 13,25. Mais, pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint, et sema de l'ivraie au milieu du blé, et s'en alla.

Mt 13,26. Lorsque l'herbe eut poussé, et produit son fruit, alors l'ivraie parut aussi.

Mt 13,27. Et les serviteurs du père de famille, s'approchant, lui dirent: Seigneur, n'avez-vous pas semé du bon grain dans votre champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie?

Mt 13,28. Il leur répondit: C'est l'homme ennemi qui a fait cela. Ses serviteurs lui dirent: Voulez-vous que nous allions l'arracher?

Mt 13,29. Et il dit: Non, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.

Mt 13,30. Laissez-les croître l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en bottes pour la brûler; mais amassez le blé dans mon grenier.

Mt 13,31. Il leur proposa une autre parabole, en disant: Le royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé, qu'un homme a pris et semé dans son champ.

Mt 13,32. C'est la plus petite de toutes les semences; mais lorsqu'elle a crû, elle est plus grande que tous les autres légumes, et elle devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter sur ses branches.

Mt 13,33. Il leur dit une autre parabole: Le royaume des Cieux est semblable au levain qu'une femme a pris et mêlé dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte soit levée.

Mt 13,34. Jésus dit toutes ces choses au peuple en paraboles; et Il ne leur parlait pas sans paraboles,

Mt 13,35. afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète: J'ouvrirai Ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachée depuis la création du monde.

Mt 13,36. Alors Jésus, ayant renvoyé les foules, vint dans la maison; et Ses disciples s'approchèrent de Lui, en disant: Expliquez-nous la parabole de l'ivraie du champ.

Mt 13,37. Et leur répondant, il leur dit: Celui qui sème le bon grain, c'est le Fils de l'homme.

Mt 13,38. Le champ est le monde; le bon grain, ce sont les enfants du royaume; l'ivraie, ce sont les enfants d'iniquité.

Mt 13,39. L'ennemi qui l'a semée, c'est le diable; la moisson, c'est la fin du monde, les moissonneurs, ce sont les Anges.

Mt 13,40. Or, comme on arrache l'ivraie et qu'on la brûle dans le feu, il en sera de même à la fin du monde.

Mt 13,41. Le Fils de l'homme enverra Ses Anges, qui enlèveront de Son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité,

Mt 13,42. et ils les jetteront dans la fournaise de feu. Là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Mt 13,43. Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Mt 13,44. Le royaume des Cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et dans sa joie il va, vend tout ce qu'il a, et achète ce champ.

Mt 13,45. Le royaume des Cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de bonnes perles.

Mt 13,46. Ayant trouvé une perle de grand prix, il s'en est allé, a vendu tout ce qu'il avait, et l'a achetée.

Mt 13,47. Le royaume des Cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer, et ramassant des poissons de toute espèce.

Mt 13,48. Lorsqu'il est plein, les pêcheurs le tirent, et s'étant assis sur le bord du rivage, ils choisissent les bons et les mettent dans des vases, et rejettent les mauvais.

Mt 13,49. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde: les Anges viendront, et sépareront les méchants du milieu des justes,

Mt 13,50. et ils les jetteront dans la fournaise de feu. Là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Mt 13,51. Avez-vous compris tout cela? Ils Lui dirent: Oui.

Mt 13,52. Il leur dit: C'est pourquoi tout scribe instruit de ce qui regarde le royaume des Cieux est semblable à un père de famille qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes.

Mt 13,53. Il arriva que, lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, Il partit de là.

Mt 13,54. Et étant venu dans Son pays, Il les instruisait dans leurs synagogues, de sorte qu'ils étaient dans l'admiration et disaient: D'où viennent à Celui-ci cette sagesse et ces miracles?

Mt 13,55. N'est-ce pas là le fils du charpentier? Sa mère ne s'appelle-t-Elle pas Marie? Et Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas Ses frères?

Mt 13,56. Et Ses soeurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où Lui viennent donc toutes ces choses?

Mt 13,57. Et ils prenaient de Lui un sujet de scandale. Mais Jésus leur dit: Un prophète n'est sans honneur que dans son pays et dans sa maison.

Mt 13,58. Et il ne fit pas là beaucoup de miracles, à cause de leur incrédulité.

CHAPITRE XIV

Mt 14,1. En ce temps-là, Hérode le tétraque apprit ce qui se publiait de Jésus,

Mt 14,2. et il dit à ses serviteurs: C'est Jean-Baptiste; il est ressuscité d'entre les morts, et c'est pour cela que des miracles se font par lui.

Mt 14,3. Car Hérode s'était saisi de Jean, et l'avait fait lier et mettre en prison, à cause d'Hérodiade, femme de son frère,

Mt 14,4. parce que Jean lui disait: il ne t'est pas permis d'avoir cette femme.

Mt 14,5. Et voulant le faire mourir, il craignit le peuple, qui regardait Jean comme un prophète.

Mt 14,6. Or, le jour de la naissance d'Hérode, la fille d'Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode;

Mt 14,7. aussi lui promit-il avec serment de lui donner tout ce qu'elle lui demanderait.

Mt 14,8. Avertie d'abord par sa mère, elle lui dit: Donne-moi ici sur un plat la tête de Jean-Baptiste.

Mt 14,9. Le roi fut attristé; mais, à cause de son serment et de ceux qui étaient à table avec lui, il ordonna qu'on la lui donnât.

Mt 14,10. Et il envoya décapiter Jean dans la prison.

Mt 14,11. Et sa tête fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l'apporta à sa mère.

Mt 14,12. Alors ses disciples vinrent, prirent son corps et l'ensevelirent; puis ils allèrent l'annoncer à Jésus.

Mt 14,13. Jésus, l'ayant appris, partit de là dans une barque, pour Se retirer à l'écart dans un lieu désert; et les foules, l'ayant appris, Le suivirent à pied des villes voisines.

Mt 14,14. En sortant de la barque, Il vit une foule nombreuse, et Il en eut compassion, et Il guérit leurs malades.

Mt 14,15. Le soir étant venu, Ses disciples s'approchèrent de Lui, en disant: Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoyez les foules, afin qu'elles aillent dans les villages pour s'acheter des vivres.

Mt 14,16. Mais Jésus leur dit: Il n'est pas nécessaire qu'ils s'en aillent, donnez-leur vous-même à manger.

Mt 14,17. Ils Lui répondirent: Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons.

Mt 14,18. Il leur dit: Apportez-les-Moi ici.

Mt 14,19. Et après avoir ordonné à la foule de s'asseoir sur l'herbe, Il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au Ciel, Il les bénit; puis, rompant les pains, Il les donna à Ses disciples, et les disciples les donnèrent aux foules.

Mt 14,20. Et tous mangèrent, et furent rassasiés; et on emporta les restes, douze corbeilles pleines de morceaux.

Mt 14,21. Or le nombre de ceux qui mangèrent fut de cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants.

Mt 14,22. Aussitôt Jésus pressa Ses disciples de monter dans la barque, et de Le précéder sur l'autre rive, pendant qu'Il renverrait les foules.

Mt 14,23. Et lorsqu'Il eut renvoyé la foule, Il monta seul sur une montagne, pour prier; et, le soir étant venu, Il était là seul.

Mt 14,24. Cependant la barque était battue par les flots au milieu de la mer, car le vent était contraire.

Mt 14,25. Mais, à la quatrième veille de la nuit, Jésus vint à eux, marchant sur la mer.

Mt 14,26. Et Le voyant marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent: C'est un fantôme. Et ils poussèrent des cris d'effroi.

Mt 14,27. Aussitôt Jésus leur parla, en disant: Ayez confiance; c'est Moi, ne craignez point.

Mt 14,28. Pierre Lui répondit: Seigneur, si c'est Vous, ordonnez que j'aille à Vous sur les eaux.

Mt 14,29. Jésus lui dit: Viens. Et Pierre, descendant de la barque, marchait sur l'eau pour aller à Jésus.

Mt 14,30. Mais, voyant la violence du vent, il eut peur; et comme il commençait à enfoncer, il s'écria: Seigneur, sauvez-moi!

Mt 14,31. Et aussitôt Jésus, étendant la main, le saisit, et lui dit: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?

Mt 14,32. Et lorsqu'ils furent montés dans la barque, le vent cessa.

Mt 14,33. Alors ceux qui étaient dans la barque vinrent et L'adorèrent, en disant: Vous êtes vraiment le Fils de Dieu.

Mt 14,34. Lorsqu'ils eurent traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésar.

Mt 14,35. Et les hommes de ce lieu, L'ayant reconnu, envoyèrent dans toute cette région, et Lui présentèrent tous ceux qui étaient malades.

Mt 14,36. Et ils Le priaient de leur laisser seulement toucher la frange de Son vêtement. Et tous ceux qui la touchèrent furent guéris.

CHAPITRE XV

Mt 15,1. Alors des scribes et des pharisiens de Jérusalem s'approchèrent de Jésus, en disant:

Mt 15,2. Pourquoi Vos disciples violent-ils la tradition des anciens? Car ils ne lavent pas leurs mains lorsqu'ils mangent du pain.

Mt 15,3. Mais Jésus leur répondit: Et vous, pourquoi violez-vous le commandement de Dieu, à cause de votre tradition? Car Dieu a dit:

Mt 15,4. Honore ton père et ta mère; et: Que celui qui maudira son père ou sa mère soit puni de mort.

Mt 15,5. Mais vous, vous dites: Quiconque aura dit à son père ou à sa mère: Tout don que je fais à Dieu vous profitera,

Mt 15,6. ne sera pas tenu d'honorer son père ou sa mère. Ainsi, vous avez annulé le commandement de Dieu par votre tradition.

Mt 15,7. Hypocrites, Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il a dit:

Mt 15,8. Ce peuple M'honore des lèvres, mais son coeur est loin de Moi;

Mt 15,9. ils Me rendent un culte inutile, enseignant des doctrines et des ordonnances humaines.

Mt 15,10. Puis, ayant appelé à Lui les foules, Il leur dit: Ecoutez et comprenez.

Mt 15,11. Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui souille l'homme.

Mt 15,12. Alors les disciples, s'approchant, Lui dirent: Savez-vous que les pharisiens, en entendant cette parole, se sont scandalisés?

Mt 15,13. Mais Il répondit: Toute plante que mon Père céleste n'a pas plantée sera déracinée.

Mt 15,14. Laissez-les: ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; or, si un aveugle conduit un aveugle, ils tombent tous deux dans la fosse.

Mt 15,15. Pierre, prenant la parole, Lui dit: Expliquez-nous cette parabole.

Mt 15,16. Et Jésus dit: Vous aussi, êtes-vous sans intelligence?

Mt 15,17. Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, et est jeté dans un lieu secret?

Mt 15,18. Mais ce qui sort de la bouche part du coeur, et c'est là ce qui souille l'homme.

Mt 15,19. Car c'est du coeur que sortent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les fornications, les vols, les faux témoignages, les blasphèmes.

Mt 15,20. Voilà les choses qui souillent l'homme; mais manger sans s'être lavé les mains ne souille pas l'homme.

Mt 15,21. Etant parti de là, Jésus Se retira du côté de Tyr et de Sidon.

Mt 15,22. Et voici qu'une femme chananéenne, venue de ces contrées, s'écria, en Lui disant: Ayez pitié de moi, Seigneur, Fils de David; ma fille est affreusement tourmentée par le démon.

Mt 15,23. Mais Il ne lui répondit pas un mot. Et les disciples, s'approchant de Lui, Le priaient, en disant: Renvoyez-la, car elle crie derrière nous.

Mt 15,24. Il répondit: Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël.

Mt 15,25. Mais elle vint, et L'adora, en disant: Seigneur, secourez-moi.

Mt 15,26. Il répondit: Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens.

Mt 15,27. Mais elle dit: Oui, Seigneur; mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.

Mt 15,28. Alors Jésus lui répondit: O femme, ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu le veux. Et sa fille fut guérie à l'heure même.

Mt 15,29. Etant parti de là, Jésus vint près de la mer de Galilée; et montant sur une montagne, Il S'y assit.

Mt 15,30. Alors des foules nombreuses s'approchèrent de Lui, ayant avec elles des muets, des aveugles, des boiteux, des estropiés et beaucoup d'autres malades; et elles les jetèrent à Ses pieds, et Il les guérit:

Mt 15,31. de sorte que les foules étaient dans l'admiration, voyant les muets parler, les boiteux marcher, les aveugles voir; et elles glorifiaient le Dieu d'Israël.

Mt 15,32. Or Jésus, ayant appelé Ses disciples, leur dit: J'ai pitié de cette foule; car il y a déjà trois jours qu'ils restent avec Moi, et ils n'ont rien à manger; et Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur qu'ils ne défaillent en chemin.

Mt 15,33. Les disciples Lui dirent: Comment donc trouverons-nous, dans ce lieu désert, assez de pains pour rassasier une si grande foule?

Mt 15,34. Et Jésus leur dit: Combien avez-vous de pains? Ils Lui dirent: Sept, et quelques petits poissons.

Mt 15,35. Alors Il ordonna à la foule de s'asseoir par terre.

Mt 15,36. Et prenant les sept pains et les poissons, et rendant grâces, Il les rompit, et les donna à Ses disciples; et les disciples les donnèrent au peuple.

Mt 15,37. Tous mangèrent, et furent rassasiés; et on emporta sept corbeilles, pleines des morceaux qui étaient restés.

Mt 15,38. Or ceux qui mangèrent étaient au nombre de quatre mille hommes, sans compter les enfants et les femmes.

Mt 15,39. Ayant ensuite renvoyé la foule, il monta sur une barque, et vint sur les confins de Magédan.

CHAPITRE XVI

Mt 16,1. Alors les pharisiens et les sadducéens s'approchèrent de Lui pour Le tenter, et ils Le prièrent de leur faire voir un signe qui vînt du Ciel.

Mt 16,2. Mais Il leur répondit: Le soir venu, vous dites: Il fera beau, car le ciel est rouge.

Mt 16,3. Et le matin: Il y aura aujourd'hui de l'orage, car le ciel est sombre et rougeâtre.

Mt 16,4. Vous savez donc discerner l'aspect du ciel, et vous ne pouvez pas connaître les signes des temps! Cette génération mauvaise et adultère demande un signe, et il ne lui sera pas donné d'autre signe que celui du prophète Jonas. Et les laissant, Il s'en alla.

Mt 16,5. Or Ses disciples, étant passés sur l'autre rive, avaient oublié de prendre des pains.

Mt 16,6. Il leur dit: Voyez, et gardez-vous du levain des pharisiens et des saduccéens.

Mt 16,7. Mais ils pensaient et se disaient entre eux: C'est parce que nous n'avons pas pris de pains.

Mt 16,8. Jésus, le sachant, dit: Hommes de peu de foi, pourquoi pensez-vous en vous-mêmes que vous n'avez pas de pains?

Mt 16,9. Ne comprenez-vous pas encore, et ne vous souvenez-vous pas des cinq pains distribués à cinq mille hommes, et du nombre des paniers que vous avez emportés?

Mt 16,10. ni des sept pains distribués à quatre mille hommes, et du nombre de corbeilles que vous avez emportées?

Mt 16,11. Comment ne comprenez-vous pas que ce n'est point au sujet du pain que Je vous ai dit: Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens?

Mt 16,12. Alors ils comprirent qu'Il ne leur avait pas dit de garder du levain qu'on met dans le pain, mais de la doctrine des pharisiens et des sadducéens.

Mt 16,13. Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et Il interrogeait Ses disciples, en disant: Que disent les hommes touchant le Fils de l'homme?

Mt 16,14. Ils Lui répondirent: Les uns, qu'Il est Jean-Baptiste; les autres, Elie; les autres, Jérémie, ou quelqu'un des prophètes.

Mt 16,15. Jésus leur dit: Et vous, qui dites-vous que Je suis?

Mt 16,16. Simon Pierre, prenant la parole, dit: Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant.

Mt 16,17. Jésus lui répondit: Tu es bienheureux, Simon, fils de Jonas, parce que ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais Mon Père qui est dans les Cieux.

Mt 16,18. Et Moi, Je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre Je bâtirai Mon église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle.

Mt 16,19. Et Je te donnerai les clefs du royaume des Cieux; et tout ce que tu lieras sur la terre sera liè aussi dans les Cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié aussi dans les Cieux.

Mt 16,20. En même temps Il ordonna à Ses disciples de ne dire à personne qu'Il était Jésus, le Christ.

Mt 16,21. Dès lors Jésus commença à montrer à Ses disciples qu'il fallait qu'Il allât à Jérusalem, qu'Il souffrît beaucoup de la part des anciens, et des scribes, et des princes des prêtres, et qu'Il fût mis à mort, et qu'Il ressuscitât le troisième jour.

Mt 16,22. Et Pierre, Le prenant à part, commença à Le reprendre, en disant: A Dieu ne plaise, Seigneur; cela ne Vous arrivera point.

Mt 16,23. Mais Jésus, Se retournant, dit à Pierre: Va-t'en derrière Moi, Satan; tu m'es un sujet de scandale, car tu n'as pas le goût des choses de Dieu, mais des choses des hommes.

Mt 16,24. Alors Jésus dit à Ses disciples: Si quelqu'un veut venir après Moi, qu'il renonce à lui-même, et qu'il porte sa croix, et qu'il Me suive.

Mt 16,25. Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; mais celui qui perdra sa vie à cause de Moi, la trouvera.

Mt 16,26. Que sert à l'homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme? ou qu'est-ce que l'homme donnera en échange de son âme?

Mt 16,27. Car le Fils de l'homme viendra dans la gloire de Son Père avec Ses Anges, et alors Il rendra à chacun selon ses oeuvres.

Mt 16,28. En vérité, Je vous le dis. il y en a quelques-uns de ceux qui sont ici présents, qui ne goûteront pas la mort avant d'avoir vu le Fils de l'homme venant en Son règne.

CHAPITRE XVII

Mt 17,1. Six jours après, Jésus prit avec Lui Pierre, Jacques, et Jean son frère, et les conduisit à l'écart sur une haute montagne.

Mt 17,2. Et Il fut transfiguré devant eux: Son visage resplendit comme le soleil, et Ses vêtements devinrent blancs comme la neige.

Mt 17,3. Et voici que Moïse et Elie leur apparurent, s'entretenant avec Lui.

Mt 17,4. Alors Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il nous est bon d'être ici; si Vous le voulez, faisons-y trois tentes, une pour Vous, une pour Moïse, et une pour Elie.

Mt 17,5. Comme il parlait encore, voici qu'une nuée lumineuse les couvrit; et voici qu'une voix sortit de la nuée, disant: Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui J'ai mis toutes Mes complaisances; écoutez-Le.

Mt 17,6. Les disciples, l'entendant, tombèrent le visage contre terre, et furent saisis d'une grande crainte.

Mt 17,7. Mais Jésus, S'approchant, les toucha, et leur dit: Levez-vous, et ne craignez point.

Mt 17,8. Alors, levant les yeux, ils ne virent plus que Jésus seul.

Mt 17,9. Lorsqu'ils descendaient de la montagne, Jésus leur donna cette ordre: Ne parlez à personne de ce que vous avez vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts.

Mt 17,10. Ses disciples L'interrogèrent alors, en disant: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu'il faut qu'Elie vienne auparavant?

Mt 17,11. Mais Jésus leur répondit: Il est vrai qu'Elie doit venir, et qu'il rétablira toutes choses.

Mt 17,12. Mais Je vous dis qu'Elie est déjà venu, et ils ne l'ont point connu, mais ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. C'est ainsi que le Fils de l'homme doit souffrir par eux.

Mt 17,13. Alors les disciples comprirent que c'était de Jean-Baptiste qu'Il leur avait parlé.

Mt 17,14. Lorsqu'Il fut venu vers la foule, un homme s'approcha de Lui, et se mit à genoux devant Lui, et Lui dit: Seigneur, ayez pitié de mon fils, qui est lunatique, et qui souffre beaucoup; car il tombe souvent dans le feu, et souvent dans l'eau.

Mt 17,15. Je l'ai présenté à Vos disciples, et ils n'ont pu le guérir.

Mt 17,16. Jésus répondit: O génération incrédule et perverse, jusques à quand serai-Je avec vous? jusques à quand vous souffrirai-Je? Amenez-le-Moi ici.

Mt 17,17. Et Jésus le menaça, et le démon sortit de l'enfant, qui fut guéri à l'heure même.

Mt 17,18. Alors les disciples s'approchèrent de Jésus en particulier, et Lui dirent: Pourquoi n'avons-nous pas pu le chasser?

Mt 17,19. Jésus leur dit: A cause de votre incrédulité. Car en vérité, Je vous le dis, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d'ici là, et elle s'y transporterait; et rien ne vous serait impossible.

Mt 17,20. Mais cette sorte de démon ne se chasse que par la prière et le jeûne.

Mt 17,21. Pendant qu'il se trouvait en Galilée, Jésus leur dit: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes,

Mt 17,22. et ils Le feront mourir, et le troisième jour Il ressuscitera. Et ils furent vivement attristés.

Mt 17,23. Lorsqu'ils furent venus à Capharnaüm, ceux qui recevaient les didrachmes s'approchèrent de Pierre, et lui dirent: Votre maître ne paye-t-Il pas le tribut?

Mt 17,24. Il dit: Oui. Et quand il fut entré dans la maison, Jésus le prévint, en disant: Que t'en semble, Simon? De qui les rois de la terre reçoivent-ils le tribut ou le cens? de leurs fils, ou des étrangers?

Mt 17,25. Pierre répondit: Des étrangers. Jésus lui dit: Les fils en sont donc exempts.

Mt 17,26. Mais, pour que nous ne les scandalisions point, va à la mer, et jette l'hameçon, et tire le premier poisson qui montera, et en lui ouvrant la bouche tu trouveras un statère; prends-le, et donne-le-leur pour Moi et pour toi.

CHAPITRE XVIII

Mt 18,1. A cet instant les disciples s'approchèrent de Jésus, et Lui dirent: Qui est le plus grand dans le royaume des Cieux?

Mt 18,2. Jésus ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux,

Mt 18,3. et dit: En vérité, Je vous le dis, à moins que vous ne vous convertissiez, et que vous ne deveniez comme de petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux.

Mt 18,4. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme cet enfant, sera le plus grand dans le royaume des Cieux.

Mt 18,5. Et quiconque reçoit en Mon nom un enfant comme celui-ci, Me reçoit Moi-même.

Mt 18,6. Mais si quelqu'un scandalise un de ces petits qui croient en Moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendit à son cou une de ces meules qu'un âne tourne, et qu'on le plongeât au fond de la mer.

Mt 18,7. Malheur au monde à cause des scandales! Car il est nécessaire qu'il arrive des scandales; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive!

Mt 18,8. Si ta main ou ton pied te scandalise, coupe-le, et jette-le loin de toi; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d'avoir deux mains ou deux pieds, et d'être jeté dans le feu éternel.

Mt 18,9. Et si ton oeil te scandalise, arrache-le, et jette-le loin de toi; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie n'ayant qu'un oeil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne de feu.

Mt 18,10. Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits; car Je vous dis que leurs Anges dans le Ciel voient sans cesse la face de Mon Père qui est dans les Cieux.

Mt 18,11. Car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu.

Mt 18,12. Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et qu'une d'elles s'égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s'est égarée?

Mt 18,13. Et s'il arrive qu'il la trouve, en vérité, Je vous le dis, elle lui cause plus de joie que les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont point égarées.

Mt 18,14. De même, ce n'est pas la volonté de votre Père qui est dans les Cieux qu'un seul de ces petits périsse.

Mt 18,15. Si ton frère a péché contre toi, va, et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère.

Mt 18,16. Mais, s'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes, afin que toute l'affaire soit réglée par l'autorité de deux ou trois témoins.

Mt 18,17. S'il ne les écoute pas, dis-le à l'Eglise; et s'il n'écoute pas l'Eglise, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain.

Mt 18,18. En vérité, Je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié aussi dans le Ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié aussi dans le Ciel.

Mt 18,19. Je vous dis encore que si deux d'entre vous s'accordent sur la terre, quelque chose qu'ils demandent, ils l'obtiendront de Mon Père qui est dans les Cieux.

Mt 18,20. Car là où deux ou trois sont assemblés en Mon nom, Je suis au milieu d'eux.

Mt 18,21. Alors Pierre, S'approchant de Lui, dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il aura péché contre moi? Sera-ce jusqu'à sept fois?

Mt 18,22. Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois.

Mt 18,23. C'est pourquoi le royaume des Cieux a été comparé à un roi, qui voulut faire rendre leurs comptes à ses serviteurs.

Mt 18,24. Et lorsqu'il eut commencé à faire rendre compte, on lui en présenta un qui lui devait dix mille talents.

Mt 18,25. Mais, comme il n'avait pas de quoi les rendre, son maître ordonna qu'on le vendit, lui, sa femme et ses enfants, et tout ce qu'il avait, pour acquitter la dette.

Mt 18,26. Ce serviteur, se jetant à ses pieds, le priait, en disant: Ayez patience envers moi, et je vous rendrai tout.

Mt 18,27. Touché de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit sa dette.

Mt 18,28. Mais ce serviteur, étant sorti, trouva un de ses compagnons qui lui devait cent deniers, et le saisissant, il l'étouffait en disant: Rends-moi ce que tu me dois.

Mt 18,29. Et son compagnon, se jetant à ses pieds, le priait, en disant: Aie patience envers moi, et je te rendrai tout.

Mt 18,30. Mais il ne voulut pas; et il s'en alla, et le fit mettre en prison, jusqu'à ce qu'il lui rendît ce qu'il devait.

Mt 18,31. Les autres serviteurs, ayant vu ce qui était arrivé, en furent vivement attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.

Mt 18,32. Alors son maître le fit appeler, et lui dit: Méchant serviteur, je t'ai remis toute ta dette, parce que tu m'en avais prié;

Mt 18,33. ne fallait-il donc pas avoir pitié, toi aussi, de ton compagnon, comme j'avais eu pitié de toi?

Mt 18,34. Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il payât tout ce qu'il devait.

Mt 18,35. C'est ainsi que Mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son coeur.

CHAPITRE XIX

Mt 19,1. Et il arriva que, lorsque Jésus eut achevé ces discours, Il partit de Galilée et vint aux confins de la Judée, au delà du Jourdain.

Mt 19,2. Des foules nombreuses Le suivirent, et il y fit des guérisons.

Mt 19,3. Alors les pharisiens s'approchèrent de Lui pour Le tenter; et ils Lui dirent: Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit?

Mt 19,4. Il leur répondit: N'avez-vous pas lu que Celui qui créa l'homme dès le commencement, créa un homme et une femme, et qu'Il dit:

Mt 19,5. A cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, et il s'attachera à sa femme, et ils seront deux dans une seule chair?

Mt 19,6. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni.

Mt 19,7. Ils Lui dirent: Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme un acte de divorce et de la renvoyer?

Mt 19,8. Il leur dit: C'est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes; mais au commencement, il n'en était pas ainsi.

Mt 19,9. Or Je vous dis que quiconque renvoie sa femme, si ce n'est pour infidélité, et en épouse une autre, commet un adultère, et que celui qui épouse une femme renvoyée commet un adultère.

Mt 19,10. Ses disciples Lui dirent: Si telle est la condition de l'homme à l'égard de la femme, il n'est pas avantageux de se marier.

Mt 19,1l. Il leur dit: Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela a été donné.

Mt 19,12. Car il y a des eunuques qui sont nés tels dès le sein de leur mère, et il y a des eunuques qui ont été faits tels par les hommes, et il y a des eunuques qui se sont eux-mêmes rendus tels à cause du royaume des Cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne.

Mt 19,13. On Lui présenta alors de petits enfants, afin qu'Il leur imposât les mains et pria pour eux. Et les disciples les repoussaient.

Mt 19,14. Mais Jésus leur dit: Laissez ces petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à Moi; car le royaume des Cieux est pour ceux qui leur ressemblent.

Mt 19,15. Et leur ayant imposé les mains, Il partit de là.

Mt 19,16. Et voici qu'un homme s'approcha, et Lui dit: Bon Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?

Mt 19,17. Jésus lui dit: Pourquoi M'interroges-tu sur ce qui est bon? Dieu seul est bon. Si tu veux entrer dans la vie, garde les commandements.

Mt 19,18. Lesquels? Lui dit-il. Jésus dit: Tu ne commettras pas d'homicide; Tu ne seras point adultère; Tu ne déroberas point; Tu ne diras pas de faux témoignage;

Mt 19,19. Honore ton père et ta mère; et, Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Mt 19,20. Le jeune homme lui dit: J'ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse; que me manque-t-il encore?

Mt 19,21. Jésus lui dit: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le Ciel; puis viens, et suis-Moi.

Mt 19,22. Lorsque le jeune homme eut entendu cette parole, il s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

Mt 19,23. Et Jésus dit à Ses disciples: En vérité, Je vous le dis, un riche entrera difficilement dans le royaume des Cieux.

Mt 19,24. Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume des Cieux.

Mt 19,25. Les disciples, ayant entendu cela, furent très étonnés; et ils disaient: Qui donc pourra être sauvé?

Mt 19,26. Jésus, les regardant, leur dit: Cela est impossible aux hommes, mais tout est possible à Dieu.

Mt 19,27. Alors Pierre, prenant la parole, Lui dit: Nous, voici que nous avons tout quitté, et que nous Vous avons suivi; qu'y aura-il-donc pour nous?

Mt 19,28. Jésus leur dit: En vérité, Je vous le dis, vous qui M'avez suivi, lorsque, au temps de la régénération, le Fils de l'homme siégera sur le trône de Sa gloire, vous siégerez, vous aussi, sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d'Israël.

Mt 19,29. Et quiconque aura quitté sa maison, ou ses frères, ou ses soeurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses champs, à cause de Mon nom, recevra le centuple, et possédera la vie éternelle.

Mt 19,30. Mais beaucoup des premiers seront les derniers, et beaucoup des derniers seront les premiers.

CHAPITRE XX

Mt 20,1. Le royaume des Cieux est semblable à un père de famille, qui sortit de grand matin afin de louer des ouvriers pour sa vigne.

Mt 20,2. Et étant convenu avec les ouvriers d'un denier par jour, il les envoya à sa vigne.

Mt 20,3. En sortant vers la troisième heure, il en vit d'autres qui se tenaient oisifs sur la place publique.

Mt 20,4. Et il leur dit: Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera juste.

Mt 20,5. Et ils y allèrent. Il sortit encore vers la sixième et vers la neuvième heure, et il fit de même.

Mt 20,6. Et étant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui se tenaient là, et il leur dit: Pourquoi vous tenez-vous ici tout le jour sans rien faire?

Mt 20,7. Ils lui dire: Parce que personne ne nous a loués. Il leur dit: Allez, vous aussi, à ma vigne.

Mt 20,8. Lorsque le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant: Appelle les ouvriers, et paye-leur le salaire, en commençant par les derniers, et en finissant par les premiers.

Mt 20,9. Ceux qui étaient venus vers la onzième heure vinrent donc, et reçurent chacun un denier.

Mt 20,10. Les premiers, venant ensuite, crurent qu'ils recevraient davantage; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier.

Mt 20,11. Et en le recevant, ils murmuraient contre le père de famille,

Mt 20,12. disant: Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et vous les avez traités comme nous, qui avons porté le poids du jour et de la chaleur.

Mt 20,13. Mais il répondit à l'un d'eux: Mon ami, je ne te fais point de tort; n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier?

Mt 20,14. Prends ce qui t'appartient, et va-t-en; je veux donner à ce dernier autant qu'à toi.

Mt 20,15. Ne m'est-il pas permis de faire ce que je veux? ou ton oeil est-il méchant parce que je suis bon?

Mt 20,16. Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers; car il y en a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus.

Mt 20,17. Or Jésus, montant à Jérusalem, prit à part les douze disciples, et leur dit:

Mt 20,18. Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux princes des prêtres et aux scribes, et ils Le condamneront à mort;

Mt 20,19. et ils Le livreront aux gentils, pour qu'ils se moquent de Lui, Le flagellent et Le crucifient; et Il ressuscitera le troisième jour.

Mt 20,20. Alors la mère des fils de Zébédée s'approcha de Lui avec ses deux fils, et se prosterna en Lui demandant quelque chose.

Mt 20,21. Il lui dit: Que veux-tu? Ordonnez, Lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis l'un à Votre droite, et l'autre à Votre gauche, dans Votre royaume.

Mt 20,22. Mais Jésus répondit: Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que Je dois boire? Ils Lui dirent: Nous le pouvons.

Mt 20,23. Il leur dit: Oui, vous boirez Mon calice; quant à être assis à Ma droite ou à Ma gauche, il ne M'appartient pas de vous le donner; ce sera pour ceux auxquels Mon Père l'a préparé.

Mt 20,24. Les dix, ayant entendu cela, s'indignèrent contre les deux frères.

Mt 20,25. Mais Jésus les appela à Lui, et leur dit: Vous savez que les princes des nations les dominent; et que les grands exercent la puissance sur elles.

Mt 20,26. Il n'en sera pas ainsi parmi vous; mais que celui qui voudra devenir le plus grand parmi vous soit votre serviteur,

Mt 20,27. et que celui qui voudra être le premier parmi vous soit votre esclave;

Mt 20,28. de même que le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et pour donner Sa vie comme la rançon d'un grand nombre.

Mt 20,29. Lorsqu'ils sortaient de Jéricho, une grande foule Le suivit.

Mt 20,30. Et voici que deux aveugles, assis au bord du chemin, apprirent que Jésus passait; et ils crièrent, en disant: Seigneur, Fils de David, ayez pitié de nous.

Mt 20,31. Et la foule les reprenait, pour les faire taire; mais ils criaient plus fort, en disant: Seigneur, Fils de David, ayez pitié de nous.

Mt 20,32. Jésus S'arrêta, et Il les appela, et leur dit: Que voulez-vous que Je vous fasse?

Mt 20,33. Ils Lui dirent: Seigneur, que nos yeux soient ouverts.

Mt 20,34. Ayant pitié d'eux, Jésus toucha leurs yeux; et aussitôt ils recouvrirent la vue, et Le suivirent.

CHAPITRE XXI

Mt 21,1. Lorsqu'ils approchèrent de Jérusalem, et qu'ils furent arrivés à Bethphagé, près de la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux de Ses disciples,

Mt 21,2. en leur disant: Allez au village qui est devant vous, et aussitôt vous trouverez une ânesse liée, et son ânon avec elle; déliez-la et amenez-la Moi,

Mt 21,3. et si quelqu'un vous dit quelque chose, dites que le Seigneur en a besoin, et aussitôt il les laissera emmener.

Mt 21,4. Or tout cela s'est fait, afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète:

Mt 21,5. Dites à la fille de Sion: voici que ton Roi vient à toi plein de douceur, monté sur une ânesse et sur l'ânon de celle qui porte le joug.

Mt 21,6. Les disciples allèrent et firent ce que Jésus leur avait ordonné.

Mt 21,7. Ils amenèrent l'ânesse et l'ânon, mirent sur eux leurs vêtements et Le firent asseoir dessus.

Mt 21,8. Or, une foule nombreuse étendit leurs vêtements sur le chemin; d'autres coupaient des branches d'arbres, et en jonchaient le chemin.

Mt 21,9. Et les foules qui précédaient Jésus, et celles qui Le suivaient, criaient: Hosanna au fils de David! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Hosanna au plus haut des cieux!

Mt 21,10. Et lorsqu'Il fut entré dans Jérusalem, toute la ville fut émue, et disait: Quel est Celui-ci?

Mt 21,11. Et le peuple disait: C'est Jésus, le prophète de Nazareth en Galilée.

Mt 21,12. Jésus entra dans le temple de Dieu, et Il chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, et Il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient des colombes.

Mt 21,13. Et Il leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière; vais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

Mt 21,14. Alors des aveugles et des boiteux s'approchèrent de Lui dans le temple, et Il les guérit.

Mt 21,15. Mais les princes des prêtres et les scribes, voyant les merveilles qu'Il avait faites, et les enfants qui criaient dans le temple, et qui disaient: Hosanna au Fils de David! s'indignèrent,

Mt 21,16. et ils Lui dirent: Entendez-vous ce qu'ils disent? Jésus leur dit: Oui. N'avez-vous jamais lu cette parole: De la bouche des enfants, et de ceux qui sont à la mamelle, Vous avez tirez une louange parfaite?

Mt 21,17. Et les ayant laissés, Il S'en alla hors de la ville, à Béthanie, où Il demeura.

Mt 21,18. Le matin, en revenant à la ville, Il eut faim.

Mt 21,19. Et voyant un figuier près du chemin, Il S'en approcha; mais Il n'y trouva que des feuilles. Et Il lui dit: Qu'à jamais il ne naisse de toi aucun fruit. Et aussitôt le figuier se déssécha.

Mt 21,20. Voyant cela, les disciples s'étonnèrent, et dirent: Comment s'est-il desséché en un instant?

Mt 21,21. Jésus leur répondit: En vérité, Je vous le dis, si vous avez la foi et que vous n'hésitiez point, non seulement vous feriez ce que J'ai fait à ce figuier, mais quand même vous diriez à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait.

Mt 21,22. Et quoi que ce soit que vous demandiez avec foi dans la prière, vous le recevrez.

Mt 21,23. Lorsqu'Il fut arrivé dans le temple, les princes des prêtres et les anciens du peuple s'approchèrent de Lui pendant qu'Il enseignait, et Lui dirent: Par quelle autorité faites-Vous ces choses? et qui Vous a donné ce pouvoir?

Mt 21,24. Jésus leur répondit: Je vous adresserai Moi aussi, une question; si vous M'y répondez, Je vous dirai, Moi aussi, par quelle autorité Je fais ces choses.

Mt 21,25. Le baptême de Jean, d'où était-il? du Ciel ou des hommes? Mais ils raisonnaient entre eux, et disaient:

Mt 21,26. Si nous répondons: Du Ciel, Il nous dira: Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui? Et si nous répondons: Des hommes, nous avons à craindre la foule; car tous regardaient Jean comme un prophète.

Mt 21,27. Ils répondirent donc à Jésus: Nous ne savons. Et Il leur répondit, lui aussi: Je ne vous dirai pas non plus par quelle autorité Je fais ces choses.

Mt 21,28. Que vous en semble? Un homme avait deux fils; et s'approchant du premier, il lui dit: Mon fils, va aujourd'hui travailler à ma vigne.

Mt 21,29. Celui-ci répondit: Je ne veux pas. Mais ensuite, touché de repentir, il y alla.

Mt 21,30. S'approchant ensuite de l'autre, il lui dit la même chose. Celui-ci répondit: J'y vais, seigneur. Et il n'y alla point.

Mt 21,3l. Lequel des deux a fait la volonté de son père? Ils lui dirent: Le premier. Jésus leur dit: En vérité, Je vous le dis, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu.

Mt 21,32. Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n'avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées ont cru en lui; et vous, voyant cela, vous ne vous êtes pas repentis ensuite, pour croire en lui.

Mt 21,33. Ecoutez une autre parabole. Il y avait un père de famille, qui planta une vigne, l'entoura d'une haie, y creusa un pressoir, et y bâtit une tour; puis il la loua à des vignerons, et partit pour un pays lointain.

Mt 21,34. Or, lorsque le temps des fruits approcha, il envoya ses serviteurs aux vignerons, pour recueillir les fruits de sa vigne.

Mt 21,35. Mais les vignerons, s'étant saisis de ses serviteurs, battirent l'un, tuèrent l'autre, et en lapidèrent un autre.

Mt 21,36. Il leur envoya encore d'autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers, et ils les traitèrent de même.

Mt 21,37. Enfin il leur envoya son fils, en disant: Ils auront du respect pour mon fils.

Mt 21,38. Mais les vignerons, voyant le fils, dirent entre eux: Voici l'héritier; venez, tuons-le, et nous aurons son héritage.

Mt 21,39. Et s'étant saisis de lui, ils le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent.

Mt 21,40. Lors donc que le maître de la vigne sera venu, que fera-t-il à ces vignerons?

Mt 21,41. Ils lui dirent: Il fera périr misérablement ces misérables, et il louera sa vigne à d'autres vignerons, qui en rendront les fruits en leur temps.

Mt 21,42. Jésus leur dit: N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures: La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient, celle-là même est devenue la tête de l'angle; c'est le Seigneur qui a fait cela, et c'est une chose admirable à nos yeux?

Mt 21,43. C'est pourquoi, Je vous dis que le royaume de Dieu vous sera enlevé, et qu'il sera donné à une nation qui en produira les fruits.

Mt 21,44. Et celui qui tombera sur cette pierre, s'y brisera, et celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera.

Mt 21,45. Lorsque les princes des prêtres et les pharisiens eurent entendu ces paraboles, ils comprirent que Jésus parlait d'eux.

Mt 21,46. Et, cherchant à se saisir de Lui, ils craignirent les foules, parce qu'elles Le regardaient comme un prophète.

CHAPITRE XXII

Mt 22,1. Jésus, prenant la parole, parla de nouveau en paraboles, disant:

Mt 22,2. Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit faire les noces de son fils.

Mt 22,3. Et il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces, mais ils ne voulaient pas venir.

Mt 22,4. Il envoya encore d'autres serviteurs, en disant: Dites aux invités: J'ai préparé mon festin, mes boeufs et mes animaux engraissés sont tués; tout est prêt, venez aux noces.

Mt 22,5. Mais ils ne s'en inquiétèrent point, et s'en allèrent, l'un à sa ferme et l'autre à son négoce;

Mt 22,6. les autres se saisirent de ses serviteurs, et les tuèrent, après les avoir accablés d'outrages.

Mt 22,7. Lorsque le roi l'apprit, il fut irrité; et ayant envoyé ses armées, il extermina ces meurtriers, et brûla leur ville.

Mt 22,8. Alors il dit à ses serviteurs: Les noces sont prêtes, mais ceux qui avaient été invités n'en étaient pas dignes.

Mt 22,9. Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez.

Mt 22,10. Ses serviteurs, s'en allant par les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais et bons, et la salle des noces fut remplie de convives.

Mt 22,11. Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'était pas revêtu de la robe nuptiale.

Mt 22,12. Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir la robe nuptiale?Et cet homme demeura muet.

Mt 22,13. Alors le roi dit aux serviteurs: Liez-lui les mains et les pieds, et jetez-le dans les ténèbres extérieures; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Mt 22,14. Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus.

Mt 22,15. Alors les pharisiens, s'étant retirés, tinrent conseil sur le moyen de Le surprendre dans Ses paroles.

Mt 22,16. Et ils Lui envoyèrent leurs disciples avec les hérodiens, qui Lui dirent: Mâitre, nous savons que Vous êtes véridique, et que Vous enseignez la voie de Dieu dans la vérité, sans Vous inquiéter de personne, car Vous ne regardez pas la condition des hommes.

Mt 22,17. Dites-nous ce qu'il Vous en semble: Est-il permis de payer le tribut à César ou non?

Mt 22,18. Mais Jésus, connaissant leur malice, dit: Pourquoi Me tentez-vous, hypocrites?

Mt 22,19. Montrez-moi la monnaie du tribut.Et ils Lui présentèrent un denier.

Mt 22,20. Et Jésus leur dit: De qui est cette image et cette inscription?

Mt 22,21. Ils Lui dirent: De César.Alors Il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

Mt 22,22. Ayant entendu cela, ils furent dans l'admiration, et Le laissant, ils s'en allèrent.

Mt 22,23. Ce même jour, les sadducéens, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, s'approchèrent de Lui et L'interrogèrent,

Mt 22,24. en disant: Maître, Moïse a dit: Si quelqu'un meurt sans enfant, son frère épousera sa femme, et suscitera une postérité à son frère.

Mt 22,25. Or il y avait parmi nous sept frères.Le premier, ayant épousé une femme, mourut; et n'ayant pas eu de postérité, il laissa sa femme à son frère.

Mt 22,26. Il en fut de même du second, et du troisième, jusqu'au septième.

Mt 22,27. Enfin, après eux tous, la femme mourut aussi.

Mt 22,28. A la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme, puisque tous l'ont eue?

Mt 22,29. Jésus leur répondit: Vous êtes dans l'erreur, ne comprenant ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu.

Mt 22,30. Car, à la résurrection, les hommes ne prendront pas de femmes, ni les femmes de maris; mais ils seront comme les Anges de Dieu dans le Ciel.

Mt 22,31. Et pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit:

Mt 22,32. Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob?Or Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.

Mt 22,33. Et les foules, entendant cela, étaient dans l'admiration de Sa doctrine.

Mt 22,34. Mais les pharisiens, ayant appris qu'Il avait réduit les sadducéens au silence, se rassemblèrent;

Mt 22,35. et l'un d'eux, docteur de la loi, Lui fit cette question pour Le tenter:

Mt 22,36. Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?

Mt 22,37. Jésus lui dit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, et de tout ton esprit.

Mt 22,38. C'est là le plus grand et le premier commandement.

Mt 22,39. Mais le second lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Mt 22,40. Dans ces deux commandements sont renfermés la loi et les prophètes.

Mt 22,41. Les pharisiens étant rassemblés, Jésus les interrogea,

Mt 22,42. en disant: Que vous semble du Christ? de qui est-Il fils?Ils lui répondirent: de David.

Mt 22,43. Il leur dit: Comment donc David L'appelle-t-il en esprit son Seigneur, en disant:

Mt 22,44. Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-Toi à Ma droite, jusqu'à ce que J'aie fait de Tes ennemis l'escabeau de Tes pieds?

Mt 22,45. Si donc David L'appelle son Seigneur, comment est-Il son fils?

Mt 22,46. Et personne ne pouvait rien Lui répondre, et, depuis ce jour, nul n'osa plus Lui poser des questions.

CHAPITRE XXIII

Mt 23,1. Alors Jésus parla aux foules et à Ses disciples,

Mt 23,2. en disant: Les scribes et les pharisiens sont assis sur la chaire de Moïse.

Mt 23,3. Observez donc et faites tout ce qu'ils vous disent; mais n'agissez pas selon leurs oeuvres, car ils disent, et ne font pas.

Mt 23,4. Ils lient des fardeaux pesants et insupportables, et ils les mettent sur les épaules des hommes; mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.

Mt 23,5. Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes; c'est pourquoi ils portent de larges phylactères et de longues franges.

Mt 23,6. Ils aiment les premières places dans les festins, et les premières chaires dans les synagogues,

Mt 23,7. et à être salués dans les places publiques, et à être appelés Rabbi par les hommes.

Mt 23,8. Mais vous, ne vous faites point appeler Rabbi, car vous n'avez qu'un seul Maître, et vous êtes tous frères.

Mt 23,9. Et ne donnez à personne sur la terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père qui est dans les Cieux.

Mt 23,10. Et qu'on ne vous appelle point maîtres, car vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ.

Mt 23,11. Celui qui est le plus grand parmi vous, sera votre serviteur.

Mt 23,12. Quiconque s'élèvera, sera humilié, et quiconque s'humiliera, sera élevé.

Mt 23,13. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez le royaume des Cieux devant les hommes; car vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous ne laissez pas entrer ceux qui désirent entrer.

Mt 23,14. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous dévorez les maisons des veuves, en faisant de longues prières; c'est pourquoi vous recevrez un jugement plus rigoureux.

Mt 23,15. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un prosélyte, et, après qu'il l'est devenu, vous faites de lui un fils de la géhenne deux fois pire que vous.

Mt 23,16. Malheur à vous, guides aveugles, qui dites: Si quelqu'un jure par le temple, ce n'est rien; mais si quelqu'un jure par l'or du temple, il doit.

Mt 23,17. Insensés et aveugles!Car lequel est le plus grand? l'or, ou le temple qui sanctifie l'or?

Mt 23,18. Et si quelqu'un jure par l'autel, ce n'est rien; mais si quelqu'un jure par le don qui est sur l'autel, il doit.

Mt 23,19. Aveugles! Car lequel est le plus grand? le don, ou l'autel qui sanctifie le don?

Mt 23,20. Celui donc qui jure par l'autel, jure par l'autel et par tout ce qui est dessus.

Mt 23,21. Et quiconque jure par le temple, jure par le temple et par Celui qui y habite.

Mt 23,22. Et celui qui jure par le Ciel, jure par le trône de Dieu, et par Celui qui y est assis.

Mt 23,23. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et qui avez abandonné ce qu'il y a de plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité.Il fallait faire ceci, et ne pas omettre cela.

Mt 23,24. Guides aveugles, qui filtrez le moucheron, et qui avalez le chameau.

Mt 23,25. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu'au dedans, vous êtes pleins de rapines et d'impureté.

Mt 23,26. Pharisien aveugle, nettoie d'abord le dedans de la coupe et du plat, afin que le dehors devienne pur aussi.

Mt 23,27. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous êtes semblables à des sépulcres blanchis, qui, au dehors, paraissent beaux aux hommes, mais qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute sorte de pourriture.

Mt 23,28. Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes; mais, au dedans, vous êtes pleins d'hypocrisie et d'iniquité.

Mt 23,29. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui bâtissez des tombeaux aux prophètes, et qui ornez les monuments des justes.

Mt 23,30. et qui dites: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes.

Mt 23,3l. Par là, vous témoignez contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes.

Mt 23,32. Comblez donc aussi la mesure de vos pères.

Mt 23,33. Serpents, race de vipères, comment échapperez-vous au jugement de la géhenne?

Mt 23,34. C'est pourquoi, voici que Je vous envoie des prophètes, et des sages, et des scribes; et vous tuerez et crucifierez les uns, et vous flagellerez les autres dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville,

Mt 23,35. afin que retombe sur vous tout le sang innocent qui a été répandu sur la terre, depuis le sang d'Abel le juste, jusqu'au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le temple et l'autel.

Mt 23,36. En vérité, Je vous le dis, toutes ces choses retomberont sur cette génération.

Mt 23,37. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-Je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses petits sous ses ailes, et tu ne l'as pas voulu!

Mt 23,38. Voici que votre maison vous sera laissé déserte.

Mt 23,39. Car Je vous le dis, vous ne Me verrez plus désormais, jusqu'à ce que vous disiez: Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur.

CHAPITRE XXIV

Mt 24,1. Jésus, étant sorti du temple, S'en allait.Alors Ses disciples s'approchèrent, pour Lui faire remarquer les constructions du temple.

Mt 24,2. Mais Il leur répondit: Voyez-vous tout cela?En vérité, Je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée.

Mt 24,3. Et comme Il était assis sur le mont des Oliviers, Ses disciples s'approchèrent de Lui en particulier, et Lui dirent: Dites-nous quand ces choses arriveront, et de quel signe il y aura de Votre avènement et de la consommation du siècle.

Mt 24,4. Et Jésus leur répondit: Prenez garde que personne ne vous séduise.

Mt 24,5. Car beaucoup viendront sous Mon nom, disant: Je suis le Christ, et ils en séduiront beaucoup.

Mt 24,6. Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres.Gardez-vous de vous troubler; car il faut que ces choses arrivent, mais ce ne sera pas encore la fin.

Mt 24,7. Car on verra se soulever peuple contre peuple, et royaume contre royaume; et il y aura des pestes et des famines, et des tremblements de terre en divers lieux.

Mt 24,8. Et tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

Mt 24,9. Alors on vous livrera aux tourments, et on vous fera mourir; et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de Mon nom.

Mt 24,10. Alors aussi beaucoup seront scandalisés, et ils se trahiront et se haïront les uns les autres.

Mt 24,11. Et de nombreux faux prophètes surgiront, et séduiront beaucoup de monde.

Mt 24,12. Et parce que l'iniquité abondera, la charité d'un grand nombre se refroidira.

Mt 24,13. Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

Mt 24,14. Et cet Evangile du royaume sera prêché dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations; et alors viendra la fin.

Mt 24,15. Quand donc vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie dans le lieu saint, que celui qui lit comprenne.

Mt 24,16. Alors que ceux qui sont en Judée s'enfuient dans les montagnes,

Mt 24,17. et que celui qui sera sur le toit n'en descende pas pour emporter quelque chose de sa maison,

Mt 24,18. et que celui qui sera dans les champs ne retourne point pour reprendre sa tunique.

Mt 24,19. Malheur aux femmes qui seront enceintes ou qui allaiteront en ces jours-là!

Mt 24,20. Priez pour que votre fuite n'ait pas lieu en hiver, ou un jour de sabbat.

Mt 24,21. Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu'il n'y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

Mt 24,22. Et si ces jours n'avaient été abrégés, nulle chair n'aurait été sauvée; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.

Mt 24,23. Alors si quelqu'un vous dit: Voici, le Christ est ici; ou: Il est là, ne le croyez pas.

Mt 24,24. Car il s'élèvera de faux christs et de faux prophètes, qui feront de grands signes et des prodiges, au point de séduire, s'il était possible, même les élus.

Mt 24,25. Voici que Je vous l'ai prédit.

Mt 24,26. Si donc on vous dit: Le voici dans le désert, ne sortez pas; Le voici dans le lieu le plus retiré de la maison, ne le croyez pas.

Mt 24,27. Car comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'à l'occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.

Mt 24,28. Partout où sera le corps, là s'assembleront les aigles.

Mt 24,29. Aussitôt après la tribulation de ces jours, le soleil s'obscurcira, et la lune ne donnera plus sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.

Mt 24,30. Alors le signe du Fils de l'homme apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande majesté.

Mt 24,31. Et Il enverra Ses Anges, avec la trompette et une voix éclatante, et ils rassemblront Ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

Mt 24,32. Apprenez une comparaison prise du figuier.Quand ses branches sont déjà tendres, et que ses feuilles naissent, vous savez que l'été est proche;

Mt 24,33. de même, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, et qu'Il est aux portes.

Mt 24,34. En vérité, Je vous le dis, cette génération ne passera point que toutes ces choses n'arrivent.

Mt 24,35. Le ciel et la terre passeront, mais Mes paroles ne passeront point.

Mt 24,36. Quant à ce jour et à cette heure, personne ne les connaît, pas même les Anges des Cieux, mais le Père seul.

Mt 24,37. Ce qui arriva aux jours de Noé arrivera aussi à l'avènement du Fils de l'homme.

Mt 24,38. Car de même que, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche,

Mt 24,39. et qu'ils ne surent rien, jusqu'à ce que le déluge vint et les emporta tous, ainsi en sera-t-il à l'avènement du Fils de l'homme.

Mt 24,40. Alors deux hommes seront dans un champ: l'un sera pris, et l'autre laissé.

Mt 24,41. Deux femmes moudront à la meule: l'une sera prise, et l'autre laissée.

Mt 24,42. Veillez donc, parce que vous ne savez pas à quelle heure votre Seigneur viendra.

Mt 24,43. Sachez-le bien, si le père de famille savait à quelle heure le voleur doit venir, il veillerait certainement, et ne laisserait pas percer sa maison.

Mt 24,44. C'est pourquoi, vous aussi, soyez prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure que vous ne savez pas.

Mt 24,45. Quel est, pensez-vous, le serviteur fidèle et prudent que son maître a établi sur ses gens, pour leur distribuer leur nourriture en temps convenable?

Mt 24,46. Heureux ce serviteur, si son maître, à son arrivée, le trouve agissant ainsi!

Mt 24,47. En vérité, Je vous le dis, il l'établira sur tous ses biens.

Mt 24,48. Mais si ce serviteur est méchant, et dit en son coeur: Mon maître tarde à venir,

Mt 24,49. et s'il se met à battre ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes,

Mt 24,50. le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s'y attend pas, et à l'heure qu'il ne connaît pas,

Mt 24,51. et il le séparera, et lui assignera sa part avec les hypocrites; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

CHAPITRE XXV

Mt 25,1. Alors le royaume des Cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent au-devant de l'époux et de l'épouse.

Mt 25,2. Or, cinq d'entre elles étaient folles, et cinq étaient sages.

Mt 25,3. Les cinq folles, ayant pris leurs lampes, ne prirent pas d'huile avec elles;

Mt 25,4. mais les sages prirent de l'huile dans leurs vases avec leurs lampes.

Mt 25,5. L'époux tardant à venir, elles s'assoupirent toutes, et s'endormirent.

Mt 25,6. Mais, au milieu de la nuit, un cri se fit entendre: Voici l'époux qui vient; allez au-devant de lui.

Mt 25,7. Alors toutes ces vierges se levèrent, et préparèrent leurs lampes.

Mt 25,8. Mais les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.

Mt 25,9. Les sages leur répondirent: De peur qu'il n'y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.

Mt 25,10. Mais pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux vint, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces, et la porte fut fermée.

Mt 25,11. Enfin les autres vierges viennent aussi, en disant: Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous.

Mt 25,12. Mais il leur répondit: En vérité, je vous le dis, je ne vous connais point.

Mt 25,13. Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l'heure.

Mt 25,14. Car il en sera comme d'un homme qui, partant pour un long voyage, appela ses serviteurs et leur remit ses biens.

Mt 25,15. Il donna à l'un cinq talents, et à un autre deux, et à un autre un seul, à chacun selon sa capacité; puis il partit aussitôt.

Mt 25,16. Celui qui avait reçu cinq talents s'en alla, les fit valoir, et en gagna cinq autres.

Mt 25,17. De même, celui qui en avait reçu deux, en gagna deux autres.

Mt 25,18. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un, s'en alla, creusa dans la terre et cacha l'argent de son maître.

Mt 25,19. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte.

Mt 25,20. Et celui qui avait reçu cinq talents s'approcha, et présenta cinq autres talents, en disant: Seigneur, vous m'avez remis cinq talents; voici que j'en ai gagné cinq autres.

Mt 25,21. Son maître lui dit: C'est bien, bon et fidèle serviteur; parce que tu as été fidèle en peu de choses, je t'établirai sur beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

Mt 25,22. Celui qui avait reçu deux talents s'approcha aussi, et dit: Seigneur, vous m'avez remis deux talents; voici que j'en ai gagné deux autres.

Mt 25,23. Son maître lui dit: C'est bien, bon et fidèle serviteur; parce que tu as été fidèle en peu de choses, je t'établirai sur beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

Mt 25,24. Celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha aussi, et dit: Seigneur, Je sais que vous êtes un homme dur, qui moissonnez où vous n'avez pas semé, et qui ramassez où vous n'avez pas répandu;

Mt 25,25. c'est pourquoi j'ai eu peur, et j'ai caché votre talent dans la terre; le voici, vous avez ce qui est à vous.

Mt 25,26. Mais son maître lui répondit: Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que je ramasse où je n'ai pas répandu;

Mt 25,27. il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré avec usure ce qui est à moi.

Mt 25,28. Enlevez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a dix talents.

Mt 25,29. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance; mais, à celui qui n'a pas, on enlèvera même ce qu'il semble avoir.

Mt 25,30. Quant à ce serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres extérieures; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Mt 25,31. Or, lorsque le Fils de l'homme viendra dans Sa majesté, avec tous les Anges, Il S'assiéra sur le trône de Sa majesté.

Mt 25,32. Toutes les nations seront assemblées devant Lui; et Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs;

Mt 25,33. et Il placera les brebis à Sa droite, et les boucs à Sa gauche.

Mt 25,34. Alors le Roi dira à ceux qui sont à Sa droite: Venez, les bénis de Mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé dès l'établissement du monde.

Mt 25,35. Car J'ai eu faim, et vous M'avez donné â manger; J'ai eu soif, et vous M'avez donné à boire; J'étais sans asile, et vous M'avez recueilli;

Mt 25,36. J'étais nu, et vous M'avez vêtu; J'étais malade, et vous M'avez visité; J'étais en prison, et vous êtes venu à Moi.

Mt 25,37. Alors les justes Lui répondront: Seigneur, quand est-ce que nous Vous avons vu avoir faim, et que nous Vous avons donné à manger; avoir soif, et que nous Vous avons donné à boire?

Mt 25,38. Quand est-ce que nous Vous avons vu sans asile, et que nous Vous avons recueilli; ou nu, et que nous Vous avons vêtu?

Mt 25,39. Ou quand est-ce que nous Vous avons vu malade ou en prison, et que nous sommes venus à Vous?

Mt 25,40. Et le Roi leur dira: En vérité, Je vous le dis, toutes les fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits d'entre Mes frères, c'est à Moi que vous l'avez fait.

Mt 25,41. Il dira ensuite à ceux qui seront à gauche: Retirez-vous de Moi, maudits, allez au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.

Mt 25,42. Car J'ai eu faim, et vous ne M'avez pas donné à manger; J'ai eu soif, et vous ne M'avez pas donné à boire;

Mt 25,43. J'étais sans asile, et vous ne M'avez pas recueilli; J'étais nu, et vous ne M'avez pas vêtu; J'étais malade et en prison, et vous ne M'avez pas visité.

Mt 25,44. Alors ils Lui répondront, eux aussi, Seigneur, quand est-ce que nous Vous avons vu avoir faim, ou avoir soif, ou sans asile, ou nu, ou malade, ou en prison, et que nous ne Vous avons pas assisté?

Mt 25,45. Alors Il leur répondra: En vérité, Je vous le dis, toutes les fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, c'est à Moi que vous ne l'avez pas fait.

Mt 25,46. Et ceux-ci iront au supplice éternel, mais les justes à la vie éternelle.

CHAPITRE XXVI

Mt 26,1. Et il arriva que, lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, Il dit à Ses disciples:

Mt 26,2. Vous savez que la Pâque se fera dans deux jours, et le Fils de l'homme sera livré pour être crucifié.

Mt 26,3. Alors les princes des prêtres et les anciens du peuple s'assemblèrent dans la cour du grand prêtre, appelé Caïphe;

Mt 26,4. et ils tinrent conseil pour se saisir de Jésus par ruse, et Le faire mourir.

Mt 26,5. Mais ils disaient: Que ce ne soit pas pendant la fête, de peur qu'il n'y ait du tumulte parmi le peuple.

Mt 26,6. Or, comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux,

Mt 26,7. une femme s'approcha de Lui avec un vase d'albâtre, plein d'un parfum de grand prix, et elle le répandit sur Sa tête, pendant qu'Il était à table.

Mt 26,8. Les disciples, voyant cela, s'indignèrent et dirent: A quoi bon cette perte?

Mt 26,9. Car on aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres.

Mt 26,10. Mais Jésus, sachant ce qu'ils disaient, leur dit: Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme? car elle a fait une bonne oeuvre à Mon égard.

Mt 26,11. En effet, vous avez toujours des pauvres avec vous; mais Moi, vous ne M'aurez pas toujours.

Mt 26,12. Cette femme, en répandant ce parfum sur Mon corps, l'a fait en vue de Ma sépulture.

Mt 26,13. En vérité, Je vous le dis, partout où sera prêché cet Evangile, dans le monde entier, on racontera aussi, en souvenir d'elle, ce qu'elle vient de faire.

Mt 26,14. Alors un des douze, appelé Judas Iscariote, alla trouver les princes des prêtres.

Mt 26,15. et leur dit: Que voulez-vous me donner, et je vous Le livrerai? Et ils convinrent de lui donner trente pièces d'argent.

Mt 26,16. Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour Le livrer.

Mt 26,17. Or, le premier jour des azymes, les disciples s'approchèrent de Jésus et Lui dirent: Où voulez-Vous que nous Vous préparions ce qu'il faut pour manger la pâque?

Mt 26,18. Jésus leur répondit: Allez dans la ville, chez un tel, et dites-lui: Le Maître dit: Mon temps est proche; Je ferai la pâque chez toi avec Mes disciples.

Mt 26,19. Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et préparèrent la pâque.

Mt 26,20. Le soir étant venu, Il Se mit à table avec Ses douze disciples.

Mt 26,21. Et pendant qu'ils mangeaient, Il dit: En vérité, Je vous le dis, l'un de vous Me trahira.

Mt 26,22. Vivement attristés, ils commencèrent chacun à Lui dire: Est-ce moi, Seigneur?

Mt 26,23. Il leur répondit: Celui qui met avec Moi la main au plat est celui qui Me trahira.

Mt 26,24. Pour ce qui est du Fils de l'homme, Il S'en va, selon ce qui a été écrit de Lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi! Il aurait mieux valu pour cet homme de n'être jamais né.

Mt 26,25. Judas, celui qui Le trahit, prenant la parole, Lui dit: Est-ce moi, Maître? Jésus lui répondit: Tu l'as dit.

Mt 26,26. Or, pendant qu'ils soupaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit, et le donna à Ses disciples, en disant: Prenez et mangez; ceci est Mon corps.

Mt 26,27. Et, prenant le calice, il rendit grâces, et le leur donna, en disant: Buvez-en tous;

Mt 26,28. car ceci est Mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour beaucoup, pour la rémission des péchés.

Mt 26,29. Or, Je vous le dis, Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'à ce jour où Je le boirai de nouveau avec vous, dans le royaume de Mon Père.

Mt 26,30. Et, après avoir dit l'hymne, ils allèrent à la montagne des Oliviers.

Mt 26,31. Alors Jésus leur dit: Vous serez tous scandalisés cette nuit à Mon sujet. Car il est écrit: Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées.

Mt 26,32. Mais, après que Je serai ressuscité, Je vous précéderai en Galilée.

Mt 26,33. Pierre, prenant la parole, Lui dit: Quand même tous seraient scandalisés à Votre sujet, moi je ne serai jamais scandalisé.

Mt 26,34. Jésus lui dit: En vérité, Je te le dis, cette nuit même, avant que le coq chante, tu Me renieras trois fois.

Mt 26,35. Pierre Lui dit: Quand il me faudrait mourir avec Vous, je ne Vous renierai point. Et tous les disciples parlèrent de même.

Mt 26,36. Alors Jésus vint avec eux dans un domaine appelé Gethsémani; Il dit à Ses disciples: Asseyez-vous ici, pendant que J'irai là pour prier.

Mt 26,37. Et ayant pris avec Lui Pierre et les deux fils de Zébédée, Il commença à être attristé et affligé.

Mt 26,38. Alors Il leur dit: Mon âme est triste jusqu'à la mort; demeurez ici, et veillez avec Moi.

Mt 26,39. Et S'étant avancé un peu plus loin, Il Se prosterna le visage contre terre, priant et disant: Mon Père, s'il est possible, que ce calice s'éloigne de Moi; cependant, qu'il en soit non pas comme Je veux, mais comme Vous voulez.

Mt 26,40. Et Il vint vers Ses disciples, et les trouva endormis; et Il dit à Pierre: Ainsi, vous n'avez pas pu veiller une heure avec Moi?

Mt 26,41. Veillez et priez, afin que vous ne tombiez point dans la tentation. L'esprit est prompt, mais la chair est faible.

Mt 26,42. Il S'en alla encore une seconde fois, et Il pria, en disant: Mon Père, si ce calice ne peut passer sans que Je le boive, que Votre volonté soit faite.

Mt 26,43. Il revint de nouveau, et Il les trouva endormis; car leurs yeux étaient appesantis.

Mt 26,44. Et les quittant, Il S'en alla encore, et Il pria pour la troisième fois, en disant les mêmes paroles.

Mt 26,45. Puis Il vint à Ses disciples, et leur dit: Dormez maintenant et reposez-vous; voici que l'heure approche, et le Fils de l'homme sera livré aux mains des pécheurs.

Mt 26,46. Levez-vous, allons; voici que celui qui doit Me trahir approche.

Mt 26,47. Comme Il parlait encore, voici que Judas, l'un des douze, arriva, et avec Lui une foule nombreuse, armée d'épées et de bâtons, envoyée par les princes des prêtres et par les anciens du peuple.

Mt 26,48. Or, celui qui Le trahissait leur avait donné un signe, en disant: Celui que je baiserai, c'est Lui; saisissez-Le.

Mt 26,49. Et aussitôt, s'approchant de Jésus, il dit: Je Vous salue, Maître. Et il Le baisa.

Mt 26,50. Jésus lui dit: Mon ami, pourquoi es-tu venu? Alors ils s'avancèrent, mirent les mains sur Jésus, et Le saisirent.

Mt 26,51. Et voici qu'un de ceux qui étaient avec Jésus, étendant la main, tira son épée, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l'oreille.

Mt 26,52. Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée.

Mt 26,53. Penses-tu que Je ne puisse pas prier Mon Père, qui M'enverrait à l'instant plus de douze légions d'Anges?

Mt 26,54. Comment donc s'accompliront les Ecritures, qui annoncent qu'il en doit être ainsi?

Mt 26,55. En même temps, Jésus dit à la foule: Vous êtes venus comme après un voleur, armés d'épées et de bâtons, pour vous emparer de Moi; tous les jours J'étais assis au milieu de vous, enseignant dans le temple, et vous ne M'avez pas arrêté.

Mt 26,56. Mais tout cela s'est fait afin que ce que les prophètes ont écrit fût accompli. Alors tous les disciples, L'abandonnant, s'enfuirent.

Mt 26,57. Mais ceux qui avaient arrêté Jésus Le conduisirent chez Caïphe, le grand prêtre, où les scribes et les anciens s'étaient rassemblés.

Mt 26,58. Or, Pierre Le suivait de loin, jusqu'à la cour du grand prêtre; et étant entré, il s'assit avec les serviteurs, pour voir la fin.

Mt 26,59. Cependant les princes des prêtres et tout le conseil cherchaient un faux témoignage contre Jésus, pour Le faire mourir;

Mt 26,60. et ils n'en trouvèrent point, quoique beaucoup de faux témoins se fussent présentés. Enfin il vint deux faux témoins,

Mt 26,61. qui dirent: Celui-ci a dit: Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours.

Mt 26,62. Alors le grand prêtre, se levant, Lui dit: Tu ne réponds rien à ce que ces hommes déposent contre Toi?

Mt 26,63. Mais Jésus Se taisait. Et le grand prêtre Lui dit: Je T'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si Tu es le Christ, le Fils de Dieu.

Mt 26,64. Jésus lui répondit: Tu l'as dit. Car Je vous le dis, désormais vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

Mt 26,65. Alors le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant: Il a blasphémé; qu'avons-nous encore de témoins? Voici que vous venez d'entendre le blasphème.

Mt 26,66. Que vous en semble? Ils répondirent: Il mérite la mort.

Mt 26,67. Alors ils Lui crachèrent au visage, et ils Le frappèrent à coup de poing; d'autres Lui donnèrent des soufflets,

Mt 26,68. en disant: Prophétise-nous, Christ; qui est-ce qui T'a frappé?

Mt 26,69. Cependant Pierre était assis dehors, dans la cour; et une servante s'approcha de lui, en disant: Toi aussi, Tu étais avec Jésus de Galilée.

Mt 26,70. Mais il le nia devant tous, en disant: Je ne sais ce que tu dis.

Mt 26,71. Et comme il franchissait la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui étaient là: Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth.

Mt 26,72. Et il le nia de nouveau avec serment: Je ne connais point cet homme.

Mt 26,73. Peu après, ceux qui étaient là s'approchèrent, et dirent à Pierre: Certainement tu es aussi de ces gens-là; car ton langage te fait reconnaître.

Mt 26,74. Alors il se mit à faire des imprécations, et à jurer qu'il ne connaissait pas cet homme. Et aussitôt le coq chanta.

Mt 26,75. Et Pierre se ressouvint de la parole que Jésus avait dite: Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti dehors, il pleura amèrement.

CHAPITRE XXVII

Mt 27,1. Le matin étant venu, tous les princes des prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour Le faire mourir.

Mt 27,2. Et L'ayant lié, ils L'emmenèrent et Le livrèrent à Ponce Pilate, le gouverneur.

Mt 27,3. Alors Judas, qui L'avait trahi, voyant qu'Il était condamné, poussé par le repentir, rapporta les pièces d'argent aux princes des prêtres et aux anciens,

Mt 27,4. en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Mais ils dirent: Que nous importe? c'est ton affaire.

Mt 27,5. Ayant jeté les pièces d'argent dans le temple, il se retira, et alla se pendre.

Mt 27,6. Mais les princes des prêtres, ayant pris les pièces d'argent, dirent: Il ne nous est pas permis de les mettre dans le trésor, parce que c'est le prix du sang.

Mt 27,7. Et ayant tenu conseil, ils en achetèrent le champ d'un potier, pour la sépulture des étrangers.

Mt 27,8. C'est pourquoi ce champ a été appelé jusqu'à ce jour Haceldama, c'est-à-dire champ du sang.

Mt 27,9. Alors s'accomplit ce qui avait été prédit par le prophète Jérémie: Ils ont reçu les trente pièces d'argent, prix de Celui qui a été évalué, qu'on a évalué de la part des enfants d'Israël,

Mt 27,10. et ils les ont données pour le champ d'un potier, comme le Seigneur me l'a ordonné.

Mt 27,11. Or Jésus comparut devant le gouverneur, et le gouverneur L'interrogea en ces termes: Es-Tu le Roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis.

Mt 27,12. Et comme Il était accusé par les princes des prêtres et les anciens, Il ne répondit rien.

Mt 27,13. Alors Pilate Lui dit: N'entends-Tu pas quels graves témoignages ils portent contre Toi?

Mt 27,14. Mais Il ne lui répondit pas un seul mot, de sorte que le gouverneur en fut très étonné.

Mt 27,15. Or, le jour de la fête, le gouverneur avait coutume de délivrer un prisonnier, celui que le peuple demandait.

Mt 27,16. Il avait alors un prisonnier insigne, nommé Barabbas.

Mt 27,17. Comme ils étaient donc assemblés, Pilate leur dit: Qui voulez-vous que je vous délivre? Barabbas, ou Jésus, qui est appelé Christ?

Mt 27,18. Car il savait que c'était par envie qu'ils L'avaient livré.

Mt 27,19. Pendant qu'il était assis sur son tribunal, sa femme lui envoya dire: Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste; car j'ai beaucoup souffert aujourd'hui en songe, à cause de Lui.

Mt 27,20. Mais les princes des prêtres et les anciens persuadèrent au peuple de demander Barabbas et de faire périr Jésus.

Mt 27,21. Le gouverneur, prenant la parole, leur dit: Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre? Ils dirent: Barabbas.

Mt 27,22. Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qui est appelé Christ?

Mt 27,23. Ils répondirent tous: Qu'il soit crucifié! Le gouverneur leur dit: Mais quel mal a-t-Il fait? Et ils crièrent encore plus fort, en disant: Qu'Il soit crucifié!

Mt 27,24. Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte allait croissant, prit de l'eau, et se lava les mains devant le peuple, en disant: Je suis innocent du sang de ce juste; c'est à vous de voir.

Mt 27,25. Et tout le peuple répondit: Que Son sang retombe sur nous et sur nos enfants!

Mt 27,26. Alors il leur délivra Barabbas, et après avoir fait flageller Jésus, il Le leur livra pour être crucifié.

Mt 27,27. Alors les soldats du gouverneur, emmenant Jésus dans le prétoire, rassemblèrent autour de Lui toute la cohorte.

Mt 27,28. Et L'ayant dépouillé, ils Le revêtirent d'une chlamyde écarlate;

Mt 27,29. puis, tressant une couronne d'épines, ils la mirent sur Sa tête, et un roseau dans Sa main droite; et fléchissant le genou devant Lui, ils se moquaient de Lui, en disant: Salut, Roi des Juifs!

Mt 27,30. Et crachant sur Lui, ils prenaient le roseau, et Lui frappaient la tête.

Mt 27,31. Lorsqu'ils se furent moqués de Lui, ils Lui ôtèrent la chlamyde, Lui remirent Ses vêtements, et L'emmenèrent pour Le crucifier.

Mt 27,32. Comme ils sortaient, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, qu'ils contraignirent de porter la croix de Jésus.

Mt 27,33. Et ils vinrent au lieu appelé Golgotha, c'est-à-dire, lieu du Calvaire.

Mt 27,34. Et ils Lui donnèrent du vin mêlé de fiel; mais, quand Il l'eut goûté, Il ne voulut pas boire.

Mt 27,35. Après qu'ils L'eurent crucifié, ils partagèrent entre eux Ses vêtements, les tirant au sort, afin que s'accomplît ce qui avait été prédit par le prophète: Ils se sont partagés Mes vêtements, et ils ont tiré Ma tunique au sort.

Mt 27,36. Et s'étant assis, ils Le gardaient.

Mt 27,37. Ils mirent au-dessus de Sa tête une inscription, indiquant le sujet de Sa condamnation: Celui-ci est Jésus, le Roi des Juifs.

Mt 27,38. En même temps, on crucifia avec Lui deux voleurs, l'un à Sa droite, et l'autre à Sa gauche.

Mt 27,39. Et les passants Le blasphémaient, branlant la tête,

Mt 27,40. et disant: Allons, Toi qui détruis le temple de Dieu, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-Toi Toi-même; si Tu es le Fils de Dieu, descends de la croix.

Mt 27,41. Les princes des prêtres se moquaient aussi de Lui, avec les scribes et les anciens, et disaient:

Mt 27,42. Il a sauvé les autres, et Il ne peut Se sauver Lui-même; s'Il est le Roi d'Israël, qu'Il descende maintenant de la croix, et nous croirons en Lui.

Mt 27,43. Il a confiance en Dieu: que Dieu Le délivre maintenant, s'Il L'aime; car Il a dit: Je suis le Fils de Dieu.

Mt 27,44. Les voleurs qui avaient été crucifiés avec Lui, Lui adressèrent les mêmes outrages.

Mt 27,45. Or, depuis la sixième heure jusqu'à la neuvième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre.

Mt 27,46. Et vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix forte: Eli, Eli, lamma sabacthani? C'est-à-dire: Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'avez-vous abandonné?

Mt 27,47. Quelqu'un de ceux qui étaient présents, L'ayant entendu, disaient: Il appelle Elie.

Mt 27,48. Et aussitôt l'un d'eux, accourant, prit une éponge et la remplit de vinaigre; et l'ayant attachée à un roseau, il Lui donnait à boire.

Mt 27,49. Mais les autres disaient: Laisse, voyons si Elie viendra Le délivrer.

Mt 27,50. Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l'esprit.

Mt 27,51. Et voici que le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, et la terre trembla, et les pierres se fendirent,

Mt 27,52. et les sépulcres s'ouvrirent, et beaucoup de corps des saints qui s'étaient endormis ressuscitèrent,

Mt 27,53. et sortant de leurs tombeaux après Sa résurrection, ils vinrent dans la ville sainte, et apparurent à beaucoup de personnes.

Mt 27,54. Le centurion et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et tout ce qui se passait, furent saisis d'une grande frayeur, et dirent: Vraiment cet homme était le Fils de Dieu.

Mt 27,55. Il y avait là aussi, à quelque distance, des femmes nombreuses, qui avaient suivi Jésus depuis la Galilée, pour Le servir;

Mt 27,56. parmi elles était Marie Madeleine, Marie mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Mt 27,57. Lorsque le soir fut venu, il vint un homme riche d'Arimathie, nommé Joseph, qui était aussi disciple de Jésus.

Mt 27,58. Cet homme alla trouver Pilate, et demanda le corps de Jésus. Pilate ordonna qu'on rendît le corps.

Mt 27,59. Et ayant pris le corps, Joseph l'enveloppa d'un linceul blanc.

Mt 27,60. Et le déposa dans son sépulcre neuf, qu'il avait fait tailler dans le roc; puis il roula une grande pierre à l'entrée du sépulcre, et il s'en alla.

Mt 27,61. Or, Marie Madeleine et l'autre Marie étaient là, assises en face du sépulcre.

Mt 27,62. Le lendemain, qui était le jour après la Préparation, les princes des prêtres et les pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate,

Mt 27,63. en disant: Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, lorsqu'Il vivait encore: Après trois jours Je ressusciterai.

Mt 27,64. Ordonnez donc que le sépulcre soit gardé jusqu'au troisième jour, de peur que Ses disciples ne viennent dérober Son corps, et ne disent au peuple: Il est ressuscité d'entre les morts; dernière imposture qui serait pire que la première.

Mt 27,65. Pilate leur dit: Vous avez des gardes; allez, gardez-le comme vous l'entendez.

Mt 27,66. Ils s'en allèrent donc, et pour s'assurer du sépulcre, ils en scellèrent la pierre et y mirent des gardes.

CHAPITRE XXVIII

Mt 28,1. Le sabbat passé, lorsque le premier jour de la semaine commençait à luire, Marie-Madeleine et l'autre Marie vinrent pour voir le sépulcre.

Mt 28,2. Et voici qu'il se fit un grand tremblement de terre; car un Ange du Seigneur descendit du Ciel, et s'approchant, il renversa la pierre et s'assit dessus.

Mt 28,3. Son visage était comme l'éclair, et son vêtement comme la neige.

Mt 28,4. A cause de lui les gardes furent atterrés d'effroi, et devinrent comme morts.

Mt 28,5. Mais l'Ange, prenant la parole, dit aux femmes: Ne craignez point, vous; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié.

Mt 28,6. Il n'est point ici; car Il est ressuscité, comme Il l'avait dit. Venez, et voyez le lieu où le Seigneur avait été mis.

Mt 28,7. Et hâtez-vous d'aller dire à Ses disciples qu'Il est ressuscité, et voici qu'Il vous précède en Galilée; c'est là que vous Le verrez. Voici, je vous l'ai prédit.

Mt 28,8. Elles sortirent aussitôt du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à Ses disciples.

Mt 28,9. Et voici que Jésus vint au-devant d'elles, en disant: Je vous salue.Elles s'approchèrent, et embrassèrent Ses pieds et L'adorèrent.

Mt 28,10. Alors Jésus leur dit: Ne craignez point; allez, dites à Mes frères de partir pour la Galilée; c'est là qu'ils Me verront.

Mt 28,11. Lorsqu'elles furent parties, quelques-uns des gardes vinrent à la ville, et annoncèrent aux princes des prêtres tout ce qui s'était passé.

Mt 28,12. Ceux-ci s'étant assemblés avec les anciens, et ayant tenu conseil, donnèrent une forte somme d'argent aux soldats,

Mt 28,13. en leur disant: Dites: Ses disciples sont venus pendant la nuit, et ils L'ont enlevé tandis que nous dormions.

Mt 28,14. Et si le gouverneur l'apprend, nous le persuaderons, et nous vous mettrons à couvert.

Mt 28,15. Les soldats, ayant reçu l'argent, agirent d'après ces instructions; et ce bruit s'est répandu parmi les Juifs jusqu'à ce jour.

Mt 28,16. Or, les onze disciples s'en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait indiquée.

Mt 28,17. Et Le voyant, ils L'adorèrent; cependant, quelques-uns eurent des doutes.

Mt 28,18. Et Jésus, S'approchant, leur parla ainsi: Toute puissance M'a été donnée dans le Ciel et sur la terre.

Mt 28,19. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,

Mt 28,20. et leur enseignant à observer tout ce que Je vous ai commandé. Et voici que Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la consommation des siècles.

ÉVANGILE SELON SAINT MARC

CHAPITRE I

Mc 1,1. Commencement de l'Evangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu.

Mc 1,2. Selon qu'il est écrit dans le prophète Isaïe: Voici que J'envoie Mon Ange devant Ta face, et il préparera Ton chemin devant Toi;

Mc 1,3. voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droit Ses sentiers;

Mc 1,4. Jean était dans le désert, baptisant et prêchant le baptême de pénitence pour la rémission des péchés.

Mc 1,5. Et tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem venaient à lui; et ils étaient baptisés par lui dans le fleuve du Jourdain, confessant leurs péchés.

Mc 1,6. Or Jean était vêtu de poils de chameau, il avait une ceinture de cuir autour de ses reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Et il prêchait en disant:

Mc 1,7. Il vient après moi, Celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie de Ses sandales.

Mc 1,8. Moi, je vous ai baptisés dans l'eau; mais Lui, Il vous baptisera dans l'Esprit-Saint.

Mc 1,9. Or, il arriva qu'en ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, en Galilée, et Il fut baptisé par Jean dans le Jourdain.

Mc 1,10. Et soudain, comme Il sortait de l'eau, Il vit les cieux s'ouvrir, et l'Esprit, comme une colombe, descendre et s'arrêter sur Lui.

Mc 1,11. Et une voix se fit entendre des Cieux: Tu es Mon Fils bien-aimé; en Toi j'ai mis Mes complaisances.

Mc 1,12. Et aussitôt l'Esprit Le poussa dans le désert.

Mc 1,13. Il passa dans le désert quarante jours et quarante nuits, et Il était tenté par Satan, et Il était avec les bêtes sauvages, et les Anges Le servaient.

Mc 1,14. Mais, après que Jean eut été mis en prison, Jésus vint en Galilée, prêchant l'Evangile du royaume de Dieu,

Mc 1,15. et disant: Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche; faites pénitence, et croyez à l'Evangile.

Mc 1,16. Or, comme Il passait le long de la mer de Galilée, Il vit Simon et André, son frère, qui jetaient leurs filets dans la mer, car ils étaient pêcheurs.

Mc 1,17. Et Jésus leur dit: Suivez-Moi, et Je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes.

Mc 1,18. Et aussitôt, laissant leurs filets, ils Le suivirent.

Mc 1,19. De là, s'étant un peu avancé, Il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient aussi dans une barque, raccommodant leurs filets;

Mc 1,20. et aussitôt Il les appela. Et ayant laissé Zébédée, leur père, dans la barque avec les mercenaires, ils Le suivirent.

Mc 1,21. Ils entrèrent dans Capharnaüm; et aussitôt, le jour du sabbat, entrant dans la synagogue, Il les instruisait.

Mc 1,22. Et ils étaient frappés de Sa doctrine, car Il les instruisait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes.

Mc 1,23. Or, il y avait dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur, qui s'écria,

Mc 1,24. disant: Qu'y a-t-il entre nous et Vous, Jésus de Nazaareth? Etes-Vous venu pour nous perdre? Je sais qui Vous êtes le Saint de Dieu.

Mc 1,25. Et Jésus le menaça en disant: Tais-toi, et sors de cet homme.

Mc 1,26. Et l'esprit impur, l'agitant avec violence, et poussant un grand cri, sortit de lui.

Mc 1,27. Et tous furent dans l'admiration, de sorte qu'ils se demandaient entre eux: Qu'est-ce que ceci? Quelle est cette nouvelle doctrine? car Il commande avec empire même aux esprits impurs, et ils Lui obéissent.

Mc 1,28. Et Sa renommée se répandit aussitôt dans tout le pays de Galilée.

Mc 1,29. Et aussitôt, sortant de la synagogue, ils vinrent dans la maison de Simon et d'André, avec Jacques et Jean.

Mc 1,30. Or, la belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre, et aussitôt ils Lui parlèrent d'elle.

Mc 1,31. Et S'approchant, Il la souleva, la prenant par la main; et à l'instant la fièvre la quitta, et elle les servait.

Mc 1,32. Le soir venu, lorsque le soleil fut couché, on Lui amena tous les malades et les possédés du démon;

Mc 1,33. et toute la ville était rassemblée devant la porte.

Mc 1,34. Et Il en guérit beaucoup qui étaient tourmentés de diverses maladies, et Il chassa de nombreux démons, et Il ne leur permettait pas de dire qu'ils Le connaissaient.

Mc 1,35. S'étant levé de très grand matin, Il sortit et alla dans un lieu désert, et là Il priait.

Mc 1,36. Simon Le suivit, ainsi que ceux qui étaient avec lui.

Mc 1,37. Et quand ils L'eurent trouvé, ils Lui dirent: Tout le monde Vous cherche.

Mc 1,38. Et Il leur dit: Allons dans les villages voisins et dans les villes, afin que J'y prêche aussi; car c'est pour cela que Je suis venu.

Mc 1,39. Et Il prêcha dans leurs synagogues et dans toute la Galilée, et chassait les démons.

Mc 1,40. Or, un lépreux vint à Lui, Le suppliant; et fléchissant le genou, il Lui dit: Si Vous le voulez, Vous pouvez me guérir.

Mc 1,41. Jésus, ayant pitié de lui, étendit la main, le toucha, et lui dit: Je le veux, sois guéri.

Mc 1,42. Et lorsqu'Il eut dit cette parole, la lèpre le quitta aussitôt, et il fut guéri.

Mc 1,43. Jésus le menaça et le renvoya aussitôt,

Mc 1,44. en lui disant: Garde-toi de rien dire à personne; mais va, montre-toi au prince des prêtres, et offre pour ta guérison ce que Moïse a ordonné, afin que cela leur serve de témoignage.

Mc 1,45. Mais cet homme, étant parti, se mit à raconter et à publier la chose, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville; mais Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à Lui de toutes parts.

CHAPITRE II

Mc 2,1. Quelques jours après, Il entra de nouveau dans Capharnaüm;

Mc 2,2. et on apprit qu'Il était dans une maison, et il s'y rassembla un si grand nombre de personnes, que l'espace même qui était devant la porte ne pouvait les contenir; et Il leur prêchait la parole.

Mc 2,3. Alors quelques-uns vinrent, Lui amenant un paralytique, qui était porté par quatre hommes.

Mc 2,4. Et comme ils ne pouvaient le Lui présenter à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où Il était, et y ayant fait une ouverture, ils descendirent le grabat sur lequel le paralytique était couché.

Mc 2,5. Jésus, ayant vu leur foi, dit au paralytique: Mon fils, tes péchés te sont remis.

Mc 2,6. Or, il y avait là quelques scribes assis, qui pensaient dans leurs coeurs:

Mc 2,7. Pourquoi cet homme parle-t-Il ainsi? Il blasphème. Qui peut remettre les péchés, si ce n'est Dieu seul?

Mc 2,8. Jésus, connaissant aussitôt, par Son esprit, qu'ils pensaient ainsi en eux-mêmes, leur dit: Pourquoi avez-vous ces pensées dans vos coeurs?

Mc 2,9. Lequel est le plus aisé de dire au paralytique: Tes péchés te sont remis; ou de dire: Lève-toi, prends ton grabat, et marche?

Mc 2,10. Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés (Il dit au paralytique):

Mc 2,11. Je te l'ordonne, lève-toi, prends ton grabat, et va dans ta maison.

Mc 2,12. Et aussitôt il se leva, et ayant pris son grabat, il s'en alla en présence de tous, de sorte qu'ils furent tous dans l'admiration, et qu'ils rendaient gloire à Dieu, en disant: Jamais nous n'avons rien vu de semblable.

Mc 2,13. Jésus, étant de nouveau sorti du côté de la mer, toute la foule venait à Lui, et Il les enseignait.

Mc 2,14. Et tandis qu'Il passait, Il vit Lévi, fils d'Alphée, assis au bureau du péage, et Il lui dit: Suis-moi. Et se levant, il Le suivit.

Mc 2,15. Et il arriva que, comme Jésus était à table dans la maison de cet homme, beaucoup de publicains et de pécheurs étaient aussi assis à table avec Lui et avec Ses disciples; car il y en avait beaucoup qui Le suivaient.

Mc 2,16. Les scribes et les publicains, voyant qu'Il mangeait avec les publicains et les pécheurs, disaient à Ses disciples: Pourquoi votre Maître mange-t-Il et boit-Il avec les publicains et les pécheurs?

Mc 2,17. Ayant entendu cela, Jésus leur dit: Ce ne sont pas qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.

Mc 2,18. Or, les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient; et étant venus, ils Lui dirent: Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, tandis que Vos disciples ne jeûnent pas?

Mc 2,19. Jésus leur répondit: Les amis de l'époux peuvent-ils jeûner pendant que l'époux est avec eux? Aussi longtemps qu'ils ont l'époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner.

Mc 2,20. Mais les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ces jours-là.

Mc 2,21. Personne ne coud une pièce de drap neuf sur un vieux vêtement; autrement, la pièce de drap neuf emporte une partie du vieux, et la déchirure devient plus grande.

Mc 2,22. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement le vin rompra les outres, et le vin se répandra, et les outres seront perdues; mais le vin nouveau doit être mis dans des outres neuves.

Mc 2,23. Il arriva encore que, le Seigneur passant le long des blés un jour de sabbat, Ses disciples se mirent, chemin faisant, à arracher des épis.

Mc 2,24. Et les pharisiens Lui disaient: Voyez, pourquoi font-ils, le jour du sabbat, ce qui n'est pas permis?

Mc 2,25. Il leur dit: N'avez-vous jamais lu ce que fit David lorsqu'il fut dans le besoin, et qu'il eut faim, lui et ceux qui l'accompagnaient;

Mc 2,26, comment il entra dans la maison de Dieu, au temps du grand prêtre Abiathar, et mangea les pains de proposition, qu'il n'était permis qu'aux prêtres de manger, et en donna à ceux qui étaient avec lui?

Mc 2,27. Il leur disait encore: Le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat.

CHAPITRE III

Mc 3,1. Jésus entra de nouveau dans la synagogue, et il s'y trouvait un homme qui avait une main desséchée.

Mc 3,2. Et ils L'observaient, pour voir s'Il le guérirait le jour du sabbat, afin de L'accuser.

Mc 3,3. Et Il dit à l'homme qui avait une main desséchée: Lève-toi, là au milieu.

Mc 3,4. Puis Il leur dit: Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de du mal? de sauver la vie ou de l'ôter? Mais ils se taisaient.

Mc 3,5. Alors, promenant sur eux Ses regards avec colère, attristé de l'aveuglement de leur coeur, Il dit à l'homme: Etends ta main. Il l'étendit, et sa main lui fut rendue saine.

Mc 3,6. Les pharisiens, étant sortis, tinrent aussitôt conseil contre Lui avec les hérodiens, sur les moyens de Le perdre.

Mc 3,7. Mais Jésus Se retira avec Ses disciples vers la mer, et une foule nombreuse Le suivit, de la Galilée, et de la Judée,

Mc 3,8. et de Jérusalem, et de l'Idumée, et d'au delà du Jourdain; et ceux des environs de Tyr et de Sidon, ayant appris ce qu'Il faisait, vinrent en grand nombre auprès de Lui.

Mc 3,9. Et Il dit à Ses disciples de Lui tenir prête une barque, à cause de la foule, pour qu'Il n'en fût pas accablé.

Mc 3,10. Car, comme Il en guérissait beaucoup, tous ceux qui avaient quelque mal se jetaient sur Lui, pour Le toucher.

Mc 3,11. Et les esprits impurs, quand ils Le voyaient, se prosternaient devant Lui et criaient, en disant:

Mc 3,12. Vous êtes le Fils de Dieu. Et Il leur défendait, avec de sévères menaces, de Le faire connaître.

Mc 3,13. Il monta ensuite sur une montagne, et Il appela à Lui ceux que Lui-même voulut; et ils vinrent auprès de Lui.

Mc 3,14. Il en établit douze, pour les avoir avec Lui et pour les envoyer prêcher.

Mc 3,15. Et il leur donna le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons.

Mc 3,16. C'étaient: Simon, auquel Il donna le nom de Pierre;

Mc 3,17. Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, qu'Il nomma Boanergès, c'est-à-dire, Fils du tonnerre;

Mc 3,18. André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Thaddée, Simon le Cananéen,

Mc 3,19. et Judas Iscariote qui Le trahit.

Mc 3,20. Ils vinrent dans la maison, et la foule s'y rassembla de nouveau, de sorte qu'Il ne pouvait pas même manger du pain.

Mc 3,21. Ses proches, ayant appris cela, vinrent pour se saisir de Lui; car ils disaient: Il a perdu l'esprit.

Mc 3,22. Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem disaient: Il est possédé de Béelzébub, et c'est par le prince des démons qu'Il chasse les démons.

Mc 3,23. Jésus, les ayant appelés auprès de Lui, leur disait en paraboles: Comment Satan peut-il chasser Satan?

Mc 3,24. Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister.

Mc 3,25. Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister.

Mc 3,26. Si donc Satan se soulève contre lui-même, il est divisé, et il ne pourra subsister, mais sa puissance prendra fin.

Mc 3,27. Personne ne peut entrer dans la maison d'un homme fort et piller ses biens si, auparavant, il ne lie cet homme fort; alors il pillera sa maison.

Mc 3,28. En vérité, Je vous le dis, tous les péchés seront remis aux enfants des hommes, ainsi que les blasphèmes qu'ils auront proférés;

Mc 3,29. mais celui qui aura blasphémé contre l'Esprit-Saint n'obtiendra jamais de pardon, et il sera coupable d'un péché éternel.

Mc 3,30. Car ils disaient: Il est possédé d'un esprit impur.

Mc 3,31. Cependant Sa Mère et Ses frères survinrent, et se tenant dehors, ils L'envoyèrent appeler.

Mc 3,32. Or, la foule était assise autour de Lui; et on Lui dit: Voici que Votre Mère et Vos frères sont dehors, et Vous demandent.

Mc 3,33. Et Il leur répondit: Qui est Ma mère, et qui sont Mes frères?

Mc 3,34. Et promenant Ses regards sur ceux qui étaient assis autour de Lui, Il dit: Voici Ma mère et Mes frères.

Mc 3,35. Car quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est Mon frère, et Ma soeur, et Ma mère.

CHAPITRE IV

Mc 4,1. Il Se mit de nouveau à enseigner auprès de la mer; et une foule nombreuse se rassembla autour de Lui, de sorte qu'Il monta dans une barque et S'assit, sur la mer; et toute la foule était à terre, au bord de la mer.

Mc 4,2. Et Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et Il leur disait dans Son enseignement:

Mc 4,3. Ecoutez! Voici que le semeur sortit pour semer.

Mc 4,4. Et tandis qu'il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin; et les oiseaux du ciel vinrent et la mangèrent.

Mc 4,5. Une autre partie tomba dans des endroits pierreux, où elle n'avait pas beaucoup de terre, et elle leva aussitôt, parce que la terre n'avait pas de profondeur;

Mc 4,6. et lorsque le soleil se fut levé, elle fut brûlée, et comme n'avait pas de racines, elle sécha.

Mc 4,7. Une autre partie tomba dans les épines, et les épines montèrent et l'étouffèrent, et elle ne donna pas de fruit.

Mc 4,8. Une autre partie tomba dans une bonne terre, et elle donna du fruit qui montait et croissait, de sorte qu'un grain rapporta trente, un autre soixante, et un autre cent.

Mc 4,9. Et Il disait: Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Mc 4,10. Lorsqu'Il Se trouva seul, les douze qui étaient avec Lui L'interrogèrent sur cette parabole.

Mc 4,11. Et Il leur disait: A vous il a été donné de connaître le mystère du royaume de Dieu; mais pour ceux qui sont dehors, tout se passe en paraboles,

Mc 4,12. afin que, regardant, ils voient et ne voient pas, et qu'écoutant, ils écoutent et ne comprennent pas, de peur qu'ils ne se convertissent, et que leurs péchés ne leur soient pardonnés.

Mc 4,13. Il leur dit: Vous ne comprenez pas cette parabole? Comment donc comprendrez-vous toutes les paraboles?

Mc 4,14. Celui qui sème, sème la parole.

Mc 4,15. Il en est qui sont le long du chemin où la parole est semée, et lorsqu'ils l'ont entendue, Satan vient aussitôt, et enlève la parole qui avait été semée dans leurs coeurs.

Mc 4,16. Il en est d'autres, pareillement, qui reçoivent la semence en des endroits pierreux; quand ils entendent la parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie;

Mc 4,17. mais, n'ayant pas de racine en eux-mêmes, ils ne durent qu'un temps; et lorsqu'il survient une tribulation et une persécution à cause de la parole, ils sont aussitôt scandalisés.

Mc 4,18. Il en est d'autres qui reçoivent la semence parmi les épines: ce sont ceux qui écoutent la parole,

Mc 4,19. mais les sollicitudes du siècle, l'illusion des richesses et les autres convoitises, entrant en eux, étouffent la parole, et elle devient infructueuse.

Mc 4,20. Enfin, ceux qui ont reçu la semence dans une bonne terre sont ceux qui écoutent la parole, la reçoivent et portent du fruit, l'un trente pour un, l'autre soixante, et l'autre cent.

Mc 4,21. Il leur disait aussi: Est-ce qu'on apporte la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit? N'est-ce pas pour la mettre sur le candélabre?

Mc 4,22. Car il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, et rien ne se fait en secret qui ne doive paraître en public.

Mc 4,23. Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.

Mc 4,24. Il leur disait encore: Prenez garde à ce que vous entendrez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis envers les autres, et l'on y ajoutera pour vous.

Mc 4,25. Car on donnera à celui qui a déjà, et à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a.

Mc 4,26. Il disait aussi: Il en est du royaume de Dieu comme lorsqu'un homme jette de la semence en terre;

Mc 4,27. qu'il dorme ou qu'il se lève, la nuit et le jour, la semence germe et croît sans qu'il s'en aperçoive.

Mc 4,28. Car la terre produit d'elle-même, d'abord l'herbe, ensuite l'épi, puis le blé tout formé dans l'épi.

Mc 4,29. Et lorsque le fruit est mûr, aussitôt on y met la faucille, parce que c'est le temps de la moisson.

Mc 4,30. Il disait encore: A quoi comparerons-nous le royaume de Dieu? ou par quelle parabole le représenterons-nous?

Mc 4,31. Il est comme un grain de sénevé qui, lorsqu'on le sème dans la terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre;

Mc 4,32. mais, lorsqu'il a été semé, il monte, et devient plus grand que tous les légumes, et pousse de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent habiter sous son ombre.

Mc 4,33. Il leur exposait la parole par de nombreuses paraboles de ce genre, selon qu'ils étaient capables de l'entendre,

Mc 4,34. et Il ne leur parlait point sans paraboles; mais, en particulier, Il expliquait tout à Ses disciples.

Mc 4,35. Il leur dit en ce même jour, lorsque le soir fut venu: Passons sur l'autre bord.

Mc 4,36. Et ayant renvoyé la foule, ils L'emmenèrent avec eux dans la barque tel qu'Il était, et d'autres barques Le suivaient.

Mc 4,37. Et il s'éleva un grand tourbillon de vent, et les flots entraient dans la barque, de sorte qu'elle se remplissait.

Mc 4,38. Et Lui, Il dormait à la poupe, sur un coussin. Ils Le réveillent, et Lui disent: Maître, Vous est-il indifférent que nous périssions?

Mc 4,39. Alors, S'étant levé, Il menaça le vent, et dit à la mer: Tais-toi, calme-toi. Et le vent cessa, et il se fit un grand calme.

Mc 4,40. Puis Il leur dit: Pourquoi êtes-vous effrayés? N'avez-vous pas encore la foi? Et ils furent saisis d'une grande crainte; et ils se disaient l'un à l'autre: Quel est donc Celui-ci, à qui les vents et les mers obéissent?

CHAPITRE V

Mc 5,1. Ils arrivèrent de l'autre côté de la mer, au pays des Géraséniens.

Mc 5,2. Et comme Il sortait de la barque, tout à coup vint à Lui, sortant des sépulcres, un homme possédé d'un esprit impur,

Mc 5,3. qui avait sa demeure dans les sépulcres. Et personne ne pouvait plus le lier, même avec des chaînes;

Mc 5,4. car souvent il avait eu les fers aux pieds, et avait été lié de chaînes; mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne ne pouvait le dompter.

Mc 5,5. Il était sans cesse, jour et nuit, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant et se meurtrissant avec des pierres.

Mc 5,6. Ayant donc vu Jésus de loin, il accourut et L'adora;

Mc 5,7. et poussant un grand cri, il dit: Qu'y a-t-il entre Vous et moi, Jésus, Fils du Dieu Très-haut? Je vous en conjure au nom de Dieu, ne me tourmentez pas.

Mc 5,8. Car Jésus lui disait: Esprit impur, sors de cet homme.

Mc 5,9. Et Il lui demanda: Quel est ton nom? Il répondit: Mon nom est Légion, parce que nous sommes nombreux.

Mc 5,10. Et il Le priait avec instance de ne point les chasser du pays.

Mc 5,11. Or il y avait là, près de la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient.

Mc 5,12. Et les démons Le suppliaient, en disant: Envoyez-nous dans ces pourceaux, afin que nous y entrions.

Mc 5,13. Jésus le leur permit aussitôt; et les esprits impurs, sortant du possédé, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita avec impétuosité dans la mer. Il y en avait environ deux mille, et ils furent noyés dans la mer.

Mc 5,14. Ceux qui les faisaient paître s'enfuirent, et portèrent la nouvelle dans la ville et dans les champs. Et les gens sortirent pour voir ce qui était arrivé.

Mc 5,15. Ils vinrent auprès de Jésus, et virent celui qui avait été tourmenté par le démon, assis, vêtu, et dans son bon sens; et ils furent effrayés.

Mc 5,16. Ceux qui avaient vu ce qui s'était passé leur racontèrent ce qui était arrivé au possédé et aux pourceaux.

Mc 5,17. Et ils se mirent à prier Jésus de sortir de leur territoire.

Mc 5,18. Comme Il montait dans la barque, celui qui avait été tourmenté par le démon se mit à Lui demander de pouvoir rester avec Lui.

Mc 5,19. Mais Jésus ne l'accepta pas, et lui dit: Va dans ta maison, auprès des tiens, et annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi, et comment Il a eu pitié de toi.

Mc 5,20. Et il s'en alla, et se mit à publier dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui; et tous étaient dans l'admiration.

Mc 5,21. Jésus ayant de nouveau gagné l'autre rive sur la barque, une foule nombreuse s'assembla autour de Lui; et Il était au bord de la mer.

Mc 5,22. Alors vint un des chefs de synagogue, nommé Jaïre, qui, Le voyant, se jeta à Ses pieds,

Mc 5,23. et Le suppliait avec instance, en disant: Ma fille est à l'extrémité; venez, imposez-lui les mains, afin qu'elle guérisse et qu'elle vive.

Mc 5,24. Et Jésus alla avec lui; et une grande foule Le suivait et Le pressait.

Mc 5,25. Alors une femme, atteinte d'une perte de sang depuis douze ans,

Mc 5,26. qui avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, et qui avait dépensé tout son bien, et n'en avait éprouvé aucun soulagement, mais s'en trouvait encore plus mal,

Mc 5,27. ayant entendu parler de Jésus, vint dans la foule par derrière, et toucha Son vêtement.

Mc 5,28. Car elle disait: Si je puis seulement toucher Son vêtement, je serai guérie.

Mc 5,29. Et aussitôt la source du sang qu'elle perdait fut séchée, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de sa maladie.

Mc 5,30. Aussitôt Jésus, connaissant en Lui-même la vertu qui était sortie de Lui, Se tourna vers la foule, et dit: Qui a touché Mes vêtements?

Mc 5,31. Et Ses disciples Lui disaient: Vous voyez la foule qui Vous presse, et Vous dites: Qui M'a touché?

Mc 5,32. Et Il regardait tout autour, pour voir celle qui avait fait cela.

Mc 5,33. Mais la femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s'était passé en elle, vint se jeter à Ses pieds, et Lui dit toute la vérité.

Mc 5,34. Et Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal.

Mc 5,35. Comme Il parlait encore, survinrent des gens du chef de la synagogue, qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le Maître?

Mc 5,36. Mais Jésus, ayant entendu cette parole, dit au chef de la synagogue: Ne crains point, crois seulement.

Mc 5,37. Et Il ne permit à personne de Le suivre, si ce n'est à Pierre, à Jacques et à Jean, frère de Jacques.

Mc 5,38. Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, et Jésus voit le tumulte, et des personnes qui pleuraient et poussaient de grands cris.

Mc 5,39. Et étant entré, Il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés et pleurez-vous? La jeune fille n'est pas morte, mais elle dort.

Mc 5,40. Et ils se moquaient de Lui. Mais Lui, ayant fait sortir tout le monde, prend le père et la mère de l'enfant, et ceux qui étaient avec Lui, et Il entre au lieu où la jeune fille était couchée.

Mc 5,41. Et prenant la main de la jeune fille, Il lui dit: Talitha, cumi; ce qui signifie: Jeune fille (Je te l'ordonne), lève-toi.

Mc 5,42. Et aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent frappés d'une grande stupeur.

Mc 5,43. Et Il leur ordonna fortement que personne ne le sût, et Il dit de donner à manger à la jeune fille.

CHAPITRE VI

Mc 6,1. Etant sorti de là, Il alla dans Son pays, et Ses disciples Le suivaient.

Mc 6,2. Le jour du sabbat étant venu, Il Se mit à enseigner dans la synagogue; et beaucoup de ceux qui l'entendaient, étonnés de Sa doctrine, disaient: D'où Lui viennent toutes ces choses? Quelle est cette sagesse qui Lui a été donnée, et

Mc 6,d'où vient que de telles merveilles se font par Ses mains?

Mc 6,3. N'est-ce pas là le charpentier, fils de Marie, frère de Jacques, de Joseph, de Jude et de Simon? Et Ses soeurs ne sont-elles pas ici avec nous? Et ils se scandalisaient à Son sujet.

Mc 6,4. Et Jésus leur dit: Un prophète n'est sans honneur que dans sa patrie, et dans sa maison, et dans sa parenté.

Mc 6,5. Et Il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est qu'Il guérit un petit nombre de malades, en leur imposant les mains.

Mc 6,6. Il S'étonnait de leur incrédulité; et Il parcourait les villages d'alentour, en enseignant.

Mc 6,7. Alors Il appela les douze, et Il Se mit à les envoyer deux à deux, et Il leur donna puissance sur les esprits impurs.

Mc 6,8. Et Il leur commanda de ne rien prendre pour le chemin, si ce n'est un bâton seulement, ni sac, ni pain, ni argent dans leur bourse,

Mc 6,9. mais de chausser leurs sandales, et de ne pas revêtir deux tuniques.

Mc 6,10. Et Il leur disait: Dans quelque maison que vous entriez, demeurez-y jusqu'à ce que vous partiez de ce lieu;

Mc 6,11. et lorsqu'on ne voudra pas vous recevoir, ni vous écouter, sortez de là, et secouez la poussière de vos pieds, en témoignage contre eux.

Mc 6,12. Etant donc partis, ils prêchaient qu'on fît pénitence,

Mc 6,13. et ils chassaient de nombreux démons, et ils oignaient d'huile de nombreux malades et les guérissaient.

Mc 6,14. Or le roi Hérode entendit parler de Jésus, car Son nom était devenu célèbre; et il disait: Jean-Baptiste est ressuscité d'entre les morts, et c'est pour cela qu'il se fait par lui des miracles.

Mc 6,15. D'autres disaient: C'est Elie. D'autres encore disaient: C'est un prophète, comme l'un des anciens prophètes.

Mc 6,16. Ayant entendu cela, Hérode dit: Ce Jean, à qui j'ai fait trancher la tête, c'est lui qui est ressuscité d'entre les morts.

Mc 6,17. Car Hérode avait envoyé prendre Jean, et l'avait enchaîné en prison, à cause d'Hérodiade, femme de son frère Philippe, qu'il avait épousée.

Mc 6,18. Car Jean disait à Hérode: Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère.

Mc 6,19. Or Hérodiade tendait des pièges à Jean, et voulait le faire mourir; mais elle ne le pouvait pas,

Mc 6,20. Car Hérode craignait Jean, sachant qu'il était un homme juste et saint, et il le gardait, faisait beaucoup de choses selon ses avis, et l'écoutait volontiers.

Mc 6,2l. Mais il arriva un jour opportun: à l'anniversaire de sa naissance, Hérode donna un grand festin aux grands, aux officiers et aux principaux de la Galilée.

Mc 6,22. La fille d'Hérodiade étant entrée, et ayant dansé, et ayant plu à Hérode et à ceux qui étaient à table avec lui, le roi dit à la jeune fille: Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai.

Mc 6,23. Et il fit ce serment: Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, quand ce serait la moitié de mon royaume.

Mc 6,24. Elle, étant sortie, dit à sa mère: Que demanderai-je? Sa mère lui dit: La tête de Jean-Baptiste.

Mc 6,25. Et étant rentrée aussitôt en hâte auprès du roi, elle fit sa demande, en disant: Je veux que tu me donnes à l'instant sur un plat la tête de Jean-Baptiste.

Mc 6,26. Le roi fut attristé; mais, à cause de son serment et de ceux qui étaient à table avec lui, il ne voulut pas l'affliger par un refus.

Mc 6,27. Il envoya donc un de ses gardes, et lui ordonna d'apporter la tête de Jean sur un plat. Le garde le décapita dans la prison,

Mc 6,28. et il apporta sa tête sur un plat, et la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.

Mc 6,29. L'ayant appris, les disciples de Jean vinrent, et prirent son corps, et le mirent dans un sépulcre.

Mc 6,30. Or les Apôtres, revenant auprès de Jésus, Lui racontèrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigné.

Mc 6,31. Et Il leur dit: Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. Car ceux qui allaient et venaient étaient nombreux, et ils n'avaient pas même le temps de manger.

Mc 6,32. Montant donc dans une barque, ils se retirèrent à l'écart dans un lieu désert.

Mc 6,33. Mais beaucoup les virent partir et en eurent connaissance, et ils y accoururent à pied de toutes les villes, et arrivèrent avant eux.

Mc 6,34. Jésus, sortant de la barque, vit une foule nombreuse, et Il en eut compassion, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont point de pasteur, et Il Se mit à leur enseigner beaucoup de choses.

Mc 6,35. Comme l'heure était déjà fort avancée, Ses disciples s'approchèrent de Lui, en disant: ce lieu est désert, et il est déjà tard;

Mc 6,36. renvoyez-les, afin qu'ils aillent dans les villages et les bourgs voisins, et s'y achètent de quoi manger.

Mc 6,37. Il leur répondit: Donnez-leur vous-mêmes à manger. Ils Lui dirent: Irons-nous donc acheter pour deux cents deniers de pain, afin de leur donner à manger?

Mc 6,38. Et Il leur dit: Combien avez-vous de pains? Allez et voyez. Et lorsqu'ils s'en furent informés, ils dirent: Cinq, et deux poissons.

Mc 6,39. Alors Il leur commanda de les faire tous asseoir par groupes sur l'herbe verte.

Mc 6,40. Et ils s'assirent par troupes de cent et de cinquante.

Mc 6,41. Ayant pris les cinq pains et les deux poissons, levant les yeux au ciel, Il les bénit; puis Il rompit les pains, et les donna à Ses disciples, afin qu'ils les présentassent au peuple; Il partagea aussi les deux poissons entre tous.

Mc 6,42. Tous mangèrent, et furent rassasiés.

Mc 6,43. Et des morceaux de pain qui étaient restés, et des poissons, ils apportèrent douze corbeilles pleines.

Mc 6,44. Or ceux qui avaient mangé étaient au nombre de cinq mille hommes.

Mc 6,45. Aussitôt Il obligea Ses disciples de monter dans la barque, et de Le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïda, pendant qu'Il congédierait le peuple.

Mc 6,46. Et lorsqu'Il l'eut congédié, Il S'en alla sur la montagne, pour prier.

Mc 6,47. Le soir étant venu, la barque était au milieu de la mer, et Jésus était seul à terre.

Mc 6,48. Et voyant qu'ils avaient beaucoup de peine à ramer (car le vent leur était contraire), vers la quatrième veille de la nuit Il vint à eux, marchant sur la mer, et Il voulait les devancer.

Mc 6,49. Mais eux, Le voyant marcher sur la mer, crurent que c'était un fantôme, et ils poussèrent des cris.

Mc 6,50. Car ils Le virent tous, et furent épouvantés. Mais aussitôt Il leur parla et leur dit: Ayez confiance; c'est Moi, ne craignez point.

Mc 6,51. Il monta ensuite avec eux dans la barque, et le vent cessa. Et ils s'étonnaient de plus en plus en eux-mêmes;

Mc 6,52. car ils n'avaient pas compris le miracle des pains, parce que leur coeur était aveuglé.

Mc 6,53. Après avoir traversé la mer, ils vinrent au territoire de Génésareth, et y abordèrent.

Mc 6,54. Et lorsqu'ils furent sortis de la barque, les gens du pays reconnurent aussitôt Jésus;

Mc 6,55. et parcourant toute cette contrée, ils se mirent à apporter de tous côtés les malades sur des lits, partout où ils entendaient dire qu'Il était.

Mc 6,56. Et en quelque lieu qu'Il entrât, dans les bourgs, dans les villages ou dans les villes, on mettait les malades sur les places publiques, et on Le priait de leur laisser seulement toucher la frange de Son vêtement; et tous ceux qui Le touchaient étaient guéris.

CHAPITRE VII

Mc 7,1. Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem s'assemblèrent auprès de Jésus.

Mc 7,2. Et ayant vu quelques-uns de Ses disciples manger du pain avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées, ils les blâmèrent.

Mc 7,3. Car les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s'être souvent lavé les mains, gardant en cela la tradition des anciens.

Mc 7,4. Et lorsqu'ils reviennent de la place publique, ils ne mangent pas sans s'être lavés. Ils ont encore beaucoup d'autres traditions qu'ils observent, comme de laver les coupes, les vases de terre et d'airain, et les lits.

Mc 7,5. Les pharisiens et les scribes Lui demandèrent donc: Pourquoi Vos disciples n'observent-ils point la tradition des anciens, et mangent-ils du pain avec des mains impures?

Mc 7,6. Il leur répondit: Isaïe a bien prophétisé sur vous, hypocrites, ainsi qu'il est écrit: Ce peuple M'honore des lèvres, mais leur coeur est loin de Moi;

Mc 7,7. c'est en vain qu'ils M'honorent, enseignant des doctrines et des ordonnances humaines.

Mc 7,8. Car, laissant de côté le commandement de Dieu, vous observez la tradition des hommes, lavant les vases et les coupes, et faisant beaucoup d'autres choses semblables.

Mc 7,9. Et Il leur disait: Vous détruisez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.

Mc 7,10. Car Moïse a dit: Honore ton père et ta mère; et: Que celui qui maudira son père ou sa mère soit puni de mort.

Mc 7,11. Mais vous dites, vous: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Tout corban (c'est-à-dire, don) que je fais vous profitera,

Mc 7,12. vous ne le laissez rien faire de plus pour son père ou sa mère,

Mc 7,13. annulant la parole de Dieu par votre tradition que vous avez établie; et vous faites encore beaucoup d'autres choses semblables.

Mc 7,14. Alors, appelant de nouveau la foule, Il lui disait: Ecoutez-Moi tous, et comprenez.

Mc 7,15. Il n'y a rien au dehors de l'homme, qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l'homme, c'est là ce qui souille l'homme.

Mc 7,16. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Mc 7,17. Et lorsqu'Il fut entré dans une maison, loin de la foule, Ses disciples L'interrogèrent sur cette parabole.

Mc 7,18. Et Il leur dit: Est-ce ainsi que vous avez vous-mêmes si peu d'intelligence? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui, du dehors, entre dans l'homme, ne peut le souiller,

Mc 7,19. parce que cela n'entre pas dans son coeur, mais va dans son ventre, puis est rejeté dans le lieu secret, ce qui purifie tous les aliments?

Mc 7,20. Mais, disait-Il, ce qui sort de l'homme, c'est là ce qui souille l'homme.

Mc 7,21. Car c'est du dedans, du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les homicides,

Mc 7,22. les vols, l'avarice, les méchancetés, la fraude, les impudicités, l'oeil mauvais, le blasphème, l'orgueil, la folie.

Mc 7,23. Tous ces maux sortent du dedans, et souillent l'homme.

Mc 7,24. Partant de là, Il S'en alla sur les confins de Tyr et de Sidon; et étant entré dans une maison, Il voulait que personne ne le sût; mais Il ne put rester caché.

Mc 7,25. Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur, ayant entendu parler de Lui, entra aussitôt et se jeta à Ses pieds.

Mc 7,26. C'était une femme païenne, Syrophénicienne de nation. Et elle Le priait de chasser le démon de sa fille.

Mc 7,27. Mais Jésus lui dit: Laisse d'abord les enfants se rassasier; car il n'est pas bon de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux chiens.

Mc 7,28. Mais elle Lui répondit et Lui dit: C'est vrai, Seigneur; mais les petits chiens mangent sous la table les miettes des enfants.

Mc 7,29. Alors Il lui dit: A cause de cette parole, va; le démon est sorti de ta fille.

Mc 7,30. Et s'en étant allée dans sa maison, elle trouva la jeune fille couchée sur le lit; le démon était sorti.

Mc 7,31. Quittant de nouveau les confins de Tyr, Il vint par Sidon vers la mer de Galilée, en traversant le milieu de la Décapole.

Mc 7,32. Et on Lui amena un homme sourd et muet, et on Le suppliait de lui imposer les mains.

Mc 7,33. Alors Jésus, le tirant à part de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et lui toucha la langue avec Sa salive.

Mc 7,34. Et levant les yeux au Ciel, Il soupira, et lui dit: Ephphétha; c'est-à-dire: Ouvre-toi.

Mc 7,35. Et aussitôt ses oreilles furent ouvertes, et le lien de sa langue fut rompu, et il parlait distinctement.

Mc 7,36. Il leur défendit de le dire à personne. Mais plus Il le leur défendait, plus ils le publiaient,

Mc 7,37. et plus ils étaient saisis d'admiration, disant: Il a bien fait toutes choses; Il a fait entendre les sourds et parler les muets.

CHAPITRE VIII

Mc 8,1. En ces jours-là, comme la foule était de nouveau nombreuse et n'avait pas de quoi manger, Il appela Ses disciples, et leur dit:

Mc 8,2. J'ai compassion de cette foule, car voilà déjà trois jours qu'ils sont avec Moi, et ils n'ont pas de quoi manger;

Mc 8,3. et si Je les renvoie à jeun dans leurs maisons, les forces leur manqueront en chemin, car quelques-uns d'entre eux sont venus de loin.

Mc 8,4. Ses disciples Lui répondirent: Comment pourrait-on les rassasier de pain ici, dans le désert?

Mc 8,5. Et Il leur demanda: Combien avez-vous de pains? Ils Lui dirent: Sept.

Mc 8,6. Alors Il ordonna à la foule de s'asseoir par terre. Et prenant les sept pains, et ayant rendu grâces, Il les rompit, et les donna à Ses disciples pour les distribuer; et ils les distribuèrent à la foule.

Mc 8,7. Ils avaient encore quelques petits poissons; Il les bénit aussi, et les fit distribuer.

Mc 8,8. Ils mangèrent donc et furent rassasiés; et on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui étaient restés.

Mc 8,9. Or ceux qui mangèrent étaient environ quatre mille; et Il les renvoya.

Mc 8,10. Et aussitôt, montant dans une barque avec Ses disciples, Il alla dans le pays de Dalmanutha.

Mc 8,11. Les pharisiens survinrent, et se mirent à discuter avec Lui, Lui demandant un signe du Ciel, pour Le tenter.

Mc 8,12. Mais Jésus, gémissant dans Son coeur, dit: Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe? En vérité, Je vous le dis, il ne sera pas donné de signe à cette génération.

Mc 8,13. Et les renvoyant, Il monta de nouveau dans la barque, et passa sur l'autre rive.

Mc 8,14. Or ils avaient oublié de prendre des pains, et ils n'avaient qu'un seul pain avec eux dans la barque.

Mc 8,15. Comme Jésus leur donnait cet ordre: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et du levain d'Hérode,

Mc 8,16. ils raisonnaient et disaient entre eux: C'est parce que nous n'avons pas de pain.

Mc 8,17. Jésus, l'ayant connu, leur dit: Pourquoi pensez-vous que vous n'avez pas de pains? N'avez-vous encore ni sens ni intelligence? votre coeur est-il encore aveuglé?

Mc 8,18. Ayant des yeux, ne voyez-vous pas? et ayant des oreilles, n'entendez-vous pas? et n'avez-vous pas de mémoire?

Mc 8,19. Quand J'ai rompu les cinq pains pour cinq mille hommes, combien avez-vous emporté de corbeilles pleines de morceaux? Ils Lui dirent: Douze.

Mc 8,20. Et quand J'ai rompu les sept pains pour quatre mille hommes, combien avez-vous apporté de corbeilles pleines de morceaux? Ils Lui dirent: Sept.

Mc 8,21. Et Il leur disait: Comment ne comprenez-vous pas encore?

Mc 8,22. Ils vinrent à Bethsaïda, et on Lui amena un aveugle, et on Le priait de le toucher.

Mc 8,23. Ayant pris la main de l'aveugle, Il le conduisit hors du bourg; puis Il lui mit de la salive sur les yeux, et, lui ayant imposé les mains, Il lui demanda ce qu'il voyait.

Mc 8,24. Celui-ci, regardant, répondit: Je vois les hommes marcher, semblables à des arbres.

Mc 8,25. Jésus lui mit de nouveau les mains sur les yeux; et il commença à voir, et il fut si bien guéri qu'il voyait toutes choses distinctement.

Mc 8,26. Alors Il le renvoya dans sa maison, en disant: Va dans ta maison; et si tu entres dans le bourg, ne dis rien à personne.

Mc 8,27. Jésus S'en alla, avec Ses disciples, dans les villages de Césarée de Philippe; et Il interrogeait Ses disciples en chemin, en disant: Qui dit-on que Je suis?

Mc 8,28. Ils Lui répondirent: Jean-Baptiste; les autres, Elie; les autres, l'un des prophètes.

Mc 8,29. Alors Il leur dit: Mais vous, qui dites-vous que Je suis? Pierre, répondant, Lui dit: Vous êtes le Christ.

Mc 8,30. Et Il leur défendit avec menace de dire cela à personne.

Mc 8,31. Et Il commença à leur déclarer qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'Il fût rejeté par les anciens, par les princes des prêtres et par les scribes, qu'Il fût mis à mort et qu'Il ressuscitât après trois jours.

Mc 8,32. Et Il parlait de ces choses ouvertement. Alors Pierre, Le tirant à part, se mit à Le reprendre.

Mc 8,33. Mais Lui, Se retournant et regardant Ses disciples, réprimanda Pierre, en disant: Va derrière moi, Satan; car tu n'as pas le goût des choses de Dieu, mais des choses des hommes.

Mc 8,34. Et ayant appelé à Lui la foule, avec Ses disciples, Il leur dit: Si quelqu'un veut Me suivre, qu'il renonce à soi-même, et qu'il porte sa croix, et qu'il Me suive.

Mc 8,35. Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; mais celui qui la perdra à cause de Moi et de l'Evangile, la sauvera.

Mc 8,36. En effet, que servirait à l'homme de gagner le monde entier et de perdre son âme?

Mc 8,37. Ou que donnera l'homme en échange de son âme?

Mc 8,38. Car si quelqu'un rougit de Moi et de Mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme rougira aussi de lui, lorsqu'Il viendra dans la gloire de Son Père, avec les Anges saints.

Mc 8,39. Et Il leur disait: En vérité, Je vous le dis, il y en a quelques-uns de ceux qui sont ici, qui ne goûteront pas la mort, avant d'avoir vu le royaume de Dieu venir avec puissance.

CHAPITRE IX

Mc 9,1. Six jours après, Jésus prit Pierre, Jacques et Jean, et les conduisit seuls, à l'écart, sur une haute montagne; et Il fut transfiguré devant eux.

Mc 9,2. Ses vêtements devinrent resplendissants, et tout à fait blancs, comme la neige, tels qu'aucun foulon sur la terre n'en peut faire d'aussi blancs.

Mc 9,3. Elie et Moïse leur apparurent, et ils s'entretenaient avec Jésus.

Mc 9,4. Et Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Maître, il est bon pour nous d'être ici; faisons trois tentes, une pour Vous, une pour Moïse, et une pour Elie.

Mc 9,5. Car il ne savait pas ce qu'il disait, l'effroi les ayant saisis.

Mc 9,6. Il se forma une nuée, qui les couvrit; et une voix sortit de la nuée, disant: Celui-ci est Mon Fils bien-aimé; écoutez-Le.

Mc 9,7. Et aussitôt, regardant tout autour, ils ne virent plus personne, si ce n'est Jésus seul avec eux.

Mc 9,8. Et comme ils descendaient de la montagne, Il leur ordonna de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme fût ressuscité d'entre les morts.

Mc 9,9. Et ils tinrent cette parole secrète en eux-mêmes, se demandant entre eux ce que signifiait: Jusqu'à ce qu'Il fût ressuscité d'entre les morts.

Mc 9,10. Et ils L'interrogeaient, en disant: Pourquoi donc les pharisiens et les scribes disent-ils qu'il faut qu'Elie vienne d'abord?

Mc 9,11. Il leur répondit: Elie, lorsqu'il viendra d'abord, rétablira toutes choses, et comme il est écrit du Fils de l'homme, Il souffrira beaucoup et sera méprisé.

Mc 9,12. Mais Je vous dis qu'Elie est déjà venu (et ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu), selon qu'il a été écrit de lui.

Mc 9,13. Lorsqu'Il fut venu vers Ses disciples, Il vit une grande foule autour d'eux, et des scribes qui discutaient avec eux.

Mc 9,14. Et aussitôt tout le peuple, voyant Jésus, fut saisi d'étonnement et de frayeur; et étant accourus, ils Le saluaient.

Mc 9,15. Il leur demanda: Pourquoi discutez-vous ensemble?

Mc 9,16. Et un homme de la foule, prenant la parole, dit: Maître, je Vous ai amené mon fils, qui est possédé d'un esprit muet;

Mc 9,17. et en quelque lieu qu'il le saisisse, il le jette à terre, et l'enfant écume, grince des dents et se dessèche. J'ai dit à Vos disciples de le chasser, mais ils ne l'ont pu.

Mc 9,18. Jésus leur répondit: O génération incrédule, jusques à quand serai-Je avec vous? jusques à quand vous souffrirai-Je? Amenez-le-Moi.

Mc 9,19. Ils l'amenèrent; et aussitôt qu'il eut vu Jésus, l'esprit l'agita avec violence, et, jeté à terre, il se roulait en écumant.

Mc 9,20. Jésus demanda au père de l'enfant: Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? Il répondit: Depuis son enfance;

Mc 9,2l. et l'esprit l'a souvent jeté dans le feu et dans l'eau, pour le faire périr. Mais, si Vous pouvez quelque chose, secourez-nous, ayez pitié de nous.

Mc 9,22. Jêsus lui dit: Si tu peux croire, tout est possible à celui qui croit.

Mc 9,23. Et aussitôt le père de l'enfant s'écria, disant avec larmes: Je crois, Seigneur; aidez mon incrédulité.

Mc 9,24. Et Jésus, voyant accourir la foule, menaça l'esprit impur, et lui dit: Esprit sourd et muet, Je te l'ordonne, sors de cet enfant, et ne rentre plus en lui.

Mc 9,25. Alors l'esprit, poussant des cris et l'agitant avec violence, sortit, et l'enfant devint comme mort, de sorte que beaucoup disaient: Il est mort.

Mc 9,26. Mais Jésus, l'ayant pris par la main, le souleva, et il se leva.

Mc 9,27. Lorsque Jésus fut entré dans la maison, Ses disciples Lui demandaient en secret: Pourquoi n'avons-nous pas pu le chasser?

Mc 9,28. Il leur répondit: Cette sorte de démon ne peut se chasser que par la prière et par le jeûne.

Mc 9,29. Etant sorti de là, ils traversèrent la Galilée, et Il voulait que personne ne le sût.

Mc 9,30. Cependant Il instruisait Ses disciples, et leur disait: Le Fils de l'homme sera livré entre les mains des hommes, et ils Le feront mourir, et le troisième jour après Sa mort Il ressuscitera.

Mc 9,31. Mais ils ne comprenaient pas cette parole, et ils craignaient de L'interroger.

Mc 9,32. Ils vinrent à Capharnaüm; et lorsqu'ils furent dans la maison, Il leur demanda: Sur quoi discutiez-vous en chemin?

Mc 9,33. Mais ils se taisaient; car, en chemin, ils avaient discuté ensemble, pour savoir lequel d'entre eux était le plus grand.

Mc 9,34. Et S'étant assis, Il appela les douze et leur dit: Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.

Mc 9,35. Puis, prenant un enfant, Il le plaça au milieu d'eux; et après l'avoir embrassé, Il leur dit:

Mc 9,36. Quiconque reçoit en Mon nom un enfant comme celui-ci, Me reçoit; et quiconque Me reçoit, reçoit non pas Moi mais Celui qui M'a envoyé.

Mc 9,37. Alors Jean, prenant la parole, Lui dit: Maître, nous avons vu un homme qui chasse les démons en Votre nom, et il ne nous suit pas; et nous en l'avons empêché.

Mc 9,38. Mais Jésus dit: Ne l'en empêchez pas; car il n'y a personne qui, après avoir fait un miracle en Mon nom, puisse aussitôt après parler mal de Moi.

Mc 9,39. Qui n'est pas contre vous, est pour vous.

Mc 9,40. Et quiconque vous donnera un verre d'eau en Mon nom, parce que vous appartenez au Christ, en vérité, Je vous le dis, il ne perdra point sa récompense.

Mc 9,41. Mais si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en Moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui mît autour du cou une de ces meules que les ânes tournent, et qu'on le jeta dans la mer.

Mc 9,42. Et si ta main te scandalise, coupe-la; il vaut mieux pour toi entrer manchot dans la vie, que d'aller, ayant deux mains, dans la géhenne, dans le feu inextinguible,

Mc 9,43. là où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s'éteint pas.

Mc 9,44. Et si ton pied te scandalise, coupe-le; il vaut mieux pour toi entrer boiteux dans la vie éternelle, que d'être jeté, ayant deux pieds, dans la géhenne du feu inextinguible,

Mc 9,45. là où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s'éteint pas.

Mc 9,46. Et si ton oeil te scandalise, arrache-le; il vaut mieux pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu, que d'être jeté, ayant deux yeux, dans la géhenne de feu,

Mc 9,47. là où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s'éteint pas.

Mc 9,48. Car tous seront salés par le feu, comme toute victime est salée par le sel.

Mc 9,49. Le sel est bon; mais si le sel devient fade, avec quoi l'assaisonnerez-vous? Ayez du sel en vous, et ayez la paix entre vous.

CHAPITRE X

Mc 10,1. Jésus, étant parti de là, vint aux confins de la Judée, au delà du Jourdain; et de nouveau les foules s'assemblèrent auprès de Lui, et, selon Sa coutume, Il les instruisit de nouveau.

Mc 10,2. Et s'approchant, les pharisiens Lui demandèrent, pour Le tenter: Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme?

Mc 10,3. Mais Il leur répondit: Que vous a ordonné Moïse?

Mc 10,4. Ils dirent: Moïse a permis d'écrire un acte de divorce, et de la renvoyer.

Mc 10,5. Jésus leur répondit: C'est à cause de la dureté de votre coeur qu'il a écrit pour vous cette ordonnance.

Mc 10,6. Mais au commencement de la création, Dieu fit un homme et une femme.

Mc 10,7. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et il s'attachera à sa femme,

Mc 10,8. et ils seront deux dans une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.

Mc 10,9. Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare donc pas.

Mc 10,10. Dans la maison, Ses disciples L'interrogèrent encore sur le même sujet.

Mc 10,11. Et Il leur dit: Quiconque renvoie sa femme et en épouse une autre, commet un adultère à l'égard de celle-là.

Mc 10,12. Et si une femme renvoie son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère.

Mc 10,13. On Lui présentait de petits enfants, afin qu'Il les touchât; mais les disciples repoussaient durement ceux qui les présentaient.

Mc 10,14. Jésus, les voyant, en fut indigné, et leur dit: Laissez venir à Moi les petits enfants, et ne les empêchez pas; car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Mc 10,15. En vérité, Je vous le dis, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point.

Mc 10,16. Et les embrassant, et imposant les mains sur eux, Il les bénissait.

Mc 10,17. Comme Il Se mettait en chemin, quelqu'un accourut, et, fléchissant le genou devant Lui, il Lui demandait: Bon Maître, que ferai-je pour acquérir la vie éternelle?

Mc 10,18. Jésus lui dit: Pourquoi M'appelles-tu bon? Personne n'est bon, si ce n'est Dieu seul.

Mc 10,19. Tu connais les commandements: Ne commets pas l'adultère; Ne tue pas; Ne dérobe pas; Ne porte pas de faux témoignage; Ne fais tort à personne; Honore ton père et ta mère.

Mc 10,20. Il lui répondit: Maître, J'ai observé toutes ces choses depuis ma jeunesse.

Mc 10,21. Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit: Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le Ciel; puis viens et suis-Moi.

Mc 10,22. Mais lui, affligé de cette parole, s'en alla triste, car il avait de grands biens.

Mc 10,23. Alors Jésus, regardant autour de Lui, dit à Ses disciples: Qu'il est difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu!

Mc 10,24. Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Mais Jésus, reprenant, leur dit: Mes petits enfants, qu'il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d'entrer dans le royaume de Dieu!

Mc 10,25. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

Mc 10,26. Ils furent encore plus étonnés, et ils se disaient les uns les autres: Et qui donc peut être sauvé?

Mc 10,27. Jésus, les regardant, dit: Cela est impossible aux hommes, mais non pas à Dieu; car tout est possible à Dieu.

Mc 10,28. Alors Pierre se mit à Lui dire: Nous, voici que nous avons tout quitté, et que nous Vous avons suivi.

Mc 10,29. Jésus répondit: En vérité, Je vous le dis, personne ne quittera sa maison, ou ses frères, ou ses soeurs, ou son père, ou sa mère, ou ses enfants, ou ses champs, pour Moi et pour l'Evangile,

Mc 10,30. qu'il ne reçoive cent fois autant, maintenant, en ce temps présent, des maisons, des frères, des soeurs, des mères, des enfants et des champs, avec des persécutions, et, dans le siècle futur, la vie éternelle.

Mc 10,31. Mais beaucoup des premiers seront les derniers, et beaucoup des derniers les premiers.

Mc 10,32. Or ils étaient en chemin pour monter à Jérusalem; et Jésus marchait devant eux, et ils étaient troublés, et ils Le suivaient avec crainte. Et prenant de nouveau les douze à part, Il Se mit à leur dire ce qui devait Lui arriver:

Mc 10,33. Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux princes des prêtres, et aux scribes, et aux anciens; ils Le condamneront à mort, et ils Le livreront aux gentils;

Mc 10,34. et ils L'insulteront, et cracheront sur Lui, et Le flagelleront, et Le feront mourir; et Il ressuscitera le troisième jour.

Mc 10,35. Alors Jacques et Jean, fils de Zébédée, s'approchèrent de Lui, en disant: Maître, nous voulons que Vous fassiez pour nous tout ce que nous demanderons.

Mc 10,36. Mais Il leur dit: Que voulez-vous que Je fasse pour vous?

Mc 10,37. Et ils dirent: Accordez-nous d'être assis, l'un à Votre droite, et l'autre à Votre gauche, dans Votre gloire.

Mc 10,38. Mais Jésus leur répondit: Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que Je dois boire, ou être baptisé du baptême dont Je dois être baptisé?

Mc 10,39. Ils lui dirent: Nous le pouvons. Mais Jésus leur dit: Vous boirez, en effet, le calice que Je dois boire, et vous serez baptisés du baptême dont Je dois être baptisé;

Mc 10,40. mais, quant à être assis à Ma droite ou à Ma gauche, il ne M'appartient pas de vous le donner à vous, mais à ceux pour lesquels cela a été préparé.

Mc 10,41. Et les dix autres, entendant cela, commencèrent à s'indigner contre Jacques et Jean.

Mc 10,42. Mais Jésus, les appelant, leur dit: Vous savez que ceux qui sont regardés comme les chefs des nations les dominent, et que leurs princes ont puissance sur elles.

Mc 10,43. Il n'en est pas de même parmi vous; mais quiconque voudra devenir le plus grand, sera votre serviteur;

Mc 10,44. et quiconque voudra être le premier parmi vous, sera le serviteur de tous.

Mc 10,45. Car le Fils de l'homme Lui-même n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et pour donner Sa vie comme la rançon d'un grand nombre.

Mc 10,46. Ils vinrent ensuite à Jéricho; et, comme Il partait de Jéricho avec Ses disciples et une foule considérable, le fils de Timée, Bartimée l'aveugle, était assis sur le bord du chemin, demandant l'aumône.

Mc 10,47. Ayant appris que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier et à dire: Jésus, Fils de David, ayez pitié de moi.

Mc 10,48. Et beaucoup le menaçaient pour qu'il se tût; mais il criait bien plus fort: Fils de David, ayez pitié de moi.

Mc 10,49. Alors Jésus, S'arrêtant, ordonna qu'on l'appelât. Et ils appelèrent l'aveugle, en lui disant: Aie bon courage; lève-toi, Il t'appelle.

Mc 10,50. Ayant jeté son manteau, il vint en sautant vers Jésus.

Mc 10,51. Et Jésus, prenant la parole, lui dit: Que veux-tu que Je te fasse? L'aveugle Lui répondit: Rabboni, que je voie.

Mc 10,52. Jésus lui dit: Va, ta foi t'a sauvé. Et aussitôt il vit, et il suivait Jésus sur le chemin.

CHAPITRE XI

Mc 11,1. Comme ils approchaient de Jérusalem et de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, Il envoya deux de Ses disciples,

Mc 11,2. et Il leur dit: Allez au village qui est devant vous, et aussitôt que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel nul homme ne s'est encore assis; déliez-le, et amenez-le.

Mc 11,3. Et si quelqu'un vous dit: Que faites-vous? répondez: Le Seigneur en a besoin; et aussitôt on le laissera amener ici.

Mc 11,4. Etant donc allés, ils trouvèrent l'ânon attaché dehors, devant une porte, entre deux chemins, et ils le délièrent.

Mc 11,5. Quelques uns de ceux qui étaient là leur disaient: Que faites-vous? Pourquoi déliez-vous cet ânon?

Mc 11,6. Ils leur répondirent comme Jésus le leur avait ordonné; et ils le leur laissèrent emmener.

Mc 11,7. Ils amenèrent à Jésus l'ânon, sur lequel ils mirent leurs vêtements, et Il S'assit dessus.

Mc 11,8. Beaucoup étendirent leurs vêtements sur le chemin; d'autres coupaient des branches d'arbres, et les jetaient sur le chemin.

Mc 11,9. Et ceux qui marchaient devant, et ceux qui suivaient criaient, en disant: Hosanna!

Mc 11,10. Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur! Béni soit le règne de notre père David, qui arrive! Hosanna au plus haut des Cieux!

Mc 11,11. Jésus entra à Jérusalem dans le temple; et, après avoir regardé toutes choses, comme il était déjà tard, Il S'en alla à Béthanie avec les douze.

Mc 11,12. Le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, Il eut faim.

Mc 11,13. Et voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, Il alla voir s'Il y trouverait quelque chose; et, S'en étant approché, Il n'y trouva que des feuilles, car ce n'était pas le temps des figues.

Mc 11,14. Prenant la parole, Il lui dit: Que jamais personne ne mange de toi aucun fruit. Et Ses disciples l'entendirent.

Mc 11,15. Ils vinrent ensuite à Jérusalem, et Jésus, étant entré dans le temple, Se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; et Il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient des colombes.

Mc 11,16. Et Il ne permettait pas que personne transportât aucun objet à travers le temple.

Mc 11,17. Et Il enseignait, en leur disant: N'est-il pas écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

Mc 11,18. Ayant entendu cela, les princes des prêtres et les scribes cherchaient un moyen de Le faire mourir; car ils Le craignaient, parce que toute la foule était dans l'admiration au sujet de Sa doctrine.

Mc 11,19. Quand le soir fut venu, Il sortit de la ville.

Mc 11,20. Le matin, en passant, ils virent le figuier, desséché jusqu'à la racine.

Mc 11,21. Et Pierre, se ressouvenant, Lui dit: Maître, voici que le figuier que Vous avez maudit s'est desséché.

Mc 11,22. Jésus, prenant la parole, leur dit: Ayez foi en Dieu.

Mc 11,23. En vérité, Je vous le dis, quiconque dira à cette montagne: Ote-toi de là, et jette-toi dans la mer, s'il n'hésite pas dans son coeur, mais s'il croit que tout ce qu'il aura dit arrivera, il le verra arriver.

Mc 11,24. C'est pourquoi Je vous dis: Quoi que ce soit que vous demandiez en priant, croyez que vous le recevrez, et cela vous arrivera.

Mc 11,25. Et lorsque vous vous tiendrez debout pour prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, afin que votre Père qui est dans les Cieux vous pardonne aussi vos péchés.

Mc 11,27. Ils vinrent de nouveau à Jérusalem. Et comme Jésus Se promenait dans le temple, les princes des prêtres, les scribes et les anciens vinrent à Lui,

Mc 11,28. et Lui dirent: Par quelle autorité faites-Vous ces choses? et qui Vous a donné le pouvoir de les faire?

Mc 11,29. Jésus leur répondit: Je vous adresserai, Moi aussi, une question; répondez-Moi, et Je vous dirai par quelle autorité Je fais ces choses.

Mc 11,30. Le baptême de Jean était-il du Ciel ou des hommes? Répondez-Moi.

Mc 11,31. Mais ils raisonnaient en eux-mêmes, disant: Si nous répondons: Du Ciel, Il dira: Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui?

Mc 11,32. Si nous disons: Des hommes, nous avons à craindre le peuple; car tous regardaient Jean comme un vrai prophète.

Mc 11,33. Ils répondirent donc à Jésus: Nous ne savons. Et Jésus leur répliqua: Moi non plus, Je ne vous dirai point par quelle autorité Je fais ces choses.

CHAPITRE XII

Mc 12,1. Il se mit ensuite à leur parler en paraboles: Un homme planta une vigne, et l'entoura d'une haie, et creusa un pressoir, et bâtit une tour, et la loua à des vignerons, puis s'en alla dans un pays lointain.

Mc 12,2. Le temps venu, il envoya un serviteur aux vignerons, pour recevoir d'eux du fruit de la vigne.

Mc 12,3. Mais, l'ayant saisi, ils le battirent, et le renvoyèrent les mains vides.

Mc 12,4. Il leur envoya de nouveau un autre serviteur, et ils le blessèrent à la tête, et le chargèrent d'outrages.

Mc 12,5. Il en envoya de nouveau un autre, qu'ils tuèrent; puis plusieurs autres dont ils battirent les uns, et tuèrent les autres.

Mc 12,6. Enfin, ayant encore un fils unique, qui lui était très cher, il le leur envoya aussi en dernier lieu, disant: Ils respecteront mon fils.

Mc 12,7. Mais les vignerons dirent entre eux: Voici l'héritier; venez, tuons-le, et l'héritage sera à nous.

Mc 12,8. Et s'étant saisis de lui, ils le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne.

Mc 12,9. Que fera donc le maître de la vigne? Il viendra, et fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d'autres.

Mc 12,10. N'avez-vous pas lu cette parole de l'Ecriture: La pierre rejetée par ceux qui bâtissaient est devenue la tête de l'angle;

Mc 12,11. c'est le Seigneur qui a fait cela, et c'est une merveille à nos yeux?

Mc 12,12. Et ils cherchaient à s'emparer de Lui, mais ils craignirent la foule; car ils comprirent que c'était pour eux qu'Il avait dit cette parabole. Et L'ayant laissé, ils s'en allèrent.

Mc 12,13. Ils envoyèrent auprès de Lui quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, pour Le surprendre dans Ses paroles.

Mc 12,14. Et ils vinrent Lui dire: Maître, nous savons que Vous êtes véridique, et que Vous n'avez souci de qui que ce soit; car Vous ne considérez point l'apparence des personnes, mais Vous enseignez la voie de Dieu selon la vérité. Est-il permis de payer le tribut à César, ou ne le payerons-nous pas?

Mc 12,15. Connaissant leur hypocrisie, Il leur dit: Pourquoi Me tentez-vous? Apportez-moi un denier, afin que Je le voie.

Mc 12,16. Ils lui en apportèrent un. Et Il leur dit: De qui est cette image et cette inscription? Ils Lui dirent: De César.

Mc 12,17. Jésus leur répondit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Et ils étaient dans l'étonnement à Son sujet.

Mc 12,18. Alors les saduccéens, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, vinrent auprès de Lui, et ils L'interrogeaient, en disant:

Mc 12,19. Maître, Moïse a écrit pour nous que, si un homme meurt, laissant sa femme sans enfants, son frère doit épouser cette femme, et susciter une postérité à son frère.

Mc 12,20. Or il y avait sept frères; et le premier prit une femme, et mourut sans laisser de postérité.

Mc 12,21. Le second la prit ensuite, et mourut, et ne laissa pas non plus de postérié. Et le troisième de même.

Mc 12,22. Et les sept la prirent pareillement, et ne laissèrent pas de postérité. La femme mourut aussi, la dernière de tous.

Mc 12,23. A la résurrection, lorsqu'ils seront ressuscités, duquel d'entre eux sera-t-elle la femme? car tous les sept l'ont eue pour femme.

Mc 12,24. Et Jésus leur répondit: N'êtes-vous pas dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu?

Mc 12,25. Car, lorsqu'ils seront ressuscités d'entre les morts, les hommes ne prendront pas de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les Anges dans le Ciel.

Mc 12,26. Et quant à la resurrection des morts, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, à l'endroit du buisson, ce que Dieu lui dit: Je suis le Dieu d'Abraham, et le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob?

Mc 12,27. Or Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes donc dans une grande erreur.

Mc 12,28. Alors s'approcha un des scribes, qui les avait entendus disputer, et voyant que Jésus leur avait bien répondu, il Lui demanda quel était le premier de tous les commandements.

Mc 12,29. Jésus lui répondit: Le premier de tous les commandements est celui-ci: Ecoute, Israël; le Seigneur ton Dieu est le Dieu unique;

Mc 12,30. et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, et de toute ton âme, et de tout ton esprit, et de toute ta force. C'est là le premier commandement.

Mc 12,31. Le second lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.

Mc 12,32. Le scribe lui dit: Bien, Maître; Vous avez dit avec vérité qu'il n'y a qu'un seul Dieu, et qu'il n'y en a pas d'autre que Lui,

Mc 12,33. et qu'on doit L'aimer de tout son coeur, et de tout son esprit, et de toute son âme, et de toute sa force, et qu'aimer le prochain comme soi-même est quelque chose de plus grand que tous les holocaustes et les sacrifices.

Mc 12,34. Jésus, voyant qu'il avait sagement répondu, lui dit: Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus Lui adresser de question.

Mc 12,35. Mais Jésus, enseignant dans le temple, disait: Comment les scribes disent-ils que le Christ est le fils de David?

Mc 12,36. Car David lui-même a dit par le Saint-Esprit: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-Toi à Ma droite, jusqu'à ce que Je fasse de Tes ennemis l'escabeau de Tes pieds?

Mc 12,37. Ainsi, David lui-même L'appelle Seigneur; comment donc est-Il son fils? La foule, qui était nombreuse, L'écoutait avec plaisir.

Mc 12,38. Et Il leur disait dans Son enseignement: Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener vêtus de longues robes, et à être salués sur la place publique;

Mc 12,39. à occuper les premières chaires dans les synagogues et les premières places dans les festins;

Mc 12,40. qui dévorent les maisons des veuves, sous prétexte de longues prières: ils subiront un jugement plus prolongé.

Mc 12,41. Après cela Jésus, S'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y jetait de l'argent; et beaucoup de riches en jetaient beaucoup.

Mc 12,42. Il vint aussi une pauvre veuve, qui y mit deux petites pièces, valant le quart d'un as.

Mc 12,43. Alors Jésus, appelant Ses disciples, leur dit: En vérité, Je vous le dis, cette pauvre veuve a plus donné que tous ceux qui ont mis dans le tronc.

Mc 12,44. Car tous ont mis de leur superflu; mais elle a donné, de son indigence même, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre.

CHAPITRE XIII

Mc 13,1. Comme Il sortait du temple, un des disciples Lui dit: Maître, regardez quelles pierres et quelles constructions.

Mc 13,2. Jésus, répondant, lui dit: Tu vois tous ces grands édifices? Il n'en restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée.

Mc 13,3. Et comme ils étaient assis sur la montagne des Oliviers, en face du temple, Pierre, Jacques, Jean et André Lui demandèrent en particulier:

Mc 13,4. Dites-nous quand cela arrivera, et quel signe il y aura quand toutes ces choses commenceront à s'accomplir.

Mc 13,5. Et Jésus, leur répondant, Se mit à dire: Prenez garde que personne ne vous séduise.

Mc 13,6. Car beaucoup viendront sous Mon nom, disant: C'est Moi le Christ; et ils séduiront beaucoup de monde.

Mc 13,7. Quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne craignez point; car il faut que ces choses arrivent, mais ce ne sera pas encore la fin.

Mc 13,8. Car on verra se soulever nation contre nation et royaume contre royaume, et il y aura des tremblements de terre en divers lieux, et des famines. Ce sera là le commencement des douleurs.

Mc 13,9. Pour vous, prenez garde à vous-mêmes; car on vous livrera aux tribunaux et vous serez battus dans les synagogues, et vous comparaîtrez devant les gouverneurs et devant les rois à cause de Moi, pour Me rendre témoignage devant eux.

Mc 13,10. Il faut auparavant que l'Evangile soit prêché à toutes les nations.

Mc 13,11. Et lorsqu'on vous emmènera pour vous livrer, ne pensez pas d'avance à ce que vous direz; mais dites ce qui vous sera inspiré à l'heure même, car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit-Saint.

Mc 13,12. Alors le frère livrera son frère à la mort, et le père son fils; les enfants s'élèveront contre leurs parents, et les feront mourir.

Mc 13,13. Et vous serez haïs de tout le monde à cause de Mon nom; mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

Mc 13,14. Or, quand vous verrez l'abomination de la désolation établie là où elle ne doit pas être (que celui qui lit entende), alors que tous ceux qui sont dans la Judée s'enfuient sur les montagnes;

Mc 13,15. que celui qui sera sur le toit ne descende pas dans sa maison, et n'y entre pas pour en emporter quelque chose;

Mc 13,16. et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son vêtement.

Mc 13,17. Malheur aux femmes qui seront enceintes ou qui allaiteront en ces jours-là!

Mc 13,18. Priez pour que ces choses n'arrivent pas en hiver.

Mc 13,19. Car les tribulations de ces jours seront telles, qu'il n'y en a pas eu de semblables depuis le commencement du monde que Dieu a créé, jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

Mc 13,20. Et si le Seigneur n'avait abrégé ces jours, aucune chair n'aurait été sauvée; mais, à cause des élus qu'Il a choisis, Il a abrégé ces jours.

Mc 13,21. Et alors, si quelqu'un vous dit: Voici que le Christ est ici, voici qu'Il est là; ne le croyez point.

Mc 13,22. Car il s'élèvera de faux christs et de faux prophètes, qui feront des prodiges et des miracles pour séduire, s'il était possible, les élus eux-mêmes.

Mc 13,23. Vous donc, prenez garde; voici que Je vous ai tout prédit.

Mc 13,24. Mais en ces jours-là, après cette tribulation, le soleil s'obscurcira, et la lune ne donnera plus sa lumière;

Mc 13,25. les étoiles du ciel tomberont, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.

Mc 13,26. Et alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées, avec une grande puissance et une grande gloire.

Mc 13,27. Et alors Il enverra Ses Anges, et Il rassemblera Ses élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel.

Mc 13,28. Apprenez une comparaison tirée du figuier. Lorsque ses branches sont déjà tendres et que ses feuilles viennent de naître, vous savez que l'été est proche;

Mc 13,29. de même, lorsque vous verrez ces choses arriver, sachez que c'est proche, à la porte.

Mc 13,30. En vérité, Je vous le dis, cette génération ne passera point, que toutes ces choses n'arrivent.

Mc 13,31. Le ciel et la terre passeront, mais Mes paroles ne passeront point.

Mc 13,32. Quant à ce jour ou à cette heure nul ne sait rien, ni les Anges dans le Ciel, ni le Fils, mais le Père seul.

Mc 13,33. Prenez garde, veillez et priez, car vous ne savez quand ce temps viendra.

Mc 13,34. Il en sera comme d'un homme qui, s'en allant au loin, laisse sa maison et remet l'autorité à ses serviteurs, marquant à chacun sa tâche, et ordonne au portier de veiller.

Mc 13,35. Veillez donc, car vous ne savez pas quand viendra le maître de la maison, si ce sera le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin;

Mc 13,36. de peur que, survenant tout à coup, il ne vous trouve endormis.

Mc 13,37. Ce que Je vous dis, Je le dis à tous: Veillez.

CHAPITRE XIV

Mc 14,1. Or, deux jours après, c'étaient la Pâque et les Azymes, et les princes des prêtres et les scribes cherchaient comment ils se saisiraient de Jésus par ruse, et Le feraient mourir.

Mc 14,2. Mais ils disaient: Que ce ne soit pas le jour de la fête, de peur qu'il ne s'élève quelque tumulte parmi le peuple.

Mc 14,3. Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, et qu'Il était à table, une femme entra, portant un vase d'albâtre plein d'un parfum précieux, de nard d'épi, et ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Jésus.

Mc 14,4. Or il y en avait là quelques-uns qui s'indignèrent en eux-mêmes, et qui disaient: A quoi bon perdre ainsi ce parfum?

Mc 14,5. Car on pouvait vendre ce parfum plus de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils s'irritaient contre elle.

Mc 14,6. Mais Jésus dit: Laissez-la; pourquoi lui faites-vous de la peine? Elle a fait une bonne oeuvre à Mon égard.

Mc 14,7. Car vous avez toujours des pauvres avec vous, et quand vous voudrez, vous pourrez leur faire du bien; mais Moi, vous ne M'aurez pas toujours.

Mc 14,8. Ce qu'elle a pu, elle l'a fait; elle a d'avance embaumé Mon corps pour la sépulture.

Mc 14,9. En vérité, Je vous le dis, partout où sera prêché cet Evangile, dans le monde entier, on racontera aussi, en mémoire de cette femme, ce qu'elle a fait.

Mc 14,10. Alors Judas Iscariote, l'un des douze, s'en alla vers les princes des prêtres, pour leur livrer Jésus.

Mc 14,11. Après l'avoir entendu, ils se réjouirent, et promirent de lui donner de l'argent. Et il cherchait une occasion favorable pour Le livrer.

Mc 14,12. Le premier jour des Azymes, où on immolait la pâque, les disciples Lui dirent: Où voulez-Vous que nous allions Vous préparer ce qu'il faut pour manger la pâque?

Mc 14,13. Et Il envoya deux de Ses disciples, et leur dit: Allez à la ville, et vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau; suivez-le,

Mc 14,14. et en quelque lieu qu'il entre, dites au maître de la maison: Le Maître dit: Où est le lieu où Je pourrai manger la pâque avec Mes disciples?

Mc 14,15. Et il vous montrera une grande chambre haute, toute meublée; là faites-nous les préparatifs.

Mc 14,16. Ses disciples s'en allèrent donc et vinrent dans la ville; et ils trouvèrent les choses comme Il le leur avait dit, et ils préparèrent la pâque.

Mc 14,17. Le soir étant venu, Il Se rendit là avec les douze.

Mc 14,18. Et tandis qu'ils étaient à table et qu'ils mangeaient, Jésus dit: En vérité, Je vous le dis: l'un de vous qui mange avec Moi Me trahira.

Mc 14,19. Ils commencèrent à s'attrister, et à Lui dire l'un après l'autre: Est-ce moi?

Mc 14,20. Il leur répondit: C'est l'un des douze, qui met avec Moi la main au plat.

Mc 14,21. Pour le Fils de l'homme, Il S'en va selon ce qui a été écrit de Lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi! Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne fût pas né.

Mc 14,22. Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, et l'ayant béni, Il le rompit et le leur donna, en disant: Prenez, ceci est Mon corps.

Mc 14,23. Et ayant pris le calice et rendu grâces, Il le leur donna, et ils en burent tous.

Mc 14,24. Et Il leur dit: Ceci est Mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour un grand nombre.

Mc 14,25. En vérité, Je vous le dis, désormais Je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'au jour où J'en boirai du nouveau dans le royaume de Dieu.

Mc 14,26. Et après avoir dit l'hymne, ils s'en allèrent à la montagne des Oliviers.

Mc 14,27. Et Jésus leur dit: Vous serez tous scandalisés cette nuit à Mon sujet, car il est écrit: Je frapperai le pasteur, et les brebis seront dispersées.

Mc 14,28. Mais, après que Je serai ressuscité, Je vous précéderai en Galilée.

Mc 14,29. Or Pierre lui dit: Quand tous seraient scandalisés à Votre sujet, je ne le serai pas.

Mc 14,30. Et Jésus lui dit: En vérité, Je te le dis, aujourd'hui, pendant cette nuit, avant que le coq ait chanté deux fois, tu Me renieras trois fois.

Mc 14,31. Mais Pierre insistait encore davantage: Quand il me faudrait mourir avec Vous, je ne Vous renierai pas. Et tous disaient la même chose.

Mc 14,32. Ils allèrent ensuite dans une propriété appelée Gethsémani. Et Il dit à Ses disciples: Asseyez-vous ici, pendant que Je prierai.

Mc 14,33. Et Il prit avec Lui Pierre, Jacques et Jean, et Il commença à être saisi de frayeur et d'angoisse.

Mc 14,34. Et Il leur dit: Mon âme est triste jusqu'à la mort; demeurez ici, et veillez.

Mc 14,35. Et S'étant avancé un peu, Il Se prosterna contre terre, et Il priait pour que, s'il était possible, cette heure s'éloignât de Lui.

Mc 14,36. Et Il dit: Abba, Père, tout Vous est possible; transportez ce calice loin de Moi; toutefois, non pas ce que Je veux, mais ce que Vous voulez.

Mc 14,37. Il vint vers les disciples, et Il les trouva endormis. Et il dit à Pierre: Simon, tu dors? Tu n'as pas pu veiller une heure?

Mc 14,38. Veillez et priez, afin que vous n'entriez point en tentation. L'esprit est prompt, mais la chair est faible.

Mc 14,39. Et, S'en allant de nouveau, Il pria, redisant les mêmes paroles.

Mc 14,40. Et étant venu, Il les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis de sommeil, et ils ne savaient que Lui répondre.

Mc 14,41. Il revint pour la troisième fois, et Il leur dit: Dormez maintenant et reposez-vous. C'est assez, l'heure est venue; voici que le Fils de l'homme va être livré aux mains des pécheurs.

Mc 14,42. Levez-vous, allons; voici que celui qui Me livrera est proche.

Mc 14,43. Et comme Il parlait encore, Judas Iscariote, l'un des douze, vint, et avec lui une grande foule, armée d'épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres, et les scribes, et les anciens.

Mc 14,44. Or celui qui Le trahissait leur avait donné ce signal, en disant: Celui que je baiserai, c'est Lui; saisissez-Le, et emmenez-Le avec précaution.

Mc 14,45. Etant donc arrivé, il s'approcha aussitôt de Jésus, et dit: Maître, je Vous salue. Et il Le baisa.

Mc 14,46. Alors ils mirent les mains sur Jésus, et Le saisirent.

Mc 14,47. Un de ceux qui étaient présents, tirant son épée, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l'oreille.

Mc 14,48. Jésus, prenant la parole, leur dit: Vous êtes venus, comme contre un voleur, armés d'épées et de bâtons, pour Me prendre.

Mc 14,49. Tous les jours J'étais au milieu de vous, enseignant dans le temple, et vous ne M'avez point arrêté; mais c'est pour que les Ecritures soient accomplies.

Mc 14,50. Alors Ses disciples, L'abandonnant, s'enfuirent tous.

Mc 14,51. Cependant un jeune homme Le suivait, couvert seulement d'un drap, et ils le saisirent.

Mc 14,52. Mais lui, rejetant le drap, s'enfuit nu de leurs mains.

Mc 14,53. Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre, où s'assemblèrent tous les prêtres, les scribes et les anciens.

Mc 14,54. Pierre Le suivit de loin, jusque dans la cour du grand prêtre, et il s'assit auprès du feu avec les serviteurs, et il se chauffait.

Mc 14,55. Cependant les princes des prêtres et tout le conseil cherchaient un témoignage contre Jésus pour Le faire mourir; et ils n'en trouvaient point.

Mc 14,56. Car beaucoup rendaient de faux témoignages contre Lui; mais les témoignages ne s'accordaient pas.

Mc 14,57. Quelques-uns, se levant, portèrent un faux témoignage contre Lui, en disant:

Mc 14,58. Nous L'avons entendu dire: Je détruirai ce temple, fait de main d'homme, et en trois jours J'en bâtirai un autre, qui ne sera pas fait de main d'homme.

Mc 14,59. Mais leur témoignage ne concordait pas.

Mc 14,60. Alors le grand prêtre, se levant au milieu de l'assemblée, interrogea Jésus, en disant: Tu ne réponds rien à ce que ces hommes déposent contre Toi?

Mc 14,61. Mais Jésus Se taisait, et Il ne répondit rien. Le grand prêtre L'interrogea de nouveau, et Lui dit: Es-Tu le Christ, le Fils du Dieu béni?

Mc 14,62. Jésus lui répondit: Je le suis; et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

Mc 14,63. Alors le grand prêtre, déchirant ses vêtements, dit: Qu'avons-nous encore besoin de témoins?

Mc 14,64. Vous avez entendu le blasphème; que vous en semble? Tous Le condamnèrent comme méritant la mort.

Mc 14,65. Alors quelques-uns commencèrent à cracher sur Lui, et à Lui voiler le visage, et à Le frapper à coups de poing, et à Lui dire: Prophétise. Et les valets Le meurtrissaient de soufflets.

Mc 14,66. Tandis que Pierre était en bas dans la cour, une des servantes du grand prêtre survint;

Mc 14,67. et ayant vu Pierre qui se chauffait, elle le regarda, et dit: Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth.

Mc 14,68. Mais il le nia, en disant: Je ne sais pas et je ne comprends pas ce que tu dis. Et il sortit dehors, devant la cour, et le coq chanta.

Mc 14,69. La servante, l'ayant vu de nouveau, se mit à dire à ceux qui étaient présents: Celui-ci est un d'entre eux.

Mc 14,70. Mais il le nia de nouveau. Et peu après, ceux qui étaient présents dirent encore à Pierre: Certainement tu es un d'entre eux, car tu es aussi Galiléen.

Mc 14,71. Il se mit alors à faire des imprécations, et à dire avec serment: Je ne connais pas cet homme dont vous parlez.

Mc 14,72. Et aussitôt le coq chanta de nouveau. Et Pierre se souvint de la parole que Jésus lui avait dite: Avant que le coq chante deux fois, tu Me renieras trois fois. Et il se mit à pleurer.

CHAPITRE XV

Mc 15,1. Dès le matin, les princes des prêtres, ayant délibéré avec les anciens, et les scribes, et tout le conseil, lièrent Jésus, L'emmenèrent, et Le livrèrent à Pilate.

Mc 15,2. Et Pilate L'interrogea: Es-Tu le roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis.

Mc 15,3. Les princes des prêtres L'accusèrent de beaucoup de choses.

Mc 15,4. Pilate L'interrogea de nouveau, en disant: Tu ne réponds rien? Vois de combien de choses ils T'accusent.

Mc 15,5. Mais Jésus ne répondit plus rien, de sorte que Pilate était étonné.

Mc 15,6. Or, le jour de la fête, il avait coutume de leur délivrer un des prisonniers, celui qu'ils demandaient.

Mc 15,7. Il y en avait un, nommé Barabbas, qui avait été emprisonné avec des séditieux, pour un meutre qu'il avait commis dans une émeute.

Mc 15,8. La foule, étant montée, se mit à réclamer ce qu'il leur accordait toujours.

Mc 15,9. Pilate leur répondit, et dit: Voulez-vous que je vous délivre le Roi des Juifs?

Mc 15,10. Car il savait que c'était par envie que les princes des prêtres L'avaient livré.

Mc 15,11. Mais les pontifes excitèrent la foule à demander qu'il délivrât plutôt Barabbas.

Mc 15,12. Pilate, prenant de nouveau la parole, leur dit: Que voulez-vous donc que je fasse du Roi des Juifs?

Mc 15,13. Mais ils crièrent de nouveau: crucifie-Le.

Mc 15,14. Pilate, cependant, leur disait: Mais quel mal a-t-Il fait? Et ils criaient encore plus fort: Crucifie-Le.

Mc 15,15. Pilate, voulant satisfaire le peuple, leur remit Barabbas, et après avoir fait flagellé Jésus, il Le livra pour être crucifié.

Mc 15,16. Alors les soldats Le conduisirent dans la cour du prétoire; puis ils rassemblent toute la cohorte.

Mc 15,17. Ils Le revêtent de pourpre, et Lui mettent sur la tête une couronne d'épines qu'ils avaient tressée.

Mc 15,18. Ils se mirent ensuite à Le saluer: Salut, Roi des Juifs.

Mc 15,19. Ils Lui frappaient la tête avec un roseau, et crachaient sur Lui, et fléchissant les genoux, ils L'adoraient.

Mc 15,20. Après s'être moqués de Lui, ils Lui ôtèrent la pourpre, et Lui remirent ses vêtements; puis ils L'emmenèrent pour Le crucifier.

Mc 15,21. Et ils contraignirent un certain Simon de Cyrène, père d'Alexandre et de Rufus, qui passait par là en revenant des champs, de porter la croix de Jésus.

Mc 15,22. Ils Le conduisirent ainsi au lieu appelé Golgotha; ce qui signifie: lieu du Calvaire.

Mc 15,23. Et ils Lui donnaient à boire du vin mêlé de myrrhe; mais Il n'en prit pas.

Mc 15,24. Après L'avoir crucifié, ils partagèrent Ses vêtements, tirant au sort ce que chacun en apporterait.

Mc 15,25. C'était la troisième heure quand ils Le crucifièrent.

Mc 15,26. Et l'inscription qui indiquait la cause de Sa condamnation portait: Le Roi des Juifs.

Mc 15,27. Ils crucifièrent avec Lui deux voleurs, l'un à Sa droite, et l'autre à Sa gauche.

Mc 15,28. Ainsi fut accomplie cette parole de l'Ecriture: Il a été rangé parmi les criminels.

Mc 15,29. Les passants Le blasphémaient, branlant la tête, et disant: Eh! Toi qui détruis le temple de Dieu et qui le rebâtis en trois jours,

Mc 15,30. sauve-Toi Toi-même, en descendant de la croix.

Mc 15,31. Pareillement, les princes des prêtres, se moquant de Lui avec les scribes, se disaient l'un à l'autre: Il a sauvé les autres; et Il ne peut Se sauver Lui-même.

Mc 15,32. Que le Christ, le Roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions! Ceux qui avaient été crucifiés avec Lui L'insultaient aussi.

Mc 15,33. La sixième heure étant venue, les ténèbres couvrirent toute la terre, jusqu'à la neuvième heure.

Mc 15,34. Et à la neuvième heure, Jésus poussa un grand cri, en disant: Eloï, Eloï, lamma sabacthani? Ce qui signifie: Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'avez-Vous abandonné?

Mc 15,35. Quelques-uns de ceux qui étaient présents, L'ayant entendu, disaient: Voici qu'Il appelle Elie.

Mc 15,36. Et l'un d'eux courut, et remplit une éponge de vinaigre; et l'ayant mise au bout d'un roseau, il Lui présentait à boire, en disant: Laissez; voyons si Elie viendra Le détacher.

Mc 15,37. Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira.

Mc 15,38. Alors le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.

Mc 15,39. Et le centurion qui était en face de Jésus, voyant qu'Il avait expiré en poussant ce grand cri, dit: Cet homme était vraiment le Fils de Dieu.

Mc 15,40. Il y avait là aussi des femmes qui regardaient de loin; parmi elles étaient Marie-Madeleine, et Marie, Mère de Jacques le Mineur et de Joseph, et Salomé,

Mc 15,41. qui Le suivaient et Le servaient lorsqu'Il était en Galilée; et beaucoup d'autres encore, qui étaient montées avec Lui à Jérusalem.

Mc 15,42. Le soir étant déjà venu, comme c'était la préparation, c'est-à-dire la veille du sabbat,

Mc 15,43. Joseph d'Arimathie, membre distingué du conseil, qui attendait, lui aussi, le royaume de Dieu, vint et entra hardiment chez Pilate, et demanda le corps de Jésus.

Mc 15,44. Pilate s'étonna qu'Il fût mort si tôt; et ayant fait venir le centurion, il lui demanda s'Il était déjà mort.

Mc 15,45. Et lorsqu'il s'en fut assuré par le centurion, il donna le corps à Joseph.

Mc 15,46. Joseph, ayant acheté un linceul, descendit Jésus de la croix, L'enveloppa dans le linceul, et Le déposa dans un sépulcre qui était taillé dans le roc; puis il roula une pierre à l'entrée du sépulcre.

Mc 15,47. Cependant Marie-Madeleine, et Marie, mère de Joseph, regardaient où on Le mettait.

CHAPITRE XVI

Mc 16,1. Lorsque le sabbat fut passé, Marie-Madeleine, et Marie mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des parfums pour venir embaumer Jésus.

Mc 16,2. Et de grand matin, le premier jour après le sabbat, elles vinrent au sépulcre, le soleil étant déjà levé.

Mc 16,3. Et elles disaient entre elles: Qui nous retirera la pierre de devant l'entrée du sépulcre?

Mc 16,4. Et en regardant, elles virent que cette pierre, qui était fort grande, avait été roulée de côté.

Mc 16,5. Et entrant dans le sépulcre, elles virent un jeune homme assis du côté droit, vêtu d'une robe blanche, et elles furent effrayées.

Mc 16,6. Il leur dit: Ne vous effrayez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié; Il est ressuscité, Il n'est point ici; voici le lieu où on L'avait mis.

Mc 16,7. Mais allez dire à Ses disciples, et à Pierre, qu'Il vous précède en Galilée; c'est là que vous Le verrez, comme Il vous l'a dit.

Mc 16,8. Elles sortirent du sépulcre, et s'enfuirent, car le tremblement et la peur les avaient saisies; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur crainte.

Mc 16,9. Or Jésus, étant ressuscité le matin, le premier jour après le sabbat, apparut d'abord à Marie-Madeleine, dont Il avait chassé sept démons.

Mc 16,10. Elle alla l'annoncer à ceux qui avaient été avec Lui, et qui s'affligeaient et pleuraient.

Mc 16,11. Mais eux, entendant dire qu'Il vivait et qu'elle L'avait vu, ne crurent point.

Mc 16,11. Après cela, Il apparut, sous une autre forme, à deux d'entre eux, qui étaient en chemin et qui allaient à la campagne.

Mc 16,13. Et ceux-ci vinrent l'annoncer aux autres; mais ils ne les crurent pas non plus.

Mc 16,14. Enfin Il apparut aux onze, tandis qu'ils étaient à table; et Il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui avaient vu qu'Il était ressuscité.

Mc 16,15. Et Il leur dit: Allez dans le monde entier, et prêchez l'Evangile à toute créature.

Mc 16,16. Celui qui croira et qui sera baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera condamné.

Mc 16,17. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles,

Mc 16,18. ils prendront les serpents, et s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera pas de mal; ils imposeront les mains sur les malades, et ils seront guéris.

Mc 16,19. Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut élevé dans le Ciel, et Il est assis à la droite de Dieu.

Mc 16,20. Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant leur parole par les miracles dont elle était accompagnée.

ÉVANGILE SELON SAINT LUC

CHAPITRE I

Lc 1,1. Plusieurs ayant entrepris d'écrire l'histoire des choses qui se sont accomplies parmi nous,

Lc 1,2. suivant ce que nous ont transmis ceux qui les ont vues eux-mêmes dès le commencement, et qui ont été les ministres de la parole,

Lc 1,3. il m'a paru bon, à moi aussi, après m'être soigneusement informé de tout depuis l'origine, de te les exposer par écrit d'une manière suivie, excellent Théophile,

Lc 1,4. afin que tu reconnaisses la vérité des paroles que l'on t'a enseignées.

Lc 1,5. Il y avait, aux jours d'Hérode, roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, de la classe d'Abia; et sa femme était d'entre les filles d'Aaron, et s'appelait Elisabeth.

Lc 1,6. Ils étaient tous deux justes devant Dieu, marchant sans reproche dans tous les commandements et tous les préceptes du Seigneur.

Lc 1,7. Et ils n'avaient pas d'enfant, parce qu'Elisabeth était stérile, et qu'ils étaient tous deux avancés en âge.

Lc 1,8. Or il arriva, lorsqu'il accomplissait devant Dieu les fonctions du sacerdoce selon le rang de sa classe,

Lc 1,9. qu'il lui échut par le sort, d'après la coutume établie entre les prêtres, d'entrer dans le temple du Seigneur pour y offrir l'encens.

Lc 1,10. Et toute la multitude du peuple était dehors, en prière, à l'heure de l'encens.

Lc 1,11. Et un Ange du Seigneur lui apparut, se tenant debout à droit de l'autel de l'encens.

Lc 1,12. Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur le saisit.

Lc 1,13. Mais l'Ange lui dit: Ne crains point, Zacharie, car ta prière a été exaucée, et ta femme Elisabeth t'enfantera un fils, auquel tu donneras le nom de Jean.

Lc 1,14. Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance,

Lc 1,15. car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de liqueur enivrante, et il sera rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère;

Lc 1,16. et il convertira un grand nombre des enfants d'Israël au Seigneur leur Dieu.

Lc 1,17. Et il marchera devant Lui dans l'esprit et la vertu d'Elie, pour ramener les coeurs des pères vers les enfants, et les incrédules à la prudence des justes, de manière à préparer au Seigneur un peuple parfait.

Lc 1,18. Zacharie dit à l'Ange: A quoi connaîtrai-je cela? car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge.

Lc 1,19. Et l'Ange lui répondit: Je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu; et j'ai été envoyé pour te parler, et pour t'annoncer cette bonne nouvelle.

Lc 1,20. Et voici que tu seras muet, et que tu ne pourras plus parler, jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, qui s'accompliront en leur temps.

Lc 1,21. Cependant de peuple attendait Zacharie, et on s'étonnait qu'il s'attardât dans le temple.

Lc 1,22. Mais, étant sorti, il ne pouvait leur parler; et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le temple. Et lui, il leur faisait des signes, et il demeura muet.

Lc 1,23. Lorsque les jours de son ministère furent écoulés, il s'en alla dans sa maison.

Lc 1,24. Quelque temps après, Elisabeth sa femme conçut; et elle se tenait cachée durant cinq mois, disant:

Lc 1,25. Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi aux jours où Il m'a regardée, afin de me délivrer de mon opprobre parmi les hommes.

Lc 1,26. Or, au sixième mois, l'Ange Gabriel fut envoyé de Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

Lc 1,27. auprès d'une Vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph; et le nom de la Vierge était Marie.

Lc 1,28. L'Ange, étant entré auprès d'Elle, Lui dit: Je Vous salue, pleine de grâce; le Seigneur est avec Vous, Vous êtes bénie entre les femmes.

Lc 1,29. Elle, l'ayant entendu, fut troublée de ses paroles, et Elle se demandait quelle pouvait être cette salutation.

Lc 1,30. Et l'Ange Lui dit: Ne craignez point, Marie, car Vous avez trouvé grâce devant Dieu.

Lc 1,31. Voici que Vous concevrez dans Votre sein, et Vous enfanterez un fils, et Vous lui donnerez le nom de Jésus.

Lc 1,32. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut; et le Seigneur Dieu Lui donnera le trône de David Son père, et Il régnera èternellement sur la maison de Jacob,

Lc 1,33. et Son règne n'aura pas de fin.

Lc 1,34. Alors Marie dit à l'Ange: Comment cela se fera-t-il? car Je ne connais point d'homme.

Lc 1,35. L'Ange Lui répondit: L'Esprit-Saint surviendra en Vous, et la vertu du Très-Haut Vous couvrira de Son ombre; c'est pourquoi le fruit saint qui naîtra de Vous sera appelé le Fils de Dieu.

Lc 1,36. Et voici qu'Elisabeth, Votre parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et ce mois est le sixième de celle qui est appelée stérile;

Lc 1,37. car il n'y a rien d'impossible à Dieu.

Lc 1,38. Et Marie dit: Voici la servante du Seigneur; qu'il Me soit fait selon votre parole. Et l'Ange s'éloigna d'Elle.

Lc 1,39. En ces jours-là, Marie, Se levant, S'en alla en grande hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda;

Lc 1,40. et Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elisabeth.

Lc 1,41. Et il arriva, aussitôt qu'Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l'enfant tressaillit dans son sein; et Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit.

Lc 1,42. Et elle s'écria d'une voix forte: Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de Votre sein est béni.

Lc 1,43. Et d'où m'est-il accordé que la Mère de mon Seigneur vienne à moi?

Lc 1,44. Car voici, dès que Votre voix a frappé mon oreille, quand Vous m'avez saluée, l'enfant a tressailli de joie dans mon sein.

Lc 1,45. Et Vous êtes bienheureuse d'avoir cru; car ce qui Vous a été dit de la part du Seigneur s'accomplira.

Lc 1,46. Et Marie dit: Mon âme glorifie le Seigneur,

Lc 1,47. et Mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu Mon Sauveur,

Lc 1,48. parce qu'Il a jeté les yeux sur la bassesse de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,

Lc 1,49. parce que Celui qui est puissant a fait en Moi de grandes choses, et Son nom est saint;

Lc 1,50. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.

Lc 1,51. Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur coeur.

Lc 1,52. Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.

Lc 1,53. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.

Lc 1,54. Il a relevé Israël, Son serviteur, se souvenant de Sa miséricorde:

Lc 1,55. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.

Lc 1,56. Marie demeura environ trois mois avec Elisabeth; puis Elle S'en retourna dans Sa maison.

Lc 1,57. Cependant, le temps où Elisabeth devait enfanter s'accomplit, et elle mit au monde un fils.

Lc 1,58. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait signalé envers elle Sa miséricorde, et ils l'en félicitaient.

Lc 1,59. Et il arriva qu'au huitième jour ils vinrent pour circoncire l'enfant, et ils l'appelaient Zacharie, du nom de son père.

Lc 1,60. Mais sa mère, prenant la parole, dit: Non; mais il sera appelé Jean.

Lc 1,61. Ils lui dirent: Il n'y a personne dans ta famille qui soit appelé de ce nom.

Lc 1,62. Et ils faisaient des signes à son père, pour savoir comment il voulait qu'on l'appelât.

Lc 1,63. Et, demandant des tablettes, il écrivit: Jean est son nom. Et tous furent dans l'étonnement.

Lc 1,64. Au même instant, sa bouche s'ouvrit, et sa langue se délia, et il parlait en bénissant Dieu.

Lc 1,65. Et la crainte s'empara de tous leurs voisins, et, dans toutes les montagnes de la Judée, toutes ces choses étaient divulguées.

Lc 1,66. Et tous ceux qui les entendirent les conservèrent dans leur coeur, en disant: Que pensez-vous que sera cet enfant? Car la main du Seigneur était avec lui.

Lc 1,67. Et Zacharie, son père, fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa, en disant:

Lc 1,68. Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,

Lc 1,69. et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,

Lc 1,70. ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,

Lc 1,71. qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,

Lc 1,72. pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,

Lc 1,73. selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,

Lc 1,74. qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,

Lc 1,75. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.

Lc 1,76. Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,

Lc 1,77. afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,

Lc 1,78. par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,

Lc 1,79. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.

Lc 1,80. Or l'enfant croissait, et se fortifiait en esprit; et il demeurait dans les déserts, jusqu'au jour de sa manifestation à Israël.

CHAPITRE II

Lc 2,1. Or il arriva qu'en ces jours-là, il parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.

Lc 2,2. Ce premier recensement fut fait par Cyrinus, gouverneur de Syrie.

Lc 2,3. Et tous allaient se faire enregistrer, chacun dans sa ville.

Lc 2,4. Joseph aussi monta de Nazareth, ville de Galilée, en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David,

Lc 2,5. pour se faire enregistrer avec Marie son Epouse, qui était enceinte.

Lc 2,6. Or il arriva, pendant qu'ils étaient là, que les jours où Elle devait enfanter furent accomplis.

Lc 2,7. Et Elle enfanta Son Fils premier-né, et Elle L'enveloppa de langes, et Le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie.

Lc 2,8. Et il y avait, dans la même contrée, des bergers qui passaient les veilles de la nuit à la garde de leur troupeau.

Lc 2,9. Et voici qu'un Ange du Seigneur leur apparut, et qu'une lumière divine resplendit autour d'eux; et ils furent saisis d'une grande crainte.

Lc 2,10. Et l'Ange leur dit: Ne craignez point; car voici que je vous annonce une grande joie qui sera pour tout le peuple:

Lc 2,11. c'est qu'il vous est né aujourd'hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.

Lc 2,12. Et vous Le reconnaïtrez à ce signe: Vous trouverez un Enfant enveloppé de langes, et couché dans une crèche.

Lc 2,13. Au même instant, il se joignit à l'Ange une troupe de l'armée céleste, louant Dieu, et disant:

Lc 2,14. Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et, sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté.

Lc 2,15. Et il arriva que, lorsque les Anges les eurent quittés pour retourner dans le Ciel, les bergers se disaient l'un à l'autre: Passons jusqu'à Bethléem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.

Lc 2,16. Et ils y allèrent en grande hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et l'Enfant couché dans une crèche.

Lc 2,17. Et en Le voyant, ils reconnurent la vérité de ce qui leur avait été dit au sujet de cet Enfant.

Lc 2,18. Et tous ceux qui l'entendirent admirèrent ce qui leur avait été raconté par les bergers.

Lc 2,19. Or Marie conservait toutes ces choses, les repassant dans Son coeur.

Lc 2,20. Et les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de tout ce qu'ils avaient entendu et vu, selon ce qu'il leur avait été dit.

Lc 2,21. Le huitième pour, auquel l'Enfant devait être circoncis, étant arrivé, on Lui donna le nom de Jésus, que l'Ange avait indiqué avant qu'Il fût conçu dans le sein de Sa Mère.

Lc 2,22. Quand les jours de la purification de Marie furent accomplis, selon la loi de Moïse, ils Le portèrent à Jérusalem, pour Le présenter au Seigneur,

Lc 2,23. selon qu'il est prescrit dans la loi du Seigneur: Tout enfant mâle premier-né sera consacrè au Seigneur;

Lc 2,24. et pour offrir en sacrifice, selon qu'il est prescrit dans la loi du Seigneur, deux tourterelles, ou deux petits de colombes.

Lc 2,25. Et voici qu'il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon, et cet homme était juste et craignant Dieu, et il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit-Saint était en lui.

Lc 2,26. Et il lui avait été révélé par l'Esprit-Saint qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.

Lc 2,27. Il vint au temple, poussé par l'Esprit de Dieu. Et comme les parents de l'Enfant Jésus L'apportaient, afin d'accomplir pour Lui ce que la loi ordonnait,

Lc 2,28. il Le prit entre ses bras, et bénit Dieu, et dit:

Lc 2,29. Maintenant, Seigneur, vous laisserez Votre serviteur s'en aller en paix, selon Votre parole,

Lc 2,30. puisque mes yeux ont vu le salut qui vient de Vous,

Lc 2,31. que Vous avez préparé à la face de tous les peuples:

Lc 2,32. lumiére pour éclairer les nations, et gloire d'Israël Votre peuple.

Lc 2,33. Son père et Sa Mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de Lui.

Lc 2,34. Et Siméon les bénit, et dit à Marie Sa Mère: Voici que cet Enfant est établi pour la ruine et pour la résurrection d'un grand nombre en Israël, et comme un signe qui excitera la contradiction,

Lc 2,35. et, à Vous-même, un glaive Vous percera l'âme, afin que les pensées de coeurs nombreux soient dévoilées.

Lc 2,36. Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser; elle était très avancée en âge, et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité.

Lc 2,37. Elle était veuve alors, et âgée de quatre-vingt-quatre ans; elle ne s'éloignait pas du temple, servant Dieu jour et nuit dans les jeûnes et les prières.

Lc 2,38. Elle aussi, étant survenue à cette même heure, elle louait le Seigneur, et parlait de Lui à tous ceux qui attendaient la rédemption d'Israël.

Lc 2,39. Après qu'ils eurent tout accompli selon la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville.

Lc 2,40. Cependant l'Enfant croissait et Se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était en Lui.

Lc 2,41. Ses parents allaient tous les ans à Jérusalem, au jour solennel de la Pâque.

Lc 2,42. Et lorsqu'Il fut âgé de douze ans, ils montèrent à Jérusalem, selon la coutume de la fête;

Lc 2,43. puis, les jours de la fête étant passés, lorsqu'ils s'en retournèrent, l'Enfant Jésus resta à Jérusalem, et Ses parents ne s'en aperçurent pas.

Lc 2,44. Et pensant qu'Il était avec ceux de leur compagnie, ils marchèrent durant un jour, et ils Le cherchaient parmi leurs parents et leurs connaissances.

Lc 2,45. Mais ne Le trouvant pas, ils revinrent à Jérusalem, en Le cherchant.

Lc 2,46. Et il arriva qu'après trois jours ils Le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.

Lc 2,47. Et tous ceux qui L'entendaient étaient ravis de Sa sagesse et de Ses réponses.

Lc 2,48. En Le voyant, ils furent étonnés. Et Sa Mère Lui dit: Mon Fils, pourquoi as-Tu agi ainsi avec nous? Voici que Ton père et Moi nous Te cherchions, tout affligés.

Lc 2,49. Il leur dit: Pourquoi Me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que Je sois aux affaires de Mon Père?

Lc 2,50. Mais ils ne comprirent pas ce qu'Il leur disait.

Lc 2,51. Et Il descendit avec eux, et vint à Nazareth; et Il leur était soumis. Sa Mère conservait toutes ces choses dans Son coeur.

Lc 2,52. Et Jésus croissait en sagesse, et en âge, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

CHAPITRE III

Lc 3,1. La quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée; Hérode, tétrarque de la Galilée; Philippe, son frère, tétrarque de l'Iturée et de la province de Trachonite, et Lysanias, tétrarque de l'Abilène;

Lc 3,2. sous les grands prêtres Anne et Caïphe, la parole du Seigneur se fit entendre à Jean, fils de Zacharie, dans le désert.

Lc 3,3. Et il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant le baptême de pénitence pour la rémission des péchés,

Lc 3,4. ainsi qu'il est écrit au livre des discours du prophète Isaïe: Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits Ses sentiers;

Lc 3,5. toute vallée sera comblée, et toute montagne et toute colline seront abaissées, ce qui est tortueux sera redressé, et ce qui est raboteux sera aplani;

Lc 3,6. et toute chair verra le salut de Dieu.

Lc 3,7. Il disait donc aux foules qui venaient pour être baptisés par lui: Race de vipères, qui vous a montrés à fuir la colère à venir?

Lc 3,8. Faites donc de dignes fruits de pénitence, et ne commencez point par dire: Nous avons Abraham pour père. Car je vous déclare que, de ces pierres, Dieu peut susciter des enfants à Abraham.

Lc 3,9. Déjà la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu.

Lc 3,10. Et les foules l'interrogeaient, en disant: Que ferons-nous donc?

Lc 3,11. Et il leur répondait en ces termes: Que celui qui a deux tuniques en donne une à celui qui n'en a point, et que celui qui a de quoi manger fasse de même.

Lc 3,12. Des publicains vinrent aussi pour être baptisés, et ils lui dirent: Maître, que ferons-nous?

Lc 3,13. Et il leur dit: N'exigez rien au delà de ce qui vous a été ordonné.

Lc 3,14. Les soldats l'interrogeaient aussi, disant: Et nous, que ferons-nous? Et il leur dit: N'usez de violence envers personne, ne calomniez pas, et contentez-vous de votre solde.

Lc 3,15. Cependant, comme le peuple supposait, et que tous pensaient dans leurs coeurs, que Jean était peut-être le Christ,

Lc 3,16. Jean répondit, en disant à tous: Moi, je vous baptise dans l'eau; mais il viendra Quelqu'un de plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de Ses sandales: C'est Lui qui vous baptisera dans l'Esprit-Saint et dans le feu.

Lc 3,17. Le van est dans Sa main, et Il nettoiera Son aire; et Il amassera le blé dans Son grenier, mais Il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point.

Lc 3,18. Il évangélisait le peuple, en lui adressant encore beaucoup d'autres exhortations.

Lc 3,19. Mais, comme il reprenait Hérode le tértrarque, au sujet d'Hérodiade, femme de son frère, et de toutes les mauvaises actions qu'il avait commises,

Lc 3,20. Hérode ajouta encore à tous ses crimes celui d'enfermer Jean en prison.

Lc 3,21. Or, il arriva que, tout le peuple recevant le baptême, Jésus ayant aussi été baptisé, comme Il priait, le Ciel s'ouvrit,

Lc 3,22. et l'Esprit-Saint descendit sur Lui sous une forme corporelle, comme une colombe; et une voix se fit entendre du Ciel: Tu es Mon Fils bien-aimé; en Toi Je Me suis complu.

Lc 3,23. Or Jésus avait environ trente ans lorsqu'Il commença Son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, qui le fut d'Héli, qui le fut de Mathat,

Lc 3,24. qui le fut de Lévi, qui le fut de Melchi, qui le fut de Janné, qui le fut de Joseph,

Lc 3,25. qui le fut de Mathathias, qui le fut d'Amos, qui le fut de Nahum, qui le fut d'Hesli, qui le fut de Naggé,

Lc 3,26. qui le fut de Mahath, qui le fut de Mathathias, qui le fut de Séméi, qui le fut de Joseph, qui le fut de Juda;

Lc 3,27. qui le fut de Joanna, qui le fut de Résa, qui le fut de Zorobabel, qui le fut de Salathiel, qui le fut de Néri,

Lc 3,28. qui le fut de Melchi, qui le fut d'Addi, qui le fut de Cosan, qui le fut d'Elmadan, qui le fut de Her,

Lc 3,29. qui le fut de Jésus, qui le fut d'Eliézer, qui le fut de Jorim, qui le fut de Mathat, qui le fut de Lévi,

Lc 3,30. qui le fut de Siméon, qui le fut de Juda, qui le fut de Joseph, qui le fut de Jona, qui le fut d'Eliakim,

Lc 3,31. qui le fut de Méléa, qui le fut de Menna, qui le fut de Mathatha, qui le fut de Nathan, qui le fut de David,

Lc 3,32. qui le fut de Jessé, qui le fut d'Obed, qui le fut de Booz, qui le fut de Salmon, qui le fut de Naasson,

Lc 3,33. qui le fut d'Aminadab, qui le fut d'Aram, qui le fut d'Esron, qui le fut de Pharès, qui le fut de Juda,

Lc 3,34. qui le fut de Jacob, qui le fut d'Isaac, qui le fut d'Abraham, qui le fut de Tharé, qui le fut de Nachor,

Lc 3,35. qui le fut de Sarug, qui le fut de Ragaü, qui le fut de Phaleg, qui le fut d'Héber, qui le fut de Salé,

Lc 3,36. qui le fut de Caïnan, qui le fut d'Arphaxad, qui le fut de Sem, qui le fut de Noé, qui le fut de Lamech,

Lc 3,37. qui le fut de Mathusalé, qui le fut d'Hénoch, qui le fut de Jared, qui le fut de Malaléel, qui le fut de Caïnan,

Lc 3,38. qui le fut d'Hénos, qui le fut de Seth, qui le fut d'Adam, qui le fut de Dieu.

CHAPITRE IV

Lc 4,1. Or Jésus, plein de l'Esprit-Saint, revint du Jourdain, et Il fut poussé par l'Esprit dans le désert

Lc 4,2. pendant quarante jours, et Il fut tenté par le diable. Et Il ne mangea rien durant ces jours-là, et lorsqu'ils furent écoulés, Il eut faim.

Lc 4,3. Alors le diable Lui dit: Si Vous êtes le Fils de Dieu, dites à cette pierre qu'elle devienne du pain.

Lc 4,4. Jésus lui répondit: Il est écrit: L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole de Dieu.

Lc 4,5. Et le diable Le conduisit sur une haute montagne, et Lui montra en un instant tous les royaumes de la terre;

Lc 4,6. puis il Lui dit: Je Vous donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes; car ils m'ont été livrés, et je les donne à qui je veux.

Lc 4,7. Si donc Vous Vous prosternez devant moi, toutes ces choses seront à Vous.

Lc 4,8. Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul.

Lc 4,9. Et il Le conduisit à Jérusalem, et Le plaça sur le pinacle du temple; puis il Lui dit: Si Vous êtes le Fils de Dieu, jetez-Vous d'ici en bas.

Lc 4,10. Car il est écrit: Il a donné des ordres à Ses Anges à Ton sujet, afin qu'ils Te gardent,

Lc 4,11. et ils Te porteront dans leurs mains, de peur que Tu ne heurtes Ton pied contre une pierre.

Lc 4,12. Jésus lui répondit: Il a été dit: Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.

Lc 4,13. Après avoir achevé toutes ces tentations, le diable s'éloigna de Lui pour un temps.

Lc 4,14. Alors Jésus retourna en Galilée par la vertu de l'Esprit, et Sa renommée se répandit dans tout le pays.

Lc 4,15. Et Il enseignait dans leurs synagogues, et Il était glorifié par tous.

Lc 4,16. Il vint à Nazareth, où Il avait été élevé; et Il entra selon Sa coutume, le jour du sabbat, dans la synagogue, et Il Se leva pour lire.

Lc 4,17. On Lui donna le livre du prophète Isaïe. Et ayant déroulé le livre, Il trouva l'endroit où il était écrit:

Lc 4,18. L'Esprit du Seigneur est sur Moi; c'est pourquoi Il M'a sacré par Son onction; Il M'a envoyé évangéliser les pauvres, guérir ceux qui ont le coeur broyé,

Lc 4,19. annoncer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, mettre en liberté ceux qui sont brisés sous les fers, publier l'année favorable du Seigneur et le jour de la rétribution.

Lc 4,20. Ayant replié le livre, Il le rendit au ministre, et S'assit. Et tous, dans le synagogue, avaient les yeux fixés sur Lui.

Lc 4,21. Et Il commença à leur dire: Aujourd'hui, cette parole de l'Ecriture que vous venez d'entendre est accomplie.

Lc 4,22. Et tous Lui rendaient témoignage, et ils admiraient les paroles de grâce qui sortaient de Sa bouche, et ils disaient: N'est-ce pas là le fils de Joseph?

Lc 4,23. Alors Il leur dit: Sans doute, vous M'appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; les grandes choses faites à Capharnaüm, dont nous avons entendu parler, faites-les également ici, dans Votre pays.

Lc 4,24. Et Il ajouta: En vérité, Je vous le dis, aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie.

Lc 4,25. En vérité, Je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël au temps d'Elie, lorsque le ciel fut fermé pendant trois ans et six mois, et qu'il y eut une grande famine dans tout le pays;

Lc 4,26. et cependant, Elie ne fut envoyé à aucune d'elles, mais à une femme veuve de Sarepta, dans le pays de Sidon.

Lc 4,27. Il y avait aussi beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée; et aucun d'eux ne fut guéri, si ce n'est Naaman, le Syrien.

Lc 4,28. Ils furent tous remplis de colère, dans la synagogue, en entendant ces paroles.

Lc 4,29. Et se levant, ils Le chassèrent hors de la ville, et ils Le menèrent jusqu'au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, pour Le précipiter en bas.

Lc 4,30. Mais Lui, passant au milieu d'eux, S'en alla.

Lc 4,31. Et Il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et là Il les enseignait les jours de sabbat.

Lc 4,32. Et ils étaient frappés de Sa doctrine, car Il parlait avec autorité.

Lc 4,33. Il y avait dans la synagogue un homme possédé d'un démon impur, qui cria d'une voix forte,

Lc 4,34. en disant: Laissez-nous; qu'y a-t-il de commun entre nous et Vous, Jésus de Nazareth? Etes-Vous venu pour nous perdre? Je sais qui Vous êtes: le Saint de Dieu.

Lc 4,35. Mais Jésus le menaça, en disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon, l'ayant jeté à terre au milieu de l'assemblée, sortit de lui, sans lui faire aucun mal.

Lc 4,36. Et l'épouvante les saisit tous, et ils se parlaient l'un à l'autre, en disant: Quelle est cette parole? Il commande avec autorité et avec puissance aux esprits impurs, et ils sortent.

Lc 4,37. Et Sa renommée se répandit de tous côtés dans le pays.

Lc 4,38. Etant sorti de la synagogue, Jésus entra dans la maison de Simon. Or la belle-mère de Simon était retenue par une forte fièvre; et ils Le prièrent pour elle.

Lc 4,39. Alors, debout auprès d'elle, Il commanda à la fièvre, et la fièvre la quitta. Et se levant aussitôt, elle les servait.

Lc 4,40. Lorsque le soleil fut couché, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les Lui amenaient. Et Lui, imposant les mains sur chacun d'eux, les guérissait.

Lc 4,41. Et les démons sortaient d'un grand nombre, criant et disant: Vous êtes le Fils de Dieu. Mais Il les menaçait, et Il ne leur permettait pas de dire qu'ils savaient qu'Il était le Christ.

Lc 4,42. Lorsqu'il fut jour, Il sortit et alla dans un lieu désert; et les foules Le cherchaient, et elles vinrent jusqu'à Lui, et elles voulaient Le retenir, de peur qu'Il ne les quittât.

Lc 4,43. Il leur dit: Il faut que J'annonce aussi aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c'est pour cela que J'ai été envoyé.

Lc 4,44. Et Il prêchait dans les synagogues de Galilée.

CHAPITRE V

Lc 5,1. Or il arriva, tandis que les foules se précipitaient sur Lui pour entendre la parole de Dieu, qu'Il était lui-même au bord du lac de Génésareth.

Lc 5,2. Et Il vit deux barques arrêtées au bord du lac; les pêcheurs étaient descendus, et lavaient leurs filets.

Lc 5,3. Et montant dans l'une de ces barques, qui appartenait à Simon, Il le pria de s'éloigner un peu de la terre; et S'étant assis, Il enseignait les foules de dessus la barque.

Lc 5,4. Lorsqu'Il eut cessé de parler, Il dit à Simon: Pousse au large, et jetez vos filets pour pêcher.

Lc 5,5. Simon, Lui répondant, dit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur Votre parole, je jetterai le filet.

Lc 5,6. Lorsqu'ils l'eurent fait, ils prirent une si grande quantité de poissons, que leur filet se rompait.

Lc 5,7. Et ils firent signe à leurs compagnons, qui étaient dans l'autre barque, de venir les aider. Ils vinrent, et ils remplirent les deux barques, au point qu'elles étaient presque submergées.

Lc 5,8. Quand Simon Pierre vit cela, il tomba aux pieds de Jésus, en disant: Seigneur, retirez-Vous de moi, car je suis un pécheur.

Lc 5,9. Car l'épouvante l'avait saisi, et aussi tous ceux qui étaient avec Lui, à cause de la pêche des poissons qu'ils avaient faite;

Lc 5,10. et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, qui étaient compagnons de Simon. Alors Jésus dit à Simon: Ne crains point; désormais ce sont des hommes que tu prendras.

Lc 5,11. Et ayant ramené les barques à terre, ils quittèrent tout, et Le suivirent.

Lc 5,12. Et comme Il était dans une des villes, voici qu'un homme couvert de lèpre, voyant Jésus, se prosterna la face contre terre, et Le pria, en disant: Seigneur, si Vous voulez, Vous pouvez me guérir.

Lc 5,13. Jésus, êtendant la main, le toucha et dit: Je le veux, sois guéri. Et, au même instant, la lèpre le quitta.

Lc 5,14. Et Il lui ordonna de n'en parler à personne: Mais, dit-Il, va, montre-toi au prêtre, et offre pour ta guérison ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage.

Lc 5,15. Cependant, Sa renommée se répandait de plus en plus, et des foules nombreuses venaient pour L'entendre, et pour être guéries de leurs maladies.

Lc 5,16. Mais Lui, Il Se retirait dans le désert et priait.

Lc 5,17. Il arriva qu'un jour Il était assis et enseignait. Et des pharisiens et des docteurs de la loi, qui étaient venus de tous les villages de la Galilée, et de la Judée, et de Jérusalem, étaient assis auprès de Lui; et la puissance du Seigneur agissait pour opérer des guérisons.

Lc 5,18. Et voici que des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le déposer devant Jésus.

Lc 5,19. Mais, ne trouvant point par où le faire entrer, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et, par les tuiles, ils le descendirent avec le lit au milieu de l'assemblée, devant Jésus.

Lc 5,20. Dès qu'Il vit leur foi, Il dit: Homme, tes péchés te sont remis.

Lc 5,21. Alors, les scribes et les pharisiens se mirent à penser et à dire en eux-mêmes: Quel est Celui-ci, qui profère des blasphèmes? Qui peut remettre les péchés, si ce n'est Dieu seul?

Lc 5,22. Mais Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit: Que pensez-vous dans vos coeurs?

Lc 5,23. Lequel est le plus facile, de dire: Tes péchés te sont remis; ou de dire: Lève-toi et marche?

Lc 5,24. Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés: Je te l'ordonne, dit-Il au paralytique; lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison.

Lc 5,25. Et aussitôt, se levant devant eux, il prit le lit sur lequel il était couché, et s'en alla dans sa maison, glorifiant Dieu.

Lc 5,26. Et la stupeur les saisit tous, et ils glorifiaient Dieu. Et ils furent remplis de crainte, et ils disaient: Nous avons vu aujourd'hui des choses prodigieuses.

Lc 5,27. Après cela, Jêsus sortit, et vit un publicain, nommé Lévi, assis au bureau des impôts. Et Il lui dit: Suis-Moi.

Lc 5,28. Et laissant tout, il se leva et Le suivit.

Lc 5,29. Lévi Lui fit un grand festin dans sa maison, et il y avait une foule nombreuse de publicains et d'autres personnes qui étaient à table avec eux.

Lc 5,30. Mais les pharisiens et leurs scribes murmuraient, et disaient à Ses disciples: Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs?

Lc 5,31. Et Jésus, prenant la parole, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin du médecin, mais les malades.

Lc 5,32. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs, à la pénitence.

Lc 5,33. Alors ils Lui dirent: Pourquoi les disciples de Jean font-ils souvent des jeûnes et des prières, de même ceux des pharisiens, tandis que les Vôtres mangent et boivent?

Lc 5,34. Il leur répondit: Pouvez-vous faire jeûner les amis de l'Epoux, pendant que l'Epoux est avec eux?

Lc 5,35. Mais viendront des jours où l'Epoux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ces jours-là.

Lc 5,36. Il leur proposa aussi cette comparaison: Personne ne met une piéce d'un vêtement neuf à un vieux vêtement; autrement on déchire le neuf, et la pièce du vêtement neuf ne convient point au vieux vêtement.

Lc 5,37. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement le vin nouveau rompra les outres, et il se répandra, et les outres seront perdues.

Lc 5,38. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves, et ainsi les deux se conservent.

Lc 5,39. Et personne, buvant du vin vieux, n'en veut aussitôt du nouveau; car il dit: Le vieux est meilleur.

CHAPITRE VI

Lc 6,1. Or, un jour de sabbat appelé second-premier, il arriva que, comme Il passait le long des blés, Ses disciples arrachaient des épis, et les mangeaient, après les avoir froissés dans leurs mains.

Lc 6,2. Et quelques-uns des pharisiens leur disaient: Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis aux jours de sabbat?

Lc 6,3. Et Jésus leur répondit: N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim lui et ceux qui l'accompagnaient;

Lc 6,4. comment il entra dans la maison de Dieu, et prit les pains de proposition, en mangea, et en donna à ceux qui étaient avec lui, quoiqu'il ne soit permis qu'aux seuls prêtres d'en manger?

Lc 6,5. Et Il leur disait: Le Fils de l'homme est Maître même du sabbat.

Lc 6,6. Il arriva, un autre jour de sabbat, qu'Il entra dans la synagogue et qu'Il enseignait; et il y avait là un homme dont la main droite était desséchée.

Lc 6,7. Or les scribes et les pharisiens L'observaient, pour voir s'Il ferait une guérison le jour du sabbat, afin de trouver de quoi L'accuser.

Lc 6,8. Mais Lui, Il connaissait leurs pensées, et Il dit à l'homme qui avait la main desséchée: Lève-toi, et tiens-toi là au milieu. Et se levant, il se tint debout.

Lc 6,9. Alors Jésus leur dit: Je vous demande s'il est permis, les jours de sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver la vie ou de l'ôter?

Lc 6,10. Et ayant promené Ses regards sur eux tous, Il dit à l'homme: Etends ta main. Il l'étendit, et sa main fut guérie.

Lc 6,11. Mais eux, remplis de démence, s'entretenaient ensemble de ce qu'ils feraient à Jésus.

Lc 6,12. Or il arriva qu'en ces jours-là Il S'en alla sur une montagne pour prier, et Il passa toute la nuit à prier Dieu.

Lc 6,13. Et quand le jour fut venu, Il appela Ses disciples; et Il en choisit douze d'entre eux, qu'Il nomma apôtres:

Lc 6,14. Simon auquel Il donna le surnom de Pierre, et André son frère, Jacques et Jean, Philippe et Barthélemy,

Lc 6,15. Matthieu et Thomas, Jacques fils d'Alphée, et Simon appelé le Zélote,

Lc 6,16. Jude frère de Jacques, et Judas Iscariote, qui fut le traître.

Lc 6,17. Et descendant avec eux, Il S'arrêta dans une plaine, avec la troupe de Ses disciples et une grande multitude de peuple de toute la Judée, et de Jérusalem, et de la contrée maritime, et de Tyr, et de Sidon;

Lc 6,18. ils étaient venus pour L'entendre et pour être guéris de leurs maladies. Et ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient guéris.

Lc 6,19. Et toute la foule cherchait à Le toucher, parce qu'une vertu sortait de Lui et les guérissait tous.

Lc 6,20. Et Lui, levant les yeux sur Ses disciples, disait: Bienheureux, vous qui êtes pauvres, parce que le royaume de Dieu est à vous.

Lc 6,21. Bienheureux, vous qui avez faim maintenant, parce que vous serez rassasiés. Bienheureux, vous qui pleurez maintenant, parce que vous rirez.

Lc 6,22. Bienheurex serez-vous lorsque les hommes vous haïront, et vous repousseront, et vous outrageront, et lorsqu'ils rejetteront votre nom comme infâme, à cause du Fils de l'homme.

Lc 6,23. Réjouissez-vous en ce jour-là et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense est grande dans le Ciel; car c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

Lc 6,24. Mais malheur à vous, riches, parce que vous avez votre consolation.

Lc 6,25. Malheur à vous qui êtes rassasiés, parce que vous aurez faim. Malheur à vous qui riez maintenant, parce que vous serez dans le deuil et dans les larmes.

Lc 6,26. Malheur à vous lorsque les hommes diront du bien de vous, car c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes.

Lc 6,27. Mais à vous qui M'écoutez, Je dis: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent.

Lc 6,28. Bénissez ceux qui vous maudissent, et priez pour ceux qui vous calomnient.

Lc 6,29. Et à celui qui te frappe sur une joue, présente encore l'autre; et celui qui te prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre aussi ta tunique.

Lc 6,30. Donne à quiconque te demande, et ne redemande pas ton bien à celui qui s'en empare.

Lc 6,31. Et ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le-leur vous aussi, pareillement.

Lc 6,32. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? car les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.

Lc 6,33. Et si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quel gré vous en saura-t-on? car les pécheurs aussi font cela.

Lc 6,34. Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on? car les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille.

Lc 6,35. Mais vous, aimez vos ennemis, faites du bien, et donnez beaucoup sans en rien esperer, et votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car Il est bon pour les ingrats et les méchants.

Lc 6,36. Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.

Lc 6,37. Ne jugez point, et vous ne serez pas jugés; ne condamnez point, et vous ne serez pas condamnés; pardonnez, et on vous pardonnera.

Lc 6,38. Donnez, et on vous donnera: on versera dans votre sein une bonne mesure, pressée, et secouée, et qui débordera. Car la même mesure avec laquelle vous aurez mesuré servira de mesure pour vous.

Lc 6,39. Il leur proposait aussi cette comparaison: Est-ce qu'un aveugle peut conduire un aveugle? Ne tomberont-ils pas tous deux dans la fosse?

Lc 6,40. Le disciple n'est pas au-dessus du maître; mais tout disciple sera parfait, s'il est comme son maître.

Lc 6,41. Pourquoi vois-tu le fétu dans l'oeil de ton frère, sans apercevoir la poutre qui est dans ton oeil?

Lc 6,42. Ou comment peux-tu dire à ton frère: Frère, laisse-moi ôter le fétu qui est dans ton oeil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien? Hypocrite, ôte d'abord la poutre qui est dans ton oeil, et ensuite tu verras comment tu pourras ôter le fétu de l'oeil de ton frère.

Lc 6,43. Car un arbre n'est pas bon, s'il produit de mauvais fruits, et un arbre n'est pas mauvais, s'il produit de bons fruits.

Lc 6,44. Car chaque arbre se connaît à son fruit. On ne cueille point de figues sur les épines, et on ne vendange pas le raisin sur des ronces.

Lc 6,45. L'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son coeur, et l'homme mauvais tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car la bouche parle de l'abondance du coeur.

Lc 6,46. Pourquoi M'appelez-vous Seigneur! Seigneur! et ne faites-vous pas ce que Je vous dis?

Lc 6,47. Quiconque vient à Moi, et écoute Mes paroles, et les met en pratique, Je vous montrerai à qui il ressemble.

Lc 6,48. Il ressemble à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé bien avant, et a posé le fondement sur la pierre; l'inondation étant survenue, le torrent s'est précipité sur cette maison et n'a pu l'ébranler, parce qu'elle était fondée sur la pierre.

Lc 6,49. Mais celui qui écoute et ne met pas en pratique, ressemble à un homme qui a bâti sa maison sur la terre, sans fondement; le torrent s'est précipité sur elle, et aussitôt elle est tombée, et la ruine de cette maison a été grande.

CHAPITRE VII

Lc 7,1. Lorsqu'Il eut achevé de faire entendre au peuple toutes ces paroles, Il entra dans Capharnaüm.

Lc 7,2. Or un centurion avait un serviteur malade et sur le point de mourir, qui lui était très cher.

Lc 7,3. Et ayant entendu parler de Jésus, il Lui envoya quelques anciens des Juifs, Le priant de venir et de guérir son serviteur.

Lc 7,4. Ceux-ci, étant venus auprès de Jésus, Le priaient avec instance, en Lui disant: Il mérite que Vous lui accordiez cela;

Lc 7,5. car il aime notre nation, et il nous a lui-même bâti une synagogue.

Lc 7,6. Et Jésus allait avec eux. Et comme Il n'était plus guère éloigné de la maison, le centurion Lui envoya de ses amis, pour Lui dire: Seigneur, ne prenez pas tant de peine, car je ne suis pas digne que Vous entriez sous mon toit.

Lc 7,7. C'est pour cela que je ne me suis pas cru digne de venir moi-même auprès de Vous; mais dites un mot, et mon serviteur sera guéri.

Lc 7,8. Car moi, qui suis un homme soumis à des chefs, j'ai sous moi des soldats; et je dis à l'un: Va, et il va; et à l'autre: Viens, et il vient; et à mon serviteur: Fais ceci, et il le fait.

Lc 7,9. Ayant entendu ces paroles, Jésus fut dans l'admiration; et Se tournant vers les foules qui Le suivaient, Il dit: En vérité, Je vous le dis, même en Israël Je n'ai pas trouvé une aussi grande foi.

Lc 7,10. De retour à la maison, ceux que le centurion avait envoyés trouvèrent guéri le serviteur qui avait été malade.

Lc 7,11. Il arriva ensuite que Jésus allait dans une ville appelée Naïm; et Ses disciples allaient avec Lui, ainsi qu'une foule nombreuse.

Lc 7,12. Et comme Il approchait de la porte de la ville, voici qu'on emportait un mort, fils unique de sa mère, et celle-ci était veuve; et il y avait avec elle beaucoup de personnes de la ville.

Lc 7,13. Lorsque le Seigneur l'eut vue, touché de compassion pour elle, Il lui dit: Ne pleure point.

Lc 7,14. Puis Il S'approcha, et toucha le cercueil. Ceux qui le portaient s'arrêtèrent. Et Il dit: Jeune homme, Je te l'ordonne, lève-toi.

Lc 7,15. Et le mort se mit sur son séant, et commença à parler. Et Jésus le rendit à sa mère.

Lc 7,16. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, en disant: Un grand prophète a surgi parmi nous, et Dieu a visité Son peuple.

Lc 7,17. Et le bruit de ce miracle se répandit dans toute la Judée, et dans tout le pays d'alentour.

Lc 7,18. Les disciples de Jean lui rapportèrent toutes ces choses.

Lc 7,19. Et Jean appela deux de ses disciples, et les envoya vers Jésus, pour Lui dire: Etes-Vous Celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?

Lc 7,20. Ces hommes, étant venus auprès de Jésus, Lui dirent: Jean-Baptiste nous a envoyés vers Vous, pour Vous dire: Etes-Vous Celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?

Lc 7,21. A cette heure même, Il guérit beaucoup de personnes qui avaient des maladies, et des plaies, et des esprits mauvais, et Il rendit la vue à de nombreux aveugles.

Lc 7,22. Puis, leur répondant, Il dit: Allez, et rapportez à Jean ce que vous avez entendu et ce que vous avez vu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, l'Evangile est annoncé aux pauvres;

Lc 7,23. et bienheureux est celui qui ne sera pas scandalisé en Moi.

Lc 7,24. Lorsque les envoyés de Jean furent partis, Il Se mit à dire aux foules, au sujet de Jean: Qu'êtes-vous allés voir dans le désert? Un roseau agité par le vent?

Lc 7,25. Mais qu'êtes-vous allés voir? Un homme vêtu avec mollesse? Ceux qui portent des vêtements précieux et qui vivent dans les délices sont dans les maisons des rois.

Lc 7,26. Qu'êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, vous dis-Je, et plus qu'un prophète.

Lc 7,27. C'est de lui qu'il est écrit: Voici que J'envoie Mon ange devant Ta face, et il préparera Ton chemin devant Toi.

Lc 7,28. Car, Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés des femmes, nul n'est plus grand prophète que Jean-Baptiste. Mais celui qui est le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui.

Lc 7,29. Tout le peuple qui L'a entendu, et les publicains, ont justifié Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean.

Lc 7,30. Mais les pharisiens et les docteurs de la loi ont méprisé le dessein de Dieu à leur égard, en ne se faisant pas baptiser par Jean.

Lc 7,31. Le Seigneur ajouta: A qui donc comparerai-je les hommes de cette génération, et à qui sont-ils semblables?

Lc 7,32. Ils sont semblables à des enfants assis sur la place publique, et qui, se parlant les uns aux autres, disent: Nous vous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé; nous avons chanté des airs lugubres, et vous n'avez pas pleuré.

Lc 7,33. Car Jean-baptiste est venu, ne mangeant pas de pain, et ne buvant pas de vin; et vous dites: Il est possédé du démon.

Lc 7,34. Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant; et vous dites: Voici un homme de bonne chère et un buveur de vin, un ami des publicains et des pécheurs.

Lc 7,35. Mais la sagesse a été justifiée par tous ses enfants.

Lc 7,36. Or un pharisien pria Jésus de manger avec lui. Et étant entré dans la maison du pharisien, Il Se mit à table.

Lc 7,37. Et voici qu'une femme, qui était une pécheresse dans la ville, ayant su qu'Il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre rempli de parfum;

Lc 7,38. et se tenant derrière Lui, à Ses pieds, elle se mit à arroser Ses pieds de ses larmes, et elle les essuyait avec les cheveux de Sa tête, et elle baisait Ses pieds et les oignait de parfum.

Lc 7,39. Voyant cela, le pharisien qui L'avait invité dit en lui-même: Si cet homme était prophète, Il saurait certainement qui et de quelle espèce est la femme qui Le touche; car c'est une pécheresse.

Lc 7,40. Et Jésus, prenant la parole, lui dit: Simon, J'ai quelque chose à te dire. Il répondit: Maître, dites.

Lc 7,41. Un créancier avait deux débiteurs: l'un devait cinq cents deniers, et l'autre cinquante.

Lc 7,42. Comme ils n'avaient pas de quoi les rendre, il leur remit à tous deux leur dette. Lequel donc l'aimera davantage?

Lc 7,43. Simon répondit: Je pense que c'est celui auquel il a remis davantage. Jésus lui dit: Tu as bien jugé.

Lc 7,44. Et Se tournant vers la femme, il dit à Simon: Tu vois là cette femme? Je suis entré dans ta maison: tu ne M'as pas donné d'eau pour Mes pieds; mais elle a arrosé Mes pieds des ses larmes, et elle les a essuyé avec ses cheveux.

Lc 7,45. Tu ne M'as pas donné de baiser; mais elle, depuis qu'elle est entrée, n'a pas cessé de baiser Mes pieds.

Lc 7,46. Tu n'as pas oint Ma tête d'huile; mais elle, elle a oint Mes pieds de parfum.

Lc 7,47. C'est pourquoi, Je te le dis, beaucoup de péchés lui sont remis, parce qu'elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on remet moins, aime moins.

Lc 7,48. Alors Il dit à cette femme: Tes péchés te sont remis.

Lc 7,49. Et ceux qui étaient à table avec Lui commencèrent à dire en eux-mêmes: Quel est Celui-ci, qui remet même les péchés?

Lc 7,50. Et Il dit à la femme: Ta foi t'a sauvée; va en paix.

CHAPITRE VIII

Lc 8,1. Il arriva ensuite que Jésus parcourait les villes et les villages, prêchant et annonçant l'Evangile du royaume de Dieu. Et les douze étaient avec Lui,

Lc 8,2. comme aussi quelques femmes, qui avaient été guéries d'esprits malins et de maladies: Marie, appelée Madeleine, de laquelle sept démons étaient sortis;

Lc 8,3. Jeanne, femme de Chusa, intendant d'Hérode, et Suzanne, et beaucoup d'autres, qui L'assistaient de leurs biens.

Lc 8,4. Or, comme une grande foule s'était assemblée, et qu'on accourait des villes auprès de Lui, Il dit en parabole:

Lc 8,5. Celui qui sème alla semer sa semence. Et tandis qu'il semait, une partie tomba le long du chemin; et elle fut foulée aux pieds, et les oiseaux du ciel la mangèrent.

Lc 8,6. Une autre partie tomba sur la pierre; et ayant levé, elle sécha, parce qu'elle n'avait pas d'humidité.

Lc 8,7. Une autre tomba au milieu des épines; et les épines, croissant avec elle, l'étouffèrent.

Lc 8,8. Une autre partie tomba dans une bonne terre, et, ayant levé, elle porta du fruit au centuple. En disant cela, Il criait: Que celui-là entende, qui a des oreilles pour entendre.

Lc 8,9. Ses disciples Lui demandèrent ensuite ce que signifiait cette parabole.

Lc 8,10. Il leur dit: A vous il a été donné de connaître le mystère du royaume de Dieu; mais aux autres il n'est proposé qu'en paraboles, afin que, regardant, ils ne voient point, et qu'entendant, ils ne comprennent point.

Lc 8,11. Voici le sens de cette parabole. La semence, c'est la parole de Dieu.

Lc 8,12. Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui écoutent; ensuite le diable vient, et enlève de leur coeur la parole, de peur qu'ils ne croient et ne soient sauvées.

Lc 8,13. Ceux qui sont sur la pierre sont ceux qui, entendant la parole, la reçoivent avec joie; mais ils n'ont pas de racines: ils croient pour un temps, et au moment de la tentation ils se retirent.

Lc 8,14. Ce qui tombe parmi les épines, ce sont ceux qui ont écouté la parole, et qui s'en vont et sont étouffés par les sollicitudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent pas de fruit.

Lc 8,15. Ce qui tombe dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant écouté la parole avec un coeur bon et excellent, la retiennent, et portent du fruit par la patience.

Lc 8,16. Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d'un vase ou ne la met sous un lit; mais il la met sur un candélabre, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

Lc 8,17. Car il n'y a rien de caché qui ne soit manifesté, ni rien de secret qui ne soit connu et ne vienne au grand jour.

Lc 8,18. Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a, on donnera; et à celui qui n'a pas, on ôtera même ce qu'il croit avoir.

Lc 8,19. Cependant, Sa Mère et Ses frères vinrent auprès de Lui, et ils ne pouvaient L'aborder, à cause de la foule.

Lc 8,20. On L'en avertit: Votre Mère et Vos frères sont dehors et veulent Vous voir.

Lc 8,21. Et répondant, Il leur dit: Ma mère et Mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la pratiquent.

Lc 8,22. Or il arriva qu'un de ces jours, Il monta sur une barque avec Ses disciples; et Il leur dit: Passons de l'autre côté du lac. Et ils partirent.

Lc 8,23. Pendant qu'ils naviguaient, Il S'endormit; et un tourbillon de vent fondit sur le lac, et la barque se remplissait d'eau, et ils étaient en péril.

Lc 8,24. S'approchant donc, ils L'éveillèrent, en disant: Maître, nous périssons. Mais Lui, S'étant levé, menaça le vent et les flots agités; et ils s'apaisèrent, et le calme se fit.

Lc 8,25. Alors Il leur dit: Où est votre foi? Mais eux, remplis de crainte et d'admiration, se disaient l'un à l'autre: Quel est donc Celui-ci, qui commande aux vents et à la mer, et ils Lui obéissent?

Lc 8,26. Ils abordèrent dans le pays des Géraséniens, qui est en face de la Galilée.

Lc 8,27. Et lorsque Jésus fut descendu à terre, il vint au-devant de Lui un homme qui était possédé du démon depuis longtemps déjà, et qui ne portait pas de vêtement, et qui ne demeurait pas dans une maison, mais dans les sépulcres.

Lc 8,28. Dès qu'il eut vu Jésus, il se prosterna devant Lui, et poussant un grand cri, il dit: Qu'y a-t-il entre Vous et moi, Jésus, Fils du Dieu très haut? Je Vous en conjure, ne me tourmentez pas.

Lc 8,29. Car Il commandait à l'esprit impur de sortir de cet homme. Il s'était, en effet, emparé de lui depuis longtemps, et quoiqu'on le gardât lié de chaînes et les fers aux pieds, il rompait ses liens, et était entraîné par le démon dans les déserts.

Lc 8,30. Jésus l'interrogea, en disant: Quel est ton nom? Il répondit: Légion; car de nombreux démons étaient entrés en lui.

Lc 8,31. Et ils Le suppliaient de ne pas leur commander de s'en aller dans l'abîme.

Lc 8,32. Or il y avait là un grand troupeau de pourceaux, qui paissaient sur la montagne; et les démons Le suppliaient de leur permettre d'entrer dans ces pourceaux. Et Il le leur permit.

Lc 8,33. Les démons sortirent donc de cet homme, et entrèrent dans les pourceaux; et le troupeau alla se précipiter impétueusement dans le lac, et se noya.

Lc 8,34. Quand ceux qui les faisaient paître eurent vu ce qui était arrivé, ils s'enfuirent, et ils l'annoncèrent dans la ville et dans les campagnes.

Lc 8,35. Les habitants sortirent pour voir ce qui était arrivé, et ils vinrent auprès de Jésus; et ils trouvèrent l'homme, de qui les démons étaient sortis, assis à Ses pieds, vêtu, et plein de bons sens; et ils furent saisis de crainte.

Lc 8,36. Ceux qui avaient vu ce qui s'était passé leur racontèrent comment il avait été délivré de la légion.

Lc 8,37. Alors tout le peuple du pays des Géraséniens pria Jésus de S'éloigner d'eux, car ils étaient saisis d'une grande crainte. Et Lui, montant dans la barque, S'en retourna.

Lc 8,38. Et l'homme de qui les démons étaient sortis Lui demandait de rester avec Lui. Mais Jésus le renvoya, en disant:

Lc 8,39. Retourne dans ta maison, et raconte les grandes choses que Dieu t'a faites. Et il s'en alla par toute la ville, publiant les grandes choses que Jésus lui avait faites.

Lc 8,40. Or il arriva que Jésus, à Son retour, fut reçu par la foule: car tous L'attendaient.

Lc 8,41. Et voici qu'un homme, nommé Jaïre, qui était chef de la synagogue, vint et se jeta aux pieds de Jésus, Le suppliant d'entrer dans sa maison,

Lc 8,42. parce qu'il avait une fille unique, âgée d'environ douze ans, qui se mourait. Et il arriva qu'en y allant Il était pressé par la foule.

Lc 8,43. Et une femme qui souffrait d'une perte de sang dupuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien en médecins, sans qu'aucun eût pu la guérir,

Lc 8,44. s'approcha par derrière, et toucha la frange de Son vêtement; et aussitôt sa perte de sang s'arrêta.

Lc 8,45. Et Jésus dit: Qui est-ce qui M'a touché? Mais comme tous s'en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec Lui répondirent: Maître, les foules Vous pressent et Vous accablent, et Vous dites: Qui M'a touché?

Lc 8,46. Et Jésus dit: Quelqu'un M'a touché, car J'ai connu qu'une vertu était sortie de Moi.

Lc 8,47. Alors la femme, voyant qu'elle n'avait pu rester cachée, vint toute tremblante, et se jeta à Ses pieds; et elle déclara devant tout le peuple pour quel motif elle L'avait touché, et comment elle avait été guérie à l'instant.

Lc 8,48. Et Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix.

Lc 8,49. Comme Il parlait encore, quelqu'un vint dire au chef de synagogue: Ta fille est morte; ne l'importune pas.

Lc 8,50. Mais Jésus, ayant entendu cette parole, dit au père de la jeune fille: Ne crains point; crois seulement, et elle vivra.

Lc 8,51. Et lorsqu'Il fut arrivé à la maison, Il ne permit à personne d'entrer avec Lui, si ce n'est à Pierre, à Jacques et à Jean, et au père et à la mère de la jeune fille.

Lc 8,52. Or, tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Mais Il dit: Ne pleurez pas; la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort.

Lc 8,53. Et ils se moquaient de Lui, sachant qu'elle était morte.

Lc 8,54. Mais Lui, la prenant par la main, S'écria, en disant: Jeune fille, lève-toi.

Lc 8,55. Et son esprit revint, et elle se leva aussitôt. Et Il ordonna de lui donner à manger.

Lc 8,56. Ses parents furent remplis d'étonnement; et Il leur commanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

CHAPITRE IX

Lc 9,1. Jésus, ayant assemblé les douze Apôtres, leur donna puissance et autorité sur tous les démons, et le pouvoir de guérir les maladies.

Lc 9,2. Puis Il les envoya prêcher le royaume de Dieu et guérir les malades.

Lc 9,3. Et Il leur dit: Ne portez rien en route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent, et n'ayez pas deux tuniques.

Lc 9,4. Dans quelque maison que vous soyez entrés, demeurez-y et n'en sortez pas.

Lc 9,5. Et lorsqu'on ne vous aura pas reçus, sortant de cette ville, secouez la poussière même de vos pieds, en témoignage contre eux.

Lc 9,6. Etant donc partis, ils parcouraient les villages, annonçant l'Evangile et guérissant partout.

Lc 9,7. Cependant, Hérode le tétrarque entendit parler de tout ce que faisait Jésus; et il était perplexe, parce que les uns disaient:

Lc 9,8. Jean est ressuscité d'entre les morts; les autres: Elie est apparu; et d'autres: Un des anciens prophètes est ressuscité.

Lc 9,9. Et Hérode dit: J'ai décapité Jean; mais quel est donc Celui-ci, de qui j'entends dire de telles choses? Et il cherchait à Le voir.

Lc 9,10. Les Apôtres, étant revenus, racontèrent à Jésus tout ce qu'ils avaient fait; et les prenant avec Lui, Il Se retira à l'écart dans un lieu désert, près de Bethsaïda.

Lc 9,11. Quand les foules l'eurent appris, elles Le suivirent; et Il les accueillit, et Il leur parlait du royaume de Dieu, et guérissait ceux qui avaient besoin d'être guéris.

Lc 9,12. Or, le jour commençait à baisser, et les douze, s'approchant, Lui dirent: Renvoyez les foules, afin qu'elles aillent dans les villages et dans les campagnes d'alentour, pour se loger et trouver des vivres; car nous sommes ici dans un lieu désert.

Lc 9,13. Mais Il leur dit: Donnez-leur vous-mêmes à manger. Ils Lui dirent: Nous n'avons que cinq pains et deux poissons; à moins que nous n'allions nous-mêmes acheter des vivres pour toute cette foule.

Lc 9,14. Or il y avait là environ cinq mille hommes. Alors Il dit à Ses disciples: Faites-les asseoir par groupes de cinquante.

Lc 9,15. Ils firent ainsi, et les firent tous asseoir.

Lc 9,16. Alors Jésus, ayant pris les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux au Ciel, et les bénit, les rompit, et les distribua à Ses disciples, afin qu'ils les présentassent aux foules.

Lc 9,17. Ils mangèrent tous et furent rassasiés; et on emporta douze corbeilles de morceaux qui étaient restés.

Lc 9,18. Il arriva, comme Il priait à l'écart, ayant Ses disciples avec Lui, qu'Il les interrogea, en disant: Les foules, qui disent-elles que Je suis?

Lc 9,19. Ils répondirent, en disant: Jean-Baptiste; les autres, Elie; les autres, qu'un des anciens prophètes est ressuscité.

Lc 9,20. Et Il leur dit: Mais vous, qui dites-vous que Je suis? Simon-Pierre, prenant la parole, dit: Le Christ de Dieu.

Lc 9,21. Alors Il leur défendit, avec de sévères recommandations, de dire cela à personne,

Lc 9,22. ajoutant: Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'Il soit rejeté par les anciens, par les princes des prêtres et par les scribes, qu'Il soit mis à mort, et qu'Il ressuscite le troisième jour.

Lc 9,23. Il disait aussi à tous: Si quelqu'un veut venir après Moi, qu'il renonce à lui-même, et qu'il porte sa croix tous les jours, et qu'il Me suive.

Lc 9,24. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de Moi la sauvera.

Lc 9,25. Et quel avantage aurait un homme à gagner le monde entier, s'il se perd lui-même et cause sa ruine?

Lc 9,26. Car si quelqu'un rougit de Moi et de Mes paroles, le Fils de l'homme rougira de lui lorsqu'Il viendra dans Sa gloire, et dans celle du Père et des saints Anges.

Lc 9,27. Je vous le dis, en vérité, il en est quelques-uns, ici présents, qui ne goûteront pas la mort avant d'avoir vu le royaume de Dieu.

Lc 9,28. Or il arriva qu'environ huit jours après ces paroles, Il prit avec Lui Pierre, Jacques et Jean, et Il monta sur une montagne pour prier.

Lc 9,29. Et pendant qu'Il priait, l'aspect de Son visage devint tout autre, et Ses vêtements devinrent blancs et brillants.

Lc 9,30. Et voici que deux hommes s'entretenaient avec Lui: c'étaient Moïse et Elie,

Lc 9,31. apparaissant avec gloire; et ils parlaient de Sa sortie du monde, qu'Il devait accomplir à Jérusalem.

Lc 9,32. Cependant Pierre et ceux qui étaient avec Lui étaient appesantis par le sommeil; et, s'éveillant, ils virent Sa gloire, et les deux hommes qui étaient avec Lui.

Lc 9,33. Et il arriva qu'au moment où ceux-ci s'éloignaient de Jésus, Pierre Lui dit: Maître, il est bon pour nous d'être ici; faisons trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie. Il ne savait pas ce qu'il disait.

Lc 9,34. Comme il parlait ainsi, une nuée apparut et les couvrit; et ils furent effrayés lorsqu'ils entrèrent dans la nuée.

Lc 9,35. Et une voix sortit de la nuée, disant: Celui-ci est Mon Fils bien-aimé; écoutez-Le.

Lc 9,36. Et pendant que la voix retentissait, Jésus Se trouva seul. Et les disciples se turent, et ne dirent à personne, en ces jours-là, rien de ce qu'ils avaient vu.

Lc 9,37. Or il arriva, le jour suivant, comme ils descendaient de la montagne, qu'une foule nombreuse vint au-devant d'eux.

Lc 9,38. Et voici qu'un homme s'écria, du sein de la foule, et dit: Maître, je Vous en supplie, jetez un regard sur mon fils, car c'est mon unique enfant.

Lc 9,39. Un esprit se saisit de lui, et aussi-tôt il pousse des cris; il le renverse à terre, il l'agite en le faisant écumer, et il ne le quitte qu'à grand'peine, après l'avoir tout déchiré.

Lc 9,40. J'ai prié Vos disciples de le chasser, et ils n'ont pas pu.

Lc 9,41. Alors Jésus, prenant la parole, dit: O race incrédule et perverse, jusques à quand serai-Je avec vous et vous souffrirai-Je? Amène ici ton fils.

Lc 9,42. Et comme il approchait, le démon le jeta par terre et l'agita violemment.

Lc 9,43. Mais Jésus menaça l'esprit impur, et guérit l'enfant, et le rendit à son père.

Lc 9,44. Et tous étaient frappés de la grandeur de Dieu; et comme tous étaient dans l'admiration de tout ce que faisait Jésus, Il dit à Ses disciples: Vous, mettez bien dans vos coeurs ces paroles: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes.

Lc 9,45. Mais ils ne comprenaient pas cette parole, et elle était voilée pour eux, de sorte qu'ils n'en avaient pas le sens; et ils craignaient de L'interroger à ce sujet.

Lc 9,46. Or une pensée leur vint dans l'esprit: lequel d'entre eux était le plus grand.

Lc 9,47. Mais Jésus, voyant les pensées de leurs coeurs, prit un enfant et le plaça auprès de Lui.

Lc 9,48. Puis Il leur dit: Quiconque reçoit cet enfant en Mon nom, Me reçoit; et quiconque Me reçoit, reçoit Celui qui M'a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, celui-là est le plus grand.

Lc 9,49. Alors Jean, prenant la parole, dit: Maître, nous avons vu un homme chasser les démons en Votre nom, et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne Vous suit pas avec nous.

Lc 9,50. Et Jésus lui dit: Ne l'en empêchez point; car celui qui n'est pas contre vous est pour vous.

Lc 9,51. Or il arriva, lorsque les jours où Il devait être enlevé du monde approchaient, qu'Il prit un visage assuré, pour aller à Jérusalem.

Lc 9,52. Et Il envoya devant Lui des messagers; ceux-ci, étant partis, entrèrent dans une ville des Samaritains, pour Lui préparer un logement.

Lc 9,53. Mais ils ne Le reçurent point, parce que Son aspect était celui d'un homme qui va à Jérusalem.

Lc 9,54. Ayant vu cela, Ses disciples Jacques et Jean Lui dirent: Seigneur, voulez-Vous que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume?

Lc 9,55. Et Se tournant vers eux, Il les réprimanda, en disant: Vous ne savez pas de quel esprit Vous êtes.

Lc 9,56. Le Fils de l'homme n'est pas venu pour perdre les âmes, mais pour les sauver. Et ils s'en allèrent dans un autre bourg.

Lc 9,57. Or il arriva, tandis qu'ils étaient en chemin, que quelqu'un Lui dit: Je Vous suivrai partout où Vous irez.

Lc 9,58. Jésus lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer Sa tête.

Lc 9,59. Il dit à un autre: Suis-moi. Mais celui-ci répondit: Seigneur, permettez-moi d'aller d'abord ensevelir mon père.

Lc 9,60. Et Jésus lui dit: Laisse les morts ensevelir leurs morts; pour toi, va et annonce le royaume de Dieu.

Lc 9,61. Un autre dit: Seigneur, je Vous suivrai; mais permettez-moi d'abord de disposer de ce qui est dans ma maison.

Lc 9,62. Jésus lui dit: Quiconque met la main à la charrue et regarde en arriére, n'est pas propre au royaume de Dieu.

CHAPITRE X

Lc 10,1. Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-douze autres disciples, et Il les envoya devant Lui, deux à deux, dans toutes les villes et tous les lieux où Il devait aller Lui-même.

Lc 10,2. Et Il leur disait: La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans Sa moisson.

Lc 10,3. Allez; voici que Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.

Lc 10,4. Ne portez ni bourse, ni sac, ni chaussures, et ne saluez personne en chemin.

Lc 10,5. Dans quelque maison que vous entriez, dites d'abord: Paix à cette maison.

Lc 10,6. Et s'il s'y trouve un enfant de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra à vous.

Lc 10,7. Demeurez dans la même maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux; car l'ouvrier est digne de son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

Lc 10,8. Dans quelque ville que vous entriez, et où l'on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté.

Lc 10,9. Guérissez les malades qui s'y trouvent, et dites-leur: Le royaume de Dieu s'est approché de vous.

Lc 10,10. Et dans quelque ville que vous entriez, et où l'on ne vous recevra pas, sortez sur les places publiques, et dites:

Lc 10,11. La poussière même de votre ville, qui s'est attachée à nous, nous la secouons contre vous; sachez cependant ceci, que le royaume de Dieu est proche.

Lc 10,12. Je vous le dis, en ce jour-là, il y aura moins de rigueur pour Sodome que pour cette ville.

Lc 10,13. Malheur à toi, Corozaïn! malheur à toi, Bethsaïda! car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, depuis longtemps elles auraient fait pénitence, revêtues d'un sac et assises dans la cendre.

Lc 10,14. C'est pourquoi, au jugement, il y aura moins de rigueur pour Tyr et pour Sidon que pour vous.

Lc 10,15. Et toi, Capharnaüm, qui as été élevée jusqu'au Ciel, tu seras plongée jusque dans l'enfer.

Lc 10,16. Celui qui vous écoute, M'écoute; celui qui vous méprise, Me méprise. Et celui qui Me méprise, méprise Celui qui M'a envoyé.

Lc 10,17. Or les soixante-douze revinrent avec joie, disant: Seigneur, les démons même nous sont soumis en Votre nom.

Lc 10,18. Et Il leur dit: Je voyais Satan tomber du Ciel comme la foudre.

Lc 10,19. Voici que Je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds les serpents, et les scorpions, et toute la puissance de l'ennemi; et rien ne pourra vous nuire.

Lc 10,20. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les Cieux.

Lc 10,21. En cette heure même, Il tressaillit de joie dans l'Esprit-Saint, et dit: Je vous rends gloire, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que Vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et de ce que Vous les avez révélées aux petits. Oui, Père, car il Vous a plu ainsi.

Lc 10,22. Toutes choses M'ont été données par mon Père; et nul ne sait qui est le Fils, si ce n'est le Pére; ni qui est le Pére, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu le révéler.

Lc 10,23. Et Se tournant vers Ses disciples, Il dit: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez.

Lc 10,24. Car Je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu; et entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.

Lc 10,25. Et voici qu'un docteur de la loi se leva pour Le tenter, et Lui dit: Maître, que dois-je faire pour posséder la vie éternelle?

Lc 10,26. Et Jêsus lui dit: Qu'y a-t-il d'écrit dans la loi? qu'y lis-tu?

Lc 10,27. Il répondit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, et de toute ton âme, et de toutes tes forces, et de tout ton esprit; et ton prochain comme toi-même.

Lc 10,28. Jésus lui dit: Tu as bien répondu; fais cela, et tu vivras.

Lc 10,29. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: Et qui est mon prochain?

Lc 10,30. Alors Jésus, prenant la parole, dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu des voleurs, qui le dépouillèrent, et, après l'avoir couvert de blessures, s'en allèrent, le laissant à demi mort.

Lc 10,31. Or il arriva qu'un prêtre descendait par le même chemin; et l'ayant vu, il passa outre.

Lc 10,32. Pareillement, un lévite, qui se trouvait en cet endroit, le vit et passa outre.

Lc 10,33. Mais un Samaritain, qui était en voyage, vint près de lui, et, le voyant, fut touché de compassion.

Lc 10,34. Et s'étant approché, il banda ses plaies, et y versa de l'huile et du vin; puis, le plaçant sur sa monture, il le conduisit dans une hôtellerie et prit soin de lui.

Lc 10,35. Le lendemain, il tira deux deniers, et les donna à l'hôtelier, et dit: Aie soin de lui; et tout ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.

Lc 10,36. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé entre les mains des voleurs?

Lc 10,37. Le docteur répondit: Celui qui a exercé la miséricorde envers lui. Et Jésus lui dit: Va, et fais de même.

Lc 10,38. Or il arriva, tandis qu'ils étaient en chemin, qu'Il entra dans un bourg; et une femme, nommée Marthe, Le reçut dans sa maison.

Lc 10,39. Et elle avait une soeur, nommée Marie, qui, assise aux pieds du Seigneur, écoutait Sa parole;

Lc 10,40. mais Marthe s'empressait aux soins multiples du service. Elle s'arrêta, et dit: Seigneur, n'avez-Vous aucun souci de ce que ma soeur me laisse servir seule? Dites-lui donc de m'aider.

Lc 10,41. Le Seigneur, répondant, lui dit: Marthe, Marthe, tu t'inquètes et tu te troubles pour beaucoup de choses.

Lc 10,42. Or une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, qui ne lui sera pas ôtée.

CHAPITRE XI

Lc 11,1. Il arriva, comme Il priait dans un certain lieu, que, lorsqu'Il eut achevé, un de Ses disciples Lui dit: Seigneur, apprenez-nous à prier, comme Jean l'a appris à ses disciples.

Lc 11,2. Et Il leur dit: Lorsque vous priez, dites: Père, que Votre nom soit sanctifié; que Votre règne arrive;

Lc 11,3. donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour.

Lc 11,4. Et remettez-nous nos péchés, puisque nous remettons, nous aussi, à quiconque nous doit; et ne nous induisez pas en tentation.

Lc 11,5. Il leur dit encore: Si l'un de vous a un ami, et qu'il aille le trouver au milieu de la nuit, pour lui dire: Mon ami, prête-moi trois pains,

Lc 11,6. car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n'ai rien à lui offrir,

Lc 11,7. et si, de l'intérieur, l'autre répond: Ne m'importune pas; la porte est déjà fermée, et mes enfants et moi nous sommes au lit; je ne puis me lever pour t'en donner;

Lc 11,8. si cependant le premier continue de frapper, Je vous le dis, quand même il ne se lèverait pas pour lui en donner parce qu'il est son ami, il se lèvera du moins à cause de son importunité, et il lui en donnera autant qu'il lui en faut.

Lc 11,9. Et Moi, Je vous dis: Demandez, et on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez à la porte, et on vous ouvrira.

Lc 11,10. Car quiconque demande, reçoit; et qui cherche, trouve; et à celui qui frappe à la porte, on ouvrira.

Lc 11,11. Si l'un de vous demande du pain à son père, celui-ci lui donnera-t-il une pierre? Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu du poisson?

Lc 11,12. Ou, s'il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion?

Lc 11,13. Si donc vous, qui êtes méchants, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans le Ciel donnera-t-Il l'Esprit bon à ceux qui le Lui demandent!

Lc 11,14. Jésus chassait un démon, et ce démon était muet. Et lorsqu'Il eut chassé le démon, le muet parla, et les foules furent dans l'admiration.

Lc 11,15. Mais quelques-uns d'entre eux dirent: C'est par Béelzébub, prince des démons, qu'Il chasse les démons.

Lc 11,16. Et d'autres, pour Le tenter, Lui demandaient un signe qui vînt du Ciel.

Lc 11,17. Mais Lui, ayant vu leurs pensées, leur dit: Tout royaume divisé contre lui-même sera dévasté, et la maison tombera sur la maison.

Lc 11,18. Si donc Satan est aussi divisé contre lui-même, comment son règne subsistera-t-il? Car vous dites que c'est par Béelzébub que Je chasse les démons.

Lc 11,19. Or si c'est par Béelzébub que Je chasse les démons, par qui vos fils les chassent-ils? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

Lc 11,20. Mais si c'est par le doigt de Dieu que Je chasse les démons, assurément le royaume de Dieu est arrivé jusqu'à vous.

Lc 11,21. Lorsque l'homme fort, armé, garde sa maison, ce qu'il possède est en paix.

Lc 11,22. Mais si un plus fort que lui survient et triomphe de lui, il emportera toutes ses armes, dans lesquelles il se confiait, et il distribuera ses dépouilles.

Lc 11,23. Celui qui n'est point avec Moi est contre Moi, et celui qui ne recueille pas avec Moi dissipe.

Lc 11,24. Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos; et n'en trouvant pas, il dit: Je retournerai dans ma maison, d'où je suis sorti.

Lc 11,25. Et quand il arrive, il la trouve balayée et ornée.

Lc 11,26. Alors il s'en va, et prend avec lui sept autres esprits, plus méchants que lui, et, entrant dans cette maison, ils y habitent. Et le dernier état de cet homme devient pire que le premier.

Lc 11,27. Or il arriva, tandis qu'Il disait ces choses, qu'une femme, élevant la voix du milieu de la foule, Lui dit: Heureux le sein qui Vous a porté, et les mamelles qui Vous ont allaité.

Lc 11,28. Mais Il dit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent.

Lc 11,29. Et comme les foules accouraient, Il Se mit à dire: Cette génération est une génération méchante; elle demande un signe, et il ne lui sera pas donné de signe, si ce n'est le signe du prophète Jonas.

Lc 11,30. Car, de même que Jonas fut un signe pour les Ninivites, ainsi en sera-t-il du Fils de l'homme pour cette génération.

Lc 11,31. La reine du Midi se lèvera, lors du jugement, contre les hommes de cette génération, et les condamnera; car elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici qu'il y a plus que Salomon ici.

Lc 11,32. Les Ninivites se lèveront, lors du jugement, contre cette génération, et la condamneront; car ils ont fait pénitence à la prédication de Jonas, et voici qu'il y a plus que Jonas ici.

Lc 11,33. Personne n'allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché, ou sous le boisseau; mais on la met sur le candélabre, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

Lc 11,34. La lampe de ton corps, c'est ton oeil. Si ton oeil est simple, tout ton corps sera lumineux; mais s'il est mauvais, ton corps aussi sera ténébreux.

Lc 11,35. Prends donc garde que la lumière qui est en toi ne soit ténèbres.

Lc 11,36. Si donc tout ton corps est éclairé, n'ayant aucune partie ténébreuse, il sera tout lumineux, et tu seras éclairé comme par une lampe brillante.

Lc 11,37. Pendant qu'Il parlait, un pharisien Le pria de dîner chez lui; et étant entré, Il Se mit à table.

Lc 11,38. Or le pharisien, pensant en lui-même, commença à se demander pourquoi Il ne S'était pas lavé avant le repas.

Lc 11,39. Mais le Seigneur lui dit: Vous autres, pharisiens, vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat; mais ce qui est au dedans de vous est plein de rapine et d'iniquité.

Lc 11,40. Insensés, celui qui a fait le dehors n'a-t-il pas fait aussi le dedans?

Lc 11,41. Cependant donnez en aumône votre superflu, et voici que tout sera pur pour vous.

Lc 11,42. Mais malheur à vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme de la menthe, et de la rue, et de tous les légumes, et que vous négligez la justice et l'amour de Dieu; il fallait cependant faire ces choses, sans omettre les autres.

Lc 11,43. Malheur à vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations sur la place publique.

Lc 11,44. Malheur à vous, parce que vous êtes comme des sépulcres que ne paraissent point, et sur lesquels les hommes marchent sans le savoir.

Lc 11,45. Alors un des docteurs de la loi, prenant la parole, Lui dit: Maître, en parlant de la sorte, Vous nous faites injure à nous aussi.

Lc 11,46. Mais Jésus dit: Malheur à vous aussi, docteurs de la loi, parce que vous chargez les hommes de fardeaux qu'ils ne peuvent porter, et que vous-mêmes vous ne touchez pas ces fardeaux d'un seul de vos doigts.

Lc 11,47. Malheur à vous, qui bâtissez les tombeaux des prophètes; et ce sont vos pères qui les ont tués.

Lc 11,48. Certes, vous témoignez que vous consentez aux oeuvres de vos pères; car eux, ils les ont tués, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.

Lc 11,49. C'est pourquoi la sagesse de Dieu a dit: Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, et ils tueront les uns et persécuteront les autres,

Lc 11,50. afin qu'il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde,

Lc 11,51. depuis le sang d'Abel jusqu'au sang de Zacharie, qui a été tué entre l'autel et le temple. Oui, Je vous le dis, il en sera demandé compte à cette génération.

Lc 11,52. Malheur à vous, docteurs de la loi, parce que vous avez pris la clef de la science; vous-mêmes, vous n'êtes pas entrés, et vous avez arrêté ceux qui voulaient entrer.

Lc 11,53. Comme Il leur disait ces choses, les pharisiens et les docteurs de la loi commencèrent à Le presser vivement et à Le harceler par une multitude de questions,

Lc 11,54. Lui tendant des pièges, et cherchant à surprendre quelque parole de Sa bouche, afin de L'accuser.

CHAPITRE XII

Lc 12,1. Or des foules nombreuses s'étant assemblées autour de Jésus, à ce point qu'on marchait les uns sur les autres, Il commença à dire à Ses disciples: Gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l'hypocrisie.

Lc 12,2. Il n'y a rien de secret qui ne doive être découvert, ni rien de caché qui ne doive être connu.

Lc 12,3. Car, ce que vous avez dit dans les ténèbres, on le dira dans la lumière; et ce que vous avez dit à l'oreille, dans les chambres, sera prêché sur les toits.

Lc 12,4. Je vous dis donc à vous, qui êtes Mes amis: Ne craignez point ceux qui tuent le corps, et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus.

Lc 12,5. Mais Je vous montrerai qui vous devez craindre: craignez Celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne. Oui, Je vous le dis, Celui-là, craignez-Le.

Lc 12,6. Cinq passereaux ne se vendent-ils pas deux as? Et pas un d'eux n'est en oubli devant Dieu.

Lc 12,7. Les cheveux même de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point; vous valez plus que beaucoup de passereaux.

Lc 12,8. Or, Je vous le dis, quiconque Me confessera devant les hommes, le Fils de l'homme le confessera aussi devant les Anges de Dieu.

Lc 12,9. Mais celui que M'aura renié devant les hommes sera renié devant les Anges de Dieu.

Lc 12,10. Et à quiconque prononcera une parole contre le Fils de l'homme, il sera pardonné; mais à celui qui aura blasphémé contre le Saint-Esprit, il ne sera point pardonné.

Lc 12,11. Lorsqu'on vous conduira dans les synagogues, et devant les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez point de quelle manière ou de ce que vous répondrez, ni de ce que vous direz;

Lc 12,12. car l'Esprit-Saint vous enseignera, à l'heure même, ce qu'il faudra que vous disiez.

Lc 12,13. Alors quelqu'un de la foule Lui dit: Maître, dites à mon frère de partager avec moi notre héritage.

Lc 12,14. Mais Jésus lui répondit: Homme, qui M'a établi sur vous juge ou faiseur de partages?

Lc 12,15. Puis Il leur dit: Voyez, et gardez-vous de toute avarice; car un homme fût-il dans l'abondance, sa vie ne dépend pas des biens qu'il possède.

Lc 12,16. Il leur dit ensuite cette parabole: Le champ d'un homme riche lui rapporta des fruits abondants.

Lc 12,17. Et il pensait en lui-même, disant: Que ferai-je? car je n'ai pas où serrer mes fruits.

Lc 12,18. Et il dit: Voici ce que je ferai: j'abattrai mes greniers et j'en bâtirai de plus grands, et j'y amasserai tous mes produits et mes biens.

Lc 12,19. Et je dirai à mon âme: Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour de nombreuses années; repose-toi, mange, bois, fais bonne chère.

Lc 12,20. Mais Dieu lui dit: Insensé, cette nuit même on te redemandera ton âme; et ce que tu as préparé, à qui sera-ce?

Lc 12,21. Ainsi en est-il de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n'est pas riche pour Dieu.

Lc 12,22. Il dit ensuite à Ses disciples: C'est pourquoi Je vous le dis, ne soyez point inquiets pour votre vie, de ce que vous mangerez; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus.

Lc 12,23. La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement.

Lc 12,24. Considérez les corbeaux: ils ne sèment, ni ne moissonnent; ils n'ont ni cellier, ni grenier; cependant Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus qu'eux!

Lc 12,25. Mais qui de vous, en réfléchissant, peut ajouter à sa taille une coudée?

Lc 12,26. Si donc vous ne pouvez pas même ce qu'il y a de moindre, pourquoi vous inquiétez-vous des autres choses?

Lc 12,27. Considérez les lis, comme ils croissent: ils ne travaillent, ni ne filent; cependant, Je vous le dis, Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas vêtu comme l'un d'eux.

Lc 12,28. Si donc Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs, et qui demain sera jetée au four, combien plus vous-mêmes, hommes de peu de foi!

Lc 12,29. Et vous, ne vous préoccupez pas de ce que vous mangerez ou de ce que vous boirez, et ne vous élevez pas si haut.

Lc 12,30. Car ce sont les païens du monde qui recherchent toutes ces choses; mais votre Père sait que vous en avez besoin.

Lc 12,31. C'est pourquoi, cherchez premièrement le royaume de Dieu et Sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît.

Lc 12,32. Ne craignez point, petit troupeau; car il a plu à votre Père de vous donner le royaume.

Lc 12,33. Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumônes; faites-vous des bourses qui ne s'usent point, un trésor inépuisable dans les Cieux, dont le voleur n'approche pas et que le ver ne détruit pas.

Lc 12,34. Car où est votre trésor, là sera aussi votre coeur.

Lc 12,35. Que vos reins soient ceints, et les lampes allumées dans vos mains.

Lc 12,36. Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent que leur maître revienne des noces, afin que, lorsqu'il arrivera et frappera, ils lui ouvrent aussitôt.

Lc 12,37. Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant; en vérité, Je vous le dis, il se ceindra, les fera asseoir à table, et passant devant eux, il les servira.

Lc 12,38. Et, s'il vient à la seconde veille, s'il vient à la troisième veille, et qu'il les trouve en cet état, heureux sont ces serviteurs!

Lc 12,39. Or sachez que, si le père de famille savait à quelle heure le voleur doit venir, il veillerait certainement, et ne laisserait pas percer sa maison.

Lc 12,40. Vous aussi, soyez prêts; car, à l'heure que vous ne pensez pas, le Fils de l'homme viendra.

Lc 12,41. Alors Pierre Lui dit: Seigneur, est-ce à nous que Vous adressez cette parabole, ou est-ce à tous?

Lc 12,42. Et le Seigneur lui dit: Quel est, penses-tu, le dispensateur fidèle et prudent, que le maître a établi sur ses serviteurs pour leur donner, au temps fixé, leur mesure de blé?

Lc 12,43. Heureux ce serviteur, que le maître, à son arrivée, trouvera agissant ainsi!

Lc 12,44. En vérité, Je vous le dis, il l'établira sur tout ce qu'il possède.

Lc 12,44. Mais si ce serviteur dit en son coeur: Mon maître tarde à venir, et s'il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s'enivrer,

Lc 12,46. le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s'y attend pas et à l'heure qu'il ne sait pas, et il le retranchera, et lui donnera sa part avec les infidèles.

Lc 12,47. Le serviteur qui a connu la volonté de son maître, et n'a rien préparé, et n'a pas agi selon sa volonté, recevra un grand nombre de coups;

Lc 12,48. mais celui qui ne l'a pas connue, et qui a fait des choses dignes de châtiment, recevra peu de coups. A quiconque beaucoup aura été donné, beaucoup sera demandé; et de celui à qui on a confié beaucoup, on exigera davantage.

Lc 12,49. Je suis venu jeter le feu sur la terre, et quel est Mon désir, sinon qu'il s'allume?

Lc 12,50. J'ai à être baptisé d'un baptême, et comme Je Me sens pressé jusqu'à ce qu'il s'accomplisse!

Lc 12,51. Pensez-vous que Je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-Je, mais la division.

Lc 12,52. Car désormais, dans une même maison, cinq seront divisés: trois contre deux, et deux contre trois.

Lc 12,53. Seront divisés: le père contre le fils et le fils contre son père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre sa belle-fille et la belle-fille contre sa belle-mère.

Lc 12,54. Il disait aussi aux foules: Lorsque vous voyez un nuage s'élever à l'occident, vous dites aussitôt: La pluie vient; et il arrive ainsi.

Lc 12,55. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites: Il fera chaud; et cela arrive.

Lc 12, 56. Hypocrites, vous savez apprécier l'aspect du ciel et de la terre; comment donc n'appréciez-vous pas ce temps-ci?

Lc 12,57. Comment ne discernez-vous pas aussi par vous-mêmes ce que est juste?

Lc 12,58. Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche de te dégager de lui en chemin, de peur qu'il ne te traîne devant le juge, et que le juge ne te livre à l'exécuteur, et que l'exécuteur ne te mette en prison.

Lc 12,59. Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n'aies payé jusqu'à la dernière obole.

CHAPITRE XIII

Lc 13,1. En ce même temps, il y avait là quelques hommes, qui Lui annonçaient ce qui était arrivé aux Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices.

Lc 13,2. Et prenant la parole, Il leur dit: Pensez-vous que ces Galiléens fussent plus pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu'ils ont souffert de telles choses?

Lc 13,3. Non, Je vous le dis; mais, si vous ne faites pénitence, vous périrez tous pareillement.

Lc 13,4. Comme ces dix-huit personnes sur lesquelles est tombée la tour de Siloé, et qu'elle a tuées: pensez-vous que leur dette fût plus grande que celle de tous les habitants de Jérusalem?

Lc 13,5. Non, Je vous le dis; mais, si vous ne faites pénitence, vous périrez tous pareillement.

Lc 13,6. Il disait aussi cette parabole: Un homme avait un figuier planté dans sa vigne; et il vint y chercher du fruit, et n'en trouva point.

Lc 13,7. Alors il dit au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier, et je n'en trouve pas; coupe-le donc: pourquoi occupe-t-il encore le sol?

Lc 13,8. Le vigneron, répondant, lui dit: Seigneur, laisse-le encore cette année, jusqu'à ce que je creuse tout autour et que j'y mette du fumier;

Lc 13,9. peut-être portera-t-il du fruit; sinon, tu le couperas ensuite.

Lc 13,10. Or Jésus enseignait dans leur synagogue les jours de sabbat.

Lc 13,11. Et voici qu'il y vînt une femme, possédée d'un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; et elle était courbée, et ne pouvait pas du tout regarder en haut.

Lc 13,12. Jésus, la voyant, l'appela auprès de Lui et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité.

Lc 13,13. Et Il lui imposa les mains; et aussitôt elle redevint droite, et elle glorifiait Dieu.

Lc 13,14. Mais le chef de la synagogue prit la parole, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat; et il disait à la foule: Il y a six jours pendant lesquels on doit travailler; venez donc en ces jours-là, et faites-vous guérir, et non pas le jour du sabbat.

Lc 13,15. Le Seigneur lui répondit, en disant: Hypocrites, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne délie pas son boeuf ou son âne de la crèche, et ne les mène pas boire?

Lc 13,16. Et cette fille d'Abraham, que Satan avait liée voilà dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat?

Lc 13,17. Tandis qu'Il parlait ainsi, tous Ses adversaires rougissaient; et tout le peuple se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu'Il accomplissait.

Lc 13,18. Il disait aussi: A quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai-Je?

Lc 13,19. Il est semblable à un grain de sénevé, qu'un homme a pris et mis dans son jardin; et il a crû et est devenu un grand arbre, et les oiseaux du ciel se sont reposés sur ses branches.

Lc 13,20. Il dit encore: A quoi comparerai-Je le royaume de Dieu?

Lc 13,21. Il est semblable à du levain, qu'une femme a pris et mêlé dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que tout fût fermenté.

Lc 13,22. Et Il allait à travers les villes et les villages, enseignant, et faisant route vers Jérusalem.

Lc 13,23. Or quelqu'un Lui dit: Seigneur, y en a-t-il peu qui soient sauvés? Et Il leur dit:

Lc 13,24. Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite; car beaucoup, Je vous le dis, chercheront à entrer, et ne le pourront pas.

Lc 13,25. Et lorsque le Père de famille sera entré, et aura fermé la porte, vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant: Seigneur, ouvrez-nous. Et vous répondant, Il dira: Je ne sais d'où vous êtes.

Lc 13,26. Alors vous commencerez à dire: Nous avons mangé et bu devant Vous, et Vous avez enseigné sur nos places publiques.

Lc 13,27. Et Il vous dira: Je ne sais d'où vous êtes; retirez-vous de Moi, vous tous, ouvriers d'iniquité.

Lc 13,28. Là il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, et Isaac, et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous, vous serez chassés dehors.

Lc 13,29. Il en viendra de l'orient et de l'occident, de l'aquilon et du midi, et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu.

Lc 13,30. Et voici, ce sont les derniers qui seront les premiers, et ce sont les premiers qui seront les derniers.

Lc 13,31. Le même jour, quelques-uns des pharisiens s'approchèrent, et Lui dirent: Allez-Vous-en, et partez d'ici, car Hérode veut Vous tuer.

Lc 13,32. Il leur dit: Allez, et dites à ce renard: Voici que Je chasse les démons, et que J'opère des guérisons aujourd'hui et demain, et le troisième jour tout sera consommé pour Moi.

Lc 13,33. Cependant il faut que Je marche aujourd'hui, et demain, et le jour suivant, car il ne convient pas qu'un prophète périsse hors de Jérusalem.

Lc 13,34. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-Je voulu rassembler tes enfants, comme un oiseau rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu n'as pas voulu!

Lc 13,35. Voici que votre maison vous sera laissée déserte. Je vous le dis, vous ne Me verrez plus, jusqu'à ce que vienne le moment où vous direz: Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur!

CHAPITRE XIV

Lc 14,1. Et il arriva que Jésus entra, un jour de sabbat, dans la maison d'un des principaux pharisiens, pour y manger du pain; et ceux-ci L'observaient.

Lc 14,2. Et voici qu'un homme hydropique était devant Lui.

Lc 14,3. Et Jésus, prenant la parole, dit aux docteurs de la loi et aux pharisiens: Est-il permis de guérir le jour du sabbat?

Lc 14,4. Mais ils gardèrent le silence. Alors Lui, prenant cet homme par la main, le guérit et le renvoya.

Lc 14,5. Puis, S'adressant à eux, Il dit: Qui de vous, si son âne ou son boeuf tombe dans un puits, ne l'en retirera pas aussitôt, le jour du sabbat?

Lc 14,6. Et ils ne pouvaient rien répondre à cela.

Lc 14,7. Il dit aussi aux invités cette parabole, considérant comment ils choisissaient les premières places. Il leur dit:

Lc 14,8. Quand tu seras invité à des noces, ne te mets pas à la première place, de peur qu'il n'y ait parmi les invités une personne plus considérable que toi,

Lc 14,9. et que celui qui vous a conviés, toi et lui, ne vienne te dire: Cède la place à celui-ci, et qu'alors tu n'ailles, en rougissant, occuper la dernière place.

Lc 14,10. Mais, quand tu auras été invité, va, mets-toi à la dernière place, afin que, lorsque celui qui t'a invité sera venu, il te dise: Mon ami, monte plus haut. Et alors ce sera une gloire pour toi devant ceux qui seront à table avec toi.

Lc 14,11. Car quiconque s'élève sera humilié, et quiconque s'humilie sera élevé.

Lc 14,12. Il dit aussi à celui qui L'avait invité: Lorsque tu donnes à dîner ou à souper, n'appelle pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni tes voisins riches, de peur qu'ils ne t'invitent à leur tour, et ne te rendent ce qu'ils ont reçu de toi.

Lc 14,13. Mais lorsque tu fais un festin, appelle les pauvres, les estropiés, les boiteux et les aveugles;

Lc 14,14. et tu seras heureux de ce qu'ils n'ont pas le moyen de te le rendre, car cela te sera rendu à la résurrection des justes.

Lc 14,15. Un de ceux que étaient à table avec Jésus, ayant entendu ces paroles, Lui dit: Heureux celui qui mangera du pain dans le royaume de Dieu!

Lc 14,16. Alors Jésus lui dit: Un homme fit un grand souper, et invita de nombreux convives.

Lc 14,17. Et à l'heure du souper, il envoya son serviteur dire aux invités de venir, parce que tout était prêt.

Lc 14,18. Mais tous, unanimement, commencèrent à s'excuser. Le premier lui dit: J'ai acheté une terre, et il est nécessaire que j'aille la voir; je t'en prie, excuse-moi.

Lc 14,19. Le second dit: J'ai acheté cinq paires de boeufs, et je vais les essayer; je t'en prie, excuse-moi.

Lc 14,20. Et un autre dit: J'ai épousé une femme, et c'est pourquoi je ne puis venir.

Lc 14,21. A son retour, le serviteur rapporta cela à son maître. Alors le père de famille, irrité, dit à son serviteur: Va promptement sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux.

Lc 14,22. Le serviteur dit ensuite: Seigneur, ce que vous avez commandé a été fait, et il y a encore de la place.

Lc 14,23. Et le maître dit au serviteur: Va dans les chemins et le long des haies, et contrains les gens d'entrer, afin que ma maison soit remplie.

Lc 14,24. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper.

Lc 14,25. Or de grandes foules marchaient avec Jésus; et Se tournant vers elles, Il leur dit:

Lc 14,26. Si quelqu'un vient à Moi, et ne hait pas son père, et sa mère, et sa femme, et ses enfants, et ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être Mon disciple.

Lc 14,27. Et celui qui ne porte pas sa croix, et ne Me suit pas, ne peut être Mon disciple.

Lc 14,28. Car quel est celui de vous qui, voulant bâtir une tour, ne s'assied d'abord, et ne suppute les dépenses qui sont nécessaires, afin de voir s'il aura de quoi l'achever;

Lc 14,29. de peur qu'après avoir posé les fondements, il ne puisse l'achever, et que tous ceux qui verront cela ne se mettent à se moquer de lui,

Lc 14,30. en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n'a pu achever?

Lc 14,31. Ou quel roi, sur le point de faire la guerre à un autre roi, ne s'assied d'abord, afin d'examiner s'il pourra, avec dix mille hommes, marcher contre celui qui s'avance sur lui avec vingt mille?

Lc 14,32. Autrement, tandis que l'autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade, et lui fait des propositions de paix.

Lc 14,33. Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être Mon disciple.

Lc 14,34. Le sel est bon; mais, si le sel s'affadit, avec quoi l'assaisonnera-t-on?

Lc 14,35. Il n'est plus propre ni pour la terre, ni pour le fumier; mais on le jettera dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

CHAPITRE XV

Lc 15,1. Or les publicains et les pécheurs s'approchaient de Jésus pour L'écouter.

Lc 15,2. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, en disant: Cet homme accueille les pécheurs, et mange avec eux.

Lc 15,3. Alors Il leur dit cette parabole:

Lc 15,4. Quel est l'homme parmi vous qui a cent brebis, et qui, s'il en perd une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert, pour s'en aller après celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la trouve?

Lc 15,5. Et lorsqu'il l'a trouvée, il la met sur ses épaules avec joie;

Lc 15,6. et venant dans sa maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j'ai trouvé ma brebis qui était perdue.

Lc 15,7. Je vous le dis, il y aura de même plus de joie dans le Ciel pour un seul pécheur qui fait pénitence, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de pénitence.

Lc 15,8. Ou quelle est la femme qui, ayant dix drachmes, si elle en perd une, n'allume la lampe, ne balaye la maison, et ne cherche avec soin jusqu'à ce qu'elle la trouve?

Lc 15,9. Et lorsqu'elle l'a trouvée, elle appelle ses amies et ses voisines, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j'ai trouvé la drachme que j'avais perdue.

Lc 15,10. De même, Je vous le dis, il y aura de la joie parmi les Anges de Dieu, pour un seul pécheur qui fait pénitence.

Lc 15,11. Il dit encore: Un homme avait deux fils;

Lc 15,12. et le plus jeune des deux dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien.

Lc 15,13. Et peu de jours après, le plus jeune fils, ayant rassemblé tout ce qu'il avait, partit pour un pays étranger et lointain, et là il dissipa son bien, en vivant dans la débauche.

Lc 15,14. Et aprés qu'il eut tout dépensé, il survint une grande famine dans ce pays-là, et il commença à être dans le besoin.

Lc 15,15. Il alla donc, et s'attacha au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans sa maison des champs pour garder les pourceaux.

Lc 15,16. Et il désirait remplir son ventre des gousses que les pourceaux mangeaient; mais personne ne lui en donnait.

Lc 15,17. Et étant rentré en lui-même, il dit: Combien de mercenaires, dans la maison de mon père, ont du pain en abondance, et moi je meurs ici de faim!

Lc 15,18. Je me lèverai, et j'irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j'ai péché contre le Ciel et contre toi;

Lc 15,19. Je ne suis plus digne désormais d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes mercenaires.

Lc 15,20. Et se levant, il vint vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit, et fut ému de compassion; et accourant, il se jeta à son cou, et le baisa.

Lc 15,21. Et le fils lui dit: Mon pére, j'ai péché contre le Ciel et contre toi; je ne suis plus digne d'être appelé ton fils.

Lc 15,22. Alors le père dit à ses serviteurs: Vite, apportez la plus belle robe, et revêtez-l'en; et mettez un anneau à sa main, et des chaussures à ses pieds;

Lc 15,23. puis amenez le veau gras, et tuez-le; et mangeons, et faisons bonne chère;

Lc 15,24. car mons fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à faire grande chère.

Lc 15,25. Cependant son fils aîné était dans les champs; et comme il revenait et s'approchait de la maison, il entendit la musique et les danses.

Lc 15,26. Et il appela un des serviteurs, et demanda ce que c'était.

Lc 15,27. Celui-ci lui dit: Ton frère est revenu, et ton père a tué le veau gras, parce qu'il l'a recouvré sain et sauf.

Lc 15,28. Il s'indigna, et ne voulait pas entrer. Son père sortit donc, et se mit à le prier.

Lc 15,29. Mais, répondant à son père, il dit: Voilà tant d'années que je te sers, et je n'ai jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour faire bonne chère avec mes amis;

Lc 15,30. mais dès que cet autre fils, qui a dévoré son bien avec des femmes perdues, est revenu, tu as tué pour lui le veau gras.

Lc 15,31. Alors le père lui dit: Mon fils, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi;

Lc 15,32. mais il fallait faire bonne chère et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort, et qu'il est revenu à la vie; parce qu'il était perdu, et qu'il est retrouvé.

CHAPITRE XVI

Lc 16,1. Jésus disait aussi à Ses disciples: Un homme riche avait un économe, et celui-ci fut accusé auprès de lui d'avoir dissipé ses biens.

Lc 16,2. Et il l'appela, et lui dit: Qu'est-ce que j'entends dire de toi? Rends compte de ta gestion, car tu ne pourras plus désormais gérer mon bien.

Lc 16,3. Alors l'économe dit en lui-même: Que ferai-je, puisque mon maître m'ôte la gestion de son bien? Travailler la terre, je ne le puis, et je rougis de mendier.

Lc 16,4. Je sais ce que je ferai, afin que, lorsque j'aurai été destitué de la gestion, il y ait des gens qui me reçoivent dans leurs maisons.

Lc 16,5. Ayant donc fait appeler chacun des débiteurs de son maître, il disait au premier: Combien dois-tu à mon maître?

Lc 16,6. Il répondit: Cent mesures d'huile. Et l'économe lui dit: Prends ton obligation, assieds-toi vite, et écris cinquante.

Lc 16,7. Il dit ensuite à un autre: Et toi, combien dois-tu? Il répondit: Cent mesures de froment. Et il lui dit: Prends ton obligation, et écris quatre-vingts.

Lc 16,8. Et le maître loua l'économe infidèle de ce qu'il avait agi habilement; car les enfants de ce siècle sont, dans leur monde, plus habiles que les enfants de lumière.

Lc 16,9. Et Moi Je vous dis: Faites-vous des amis avec les richesses d'iniquité, afin que, lorsque vous viendrez à manquer, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels.

Lc 16,10. Celui qui est fidèle dans les moindres choses, est fidèle aussi dans les grandes; et celui qui est injuste dans les moindres choses, est injuste aussi dans les grandes.

Lc 16,11. Si donc vous n'avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables?

Lc 16,12. Et si vous n'avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous?

Lc 16,13. Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres; car ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et mammon.

Lc 16,14. Or les pharisiens, qui étaient avares, entendaient toutes ces choses, et ils se moquaient de Lui.

Lc 16,15. Et Il leur dit: Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos coeurs; car ce qui est grand pour les hommes est une abomination devant Dieu.

Lc 16,16. La loi et les prophètes ont duré jusqu'à Jean; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun fait effort pour y entrer.

Lc 16,17. Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu'il ne l'est qu'un seul trait de la loi vienne à tomber.

Lc 16,18. Quiconque renvoie sa femme, et en épouse une autre, commet un adultère; et quiconque épouse celle qui a été renvoyée par son mari, commet un adultère.

Lc 16,19. Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de lin, et qui faisait chaque jour une chère splendide.

Lc 16,20. Il y avait aussi un mendiant, nommé Lazare, qui était couché à sa porte, couvert d'ulceres,

Lc 16,21. désirant se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, et personne ne lui en donnait; mais les chiens venaient aussi, et léchaient ses plaies.

Lc 16,22. Or il arriva que le mendiant mourut, et fut emporté par les Anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli dans l'enfer.

Lc 16,23. Et levant les yeux, lorsqu'il était dans les tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein;

Lc 16,24. et s'écriant, il dit: Père Abraham, ayez pitié de moi, et envoyez Lazare, afin qu'il trempe l'extrémité de son doigt dans l'eau, pour rafraîchir ma langue, car je suis tourmenté dans cette flamme.

Lc 16,25. Mais Abraham lui dit: Mons fils, souviens-toi que tu as reçu les biens pendant ta vie, et que Lazare a reçu de même les maux; or maintenant il est consolé, et toi, tu es tourmenté.

Lc 16,26. De plus, entre nous et vous un grand abîme a été établi; de sorte que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là venir ici, ne le peuvent pas.

Lc 16,27. Le riche dit: Je vous supplie donc, père, de l'envoyer dans la maison de mon père;

Lc 16,28. car j'ai cinq frères, afin qu'il leur atteste ces choses, de peur qu'ils ne viennent, eux aussi, dans ce lieu de tourments.

Lc 16,29. Et Abraham lui dit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent.

Lc 16,30. Et il reprit: Non, père Abraham; mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils feront pénitence.

Lc 16,31. Abraham lui dit: S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, quand même quelqu'un des morts ressusciterait, ils ne croiront pas.

CHAPITRE XVII

Lc 17,1. Jésus dit à Ses disciples: Il est impossible qu'il n'arrive des scandales; mais malheur à celui par qui ils arrivent.

Lc 17,2. Il vaudrait mieux pour lui qu'on lui mît au cou une meule de moulin, et qu'on le jetât dans la mer, que s'il scandalisait un de ces petits.

Lc 17,3. Prenez garde à vous. Si ton frère a péché contre toi, reprends-le; et s'il se repent, pardonne-lui.

Lc 17,4. S'il pèche contre toi sept fois dans un jour, et que sept fois dans un jour il revienne à toi, en disant: Je me repens, pardonne-lui.

Lc 17,5. Alors les Apôtres dirent au Seigneur: Augmentez-nous la foi.

Lc 17,6. Et le Seigneur leur dit: Si vous avez la foi comme un grain de sénevé, vous direz à ce mûrier: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer; et il vous obéira.

Lc 17,7. Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dit, lorsqu'il revient des champs: Approche-toi vite, mets-toi à table?

Lc 17,8. Ne lui dira-t-il pas: Prépare-moi à souper, et ceins-toi, et sers-moi jusqu'à ce que j'aie mangé et bu; après cela, tu mangeras et tu boiras?

Lc 17,9. A-t-il de la reconnaissance pour ce serviteur, parce qu'il a fait ce qu'il lui avait ordonné?

Lc 17,10. Je ne le pense pas. Et vous de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous est commandé, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles; nous avons fait ce que nous devions faire.

Lc 17,11. Et il arriva, tandis qu'Il allait à Jérusalem, qu'Il passa par les confins de la Samarie et de la Galilée.

Lc 17,12. Et comme Il entrait dns un village, dix lépreux vinrent au-devant de Lui; et, se tenant éloignés,

Lc 17,13. ils élevèrent la voix, en disant: Jésus, Maître, ayez pitié de nous.

Lc 17,14. Lorsqu'Il les eut vus, Il dit: Allez, montrez-vous aux prêtres. Et comme ils y allaient, ils furent guéris.

Lc 17,15. Or l'un d'eux, voyant qu'il était guéri, revint, glorifiant Dieu à haute voix.

Lc 17,16. Et il se jeta le visage contre terre aux pieds de Jésus, Lui rendant grâces, et celui-là était Samaritain.

Lc 17,17. Alors Jésus, prenant la parole, dit: Est-ce que les dix n'ont pas été guéris? Où sont donc les neuf autres?

Lc 17,18. Il ne s'en est pas trouvé qui soit revenu, et qui ait rendu gloire à Dieu si non cet étranger.

Lc 17,19. Et Il lui dit: Lève-toi, va; ta foi t'a sauvé.

Lc 17,20. Les pharisiens Lui demandèrent: Quand viendra le royaume de Dieu? Il leur répondit: Le royaume de Dieu ne vient pas d'une manière apparente;

Lc 17,21. et on ne dira point: Il est ici, ou: Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au dedans de vous.

Lc 17,22. Puis Il dit à Ses disciples: Des jours viendront où vous désirerez voir un jour du Fils de l'homme, et vous ne le verrez point.

Lc 17,23. Et l'on vous dira: Il est ici, Il est là. Mais n'y allez pas, et ne les suivez pas.

Lc 17,24. Car, comme l'éclair resplendit et brille d'une extrémité du ciel jusqu'à l'autre, ainsi sera le Fils de l'homme en Son jour.

Lc 17,25. Mais il faut auparavant qu'Il souffre beaucoup, et qu'Il soit rejeté par cette génération.

Lc 17,26. Et comme il est arrivé aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aux jours du Fils de l'homme.

Lc 17,27. Les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient leurs filles en mariage, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche; et alors le déluge vint, et les fit tous périr.

Lc 17,28. Et comme il est arrivé encore aux jours de Lot: les hommes mangeaient et buvaient, achetaient et vendaient, plantaient et bâtissaient;

Lc 17,29. mais le jour où Lot sortit de Sodome, il tomba du ciel une pluie de feu et de soufre, qui les fit tous périr.

Lc 17,30. Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme sera révélé.

Lc 17,31. A cette heure-là, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière.

Lc 17,32. Souvenez-vous de la femme de Lot.

Lc 17,33. Quiconque cherchera à sauver sa vie, la perdra; et quiconque la perdra, la sauvera.

Lc 17,34. Je vous le dis, en cette nuit-là, deux seront dans le même lit: l'un sera pris, et l'autre laissé.

Lc 17,35. Deux femmes moudront ensemble: l'une sera prise, et l'autre laissée. Deux hommes seront dans un champ: l'un sera pris, et l'autre laissé.

Lc 17,36. Prenant la parole, ils Lui dirent: Où sera-ce, Seigneur?

Lc 17,37. Il leur répondit: Partout où sera le corps, là aussi se rassembleront les aigles.

CHAPITRE XVIII

Lc 18,1. Il leur disait aussi une parabole, pour leur montrer qu'il faut toujours prier, et ne pas se lasser.

Lc 18,2. Il y avait, dit-il, dans une ville, un juge qui ne craignait pas Dieu et ne se souciait pas des hommes.

Lc 18,3. Il y avait aussi, dans cette ville, une veuve qui venait auprès de lui, disant: Fais-moi justice de mon adversaire.

Lc 18,4. Et il refusait pendant longtemps; mais ensuite il dit en lui-même: Quoique je ne craigne pas Dieu, et que je ne me soucie pas des hommes,

Lc 18,5. néanmoins, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, de peur qu'à la fin elle n'en vienne à me frapper.

Lc 18,6. Le Seigneur ajouta: Entendez ce que dit ce juge d'iniquité.

Lc 18,7. Et Dieu ne ferait pas justice à Ses élus, qui crient à Lui jour et nuit, et Il tarderait à les secourir?

Lc 18,8. Je vous le dis, Il leur fera promptement justice. Mais lorsque le Fils de l'homme viendra, pensez-vous qu'Il trouve la foi sur la terre?

Lc 18,9. Il dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes, comme étant justes, et qui méprisaient les autres:

Lc 18,10. Deux hommes montèrent au temple pour prier; l'un était pharisien, et l'autre publicain.

Lc 18,11. Le pharisien, se tenant debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je Vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ni même comme ce publicain.

Lc 18,12. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède.

Lc 18,13. Et le publicain, se tenant éloigné, n'osait pas même lever les yeux au Ciel; mais il frappait sa poitrine, en disant: O Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur.

Lc 18,14. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre; car quiconque s'élève sera humilié, et quiconque s'humilie sera élevé.

Lc 18,15. On Lui amenait aussi de petits enfants, afin qu'Il les touchât; mais les disciples, voyant cela, les repoussaient.

Lc 18,16. Mais Jésus, les appelant, dit: Laissez venir à Moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Lc 18,17. En vérité, Je vous le dis, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un enfant, n'y entrera point.

Lc 18,18. Un chef de synagogue L'interrogea, en disant: Bon Maître, que ferai-je pour posséder la vie éternelle?

Lc 18,19. Jésus lui dit: Pourquoi M'appelles-tu bon? Nul n'est bon, si ce n'est Dieu seul.

Lc 18,20. Tu connais les commandements: Tu ne tueras point; Tu ne commettras pas d'adultère; Tu ne déroberas point; Tu ne porteras pas de faux témoignage; Honore ton père et ta mère.

Lc 18,21. Il répondit: J'ai observé toutes ces choses depuis ma jeunesse.

Lc 18,22. Ayant entendu cela, Jésus lui dit: Il te manque encore une chose: vends tout ce que tu as, et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le Ciel; puis viens, et suis-Moi.

Lc 18,23. Mais lui, ayant entendu ces paroles, fut attristé; car il était très riche.

Lc 18,24. Et Jésus, voyant qu'il était devenu triste, dit: Qu'il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu!

Lc 18,25. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

Lc 18,26. Et ceux qui L'écoutaient dirent: Qui peut donc être sauvé?

Lc 18,27. Il leur dit: Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.

Lc 18,28. Alors Pierre dit: Voici que nous avons tout quitté, et que nous Vous avons suivi.

Lc 18,29. Il leur dit: En vérité, Je vous le dis, personne ne quittera sa maison, ou ses parents, ou ses frères, ou sa femme, ou ses enfants, pour le royaume de Dieu,

Lc 18,30. qu'il ne reçoive beaucoup plus dans le temps présent, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

Lc 18,31. Ensuite, Jésus prit à part les douze, et leur dit: Voici que nous montons à Jérusalem, et tout ce que a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l'homme s'accomplira.

Lc 18,32. Car Il sera livré aux gentils, et on se moquera de Lui, et on Le flagellera, et on crachera sur Lui;

Lc 18,33. et après qu'on L'aura flagellé, on Le fera mourir; et le troisième jour Il ressuscitera.

Lc 18,34. Mais ils ne comprirent rien à cela; ce langage leur était caché, et ils ne saisissaient point ce que était dit.

Lc 18,35. Or il arriva, comme Il approchait de Jéricho, qu'un aveugle était assis au bord du chemin, demandant l'aumône.

Lc 18,36. Et entendant la foule passer, il demanda ce que c'était.

Lc 18,37. On lui dit que c'était Jésus de Nazareth qui passait.

Lc 18,38. Et il cria, en disant: Jésus, Fils de David, ayez pitié de moi.

Lc 18,39. Et ceux qui marchaient en avant le reprenaient rudement pour qu'il se tût; mais il criait encore plus: Fils de David, ayez pitié de moi.

Lc 18,40. Alors Jésus, S'arrêtant, ordonna qu'on le Lui amenât. Et lorsqu'il se fut approché, Il l'interrogea,

Lc 18,41. en disant: Que veux-tu que Je te fasse? Il répondit: Seigneur, que je voie.

Lc 18,42. Et Jésus lui dit: Vois; ta foi t'a sauvé.

Lc 18,43. Et aussitôt il vit, et il Le suivait, en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, ayant vu cela, rendit gloire à Dieu.

CHAPITRE XIX

Lc 19,1. Jésus, étant entré dans Jéricho, traversait la ville.

Lc 19,2. Et voici qu'un homme, nommé Zachée, chef des publicains, et fort riche,

Lc 19,3. cherchait à voir qui était Jésus; et il ne le pouvait, à cause de la foule, parce qu'il était petit de taille.

Lc 19,4. Courant donc en avant, il monta sur un sycomore pour Le voir, parce qu'Il devait passer par là.

Lc 19,5. Arrivé en cet endroit, Jésus leva les yeux; et l'ayant vu, Il lui dit: Zachée, hâte-toi de descendre; car, aujourd'hui, il faut que Je demeure dans ta maison.

Lc 19,6. Zachée se hâta de descendre, et Le reçut avec joie.

Lc 19,7. Voyant cela, tous murmuraient, disant qu'Il était allé loger chez un homme pécheur.

Lc 19,8. Cependant Zachée, se tenant devant le Seigneur, Lui dit: Seigneur, voici que je donne la moitié de mes biens aux pauvres; et si j'ai fait tort de quelque chose à quelqu'un, je lui rends le quadruple.

Lc 19,9. Jésus lui dit: Aujourd'hui le salut a été accordé à cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d'Abraham.

Lc 19,10. Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

Lc 19,11. Comme ils écoutaient ces choses, Il ajouta une parabole, parce qu'Il était près de Jérusalem, et qu'ils pensaient que le royaume de Dieu allait être manifesté à l'instant.

Lc 19,12. Il dit donc: Un homme de haute naissance s'en alla dans un pays lointain, pour prendre possession d'un royaume, et revenir ensuite.

Lc 19,13. Ayant appelé dix de ses serviteurs, il leur donna dix mines, et leur dit: Faites-les valoir jusqu'à ce que je revienne.

Lc 19,14. Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent après lui une ambassade, pour dire: Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.

Lc 19,15. Et il arriva qu'à son retour, après avoir pris possession du royaume, il ordonna qu'on appelât les serviteurs auxquels il avait donné de l'argent, pour savoir comment chacun l'avait fait valoir.

Lc 19,16. Le premier vint, et dit: Seigneur, ta mine a produit dix mines.

Lc 19,17. Et il lui dit: C'est bien, bon serviteur; parce que tu as été fidèle en peu de chose, tu auras puissance sur dix villes.

Lc 19,18. Le second vint, et dit: Seigneur, ta mine a produit cinq mines.

Lc 19,19. Et il lui dit: Et toi, sois établi sur cinq villes.

Lc 19,20. Un autre vint, et dit: Seigneur, voici ta mine, que j'ai tenue enveloppée dans un mouchoir;

Lc 19,21. car je t'ai craint, parce que tu es un homme sévère: tu enlèves ce que tu n'as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n'as pas semé.

Lc 19,22. Il lui dit: Je te juge par ta propre bouche, méchant serviteur. Tu savais que je suis un homme sévère, enlevant ce que je n'ai pas déposé, et moissonnant ce que je n'ai pas semé;

Lc 19,23. pourquoi donc n'as-tu pas mis mon argent à la banque, afin qu'à mon retour je le retirasse avec les intérêts?

Lc 19,24. Puis il dit à ceux que étaient présents: Otez-lui la mine, et donnez-la à celui qui en a dix.

Lc 19,25. Et ils lui dirent: Seigneur, il a dix mines.

Lc 19,26. Je vous le dis, on donnera à celui qui a déjà, et il sera dans l'abondance; mais à celui qui n'a pas, on ôtera même ce qu'il a.

Lc 19,27. Quant à mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et tuez-les devant moi.

Lc 19,28. Et après avoir ainsi parlé, Il marchait devant eux, montant à Jérusalem.

Lc 19,29. Et il arriva, lorsqu'Il approchait de Bethphagé et de Béthanie, près de la montagne appelée des Oliviers, qu'Il envoya deux de Ses disciples,

Lc 19,30. en disant: Allez au village qui est en face; en y entrant, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s'est jamais assis; déliez-le, et amenez-le.

Lc 19,31. Et si quelqu'un vous demande: Pourquoi le déliez-vous? vous lui répondrez: Parce que le Seigneur désire S'en servir.

Lc 19,32. Ceux que étaient envoyés partirent donc et trouvèrent l'ânon, comme Il le leur avait dit.

Lc 19,33. Et comme ils déliaient l'ânon, ses maîtres leur dirent: Pourquoi déliez-vous cet ânon?

Lc 19,34. Ils répondirent: Parce que le Seigneur en a besoin.

Lc 19,35. Et ils l'amenèrent à Jésus. Et jetant leurs vêtements sur l'ânon, ils y placèrent Jésus.

Lc 19,36. Et tandis qu'Il avançait, le peuple étendit ses vêtements sur le chemin.

Lc 19,37. Et lorsqu'Il approchait déjà de la descente de la montagne des Oliviers, toutes les foules des disciples, transportées de joie, se mirent à louer Dieu à haute voix pour toutes les merveilles qu'ils avaient vues,

Lc 19,38. en disant: Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur! Paix dans le Ciel, et gloire au plus haut des Cieux!

Lc 19,39. Alors quelques-un des pharisiens, du milieu de la foule, Lui dirent: Maître, reprenez Vos disciples.

Lc 19,40. Il leur répondit: Je vous dis, s'ils se taisent, les pierres crieront.

Lc 19,41. Et comme Il approchait, voyant la ville, Il pleura sur elle, en disant:

Lc 19,42. Si tu connaissais, toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, ce qui te procurerait la paix! Mais maintenant cela est caché à tes yeux.

Lc 19,43. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, ou ils t'enfermeront et te serreront de toutes parts;

Lc 19,44. et ils te renverseront à terre, toi et tes enfants qui sont au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas connu le temps où tu as été visitée.

Lc 19,45. Et étant entré dans le temple, Il Se mit à chasser ceux qui y vendaient et ceux qui y achetaient,

Lc 19,46. leur disant: Il est écrit: Ma maison est une maison de prière; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

Lc 19,47. Et Il enseignait tous les jours dans le temple. Et les princes des prêtres, les scribes et les principaux du peuple cherchaient à Le perdre;

Lc 19,48. mais ils ne trouvaient pas ce qu'ils pourraient Lui faire, car tout le peuple était suspendu d'admiration en L'écoutant.

CHAPITRE XX

Lc 20,1. Et il arriva qu'un de ces jours-là, comme Il enseignait le peuple dans le temple et lui annonçait l'Evangile, les princes des prêtres et les scribes survinrent avec les anciens,

Lc 20,2. et Lui parlèrent en ces termes: Dites-nous par quelle autorité Vous faites ces choses, ou quel est celui qui Vous a donné ce pouvoir.

Lc 20,3. Jésus, répondant, leur dit: Je vous adresserai, Moi aussi, une question. Répondez-Moi:

Lc 20,4. Le baptême de Jean était-il du Ciel, ou des hommes?

Lc 20,5. Mais ils pensaient en eux-mêmes, disant: Si nous répondons: Du Ciel, Il dira: Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui?

Lc 20,6. Et si nous répondons: Des hommes, tout le peuple nous lapidera; car il est persuadé que Jean était un prophète.

Lc 20,7. Ils répondirent donc qu'ils ne savaient d'où il était.

Lc 20,8. Et Jésus leur dit: Moi non plus, Je ne vous dis point par quelle autorité Je fais ces choses.

Lc 20,9. Alors Il Se mit à dire au peuple cette parabole: un homme planta une vigne, et la loua à des vignerons; puis lui-même il fut pendant longtemps hors du pays.

Lc 20,10. Et, dans la saison, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour qu'ils lui donnassent du fruit de la vigne. Après l'avoir battu, ils le renvoyèrent les mains vides.

Lc 20,11. Il envoya encore un autre serviteur; mais ils le battirent aussi, et, après l'avoir accablé d'outrages, ils le renvoyèrent les mains vides.

Lc 20,12. Il envoya encore un troisième, qu'ils blessèrent aussi et chassèrent.

Lc 20,13. Alors le maître de la vigne dit: Que ferai-je? J'enverrai mons fils bien-aimé; peut-être, en le voyant, éprouveront-ils du respect.

Lc 20,14. Mais lorsque les vignerons le virent, ils pensèrent en eux-mêmes, et dirent: Celui-ci est l'héritier; tuons-le, afin que l'héritage soit à nous.

Lc 20,15. Et l'ayant chassé hors de la vigne, ils le tuèrent. Que leur fera donc le maître de la vigne?

Lc 20,16. Il viendra, et il fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d'autres. Ayant entendu cela, ils Lui dirent: A Dieu ne plaise!

Lc 20,17. Mais Lui, les regardant, dit: Qu'est-ce donc que ceci qui est écrit: La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la tête de l'angle?

Lc 20,18. Quiconque tombera sur cette pierre sera brisé; et celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera.

Lc 20,19. Les princes des prêtres et les scribes cherchaient à mettre les mains sur Lui à cette heure même, mais ils craignirent le peuple: car ils avaient reconnu que c'était contre eux qu'Il avait dit cette parabole.

Lc 20,20. Et L'épiant, ils envoyèrent des hommes artificieux, qui feindraient d'être justes, pour Le surprendre dans Ses paroles, afin de Le livrer à l'autorité et à la puissance du gouverneur.

Lc 20,21. Et ils L'interrogèrent, en disant: Maître, nous savons que Vous parlez et enseignez avec droiture, et que Vous n'avez pas d'égard aux personnes, mais que Vous enseignez la voie de Dieu dans la vérité.

Lc 20,22. Nous est-il permis de payer le tribut à César, ou non?

Lc 20,23. Considérant leur ruse, Il leur dit: Pourquoi Me tentez-vous?

Lc 20,24. Montrez-Moi un denier. De qui porte-t-il l'image et l'inscription? Ils Lui répondirent: De César.

Lc 20,25. Alors Il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

Lc 20,26. Et ils ne purent rien reprendre dans Ses paroles devant le peuple; mais, ayant admiré Sa réponse, ils se turent.

Lc 20,27. Quelques-uns des sadducéens, qui nient qu'il y ait une résurrection, s'approchèrent ensuite, et L'interrogèrent,

Lc 20,28. en disant: Maître, Moïse a écrit pour nous: Si le frère de quelqu'un, ayant une femme, meurt sans laisser d'enfants, son frère épousera sa femme, et suscitera une postérité à son frère.

Lc 20,29. Or il y avait sept frères; et le premier épousa une femme, et mourut sans enfants.

Lc 20,30. Le second la prit, et mourut lui-même sans enfants.

Lc 20,31. Le troisième la prit aussi, et de même tous les sept; et ils ne laissèrent pas de postérité, et ils moururent.

Lc 20,32. Enfin, après eux tous, la femme mourut aussi.

Lc 20,33. A la résurrection donc, duquel d'entre eux sera-t-elle l'épouse? car les sept l'ont eue pour femme.

Lc 20,34. Jésus leur dit: Les enfants de ce siécle se marient et sont donnés en mariage;

Lc 20,35. mais ceux qui seront jugés dignes du siècle à venir et de la résurrection des morts ne se marieront pas, et ne prendront pas de femme;

Lc 20,36. car ils ne pourront plus mourir, parce qu'ils sont égaux aux Anges, et qu'ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection.

Lc 20,37. Mais que les morts ressuscitent, Moïse le montre lui-même, à l'endroit du Buisson, lorsqu'il appelle le Seigneur le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob.

Lc 20,38. Or Dieu n'est point le Dieu des morts, mais des vivants; car tous sont vivants pour Lui.

Lc 20,39. Alors quelques-uns des scribes, prenant la parole, Lui dirent: Maître, vous avez bien répondu.

Lc 20,40. Et ils n'osaient plus Lui faire aucune question.

Lc 20,41. Mais Il leur dit: Comment dit-on que le Christ est fils de David,

Lc 20,42. puisque David lui-même dit dans le livre des Psaumes: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-Toi à Ma droite,

Lc 20,43. jusqu'à ce que Je fasse de Tes ennemis l'escabeau de Tes pieds?

Lc 20,44. David L'appelle donc Seigneur; alors, comment est-Il son fils?

Lc 20,45. Tandis que tout le peuple L'écoutait, Il dit à Ses disciples:

Lc 20,46. Gardez-vous des scribes, qui affectent de se promener en robes longues, et qui aiment les salutations sur la place publique, les premières chaires dans les synagogues et les premières places dans les festins,

Lc 20,47. qui dévorent les maisons des veuves sous prétexte de longues prières. Ils recevront une condamnation plus sévère.

CHAPITRE XXI

Lc 21,1. Jésus, regardant, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc.

Lc 21,2. Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mit deux petites pièces de monnaie.

Lc 21,3. Et Il dit: En vérité, Je vous le dis, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres.

Lc 21,4. Car tous ceux-là ont donné de leur superflu, pour faire des offrandes à Dieu; mais celle-ci a donné de son indigence, tout ce qu'elle avait pour vivre.

Lc 21,5. Et comme quelques-uns disaient du temple qu'il était bâti de belles pierres, et orné de riches dons, Il dit:

Lc 21,6. Des jours viendront où, de ce que vous voyez, il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit détruite.

Lc 21,7. Et ils L'interrogèrent, disant: Maître, quand ces choses arriveront-elles? et à quel signe connaîtra-t-on qu'elles vont s'accomplir?

Lc 21,8. Jésus dit: Prenez garde d'être séduits; car beaucoup viendront sous Mon nom, disant: C'est Moi, et le temps est proche. Ne les suivez donc pas.

Lc 21,9. Et lorsque vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne soyez pas effrayés; car il faut que ces choses arrivent d'abord, mais ce ne sera pas encore aussitôt la fin.

Lc 21,10. Alors Il leur dit: Nation se soulèvera contre nation, et royaume contre royaume.

Lc 21,11. Et il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, et des pestes, et des famines, et des choses effrayantes dans le ciel, et de grands signes.

Lc 21,12. Mais, avant tout cela, on mettra les mains sur vous, et on vous persécutera, vous livrant aux synagogues et aux prisons, vous traînant devant les rois et les gouverneurs, à cause de Mon nom;

Lc 21,13. et cela vous arrivera pour que vous rendiez témoignage.

Lc 21,14. Mettez donc dans vos coeurs que vous n'aurez pas à méditer d'avance comment vous répondrez;

Lc 21,15. car Je vous donnerai une bouche et une sagesse auxquelles tous vos adversaires ne pourront résister et contredire.

Lc 21,16. Vous serez livrés par vos parents, et par vos frères, et par vos proches, et par vos amis, et l'on fera mourir plusieurs d'entre vous;

Lc 21,17. et vous serez haïs de tous à cause de Mon nom.

Lc 21,18. Mais pas un cheveu de votre tête ne périra.

Lc 21,19. C'est par votre patience que vous sauverez vos vies.

Lc 21,20. Lorsque vous verrez Jérusalem entourée par une armée, alors sachez que sa désolation est proche.

Lc 21,21. Alors, que ceux qui sont dans la Judée s'enfuient dans les montagnes, et que ceux qui sont au milieu d'elle en sortent, et que ceux qui sont dans les environs n'y entrent point.

Lc 21,22. Car ce seront des jours de vengeance, afin que s'accomplisse tout ce qui est écrit.

Lc 21,23. Malheur à celles qui seront enceintes et qui allaiteront en ces jours-là! Car il y aura une grande détresse dans le pays, et de la colère contre ce peuple.

Lc 21,24. Ils tomberont sous le tranchant du glaive, et ils seront emmenés captifs dans toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les gentils, jusqu'à ce que le temps des nations soit accompli.

Lc 21,25. Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles, et, sur la terre, détresse des nations, à cause du bruit confus de la mer et des flots,

Lc 21,26. les hommes séchant de frayeur, dans l'attente de ce qui doit arriver à tout l'univers; car les puissances des cieux seront ébranlées.

Lc 21,27. Et alors on verra le Fils de l'homme venant sur une nuée, avec une grande puissance et une grande majesté.

Lc 21,28. Or, lorsque ces choses commenceront à arriver, regardez et levez la tête, parce que votre rédemption approche.

Lc 21,29. Et Il leur proposa cette comparaison: Voyez le figuier et tous les arbres.

Lc 21,30. Lorsqu'ils commencent à produire leur fruit, vous savez que l'été est proche.

Lc 21,31. De même, quand vous verrez arriver ces choses, sachez que le royaume de Dieu est proche.

Lc 21,32. En vérité, Je vous le dis, cette race ne passera point, que tout ne s'accomplisse.

Lc 21,33. Le ciel et la terre passeront; mais Mes paroles ne passeront point.

Lc 21,34. Prenez donc garde à vous, de peur que vos coeurs ne s'appesantissent par l'excès du manger et du boire, et par les soucis de cette vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l'improviste;

Lc 21,35. car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre.

Lc 21,36. Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez trouvés dignes d'échapper à tous ces maux qui arriveront, et de paraître devant le Fils de l'homme.

Lc 21,37. Or, pendant le jour, Il enseignait dans le temple, et la nuit Il sortait, et demeurait sur la montagne appelée des Oliviers.

Lc 21,38. Et tout le peuple venait à Lui de grand matin dans le temple pour L'écouter.

CHAPITRE XXII

Lc 22,1. Cependant la fête des Azymes, appelée la Pâque, était proche,

Lc 22,2. et les princes des prêtres et les scribes cherchaient comment ils feraient mourir Jésus; mais ils craignaient le peuple.

Lc 22,3. Or Satan entra dans Judas, surnommé Iscariote, l'un des douze.

Lc 22,4. Et il alla, et s'entretint avec les princes des prêtres et les magistrats, de la manière dont il Le leur livrerait.

Lc 22,5. Ils se réjouirent, et convinrent de lui donner de l'argent.

Lc 22,6. Il s'engagea, et il cherchait une occasion favorable pour Le livrer à l'insu des foules.

Lc 22,7. Cependant arriva le jour des Azymes, où il fallait immoler la pâque.

Lc 22,8. Et Jésus envoya Pierre et Jean, en disant: Allez, et préparez-nous la pâque, afin que nous la mangions.

Lc 22,9. Ils Lui dirent: Où voulez-vous que nous la préparions?

Lc 22,10. Il leur répondit: Voici, lorsque vous entrerez dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau; suivez-le dans la maison où il entrera,

Lc 22,11. Et vous direz au père de famille de cette maison: Le Maître te dit: Où est la salle où Je pourrai manger la pâque avec Mes disciples?

Lc 22,12. Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée; et là, faites les préparatifs.

Lc 22,13. S'en allant donc ils trouvèrent comme Il leur avait dit, et ils préparèrent la pâque.

Lc 22,14. Quand l'heure fut venue, Il Se mit à table, et les douze Apôtres avec Lui.

Lc 22,15. Et Il leur dit: J'ai désiré d'un grand désir de manger cette pâque avec vous, avant de souffrir.

Lc 22,16. Car, Je vous le dis, désormais Je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu.

Lc 22,17. Et ayant pris le calice, Il rendit grâces, et dit: Prenez, et partagez entre vous.

Lc 22,18. Car, Je vous le dis, Je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le règne de Dieu soit arrivé.

Lc 22,19. Puis, ayant pris du pain, Il rendit grâces, le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est Mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de Moi.

Lc 22,20. Il prit de même le calice, après qu'Il eut soupé, en disant: Ce calice est la nouvelle alliance en Mon sang, qui sera répandu pour vous.

Lc 22,21. Cependant, voici que la main de celui qui Me trahit est avec Moi à cette table.

Lc 22,22. Quant au Fils de l'homme, Il S'en va, selon ce qui a été déterminé; mais malheur à l'homme par qui Il sera trahi!

Lc 22,23. Et ils commencèrent à se demander mutuellement quel était celui d'entre eux qui ferait cela.

Lc 22,24. Il s'éleva aussi parmi eux une contestation, pour savoir lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand.

Lc 22,25. Mais Il leur dit: Les rois des nations leur commandent en maîtres, et ceux qui ont l'autorité sur elles sont appelés leurs bienfaiteurs.

Lc 22,26. Qu'il n'en soit pas ainsi de vous; mais que celui qui est le plus grand parmi vous devienne le plus petit; et celui qui gouverne, comme celui qui sert.

Lc 22,27. Car lequel est le plus grand? celui qui est à table, ou celui qui sert? N'est-ce pas celui qui est à table? Moi, cependant, Je suis au milieu de vous comme celui qui sert.

Lc 22,28. Vous, vous êtes demeurés avec Moi dans Mes tentations;

Lc 22,29. et Moi, Je vous prépare le royaume, comme Mon Père Me l'a préparé,

Lc 22,30. afin que vous mangiez et buviez à Ma table dans Mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, jugeant les douze tribus d'Israël.

Lc 22,31. Le Seigneur dit encore: Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment;

Lc 22,32. mais J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, lorsque tu seras converti, affermis tes frères.

Lc 22,33. Pierre Lui dit: Seigneur, je suis prêt à aller, avec Vous, et en prison et à la mort.

Lc 22,34. Mais Jésus dit: Pierre, Je te le dis, le coq ne chantera pas aujourd'hui, que tu n'aies nié trois fois que tu Me connais. Et Il leur dit:

Lc 22,35. Lorsque Je vous ai envoyé sans sac, sans bourse et sans chaussures, vous a-t-il manqué quelque chose?

Lc 22,36. Ils répondirent: Rien. Il ajouta: Mais maintenant, que celui qui a un sac le prenne, et une bourse également; et que celui qui n'en a point vende sa tunique, et achète une épée.

Lc 22,37. Car, Je vous le dis, il faut encore que cette parole qui est écrite s'accomplisse en Moi: Il a étê mis au rang des scélérats. En effet, ce qui Me concerne touche à sa fin.

Lc 22,38. Et ils dirent: Seigneur, voici deux épées. Et Il leur dit: Cela suffit.

Lc 22,39. Et étant sorti, Il alla, selon Sa coutume, à la montagne des Oliviers, et Ses disciples Le suivirent.

Lc 22,40. Lorsqu'Il fut arrivé dans ce lieu, Il leur dit: Priez, afin que vous ne succombiez pas à la tentation.

Lc 22,41. Puis Il S'éloigna d'eux à la distance d'un jet de pierre; et S'étant mis à genoux, Il priait,

Lc 22,42. en disant: Père, si Vous le voulez, éloignez ce calice de Moi; cependant, que ce ne soit pas Ma volonté qui se fasse, mais la Vôtre.

Lc 22,43. Alors un Ange Lui apparut du Ciel, pour Le fortifier. Et étant tombé en agonie, Il priait plus instamment.

Lc 22,44. Et Sa sueur devint comme des gouttes de sang qui coulait jusqu'à terre.

Lc 22,45. S'étant levé après Sa prière, Il vint à Ses disciples, et Il les trouva endormis de tristesse.

Lc 22,46. Et Il leur dit: Pourquoi dormez-vous? Levez-vous et priez, afin que vous ne succombiez pas à la tentation.

Lc 22,47. Comme Il parlait encore, voici qu'une troupe parut, et celui qui s'appelait Judas, l'un des douze, marchait devant elle; et il s'approcha de Jésus pour Le baiser.

Lc 22,48. Jésus lui dit: Judas, tu trahis le Fils de l'homme par un baiser?

Lc 22,49. Ceux que étaient autour de Lui, voyant ce qui allait arriver, Lui dirent: Seigneur, frapperons-nous de l'épée?

Lc 22,50. Et l'un deux frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l'oreille droite.

Lc 22,51. Mais Jésus, prenant la parole, dit: Restez-en là. Et ayant touché l'oreille de cet homme, Il le guérit.

Lc 22,52. Puis Jésus dit à ceux qui étaient venus vers Lui, princes des prêtres, magistrats du temple, et anciens: Vous êtes sortis avec des épées et des bâtons, comme contre un brigand.

Lc 22,53. Quand J'étais tous les jours avec vous dans le temple vous n'avez pas étendu les mains sur Moi; mais c'est ici votre heure, et la puissance des ténèbres.

Lc 22,54. Se saisissant alors de Lui, ils L'emmenèrent dans la maison du grand prêtre; et Pierre suivait de loin.

Lc 22,55. Or, ayant allumé du feu au milieu de la cour, ils s'assirent autour; et Pierre était au milieu d'eux.

Lc 22,56. Une servante, qui le vit assis devant le feu, le fixa attentivement, et dit: Celui-ci était aussi avec Lui.

Lc 22,57. Mais il renia Jésus, en disant: Femme, je ne Le connais pas.

Lc 22,58. Un peu après, un autre, le voyant, dit: Toi aussi, tu es de ces gens-là. Mais Pierre dit: O homme, je n'en suis pas.

Lc 22,59. Et environ une heure plus tard, un autre affirmait la même chose, en disant: Certainement cet homme était aussi avec Lui; car il est Galiléen.

Lc 22,60. Et Pierre dit: Homme, je ne sais pas ce que tu dis. Et aussitôt, comme il parlait encore, le coq chanta.

Lc 22,61. Et le Seigneur, Se retournant, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur avait dite: Avant que le coq chante, tu Me renieras trois fois.

Lc 22,62. Et Pierre, étant sorti dehors, pleura amèrement.

Lc 22,63. Ceux que tenaient Jésus se moquaient de lui, en Le frappant.

Lc 22,64. Et ils Lui voilèrent la face, et ils Le frappaient au visage; et ils L'interrogeaient, en disant: Prophétise, qui est-ce qui T'a frappé?

Lc 22,65. Et ils proféraient contre Lui beaucoup d'autres blasphèmes.

Lc 22,66. Lorsqu'il fit jour, les anciens du peuple, les princes des prêtres et les scribes s'assemblèrent; et L'ayant fait venir dans leur conseil, ils dirent: Si Tu es le Christ, dis-le-nous.

Lc 22,67. Il leur répondit: Si Je vous le dis, vous ne Me croirez pas;

Lc 22,68. et si Je vous interroge, vous ne Me répondrez pas, et vous ne Me relâcherez pas.

Lc 22,69. Mais désormais le Fils de l'homme sera assis à la droite de la puissance de Dieu.

Lc 22,70. Alors tous dirent: Tu es donc le Fils de Dieu? Il répondit: Vous le dites, Je le suis.

Lc 22,71. Et ils dirent: Qu'avons-nous encore besoin de témoignage? Nous l'avons entendu nous-mêmes de Sa bouche.

CHAPITRE XXIII

Lc 23,1. Et, s'étant tous levés, ils Le conduisirent à Pilate.

Lc 23,2. Et ils commencèrent à L'accuser, en disant: Nous avons trouvé cet homme pervertissant notre nation, empêchant de payer le tribut à César, et Se disant le Christ-roi.

Lc 23,3. Pilate L'interrogea, en disant: Est-Tu le roi des Juifs? Jésus répondit: tu le dis.

Lc 23,4. Alors Pilate dit aux princes des prêtres et aux foules: Je ne trouve rien de criminel dans cet homme.

Lc 23,5. Mais ils insistaient, en disant: Il soulève le peuple, en enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où Il a commencé, jusqu'ici.

Lc 23,6. Pilate, entendant parler de la Galilée, demanda si cet homme était Galiléen.

Lc 23,7. Et ayant appris qu'Il était de la juridiction d'Hérode, il Le renvoya à Hérode, qui était aussi à Jérusalem en ces jours-là.

Lc 23,8. Hérode, voyant Jésus, en eut une grande joie; car il désirait depuis longtemps Le voir, parce qu'il avait entendu dire beaucoup de choses de Lui, et il espérait Lui voir faire quelque miracle.

Lc 23,9. Il Lui adressait donc de nombreuses questions; mais Jésus ne lui répondit rien.

Lc 23,10. Cependant les princes des prêtres et les scribes étaient là, L'accusant sans relâche.

Lc 23,11. Or Hérode, avec ses gardes, Le méprisa, et il se moqua de Lui en Le revêtant d'une robe blanche; puis il Le renvoya à Pilate.

Lc 23,12. Hérode et Pilate devinrent amis en ce jour même, d'ennemis qu'ils étaient auparavant.

Lc 23,13. Or Pilate, ayant convoqué les princes des prêtres, les magistrats et le peuple,

Lc 23,14. leur dit: Vous m'avez présenté cet homme comme portant la nation à la révolte; et voici que, L'interrogeant devant vous, je ne L'ai trouvé coupable d'aucun des crimes dont vous L'accusez.

Lc 23,15. Ni Hérode non plus; car je vous ai renvoyés à lui, et on n'a rien fait à l'accusé qui montre qu'Il mérite la mort.

Lc 23,16. Je Le renverrai donc, après L'avoir châtié.

Lc 23,17. Or il était obligé de leur délivrer un prisonnier le jour de la fête.

Lc 23,18. Et la foule tout entière s'écria: Fais mourir Celui-ci, et délivre-nous Barabbas.

Lc 23,19. Cet homme avait été mis en prison, à cause d'une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et d'un meurtre.

Lc 23,20. Pilate leur parla de nouveau, voulant délivrer Jésus.

Lc 23,21. Mais ils criaient plus fort, disant: Crucifie-Le, crucifie-Le!

Lc 23,22. Il leur dit pour la troisième fois: Mais quel mal a-t-Il fait? Je ne trouve en Lui rien qui mérite la mort; je vais donc Le châtier, et je Le renverrai.

Lc 23,23. Mais ils insistaient à grands cris, demandant qu'Il fût crucifié; et leurs clameurs redoublaient.

Lc 23,24. Alors Pilate ordonna que ce qu'ils demandaient fût exécuté.

Lc 23,25. Il leur délivra celui qu'ils réclamaient, qui avait été mis en prison pour meurtre et sédition, et il livra Jésus à leur volonté.

Lc 23,26. Et comme ils L'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, la lui faisant porter derrière Jésus.

Lc 23,27. Or Il était suivi d'une grande foule de peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et qui se lamentaient sur Lui.

Lc 23,28. Mais Jésus, Se retournant vers elles, dit: Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur Moi; mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants;

Lc 23,29. car voici qu'il viendra des jours où l'on dira: Heureuses les stériles, et les entrailles qui n'ont pas d'enfants, et les mamelles qui n'ont point allaité.

Lc 23,30. Alors ils se mettront à dire aux montagnes: Tombez sur nous; et aux collines: Couvrez-nous.

Lc 23,31. Car s'ils traitent ainsi le bois vert, que fera-t-on au bois sec?

Lc 23,32. On conduisait aussi avec Lui deux autres hommes, qui étaient des malfaiteurs, pour les mettre à mort.

Lc 23,33. Et lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Calvaire, ils L'y crucifièrent, ainsi que des voleurs, l'un à droite et l'autre à gauche.

Lc 23,34. Et Jésus disait: Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Partageant ensuite Ses vêtements, ils les tirèrent au sort.

Lc 23,35. Et le peuple se tenait là, regardant; et, avec lui, les chefs se moquaient de Jésus, en disant: Il a sauvé les autres; qu'Il Se sauve Lui-même, s'Il est le Christ, l'élu de Dieu.

Lc 23,36. Les soldats aussi L'insultaient, s'approchant de Lui, et Lui présentant du vinaigre,

Lc 23,37. et disant: Si Tu es le roi des Juifs, sauve-Toi.

Lc 23,38. Il y avait aussi au-dessus de Lui une inscription, écrite en grec, en latin et en hébreu: Celui-ci est le roi des Juifs.

Lc 23,39. Or l'un des voleurs suspendus en croix Le blasphémait, en disant: Si Tu es le Christ, sauve-Toi Toi-même, et nous avec Toi.

Lc 23,40. Mais l'autre le reprenait, en disant: Toi non plus, tu ne crains donc pas Dieu, toi qui es condamné au même supplice?

Lc 23,41. Encore, pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos oeuvres; mais Celui-ci n'a fait aucun mal.

Lc 23,42. Et il disait à Jésus: Seigneur, souvenez-Vous de moi, lorsque Vous serez arrivé dans Votre royaume.

Lc 23,43. Et Jésus lui dit: En vérité, Je te le dis, tu seras aujourd'hui avec Moi dans le paradis.

Lc 23,44. Il était environ la sixième heure, et les ténèbres couvrirent toute la terre jusqu'à la neuvième heure.

Lc 23,45. Le soleil fut obscurci, et le voile du temple se déchira par le milieu.

Lc 23,46. Et criant d'une voix forte, Jésus dit: Père, Je remets Mon esprit entre Vos mains. Et disant cela, Il expira.

Lc 23,47. Or le centurion, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu en disant: Certainement cet homme était juste.

Lc 23,48. Et toute la foule de ceux qui assistaient à ce spectacle, et qui voyaient ce qui se passait, s'en retournait en se frappant la poitrine.

Lc 23,49. Tous ceux qui avaient connu Jésus, et les femmes qui L'avaient suivi de Galailée, se tenaient à distance, regardant ces choses.

Lc 23,50. Et voici qu'il y avait un homme nommé Joseph, membre du conseil, homme bon et juste,

Lc 23,51. qui n'avait pas consenti au dessein et aux actes des autres; il était d'Arimathie, ville de Judée, et il attendait aussi le royaume de Dieu.

Lc 23,52. Cet homme alla trouver Pilate, et lui demanda le corps de Jésus.

Lc 23,53. Et l'ayant détaché de la croix, il l'enveloppa d'un linceul, et le plaça dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n'avait encore été mis.

Lc 23,54. Or c'était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

Lc 23,55. Les femmes qui étaient venues de Galilée avec Jésus, ayant suivi Joseph, considérèrent le sépulcre, et comment le corps de Jésus y avait été mis.

Lc 23,56. Et s'en retournant, elles préparèrent des aromates et des parfums; et, pendant le sabbat, elles se tinrent en repos, selon la loi.

CHAPITRE XXIV

Lc 24,1. Le premier jour après le sabbat, de grand matin, elles vinrent au sépulcre, apportant les aromates qu'elles avaient préparés;

Lc 24,2. et elles trouvèrent la pierre roulée de devant le sépulcre.

Lc 24,3. Etant entrées, elles ne trouvèrent point le corps du Seigneur Jésus.

Lc 24,4. Et tandis qu'elles étaient consternées de cela dans leur âme, voici que deux hommes parurent auprès d'elles, avec des vêtements resplendissants.

Lc 24,5. Et comme elles étaient saisies de frayeur, et qu'elles baissaient le visage vers la terre, ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant?

Lc 24,6. Il n'est point ici, mais Il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière Il vous a parlé, lorsqu'Il était encore en Galilée,

Lc 24,7. et qu'Il disait: Il faut que le Fils de l'homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'Il soit crucifié, et qu'Il ressuscite le troisième jour.

Lc 24,8. Et elles se ressouvinrent de Ses paroles.

Lc 24,9. De retour du sépulcre, elles racontèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres.

Lc 24,10. Ce furent Marie-Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles, qui rapportèrent ces choses aux Apôtres.

Lc 24,11. Mais ces paroles leur parurent comme du délire, et ils ne les crurent point.

Lc 24,12. Cependant Pierre, se levant, courut au sépulcre; et s'étant baissé, il ne vit que les linges à terre; et il s'en alla, admirant en lui-même ce qui était arrivé.

Lc 24,13. Et voici que ce même jour, deux d'entre eux allaient dans un bourg, nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades.

Lc 24,14. Et ils s'entretenaient de toutes ces choses qui s'étaient passées.

Lc 24,15. Or il arriva, pendant qu'ils parlaient et conféraient ensemble, que Jésus Lui-même S'approcha, et marchait avec eux.

Lc 24,16. Mais une force empêchait leurs yeux de Le reconnaître.

Lc 24,17. Et Il leur dit: Quelles sont ces paroles que vous échangez en marchant, et pourquoi êtes-vous tristes?

Lc 24,18. Prenant la parole, l'un d'eux, nommé Cléophas, Lui dit: Etes-vous seul étranger dans Jérusalem, et ne savez-vous pas ce qui s'y est passé ces jours-ci?

Lc 24,19. Quoi? leur dit-Il. Et ils répondirent: Touchant Jésus de Nazareth, qui a été un prophète puissant en oeuvres et en paroles, devant Dieu et devant tout le peuple;

Lc 24,20. et comment les princes des prêtres et nos chefs L'ont livré pour être condamné à mort, et L'ont crucifié.

Lc 24,21. Or nous espérions que c'était Lui qui rachèterait Israël; et maintenant, après tout cela, c'est aujourd'hui le troisième jour que ces choses se sont passées.

Lc 24,22. Il est vrai que quelques femmes, qui sont des nôtres, nous ont effrayés. Etant allées avant le jour au sépulcre,

Lc 24,23. et n'ayant pas trouvé Son corps, elles sont venues dire que des Anges leur ont apparu et ont affirmé qu'Il est vivant.

Lc 24,24. Quelques-uns des nôtres sont aussi allés au sépulcre, et ont trouvé les choses comme les femmes avaient dit; mais Lui, ils ne L'ont pas trouvé.

Lc 24,25. Alors Il leur dit: O insensés, dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes!

Lc 24,26. Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'Il entrât ainsi dans Sa gloire?

Lc 24,27. Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, Il leur expliquait, dans toutes les Ecritures, ce qui Le concernait.

Lc 24,28. Lorsqu'ils furent près du bourg où ils allaient, Il fit semblant d'aller plus loin.

Lc 24,29. Mais ils Le pressèrent, en disant: Demeurez avec nous, car le soir arrive, et le jour est déjà sur son déclin. Et Il entra avec eux.

Lc 24,30. Et il arriva, pendant qu'Il était à table avec eux, qu'Il prit du pain, et le bénit, et le rompit, et Il le leur présentait.

Lc 24,31. Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils Le reconnurent; et Il disparut de devant eux.

Lc 24,32. Et ils se dirent l'un à l'autre: Est-ce que notre coeur n'était pas brûlant en nous, lorsqu'Il nous parlait sur le chemin, et qu'Il nous expliquait les Ecritures?

Lc 24,33. Et se levant à l'heure même, ils retournèrent à Jérusalem; et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés,

Lc 24,34. et disant: Le Seigneur est vraiment ressuscité, et Il est apparu à Simon.

Lc 24,35. Et ils racontaient eux-mêmes ce qui s'était passé en chemin, et comment ils L'avaient reconnu lorsqu'Il rompait le pain.

Lc 24,36. Or, pendant qu'ils parlaient ainsi, Jésus parut au milieu d'eux et leur dit: La paix soit avec vous! C'est Moi, ne craignez point.

Lc 24,37. Mais, troublés et épouvantés, ils croyaient voir un esprit.

Lc 24,38. Et Il leur dit: Pourquoi vous troublez-vous? et pourquoi de telles pensées s'élèvent-elles dans vos coeurs?

Lc 24,39. Voyez Mes mains et Mes pieds; c'est bien Moi; touchez et voyez: un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que J'en ai.

Lc 24,40. Et après avoir dit cela, Il leur montra Ses mains et Ses pieds.

Lc 24,41. Mais comme ils ne croyaient point encore et qu'ils s'étonnaient, transportés de joie, Il dit: Avez-vous ici quelque chose à manger?

Lc 24,42. Ils Lui présentèrent un morceau de poisson rôti et un rayon de miel.

Lc 24,43. Et après qu'Il en eut mangé devant eux, prenant les restes, Il les leur donna.

Lc 24,44. Et Il leur dit: C'est ce que Je vous disais lorsque J'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce que a été écrit de Moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes.

Lc 24,45. Alors Il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Ecritures.

Lc 24,46. Et Il leur dit: C'est ainsi qu'il est écrit, et c'est ainsi qu'il fallait que le Christ souffrît, et qu'Il ressuscitât d'entre les morts le troisième jour,

Lc 24,47. et qu'on prêchât en Son nom la pénitence et la rémission des péchés dans toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

Lc 24,48. Or vous êtes témoins de ces choses.

Lc 24,49. Et Moi, Je vais envoyer en vous le don promis par Mon Père; mais demeurez dans la ville, jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la force d'en haut.

Lc 24,50. Puis Il les conduisit dehors, vers Béthanie; et ayant levé les mains, Il les bénit.

Lc 24,51. Et il arriva, tandis qu'Il les bénissait, qu'Il Se sépara d'eux, et Il était enlevé au Ciel.

Lc 24,52. Et eux, L'ayant adoré, revinrent à Jérusalem avec une grande joie;

Lc 24,53. et ils étaient sans cesse dans le temple, louant et bénissant Dieu. Amen.

ÉVANGILE SELON SAINT JEAN

CHAPITRE I

Jn 1,1. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu.

Jn 1,2. Il était au commencement avec Dieu.

Jn 1,3. Toutes choses ont été faites par Lui, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans Lui.

Jn 1,4. En Lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes;

Jn 1,5. et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas saisie.

Jn 1,6. Il y eut un homme envoyé de Dieu, dont le nom était Jean.

Jn 1,7. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.

Jn 1,8. Il n'était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière.

Jn 1,9. C'était la vraie lumière, qui éclaire tout homme venant en ce monde.

Jn 1,10. Il était dans le monde, et le monde a été fait par Lui, et le monde ne L'a pas connu.

Jn 1,11. Il est venu chez Lui, et les Siens ne L'ont pas reçu.

Jn 1,12. Mais, à tous ceux qui L'ont reçu, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu; à ceux qui croient en Son nom,

Jn 1,13. qui ne sont pas nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.

Jn 1,14. Et le Verbe a été fait chair, et Il a habité parmi nous; et nous avons vu Sa gloire, gloire comme du Fils unique venu du Père, plein de grâce et de vérité.

Jn 1,15. Jean rend témoignage de Lui, et crie, en disant: C'est celui dont j'ai dit: Celui qui doit venir après moi a été placé au-dessus de moi, parce qu'Il était avant moi.

Jn 1,16. Et nous avons tous reçu de Sa plénitude, et grâce pour grâce.

Jn 1,17. Car la loi a été donnée par Moïse; la grace et la vérité ont été faites par Jésus-Christ.

Jn 1,18. Nul n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Pére, voilà Celui qui L'a manifesté.

Jn 1,19. Or voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites, pour lui demander: Qui es-tu?

Jn 1,20. Et il confessa, et il ne nia point; et il confessa: Je ne suis pas le Christ.

Jn 1,21. Et ils lui demandèrent: Quoi donc? Es-tu Elie? Et il dit: Je ne le suis pas. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non.

Jn 1,22. Ils lui dirent donc: Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même?

Jn 1,23. Il dit: Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.

Jn 1,24. Or ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens.

Jn 1,25. Ils continuèrent de l'interroger, et lui dirent: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Christ, ni Elie, ni le prophète?

Jn 1,26. Jean leur répondit: Moi, je baptise dans l'eau; mais, au milieu de vous, Se tient Quelqu'un que vous ne connaissez pas.

Jn 1,27. C'est Lui qui doit venir après moi, qui a été placé au-dessus de moi: je ne suis pas digne de dénouer la courroie de Sa sandale.

Jn 1,28. Ces choses se passèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait.

Jn 1,29. Le lendemain, Jean vit Jésus qui venait à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, voici Celui qui enlève le péché du monde.

Jn 1,30. C'est Celui dont j'ai dit: Après moi vient un homme qui a été placé au-dessus de moi, parce qu'Il était avant moi.

Jn 1,31. Et moi, je ne Le connaissais pas; mais c'est pour qu'Il soit manifesté en Israël que je suis venu baptiser dans l'eau.

Jn 1,32. Et Jean rendit témoignage, en disant: J'ai vu l'Esprit descendre du Ciel comme une colombe, et Se reposer sur Lui.

Jn 1,33. Et moi, je ne Le connaissais pas; mais Celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit: Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et Se reposer, c'est Celui qui baptise dans l'Esprit-Saint.

Jn 1,34. Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'Il est le Fils de Dieu.

Jn 1,35. Le lendemain, Jean était encore là, avec deux de ses disciples.

Jn 1,36. Et regardant Jésus qui passait, il dit: Voici l'Agneau de Dieu.

Jn 1,37. Les deux disciples l'entendirent parler ainsi, et ils suivirent Jésus.

Jn 1,38. Jésus, S'étant retourné, et voyant qu'ils Le suivaient, leur dit: Que cherchez-vous? Ils Lui dirent: Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeurez-Vous?

Jn 1,39. Il leur dit: Venez et voyez. Ils vinrent et virent où Il demeurait, et ils restèrent chez Lui ce jour-là. Il était environ la dixième heure.

Jn 1,40. Or André, frère de Simon-Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi Jésus.

Jn 1,41. Il trouva le premier son frère Simon, et lui dit: Nous avons trouvè le Messie (ce qui signifie le Christ).

Jn 1,42. Et il l'amena à Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jona; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre).

Jn 1,43. Le lendemain, Jésus voulut aller en Galilée, et il rencontra Philippe. Et Il lui dit: Suis-moi.

Jn 1,44. Or Philippe était de Bethsaïda, la ville d'André et de Pierre.

Jn 1,45. Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Celui de qui Moïse a écrit dans la loi, et qu'ont annoncé les prophètes, nous L'avons trouvé; c'est Jésus de Nazareth, fils de Joseph.

Jn 1,46. Et Nathanaël lui dit: De Nazareth peut-il venir quelque chose de bon? Philippe lui dit: Viens et vois.

Jn 1,47. Jésus vit Nathanaël qui venait à Lui, et Il dit de lui: Voici un véritable Israélite, en qui il n'y a pas de fraude.

Jn 1,48. Nathanaël Lui dit: D'où me connaissez-Vous? Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, lorsque tu étais sous le figuier, Je t'ai vu.

Jn 1,49. Nathanaël Lui répondit: Rabbi, Vous êtes le Fils de Dieu, Vous êtes le roi d'Israël.

Jn 1,50. Jésus lui répondit: Parce que Je t'ai dit: Je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras des choses plus grandes que celles-là.

Jn 1,51. Et Il lui dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, vous verrez le Ciel ouvert, et les Anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme.

CHAPITRE II

Jn 2,1. Trois jours après, il se fit des noces à Cana en Galilée, et la Mère de Jésus y était.

Jn 2,2. Et Jésus fut aussi invité aux noces, avec Ses disciples.

Jn 2,3. Et le vin venant à manquer, la Mère de Jésus Lui dit: Ils n'ont pas de vin.

Jn 2,4. Jésus Lui dit: Femme, qu'y a-t-il entre Moi et Vous? Mon heure n'est pas encore venue.

Jn 2,5. Sa Mère dit aux serviteurs: Faites tout ce qu'Il vous dira.

Jn 2,6. Or il y avait là six urnes de pierre, pour servir aux purifications des Juifs, et contenant chacune deux ou trois mesures.

Jn 2,7. Jésus leur dit: Remplissez d'eau ces urnes. Et ils les remplirent jusqu'au bord.

Jn 2,8. Alors Jésus leur dit: Puisez maintenant, et portez-en au maître d'hôtel. Et ils lui en portèrent.

Jn 2,9. Dès que le maître d'hôtel eut goûté l'eau changée en vin, ne sachant d'où venait ce vin, quoique les serviteurs qui avaient puisé l'eau le sussent bien, il appela l'époux,

Jn 2,10. et lui dit: Tout homme sert d'abord le bon vin; puis, après qu'on a beaucoup bu, il en sert du moins bon; mais toi, tu as réservé le bon vin jusqu'à maintenant.

Jn 2,11. Jésus fit là le premier de Ses miracles, à Cana en Galilée; et Il manifesta Sa gloire, et Ses disciples crurent en Lui.

Jn 2,12. Après cela, Il descendit à Capharnaüm, avec Sa Mère, Ses frères et Ses disciples; et ils n'y demeurèrent que peu de jours.

Jn 2,13. La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.

Jn 2,14. Et Il trouva dans le temple des marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et des changeurs assis.

Jn 2,15. Et ayant fait un fouet avec des cordes, Il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs; et Il jeta par terre l'argent des changeurs, et renversa leurs tables.

Jn 2,16. Et Il dit à ceux qui vendaient des colombes: Otez cela d'ici, et ne faites pas de la maison de Mon Père une maison de trafic.

Jn 2,17. Or Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de Votre maison Me dévore.

Jn 2,18. Les Juifs, prenant la parole, Lui dirent: Quel signe nous montrez-Vous pour agir de la sorte?

Jn 2,19. Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours Je le rétablirai.

Jn 2,20. Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et Vous le rétablirez en trois jours?

Jn 2,21. Mais Il parlait du temple de Son Corps.

Jn 2,22. Après donc qu'Il fut ressuscité d'entre les morts, Ses disciples se souvinrent qu'Il avait dit cela, et ils crurent à l'Ecriture, et à la parole que Jésus avait dite.

Jn 2,23. Pendant qu'Il était à Jérusalem pour la fête de Pâque, beaucoup crurent en Son nom, voyant les miracles qu'Il faisait.

Jn 2,24. Mais Jésus ne Se fiait point à eux, parce qu'Il les connaissait tous,

Jn 2,25. et qu'il n'avait pas besoin que personne Lui rendît témoignage d'aucun homme; car Il savait Lui-même ce qu'il y avait dans l'homme.

CHAPITRE III

Jn 3,1. Or il y avait parmi les pharisiens un homme appelé Nicodème, un des premiers des Juifs.

Jn 3,2. Il vint la nuit auprès de Jésus, et Lui dit: Maïtre, nous savons que Vous êtes venu de la part de Dieu comme docteur; car personne ne peut faire les miracles que Vous faites, si Dieu n'est avec lui.

Jn 3,3. Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, Je te le dis, aucun homme, s'il ne naît de nouveau, ne peut voir le royaume de Dieu.

Jn 3,4. Nicodème Lui dit: Comment un homme peut-il naître, lorsqu'il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère, et naître de nouveau?

Jn 3,5. Jésus répondit: En vérité, en vérité, Je te le dis, aucun homme, s'il ne renaît de l'eau et de l'Esprit-Saint, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Jn 3,6. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit.

Jn 3,7. Ne t'étonne pas de ce que Je t'ai dit: Il faut que vous naissiez de nouveau.

Jn 3,8. Le vent souffle où il veut; et tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va: il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.

Jn 3,9. Nicodème Lui répondit: Comment cela peut-il se faire?

Jn 3,10. Jésus lui dit: Tu es maître en Israël, et tu ignores ces choses?

Jn 3,11. En vérité, en vérité, Je te le dis, ce que Nous savons, Nous le disons, et ce que Nous avons vu, Nous l'attestons; et vous ne recevez pas Notre témoignage.

Jn 3,12. Si Je vous ai parlé des choses de la terre sans que vous ayez cru, comment croirez-vous quand Je vous parlerai des choses du Ciel?

Jn 3,13. Personne n'est monté au Ciel, sinon Celui qui est descendu du Ciel, le Fils de l'homme, qui est dans le Ciel.

Jn 3,14. Et comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l'homme soit élevé,

Jn 3,15. afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Jn 3,16. Car Dieu a tant aimé le monde, qu'Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Jn 3,17. Car Dieu n'a pas envoyé Son Fils dans le monde pour juger le monde, mais afin que le monde soit sauvé par Lui.

Jn 3,18. Celui qui croit en Lui n'est pas jugé; mais celui qui ne croit pas est déja jugé, parce qu'il ne croit pas au nom du Fils unique de Dieu.

Jn 3,19. Or voici quel est le jugement: la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.

Jn 3,20. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient condamnées.

Jn 3,21. Mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce que c'est en Dieu qu'elles sont faites.

Jn 3,22. Après cela, Jésus vint avec Ses disciples dans le pays de Judée; et Il y demeurait avec eux, et baptisait.

Jn 3,23. Jean baptisait aussi à Ennon, près de Salim, parce qu'il y avait là beaucoup d'eau. On y venait, et on y était baptisé.

Jn 3,24. Car Jean n'avait pas encore été mis en prison.

Jn 3,25. Or il s'éleva une dispute entre les disciples de Jean et les Juifs, touchant la purification.

Jn 3,26. Et ils vinrent à Jean, et lui dirent: Maître, Celui qui était avec toi au delà du Jourdain, et Auquel tu as rendu témoignage, baptise maintenant, et tous vont à Lui.

Jn 3,27. Jean répondit: L'homme ne peut rien recevoir, que ne lui ait été donné du Ciel.

Jn 3,28. Vous-mêmes vous me rendez témoignage que j'ai dit: Je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé devant Lui.

Jn 3,29. Celui qui a l'épouse est l'epoux; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et l'écoute, est ravi de joie à cause de la voix de l'époux. Cette joie qui est la mienne est complète.

Jn 3,30. Il faut qu'Il croisse, et que je diminue.

Jn 3,31. Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous. Celui qui vient de la terre est de la terre, et parle de la terre. Celui qui vient du Ciel est au-dessus de tous;

Jn 3,32. et Il rend témoignage de ce qu'Il a vu et entendu, et personne ne reçoit Son témoignage.

Jn 3,33. Celui qui reçoit Son témoignage certifie que Dieu est véridique.

Jn 3,34. Car Celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que ce n'est pas avec mesure que Dieu donne l'Esprit.

Jn 3,35. Le Père aime le Fils, et a tout remis entre Ses mains.

Jn 3,36. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colére de Dieu demeure sur lui.

CHAPITRE IV

Jn 4,1. Jésus, ayant su que les pharisiens avaient appris qu'Il faisait plus de disciples et baptisait plus que Jean

Jn 4,2. (quoique Jésus ne baptisât pas Lui-même; c'étaient Ses disciples qui baptisaient),

Jn 4,3. quitta la Judée, et S'en alla de nouveau en Galilée.

Jn 4,4. Or il fallait qu'Il passât par la Samarie.

Jn 4,5. Il vint donc dans une ville de Samarie, nommée Sichar, près du champ que Jacob avait donné à son fils Joseph.

Jn 4,6. Or là était le puits de Jacob. Et Jésus, fatigué du chemin, était assis sur le puits. Il était environ la sixième heure.

Jn 4,7. Une femme de la Samarie vint pour puiser de l'eau. Jésus lui dit: Donne-Moi à boire.

Jn 4,8. Car Ses disciples étaient allés à la ville, pour acheter des vivres.

Jn 4,9. Cette femme samaritaine Lui dit: Comment Vous, qui êtes Juif, me demandez-Vous à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? Les Juifs, en effet, n'ont point de rapports avec les Samaritains.

Jn 4,10. Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu, et quel est Celui qui te dit: Donne-Moi à boire, peut-être Lui aurais-tu fait toi-même cette demande, et Il t'aurait donné de l'eau vive.

Jn 4,11. La femme Lui dit: Seigneur, Vous n'avez rien pour puiser, et le puits est profond; d'où avez-Vous donc de l'eau vive?

Jn 4,12. Etes-Vous plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux?

Jn 4,13. Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l'eau que Je lui donnerai n'aura jamais soif;

Jn 4,14. car l'eau que Je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

Jn 4,15. La femme Lui dit: Seigneur, donnez-moi de cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus ici pour puiser.

Jn 4,16. Jésus lui dit: Va, appelle ton mari, et viens ici.

Jn 4,17. La femme répondit: Je n'ai pas de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n'ai pas de mari;

Jn 4,18. car tu as eu cinq maris, et maintenant celui que tu as n'est pas ton mari; en cela, tu as dit vrai.

Jn 4,19. La femme Lui dit: Seigneur, je vois bien que Vous êtes un prophète.

Jn 4,20. Nos pères ont adoré sur cette montagne, et Vous, Vous dites que Jérusalem est le lieu où il faut adorer.

Jn 4,21. Jésus lui dit: Femme, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne, ni à Jérusalem, que vous adorerez le Père.

Jn 4,22. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

Jn 4,23. Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont de tels adorateurs que cherche le Père.

Jn 4,24. Dieu est esprit, et il faut que ceux qui L'adorent L'adorent en esprit et en vérité.

Jn 4,25. La femme Lui dit: Je sais que le Messie (c'est-à-dire le Christ) doit venir; lors donc qu'Il sera venu, Il nous annoncera toutes choses.

Jn 4,26. Jésus lui dit: Je le suis, Moi qui te parle.

Jn 4,27. Au même instant Ses disciples arrivèrent, et ils s'étonnaient de ce qu'Il parlait avec une femme. Cependant aucun ne Lui dit: Que demandez-Vous? ou: Pourquoi parlez-Vous avec elle?

Jn 4,28. La femme laissa donc là sa cruche, et s'en alla dans la ville. Et elle dit aux gens:

Jn 4,29. Venez, et voyez un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait. Ne serait-il pas le Christ?

Jn 4,30. Ils sortirent donc de la ville, et vinrent auprès de Lui.

Jn 4,31. Cependant les disciples Le priaient, en disant: Maître, mangez.

Jn 4,32. Mais Il leur dit: J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.

Jn 4,33. Les disciples se disaient donc l'un à l'autre: Quelqu'un Lui a-t-il apporté à manger?

Jn 4,34. Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui M'a envoyé, pour accomplir Son oeuvre.

Jn 4,35. Ne dites-vous pas: Encore quatre mois, et la moisson viendra? Voici que Je vous dis: Levez vos yeux, et voyez les campagnes qui blanchissent déjà pour la moisson.

Jn 4,36. Et celui qui moissonne reçoit une récompense, et amasse du fruit pour la vie éternelle, afin que celui qui sème se réjouisse, aussi bien que celui qui moissonne.

Jn 4,37. Car ici se vérifie cette parole: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne.

Jn 4,38. Je vous ai envoyés moissonner là où vous n'avez pas travaillé; d'autres ont travaillé, et vous, vous êtes entrés dans leurs travaux.

Jn 4,39. Or beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Lui, sur la parole de la femme qui Lui rendait ce témoignage: Il m'a dit tout ce que j'ai fait.

Jn 4,40. Les Samaritains, étant donc venus auprès de Lui, Le prièrent de demeurer chez eux; et Il y demeura deux jours.

Jn 4,41. Et il y en eut un bien plus grand nombre qui crurent en Lui, à cause de Sa parole.

Jn 4,42. Et ils disaient à la femme: Ce n'est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons; car nous L'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'Il est vraiment le Sauveur du monde.

Jn 4,43. Deux jours après, Il partit de là et S'en alla en Galilée.

Jn 4,44. Car Jésus Lui-même a rendu ce témoignage, qu'un prophète n'est point honoré dans sa patrie.

Jn 4,45. Lors donc qu'Il vint en Galilée, les Galiléens L'accueillirent, parce qu'ils avaient vu tout ce qu'Il avait fait à Jérusalem au jour de la fête; car eux aussi ils étaient allés à la fête.

Jn 4,46. Jésus vint donc de nouveau à Cana en Galilée, où Il avait changé l'eau en vin. Et il y avait un officier du roi, dont le fils était malade à Capharnaüm.

Jn 4,47. Ayant appris que Jésus venait de Judée en Galilée, il alla auprès de Lui, et Le pria de descendre, et de guérir son fils, qui était près de mourir.

Jn 4,48. Jésus lui dit: Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croyez point.

Jn 4,49. L'officier Lui dit: Seigneur, descendez avant que mon fils meure.

Jn 4,50. Jésus lui dit: Va, ton fils vit. Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla.

Jn 4,51. Comme déjà il descendait, ses serviteurs vinrent au-devant de lui, et lui annoncèrent que son fils vivait.

Jn 4,52. Il leur demanda l'heure à laquelle il s'était trouvé mieux; et ils lui dirent: Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté.

Jn 4,53. Le père reconnut que c'était à cette heure-là que Jésus lui avait dit: Ton fils vit; et il crut, lui et toute sa maison.

Jn 4,54. Ce fut là le second miracle que fit Jésus, après être revenu de Judée en Galilée.

CHAPITRE V

Jn 5,1. Après cela, il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem.

Jn 5,2. Or il y a à Jérusalem la piscine des Brebis, qui s'appelle en hébreu Bethsaïda, et qui a cinq portiques.

Jn 5,3. Sous ces portiques étaient étendus un grand nombre de malades, d'aveugles, de boiteux, de paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau.

Jn 5,4. Car l'Ange du Seigneur descendait de temps en temps dans la piscine, et en agitait l'eau; et celui qui descendait le premier dans la piscine après que l'eau avait été agité était guéri, quelle que fût sa maladie.

Jn 5,5. Or il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.

Jn 5,6. Jésus, l'ayant vu couché et sachant qu'il était malade depuis longtemps déjà, lui dit: Veux-tu être guéri?

Jn 5,7. Le malade Lui répondit: Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine lorsque l'eau a été agitée; et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi.

Jn 5,8. Jésus lui dit: Lève-toi, prends ton grabat, et marche.

Jn 5,9. Et aussitôt cet homme fut guéri, et il prit son grabat, et marcha. Or ce jour-là était un jour de sabbat.

Jn 5,10. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C'est le sabbat; il ne t'est pas permis d'emporter ton grabat.

Jn 5,11. Il leur répondit: Celui-là même qui m'a guéri m'a dit: Prends ton grabat, et marche.

Jn 5,12. Ils lui demandèrent: Quel est cet homme qui t'a dit: Prends ton grabat, et marche?

Jn 5,13. Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était; car Jésus S'était retiré de la foule rassemblée en ce lieu.

Jn 5,14. Plus tard, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici que tu as été guéri; ne pèche plus désormais, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire.

Jn 5,15. Cet homme alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

Jn 5,16. C'est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu'Il faisait ces choses le jour du sabbat.

Jn 5,17. Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu'à présent, et Moi aussi J'agis.

Jn 5,18. A cause de cela, les Juifs cherchaient encore davantage à Le faire mourir, parce que non seulement Il violait le sabbat, mais parce qu'en outre Il disait que Dieu était Son Père, Se faisant égal à Dieu. Jésus reprit donc la parole, et leur dit:

Jn 5,19. En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, si ce n'est ce qu'Il voit faire au Père; car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.

Jn 5,20. Car le Père aime le Fils, et Lui montre tout ce qu'Il fait; et Il Lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'admiration.

Jn 5,21. De même, en effet, que le Père ressuscite les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu'Il veut.

Jn 5,22. Car le Père ne juge personne; mais il a remis tout le jugement au Fils,

Jn 5,23. afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils, n'honore pas le Père qui L'a envoyé.

Jn 5,24. En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui écoute Ma parole et qui croit à Celui qui M'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement; mais il est passé de la mort à la vie.

Jn 5,25. En vérité, en vérité, Je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront.

Jn 5,26. Car, comme le Père a la vie en Lui-même, ainsi Il a donné également au Fils d'avoir la vie en Lui-même;

Jn 5,27. et Il Lui a donné le pouvoir d'exercer un jugement, parce qu'Il est le Fils de l'homme.

Jn 5,28. Ne vous étonnez pas de cela; car l'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront la voix du Fils de Dieu;

Jn 5,29. et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection de la vie; mais ceux qui auront fait le mal en sortiront pour la résurrection du jugement.

Jn 5,30. Je ne puis rien faire de Moi-même: selon ce que J'entends, Je juge; et Mon jugement est juste, parce que Je ne cherche pas Ma volonté, mais la volonté de Celui qui M'a envoyé.

Jn 5,31. Si c'est Moi qui rends témoignage de Moi-même, Mon témoignage n'est pas vrai.

Jn 5,32. C'est un autre qui rend témoignage de Moi, et Je sais que le témoignage qu'Il rend de Moi est vrai.

Jn 5,33. Vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité.

Jn 5,34. Pour Moi, ce n'est pas d'un homme que Je recois le témoignage; mais Je dis cela afin que vous soyez sauvés.

Jn 5,35. Jean était une lampe ardente et brillante; et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière.

Jn 5,36. Mais Moi, J'ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Pére M'a données d'accomplir, les oeuvres mêmes que Je fais, rendent de Moi le témoignage que c'est le Père qui M'a envoyé.

Jn 5,37. Le Pére, qui M'a envoyé, a rendu Lui-même témoignage de Moi. Vous n'avez jamais entendu Sa voix, ni contemplé Sa face.

Jn 5,38. Et vous n'avez pas Sa parole demeurant en vous, parce que vous ne croyez pas à Celui qu'Il a envoyé.

Jn 5,39. Vous scrutez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie eternelle; ce sont elles aussi qui rendent témoignage de Moi.

Jn 5,40. Et vous ne voulez pas venir à Moi pour avoir la vie.

Jn 5,41. Je n'accepte pas la gloire qui vient des hommes.

Jn 5,42. Mais Je vous connais, et Je sais que vous n'avez pas l'amour de Dieu en vous.

Jn 5,43. Je suis venu au nom de Mon Père, et vous ne Me recevez pas; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez.

Jn 5,44. Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul?

Jn 5,45. Ne pensez pas que ce soit Moi qui vous accuserai devant le Père; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous espérez.

Jn 5,46. Car, si vous croyiez à Moïse, vous croiriez aussi en Moi, puisque c'est de Moi qu'il a écrit.

Jn 5,47. Mais, si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à Mes paroles?

CHAPITRE VI

Jn 6,1. Après cela, Jésus S'en alla au delà de la mer de Galilée, ou de Tibériade;

Jn 6,2. et une multitude nombreuse Le suivait, parce qu'ils voyaient les miracles qu'Il opérait sur les malades.

Jn 6,3. Jésus monta donc sur une montagne, et là Il S'assit avec Ses disciples.

Jn 6,4. Or la Pâque, jour de fête des Juifs, était proche.

Jn 6,5. Ayant donc levé les yeux, et voyant qu'une très grande multitude venait à Lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains pour leur donner à manger?

Jn 6,6. Mais Il disait dela pour l'éprouver; car, Lui, Il savait ce qu'Il allait faire.

Jn 6,7. Philippe Lui répondit: Deux cents deniers de pains ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu.

Jn 6,8. Un de Ses disciples, André, frère de Simon-Pierre, Lui dit:

Jn 6,9. Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?

Jn 6,10. Jésus dit donc: Faites asseoir ces hommes. Or il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes.

Jn 6,11. Jésus prit alors les pains, et ayant rendu grâces, Il les distribua à ceux qui étaient assis; Il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulaient.

Jn 6,12. Lorsqu'ils furent rassasiés, Il dit à Ses disciples: Ramassez les morceaux qui sont restés, pour qu'ils ne se perdent pas.

Jn 6,13. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze corbeilles avec les morceaux qui étaient restés des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé.

Jn 6,14. Ces hommes, ayant donc vu le miracle qu'avait fait Jésus, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète que doit venir dans le monde.

Jn 6,15. Mais Jésus, sachant qu'ils allaient venir L'enlever pour Le faire roi, S'enfuit de nouveau, tout seul, sur la montagne.

Jn 6,16. Lorsque le soir fut venu, Ses disciples descendirent au bord de la mer.

Jn 6,17. Et étant montés dans une barque, ils s'avancèrent vers Capharnaüm, de l'autre côté de la mer. Or il faisait déjà nuit, et Jésus n'était pas venu à eux.

Jn 6,18. Cependant la mer se soulevait, au souffle d'un grand vent.

Jn 6,19. Lorsqu'ils eurent ramé environ vingt-cinq ou trente stades, ils virent Jésus qui marchait sur la mer, et qui S'approchait de la barque; et ils eurent peur.

Jn 6,20. Mais Il leur dit: C'est Moi, ne craignez point.

Jn 6,21. Ils voulurent alors Le prendre dans la barque, et aussitôt la barque se trouva au lieu où ils allaient.

Jn 6,22. Le lendemain, la foule qui était restée de l'autre côté de la mer remarqua qu'il n'y avait eu là qu'une seule barque, et que Jésus n'était pas entré dans cette barque avec Ses disciples, mais que les disciples seuls étaient partis.

Jn 6,23. Cependant d'autres barques arrivèrent de Tibériade, près du lieu où ils avaient mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâces.

Jn 6,24. La foule, ayant donc vu que Jésus n'était pas là, non plus que Ses disciples, monta dans les barques, et vint à Capharnaüm, cherchant Jésus.

Jn 6,25. Et L'ayant trouvé de l'autre côté de la mer, ils Lui dirent: Maïtre, quand êtes-Vous venu ici?

Jn 6,26. Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, Vous Me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains, et que vous avez été rassasiés.

Jn 6,27. Travaillez en vue d'obtenir, non la nourriture qui périt, mais celle qui demeure pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est Lui que Dieu le Père a marqué de Son sceau.

Jn 6,28. Ils Lui dirent donc: Que ferons-nous pour faire les oeuvres de Dieu?

Jn 6,29. Jésus leur répondit: L'oeuvre de Dieu est que vous croyiez en Celui qu'Il a envoyé.

Jn 6,30. Ils lui dirent: Quel miracle faites-Vous donc, afin que nous voyons et que nous croyions en Vous? que faites-Vous?

Jn 6,31. Nos pères ont mangé la manne dans le désert, ainsi qu'il est écrit: Il leur a donné à manger le pain du Ciel.

Jn 6,32. Jésus leur dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain du Ciel, mais c'est Mon Père qui vous donne le vrai Pain du Ciel.

Jn 6,33. Car le pain de Dieu est Celui qui descend du Ciel, et qui donne la vie au monde.

Jn 6,34. Ils Lui dirent donc: Seigneur, donnez-nous toujours ce pain.

Jn 6,35. Jésus leur dit: Je suis le Pain de vie; celui qui vient à Moi n'aura pas faim, et celui qui croit en Moi n'aura jamais soif.

Jn 6,36. Mais, Je vous l'ai dit, vous M'avez vu et vous ne croyez point.

Jn 6,37. Tout ce que le Père Me donne viendra à Moi, et celui qui vient à Moi, Je ne le jetterai pas dehors.

Jn 6,38. Car Je suis descendu du Ciel, pour faire, non Ma volonté, mais la volonté de Celui qui M'a envoyé.

Jn 6,39. Or la volonté du Père qui M'a envoyé, c'est que Je ne perde rien de ce qu'Il M'a donné, mais que Je le ressuscite au dernier jour.

Jn 6,40. La volonté de Mon Père qui M'a envoyé, c'est que quiconque voit le Fils, et croit en Lui, ait la vie éternelle; et Moi-même Je le ressusciterai au dernier jour.

Jn 6,41. Les Juifs murmuraient donc à Son sujet, parce qu'Il avait dit: Je suis le Pain vivant, qui suis descendu du Ciel.

Jn 6,42. Et ils disaient: N'est-ce pas là Jésus, fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la Mère? Comment donc dit-Il: Je suis descendu du Ciel?

Jn 6,43. Mais Jésus leur répondit: Ne murmurez pas entre vous.

Jn 6,44. Personne ne peut venir à Moi, si le Père, qui M'a envoyé, ne l'attire; et Moi Je le ressusciterai au dernier jour.

Jn 6,45. Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Quiconque a entendu le Père, et a reçu Son enseignement, vient à Moi.

Jn 6,46. Non que quelqu'un ait vu le Père, si ce n'est Celui qui vient de Dieu; Celui-là a vu le Père.

Jn 6,47. En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui croit en Moi a la vie éternelle.

Jn 6,48. Je suis le pain de vie.

Jn 6,49. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.

Jn 6,50. Voici le pain qui descend du Ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.

Jn 6,51. Je suis le Pain vivant, qui suis descendu du Ciel.

Jn 6,52. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que Je donnerai, c'est Ma chair, pour la vie du monde.

Jn 6,53. Les Juifs disputaient donc entre eux, en disant: Comment Celui-ci peut-Il nous donner Sa chair à manger?

Jn 6,54. Jésus leur dit donc: En vérité, en vérité, Je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez Son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.

Jn 6,55. Celui qui mange Ma chair, et boit Mon sang, a la vie éternelle, et Je le ressusciterai au dernier jour.

Jn 6,56. Car Ma chair est vraiment une nourriture, et Mon sang est vraiment un breuvage.

Jn 6,57. Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang demeure en Moi, et Moi en lui.

Jn 6,58. Comme le Père qui M'a envoyé est vivant, et que, Moi, Je vis par le Père, de même celui qui Me mange vivra aussi par Moi.

Jn 6,59. C'est ici le Pain qui est descendu du Ciel. Ce n'est pas comme la manne, que vos pères ont mangée, aprés quoi ils sont morts. Celui qui mange ce Pain vivra éternellement.

Jn 6,60. Il dit ces choses en enseignant dans la synagogue, à Capharnaüm.

Jn 6,61. Beaucoup de Ses disciples, l'ayant entendu, dirent: Cette parole est dure, et qui peut l'écouter?

Jn 6,62. Mais Jésus, sachant en Lui-même que Ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit: Cela vous scandalise?

Jn 6,63. Et si vous voyez le Fils de l'homme monter là où Il était auparavant?

Jn 6,64. C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que Je vous ai dites sont esprit et vie.

Jn 6,65. Mais il en est quelques-uns parmi vous qui ne croient pas. Car, dès le commencement, Jésus savait ceux qui ne croyaient point, et quel était celui qui Le trahirait.

Jn 6,66. Et Il disait: C'est pour cela que Je vous ai dit que personne ne peut venir à Moi, si cela ne lui a été donné par Mon Père.

Jn 6,67. Dès lors beaucoup de Ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec Lui.

Jn 6,68. Jésus dit donc aux douze: Et vous, est-ce que vous voulez aussi vous en aller?

Jn 6,69. Simon-Pierre Lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Vous avez les paroles de la vie éternelle.

Jn 6,70. Et nous, nous avons cru et nous avons connu que Vous êtes le Christ, le Fils de Dieu.

Jn 6,71. Jésus leur répondit: Ne vous ai-Je pas choisi au nombre de douze? Et l'un de vous est un démon.

Jn 6,72. Il parlait de Judas Iscariote, fils de Simon; car c'était lui qui devait Le trahir, quoiqu'il fût l'un des douze.

CHAPITRE VII

Jn 7,1. Après cela, Jésus parcourait la Galilée; car Il ne voulait pas aller en Judée, parce que les Juifs cherchaient à Le faire mourir.

Jn 7,2. Or la fête des Juifs, dite des Tabernacles, était proche.

Jn 7,3. Et Ses frères Lui dirent: Pars d'ici, et va en Judée, afin que Tes disciples voient aussi les oeuvres que Tu fais.

Jn 7,4. Car personne n'agit en secret, lorsqu'il cherche à paraître; si Tu fais ces choses, manifeste-Toi au monde.

Jn 7,5. Car Ses frères non plus ne croyaient pas en Lui.

Jn 7,6. Jésus leur dit donc: Mon temps n'est pas encore venu; mais votre temps à vous est toujours prêt.

Jn 7,7. Le monde ne peut vous haïr; mais Moi, il Me hait, parce que Je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises.

Jn 7,8. Vous, montez à cette fête; pour Moi, Je ne monte pas à cette fête, parce que Mon temps n'est pas encore accompli.

Jn 7,9. Aprés avoir dit cela, Il demeura en Galilée.

Jn 7,10. Mais, lorsque Ses frères furent partis, Il monta, Lui aussi, à la fête, non pas publiquement, mais comme en secret.

Jn 7,11. Les Juifs Le cherchaient donc pendant la fête, et disaient: Où est-Il?

Jn 7,12. Et il y avait une grande rumeur dans la foule à Son sujet. Car les uns disaient: C'est un homme de bien; les autres disaient: Non, mais Il séduit les foules.

Jn 7,13. Cependant personne ne parlait de Lui publiquement, par crainte des Juifs.

Jn 7,14. Or, vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple, et Il enseignait.

Jn 7,15. Et les Juifs s'étonnaient, disant: Comment connaît-Il les lettres, Lui qui n'a pas étudié?

Jn 7,16. Jésus leur répondit: Ma doctrine n'est pas de Moi, mais de Celui qui M'a envoyé.

Jn 7,17. Si quelqu'un veut faire la volonté de Dieu, il saura, au sujet de Ma doctrine, si elle est de Dieu, ou si Je parle de Moi-même.

Jn 7,18. Celui qui parle de lui-même cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé est véridique, et il n'y a pas d'injustice en lui.

Jn 7,19. Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi? Et aucun de vous n'accomplit la loi.

Jn 7,20. Pourquoi cherchez-vous à Me faire mourir? La foule répondit: Vous êtes possédé du démon; qui est-ce qui cherche à Vous faire mourir?

Jn 7,21. Jésus leur répliqua et dit: J'ai fait une oeuvre, et vous en êtes tous étonnés.

Jn 7,22. Cependant Moïse vous a donné la circoncision (quoiqu'elle ne vienne pas de Moïse, mais des patriarches), et vous pratiquez la circoncision le jour du sabbat.

Jn 7,23. Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre Moi, parce que J'ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat?

Jn 7,24. Ne jugez pas selon l'apparence, mais jugez selon la justice.

Jn 7,25. Quelques-uns, qui étaient de Jérusalem, disaient: N'est-ce pas là Celui qu'ils cherchent à faire mourir?

Jn 7,26. Et voilà qu'Il parle publiquement, et ils ne Lui disent rien. Est-ce que vraiment les autorités ont reconnu qu'Il est le Christ?

Jn 7,27. Mais Celui-ci, nous savons d'où Il est; or, quand le Christ viendra, personne ne saura d'où Il est.

Jn 7,28. Jésus criait donc dans le temple, enseignant et disant: Vous Me connaissez, et vous savez d'où Je suis. Je ne suis pas venu de Moi-même; mais Celui qui M'a envoyé est véritable, et vous ne Le connaissez pas.

Jn 7,29. Moi, Je Le connais, parce que Je viens de Lui, et que c'est Lui qui M'a envoyé.

Jn 7,30. Ils cherchaient donc à L'arrêter; et personne ne mit la main sur Lui, parce que Son heure n'était pas encore venue.

Jn 7,31. Mais, parmi la foule, beaucoup crurent en Lui; et ils disaient: Le Christ, lorsqu'Il viendra, fera-t-Il plus de miracles que n'en fait Celui-ci?

Jn 7,32. Les pharisiens entendirent la foule murmurer ces choses à Son sujet; et de concert avec les chefs, ils envoyèrent des agents pour L'arrêter.

Jn 7,33. Jésus leur dit donc: Je suis encore avec vous pour un peu de temps, puis Je M'en vais à Celui qui M'a envoyé.

Jn 7,34. Vous Me chercherez, et vous ne Me trouverez pas; et là où Je serai, vous ne pouvez venir.

Jn 7,35. Les Juifs dirent donc entre eux: Où ira-t-Il, que nous ne Le trouverons pas? Ira-t-Il vers ceux qui sont dispersés parmi les Gentils, et instruira-t-Il les Gentils?

Jn 7,36. Que signifie cette parole qu'Il a dite: Vous Me chercherez, et vous ne me trouverez pas, et là où je serai, vous ne pouvez venir?

Jn 7,37. Le dernier jour, qui est le plus grand de la fête, Jésus Se tenait debout, et criait, en disant: Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi, et qu'il boive.

Jn 7,38. Celui qui croit en Moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Ecriture.

Jn 7,39. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croyaient en Lui; car l'Esprit n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'était pas encore glorifié.

Jn 7,40. Plusieurs donc, parmi la foule, ayant entendu ces paroles, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète.

Jn 7,41. D'autres disaient: C'est le Christ. Mais quelques autres disaient: Est-ce que le Christ viendra de Galilée?

Jn 7,42. L'Ecriture ne dit-elle pas que le Christ viendra de la race de David, et du bourg de Bethléem, où était David?

Jn 7,43. Il y eut donc division dans la foule à Son sujet.

Jn 7,44. Quelques-uns d'entre eux voulaient L'arrêter, mais personne ne mit la main sur Lui.

Jn 7,45. Les agents retournèrent donc vers les princes des prêtres et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent: Pourquoi ne L'avez-vous pas amené?

Jn 7,46. Les agents répondirent: Jamais homme n'a parlé comme cet homme.

Jn 7,47. Les pharisiens leur répliquèrent: Est-ce que vous avez été séduits, vous aussi?

Jn 7,48. Y a-t-il quelqu'un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en Lui?

Jn 7,49. Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits.

Jn 7,50. Nicodème, celui qui était venu trouver Jésus la nuit, et qui était l'un d'entre eux, leur dit:

Jn 7,51. Notre loi condamne-t-elle un homme sans qu'on l'entende d'abord, et sans qu'on sache ce qu'il a fait?

Jn 7,52. Ils lui répondirent: Es-tu Galiléen, toi aussi? Scrute les Ecritures, et tu verras que de la Galilée il ne sort pas de prophète.

Jn 7,53. Et ils s'en retournèrent chacun dans sa maison.

CHAPITRE VIII

Jn 8,1. Or Jésus se rendit sur la montagne des Oliviers.

Jn 8,2. Et, de grand matin, Il vint de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à Lui; et S'étant assis, Il les enseignait.

Jn 8,3. Alors les scribes et les pharisiens Lui amenèrent une femme surprise en adultère; et ils la placèrent au milieu de la foule.

Jn 8,4. Et ils dirent à Jésus: Maître, cette femme vient d'être surprise en adultère.

Jn 8,5. Or Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Vous donc, que dites-Vous?

Jn 8,6. Ils disaient cela pour Le tenter, afin de pouvoir L'accuser. Mais Jésus, Se baissant, écrivait avec Son doigt sur la terre.

Jn 8,7. Et comme ils persistaient à L'interroger, Il Se releva, et leur dit: Que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette la pierre le premier.

Jn 8,8. Puis, Se baissant de nouveau, Il écrivait sur la terre.

Jn 8,9. Mais, ayant entendu cela, ils se retirèrent l'un après l'autre, en commençant par les plus âgés; et Jésus demeura seul avec cette femme, qui était debout au milieu.

Jn 8,10. Alors Jésus, Se relevant, lui dit: Femme, où sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a-t-il condamnée?

Jn 8,11. Elle dit: Personne, Seigneur. Jésus lui dit: Moi non plus, Je ne te condamnerai pas; va, et désormais ne pèche plus.

Jn 8,12. Jésus leur parla de nouveau, en disant: Je suis la lumière du monde; celui qui Me suit ne marche pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.

Jn 8,13. Les pharisiens Lui dirent donc: Vous Vous rendez témoignage à Vous-même; Votre témoignage n'est pas vrai.

Jn 8,14. Jésus leur répondit: Quoique Je Me rende témoignage à Moi-même, Mon témoignage est vrai, car Je sais d'où Je viens, et où Je vais; mais vous, vous ne savez pas d'où Je viens, ni où Je vais.

Jn 8,15. Vous jugez selon la chair; Moi, Je ne juge personne;

Jn 8,16. et si Je juge, Mon jugement est vrai, car Je ne suis pas seul; mais Je suis avec le Père, qui M'a envoyé.

Jn 8,17. Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai.

Jn 8,18. Or Je Me rends témoignage à Moi-même; et le Père, qui M'a envoyé, Me rend aussi témoignage.

Jn 8,19. Ils lui disaient donc: Où est votre Père? Jésus leur répondit: Vous ne connaissez ni Moi, ni Mon Père; si vous Me connaissiez, vous connaîtriez aussi Mon Père.

Jn 8,20. Jésus dit ces choses, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne L'arrêta, parce que Son heure n'était pas encore venue.

Jn 8,21. Jésus leur dit encore: Je m'en vais, et vous Me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où Je vais, vous ne pouvez venir.

Jn 8,22. Les Juifs disaient donc: Est-ce qu'Il Se tuera lui-même, puisqu'Il dit: Là où Je vais, vous ne pouvez venir?

Jn 8,23. Et Il leur dit: Vous, vous êtes d'en bas; Moi, Je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde; Moi, Je ne suis pas de ce monde.

Jn 8,24. Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés; car, si vous ne croyez pas à ce que Je suis, vous mourrez dans votre péché.

Jn 8,25. Ils lui dirent donc: Qui êtes-Vous? Jésus leur répondit: Je suis le principe, Moi qui vous parle.

Jn 8,26. J'ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous. Mais celui qui M'a envoyé est véridique, et ce que J'ai appris de Lui, Je le dis dans le monde.

Jn 8,27. Ils ne comprirent pas qu'Il disait que Dieu était Son Père.

Jn 8,28. Jésus leur dit donc: Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous connaîtrez ce que Je suis, et que Je ne fais rien de Moi-même, mais que Je parle selon ce que le Pére M'a enseigné.

Jn 8,29. Et celui qui M'a envoyé est avec Moi, et Il ne M'a pas laissé seul, parce que Je fais toujours ce qui Lui est agréable.

Jn 8,30. Comme Il disait ces choses, beaucoup crurent en Lui.

Jn 8,31. Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en Lui: Si vous demeurez dans Ma parole, vous serez vraiment Mes disciples,

Jn 8,32. et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.

Jn 8,33. Ils Lui répondirent: Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous n'avons jamais été esclaves de personne; comment dites-vous: Vous serez libres?

Jn 8,34. Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché.

Jn 8,35. Or l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; mais le fils y demeure toujours.

Jn 8,36. Si donc le Fils vous met en liberté, vous serez vraiment libres.

Jn 8,37. Je sais que vous êtes fils d'Abraham; mais vous cherchez à Me faire mourir, parce que Ma parole n'a pas prise sur vous.

Jn 8,38. Moi, Je dis ce que j'ai vu chez Mon Pére; et vous, vous faites ce que vous avez vu chez votre père.

Jn 8,39. Ils lui répondirent: Notre père, c'est Abraham. Jésus leur dit: Si vous êtes fils d'Abraham, faites les oeuvres d'Abraham.

Jn 8,40. Mais maintenant vous cherchez à Me faire mourir, Moi qui vous ai dit la vérité, que J'ai entendue de Dieu; cela, Abraham ne l'a pas fait.

Jn 8,41. Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants de fornication; nous avons un seul père, Dieu.

Jn 8,42. Jésus leur dit donc: Si Dieu était votre père, vous M'aimeriez, car c'est de Dieu que Je suis sorti et que Je suis venu; Je ne suis pas venu de Moi-même, mais c'est Lui qui M'a envoyé.

Jn 8,43. Pourquoi ne connaissez-vous pas Mon langage? Parce que vous ne pouvez entendre Ma parole.

Jn 8,44. Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n'est pas demeuré dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et père du mensonge.

Jn 8,45. Mais Moi, quand Je dis la vérité, vous ne Me croyez pas.

Jn 8,46. Qui de vous Me convaincra de péché? Si Je vous dis la vérité, pourquoi ne Me croyez-vous pas?

Jn 8,47. Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. C'est pour cela que vous n'écoutez point, parce que vous n'êtes pas de Dieu.

Jn 8,48. Les Juifs Lui répondirent donc, et Lui dirent: N'avons-nous pas raison de dire que Vous êtes un Samaritain et un possédé du démon?

Jn 8,49. Jésus répondit: Je ne suis pas possédé du démon, mais J'honore Mon Père; et vous, vous Me déshonorez.

Jn 8,50. Pour Moi, Je ne cherche pas Ma propre gloire; il est Quelqu'un qui la cherche, et qui juge.

Jn 8,51. En vérité, en vérité, Je vous Le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

Jn 8,52. Les Juifs Lui dirent: Maintenant nous connaissons que Vous êtes possédé du démon. Abraham est mort, et les prophètes aussi; et Vous dites: Si quelqu'un garde Ma parole, il ne goûtera jamais la mort.

Jn 8,53. Etes-Vous plus grand que notre pére Abraham, qui est mort, et que les prophètes, qui sont morts aussi? Qui prétendez-Vous être?

Jn 8,54. Jésus répondit: Si Je Me glorifie Moi-même, Ma gloire n'est rien; c'est Mon Pére qui Me glorifie, Lui dont vous dites qu'Il est votre Dieu.

Jn 8,55. Et vous ne Le connaissez pas; mais Moi, Je Le connais; et si Je disais que Je ne Le connais pas, Je serais semblable à vous, un menteur. Mais Je Le connais, et Je garde Sa parole.

Jn 8,56. Abraham, votre père, a tressailli de joie, désirant voir Mon jour; il l'a vu, et il s'est réjoui.

Jn 8,57. Les Juifs lui dirent: Vous n'avez pas encore cinquante ans, et Vous avez vu Abraham?

Jn 8,58. Jésus leur dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, avant qu'Abraham fût, Je suis.

Jn 8,59. Ils prirent donc des pierres, pour les jeter sur Lui; mais Jésus Se cacha, et sortit du temple.

CHAPITRE IX

Jn 9,1. Jésus, en passant, vit un homme aveugle de naissance.

Jn 9,2. Et Ses disciples Lui demandèrent: Maître, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle?

Jn 9,3. Jésus répondit: Ni lui n'a péché, ni ses parents; mais c'est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui.

Jn 9,4. Il faut que J'accomplisse les oeuvres de Celui qui M'a envoyé, pendant qu'il est jour; la nuit vient, pendant laquelle personne ne peut travailler.

Jn 9,5. Tant que Je suis dans le monde, Je suis la lumière du monde.

Jn 9,6. Après avoir dit cela, Il cracha à terre, et fit de la boue avec Sa salive; puis Il oignit de cette boue les yeux de l'aveugle.

Jn 9,7. Et Il lui dit: Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (nom qui signifie Envoyé). Il y alla donc, se lava, et revint voyant.

Jn 9,8. De sorte que ses voisins, et ceux qui l'avaient vu auparavant mendier, disaient: N'est-ce pas là celui qui était assis, et qui mendiait? Les uns disaient: C'est lui.

Jn 9,9. Et d'autres: Nullement, mais c'est quelqu'un qui lui ressemble. Mais lui, il disait: C'est moi.

Jn 9,10. Ils lui dirent donc: Comment tes yeux ont-ils été ouverts?

Jn 9,11. Il répondit: Cet homme qu'on appelle Jésus a fait de la boue, et en a oint mes yeux, puis Il m'a dit: Va à la piscine de Siloé, et lave-toi. J'y suis allé, et je me suis lavé, et je vois.

Jn 9,12. Ils lui dirent: Où est-Il? Il répondit: Je ne sais pas.

Jn 9,13. Ils amenèrent aux pharisiens celui qui avait été aveugle.

Jn 9,14. Or c'était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.

Jn 9,15. Les pharisiens lui demandèrent donc aussi comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit: Il m'a mis de la boue sur les yeux, et je me suis lavé, et je vois.

Jn 9,16. Là-dessus, quelques-uns des pharisiens disaient: Cet homme ne vient pas de Dieu, puisqu'Il n'observe pas le sabbat. Mais d'autres disaient: Comment un homme pécheur pourrait-il faire de tels miracles? Et il y avait division entre eux.

Jn 9,17. Ils dirent donc de nouveau à l'aveugle: Toi, que dis-tu de Celui qui t'a ouvert les yeux? Il répondit: C'est un prophète.

Jn 9,18. Mais les Juifs ne crurent point qu'il eût été aveugle, et qu'il eût recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils eussent fait venir ses parents.

Jn 9,19. Et ils les interrogèrent, en disant: Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle? Comment donc voit-il maintenant?

Jn 9,20. Les parents répondirent, en disant: Nous savons que c'est notre fils, et qu'il est né aveugle;

Jn 9,21. mais comment voit-il maintenant? nous ne le savons pas; ou qui lui a ouvert les yeux? nous l'ignorons. Interrogez-le, il a l'âge; qu'il parle pour lui-même.

Jn 9,22. Ses parents dirent cela, parce qu'ils craignaient les Juifs; car les Juifs étaient déjà convenus ensemble que, si quelqu'un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait chassé de la synagogue.

Jn 9,23. C'est pour cela que ses parents dirent: Il a l'âge; interrogez-le lui-même.

Jn 9,24. Ils appelèrent donc une seconde fois l'homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent: Rends gloire à Dieu; nous savons que cet homme est un pécheur.

Jn 9,25. Il leur dit: Si c'est un pécheur, je ne sais; je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois.

Jn 9,26. Ils lui dirent donc: Que t'a-t-Il fait? comment t'a-t-Il ouvert les yeux?

Jn 9,27. Il leur répondit: Je vous l'ai déjà dit, et vous l'avez entendu; pourquoi voulez-vous l'entendre de nouveau? Est-ce que, vous aussi, vous voulez devenir Ses disciples?

Jn 9,28. Alors ils l'accablèrent d'injures, et dirent: Toi, sois Son disciple; nous, nous sommes disciples de Moïse.

Jn 9,29. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais Celui-ci, nous ne savons d'où Il est.

Jn 9,30. Cet homme leur répondit, et dit: C'est ceci qui est étonnant, que vous ne sachiez pas d'où Il est, et qu'Il m'ait ouvert les yeux.

Jn 9,31. Or nous savons que Dieu n'exauce pas les pécheurs; mais si quelqu'un honore Dieu et fait Sa volonté, c'est celui-là qu'Il exauce.

Jn 9,32. Jamais on n'a entendu dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né.

Jn 9,33. Si cet homme ne venait pas de Dieu, Il ne pourrait rien faire.

Jn 9,34. Ils lui répondirent: Tu es né tout entier dans le péché, et tu veux nous enseigner? Et ils le jetèrent dehors.

Jn 9,35. Jésus apprit qu'ils l'avaient jeté dehors; et l'ayant rencontré, Il lui dit: Crois-tu au Fils de Dieu?

Jn 9,36. Il lui répondit, et dit: Qui est-Il, Seigneur, afin que je croie en Lui?

Jn 9,37. Et Jésus lui dit: Tu L'as vu, et Celui qui te parle, c'est Lui.

Jn 9,38. Il répondit: Je crois, Seigneur. Et se prosternant, il L'adora.

Jn 9,39. Alors Jésus dit: C'est pour un jugement que Je suis venu dans ce monde, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles.

Jn 9,40. Quelques pharisiens, qui étaient avec Lui, L'entendirent et Lui dirent: Est-ce que nous sommes aveugles, nous aussi?

Jn 9,41. Jésus leur dit: Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché; mais maintenant vous dites: Nous voyons; c'est pour cela que votre péché demeure.

CHAPITRE X

Jn 10,1. En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie des brebis, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un larron.

Jn 10,2. Mais celui qui entre par la porte est le pasteur des brebis.

Jn 10,3. A celui-ci le portier ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle ses propres brebis par leur nom, et il les fait sortir.

Jn 10,4. Et lorsqu'il a fait sortir ses propres brebis, il va devant elles; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix.

Jn 10,5. Elles ne suivent point un étranger, mais elles le fuient; car elles ne connaissent pas la voix des étrangers.

Jn 10,6. Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi Il leur parlait.

Jn 10,7. Jésus leur dit donc encore: En vérité, en vérité, Je vous le dis, Je suis la porte des brebis.

Jn 10,8. Tous ceux qui sont venus sont des voleurs et des larrons, et les brebis ne les ont point écoutés.

Jn 10,9. Je suis la porte. Si quelqu'un entre par Moi, il sera sauvé; il entrera, et il sortira, et il trouvera des pâturages.

Jn 10,10. Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire. Moi, Je suis venu pour que les brebis aient la vie, et qu'elles l'aient plus abondamment.

Jn 10,11. Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.

Jn 10,12. Mais le mercenaire, et celui qui n'est point pasteur, à qui les brebis n'appartiennent pas, voit venir le loup, et abandonne les brebis, et s'enfuit; et le loup ravit et disperse les brebis.

Jn 10,13. Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis.

Jn 10,14. Je suis le bon pasteur, et Je connais Mes brebis, et Mes brebis Me connaissent,

Jn 10,15. comme le Père Me connaît et que Je connais le Père; et Je donne Ma vie pour Mes brebis.

Jn 10,16. J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là aussi, il faut que Je les amène, et elles écouteront Ma voix, et il n'y aura qu'une seule bergerie et qu'un seul pasteur.

Jn 10,17. C'est pour cela que le Père M'aime, parce que Je donne Ma vie pour la reprendre de nouveau.

Jn 10,18. Personne ne Me l'ôte, mais Je la donne de Moi-même. J'ai le pouvoir de la donner, et J'ai le pouvoir de la reprendre: tel est le commandement que J'ai reçu de Mon Père.

Jn 10,19. Il y eut encore une division parmi les Juifs, à cause de ces paroles.

Jn 10,20. Beaucoup d'entre eux disaient: Il est possédé du démon, et Il a perdu le sens; pourquoi L'écoutez-vous?

Jn 10,21. D'autres disaient: Ce ne sont point là les paroles d'un homme possédé du démon; le démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles?

Jn 10,22. Or on faisait à Jérusalem la fête de la Dédicace; et c'était l'hiver.

Jn 10,23 Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon.

Jn 10,24. Les Juifs L'entourèrent donc, et Lui dirent: Jusques à quand tiendrez-Vous notre esprit en suspens? Si Vous êtes le Christ, dites-le-nous clairement.

Jn 10,25. Jésus leur répondit: Je vous parle, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que Je fais au nom de Mon Père rendent elles-mêmes témoignage de Moi.

Jn 10,26. Mais vous ne croyez point, parce que vous n'êtes pas de Mes brebis.

Jn 10,27. Mes brebis écoutent Ma voix, et Je les connais, et elles Me suivent.

Jn 10,28. Je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de Ma main.

Jn 10,29. Ce que Mon Père M'a donné est plus grand que toutes choses, et personne ne peut le ravir de la main de Mon Père.

Jn 10,30. Moi et le Père, Nous ne sommes qu'un.

Jn 10,31. Alors les Juifs prirent des pierres, pour Le lapider.

Jn 10,32. Jésus leur dit: Je vous ai montré beaucoup de bonnes oeuvres, venant de Mon Père; pour laquelle de ces oeuvres Me lapidez-vous?

Jn 10,33. Les Juifs Lui répondirent: Ce n'est pas pour une bonne oeuvre que nous Vous lapidons, mais pour un blasphème, et parce qu'étant homme, Vous Vous faites Dieu.

Jn 10,34. Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux?

Jn 10,35. Si elle appelle dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée (et l'Ecriture ne peut être détruite),

Jn 10,36. comment dites-vous à Celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde: Tu blasphèmes, parce que J'ai dit: Je suis le Fils de Dieu?

Jn 10,37. Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, ne Me croyez pas.

Jn 10,38. Mais si Je les fais, et si vous ne voulez pas Me croire, croyez à Mes oeuvres, afin que vous connaissiez et que vous croyiez que le Père est en Moi, et Moi dans le Père.

Jn 10,39. Ils cherchaient donc à Le saisir, mais Il s'échappa de leurs mains.

Jn 10,40. Et Il S'en alla de nouveau au delà du Jourdain, dans le lieu où Jean avait d'abord baptisé; et Il demeura là.

Jn 10,41. Beaucoup vinrent à Lui; et ils disaient: Jean n'a fait aucun miracle;

Jn 10,42. mais tout ce que Jean a dit de Celui-ci était vrai. Et beaucoup crurent en Lui.

CHAPITRE XI

Jn 11,1. Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, le bourg de Marie et de Marthe, sa soeur.

Jn 11,2. Marie était celle qui oignit le Seigneur de parfum, et qui Lui essuya les pieds avec ses cheveux; Lazare, qui était malade, était son frère.

Jn 11,3. Ses soeurs envoyèrent donc dire à Jésus: Seigneur, voici que celui que Vous aimez est malade.

Jn 11,4. Entendant cela, Jésus leur dit: Cette maladie n'est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle.

Jn 11,5. Or Jésus aimait Marthe, et Marie sa soeur, et Lazare.

Jn 11,6. Ayant donc appris qu'il était malade, Il resta cependant deux jours encore dans le même lieu.

Jn 11,7. Il dit ensuite à Ses disciples: Retournons en Judée.

Jn 11,8. Ses disciples Lui dirent: Maître, les Juifs cherchaient récemment à Vous lapider, et Vous retournez là?

Jn 11,9. Jésus repondit: Le jour n'a-t-il pas douze heures? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne se heurte point, parce qu'il voit la lumière de ce monde;

Jn 11,10. mais, s'il marche pendant la nuit, il se heurte, parce qu'il n'a pas de lumière en lui.

Jn 11,11. Après ces paroles, Il leur dit: Lazare, notre ami, dort; mais Je vais le réveiller.

Jn 11,12. Ses disciples Lui dirent donc: Seigneur, s'il dort, il sera sauvé.

Jn 11,13. Or Jésus avait parlé de sa mort; mais ils crurent qu'Il parlait de l'assoupissement du sommeil.

Jn 11,14. Jésus leur dit donc alors clairement: Lazare est mort;

Jn 11,15. et Je Me réjouis, à cause de vous, de ce que Je n'étais pas là, afin que vous croyiez. Mais allons auprès de lui.

Jn 11,16. Thomas, appelé Didyme, dit alors aux autres disciples: Allons-y, nous aussi, et mourons avec lui.

Jn 11,17. Jésus vint donc, et Il trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le tombeau.

Jn 11,18. Or Béthanie était près de Jérusalem, à environ quinze stades.

Jn 11,19. Beaucoup de Juifs étaient venus auprés de Marthe et de Marie, pour les consoler au sujet de leur frére.

Jn 11,20. Dès que Marthe eut appris que Jésus venait, elle alla au-devant de Lui; mais Marie était assise dans la maison.

Jn 11,21. Marthe dit donc à Jésus: Seigneur, si Vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort.

Jn 11,22. Mais je sais que, maintenant encore, tout ce que Vous demanderez à Dieu, Dieu Vous l'accordera.

Jn 11,23. Jésus lui dit: Ton frère ressuscitera.

Jn 11,24. Marthe lui dit: Je sais qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.

Jn 11,25. Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en Moi, quand même il serait mort, vivra,

Jn 11,26. et quiconque vit et croit en Moi, ne mourra jamais. Crois-tu cela?

Jn 11,27. Elle lui dit: Oui, Seigneur, je crois que Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant, que êtes venu dans ce monde.

Jn 11,28. Lorsqu'elle eut dit ces choses, elle s'en alla, et appela Marie, sa soeur, à voix basse, en disant: Le Maître est là, et Il te demande.

Jn 11,29. Dès que Marie eut entendu, elle se leva aussitôt, et alla auprès de Lui.

Jn 11,30. Car Jésus n'était pas encore entré dans le bourg; mais Il était encore dans le lieu où Marthe L'avait rencontré.

Jn 11,31. Cependant, les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison, et qui la consolaient, l'ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, en disant: Elle va au sépulcre, pour y pleurer.

Jn 11,32. Lorsque Marie fut venue là où était Jésus, Le voyant, elle tomba à Ses pieds, et Lui dit: Seigneur, si Vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort.

Jn 11,33. Jésus, lorsqu'Il la vit pleurer, et qu'Il vit les Juifs qui étaient venus avec elle pleurer aussi, frémit en Son esprit, et Se troubla Lui-même.

Jn 11,34. Et Il dit: Où l'avez-vous mis? Ils Lui dirent: Seigneur, venez et voyez.

Jn 11,35. Et Jésus pleura.

Jn 11,36. Les Juifs dirent donc: Voyez comme Il l'aimait.

Jn 11,37. Mais quelques-uns d'entre eux dirent: Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle-né, ne pouvait-Il pas faire que celui-ci ne mourût point?

Jn 11,38. Jésus, frémissant donc de nouveau en Lui-même, vint au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre était placée par-dessus.

Jn 11,39. Jésus dit: Otez la pierre. Marthe, la soeur du mort, Lui dit: Seigneur, il sent déjà mauvais; car il y a quatre jours qu'il est là.

Jn 11,40. Jésus lui dit: Ne t'ai-Je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu?

Jn 11,41. Ils enlevèrent donc la pierre. Et Jésus, levant les yeux en haut, dit: Père, Je vous rends grâces de ce que Vous M'avez écouté.

Jn 11,42. Pour Moi, Je savais que Vous M'écoutez toujours; mais Je parle ainsi à cause du peuple qui M'entoure, afin qu'ils croient que c'est Vous qui M'avez envoyé.

Jn 11,43. Ayant dit cela, Il cria d'une voix forte: Lazare, viens dehors.

Jn 11,44. Et aussitôt le mort sortit, ayant les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un suaire. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller.

Jn 11,45. Beaucoup donc d'entre les Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et de Marthe, et qui avaient vu ce qu'avait fait Jésus, crurent en Lui.

Jn 11,46. Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce qu'avait fait Jésus.

Jn 11,47. Les princes des prêtres et les pharisiens assemblèrent donc le conseil; et ils disaient: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles.

Jn 11,48. Si nous Le laissons agir ainsi, tous croiront en Lui, et les Romains viendront, et ruineront notre ville et notre nation.